Zaman France N° 240 - FR

of 16/16
16 12 Le football féminin connaît une véritable progression depuis ces 20 der- nières années. Plus de 26 millions de femmes dans le monde sont licenciées. En Turquie, la Fédération turque de football mise sur le programme «Villages de football pour les filles» pour promouvoir cette toute nouvelle discipline. Les informations télévisées ou la lec- ture de la presse écrite provoquent par- fois le développement d’un pessimisme profond au sein du public. En Turquie, ce mal moderne porte désormais un nom : le «syndrome du monde mauvais». SPORT SANTÉ En Turquie, les filles aussi jouent au foot Face à la violence de l’information, restez zen ! 23 - 29 NOVEMBRE 2012 N° 240 WWW.ZAMANFRANCE.FR Davul et DJ : la nouvelle mode des mariages turcs La droite en pleine fracture morale r Les mariages turcs empruntent de plus en plus à d’autres cultures et n’hésitent plus à mélanger davul et DJ. Zaman France est parti à la rencontre des or- ganisateurs de mariages turcs en France pour comprendre comment ceux-ci réussissent cette singulière union entre traditions turques et innovations technologiques. R SOCIETE 05 r C’est à l’issue d’une élection très controversée que Jean-François Copé a finalement remporté la présidence de l’UMP face à François Fillon. Une victoire qui a d’ores et déjà plongé la droite française dans une double fracture politique et morale, selon les termes de l’ancien Premier ministre. R FRANCE 03 Nadia Hathroubi-Safsaf, «passeuse de mémoire» rSOCIETE 06 Le Trio Joubran, ambassadeur populaire de la culture palestinienne rCULTURE 13 Quelle stratégie turque pour sortir du bourbier syrien ? Alors que le conflit entre Ankara et Damas semble s’être enlisé, quelle stratégie diplomatique turque permettrait une sortie de crise rapide dans ce dossier ? D’après Merve Özdemirkiran, chercheuse spécialisée sur la Turquie au CERI-Sciences Po, Ankara doit éviter à tout prix une guerre bilatérale et favoriser l’unité de l’opposition syrienne. R INTERVIEW 11 Emir Kir, une succes story belge en politique Une première en Belgique. Elu bourg- mestre dans la com- mune de Saint-Josse, Emir Kir devient ainsi le premier maire d’ori- gine turque à accéder à cette fonction après douze ans de carrière politique au cours de laquelle il fut notam- ment secrétaire d’État. 1EUROPE 10 L’affaire Sevimli et les failles de la justice turque EMRE DEMIR r02 EDITO
  • date post

    09-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    229
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Zaman France N° 240 - FR

Transcript of Zaman France N° 240 - FR

  • 1612Le football fminin connat

    une vritable progression depuis ces 20 der-nires annes. Plus de 26 millions de femmes dans le monde sont licencies. En Turquie, la Fdration turque de football mise sur le programme Villages de football pour les lles pour promouvoir cette toute nouvelle discipline.

    Les informations tlvises ou la lec-ture de la presse crite provoquent par-fois le dveloppement dun pessimisme profond au sein du public. En Turquie, ce mal moderne porte dsormais un nom : le syndrome du monde mauvais.

    SPOR

    T

    SANT

    En Turquie, les lles aussi jouent au foot

    Face la violence de linformation, restez zen !

    23 - 29 NOVEMBRE 2012 N 240WWW.ZAMANFRANCE.FR

    Davul et DJ : la nouvelle mode des mariages turcs

    La droite en pleine fracture morale

    rLes mariages turcs empruntent de plus en plus dautres cultures et nhsitent plus mlanger davul et DJ. Zaman France est parti la rencontre des or-ganisateurs de mariages turcs en France pour comprendre comment ceux-ci russissent cette singulire union entre traditions turques et innovations technologiques. RSOCIETE 05

    rCest lissue dune lection trs controverse que Jean-Franois Cop a fi nalement remport la prsidence de lUMP face Franois Fillon. Une victoire qui a dores et dj plong la droite franaise dans une double fracture politique et morale, selon les termes de lancien Premier ministre. RFRANCE 03

    Nadia Hathroubi-Safsaf, passeuse de mmoire rSOCIETE 06

    Le Trio Joubran, ambassadeur populaire de la culture palestinienne rCULTURE 13

    Quelle stratgie turque pour sortir du bourbier syrien ?Alors que le con it entre Ankara et Damas semble stre enlis, quelle stratgie diplomatique turque permettrait une sortie de crise rapide dans ce dossier ? Daprs Merve zdemirkiran, chercheuse spcialise sur la Turquie au CERI-Sciences Po, Ankara doit viter tout prix une guerre bilatrale et favoriser lunit de lopposition syrienne. R INTERVIEW 11

    Emir Kir, une succes story belge en politique Une premire en Belgique. Elu bourg-mestre dans la com-mune de Saint-Josse, Emir Kir devient ainsi le premier maire dori-gine turque accder cette fonction aprs douze ans de carrire politique au cours de laquelle il fut notam-ment secrtaire dtat. 1EUROPE 10

    Laffaire Sevimli et les failles de la justice turque EMRE DEMIR r02EDITO

    SPOR

    T

  • Lacit : lgalit de ceux qui croient et ne croient pas

    Le 14 novembre, le centre de r- exion et daction sociale la Plate-

    forme de Paris a organis une confrence intitule lEtat lac et les connivences reli-gieuses dans le cadre de la 12e dition de la Semaine annuelle de Rencontres Isla-mo-Chrtiennes (SERIC). Lvnement avait pour objectif de discuter du rle de lEtat dans les relations entre les diff-rentes religions dans une socit pluri-religieuse et de r chir sur le vivre-en-semble. La dpute (UMP) de lYonne (89) Marie Louise Fort a soulign que lun des objectifs de la loi 1905 sur la lacit est la distinction entre sphres politique et prive. La loi, a-t-elle dit, garantit lga-lit de ceux qui croient et croient pas. Quand Valentine Zuber, matre de confrences, historienne, sociologue, elle estime que la lacit nest pas une doc-trine, mais une discussion. La spcialiste de la lacit en France pense que lEtat, par les lois de 2004 sur le port du voile lcole et celle de 2010 interdisant la burqa, perd sa neutralit puisquil intervient dans la sphre des liberts religieuses. Pour Jean-Michel Cros, chercheur et charg de mis-sion la ville de Strasbourg, le dialogue entre lEtat et les communauts est nces-

    saire pour assurer le vivre-ensemble. M. Cros, en donnant lexemple du Concordat en rgion Alsace-Moselle, a dmontr lexprience positive de linteraction entre les institutions et les cultes.

    Les principes religieux ne doivent pas tre politiques Je suis amplifi cateur du dialogue inter-religieux, a dclar pour sa part Hamou Bouakkaz, adjoint au maire de Paris, char-g de la vie associative et de la dmocratie

    locale. Selon lauteur de Aveugle, Arabe et homme politique, a vous tonne ?, le dialogue sert dconstruire les ignorances et les prjugs. Enfi n, Frdric Rousse, at-tach parlementaire et conseiller national de lUMP a soulign limportance dem-pcher que la religion prenne le pouvoir. Rousse a fait part de son inquitude vis--vis des questions de la burqa et du menu halal dans les coles. Cest la loi qui a la primaut, dit-il, et les principes religieux ne doivent pas tre politiques.

