Notes du professeur Cours de philosophie Ltre humain Pierre Baribeau (2009)

download Notes du professeur Cours de philosophie Ltre humain Pierre Baribeau (2009)

of 91

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    104
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Notes du professeur Cours de philosophie Ltre humain Pierre Baribeau (2009)

  • Page 1
  • Notes du professeur Cours de philosophie Ltre humain Pierre Baribeau (2009)
  • Page 2
  • AU PROGRAMME -Rvolution copernicienneRvolution copernicienne -Newton et EinsteinNewton et Einstein -Croyances et sciences occultesCroyances et sciences occultes -Thomas HobbesThomas Hobbes -NietzscheNietzsche -Skinner et lcole bhavioristeSkinner et lcole bhavioriste -Karl MarxKarl Marx -Gottfried Wilhelm von LeibnizGottfried Wilhelm von Leibniz -Thomas KuhnThomas Kuhn -Auguste ComteAuguste Comte
  • Page 3
  • Rvolution copernicienne -Distinction nette entre deux mondes: celui de la terre et celui du ciel (ciel=domaine des dieux). -Cette conception est intuitive, cest--dire quelle rsulte de ce que lon a coutume dobserver autour de nous. -Dans le monde terrestre, on constate que tout est soumis un perptuel changement; dans le monde cleste, il ny a pas de changement. -Le monde terrestre est donc imparfait et le monde cleste est parfait. -Le monde sublunaire (ou terrestre) est compos de quatre lments: la terre, leau, lair, le feu.
  • Page 4
  • Rvolution copernicienne -Le monde cleste est un monde parfait et immuable dont les constituants (lune, soleil, plantes, toiles) sont chacun sur des sphres concentriques au nombre de huit. -Les sphres sont des coquilles sphriques appeles orbes -Les sphres et les plantes qui se meuvent obissent un mouvement circulaire uniforme. -Les objets les plus proches de la terre (la lune et le soleil) tournent le plus rapidement. Les plus loigns (les toiles fixes), sont les plus parfaits, ils sont lorigine de tous mouvements et ne se dplacent pas. -Le premier moteur immobile (Dieu) meut lensemble.
  • Page 5
  • Rvolution copernicienne -Seules les choses sublunaires sont accessibles notre faible raison. -Puisque les cieux taient la demeure des dieux, cela constituait un sacrilge dessayer de les connatre pour les naturaliser. -La thorie de Copernic ne fut pas perue comme un bouleversement, ni par ses contemporains ni par ses successeurs immdiats; elle est reste sans effet important sur lastronomie pendant un demi-sicle environ. -Copernic a seulement inaugure une rvolution, elle ne fut pas immdiate.
  • Page 6
  • Rvolution copernicienne -En fait, pour quastronomes et sens commun croient vraiment lhliocentrisme, il a fallu lnorme travail de Galile. Seul il a su donner cette croyance les fondements ncessaires, en inventant une reprsentation du monde nouvelle, en rupture avec le pass, susceptible de remplacer lancienne. -Tout commence quand Galile en 1609, construit une longue vue avec des lentilles de trs grande qualit. Il sen sert alors pour regarder le ciel. En 1610, il publie ses rsultats, ainsi que leurs consquences, dans son livre Le messager des toiles. Voici quelles sont ses dcouvertes:
  • Page 7
  • Rvolution copernicienne -Il y a beaucoup plus dtoiles que ce quon peut voir lil nu. -Dcouverte des satellites de Jupiter. -Dcouverte des phases de Vnus -Il y a sur le soleil des taches plus ou moins tendues qui se dissolvent en lespace de quelques semaines et qui participent une lente rotation du soleil. -La lune comporte des montagnes, des cratres, des ocans. La lune jusqualors tait imagine comme une grande sphre parfaite. -Confirmation de lhypothse de Copernic et abandon de la distinction entre un monde parfait et imparfait.
  • Page 8
  • Rvolution copernicienne -Consquence ultime: rforme de la science physique -Cest lavnement de la mthode exprimentale: elle consiste avancer des hypothses que lon prend soin de vrifier en faisant des expriences. -Cest laccompagnement des instruments qui rend lexprience distincte de lobservation, et plus objective, plus prcise. -Lastronomie a maintenant la charge de dcrire la structure relle de lunivers. Elle est une science physique part entire parce que le ciel nest plus un monde diffrent du ntre. _
  • Page 9
  • Newton et Einstein (1643-1727)(1879-1955)
  • Page 10
  • Isaac Newton -La thorie de la gravitation universelle contient trois lois de la mcanique, qui concerne le mouvement des corps massifs, et une loi spciale qui instaure lexistence et lexpression de la force de la gravit. 1-Le principe dinertie: tout corps non soumis laction de forces extrieures est immobile ou anim dun mouvement rectiligne uniforme. 2-Relation fondamentale de la dynamique: tablit lquation du mouvement dune masse m sous laction des forces extrieures: la somme des forces est gale au produit de lacclration du corps et de la masse, soit F=m.a
  • Page 11
