La Cancérologie

download La Cancérologie

of 29

  • date post

    13-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    36
  • download

    0

Embed Size (px)

description

La Cancérologie. Epidémiologie Dépistage Prévention Moyens diagnostiques. Gustave DABRESIL, MD Chirurgie ORL-CCMF Imagerie Diagnostique Radiothérapie et Oncologie Médicale 3404-1928 / 3371-1392 / 4784-7227 - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of La Cancérologie

  • La CancrologieGustave DABRESIL, MDChirurgie ORL-CCMFImagerie Diagnostique Radiothrapie et Oncologie Mdicale3404-1928 / 3371-1392 / 4784-7227gdabresil@hotmail.comEpidmiologie Dpistage PrventionMoyens diagnostiques

  • Epidmiologie

    Selon le sexe H : colorectal, poumon, ORL, prostate F: sein, col, colorectal, estomac

    Selon la race race noire: prostate, poumon race blanche : sein, vessie race jaune: cavum Il faut se baser sur les registres du cancer de chaque pays / HAITI ?

  • Selon la zone gographique ou le pays Europe et North America : sein, prostate, colorectal, poumons Afrique: estomac, foie, col Asie: ORL, sophage, foie Amrique Latine : col, oesophage Australie et N-Z: mlanome Scandinavie : ovaire Europe de lEst : pancras, leucmies Maghreb : ORL Mlansie : bouche, pharynx Sub-Sahara : foie Antilles: Estomac, sein, col, prostate

    Selon le groupe dage rtinoblastome, ostosarcomes (enfant) sein, col (adulte 30- 60 ans) prostate (> 45-50 ans) cancers cutans ( > 65 ans)

  • 10 faits sur le cancer selon lOMSIl existe plus d'une centaine de cancers pouvant affecter n'importe quelle partie de l'organisme. En 2008 le cancer a t lorigine de 7,6 millions de dcs, soit environ 13% de la mortalit mondiale. Prs de 70% des dcs par cancer sont survenus dans les pays revenu faible ou intermdiaire. Les cinq cancers les plus frquents chez les hommes dans le monde sont (par ordre de frquence): le cancer du poumon, de l'estomac, du foie, le cancer colorectal et de l'oesophage. Chez les femmes les cancers les plus frquents (par ordre de frquence) sont: cancer du sein, du poumon, de de lestomac, cancer colorectal et du col de l'utrus. Dans de nombreux pays, le cancer du col de l'utrus est le frquent. Le tabagisme est le facteur de risque le plus important, entranant dans le monde 22% de la mortalit par cancer. Un cinquime des cancers enregistrs dans le monde sont causs par un infection chronique comme par exemple, le papillomavirus humain (HPV) l'origine du cancer du col de l'utrus et le virus de l'hpatite B (HBV) qui provoque le cancer du foie. Les cancers considrs comme des causes majeures de sant publique tels le cancer du sein ou le cancer colorectal peuvent tre soigns s'ils sont dpists prcocment et traits de faon adquate. Tous les patients souffrant pourraient tre soulags s'ils bnficiaient des connaissances en matire de soins pallliatifs et de lutte contre la douleur. Plus de 30% des dcs par cancer pourraient tre vits, en ne fumant pas, en ayant une alimentation saine, en ayant une activit physique et en modrant sa consommation d'alcool. Dans les pays dvelopps jusqu'20% des dcs par cancer pourraient tre prvenus grce la vaccination contre le HBV et le HPV.

  • Dpistage Il faut un test fiable, facile raliser et peu coteux pour englober un maximum de gens

    Dpistage du cancer du col utrin (PapTest)Dpistage du cancer de la prostate (dosage PSA)Dpistage du cancer du sein (auto-palpation, mammographie)Dpistage du cancer colo-rectal (hmoccult et/ou colonoscopie)

  • Dpistage des cancers ORL (dentiste ?)Dpistage cancer de la peau ( dermatologue ?, gnraliste ?)Dpistage du cancer de lestomac (Gastroscopie)Dpistage du cancer testiculaire (auto-examen, bientt test jaculat -protine AP-2Y)Dpistage cancer du foie ( chographie et dosage AFP) Dpistage cancer du poumon (Xray, Ct Scan)Dpistage cancer thyrode (chographie)

  • Prvention viter le tabac et la proximit des fumeursLimiter sa consommation dalcool ( whisky, bire, cidre, vin) Se protger du soleil (chapeau, lunettes, crme solaire, 11 H 16 H ? ombre) surtout pour agriculteur / marin / albinosMesures de protection dans lindustrie (raffinerie, chimie, bois, mines, mtallurgie, caoutchouc)Voyager moins souvent, viter les randonnes en haute altitude, mesures de prcaution avec portables , WI-FI et microwaveHabiter distance raisonnable des antennes et cbles sous haute tensionManger beaucoup de fruits et lgumes ( tomate, avocat, mangue, orange, melon, ananas, papaye, goyave, cerise,citron, haricots, olive, noix, raisins, fraises.) utiliser des condiments tels (cumin, gingembre, ail, piment vert, poireau, poivre)Vaccins hpatite B, vaccin anti-HPV(Gardasil+ et Cervarix)Traiter efficacement les schistosomiases (bilharzioses), les porteurs dhlicobacter pyloriBon stockage des aliments, bonne conservation et conglation de la viande et des surgels, viter la viande et le poisson grillsProtection plombe en Radiologie, limiter les demandes dimagerie et les chirurgies sous radioscopiePetits mtiers risque (benistre, cordonnier, travailleurs agricoles (pesticides)Limiter lusage de produits cosmtiquesMesures de prcaution pour les bodybuilders (testostrone?), pour la contraception hormonale Usage si ncessaire de mdicaments comme phnactine, cyclophosphamideCombattre lobsit, avoir une activit physique rgulire

  • Le dpistage prcoce est une manire de prvenir

  • Dmarche DiagnostiqueDx de certitude----histopathol accompagn du bilan dextension

    Ce bilan sera complt en fonction de la tumeur, de son type de drainage lymphatique et des sites mtastatiques prfrentiels.