    La Plateforme de Paris a organis une confrence intitule lEtat lac et les connivences religieuses le 14 novembre.

    Un tribunal turc a confi rm linterdiction de quitter la Turquie impose ltu-diante franco-turque Sevim Sevimli. Sevimli a bnfi ci dune libration conditionnelle dbut aot, avec inter-diction de quitter le territoire. Accuse de diriger une organisation terroriste ar-me, considre comme telle par lUnion europenne, et de faire la propagande de ce mouvement, elle risque jusqu 32 ans de prison. Lorganisation en ques-tion se nomme le DKHP-C (Front de libration du peuple rvolutionnaire). Cest une structure de type stalinienne, marginale, qui avait commis plusieurs attaques terroristes en Turquie dans les annes 70. Paralllement aux procs contre DHKP-C en Turquie, une quin-zaine des membres de cette organisation est devant le tribunal correctionnel de Paris depuis deux semaines pour fi nan-cement et association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. La d-cision du tribunal de Paris sera annonce le 29 novembre. Donc, contrairement la mdiatisation en France de cette affaire, il ne sagit pas seulement de jeunes sym-pathisants de gauche qui auraient parti-cip certains concerts. Mais, dun autre ct, nous ne pouvons pas mettre dans le mme sac lensemble des accuss. Cha-cun dentre eux doit tre jug de manire juste et quitable, au cas par cas. Dans le cas de Sevimli, les chefs daccusation et les preuves prsents au tribunal ne montrent pas dlments solides prou-vant la culpabilit pour les actes commis. Le cas de Sevimli montre encore une fois les failles du systme judiciaire turc. H-rite des longues annes du con it avec le PKK, la loi relative la lutte contre le terrorisme (TMK) et le code pnal (TCK) nest pas compatible avec la jurispru-dence europenne. Lorsquen septembre 2010, 58 % des Turcs ont vot oui, lespoir tait grand que le rfrendum constitutionnel permette dacclrer la rforme judiciaire. Contrairement aux at-tentes, le systme judiciaire continue de nuire la transformation dmocratique de la [email protected]

    La France et la Turquie ont discut mardi Paris de coopration dans lagro-alimentaire, lnergie et lenvironnement loccasion dune premire rencontre bilatrale caractre conomique depuis mars 2011. Trois groupes de travail ont t crs. Cest louverture dune nouvelle poque dans les relations entre nos deux pays dans les domaines politique et conomique, a dclar

    le ministre turc de lEconomie, Zafer Caglayan. La ministre franaise du Commerce extrieur Nicole

    Bricq, doit se rendre en Turquie en janvier. Les deux pays ont sign une feuille de route de leurs projets conomiques et commerciaux ainsi quun accord de coopration qui doit permettre des entreprises franaises et turques de sassocier sur des marchs tiers.

    La zone euro a subi sa deuxime rcession depuis 2009, malgr une lgre croissance de 0,2 % en Allemagne et en France, entre juillet et septembre dernier. Cette faible croissance ntait pas en mesure de faire le poids face aux fortes mesures daustrit prises aux Pays-Bas, en Autriche, en Espagne et en Italie. La rces-

    sion de la zone euro, dabord prsente dans les pays de la priphrie, sest propage dans les pays du centre. La France est prsent frapp par cette mau-vaise conjoncture. LAllemagne, quant elle, doit faire face un ralentissement de la croissance dans un march dexportation asiatique.

    La France et la Turquie relancent leurs relations commerciales

    Seconde rcession pour la zone euro depuis 2009

    ...ET UNE MAUVAISEUNE BONNE...

    NOUVELLE

    Le ministre des Affaires trangres turc Ahmet Davutoglu a visit lhpital Sifa dans la bande de Gaza. Trs mu, il a pleur la mort dun palestinien avec la famille de celui-ci.

    EMRE DEMIR

    EDITO

    FRANCE02 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    de coopration dans lagro-alimentaire, lnergie et lenvironnement loccasion dune premire

    conomique depuis mars 2011. Trois

    politique et conomique, a dclar

    Bricq, doit se rendre en Turquie en janvier. Les deux pays ont sign une feuille de route de leurs projets conomiques et commerciaux ainsi quun accord de coopration qui doit permettre des entreprises franaises et turques de sassocier sur des marchs tiers.

    Laff aire Sevimli et les failles de la justice turque

  • MAUD DRUAIS PARISDouble revendication de la victoire, offi cia-lisation de la dfaite de Franois Fillon

    lundi soir, contestation de ce dernier mercredi : llection pour la prsidence de lUMP a t enta-che par des phrases assassines et par vingt-quatre heures de bordel gnralis, selon lex-pression du maire du XVIe arrondissement de Paris Claude Goasguen. Les accusations de bourrage durne, de procurations en blanc et dlecteurs fantmes ont fus dans tous les coins de France. Franois Fillon a fi nalement re-connu sa dfaite avec ces mots : ce qui me frappe, cest que la fracture qui traverse notre famille politique est devenue manifeste. Une frac-ture la fois politique et morale. Lorsquil voque cette fracture politique, le candidat per-dant fait rfrence au succs de la motion de la droite forte ultrasarkozyste soutenant M. Cop et emmene par Guillaume Peltier, ancien proche de Philippe de Villiers. Cest elle qui sort grande gagnante de ce scrutin. Elle met en avant les racines chrtiennes de la France, revendique sa fi ert dtre droite. Pour elle, le sarkozysme est incarn entre autres par le patriotisme, la rcompense du travail et du mrite, [] la lutte contre les fraudes et lassistanat.

    Nicolas Sarkozy, discret vainqueur ?Et Nicolas Sarkozy dans tout cela ? Des proches de lancien prsident ont reconnu dans un entre-tien au Figaro avoir tent de faire monter celui qui tait le moins bien plac, une tactique pour que le nouveau chef de lUMP ne soit pas un leader fort. Le soutien affi ch du fi ls de lancien chef dEtat, Jean Sarkozy, ou de lancien ministre de lIntrieur Brice Hortefeux, pourrait sinscrire dans une telle stratgie destine permettre un ventuel retour de M. Sarkozy qui sest bien gard de faire le moindre commentaire. Nombreux sont ceux qui le peroivent dj comme le silencieux gagnant de llection, surtout face la dfaite dun Franois Fillon qui prenait dj ses distances avec la ligne Buisson de lancien chef de lEtat (du nom du conseiller de Nicolas Sarkozy issu de lextrme droite Patrick Buisson). Il devra cepen-dant faire face dautres chances, judiciaires celles-l. Jeudi, il tait en effet auditionn par le juge dinstruction Jean-Michel Gentil au palais de justice de Bordeaux, pour un ventuel fi nan-cement illgal de sa campagne en 2007 dans le cadre de laffaire Bettencourt.

    Jean-Franois Cop a t lu la prsidence de lUMP avec en toile de fond de cette lection, lattachement au sarkozysme.

    Le kilim a vu le jour dans

    le Caucase il y a prs de

    10.000 ans.

