Arthur schopenhauer -_l_art_d_avoir_toujours_raison

of 38 /38
Schopenhauer L’Art d’avoir toujours raison La dialectique éristique Traduit de l’allemand par Dominique Miermont (Édition papier d’origine : Éditions Mille et un Nuits)

Embed Size (px)

description

l'art d avoir toujours raison

Transcript of Arthur schopenhauer -_l_art_d_avoir_toujours_raison

  • 1. SchopenhauerLArt davoir toujours raisonLa dialectique ristiqueTraduit de lallemand par Dominique Miermont(dition papier dorigine : ditions Mille et un Nuits)

2. SchopenhauerLArt davoir toujours raison2 3. LART DAVOIR TOUJOURS RAISONLa dialectique1 ristique est lart de disputer, et ce de telle sorte que lon ait toujours raison, donc per fas et nefas (cest--dire par tous les moyens possibles)2. On peut en effet avoir objectivement raison quant au dbat lui-mme tout en ayant tort aux yeux des personnes prsentes, et parfois mme ses propres yeux. En effet, quand mon adversaire rfute ma preuve et que cela quivaut rfuter mon affirmation elle-mme, qui peut cependant tre taye par dautres preuves - auquel cas, bien entendu, le rapport est invers en ce qui concerne mon adversaire : il a raison bien quil ait objectivement tort. Donc, la vrit objective dune proposition et la validit de celle-ci au plan de lapprobation des opposants et des auditeurs sont deux choses bien distinctes. (Cest cette dernire que se rapporte la dialectique.)Do cela vient-il ? De la mdiocrit naturelle de lespce humaine. Si ce ntait pas le cas, si nous tions foncirement honntes, nous ne chercherions, dans tout dbat, qu faire surgir la vrit, sans nous soucier de savoir si elle est conforme lopinion que nous avions dabord dfendue ou celle de ladversaire : ce qui naurait pas dimportance ou serait du moins tout fait secondaire. Mais cest dsormais lessentiel. La vanit inne, particulirement irritable en ce qui concerne les facults intellectuelles, ne veut pas accepter que notre affirmation se rvle fausse, ni que celle de ladversaire soit juste. Par consquent, chacun devrait simplement sefforcer de nexprimer que des jugements justes, ce qui devrait1 Chez les Anciens, logique et dialectique sont le plus souvent employs comme synonymes. Chez les Modernes galement.2 Le terme dristique serait seulement un mot plus dur pour dsigner la mme chose. Aristote (selon Diogne Larce, V, 28) regroupait la rhtorique et la dialectique dont lobjectif est la persuasion, ; puis lanalytique et la philosophie dont la finalit est la vrit. , (la dialectique est un art du discours au moyen duquel nous rfutons quelque chose ou laffirmons avec des preuves, et cela au moyen des questions et des rponses des discutants). Diogne Larce, III, 48 (Vie de Platon). Aristote distingue certes 1) la logique ou analytique en tant que thorie ou mthode pour arriver aux conclusions exactes, dites conclusions apodictiques ; 2) la dialectique ou mthode pour arriver aux conclusions considres comme exactes et adoptes comme telles , probabilia (Topiques 1, chap. 1 et 12), sans quil ait t dmontr quelles soient fausses, mais pas non plus quelles soient vraies (en soi et pour soi) ; car ce nest pas cela qui importe. Or quest-ce dautre que lart davoir toujours raison, que lon ait au fond raison ou non ? Donc lart de parvenir lapparence de la vrit sans se soucier de lobjet de la controverse. Cest pourquoi, comme cela fut dit au dbut, Aristote distingue en fait les conclusions logiques, dialectiques, comme cela vient dtre not, puis 3) les conclusions ristiques (lristique) o la forme finale est correcte, mais les thses mmes, la matire, ne sont pas vraies mais paraissent, seulement ltre, et enfin 4) les conclusions sophistiques (la sophistique) o la forme finale est fausse mais parat exacte. Ces trois derniers types font en fait partie de la dialectique ristique puisquils visent tous non pas la vrit objective mais son apparence, sans soccuper delle, donc avoir toujours raison. Le livre sur les conclusions sophistiques na t dit que plus tard et sparment ctait le dernier livre de la Dialectique (N.d.A.).3 4. inciter penser dabord et parler ensuite. Mais chez la plupart des hommes, la vanit inne saccompagne dun besoin de bavardage et dune malhonntet inne. Ils parlent avant davoir rflchi, et mme sils se rendent compte aprs coup que leur affirmation est fausse et quils ont tort, il faut que les apparences prouvent le contraire. Leur intrt pour la vrit, qui doit sans doute tre gnralement lunique motif les guidant lors de laffirmation dune thse suppose vraie, sefface compltement devant les intrts de leur vanit : le vrai doit paratre faux et le faux vrai.Toutefois cette malhonntet mme, lobstination dfendre une thse qui nous semble dj fausse nous-mmes, peut tre excusable : souvent, nous sommes dabord fermement convaincus de la vrit de notre affirmation, mais voil que largument de notre adversaire semble la renverser ; si nous renonons aussitt la dfendre, nous dcouvrons souvent aprs coup que, nous avions tout de mme raison ; notre preuve tait fausse, mais notre affirmation pouvait tre taye par une bonne preuve. Largument salvateur ne nous tait pas immdiatement venu lesprit. De ce fait, il se forme en nous la maxime selon laquelle, mme quand largument de ladversaire semble juste et concluant, nous devons lattaquer, certains que sa justesse nest quapparente et quau cours de la controverse nous trouverons un argument qui viendra le renverser ou confirmer notre vrit dune faon ou dune autre. Ainsi, nous sommes quasi obligs dtre malhonntes lors de la controverse, ou tout du moins lgrement tents de ltre. De cette faon, la faiblesse de notre intelligence et la perversit de notre volont se soutiennent mutuellement. Il en rsulte quen rgle gnrale celui qui dbat ne se bat pas pour la vrit mais pour sa thse, comme pro ara et focis (pour son autel et son foyer), et procde per fas et nefas, puisque, comme nous lavons montr, il ne peut faire autrement.Chacun cherchera donc gnralement faire triompher sa proposition, mme lorsquelle lui parait pour le moment fausse ou douteuse1. Quant aux moyens pour y parvenir, ils lui seront fournis dans une certaine mesure par ses aptitudes personnelles la ruse et la mdiocrit. Cest ce quenseigne lexprience quotidienne de la controverse. Chacun a donc1 Machiavel prescrit au prince de profiter de chaque instant de faiblesse de son voisin pour lattaquer, sinon ce dernier peut tirer parti dun moment o le prince est en position de faiblesse. Si la fidlit et lhonntet rgnaient, il en serait autrement; mais comme on ne peut compter sur ces vertus, il ne faut pas les pratiquer puisquon en est mal rcompens. Il en va de mme dans la controverse : si je donne raison mon adversaire ds quil semble avoir raison, il est peu probable quil agisse de la mme faon mon gard. Il procdera plutt per nefas, et il faut donc que jen fasse autant. Il est facile de dire quon doit uniquement rechercher la vrit sans vouloir privilgier sa thse, mais comme on ne peut supposer que ladversaire en fera autant, il faut y renoncer. De plus, si jtais prt, ds que lautre me semble avoir raison, abandonner une thse que jai pourtant examine fond auparavant, il pourrait facilement arriver que, entran par une impression passagre, je renonce la vrit pour adopter lerreur (NAA.).4 5. sa dialectique naturelle, tout comme il a sa logique naturelle. La seule chose, cest que la premire est loin de le guider aussi srement que la deuxime. Il nest facile personne de penser ou de conclure a contrario des lois de la logique ; les jugements faux sont frquents, les conclusions fausses extrmement rares. Si un homme ne manifeste donc pas facilement un manque de logique naturelle, il peut en revanche manifester un manque de dialectique naturelle ; cest un don de la nature ingalement partag (semblable en cela la facult de jugement qui est trs ingalement partage, alors que la raison lest vrai dire quitablement). Car il arrive souvent que, bien que lon ait raison, on se laisse confondre ou rfuter par une argumentation spcieuse, ou inversement ; et celui qui sort vainqueur du dbat doit bien souvent sa victoire non pas tant la justesse de son jugement quand il soutient sa thse, qu lastuce et ladresse avec lesquelles il la dfendue. Ici, comme dans tous les cas, cest linn qui se rvle le meilleur conseiller ; cependant, en sexerant et en rflchissant aux tours dadresse susceptibles de renverser ladversaire ou souvent employs par lui pour renverser lautre, on peut avoir de grandes chances de passer matre en cet art. Donc, mme si la logique ne peut avoir dutilit vritablement pratique, la dialectique peut, elle, en avoir. Il me semble aussi quAristote a conu sa logique proprement dite (lAnalytique) essentiellement comme fondement et prparation de la dialectique, et que celle-ci tait pour lui llment le plus important. La logique sintresse uniquement la forme des thses avances, la dialectique leur contenu ou leur matire ; cest justement pour cela que lexamen de la forme, cest-- dire du gnral, devait prcder celui du contenu, cest--dire du particulier.Aristote ne dtermine pas lobjectif de la dialectique aussi prcisment que je lai fait. Il indique certes comme but principal la controverse, mais galement la recherche de la vrit ; plus tard, il rpte que lon traite philosophiquement les thses en fonction de la vrit, et dialectiquement en fonction de lapparence ou de lapprobation, de lopinion () des autres (Topiques, I, chap. 12). Il est certes conscient de la distinction trs nette entre la vrit objective dune thse et la faon de limposer ou de la faire accepter ; cependant, il ne les distingue pas assez clairement pour nassigner la dialectique que cette dernire finalit1.1 Et par ailleurs, dans son livre Les Rfutations sophistiques, il se donne trop de mal pour distinguer la dialectique de la sophistique et de lristique. La diffrence serait que les conclusions dialectiques sont vraies sur le plan de la forme et du contenu, alors que les conclusions ristiques ou sophistiques sont fausses (ces dernires diffrent uniquement par leur finalit : pour lristique, le but est davoir raison ; pour la sophistique, cest le crdit que lon peut en tirer et largent que lon peut gagner de cette faon). Savoir si des thses sont vraies quant leur contenu est toujours beaucoup trop soumis incertitude pour quon puisse en tirer un critre distinctif, et