    Au terme du bilan une stadification sera tablie selon des critres internationaux (classification TNM ou par stades)

  • Lhistopathologie est indispensable pour la confirmation diagnostique de cancer et la prise en charge. Pas de traitement sans histologie.

    Elle devra prciser la nature bnigne ou maligne de la tumeur, la diffrenciation, le caractre invasif ou non et si les limites sont saines ou envahies en cas dexrse.Cancer prostate

  • Interrogatoire apparition signes, traitement ?, ATCD et hrdit ? facteurs de risque (tabac, alcool, exposition des cancrignes, profession)

    masse sein, cou, aine etc.. amaigrissement inexpliqu ulcration ne cicatrisant pas, ncrose douleur rebelle tous traitements toux tranante inexplique, dysphonie, dyspne

    troubles du transit dinstallation rcente (diarrhe ou constipation) troubles de la dglutition , dysphagie cphales accompagnes de vomissements, HTIC ? modification de laspect dune verrue, dun naevus. hmoptysie, mnomtrorragies hmorragie digestive occulte ou patente (hmatmse, melaena, rectorragie symptomatologie neurologique focalise hmaturie, gros testicule indolore ?, hmospermie ?

  • Lexamen physique :

    Il commence par linspection et lapprciation de ltat gnral quantifi par des chelles spcifiques la cancrologie (Index de Karnofski, index OMS, il prcise le poids actuel et le poids habituel, la taille. On recherchera lexamen physique lexistence dadnopathies, dune organomgalie (hpatomgalie,splnomgalie), dune tumfaction ou masse. Il faudra en prciser chaque fois les caractristiques smiologiques : . consistance (dur, ferme, mou), ncrose ? . caractre rgulier ou irrgulier, fistule ? douloureux ou indolore . adhrence au plan superficiel ou profond . aspect des tguments en regard . dimensions en utilisant des repres prcis. En cas de mise en vidence dune tumfaction suspecte, on sattardera lexamen des ganglions de drainage dans la mesure o ils sont accessibles lexamen clinique. La palpation est de rigueur (scrotum, sein, cou, abdo)Comme tout examen physique, il sera complet (cardiovasculaire, snologique, cutan, pulmonaire, digestif, neurologique). Les touchers pelviens TR, TV doivent faire partie de cet examen. On sattachera de prciser, chaque fois, les signes subjectifs et objectifs.

  • Les examens complmentaires :

    C-1 Biologie Il ny a pas dindication doser des marqueurs tumoraux titre de dpistage ou de diagnostic. Ils peuvent par contre contribuer au diagnostic de certitude (cancer du sein, cancer du testicule, tumeur trophoblastique, hpatocarcinome, .). Le bilan habituel comprend un hmogramme, une tude des fonctions rnales et hpatiques, une calcmie,des tests de linflammation, un bilan martial, VIH, albuminmie

    C-2 Imagerie Le type dexamen dpend des orientations donnes par lexamen clinique. Radiographie standard, chographie, mammographie mais le Scanner doit demeurer la priorit Ces examens ne doivent pas tre redondants et on doit donner la priorit aux examens les plus performants. Les examens sophistiqus (IRM, Pet-scan) ainsi que les examens de mdecine nuclaire (scintigraphie osseuse) ne font pas partie des examens de premire intention sauf cas trs particuliers.

    C-3 Endoscopie Les endoscopies (fibroscopie bronchique, ou oesogastrique, colonoscopie, cystoscopie..) sont demandes ds quil y a des lments dorientation convaincants (hmaturie sans pathologie rnale, hmorragie digestive, hmoptysie) ou en cas danomalies observes limagerie.

    C-4 Les biopsies Elles sont indispensables au diagnostic. Elles peuvent tre guides par les donnes de lexamen clinique et de limagerie ou faites au cours des endoscopies.

  • Marqueurs tumoraux

  • La radiographie standard peut aider (poumons, os) et davantage si avec produit de contraste (colon, estomac, sophage)Lexploration osseuse est meilleure par scintigraphie osseuse et IRMLa scintigraphie thyroidienne est intressanteLa mammographie na aucun avantage avant 50 ans. En cas de mammographie suspecte, il faut une chographie du sein plus biopsieLchographie est utile pour la thyrode, le foie,la parotide, les testicules, la prostate, les parties molles, et en gyncologieLe scanner est lexamen de choix pour les diagnosticsLIRM est plus efficace que le Scanner pour le cerveau, le pelvis, les os et la colonneLe PET-Scan tient la drage haute et permet dexplorer tout le corps sauf le cerveau, la vessie, le cur, le foie qui fixent naturellement le FD-glucoseLendoscopie est incontournable pour la vessie, lestomac, les poumo