    EMMANUELLE GRIMAUD PARISLe kilim est un tapis d-pourvu de velours car il est

    brod au lieu dtre nou. Ega-lement orthographi klim ouk-lim, il est fabriqu dans diverses villes dAnatolie et dIran. Son nom, qui vient du persan gelim, sert dsigner un tapis de laine point plat que lon trouve sur-tout au Proche-Orient, dans le Caucase ainsi quen Asie cen-trale et qui a vu le jour il y a prs de 10.000 ans. Les motifs des

    kilims constituent une forme dcriture symbolique hrite des anciennes croyances chama-niques. La technique de fabrica-tion est la mme que celle utili-se pour la tapisserie : les fi ls de chanes sont disposs sur toute la longueur du kilim et les fi ls de trames colors forment les mo-tifs en passant dessus et des-sous. Les premiers sont utiliss pour le dcor du tapis et les se-conds sont destins le consoli-der. Bien que fabriqu sans ve-

    lours, le kilim est trs rsistant. Lartisan se sert de pelotes de fi ls de couleurs et utilise, comme modle, un dessin pralable-ment effectu. Pour les tapis nous, les nuds sont tasss laide dun peigne spcial, puis on coupe les bouts de fi ls suivant la longueur du velours dsire. La dernire opration de tissage consiste tisser un nouveau bord qui termine le tapis. Aprs avoir t lav leau savon-neuse, le tapis est mis scher puis bross pour lui donner du lustre. Si de nos jours les colo-rants synthtiques ont pris une place prpondrante dans la fabrication des tapis, les plus beaux tapis restent ceux qui sont fabriqus avec des colorants naturels. Les principales fi bres utilises sont la laine, le coton et la soie. Jusqu rcemment, les kilims ntaient pas confection-ns dans un but commercial et conservent donc leur authenti-cit. Ils reprsentent la fois la mmoire et l identit des peuples sdentaires, nomades et semi-nomades qui les tissent. Chaque tribu et chaque village possde son propre style : cou-leurs chatoyantes ou sobres, dcors complexes ou purs sui-vant les rgions.

    Kilim : le plus ancien tapis de lhumanitZoom

    Nous navons pas honteDclaration de Clmentine Autain, militante fministe, dans une interview TF1 News, au sujet du manifeste des 313,

    publi dans le NouvelObs, pour que la question du viol en France ne soit plus un sujet tabou.

    FRANCE03 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    La droite en pleine fracture moraleCest lissue dune lection trs contro-verse que Jean-Franois Cop a nalement remport la prsidence de lUMP face Franois Fillon. Une victoire qui a dores et dj plong la droite franaise dans une double fracture politique et morale, selon les termes de lancien Premier ministre.

  • Davul et DJ : la nouvelle mode des mariages turcs

    MAUD DRUAIS PARISIl est loin le temps des ma-riages turcs o seul le son des

    davul (tambour) et des ney rythmait une crmonie qui durait trois jours. Nihat, le patron dEEOS pour Eu-rope Evnement Organisation Stras-bourg, qui organise des mariages turcs, en tmoigne : Il y a un monde entre les mariages turcs de lpoque et ceux daujourdhui. Avant, explique-t-il, ils faisaient tout () eux-mmes, de A Z. Tout tait en barquette, papiers, ils invi-taient un max de monde. Au-jourdhui on commence avoir moins de monde et plus de qualit : () ils veulent des vraies nappes, des vraies eurs, de vraies assiettes. Et cela, parce que les tables fran-aises sont plus jolies que les tables turques dans les mariages, [mais] on simprgne un peu de toutes les cultures, raconte Nihat. Le trne dorigine arabe, par exemple, incon-nu chez les Turcs, a fait son appari-tion pour une crmonie qui se mtisse. Cette diffrence, il nest pas le seul la constater : Zoubida Cher-

    gui, organisatrice du Grand Salon du Mariage Oriental dEurope qui sest tenu les samedi 17 et 18 novembre, note elle aussi une volution chez la communaut musulmane franaise dans son ensemble. De nouvelles tendances arrivent mme dInde : le henn phmre est plus scin-tillant, cest--dire quil est orn de dessins faits de strass et va habiller la robe. (). Cest une mode qui sinscrit dans les rites bollywood. Quant la table du traiteur, elle a compltement chang. Mme si elle reste halal, on est sur une dmarche trs gastronomique, ajoute-t-elle.

    Une alliance entre tradition et modernitPour Zoubida Chergui, il ne faut pas opposer tradition et modernit. Elle remarque que le rite religieux est conserv, mais que ce qui lentoure est le rsultat de bricolages cultu-rels, esthtiques. Ainsi, les rituels ancestraux (sont) respects, mais cela nenlve pas la modernit. Elle regrette dailleurs une confusion : on a limpression que quand on

    dit "traditionnel", cest de lhistoire. Cest certes (...) la chane des valeurs qui sont acquises au fil du temps, () mais qui nempche pas une modernit qui est de fait. Nihat, quant lui, reconnat que ces nou-veauts ne sont pas toujours pour plaire aux plus gs : les vieux () ne simaginent pas un DJ faisant un mariage, pour eux il faut abso-lument un groupe. Alors on fait du moderne avec de lancien, un DJ avec un groupe, dit-il.

    LED, cristal, DJ... le mariage de demainCe que les jeunes maris aiment maintenant, cest tout ce qui brille : ce qui est lumineux, grand, avec beaucoup de lumires, beaucoup de cristal, ils aiment bien les choses bling bling, assure Emre, le grant de la socit Klass Event, mme sil reconnat que la crise incite la me-sure. Pour Nihat, les tendances de demain ce sera tout ce qui est LED (diode lectro-luminescente, ndlr) base de draps blancs et projection de lumires.

    Les mariages turcs empruntent de plus en plus dautres cultures et nhsitent plus mlanger davul et DJ. Zaman France est parti la rencontre des organisateurs de mariages turcs en France pour comprendre comment ceux-ci russissent cette singulire union entre traditions turques et innovations technologiques.

    Les actes islamophobes ont en-registr une hausse inqui-

    tante lors des dix premiers mois de lanne 2012, a indiqu dimanche lObservatoire national de lislamopho-bie, qui slve par ailleurs contre tous les actes de racisme et de xnophobie en France. Si lanne 2011 a vu les

    actes antimusulmans en forte progres-sion (+34 %), lanne 2012 sannonce encore plus inquitante, car du 1er jan-vier au 30 octobre, ces actes ont aug-ment de plus de 42 %, passant de 123 actes pour les 10 premiers mois de 2011 175 pour la mme priode en 2012, soit 52 actes en plus, dnonce lOb-

    servatoire. Selon lui, laction la plus spectaculaire fut loccupation, le 20 octobre 2012, de la mosque de Poitiers par 74 personnes se rclamant du groupe Gnration identitaire qui ont pendant plusieurs heures scand des propos guerriers lencontre de lislam et des musulmans.

    Les mariages turcs en France sinspirent de plus en plus dautres cultures, maghrbines notamment.

