La mesure de performance dans les Associations 2.

download La mesure de performance dans les Associations 2.

If you can't read please download the document

  • date post

    04-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    110
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of La mesure de performance dans les Associations 2.

  • Page 1
  • Page 2
  • La mesure de performance dans les Associations 2
  • Page 3
  • Participants Jean-Pierre VERCAMER Associ Deloitte Jean-Pierre FERNANDEZ Reprsentant du CSOEC Djamel ZAHRI Directeur Deloitte Samuel BLAISE Fondateur Association Olivier AMEISEN Emmanuel LANDAIS Directeur Gnral Association ADIE Olivier LEBEL Directeur Gnral Association MEDECINS DU MONDE 3
  • Page 4
  • Pourquoi cette confrence sur la Performance ? Car nous sommes laube de profondes mutations qui vont impacter significativement le secteur associatif : -La fin de lEtat-providence et la recherche de nouveaux modes de financement. -Une certaine forme de concurrence entre reprsentants du secteur associatif. -Une situation conomique peu porteuse de croissance. -Une crise de la valeur et un retour vers la qualit du service apport. -Revalorisation du lien social, progression du religieux et de lhumanitaire , retour vers les idologies politiques. -Une forte dfiance vis--vis des entreprises, un maintien de la confiance dans les valeurs associatives. -Une exigence accrue des citoyens et des financeurs : 100 euros en priode de crise valent plus que 100 euros en priode de croissance. 4
  • Page 5
  • Car en termes de performance, il est toujours bon De sinterroger sur le rapport qualit/cot Danticiper les besoins Damliorer la qualit des services De matriser les cots Daccrotre lagilit des Directions De savoir grer les risques ce que vous faites a plus dimpact que ce que vous dites 5
  • Page 6
  • A la suite de certains constats Lexistence de deux mondes associatifs aux besoins diffrents : les entreprises associatives et les associations de bnvoles, La transformation du mode de financement, issu du secteur public en particulier, Lentreprise revient vers le client, lassociation vers le service apport, La monte du salariat et lmergence de nombreux conflits sociaux, Une cohabitation salaris-bnvoles parfois complique, Une tendance la gestion des associations selon le mode entreprise, Une gestion des projets associatifs stresse , Une exigence accrue des acteurs de la vie associative (financeurs, citoyens, membres, salaris et bnvoles) quant : Laffectation des sommes alloues Lefficacit des missions sociales finances La communication attache aux actions menes 6
  • Page 7
  • Suite aux constats de faiblesses ou points damlioration Insuffisante valuation ou mesure : Des activits de lassociation De la ralit et de lefficacit de laction De limpact social/de lutilit sociale Faiblesses constates en matire : Dorganisation gnrale De gouvernance De gestion comptable, financire et administrative Archivage et documentation faible Programmation, budgtisation Gestion des excdents Matrise des cots de collecte et de fonctionnement/missions sociales Absences : De pratique de benchmarking et de recherche de bonnes pratiques Doutils de pilotage de la performance et dvaluation de laction (aide la dcision) Insuffisances en matire de reporting et de communication vers lextrieur 7
  • Page 8
  • Tendances et remarques liminaires Pas de normes (de performance) : chaque Association a ses particularits. Il est trs difficile de mesurer le succs et la russite dune association/dun projet associatif Prudence par rapport aux analyses globales et limites des donnes chiffres. Seules des investigations faites sur le terrain permettront une vritable mesure de la mission sociale ralise Tendance au niveau europen recourir des contrleurs externes aptes apprcier la qualit de laction au-del dun simple reporting chiffr Lindicateur de performance peut tre quantitatif et qualitatif (qualit de laction, scurit, respect de la culture et de lenvironnement) Se poser la question de la valeur ajoute de la mesure de performance car elle reprsente un cot indniable Objectifs (projet associatif) MoyensRsultatsMesure Politique/Management/ Gestion Efficacit ? Pertinence ? Outils ? 8
  • Page 9
  • Que mesurer ? Etude Herman et Renz 2004 : 9 critres de perception de la performance : La gestion financire La capacit lever des fonds La qualit des prestations fournies Le management des Ressources Humaines La gouvernance du Conseil dAdministration Les Relations publiques La collaboration avec la Communaut Le travail avec les bnvoles La relation de gouvernance Cette tude propose une valuation rgulire ralise par un Prsident, deux dirigeants salaris et deux financeurs. 9