celui qui participe la discussion est le moins bien plac pour avoir une certitude complte ce sujet; mme le rsultat de la controverse nous claire mal sur ce point. Nous devons donc rassembler sous le terme de dialectique aristotlicienne la sophistique, lristique et la pirastique, et la dfinir comme lart davoir toujours raison dans la controverse. Pour cela, le meilleur moyen est bien sr en premier lieu davoir vraiment raison, mais vu la mentalit des hommes, cela nest pas suffisant en soi, et vu la faiblesse de leur entendement ce nest pas absolument ncessaire. Il faut donc y adjoindre dautres stratagmes qui, du fait mme quils sont indpen5 6. De ce fait, les rgles quil lui fixe sont souvent mles celles fixes lautre finalit. Il me semble donc quil na pas rempli sa tche correctement1.Pour fonder la dialectique en toute rigueur, il faut, sans se soucier de la vrit objective (qui est laffaire de la logique), la considrer uniquement comme lart davoir toujours raison, ce qui sera videmment dautant plus facile si lon a raison quant au fond mme du dbat. Mais la dialectique en tant que telle a seulement pour devoir denseigner comment on peut se dfendre contre les attaques de toute nature, en particulier contre les attaques malhonntes, et galement comment on peut de son ct attaquer ce quaffirme lautre sans se contredire soi-mme et surtout sans tre rfut. Il faut sparer nettement la dcouverte de la vrit objective de lart de faire passer les thses que lon avance pour vraies ; lune est laffaire dune toute autre (activit), cest loeuvre de la capacit de jugement, de la rflexion, de lexprience, et cela ne fait pas lobjet dun art particulier. Quant lautre, il est le dessein mme de la dialectique. On a dfini cette dernire comme la logique de lapparence, ce qui est faux car elle ne servirait alors qu dfendre des thses errones. Cependant, mme quand on a raison, on a besoin de la dialectique pour dfendre son point de vue, et il faut connatre les stratagmes malhonntes pour leur faire face ; il faut mme souvent y avoir recours soi-mme pour battre ladversaire armes gales. Cest donc pour cette raison que la dialectique doit mettre la vrit objective de ct ou la considrer comme accidentelle ; et il faut simplement veiller dfendre ses propositions et renverser celles de lautre. Dans les rgles de ce combat, on ne doit pas tenir compte de la vrit objective parce quon ignore la plupart du temps o elle se trouve2. Souvent on ne sait pas soi- mme si lon a raison ou non ; on croit souvent avoir raison alors quon se trompe, et souvent les deux parties croient avoir raison car veritas est in puteo ( , la vrit estdants de la vrit objective; peuvent aussi tre utiliss quand on a objectivement tort. Quant savoir si cest le cas, on na presque jamais de certitude ce sujet.Je pense donc que la dialectique doit tre plus nettement distingue de la logique que ne la fait Aristote : il faudrait laisser la logique la vrit objective, dans la mesure o elle est formelle ; et limiter la dialectique lart davoir toujours raison; mais il ne faudrait pas, contrairement Aristote, sparer autant la dialectique de la sophistique et de lristique puisque cette diffrence repose sur la vrit objective matrielle dont nous ne pouvons rien savoir de prcis lavance et sommes bien forcs de dire avec Ponce Pilate : quest-ce que la vrit ? - car veritas est in puteo ( ), maxime de Dmocrite (Diogne Larce IX, 72). On a beau jeu de dire que dans la controverse on ne doit viser rien dautre qu faire surgir la vrit ; le problme, cest quon ne sait pas encore o elle se trouve et quon se laisse garer par les arguments de ladversaire et par les siens propres. Du reste, re intellecta, ira verbis simas faciles (la chose avant t comprise, soyons clairs sur les mots) : puisquon a coutume de considrer globalement que le mot dialectique est synonyme de logique , nous allons appeler notre discipline Dialectica eristica, dialectique ristique (N. d. A.).1 Il faut toujours sparer soigneusement lobjet dune discipline de celui des autres (N. d. A.).2 Veritas est in puteo, , formule de Dmocrite, Diogene Larce, IX, 72. Il arrive souvent que deux personnes se querellent et que chacune rentre chez elle avec lopinion de lautre : elles ont chang (N. d. A.).6 7. au fond du puits , Dmocrite). Au dbut de la controverse, chacun croit gnralement avoir la vrit de son ct, puis les deux parties se mettent douter, et cest seulement la fin du dbat qui doit rvler la vrit, la confirmer. Donc, la dialectique na pas sengager l- dedans, de mme que le matre darmes ne se pose pas la question de savoir qui avait raison lors de la querelle ayant provoqu le duel : toucher et parer, cest cela qui importe. Il en va de mme pour la dialectique qui est une joute intellectuelle. Si on la conoit de faon aussi claire, elle peut tre considre comme une discipline autonome car si nous nous fixons comme but la pure vrit objective, nous revenons la simple logique ; si en revanche nous nous fixons comme but lapplication de thses fausses, nous sommes dans la pure sophistique. Et dans les deux cas on supposerait que nous savions dj ce qui est objectivement vrai et faux ; or, il est rare que lon puisse le savoir lavance avec certitude. Le vrai concept de la dialectique est donc celui qui a dj t tabli : joute intellectuelle pour avoir toujours raison dans la controverse. Le terme dristique serait cependant plus correct, et le plus exact de tous serait sans doute celui de dialectique ristique : Dialectica eristica. Elle est extrmement utile, et cest tort quelle a t nglige dans les temps modernes.La dialectique ne devant donc tre quun rsum et une description de ces tours dadresse inspirs par la nature et que la plupart des hommes, quand ils saperoivent que la vrit nest pas de leur ct dans la controverse, utilisent pour avoir quand mme raison - il serait tout fait inopportun, dans le domaine de la dialectique scientifique, de vouloir tenir compte de la vrit objective et de sa mise en lumire puisque ce nest pas le cas dans cette dialectique originelle et naturelle dont le seul objectif est davoir raison. La dialectique scientifique, telle que nous la concevons, a par consquent pour principale mission dlaborer et danalyser les stratagmes de la malhonntet dans la controverse afin que, dans les dbats rels, on puisse les reconnatre immdiatement et les rduire nant. Cest la raison pour laquelle la dialectique ne doit accepter comme finalit dans sa dfinition que lart davoir toujours raison et non la vrit objective.Bien que jaie fait des recherches pousses, je nai pas connaissance que lon ait fait quoi que ce soit dans ce sens1 ; il sagit donc dun terrain encore vierge. Pour parvenir nos fins, il faudrait puiser dans lexprience, observer comment, lors des dbats que suscitent souvent les rapports des hommes entre eux, tel ou tel stratagme est utilis par lune ou lautre partie, puis ramener ces tours dadresse, rapparaissant sous dautres formes, un principe1 Selon Diogne Larce, parmi les nombreux crits rhtoriques de Thophraste, qui ont tous disparu, il sen trouvait un intitul [Dbat sur la thorie des controverses]. Cest bien l notre propos (N. d. A.).7 8. gnral, et tablir ainsi certains stratagmes gnraux qui seraient ensuite utiles, tant pour son propre usage que pour les rduire nant quand lautre sen sert.Ce qui suit doit tre considr comme un premier essai.8 9. BASE DE TOUTE DIALECTIQUETout dabord, il faut considrer lessentiel de toute controverse, ce qui se passe en fait.Ladversaire a pos une thse (ou nous-mme, peu importe). Pour la rfuter, il y a deux modes et deux mthodes possibles.1) Les modes : a) ad rem, b) ad hominem ou ex concessis, cest--dire que nous dmontrons soit que cette thse nest pas en accord avec la nature des choses, la vrit objective absolue, soit quelle contredit dautres affirmations ou concessions de ladversaire, cest--dire la vrit subjective relative. Dans le dernier cas, il ne sagit que dune preuve relative qui na rien voir avec la vrit objective.2) Les mthodes : a) rfutation directe, b) indirecte. La rfutation directe attaque la thse dans ses fondements, lindirecte dans ses consquences ; la directe dmontre que la thse nest pas vraie, lindirecte quelle ne peut pas tre vraie.1) En cas de rfutation directe, nous pouvons faire deux choses. Soit nous dmontrons que les fondements de son affirmation sont faux (nego majorem ; minorem) ; soit nous admettons les fondements, mais nous dmontrons que laffirmation ne peut en rsulter (nego consequentiam), nous attaquons donc la consquence, la forme de la conclusion.2) En cas de rfutation indirecte, nous utilisons soit la conversion (), soit linstance.a) La conversion : nous admettons la vrit de sa proposition et nous dmontrons alors ce qui en rsulte quand, en relation avec une proposition quelconque reconnue comme vraie, nous lutilisons comme prmisse dune conclusion, et quapparat alors une conclusion manifestement fausse puisquelle contredit soit la nature des choses si elle contredit une vrit tout fait incontestable, nous avons confondu ladversaire ad absurdum , soit les autres affirmations de ladversaire lui-mme, donc se rvle fausse ad rem ou ad hominem (Socrate dans LHippias majeur et autres textes). Par consquent, la thse aussi tait fausse, car de prmisses vraies ne peuvent tre dduites que des propositions justes, bien que celles dduites de fausses prmisses ne soient pas toujours fausses.b) Linstance, , exemplum in contrarium rfutation de la proposition gnrale par la dmonstration directe de cas isols compris dans ses propos mais auxquels elle ne sapplique pas, si bien quelle-mme ne peut qutre fausse.9 10. Cela est lossature gnrale, le squelette de toute controverse : nous avons donc son ostologie. Car cest l, au fond, quoi se ramne toute controverse : mais tout cela peut se passer rellement ou seulement en apparence, avec des fondements authentiques ou non. Et comme en la matire il nest pas facile davoir des certitudes, les dbats sont longs et acharns. Dans la dmonstration, nous ne pouvons pas non plus distinguer le vrai de lapparent puisque cette distinction nest jamais fixe lavance chez les adversaires eux- mmes. Cest pourquoi jindique les stratagmes sans tenir compte du fait que lon ait objectivement raison ou non ; car on ne peut le savoir soi-mme avec certitude et cela ne peut tre dcid que grce la