    Inquitante progression des actes islamophobes en 2012

    Canan zenici

    Si vous tes chef dentreprise, votre comptable vous a probablement pr-venu : les mois venir vont tre diffi -ciles dans vos relations avec le fi sc Le mot dordre, dans ce contexte, tant la prudence ! Le gouvernement a dail-leurs dvoil son projet : renforcer le rendement des services fi scaux, grce un arsenal anti-fraude destin rcu-prer un milliard deuros supplmen-taire lan prochain. Le projet de loi de fi nances prvoit un important dispositif de lutte contre les montages doptimi-sation fi scale et de fraude, en particu-lier sur les plus-values. Il prvoit gale-ment le renforcement des prrogatives des services fi scaux. Vous noterez que lutilisation du terme optimisation ct de celui de fraude en dit long. Bercy a dress la liste des montages doptimisation et des fraudes les plus courants, qui sont utiliss, la fois par les entreprises et par les particuliers. Les mesures qui sont dans son colli-mateur sont les donations-cessions, les apports-cessions, les avoirs ltran-ger ou encore le systme de cession titre onreux dusufruit temporaire. Le mcanisme des apports-cessions en particulier est un systme doptimisa-tion visant contourner la taxation des plus-values. Il permet une personne physique dapporter des titres fort po-tentiel en plus-value une socit quil contrle, sans tre soumis imposition. Cette socit pourra ensuite cder les titres au prix auquel ils ont t apports, et jouir de la trsorerie ainsi rcupre, sans enregistrer de plus-value. Le prix de cession pourra alors servir la rali-sation dun nouveau projet. Ce systme est bas sur loptimisation et non sur la fraude, mais la nouvelle mesure pr-voit que ladministration puisse taxer la plus-value au moment de lapport des titres, sous certaines conditions (par exemple si 50 % du fruit de la cession nest pas rinvesti dans les trois ans). Pour renforcer leffi cacit des contrles, les moyens sont donns ladministra-tion pour atteindre lobjectif du mil-liard : largissement des informations que les services fi scaux peuvent collec-ter lors des visites et saisies, droit dac-cs aux donnes informatises, y com-pris sur des serveurs externes. Le texte modernise aussi la procdure de a-grance fi scale, afi n de la rendre plus effi ciente. Nous verrons dans les mois venir si ces mesures sont suffi santes ou sil conviendra de les complter pour atteindre les objectifs fi xs !Pour vos questions : [email protected]

    Le sc veut rcuprer un milliard deuro

    MON AVOCAT

    SOCIETE05 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

  • Nadia Hathroubi-Safsaf, passeuse de mmoire

    Je ne voulais pas menfermer dans une logique communau-

    taire, explique Nadia Hathroubi Saf-saf, rdactrice en chef de la revue du Courrier de lAtlas propos de lou-

    vrage quelle vient de publier, Immi-grations plurielles - tmoignages singuliers aux Editions Les points sur les i. Pour lauteure, lobjectif du livre tait de montrer que ce sont ces vagues migratoires qui ont fait cette France () mtisse, cette diversit. Elle a ainsi dcid de rendre hommage tous les immi-grs, aussi bien les Espagnols, les Portugais, les Italiens, les Belges, et les Maghrbins. Nadia Hathroubi Safsaf a pris le parti pour ce faire de donner la parole aux premiers concerns et de raconter chaque tmoignage sous la forme dune histoire. Do ce projet est-il parti ?

    Dun agacement, rpond-elle, par le traitement de limmigra-tion pendant la campagne prsi-dentielle, et aussi, quand il y a eu

    tout ce dbat nausabond autour de lidentit nationale.

    Beaucoup dhistoires fortesNadia Hathroubi-Safsaf a rencontr tous ces personnages hauts en cou-leurs grce du bouche oreille, des rencontres, confie-t-elle Zaman France. Jai abord des gens dans la rue, des personnes ges avec qui jai discut. Au fi nal, pas de profi l type : Juan, par exemple, dcd en octobre dernier, avait fui la guerre dEspagne avec sa mre et son frre, son pre ayant t tu par les soldats franquistes. Sa mre est morte quelques mois aprs leur arrive en France. Pour Nadia, ce parcours est trs intressant (car il) montrait comment les gens ont pu fuir leur pays, (et ce) non pas parce quils avaient besoin de profiter des avan-tages sociaux.

    Une leon de vie !Anna, Maria, Lakhdar et dautres voix de limmigration montreront la diver-sit de cette France. Nadia Hathroubi

    Safsaf dit mme avoir quitt son habit de journaliste pour prendre celui dune passeuse de mmoire. Encore sous le coup de lmotion, elle explique avoir beaucoup pleur en le faisant, a ma touche ces histoires de personnes ges. Elle avoue galement avoir beaucoup appris de ces ans. On vit dans une socit o on se mine pour des choses qui nont vraiment pas lieu dtre, et cest ainsi que lcriture de son livre lui a fait prendre du recul sur beaucoup de choses, explique-t-elle. Et de conclure : quand on voit ce que nos ans ont travers, jai envie de dire chapeau bas ! Nous, on pourrait pas faire aImmigrations plurielles tmoignages singuliers de Nadia Hathrou-bi-Safsaf, Editions Les points sur les i, 135 pages, 12 euros.

    Nadia Hathroubi-Safsaf vient de publier Immigrations plurielles - tmoignages singuliers aux Edi-tions Les points sur les i. Dans cet ouvrage qui rend hommage travers une srie de portraits aux immigrs en France, lauteur a souhait rappeler la diversit de ces parcours de vie.

    SOCIETE06 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Nadia Hathroubi-Safsaf a donn la parole aux immi-grs et ls dimmigrs dans un ouvrage qui retranscrit la diversit de limmigration en France.

  • Cuisines ELITEwww.cuisineselite.com

    SEVRAN81/83 rue dAulnay

    93270 Sevran01 43 84 72 64

    MONFERMEIL7 avenue des Graniums

    93370 Montfermeil01 43 51 13 09

    LIMEIL BRVANNES40 avenue Gabriel Pri94450 Limeil Brvannes

    01 45 69 11 58

    BEZON60 rue Emile Zola

    95870 Bezons01 30 76 95 51

    GA

    RANTIE

    M

    EUBLE

    S

    5ANS

    GA

    RANTIE

    ELECTROMENA

    GER

    1 MUTFAK ALANA 1 LCD TV HEDIYE

    2ANS

    GA

    RANTIE

    M

    ECANISME

    10ANS

  • Controverse autour des propos dErdogan sur la peine de mort

    Cest en voquant le sort rserv au clbre dtenu kurde Abdul-

    lah calan que le chef du gouverne-ment turc a remis la question de la peine de mort sur le tapis. Condamn mort en 1999, le chef historique du PKK a vu sa peine commue en rclu-sion criminelle perptuit. Au-jourdhui, de nombreuses personnes sont favorables un rtablissement de la peine de mort, a-t-il dclar au dbut du mois en soulignant la souf-france des victimes de la rbellion terroriste du PKK. M. Erdogan a vo-qu dimanche le meurtrier norvgien Anders Breivik. Le pouvoir [de par-donner au meurtrier] appartient la famille de la victime, pas nous, a-t-il dclar. Ministres et responsables de lAKP se sont quant eux succd pour tenter de modrer les propos dErdo-gan. Nous ntudions pas cette ques-tion pour le moment, a assur le mi-nistre de la Justice Sadullah Ergin. Sans surprise, cette sortie a provoqu un concert de protestations dans lUnion europenne, dont la Turquie aspire toujours devenir membre. Entre autres mesures, labolition de la peine capitale, dfinitive en 2004, entrait pr-

    cisment dans la prparation de sa candidature. La peine de mort ne doit pas exister dans les lois des pays membres de lUnion europenne, a rappel le commissaire de lUE llar-gissement Stefan Fle.