  • Page 10
  • Qui mesure la performance ? 1. LAssociation elle-mme Les bailleurs de fonds les financeurs Le Comit de la Charte Le Commissaire aux Comptes La Cour des Comptes 2. Les bnficiaires du projet associatif Les citoyens 3. Les spcialistes de laudit interne/du contrle des risques/de la dmarche qualit 10
  • Page 11
  • La ralisation du projet associatif Point central La performance de lorganisation ou lefficacit des procdures La mesure de la performance quantitative Plan 11
  • Page 12
  • La ralisation du projet associatif : point central (1/2) Evaluation : -Du projet associatif -De la politique mise en uvre -De lutilit sociale des missions de lassociation -De la qualit des prestations fournies Enqutes de satisfaction Synthse dactivit (avec laboration dun plan stratgique ou daction) Objectif : - Prennit de laction - R-orientations envisager - Mesure de ladhsion des membres, des partenaires 12
  • Page 13
  • La ralisation du projet associatif : point central (2/2) Importance du savoir-faire et du faire-savoir Quelle performance en termes de communication Quelle lisibilit du fonctionnement de lassociation ? Quelle communication sur le projet associatif ? Quelle accessibilit de linformation financire ? Exhaustivit de linformation ? Lisibilit et rgularit de linformation communique ? Quelle visibilit de la communication effectue ? Quel contrle de la gouvernance sur cette information ? Quel retour ? 13
  • Page 14
  • Tmoignage Samuel BLAISE 14
  • Page 15
  • Association Olivier Ameisen pour la prvention et le traitement de laddiction contact@o-ameisen.org
  • Page 16
  • 1.Dans un monde de possibles, quels sont les freins lever et les acclrateurs crer pour augmenter massivement le volume de nouveaux entrants et le taux de gurison ? 2.Dans ces conditions, quels objectifs peut-on se fixer 5 ans ? 3.Toujours dans cette perspective, quel est votre principal obstacle ? 4.Pour tablir une stratgie qui tienne compte de lavenir, La modlisation de cette organisation franaise une fois efficiente (mdecine, patients, rseaux sociaux, partenaires privs et publics, gouvernement) vous semble-t-elle exportable ? Association Olivier Ameisen > 4 questions pour un premier consensus
  • Page 17
  • Association Olivier Ameisen > Fdration du tissu associatif existant
  • Page 18
  • Association Olivier Ameisen > Loffensive RTU : 24 fv. 16 mars 14
  • Page 19
  • Association Olivier Ameisen > Valeurs communes des fondateurs F ONDATION O LIVIER A MEISEN V ALEURS Exigence thique IndpendanceOpen data Contrle Combat Moteur daction Efficacit Innovation delphine.baudu@axelmage.com
  • Page 20
  • Association Olivier Ameisen > Mesure en temps direct de lefficacit de laction
  • Page 21
  • Association Olivier Ameisen pour la prvention et le traitement de laddiction contact@o-ameisen.org
  • Page 22
  • Site internet ICM 22
  • Page 23
  • ACF 23
  • Page 24
  • Questionnaire de satisfaction Association Les glnans : http://www.glenans.asso.fr/fr/article- home-page/livre-de-bord/5058-enquete-de-satisfaction2.htmlhttp://www.glenans.asso.fr/fr/article- home-page/livre-de-bord/5058-enquete-de-satisfaction2.html 24
  • Page 25
  • Hopital Saint Joseph : http://www.hpsj.fr/enquetes-et- questionnaires.html http://www.hpsj.fr/enquetes-et- questionnaires.html 25
  • Page 26
  • Campagnes de communication Secours Catholique Croix-Rouge franaise 26
  • Page 27
  • A l tranger Site Internet de Care 27
  • Page 28
  • Care Rapport dactivit 2013 28
  • Page 29
  • Un modle de rapport annuel : One Drop Performance en termes de ralisation de lobjet associatif: les projets 2012 29
  • Page 30
  • ICC 30
  • Page 31
  • Action Enfance 31
  • Page 32
  • KaBOOM 32
  • Page 33
  • La performance de lorganisation ou lefficacit des procdures Moyens disposition : Un projet associatif crit Une charte des valeurs Une gouvernance adapte et oprationnelle Un plan de communication Des valuations internes ou externes (avec indicateurs) Une analyse dimage de lassociation Un baromtre dinfluence Un bilan socital/programme/dtape Un plan stratgique/de dveloppement (suivi dans le temps) Une check-list dobjectifs quantifiables vs les ralisations concrtes Des feuilles de route Une/des labellisation(s) Des tableaux de bord (suivi priodique) Des runions internes sminaires (management/salaris/bnvoles/personnalit extrieure) Une journe portes ouvertes (bnvoles, de lassociation, dinformation) Un rapport dactivits complet 33
  • Page 34
  • Tmoignage Emmanuel LANDAIS 34
  • Page 35
  • Prise en compte des risques inhrents la ralisation de lobjet associatif Rapport dactivits des Glnans 35
  • Page 36