controverse. Du reste, dans toute controverse ou argumentation il faut que lon sentende sur quelque chose, un principe partir duquel on va juger du problme pos : Contra negantem principea non est disputandum (on ne saurait discuter avec quelquun qui conteste les principes).10 11. STRATAGME 1Lextension. tirer laffirmation de ladversaire au-del de ses limites naturelles, linterprter de la faon la plus gnrale possible, la prendre au sens le plus large possible et lexagrer. Par contre, rduire la sienne au sens le plus restreint qui soit, dans les limites les plus troites possibles. Car plus une affirmation devient gnrale, plus elle est en butte aux attaques. La parade est de poser clairement le punctus (point dbattu) ou le status controversioe (manire dont se prsente la controverse).Exemple 1 : Jai dit : Les Anglais sont la premire nation en art dramatique. Ladversaire a voulu tenter une instantia en rpliquant : Il est connu quils ne valent rien en musique et donc en matire dopra. - Je lai contr en rappelant que la musique ne fait pas partie de lart dramatique, ce terme ne dsignant que la tragdie et la comdie . Il le savait trs bien et tentait seulement de gnraliser mon affirmation de telle sorte quelle englobt toutes les formes de manifestation thtrale, donc lopra, donc la musique, et ce pour tre sr de son triomphe. linverse, pour assurer la victoire de sa propre affirmation, il faut la restreindre plus quon ne le prvoyait de prime abord quand lexpression utilise va dans ce sens.Exemple 2 : A dit : La paix de 1814 a mme rendu toutes les villes hansatiques leur indpendance. B rpond par linstantia in contrarium en disant que cette paix a fait perdre Danzig lindpendance que lui avait accorde Bonaparte. A sen sort de la faon suivante : Jai parl de toutes les villes hansatiques allemandes ; Danzig tait une ville hansatique polonaise. Ce stratagme est dj enseign par Aristote (Topiques, VIII, chap. 12, 11.)Exemple 3. Lamarck (Philosophie zoologique, vol. 1, p. 203) dnie toute sensibilit aux polypes parce quils nont pas de nerfs. Or il est certain quils peroivent car ils se tournent vers la lumire en se dplaant artificiellement de branche en branche - et ils attrapent leur proie. On a donc suppos que chez eux la masse nerveuse est uniformment rpartie dans la masse du corps tout entier, comme fondue en elle ; car ils ont manifestement des perceptions sans avoir des organes des sens distincts. Comme cela renverse lhypothse de Lamarck, il argumente dialectiquement comme suit : Alors il faudrait que toutes les 11 12. parties du corps des polypes soient aptes toute forme de sensibilit, et aussi de mouvement, de volont, de pense. Alors le polype aurait en chaque point de son corps tous les organes de lanimal le plus parfait : partout il pourrait voir, sentir, goter, entendre, etc., et mme penser, juger, conclure ; chaque particule de son corps serait un animal parfait, et le polype lui-mme serait suprieur lhomme puisque chacune de ses particules aurait toutes les facults que lhomme na que dans sa globalit. En outre, il ny aurait pas de raison de ne pas tendre la monade, le plus imparfait de tous les tres, ce que lon affirme du polype, et finalement aux plantes qui sont elles aussi bien vivantes, etc. Cest en utilisant de tels stratagmes dialectiques quun auteur rvle que, en son for intrieur, il est conscient davoir tort. Il transforme laffirmation leur corps entier est sensible la lumire, donc de nature nerveuse en lui faisant dire que le corps entier pense.STRATAGME 2Utiliser lhomonymie pour tendre galement laffirmation ce qui, part le mme mot, na pas grand-chose ou rien du tout en commun avec lobjet du dbat, puis rfuter de faon lumineuse et se donner ainsi lair davoir rfut laffirmation elle-mme.Remarque : on appelle synonymes deux mots dsignant le mme concept, homonymes deux concepts dsigns par le mme mot (voir Aristote, Topiques, I, chap. 13). Grave , coupant , aigu employs tantt pour des corps tantt pour des sons sont des homonymes. Honnte et loyal sont des synonymes.On peut considrer ce stratagme comme identique au sophisme ex homonymea ; toutefois le sophisme vident de lhomonymie ne saurait srieusement faire illusion :Omne lumen potest extinguiIntellectus est lumenIntellectus potest extingui.(Toute lumire peut tre teinte ; lintelligence est une lumire, donc lintelligence peut tre teinte.) Ici, on remarque tout de suite quil y a quatre termini : lumen pris au sens propre et lumen pris au sens figur. Mais dans les cas subtils lillusion peut se produire, notamment quand les concepts dsigns par la mme expression sont apparents et se confondent.12 13. Exemple 1. Ces cas invents sciemment ne sont pas assez subtils pour faire illusion ; il faut donc en collecter dans sa propre exprience. Il serait bon de pouvoir donner chaque stratagme un nom bref et adquat grce auquel on pourrait instantanment rejeter, le cas chant, lemploi de tel ou tel stratagme.A. : Vous ntes pas encore initi aux mystres de la philosophie kantienne. B. : Ah, quand il est question de mystres, cela ne mintresse pas. Exemple 2. Je qualifiais de draisonnable le principe de lhonneur selon lequel on est dshonor cause dune offense subie moins quon y rponde par une offense encore plus grande ou quon la lave dans le sang, celui de ladversaire ou le sien propre ; jinvoquais comme raison que le vritable honneur ne pouvait tre entam par ce que lon subit mais uniquement par ce que lon fait ; car tout peut arriver tout le monde. Mon adversaire sattaqua directement au fondement de mes dires : il me dmontra de faon lumineuse que si on accuse tort un marchand descroquerie ou de malhonntet, ou de ngligence dans lexercice de sa profession, cest l une atteinte son honneur, qui nest bless qu cause de ce quil subit, et quil ne peut laver quen imposant cet agresseur de recevoir un chtiment et de se rtracter.Du fait de lhomonymie, il substituait donc lhonneur civil, que lon appelle habituellement la bonne rputation et que lon entache par la calomnie, le concept dhonneur chevaleresque, que lon appelle aussi point dhonneur et auquel on porte atteinte par des offenses. Et comme il ne faut pas ngliger une atteinte au premier type dhonneur mais la contrer en la rfutant publiquement, on serait tout autant justifi de ne pas laisser passer une atteinte au deuxime type dhonneur et de la contrer par une offense plus grande et un duel. Il y a donc eu confusion de deux choses essentiellement diffrentes du fait de lhomonymie du mot honneur ; et une mutatio controversiae (modification de lobjet du dbat) provoque par lhomonymie.STRATAGME 3Prendre laffirmation pose relativement, , comme si elle ltait de faon gnrale, simpliciter, absolue, ou du moins la concevoir dans un rapport tout fait diffrent et la rfuter dans ce sens. Lexemple donn par Aristote est le suivant : Le Maure est noir, mais blanc pour ce qui est des dents ; il est donc la fois noir et pas noir. Cest un 13 14. exemple fictif qui ne trompera vritablement personne ; prenons-en un provenant au contraire de lexprience concrte.Exemple 1. Dans une discussion sur la philosophie, je reconnus que mon systme prenait la dfense des quitistes et faisait leur loge. Peu aprs, on en vint parler de Hegel, et jaffirmai quil avait surtout crit des inepties, ou que du moins, dans de nombreux passages de ses crits, lauteur fournit les mots, laissant au lecteur le soin dy mettre du sens. Mon adversaire nessaya pas de rfuter ces propos ad rem, mais se contenta de largumentum ad hominem en disant que je venais de faire lloge des quitistes alors que ceux-ci avaient galement crit beaucoup dinepties .Je le reconnus mais rectifiai son affirmation en disant que je ne faisais pas lloge des quitistes en tant que philosophes et crivains, donc pas pour leurs qualits thoriques, mais seulement en tant quhommes, pour leurs actes, du point de vue uniquement pratique, alors que pour Hegel il tait question de qualits thoriques. Cest ainsi que je parai cette attaque.Les trois premiers stratagmes sont proches : ils ont en commun le fait que ladversaire parle en ralit dautre chose que de laffirmation pose ; on commettrait donc une ignoratio elenchi (ignorance du moyen de rfutation) si on laissait lautre vous envoyer promener de cette faon. Car dans tous les exemples donns, ce que dit ladversaire est vrai ; ce nest pas vraiment en contradiction avec ma thse, mais seulement en apparence ; donc celui quil attaque nie ce quimplique sa conclusion, savoir que la vrit de sa thse prouverait la fausset de la ntre. Cest donc une rfutation directe de sa rfutation per negationem consequentiae (par le refus de la conclusion).Ne pas reconnatre des prmisses exactes parce que lon prvoit la consquence. L contre, il existe les deux mthodes suivantes, les rgles 4 et 5.STRATAGME 4Quand on veut arriver une conclusion, il ne faut pas la laisser prvoir mais obtenir discrtement quon en admette les prmisses en dissminant celles-ci au cours de la conversation, sinon ladversaire tentera toutes sortes de manoeuvres ; ou, si on doute que ladversaire les admette, il faut poser les prmisses de ces prmisses, tablir des pro- syllogismes, faire approuver les prmisses de plusieurs de ces pro-syllogismes, et ce dans le dsordre, de faon cacher son jeu jusqu ce que tout ce dont on a besoin ait t concd. 