    Surenchre populisteM. Erdogan est connu pour ses carts verbaux, il ne faut pas le prendre au pied de la lettre, juge luniversitaire Jean Marcou, spcialiste de la Tur-quie, il faut plutt y voir dabord un signe dimpatience et de mconten-tement face au blocage du processus dadhsion europen. Le propos du Premier ministre nest pas non plus exempt darrire-penses politiques. Recep Tayyip Erdogan ne cache plus son ambition de briguer en 2014 un mandat de prsident de la Rpublique aux pouvoirs renforcs. Il a besoin des nationalistes pour modifier la Consti-tution, note un expert europen. Et le chef du Parti nationaliste (MHP), Dev-let Baheli, a en effet affirm son sou-tien : Le MHP est prt aider lAKP rtablir la peine de mort, lui a lanc M. Baheli, en ajoutant ces mots : Montrez que vous en tes capable !

    En agitant lide dun rtablissement de la peine de mort, le Premier ministre turc a provoqu de nombreuses ractions au sein de la classe politique de son pays et a suscit une leve de boucliers dans toute lEurope.

    Un tribunal turc a confirm lundi linterdiction de quitter la

    Turquie impose ltudiante franco-turque Sevim Sevimli, accuse davoir entretenu des liens avec un groupe terroriste dextrme gauche interdit, et fix la prochaine audience de son pro-cs au 16 janvier. A lissue des dbats, la cour criminelle de Bursa (nord-ouest) a une nouvelle fois rejet la demande de leve du contrle judi-ciaire de la jeune femme, qui risque une peine maximale de 32 ans de pri-son, contre les rquisitions du procu-reur. Permettez-lui de poursuivre ses tudes en France et de revenir en Tur-

    quie pour les prochaines audiences, a demand au prsident de la cour son avocat, Me Inayet Aksu. Sevim Sevimli nie les accusations portes contre elle.

    Des charges judiciaires fragilesJesprais une autre apprciation de ce dossier, a pour sa part ragi, du, le prsident de luniversit de Lyon 2, Jean-Luc Mayaud, o Sevim Sevimli suivait ses tudes avant de venir en Turquie. Ce que jai pu entendre, cest que les faits sont trs fragiles, quil y a une discordance entre ce que dit la loi turque et ce quen disent les services de scurit, a poursuivi M. Mayaud. Plusieurs avocats du barreau de Lyon et le consul gnral de France Is-tanbul Herv Magro taient galement prsents laudience. Ltudiante est accuse dappartenir une organi-sation dextrme gauche interdite, le Parti/Front rvolutionnaire de libra-tion du peuple (DHKP-C). A lorigine de nombreuses actions violentes en Turquie depuis la fin des annes 1970, le DHKP-C a revendiqu le 11 sep-tembre un attentat suicide qui a cot la vie un policier Istanbul.

    Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a dit envisager le retour de la peine de mort en Turquie.

    Ltudiante Sevim Sevimli

    a comparu devant la cour

    criminelle de Bursa. Elle

    encourt jusqu

    32 ans de prison.

    Sevim Sevimli restera en Turquie

    TURQUIE08 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

  • Emir Kir, une succes story belge en politique

    MAUD DRUAIS PARISEmir Kir nest pas du genre se laisser impressionner. Issu

    dune famille immigre et ouvrire, il a su entrer dans la cour des grands, aprs un long combat politique dj vieux de plus dune dcennie. Lorsquon lui demande ce qui lui a donn envie dentrer en politique, les choses sont claires. Emir Kir a t marqu par quatre choses : son pre ; le bourgmestre Guy Cudell, prcur-seur de toute une srie de politiques qui ont fait la promotion de lgalit, () un homme qui tait trs tol-rant ; la condition ouvrire de son milieu familial ; enfi n ses tudes la facult de sciences politiques qui lui ont permis, assure-t-il, de mieux comprendre les idologies de droite et de gauche. Pour sa part, il choisira la gauche au sein du parti socialiste avec lequel il se sent en parfaite adquation, et pour lequel il a une reconnaissance et une allgeance inconditionnelles. Jamais, confi e-t-il Zaman, il ne sest senti utilis par le parti comme un attrape-voix : on ma fait confi ance assure-t-il. Et il a lui aussi fait confiance au PS ainsi quau systme de parti sans lequel la dmocratie est quelque chose dimpraticable.

    Fiert familialeMa maman est dcde depuis maintenant plusieurs annes, mon

    papa encore plus, raconte Emir Kir. Mais il est certain que ses parents, sils taient vivants seraient parti-culirement, jimagine, fi ers de voir leur enfant tre un des reprsentants en politique, surtout, poursuit-il, sagissant de parents qui ont fait limmigration. Celui quil appelle affectueusement mon papa est en effet arriv dans le milieu des annes 60 de Turquie avec un rve dans sa valise, celui de gagner un peu dargent et retourner au pays. Et voil o on en est ! sesclaffe Emir Kir, reconnaissant quil sagit l dune histoire extraordinaire, bien quencore vue comme la pointe de liceberg. Emir Kir croit pourtant que, dans une socit o lon est parfois tent dans lopinion publique de ne parler que des choses qui ne vont pas, il faut aussi parler de temps en temps des trains qui arrivent lheure. A ce sujet, le bourgmestre de Saint-Josse salut le volontarisme de la Belgique vis--vis des immigrs, et pense que cela a beaucoup compt pour favoriser linvestissement politique de ces populations, qui participent

    au dveloppement du pays et qui, au mme titre que les Belges, contribuent au dveloppement co-nomique, social, culturel, payent des impts, vivent dans les mmes quartiers.

    Leon tire et leon donnerSil a un message faire passer par rapport aux jeunes qui souhaitent sinvestir en politique, cest le sui-

    vant : il faut connatre lidologie, les valeurs, les principes dfendus par le parti politique, mais une candidature doit (aussi) tre le fruit dune prparation de longue haleine. Enfin, il est utile davoir des comp-tences et une exprience

    professionnelle. Emir Kir, quant lui, a reu une leon de vie fonda-mentale de son pre, qui lui disait que lon ne peut pas tre simple-ment le parent de sa famille (), quau mme moment on a une res-ponsabilit vis--vis de la socit. Le jeune bourgmestre a grandi avec cette devise, devenue une petite marque de fabrique familiale. Et de conclure : pouvoir tre utile, cest quelque chose de merveilleux.

    Une premire en Belgique. Elu bourgmestre dans la commune de Saint-Josse, Emir Kir devient ainsi le premier maire dorigine turque ac-cder cette fonction aprs douze ans de car-rire politique au cours de laquelle il fut notam-ment secrtaire dtat.

    Emir Kir est devenu le premier bourgmestre belge dorigine turque.