  • Isaac Newton 3-Action-raction: linteraction entre des corps massifs. Tout corps qui exerce une force sur un autre corps, subit en retour de la part de ce dernier une force oppose et de mme intensit. 4-La loi spciale de la gravitation: entre deux corps de masses m 1 et m 2, il sexerce une force dattraction distance proportionnelle au produit de ces masses (m 1.m 2 ) et inversement proportionnelle au carr de leur distance. Cela signifie que si lon double la distance entre les corps, la force dattraction est divise par 4, si on triple la distance, elle est divise par 9, etc.
  • Page 12
  • Albert Einstein -Dans la thorie de la relativit restreinte, le temps et lespace, considrs jusque-l comme des cadres inaltrables lintrieur desquels se produisent les phnomnes physiques, ne sont pas si rigides. -Le temps peut ralentir son rythme et lespace se contracter. Ces deux catgories sintgrant ds lors dans une structure quatre dimensions nomme continuum espace-temps. -La rvolution de la physique: lespace-temps se courbe sous linfluence de la matire et de lnergie quil contient. -Le paramtre-roi de lunivers, celui qui rgne sur tous les autres, cest la matire ou plutt la matire-nergie.
  • Page 13
  • Albert Einstein -Il ressortait de ses quations que, quand la vitesse dun objet augmente, sa masse augmente elle aussi, tendant vers linfini lorsque lobjet sapproche de la vitesse c ce qui rend celle-ci inatteignable pour toute masse ou nergie. -Il sensuit quune force applique de manire constante un objet ne permettrait pas den augmenter indfiniment la vitesse: une partie de lnergie transmise lobjet par cette force se change en masse, laquelle soppose laugmentation de la vitesse. Autrement dit, la masse et lnergie sont interchangeables -Elles sont deux expressions dune mme entit, lnergie- masse, dont la loi dquivalence est donne par lquation E=mc 2. _
  • Page 14
  • Croyances et sciences occultes du Moyen ge la Renaissance
  • Page 15
  • - la fin du Moyen ge, lOccident connat une poque trouble. Le climat politique est lincertitude et aux affrontements. -La guerre de 100 ans (1337-1453) oppose la France lAngleterre. -Le Grand Schisme dOccident (1378-1417) installe un pape Rome et un autre Avignon. -Flaux et calamits se succdent: pluies torrentielles, inondations, geles tardives, scheresses. -Pertes de rcoltes, disette, pidmies meurtrires (peste noire, variole, typhus, malaria, coqueluche et syphilis)
  • Page 16
  • Croyances et sciences occultes du Moyen ge la Renaissance -Dans leurs sermons, les prdicateurs agitent les foules des menaces de fin du monde. -Les flaux qui sabattent sur le peuple sont attribus soit une punition divine, soit lintervention du diable. -Le diable ou la colre divine sont invoqus des fins politiques par les autorits religieuses qui essaient dinstrumentaliser la catastrophe pour rcolter des fonds, ou encore pour mettre en accusation des ennemis. -Le dmon fait partie intgrante de la nature. Son pouvoir de nuisance va tre mis en avant par une glise au prestige dclinant.
  • Page 17
  • Croyances et sciences occultes du Moyen ge la Renaissance -Au XIIe sicle, les traductions grco-latines et arabo-latines ont permis de redcouvrir la biologie et la physique dAristote, ouvrant la porte un renouveau de la vision savante sur les phnomnes naturels. -Le courant de pense Scholastique sest ensuite charg de rconcilier la thologie de la cration avec la philosophie antique. -Au XIIIe sicle, des thologiens comme Thomas dAquin parachvent la synthse entre la foi et la raison, tandis que la philosophie naturelle acquiert ses lettres de noblesse, englobant astrologie, astronomie, zoologie, botanique, mtorologique dans une vision du monde unifie.
  • Page 18
  • Croyances et sciences occultes du Moyen ge la Renaissance -Dans la mesure du possible, on se sert des modles explicatifs puiss aux sources antiques pour comprendre le monde. -La thorie des quatre lments (leau, lair, terre et feu) sapplique la description des plantes, des animaux et des humains. -La thorie des quatre humeurs (sang, flegme, bile jaune, bile noire) est au cur de la mdecine hrite dAristote et Galien. Les tempraments sont une affaire de dosage des humeurs, de mme que les maladies mentales. -Lapproche naturaliste de la philosophie naturelle sapplique la physiologie humaine et la mdecine.
  • Page 19
  • Croyances et sciences occultes du Moyen ge la Renaissance -Le corps fminin est un rceptacle des maladies et du diable. -Il est probable que la misogynie a trouv sexprimer dans limage du corps de la femme. -On peut mme dceler une rationalisation physiologique de la femme sorcire, cette vieille femme qui exhale une sorte de poison. -Il peut tre mis en relation avec le mythe du sabbat des sorcires qui, partir du XVe sicle, va attribuer ces dernires un apptit sexuel insatiable et dviant. -La thorie des humeurs savre peu efficace face aux pidmies qui ravagent le monde mdival.
  • Page 20
  • Croyanc