14 15. Aristote indique ces rgles dans les Topiques (VIII, chap. 1er). Il nest pas besoin de donner des exemples.STRATAGME 5Pour prouver sa thse, on peut aussi utiliser de fausses prmisses, et cela quand ladversaire ne concderait pas les vraies, soit parce quil nen reconnat pas la vrit, soit parce quil se rend compte que la thse en rsulterait automatiquement. Il faut prendre alors des propositions qui sont fausses en soi mais vraies ad hominem, et argumenter partir du mode de pense de ladversaire ex concessis. Car le vrai peut aussi rsulter de fausses prmisses, alors que le faux ne peut jamais dcouler de vraies prmisses. Cest ainsi que lon peut rfuter des propositions fausses de ladversaire au moyen dautres propositions fausses quil considre toutefois comme vraies ; car cest lui que lon a affaire et il faut utiliser son mode de pense. Par exemple, sil est adepte dune secte quelconque que nous napprouvons pas, nous pouvons utiliser contre lui les prceptes de cette secte en tant que principia (Aristote, Topiques, VIII, chap. 9)STRATAGME 6On fait une petitio principii camoufle en postulant ce que lon aurait prouver, soit 1) sous un autre nom, par exemple bonne rputation la place de honneur , vertu la place de virginit , etc., ou en changeant de concept . animaux sang chaud au lieu de vertbrs , soit 2) en faisant admettre comme vrit gnrale ce qui est contest un niveau particulier, par exemple affirmer lincertitude de la mdecine en postulant lincertitude de tout savoir humain ; 3) quand vice versa deux propositions dcoulent lune de lautre et quon doit dmontrer lune delles, il faut postuler lautre ; 4) quand il faut prouver une vrit gnrale et quon arrive obtenir toutes les vrits particulires. (Linverse du numro 2.) (Aristote, Topiques, VIII, chap. 11)En ce qui concerne lentranement la dialectique, le dernier chapitre des Topiques dAristote contient de bonnes rgles.15 16. STRATAGME 7Si la controverse est mene de faon un peu stricte et formelle et que lon dsire se faire comprendre clairement, celui qui a pos la proposition et qui doit la dmontrer contre son adversaire doit procder un questionnement afin de dduire de ses propres concessions la vrit de son affirmation. Cette mthode rotmatique tait particulirement utilise par les Anciens (on lappelle aussi mthode socratique). Cest elle que se rfre le stratagme prsent et quelques autres qui vont suivre (tous labors librement daprs Les Rfutations sophistiques dAristote, chap. 15).Poser beaucoup de questions la fois et largir le contexte pour cacher ce que lon veut vritablement faire admettre. En revanche, exposer rapidement son argumentation partir des concessions obtenues, car ceux qui sont lents comprendre ne peuvent suivre exactement la dmonstration et nen peuvent voir les dfauts ou les lacunes ventuelles.STRATAGME 8Mettre ladversaire en colre, car dans sa fureur il est hors dtat de porter un jugement correct et de percevoir son intrt. On le met en colre en tant ouvertement injuste envers lui, en le provoquant et, dune faon gnrale, en faisant preuve dimpudence.STRATAGME 9Ne pas poser les questions dans lordre exig par la conclusion quil faut en tirer, mais dans toutes sortes de permutations ; il ne peut savoir ainsi o lon veut en venir et ne peut se prmunir. On peut aussi utiliser ses rponses pour en tirer diverses conclusions, mme opposes, en fonction de leur nature. Ce stratagme est apparent au quatrime dans la mesure o il faut dissimuler sa manire de procder.STRATAGME 10Quand on se rend compte que ladversaire fait exprs de rejeter les questions qui auraient besoin dune rponse positive pour soutenir notre thse, il faut linterroger sur la 16 17. thse contraire, comme si ctait cela quon voulait le voir approuver ; ou, tout du moins lui donner le choix entre les deux de telle sorte quil ne sache plus quelle est la thse laquelle on souhaite quil adhre.STRATAGME 11Si nous procdons par induction et quil concde les cas particuliers permettant dtayer notre thse, il ne faut pas lui demander sil admet aussi la vrit gnrale rsultant de ces cas isols mais lintroduire ensuite comme une vrit admise et reconnue ; car parfois il croira lavoir admise lui-mme, et les tmoins du dbat auront la mme impression car ils se souviendront des nombreuses questions concernant les cas particuliers ; celles-ci auront donc permis datteindre le but recherch.STRATAGME 12Sil est question dun concept gnral nayant pas de dsignation propre et devant tre dnomm allgoriquement par un trope, il ne faut pas hsiter choisir cette allgorie de faon quelle soit favorable notre thse. Par exemple, en Espagne les noms qui dsignent les deux partis politiques, serviles et liberales ont certainement t choisis par ces derniers.Le mot protestant a t choisi par eux, de mme le mot vanglique , mais le mot hrtique la t par les catholiques.Cest galement valable pour le nom des choses quand elles sont prises davantage au sens propre. Par exemple, si ladversaire a propos un changement quelconque, on le qualifiera d innovation car ce mot est mprisant. On fera le contraire si cest soi-mme qui le propose. Dans le premier cas, le concept oppos sera dsign d ordre tabli , dans le second de pagaille . Ce quune personne dpourvue de toute prmditation et de parti pris appellerait par exemple culte ou religion officielle , celui qui y est favorable utilisera les mots pit , ferveur et leur adversaire bigoterie , superstition . Au fond, cest l une subtile petitio principii : ce que lon veut dmontrer, on le met lavance dans le mot, dans la dsignation, do il merge ensuite grce un jugement purement analytique. Quand lun dit se mettre labri , mettre en lieu sr , son adversaire dira enfermer . Un orateur trahit souvent lavance ses intentions par les noms quil donne aux choses. Lun dit clerg et lautre les curetons . De tous les stratagmes, cest celui-ci qui est le plus 17 18. souvent employ, instinctivement. Proslytisme = fanatisme. Faux pas ou escapade = adultre. quivoques = obscnits. Mal en point = ruin. Influence et relations = corruption et npotisme. Sincre reconnaissance = bonne rmunration.STRATAGME 13Pour faire en sorte quil accepte une thse, nous devons lui en prsenter le contraire et lui laisser le choix : mais nous devons noncer ce contraire de faon si violente que ladversaire, sil ne veut pas cultiver lart du paradoxe, est oblig dapprouver notre thse qui, en comparaison, parat tout fait probable. Par exemple, il doit reconnatre que chacun doit faire tout ce que son pre lui dit. Nous lui demandons alors : Faut-il en toutes choses dsobir ou obir ses parents ? ou si propos dune chose il est dit souvent , nous lui demandons si par ce mot on entend quelques cas ou beaucoup de cas, et il dira beaucoup . Cest comme quand on met du gris ct du noir : on dirait du blanc ; et si on le met ct du blanc, on dirait du noir.STRATAGME 14Un tour pendable consiste, quand il a rpondu plusieurs questions sans que ses rponses soient alles dans le sens de la conclusion vers laquelle nous tendons, dclarer quainsi la dduction laquelle on voulait aboutir est prouve, bien quelle nen rsulte aucunement, et le proclamer triomphalement. Si ladversaire est timide ou stupide et quon a soi-mme beaucoup daudace et une bonne voix, cela peut trs bien marcher. Cela relve du fallacia non causae ut causae (faire passer pour une raison ce qui nen est pas une).STRATAGME 15Si nous avons pos une thse paradoxale que nous avons du mal dmontrer, il faut prsenter ladversaire nimporte quelle proposition exacte, mais dune exactitude pas tout fait vidente, afin quil laccepte ou la rejette, comme si ctait de l que nous voulions tirer notre dmonstration. Sil la rejette par mfiance, nous le confondons ad absurdum et triomphons ; mais sil laccepte, cest que nous avons tenu des propos raisonnables, et nous 18 19. pouvons voir venir la suite. Ou bien nous ajoutons le stratagme prcdent et affirmons alors que notre paradoxe est dmontr. Il faut pour cela tre dune extrme impudence, mais il y a des gens qui pratiquent tout cela de faon instinctive.STRATAGME 16Argumenta ad hominem ou ex concessis. Quand ladversaire fait une affirmation, nous devons chercher savoir si elle mest pas dune certaine faon, et ne serait-ce quen apparence, en contradiction avec quelque chose quil a dit ou admis auparavant, ou avec les principes dune cole ou dune secte dont il a fait lloge, ou avec les actes des adeptes de cette secte, quils soient sincres ou non, ou avec ses propres faits et gestes. Si par exemple il prend parti en faveur du suicide, il faut scrier aussitt : Pourquoi ne te pends-tu pas ? Ou bien sil affirme par exemple que Berlin est une ville dsagrable, on scrie aussitt : Pourquoi ne pars-tu pas par la premire diligence ? On arrivera bien dune faon ou dune autre trouver une manoeuvre.STRATAGME 17Si ladversaire a une parade qui nous met dans lembarras, nous pourrons souvent nous tirer daffaire grce une distinction subtile laquelle nous navions pas pens auparavant - si tant est que lobjet du dbat admette une double interprtation ou deux cas distincts.STRATAGME 18Si nous nous rendons compte que ladversaire sest empar dune argumentation qui va lui permettre de nous battre, nous devons lempcher de parvenir au bout de sa dmonstration en interrompant temps le cours de la discussion, en nous esquivant ou en dtournant le dbat vers dautres propositions, bref, il faut provoquer une mutatio controversiae.STRATAGME 1919 20. Si ladversaire exige expressment que nous argumentions contre un certain aspect de son affirmation, et que nous nayons rien de valable dire, il faut se lancer dans un dbat gnral et la contrer. Si nous devons dire pourquoi une certaine hypothse physique nest pas fiable, nous parlerons du caractre fallacieux du savoir humain et lillustrerons par toutes sortes dexemples.STRATAGME 20Si nous lui avons demand les prmisses et quil les a admises, il faut, non pas que nous lui demandions en plus la conclusion, mais que nous la tirions nous-mmes ; et mme sil manque lune ou lautre des prmisses, nous la considrerons comme admise et tirerons la conclusion. Ce qui est une application de la fallacia non causae ut causae.STRATAGME 21En cas dargument spcieux ou sophistique de ladversaire dont nous ne sommes pas dupes, nous pouvons certes le dmolir en expliquant ce quil a dinsidieux et de fallacieux. Mais il est prfrable de lui opposer un contre-argument aussi spcieux et sophistiqu afin de lui rgler son compte. Car ce qui importe, ce nest pas la vrit mais la victoire. Si par exemple il avance un argumentum ad hominem, il suffit de le dsarmer par un contre- argument ad hominem (ex concessis) ; et, dune manire gnrale, au lieu davoir discuter longuement de la vraie nature des choses, il est plus rapide de donner un argumentum ad hominem quand loccasion se prsente.STRATAGME 22Sil exige que nous concdions une chose do dcoulerait directement le problme dbattu, il faut refuser en prtendant quil sagit l dune petitio principii ; car lui et les tmoins du dbat auront tendance considrer une proposition proche du problme comme identique ce problme ; nous le privons ainsi de son meilleur argument.20 21. STRATAGME 23La contradiction et la querelle incitent exagrer son affirmation. En le contredisant, nous pouvons donc pousser ladversaire tirer une affirmation, ventuellement exacte dans les limites requises, au-del de la vrit ; et une fois que