    EUROPE10 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    BREVES ECO

    D8CR

    OISS

    ANCE

    Lre chrtienne aurait dbut sept annes plus tt et nous serions en 2019 et non en 2012, daprs le pape Benot XVI. Le chef de lEglise catholique a remis en question la date de naissance de Jsus-Christ en se basant sur des calculs astronomiques.7

    Le PIB turc plus quilibrLe FMI estime que la Turquie avance vers une croissance plus durable et quilibre tout en relevant que le pays restait vul-nrable lenvironnement extrieur. Le FMI salue le travail des autorits turques car elles ont prpar le terrain cette re-prise. Aprs avoir bondi de 8,5 % en 2011, le produit intrieur brut (PIB) turc devrait progresser de 3 % cette anne selon les pr-visions du FMI. Linstitution met en garde la Turquie qui reste vulnrable un revi-rement des marchs, en raison des besoins importants du pays en termes de finance-ment extrieur et recommande Ankara de continuer rduire les dsquilibres de son conomie.

    Gaza au centre des dbatsLes dirigeants de pays musulmans mer-gents dont la Turquie est membre, sont runis Islamabad pour doper leurs changes commerciaux, mais ce sommet pourrait tre clips par une actualit br-lante : le conflit Gaza. Les pays du D8 (Developing Eight) vont saisir loccasion pour voquer de grands enjeux politiques. La crise actuelle entre le Hamas et Isral de mme que les relations entre lIran et les Etats-Unis vont faire lobjet de discussions srieuses, souligne lun des membres du D8. Les changes commerciaux entre ces huit pays musulmans mergents avoisinent actuellement les 101 milliards deuros.

    Pouvoir tre utile, cest quelque chose de merveilleux

  • FOUAD BAHRI PARISQuelle est la stratgie diplo-matique de la Turquie pour

    sortir du bourbier syrien ?La stratgie de la Turquie vis vis de la Syrie depuis le dpart est de trouver une solution dans le cadre international, notam-ment lONU. Il y a eu beaucoup de crises ces der-niers mois entre la Turquie et la Syrie qui apparaissaient comme des crises bilatrales mais la Turquie ne veut pas intervenir seule dans ce con it. Ce refus dintervenir seule dans une crise est lune des bases de la politique extrieure turque depuis la fon-dation de la Rpublique. Jusqu prsent, les dirigeants turcs ont russi respecter ce principe de non intervention unilatrale dans une situation assez dlicate. Une intervention turque crerait une rupture avec le pass et avec la cohrence diplomatique turque.

    Vous parlez de respect du cadre in-ternational par la Turquie. Comment

    jugez-vous prcisment laction de la communaut internationale en Syrie ? La crise syrienne est trs particu-lire par rapport la Libye. Jusqu prsent, la communaut interna-tionale est reste timide. Au mo-ment de la formation des groupes de lopposition syrienne, elle a t

    plus active avec beau-coup dchanges entre diplomates. Mais on est tomb dans une sorte de cercle vicieux o lon parle beaucoup mais o il ny a pas de proposition de solu-tion. Linsistance du soutien de la Russie et de la Chine envers la

    Syrie par leur droit de vto a cr un blocage norme dans le fonc-tionnement de lONU. La Turquie na pas encore russi convaincre la communaut internationale dintervenir plus prcisment, ce qui est le vrai problme.

    Une intervention militaire mme sous mandat international est-elle la meilleure option pour rsoudre ce con it ? Cest de lordre de la spculation que den parler mais la Turquie ne doit pas prendre la tte dune intervention militaire contre la Syrie. Elle ne peut pas rsoudre ce problme seule. La vraie question est celle de lopposition syrienne qui nest pas du tout organise. Le rgime de Bachar al-Assad continue de durer cause des litiges qui existent dans lopposi-tion. La Turquie doit proposer des solutions plus concrtes la com-munaut internationale car elle est le pays frontalier de la Syrie. Les dirigeants turcs connaissent beaucoup mieux le terrain et ils disposent dinformations impor-tantes sur les rfugis. Ils peuvent observer de faon privilgie ce qui se passe au sein de loppo-sition syrienne. La solution pas-

    sera donc par la rorganisation de lopposition syrienne qui

    runit des lacs, des groupes de gauche, des islamistes. Si lopposition tait unie, elle serait parvenue ren-verser ce rgime.

    Mais une rorganisation de loppo-sition peut-elle faire lconomie dune approche militaire ? Et celle-ci ne crerait-elle pas dautres problmes pour la Turquie comme laffl ux de rfugis ? Au moins si lopposition syrienne sunit et propose une alternative politique viable, la majorit des problmes seront rsolus. Il y a toujours des diffi cults quand un rgime seffondre comme en Irak avec la chute de Saddam Hussein. Le plus dangereux aujourdhui sont les attaques frontalires de la Syrie en Turquie. Un con it bila-tral serait catastrophique pour la Turquie. Elle dstabiliserait le pays et engendrerait de nombreux problmes intrieurs. La Turquie est devenue une puissance rgio-nale et mergente. Une guerre dtruirait tout cela. Elle doit au contraire avoir des relations diplo-matiques beaucoup plus cibles avec la Chine et la Russie pour les convaincre dune action au sein de lONU.

    Une solution passerait-elle par la rintgration de lIran la table des ngociations ? La Turquie peut-elle jouer un rle de mdiateur en ce sens ?LIran doit tre intgr dans le processus, cest sr et la Turquie pourrait servir de mdiateur mais

    le problme est que ce pays a t marginalis par la communaut internationale. Il est donc diffi cile de lintgrer une solution diplo-matique avec lONU ou lOTAN ds lors que lIran a un certain nombre de problmes avec ces organisations internationales. Il nest donc pas peru comme un interlocuteur privilgi.

    Depuis llection de Franois Hol-lande, on a limpression dassister un rapprochement diplomatique entre la France et la Turquie sur le dossier syrien. Est-ce bien le cas ? Aprs le changement de pouvoir en France et aprs la visite de Laurent Fabius (le ministre fran-ais des Affaires trangres, ndlr) en Turquie, les relations diploma-tiques turco-franaises qui sont passes par de multiples crises samliorent doucement. On peut envisager un partenariat. Les diplomates franais sont dailleurs invits de nombreuses runions Istanbul. Il y a un changement dattitude de la part de la France et un changement de perception de la part de la Turquie qui tait trs mfiante vis--vis de Paris ces dernires annes. On peut dire que ces relations changent et quelles peuvent avoir une cons-quence pour la rsolution de la question syrienne.

    Alors que le con it entre Ankara et Damas semble stre enlis, quelle stratgie diplomatique turque permettrait une sortie de crise rapide dans ce dossier ? Daprs Merve zdemirkiran, chercheuse spcialise sur la Turquie au CERI-Sciences Po, Ankara doit viter tout prix une guerre bilatrale et favoriser lunit de lopposition syrienne.

    La question des rfugis syriens reste pineuse pour Ankara. Une intervention militaire pourrait crer un affl ux beaucoup plus massif de Syriens en Turquie.

    INTE

    RVIE

    W11

    23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    SYRIE :Un con it bilatral serait catastrophique pour la Turquie

    Si lopposition tait unie, elle serait par-venue renverser ce rgime

    Merve zdemirkiran est chercheuse spcialise sur la Turquie au CERI-Sciences Po.

  • Face la violence de linformation, restez zen !

    MERVE TUNELMeurtres, agressions, viols, violences familiales ou autres tragdies Les

    actualits lies des affaires judiciaires se suivent et se ressemblent la tlvision et dans les journaux. Alors que certains les prennent trop au srieux et deviennent paranoaques, dautres au contraire ne sen soucient pas et les trouvent normales. Cette situation en Turquie porte un nom mdical : le syndrome du monde mau-vais (kt dnya sendromu) li lava-lanche de mauvaises nouvelles que d-versent les mdias quotidiennement. Les symptmes en sont les suivants : les indi-vidus ressentent une peur diffuse, celle dtre futures victimes dun meurtre, dun enlvement ou de violences. Cependant, certains vont plus loin encore et envisagent une fi n du monde survenant cause dun virus ou dune maladie, ou cause dune guerre nuclaire ou biologique. Nous ne savons pas si la fi n du monde va survenir suite ces scnarios catastrophes ; ce qui est sr cest que le syn-drome du monde mau-vais tourmente lhuma-nit. Daprs le psychiatre et prsident de lUniver-sit dskdar Nevzat Tarhan, ce syndrome est provoqu par la dispari-tion progressive dun en-vironnement sr et par un monde de plus en plus menaant. Les journaux tlviss, les faits sanglants des troisimes pages de couver-tures renforcent les peurs et le sentiment dinscurit. Le monde devient invivable et menaant dans lesprit dune grande partie de la socit. Les consquences en sont invitables : pessimisme ambiant et individus fatigus de la vie. Ce qui est ar-riv rcemment Fatma Nur elik, une tudiante viole et tue par celui qui devait

    installer la connexion internet chez elle, Bahelievler, illustre cette situation. Aprs sa mort, nombreux sont ceux qui ont re-grett quelle nai pas t aussi mfi ante que sa mre. En effet, sur le compte twit-ter de Fatma Nur, on apprend que sa mre allait jusqu lui recommander de mettre de largent sous une bouteille vide pour ne pas avoir parler avec le porteur deau. Pour la jeune fi lle, il sagissait l dun excs de mfi ance : on connait pourtant sa triste fi n. Fatma Nur nest quun exemple. Dans les programmes tlviss grand public sont en effet tals des milliers de cas simi-laires.

    Lin ation mdiatique des aff aires judiciairesLexemple de Dilber Firtina est sym-bolique. Cette femme avait tu son fils parce quil lavait surprise avec un autre homme et avait ensuite particip un tel programme tlvis afi n que son fi ls soit retrouv, versant des larmes de crocodile

    pendant des semaines devant lcran. Cela avait choqu tous les tlspectateurs une fois laffaire lucide. Par la suite, toutes les personnes partici-pant lmission pour retrou-ver un proche disparu ont t traites comme des tueurs potentiels par le public. A bien y regarder, ce syndrome est li la forte prsence des affaires

    judiciaires et de tous leurs dtails macabres dans le traitement de lactualit. Dans ces conditions, les jeunes gnrations naissent dans une socit particulirement anxio-gne et reproduisent ces schmas de peur. Il est pourtant important de transmettre aux jeunes la confi ance en lavenir, lide que de trs bonnes choses peuvent leur arriver. Il faut tre la fois optimiste et prcautionneux.

    Les informations tlvises ou la lecture de la presse crite provoquent parfois le dveloppement dun pessimisme profond au sein du public. En Turquie, ce mal moderne porte dsormais un nom : le syndrome du monde mauvais.

    SEVILOG 6 rue Hannong F-67380 LINGOLSHEIMTl : +33 (0)3 88 44 18 76

    www.akead.com

    Sousse: +216 2 4 27 81 29Den Haag: +31 6 29 93 71 80

    Istanbul: +90 216 632 7066

    Stuttgart: +49 15787014798

    Mnchen: +49 89 54 3 8688Mannheim: +49 178 7625833Antwerpen: +324 86 70 76 19Montpellier: +336 05 12 41 24

    Besanon: +333 81 53 19 25

    Lyon: +336 11 22 74 35Paris: +336 79 40 78 78

    Strasbourg: +336 22 94 51 55

    Systmecomplet

    de caisse

    Solution devidosurveillance

    Terminalde ventemobile

    Solutionstablettes

    Caisseinformatique

    Terminaldentrept

    et de magasin

    Des experts votre service

    Vous cherchez une solution ?

    FAMILLE & SANTE12 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Le syndrome du monde mauvais, kt dnya sendromu, est la consquence de lavalanche de mauvaises nouvelles dverses quotidiennement par les mdias.

    Le monde devient menaant dans lesprit dune grande partie de la socit

  • Le Trio Joubran, ambassadeur populaire de la culture palestinienne

    CENK ERDEM ISTANBULVous souvenez-vous du premier concert du Trio Joubran Paris en

    2004 ?Oui, je me souviens... Jtais effray ; javais peur de lchec. Ce jour-l, il a commenc pleuvoir trs fort et je me suis senti soulag : fi nalement, je ntais pas la seule cause possible dchec ! Mais, juste avant le concert, il sest ar-rt de pleuvoir, le soleil est apparu et ce ne sont pas des centaines, mais des milliers de personnes qui sont venues assister au concert. L, jai compris que a ne dpendait plus que de moi que ce soit un chec ou pas. Je me souviens que la seconde o Samir ma appel sur scne je suis devenu quelquun dautre ; je ntais plus moi-mme, je ne vivais plus que pour la musique et pour les milliers de personnes face moi.

    Vous avez sorti votre cinquime album, AsFr, en 2011. Quest-ce qui a chang dans votre musique au l des ans ?Nous avons commenc avec Randana, qui tait un album exprimental. On voulait vrifi er si a marcherait ou pas, et a a march ! On sest sentis soula-gs aprs, et on sest mis faire de la musique pour la musique avec le deu-xime album, Majz, qui a eu beaucoup de succs.

    Dans votre musique, quels sont les lments essentiels de la culture palesti-nienne ?En tant que Palestiniens, et pas seu-

    lement en tant que musiciens, nous sommes au-del du stade davoir prouver que nous sommes Palesti-

    niens. Je pense que chaque mot, chaque acte, chaque mlodie [dans notre mu-sique] peut reprsenter notre culture, ce qui est la preuve que cette culture a une histoire, une terre. Un art honnte ne peut tre que le fait dun esprit et dune me indpendants, et nous

    navons pas le moindre doute sur notre histoire.

    Le clbre pote Mahmoud Darwish est partout dans votre musique. Comment d nissez-vous son in uence dans votre musique ?Il a influenc tous les Palestiniens et mme tous les Arabes, mais le fait que Samir ait partag avec lui la mme scne [lors dun concert] a rendu notre relation plus troite et plus forte. Aprs sa mort, il fallait que nous lui rendions hommage sur scne, ctait un devoir pour nous, pour [contribuer ce] que sa voix continue de rsonner dans lhistoire de la Palestine. Nous sommes tou-jours fi ers de lui rendre hommage travers notre musique.

    Vous dites que vous ne voulez pas quon vous quali e de trio de world music. Dans quelle catgorie est-ce que vous clas-seriez votre travail musical ?On voudrait que notre musique soit appele musique mtaphorique ; notre second album, Majz, signifie mtaphore en arabe. On voudrait crer un [genre] musical nouveau, parce que l[tiquette] world music ne sapplique pas notre musique, ni beaucoup dautres dailleurs, parce que le monde est maintenant ouvert et on peut toucher un grand nombre de cultures travers une seule et simple mlodie.