nous avons rfut cette exagration, il semble galement que nous ayons rfut sa thse originelle. linverse, nous devons nous garder de nous laisser entraner par la contradiction exagrer ou largir le champ de notre thse. Souvent aussi, ladversaire lui-mme essaiera directement de faire reculer les limites que nous avions fixes : il faut immdiatement y mettre un terme et le ramener aux limites de notre affirmation en disant Voil ce que jai dit, et rien de plus. STRATAGME 24Lart de tirer des consquences. On force la thse de ladversaire en en tirant de fausses conclusions et en dformant les concepts, pour en faire sortir des propositions qui ne sy trouvent pas et qui ne refltent pas du tout lopinion de ladversaire car elles sont au contraire absurdes ou dangereuses ; comme il semble que de sa thse dcoulent des propositions qui soit se contredisent elles-mmes, soit contredisent des vrits reconnues, ce stratagme passe pour une rfutation indirecte, une apagogue, et cest encore une application de la fallacia non causae ut causae.STRATAGME 25Il concerne lapagogue au moyen dune instance, exemplum in contrarium. L, inductio, linduction requiert un grand nombre de cas pour poser sa thse gnrale ; l na besoin que de poser un seul cas en contradiction avec la proposition pour que celle-ci soit renverse. Un tel cas sappelle une instance, , exemplum in contrarium, instantia. Par exemple, la thse tous les ruminants ont des cornes est rfute par linstance unique des chameaux.Linstance est un cas dapplication de la vrit gnrale, quelque chose subsumer sous ce concept gnral mais qui ne concerne pas cette vrit et qui la renverse compltement. Cependant les choses peuvent tre trompeuses : il faut donc veiller aux points suivants quand ladversaire recourt des instances : 1) lexemple est-il vraiment exact : il y a des problmes 21 22. dont la seule solution vritable est que le cas pos est inexact, par exemple, de nombreux miracles, les histoires de fan tmes, etc. ; 2) relve-t-il vraiment du concept de la vrit pose : ce nest souvent le cas quen apparence, et la question ne peut tre rsolue quen faisant une nette distinction ; 3) est-il vraiment en contradiction avec la vrit pose : cela aussi nest souvent quune apparence.STRATAGME 26Une technique brillante est la retorsio argumenti quand largument quil veut utiliser ses fins peut tre encore meilleur si on le retourne contre lui. Par exemple, il dit : Cest un enfant, il faut tre indulgent avec lui , retorsio : Cest justement parce que cest un enfant quil faut le chtier pour quil ne sencrote pas dans ses mauvaises habitudes. STRATAGME 27Si un argument met inopinment ladversaire en colre, il faut .sefforcer de pousser cet argument encore plus loin : non seulement parce quil est bon de le mettre en colre, mais parce quon peut supposer que lon a touch le point faible de son raisonnement et quon peut sans doute lattaquer encore davantage sur ce point quon ne lavait vu dabord.STRATAGME 28Ce stratagme est surtout utilisable quand des savants se disputent devant des auditeurs ignorants. Quand on na pas dargumentum ad rem et mme pas dargument ad hominem, il faut en avancer un ad auditores, cest--dire une objection non valable mais dont seul le spcialiste reconnat le manque de validit ; celui qui est le spcialiste, cest ladversaire, pas les auditeurs. leurs yeux, cest donc lui qui est battu, surtout si lobjection fait apparatre son affirmation sous un jour ridicule. Les gens sont toujours prts rire, et on a alors les rieurs de son ct. Pour dmontrer la nullit de lobjection, il faudrait que ladversaire fasse une longue dmonstration et remonte aux principes scientifiques ou dautres faits, et il lui sera difficile de se faire entendre.22 23. Exemple. Ladversaire dit : au cours de la formation des montagnes primitives, la masse partir de laquelle le granite et tout le reste de ces montagnes sest cristallis tait liquide cause de la chaleur, donc fondu : la chaleur devait tre denviron 200 Raumur et la masse sest cristallise au-dessous de la surface de la mer qui la recouvrait. Nous avanons largumentum ad auditores en disant qu cette temprature, et mme bien avant, vers 80, la mer se serait mise depuis longtemps bouillir et se serait vapore dans latmosphre. Les auditeurs clatent de rire. Pour nous battre, il lui faudrait dmontrer que le point dbullition ne dpend pas seulement du degr de temprature mais tout autant de la pression de latmosphre et que celle-ci, ds que par exemple la moiti de la mer serait transforme en vapeur deau, aurait tellement augment quil ny aurait pas dbullition, mme 200 Raumur. Mais il ne le fera pas car avec des non-physiciens il y faudrait une vritable confrence.STRATAGME 29Si on se rend compte que lon va tre battu, il faut faire une diversion, cest--dire quon se met tout dun coup parler de tout autre chose comme si cela faisait partie du sujet dbattu et tait un argument contre ladversaire. Cela se fait avec discrtion si la diversion a quelque rapport avec le thema quaestionis ; avec impudence si elle ne concerne que ladversaire et na rien voir avec lobjet du dbat.Par exemple : je trouvais remarquable quen Chine il ny ait pas de noblesse de sang et que les charges ny soient accordes quaprs que lon eut pass des examens. Mon adversaire affirmait que lrudition ne rendait pas plus apte assumer une charge que les privilges de la naissance (dont il faisait grand cas). Les choses prenaient un tour fcheux pour lui. Aussitt il fit une diversion en disant quen Chine toutes les classes sociales peuvent subir la bastonnade, ce quil mit en rapport avec la forte consommation de th, et il se mit reprocher ces deux choses aux Chinois. Si lon stait mis rpondre tout cela, on se serait laiss dtourner et arracher des mains une victoire dj acquise.La diversion est impudente quand elle abandonne compltement lobjet du dbat et commence par exemple ainsi : Oui, et justement vous prtendiez rcemment que... , etc. Car alors elle sinscrit dune certaine faon dans ces attaques personnelles dont il sera question dans le dernier stratagme. strictement parler, elle constitue un stade intermdiaire entre largumentum ad personam, expos dans ce chapitre, et largumentum ad hominem.23 24. Toute dispute entre des gens du commun montre quel point ce stratagme est quasi instinctif. En effet, quand lun fait des reproches personnels lautre, celui-ci ne rpond pas en les rfutant mais en faisant son tour des griefs personnels son adversaire, laissant de ct ceux quon lui a faits et semblant donc reconnatre leur bien-fond. Il se comporte comme Scipion qui attaqua les Carthaginois non pas en Italie mais en Afrique. la guerre, une telle diversion peut fonctionner. Dans les querelles, elle ne vaut rien parce quon laisse tomber les reproches reus et que les tmoins apprennent tout le mal possible des deux parties en prsence. On peut lutiliser dans la controverse, faute de mieux1.STRATAGME 30Largumentum ad verecundiam (argument portant sur lhonneur). Au lieu de faire appel des raisons, il faut se servir dautorits reconnues en la matire selon le degr des connaissances de ladversaire. Unusquisque mavult credere quam judicare (chacun prfre croire plutt que juger), a dit Snque : on a donc beau jeu si lon a de son ct une autorit respecte par ladversaire. Cependant, il y aura pour lui dautant plus dautorits valables que ses connaissances et ses aptitudes sont limites. Si celles-ci sont de tout premier ordre, il ne reconnatra que peu dautorits ou mme aucune. la rigueur il fera confiance aux gens spcialiss dans une science, un art ou un mtier quil connat peu ou pas du tout, et encore ne le fera-t-il quavec mfiance. En revanche, les gens du commun ont un profond respect pour les spcialistes en tout genre. Ils ignorent que la raison pour laquelle on fait profession dune chose nest pas lamour de cette chose mais de ce quelle rapporte. Et que celui qui enseigne une chose la connat rarement fond car sil ltudiait fond il ne lui restera gnralement pas de temps pour lenseigner. Mais pour le vulgus il y a beaucoup dautorits dignes de respect. Donc si on nen trouve pas dadquate, il faut en prendre une qui le soit en apparence et citer ce que quelquun a dit dans un autre sens ou dans des circonstances diffrentes. Ce sont les autorits auxquelles ladversaire ne comprend pas un tratre mot qui font gnralement le plus deffet. Les ignorants ont un respect particulier pour les figures de rhtorique grecques et latines. On peut aussi, en cas de ncessit, non seulement dformer mais carrment falsifier ce que disent les autorits, ou mme inventer purement et simplement ; en gnral, ladversaire na pas le livre sous la main et ne sait pas non plus sen servir. Le plus bel exemple en est ce cur franais qui, pour ntre pas oblig de paver la rue devant sa maison, comme les autres1 En franais dans le texte (N. d. T.).24 25. citoyens, citait une formule biblique : paveant illi, ego non pavebo (Quils tremblent, moi, je ne tremblerai pas). Ce qui convainquit le conseil municipal. Il faut aussi utiliser en matire dautorits les prjugs les plus rpandus. Car la plupart des gens pensent avec Aristote 1 (thique Nicomaque) : il ny a en effet aucune opinion, aussi absurde soit-elle, que les hommes naient pas rapidement adopte ds quon a russi les persuader quelle tait gnralement accepte. Lexemple agit sur leur pense comme sur leurs actes. Ce sont des moutons qui suivent le blier de tte, o quil les conduise : il leur est plus facile de mourir que de penser. Il est trs trange que luniversalit dune opinion ait autant de poids pour eux puisquils peuvent voir sur eux-mmes quon adopte des opinions sans jugement et seulement en vertu de lexemple. Mais ils ne le voient pas parce quils sont dpourvus de toute connaissance deux-mmes. Seule llite dit avec Platon ( une multitude de gens, une multitude dides paraissent justes), cest--dire le vulgus na que btises en tte, et si on voulait sy arrter, on aurait beaucoup faire.Si on parle srieusement, le caractre universel dune opinion nest ni une preuve ni mme un critre de probabilit de son exactitude. Ceux qui le prtendent doivent admettre : 1) que lloignement dans le temps prive ce caractre universel de sa puissance dmonstrative, sinon il faudrait quils ressuscitent toutes les anciennes erreurs ayant fait autrefois communment figure de vrits, par exemple le systme de Ptolme, ou quils rtablissent le catholicisme dans tous les pays protestants ; 2) que lloignement dans lespace agit de mme, sinon on met dans lembarras luniversalit de lopinion chez les adeptes du bouddhisme, du christianisme et de lislam (daprs Bentham, Tactique des assembles lgislatives, vol. 2, p. 76).Ce que lon appelle lopinion commune est, y bien regarder, lopinion de deux ou trois personnes ; et nous pourrions nous en convaincre si seulement nous observions comment nat une telle opinion. Nous verrions alors que ce sont dabord deux ou trois personnes qui lont admise ou avance et affirme, et quon a eu la bienveillance de croire quelles lavaient examine fond ; prjugeant de la comptence suffisante de celles-ci, quelques autres se sont mises galement adopter cette opinion ; leur tour, un grand nombre de personnes se sont fies ces dernires, leur paresse les incitant croire demble les choses plutt que de se donner le mal de les examiner. Ainsi sest accru de jour en jour le nombre de ces adeptes paresseux et crdules ; car une fois que lopinion eut pour elle un bon nombre de voix, les suivants ont pens quelle navait pu les obtenir que grce la justesse de ses fondements. Les autres furent alors contraints de reconnatre ce qui tait communment admis pour ne pas tre1 Ce qui parat juste une multitude, nous disons que cest vrai (N. d. T.)25 26. considrs comme des esprits inquiets sinsurgeant contre des opinions universellement admises, et comme des impertinents se croyant plus malins que tout le monde. Adhrer devint alors un devoir. Dsormais, le petit nombre de ceux qui sont capables de juger est oblig de se taire ; et ceux qui ont le droit de parler sont ceux qui sont absolument incapables de se forger une opinion et un jugement eux, et qui ne sont donc que lcho des opinions dautrui. Ils en sont cependant des dfenseurs dautant plus ardents et plus intolrants. Car ce quils dtestent chez celui qui pense autrement, ce nest pas tant lopinion diffrente quil prne que loutrecuidance quil y a vouloir juger par soi-mme - ce quils ne font bien sr jamais eux- mmes, et dont ils ont conscience dans leur for intrieur. Bref, trs peu de gens savent rflchir, mais tous veulent avoir des opinions ; que leur reste-t-il dautre que de les adopter telles que les autres les leur proposent au lieu de se les forger eux-mmes ? Puisquil en est ainsi, que vaut lopinion de cent millions dhommes ? Autant que, par exemple, un fait historique attest par cent historiens quand on prouve ensuite quils ont tous copi les uns sur les autres et quil apparat ainsi que tout repose sur les dires dune seule personne (Daprs Bayle, Penses sur la comte, vol. 1, p. 10) : Dico ego, tu dicis, sed denique dixit et ille :Dictaque post toties, nil nisi dicta vides. (Je le dis, tu le dis, mais lui aussi la dit : aprs que cela a t dit tant de fois, on ne voit rien que des dires.) Nanmoins, on peut, quand on se querelle avec des gens du commun, utiliser lopinion universelle comme autorit.Dune manire gnrale, on constatera que quand deux esprits ordinaires se querellent, ce sont des personnalits faisant autorit quils choisissent lun et lautre comme armes, et dont ils se servent pour se taper dessus. Si une tte mieux faite a affaire quelquun de ce genre, le mieux est quil accepte de recourir lui aussi cette arme, en la choisissant en fonction des faiblesses de son adversaire. Car, compare larme des raisons, celle-ci est, ex hypothesi (par hypothse), un Siegfried blind, plong dans les flots de lincapacit penser et juger.Au tribunal, on ne se bat en fait que par autorits interposes, savoir lautorit bien tablie des lois : la tche du pouvoir judiciaire est de dcouvrir la loi, cest--dire lautorit applicable dans le cas en question. Mais la dialectique a suffisamment de champ daction car, si cest ncessaire, le cas trait et une loi, qui ne vont en ralit pas ensemble, peuvent tre dforms jusqu ce quon les juge concordants ; ou linverse.26 27. STRATAGME 31Si on ne sait pas quoi opposer aux raisons exposes par ladversaire, il faut, avec une subtile ironie, se dclarer incomptent : Ce que vous dites-l dpasse mes faibles facults de comprhension ; cest peut-tre tout fait exact, mais je narrive pas comprendre et je renonce tout jugement. De cette faon, on insinue, face aux auditeurs qui vous apprcient, que ce sont des inepties. Cest ainsi qu la parution de la Critique de la raison pure, ou plutt ds quelle commena faire sensation, de nombreux professeurs de la vieille cole clectique dclarrent nous ny comprenons rien , croyant par l lui avoir rgl son compte. Mais quand certains adeptes de la nouvelle cole leur prouvrent quils avaient raison et quils ny comprenaient vraiment rien, cela les mit de trs mauvaise humeur.Il ne faut utiliser ce stratagme que quand on est sr de jouir auprs des auditeurs dune considration nettement suprieure celle dont jouit ladversaire. Par exemple, quand un professeur soppose un tudiant. A vrai dire, cette mthode fait partie du stratagme prcdent et consiste, de faon trs malicieuse, mettre sa propre autorit en avant au lieu de fournir des raisons valables. La contre-attaque est alors de dire : Permettez, mais vu votre grande capacit de pntration, il doit vous tre facile de comprendre ; tout cela est d la mauvaise qualit de mon expos , et de lui ressasser tellement la chose quil est bien oblig, nolens volens (bon gr mal gr), de la comprendre, et quil devient clair quil ny comprenait effectivement rien auparavant. Ainsi on a rtorqu. Il voulait insinuer que nous disions des btises , nous avons prouv sa sottise . Tout cela avec la plus parfaite des politesses.STRATAGME 32Nous pouvons rapidement liminer ou du moins rendre suspecte une affirmation de ladversaire oppose la ntre en la rangeant dans une catgorie excrable, pour peu quelle sy rattache par similitude ou mme trs vaguement. Par exemple : Cest du manichisme, cest de larianisme, cest du plagianisme ; cest de lidalisme ; cest du spinozisme ; cest du panthisme ; cest du brownianisme ; cest du naturalisme ; cest de lathisme ; cest du rationalisme ; cest du spiritualisme ; cest du mysticisme, etc. . En faisant cela, nous supposons deux choses : 1) que laffirmation en question est rellement identique cette catgorie, ou au moins contenue en elle, et nous nous 27 28. crions donc Oh ! nous sommes au courant ! , et 2) que cette catgorie est dj totalement rfute et ne peut contenir un seul mot de vrai.STRATAGME 33 Cest peut-tre vrai en thorie, mais en pratique cest faux. Grce ce sophisme, on admet les fondements tout en rejetant les consquences ; en contradiction avec la rgle a ratione ad rationatum valet consequentia (la consquence tire de la raison premire valide le raisonnement). Cette affirmation pose une impossibilit : ce qui est juste en thorie doit aussi ltre en pratique ; si ce nest pas le cas, cest quil y a une erreur dans la thorie, quon a omis quelque chose, quon ne la pas fait entrer en ligne de compte ; par consquent, cest galement faux en thorie.STRATAGME 34Si ladversaire ne donne pas une rponse directe une question ou un argument, mais se drobe au moyen dune autre question ou dune rponse indirecte, ou mme essaie de dtourner le dbat, cest l la preuve vidente que nous avons touch un point faible (parfois sans le savoir) : de sa part, cest une faon relative de se taire. Il faut donc insister sur le point o nous avons mis le doigt et ne pas laisser ladversaire tranquille, mme lorsque nous ne voyons pas encore en quoi consiste au juste la faiblesse que nous avons dcele.STRATAGME 35... qui, ds quil est praticable, rend tous les autres superflus : au lieu dagir sur lintellect par des raisons, il faut agir sur la volont par des mobiles, et ladversaire ainsi que les auditeurs, sils ont les mmes intrts que lui, seront aussitt gagns notre opinion, mme si celle-ci venait tout droit dun asile de fous. Car en gnral une once de volont pse plus lourd quun quintal dintelligence et de conviction. Cela ne marche il est vrai que dans des circonstances particulires. Si lon peut faire sentir ladversaire que son opinion, si elle tait valable, causerait un tort considrable ses intrts, il la laissera tomber aussi vite quun fer rouge dont il se serait imprudemment empar. Par exemple, un ecclsiastique soutient un 28 29. dogme philosophique : il faut lui faire remarquer que celui-ci est en contradiction directe avec un dogme fondamental de son Eglise, et il le laissera tomber.Un propritaire terrien prtend quen Angleterre le machinisme est remarquable puisquune machine vapeur fait le travail de plusieurs ouvriers : il faut lui faire comprendre que bientt les voitures, elles aussi, seront tires par des machines vapeur, ce qui fera beaucoup baisser le prix des nombreux chevaux de son haras - et on verra bien. Dans de tels cas, le sentiment de chacun obit la maxime : quam temere in nosmet legem sancimus iniquam. ( quelle tmrit proclamer une loi qui se retourne contre nous ).Mme chose si les auditeurs font partie de la mme secte que nous, de la mme corporation, du mme corps de mtier, du mme club, etc., mais pas ladversaire. Sa thse aura beau tre juste, ds que nous laisserons moindrement entendre quelle va lencontre des intrts de ladite corporation, etc., tous les auditeurs trouveront les arguments de ladversaire, aussi excellents soient-ils, faibles et pitoyables, et les ntres en revanche, fussent-ils invents de toutes pices, justes et pertinents ; en choeur, ils prendront bien haut parti pour nous, et ladversaire tout honteux battra en retraite. Les auditeurs croiront mme le plus souvent avoir choisi selon leur plus pure conviction. Car ce qui nous est dfavorable parait gnralement absurde lintellect. Intellectus luminis sicci non est, etc. (lintellect nest pas le fait dune lumire blme...). Ce stratagme pourrait sintituler attaquer larbre par la racine ; on lappelle dordinaire largumentum ab utili.STRATAGME 36Dconcerter, stupfier ladversaire par un flot insens de paroles. Ce stratagme est fond sur le fait que : habituellement lhomme croit, sil nentend que des paroles,Quil doit sy trouver aussi matire rflexion. Si donc il a secrtement conscience de ses propres faiblesses, sil est habitu entendre toutes sortes de choses quil ne comprend pas tout en faisant semblant de les comprendre, on peut lui en imposer en lui dbitant dun air trs srieux des btises qui ont un air savant ou profond, tel point quil est incapable dentendre, de voir et de penser, et quon les fait passer pour la preuve la plus irrfutable qui soit de sa propre thse. Comme on le sait, quelques philosophes ont rcemment, face au public allemand, utilis ce stratagme avec le 29 30. plus brillant succs. Mais puisque exempla sunt odiosa (les exemples sont hassables), nous prendrons un exemple plus ancien chez Goldsmith dans Le Vicaire de Wakefield, p. 34.STRATAGME 37(Qui devrait tre lun des premiers). Si ladversaire a aussi raison sur lobjet du dbat, mais quheureusement il choisit une mauvaise preuve, il nous est facile de rfuter cette preuve, et nous prtendons alors que cest l une rfutation de lensemble. Au fond, cela revient faire passer un argumentum ad hominem pour un argumentum ad rem. Si aucune preuve plus exacte ne lui vient lesprit ou celui de ses assistants, nous avons gagn. Par exemple, si quelquun, pour prouver lexistence de Dieu, avance la preuve ontologique qui est parfaitement rfutable. Cest le moyen par lequel de mauvais avocats perdent une juste cause : ils veulent la justifier par une loi qui nest pas adquate, et la loi adquate ne leur vient pas lesprit.ULTIME STRATAGMESi lon saperoit que ladversaire est suprieur et que lon ne va pas gagner, il faut tenir des propos dsobligeants, blessants et grossiers. tre dsobligeant., cela consiste quitter lobjet de la querelle (puisquon a perdu la partie) pour passer ladversaire, et lattaquer dune manire ou dune autre dans ce quil est : on pourrait appeler cela argumentum ad personom pour faire la diffrence avec largumentum ad hominem. Ce dernier scarte de lobjet purement objectif pour sattacher ce que ladversaire en a dit ou concd. Mais quand on passe aux attaques personnelles, on dlaisse compltement lobjet et on dirige ses attaques sur la personne de ladversaire. On devient donc vexant, mchant, blessant, grossier. Cest un appel des facults de lesprit celles du corps ou lanimalit. Cette rgle est trs apprcie car chacun est capable de lappliquer, et elle est donc souvent utilise. La question se pose maintenant de savoir quelle parade peut tre utilise par ladversaire. Car sil procde de la mme faon, on dbouche sur une bagarre, un duel ou un procs en diffamation.Ce serait une grave erreur de penser quil suffit de ne pas tre soi-mme dsobligeant. Car en dmontrant tranquillement quelquun quil a tort et que par voie de consquence il juge et pense de travers, ce qui est le cas dans toute victoire dialectique, on lulcre encore plus que par des paroles grossires et blessantes. Pourquoi ? Parce que, comme dit Hobbes (De Cive, c. 30 31. 1) Omnis animi voluptas, omnisque alacritas in eo sita est, quod quis habeat, quibuscum conferens se, possit magnifice sentire de se ipso (Toute volupt de lesprit, toute bonne humeur vient de ce quon a des gens en comparaison desquels on puisse avoir une haute estime de soi-mme). Rien ngale pour lhomme le fait de satisfaire sa vanit, et aucune blessure nest plus douloureuse que de la voir blesse. (Do des tournures telles que lhonneur avant tout , etc.). Cette satisfaction de la vanit nat principalement du fait que lon se compare aux autres, tout point de vue, mais surtout au point de vue des facults intellectuelles. Cest justement ce qui se passe effectivement et trs violemment dans toute controverse. Do la colre du vaincu, sans quon lui ait fait tort, do son recours ce dernier expdient, ce dernier stratagme auquel il nest pas possible dchapper en restant soi-mme poli. Toutefois, un grand sang-froid peut tre l aussi salutaire : il faut alors, ds que ladversaire passe aux attaques personnelles, rpondre tranquillement que cela na rien voir avec lobjet du dbat, y revenir immdiatement et continuer de lui prouver quil a tort sans prter attention ses propos blessants, donc en quelque sorte, comme dit Thmistocle Eurybiade : 1. Mais ce nest pas donn tout le monde.La seule parade sre est donc celle quAristote a indique dans le dernier chapitre des Topiques : ne pas dbattre avec le premier venu, mais uniquement avec les gens que lon connat et dont on sait quils sont suffisamment raisonnables pour ne pas dbiter des absurdits et se couvrir de ridicule. Et dans le but de sappuyer sur des arguments fonds et non sur des sentences sans appel ; et pour couter les raisons de lautre et sy rendre ; des gens dont on sait enfin quils font grand cas de la vrit, quils aiment entendre de bonnes raisons, mme de la bouche de leur adversaire, et quils ont suffisamment le sens de lquit pour pouvoir supporter davoir tort quand la vrit est dans lautre camp. Il en rsulte que sur cent personnes il sen trouve peine une qui soit digne quon discute avec elle. Quant aux autres, quon les laisse dire ce quelles veulent car desipere est juris gentium 2, et que lon songe aux paroles de Voltaire : La paix vaut encore mieux que la vrit. Et un proverbe arabe dit : larbre du silence est accroch son fruit : la paix. Toutefois, en tant que joute de deux esprits, la controverse est souvent bnfique aux deux parties car elle leur permet de rectifier leurs propres ides et de se faire aussi de nouvelles opinions. Seulement, il faut que les deux adversaires soient peu prs du mme niveau en savoir et en intelligence. Si le savoir manque lun, il ne comprend pas tout et nest1 Frappe, mais coute (N. d. T.)2 Cest un droit des gens que dextravaguer (N. d. T.)31 32. pas au niveau. Si cest lintelligence qui lui manque, lirritation quil en concevra lincitera recourir la mauvaise foi, la ruse et la grossiret.Il ny a pas de diffrence essentielle entre la controverse in colloquio privato s. familiari1 et la disputatio sollemnis publica, pro gradu2, etc. Si ce nest que dans le deuxime cas il est exig que le Respondens3 ait toujours raison contre lOpponens4, ce qui explique quen cas de ncessit le praeses5 doive lui prter main-forte ; ou encore : dans le deuxime cas les arguments sont plus formels et on aim les revtir de la forme stricte dune conclusion.1 Dans une conversation prive et familire (N. d. T.)2 La discussion solennelle et publique, selon le rang (N. d. T.)3 Celui qui rpond (N. d. T.)4 Celui qui soppose (N. d. T.)5 Le prsident de sance (N. d. T.)32 33. APPENDICE 1La logique et la dialectique ont dj t utilises comme synonymes par les Anciens ; bien que (mditer, rflchir, valuer) et (sentretenir) soient deux choses tout fait diffrentes. Comme le rapporte Diogne Larce, Platon a t le premier employer le terme de dialectique. Et nous dcouvrons dans Phdre, Le Sophiste, le livre VII de La Rpublique, etc., quil entend par l lusage rgulier de la raison et lhabilet dans cet art. Aristote utilise dans le mme sens cependant (daprs Laurentius Valla), il aurait dabord employ dans la mme acception ; nous trouvons chez lui , cest--dire argutias (arguties), (prmisse logique), (aporie logique). Ainsi, serait plus ancien que . Cicron et Quintilien utilisent dans le mme sens gnral Dialectica et Logica. Cicron dans Lucullo Dialecticam inventam esse, veri et falsi quasi disceptatricem. - Stoici enim judicandi rias diligenter persecuti sunt, ea scientia, quam Dialecticen appellant (La dialectique a t invente pour faire une distinction entre le vrai et le faux. Les stociens ont soigneusement tudi les mthodes du jugement, et cest cette science quils appellent la dialectique) (Cicron, Topiques, chap. 2). Quintilien, livre XII, 2 : Itaque haec pars dialectique, sive illam disputatricem dicere malimus (Cest pourquoi cette partie de la dialectique, ou, comme nous prfrons lappeler, lart de la controverse) : ce dernier terme lui parat donc tre lquivalent latin de ). (Tout cela daprs Petri Rami dialectica, Audomari Talaei proelectionibus illustrata, 1569). Cette faon demployer les termes de logique et de dialectique comme synonymes sest galement maintenue au Moyen ge et lpoque moderne, jusqu aujourdhui. Cependant, on a rcemment - Kant en particulier - assez souvent utilis le mot dialectique dans un sens pjoratif signifiant art sophistique de la controverse , et de ce fait on a prfr le terme logique considr comme plus innocent. Toutefois ces deux mots signifient originellement la mme chose, et au cours de ces dernires annes on les a considrs de nouveau comme synonymes.33 34. APPENDICE 2Il est regrettable que les termes dialectique et logique aient de tout temps t utiliss comme synonymes et que je ne sois donc pas vraiment libre de sparer leurs significations, comme je le voudrais, et de dfinir la logique (de : mditer, calculer - et de : la parole et la raison, qui sont insparables) comme la science des lois de la pense, cest--dire la dmarche de la raison - et la dialectique (de : sentretenir ; or, tout entretien communiquant soit des faits, soit des opinions, il est historique ou dlibratif) comme lart de la controverse (ce mot tant pris dans son sens moderne). - Il est manifeste que la logique a donc un objet dfinissable purement a priori, sans adjonction empirique : les lois de la pense, la dmarche de la raison (du ) - dmarche que celle-ci adopte quand elle est livre elle-mme, donc dans la rflexion solitaire et sereine dun tre raisonnable que rien ne viendrait garer. La dialectique, en revanche, traiterait de la communaut de deux tres raisonnables qui par consquent pensent ensemble, ce qui fait que ds quils ne sont pas au mme diapason il en rsulte une controverse, cest-- dire une joute intellectuelle. Sils taient raison pure, ces deux individus devraient tre daccord. Leurs divergences sont dues la diversit, trait essentiel de lindividualit, et sont donc un lment empirique. La logique, la science de la pense, cest--dire de la dmarche de la raison pure, pourrait donc tre fonde a priori ; la dialectique ne pourrait ltre en grande partie qua posteriori, partir de la connaissance empirique des troubles subis par la pense pure cause de la diversit des individualits quand deux tres raisonnables pensent ensemble, et des moyens que les individus utilisent lun contre lautre, chacun voulant imposer sa pense personnelle comme pense pure et objective. Car il est inhrent la nature humaine que, lors dune rflexion en commun ( cest--dire communication dopinions - lexclusion des discussions historiques), si A se rend compte que les penses de B concernant le mme objet sont diffrentes des siennes, il ne rvise pas sa propre pense pour y trouver lerreur mais suppose que celle-ci se trouve dans la pense de lautre. Cest-- dire que lhomme, par sa nature, veut toujours avoir raison, et ce qui rsulte de cette caractristique, cest ce quenseigne la discipline que je voudrais appeler la dialectique, mais que, pour viter tout malentendu, jappellerai dialectique ristique . Elle serait donc la doctrine de la dmarche inspire par la certitude davoir raison qui est dans la nature de tout tre humain.34 35. APPENDICE 3Dans les Topiques, Aristote sest attel, avec son esprit scientifique coutumier, fonder la dialectique de faon extrmement mthodique et systmatique, ce qui mrite notre admiration mme si lobjectif, qui est ici videmment pratique, na pas t vraiment atteint. Aprs avoir examin dans les Analytiques les concepts, les jugements et les conclusions sous langle de leur seule forme, il passe ensuite au contenu qui ne concerne vrai dire que les concepts puisque cest en eux quil existe. Les thses et les conclusions ne sont en soi que pure forme, les concepts tant leur contenu. Sa dmarche est la suivante : toute controverse a sa base une thse ou un problme (ne se distinguant que par la forme), et ensuite des propositions censes servir les rsoudre. Il sagit l toujours du rapport des concepts entre eux. Ces rapports sont dabord au nombre de quatre. En effet, on cherche propos dun concept 1) sa dfinition ou 2) son genre ou 3) sa marque distinctive, sa caractristique principale, proprium, , ou 4) son accidens, cest--dire une proprit quelconque, quelle lui appartienne en propre et exclusivement ou non, bref, un prdicat. Cest lun de ces rapports quil faut ramener le problme de toute controverse. Cela est la base de toute la dialectique. Dans les huit livres quil lui consacre, Aristote dfinit tous les rapports que les concepts peuvent avoir entre eux sous ces quatre points de vue, et il donne les rgles pour chaque rapport possible : comment un concept doit se comporter envers un autre pour tre son proprium, son accidens, son genus, son definitum ou sa dfinition ; quelles fautes peuvent tre facilement commises lors de la dfinition, et ce quil faut observer chaque fois quand on tablit soi-mme un tel rapport () et ce que lon peut faire, une fois que ladversaire la tabli, pour le renverser (). Llaboration de chacune de ces rgles ou de chacun de ces rapports gnraux entre ces concepts de classe, il lappelle , locus, et il donne 382 de ces , do Topica (Topiques). Il y joint en plus quelques rgles gnrales sur la controverse en gnral, mais elles sont loin dtre exhaustives.Le nest donc pas purement matriel, il ne se rapporte pas un objet ou un concept prcis ; il concerne toujours un rapport entre des classes entires de concepts, rapport qui peut tre commun dinnombrables concepts ds quils sont considrs sous lun des quatre points de vue dj mentionns, ce qui est le cas dans toute controverse. Et ces quatre points de vue ont leur tour des sous-classes. Lexamen est donc toujours formel dans une certaine mesure, mais pas aussi purement formel que dans la logique puisquil soccupe du contenu des concepts, mais dune faon formelle, en indiquant comment le contenu du 35 36. concept A doit se comporter face celui du concept B pour que celui-ci puisse tre dfini comme son genus ou son proprium (caractristique) ou son accidens ou sa dfinition, ou selon les rubriques qui leur sont subordonnes : antinomie (), cause et effet, qualit et dfaut, etc. Et cest autour dun tel rapport que tournerait chaque controverse. La plupart des rgles formules par Aristote sur ces rapports, et quil dsigne justement par le terme de , sont celles qui sont dans la nature des rapports entre concepts ; chacun est de lui-mme conscient de ces rgles et tient aussi ce que ladversaire les respecte, tout comme en logique, et il est plus facile, dans un cas particulier, de les observer ou de remarquer quelles ne lont pas t que de se souvenir du abstrait les concernant. Cest pourquoi lintrt pratique de cette dialectique nest pas trs grand. Il ne dit presque que des choses allant de soi et que le bon sens prend en considration de lui-mme. Exemples : Quand on affirme le genus dune chose, il faut que lui revienne une quelconque species de ce genus ; sinon laffirmation est fausse. On prtend, par exemple, que lme est en mouvement ; il faut donc quelle ait une certaine sorte de mouvement, vol, marche, croissance, dcroissance, etc. - si ce nest pas le cas, cest quelle nest pas en mouvement. Donc ce quoi on ne peut attribuer de species ne peut pas non plus avoir de genus cest le . Ce sert construire et dtruire. Cest le neuvime . Et inversement si le genus ne peut tre attribu, la species non plus. Par exemple, quelquun (prtend-on) aurait dit du mal dun autre : si nous prouvons quil na rien dit du tout, cela ne peut tre le cas, car l o il ny a pas de genus il ne peut y avoir de species.Sous la rubrique du caractre propre, proprium, le 215e locus est ainsi formul : Dabord pour renverser : si ladversaire indique comme caractre propre quelque chose qui nest perceptible que par les sens, cest une mauvaise indication car tout ce qui est sensible devient incertain ds quon quitte le domaine du sensible ; par exemple, sil pose comme caractre propre du soleil quil est lastre le plus lumineux passant au-dessus de la terre, cela ne vaut rien ; car quand le soleil sest couch, nous ignorons sil passe au-dessus de la terre parce quil se trouve en dehors du domaine des sens. Ensuite pour construire : on donne correctement un caractre propre si on en pose un qui nest pas reconnu par les sens, ou dont la prsence est une ncessit, au cas o il serait reconnu par les sens. Par exemple, si lon indique comme caractre propre de la surface quelle est dabord colore, cest l, certes, une caractristique sensible, mais cette caractristique est videmment permanente donc juste. Voil qui pourra vous donner une ide de la dialectique dAristote. Elle ne me semble pas atteindre son but, et jai donc essay de my prendre autrement. Les Topiques de Cicron sont une imitation de celles dAristote, faite de mmoire, extrmement superficielle et pauvre. 36 37. Cicron na pas la moindre notion claire de ce quest la nature et la finalit dun topus ; aussi radote-t-il ex ingenio (selon son ide) en faisant toute une salade abondamment pimente dexemples juridiques. Lun de ses plus mauvais textes.Mais les concepts peuvent tre subsums sous certaines classes telles que le genre et lespce, la cause et leffet, la qualit et son contraire, la possession et la privation, etc. ; et ces classes sont rgies par quelques rgles gnrales, les loci, . Par exemple, un locus de la cause et de leffet est : La cause de la cause est cause de leffet ; application : La cause de mon bonheur est ma richesse, donc celui qui ma donn ma richesse est aussi lauteur de mon bonheur. Les loci de lopposition : 1) Ils sexcluent lun lautre, par exemple, droit et tordu. 2) Ils sont dans le mme sujet : par exemple, lamour sige dans la volont, donc la haine aussi. Mais si celle-ci se trouve dans le sige du sentiment, alors lamour aussi. Si lme ne peut tre blanche, elle ne peut non plus tre noire. Si le degr infrieur manque, le degr suprieur aussi ; si un homme nest pas juste, il nest pas non plus bienveillant. Vous voyez donc que les loci sont certaines vrits gnrales qui touchent des classes entires de concepts auxquelles on peut se rfrer dans les cas particuliers qui se prsentent pour y puiser ses arguments et aussi pour sen rclamer comme de vrits videntes pour tous. Cependant la plupart des loci sont fort trompeurs et soumis de nombreuses exceptions. Par exemple, un locus dit : les choses opposes ont des rapports opposs, par exemple, la vertu est belle, le vice est laid - lamiti est bienveillante, lhostilit malveillante. Mais alors : le gaspillage est un vice, donc lavarice une vertu ; les fous disent la vrit, donc les sages mentent : cela, ne va pas. La mort est disparition, donc la vie naissance : faux.Exemple du caractre trompeur de ces topi : Scot Erigne dans son trait De praedestinatione (chap. 3), veut rfuter les hrtiques qui supposaient en Dieu deux praedestinationes (lune pour le salut des lus, lautre pour la damnation des rprouvs), et utilise dans ce but le topus suivant (pris Dieu sait o) : Omnium, quae sunt inter se contraria, necesse est eorum causas inter se esse contrarias ; unam enim eamdemque causam diversa, inter se contraria efficere ratio prohibet. ( Pour toutes les choses qui sopposent, il faut quil y ait des causes opposes : en effet, la raison interdit quune seule et mme cause produise des effets divers mais opposs. ) Soit ! mais lexperientia docet (lexprience enseigne) que la mme chaleur durcit largile et ramollit la cire, et cent choses de ce genre. Et pourtant le topus semble plausible. Mais sa dmonstration, il ldifie tranquillement sur ce topus, et elle ne nous concerne plus.37 38. Sous le titre Colores boni et mali, Bacon de Verulam a constitu toute une collection de loti avec leur rfutation. Ils doivent faire office dexemples. Il les appelle sophismata.On peut aussi considrer comme un locus largument par lequel Socrate, dans Le Banquet, rpond Agathon, qui avait attribu lamour les plus grandes qualits qui soient, comme la beaut, la bont etc., et lui prouve le contraire : Ce que lon cherche, on ne la pas ; or lamour cherche le beau et le bon, donc il ne les a pas. Il y aurait apparemment certaines vrits gnrales applicables tout et grce auxquelles on pourrait dcider de tous les cas qui se prsentent, aussi divers soient-ils pris sparment, sans soccuper davantage de ce quils ont de spcial. (La loi de la compensation est un trs bon locus.) Seulement, cest impossible parce que les concepts sont ns justement du fait que lon fait abstraction des diffrences et quils comprennent donc les choses les plus diverses, ce qui ressort quand, laide des concepts, on rapproche les choses les plus diverses et quon ne tranche que daprs les concepts suprieurs. Lhomme a mme naturellement tendance, quand il est en mauvaise position dans la controverse, se rfugier derrire un quelconque topus gnral. Les loci sont aussi les lex parsimonice naturae (lois de lconomie de la Nature) ; galement : natura nihil facit frustra (la nature ne fait rien en vain). En fait, tous les proverbes sont des loci avec une connotation pratique.38