    Vous avez donn un grand concert Istan-bul dbut novembre. Quelles impressions en avez-vous gard ?Je me souviens de la premire fois que je suis venu Istanbul : ctait le Ramadan et les prires qui venaient des mosques les plus belles que jaie ja-mais vues nous ont mus tous les trois, presque jusquaux larmes ainsi que la musicalit de cette culture et la simi-litude avec notre culture. Nous avons vu beaucoup de gens qui attendaient lextrieur des mosques pour rompre leur jene. Je me suis dit : ce pays sera toujours un pays sr parce que ses gens se soucient les uns des autres.

    Ds leurs dbuts sur scne en 2004, ils ont su faire connatre la culture pa-lestinienne travers leur musique. Trs populaire en Turquie, le Trio Joubran qui a donn un concert Is-tanbul le 2 novembre, pour-suit sa tourne en France le 24 novembre Gurant et le 7 fvrier lOlympia.

    Le Trio Joubran sera en tourne en France le 24 novembre Gurant et le 7 fvrier lOlympia.

    EN BREF

    PROC

    SPR

    ISON

    S

    Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a dplor lundi un manque de reprsentation des pays musulmans lONU, devant une audience de dignitaires religieux runis Istanbul pour un Conseil islamique eurasiatique.

    Les dirigeants de cinq pays tiennent le destin de sept milliards de personnes

    CULTURE13 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Chaque mlodie est la preuve que cette culture a une histoireAnkara condamn par la CEDH La Turquie a t condamne mardi par la Cour europenne des droits de lhomme (CEDH) verser un total de 65.000 euros quatre dtenus, blesss lors dune inter-vention policire dans une prison dIs-tanbul fin 2000. Les juges de Strasbourg ont estim dans leur arrt quil y avait eu violation de larticle 2 de la Conven-tion europenne des droits de lhomme (droit la vie), lors de cette opration de police visant mettre un terme une grve de la faim. La police avait alors fait un usage excessif de la force et darmes, ce qui avait conduit la mort de douze dtenus et lhospitalisation dune cin-quantaine de prisonniers.

    Le terme souchien est lgalLutilisation du terme souchien, pour dsigner un Franais de souche, nest pas rprhensible : la cour dappel de Tou-louse a relax lundi la militante anti-ra-ciste Houria Bouteldja, qui avait prononc le nologisme lors dun dbat tlvis en 2007. Le prsident de lorganisation dextrme droite Alliance gnrale contre le racisme et pour le respect de lidentit franaise et chrtienne, Bernard Anthony, qui poursuivait Mme Bouteldja, a cri son indignation : elle a tenu des pro-pos () sur les "souchiens quil faudrait duquer". Houria Bouteldja avait affirm avoir prononc le terme de souchien en un seul mot, et non pas sous-chien.

  • CULTURE14 23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Depuis quelques annes dj, la monte de lislamophobie est un fait en Europe. Burqa, viande halal, piscine non-mixte ou terrorisme, les polmiques, dans lHexagone, se sont succd un rythme effrn, au point que les musulmans de France seraient devenus, linsu de leur plein gr, les acteurs dun choc des civilisa-tions la franaise. Face aux

    islamologues de comptoir, lauteur, jeune journaliste origi-naire dune cit du Val dOise, a pris le parti de lhumour. Souvent, en forant peine le trait, tant les propos islamo-phobes frisent le grotesque. En rire, et, singulirement, en faire rire, ne signifi e pas, loin sen faut, feindre que le sujet nest pas grave, ou tenter de le d-dramatiser. Au contraire. Avec

    cette suite de nouvelles, toutes inspires de faits rels, Nadia Henni-Moula veut dnoncer lignorance, source inpuisable dislamophobie. Au fi l des anecdotes, elle dessine ce que nest pas le Franais de confes-sion musulmane : une suite de prjugs aux traits grossiers. Ce faisant, ce petit ouvrage fait aussi uvre didactique, ce qui nest pas son moindre mrite.

    Un pied de nez aux islamologues de comptoir

    AGENDA CULTUREL

    CONC

    ERT

    CONF

    REN

    CEJO

    URN

    E D

    CHAN

    GES

    Chants sfaradesChant, oud et percussion, le trio Agua Viva fait revivre les romances et cantigas de la tradition judo-arabe dEspagne, telle quelle a pu tre conserve, des sicles durant, dans les villes mditerranennes de lEmpire ottoman.Le 23 novembre 20:00Maison dEurope et dOrient3, passage Hennel75012 Paris

    La nouvelle donne gyptienneAvec Tewfik Aclimandos, pro-fesseur au Collge de France et Sarah Ben Nefissa, chercheure lIRD. Dans le cadre du smi-naire Le printemps arabe et ses lendemains. Processus en cours, lectures en question.Le 27 novembre 18:00Universit Paris VII-DiderotImmeuble Montral, salle 2105, rue de Tolbiac75013 Paris

    Pardon de Dieu, pardon des hommes. Chez les chrtiens, chez les musulmansRflexion et change partir des interventions dEtienne Heyse et dAmina Tougui. Une approche religieuse et psychologique partir des textes de la Bible et du Coran.Le 25 novembre 16:0021bis rue Dareau 75014 Paris

    Entre libert et mo-rale : quelle parole des croyants aujourdhui ?Organise autour des axes Morale chrtienne et morale musulmane principes et enjeux actuels et Une conomie au service de lhomme, cette journe de rflexion et dchanges verra notamment la participation de Selami Var-lik, docteur en philosophie et en thologie, et acteur franco-turc du dialogue islamo-chrtien.Le 24 novembre de 9:00 17:00Foyer de Grenelle 7/15 avenue de la porte de la Villette75019 Paris

    Prisonniers palestiniens : quelle solidarit ?Avec notamment M. Millet (Chrtiens de la Mditerrane), Ch. Gillmann (Association France Palestine solidarit), Y. Bender-bal (Comit de bienfaisance et de secours aux Palestiniens) et J.-G. Greilsamer (Union juive franaise pour la paix).Le 27 novembre de 19:00 22:30Foyer de Grenelle 17, rue de lAvre75015 Paris

    A lire & voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir...&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&A lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lire &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&cette suite de nouvelles, toutes inspires de faits rels, Nadia Henni-Moula veut dnoncer lignorance, source inpuisable dislamophobie. Au fi l des anecdotes, elle dessine ce que nest pas le Franais de confes-sion musulmane : une suite de

    Un pied de nez aux islamologues de comptoir

    Petit prcis de lislamophobie ordinaire,

    de Nadia Henni-Moula,Editions Les points sur les I,

    150 pages, 13.

    SEYFEDDINE BEN MANSOUR TUNISLe prsident franais Franois Hollande a reu le 18 novembre

    lElyse la nouvelle Coalition de lop-position syrienne. Il a dclar cette occasion que Paris allait prochainement accueillir un ambassadeur issu de cette instance seule reprsentant lgi-time du peuple syrien. Il sagit l dune premire dans lhistoire de ces deux pays qui ont chacun une tradition di-plomatique plurisculaire. En devenant la capitale du nouvel Etat islamique sous les Omeyyades (661-750), la Syrie enrichira la nouvelle diplomatie arabe des usages hrits de la grande tradi-tion byzantine. Nanmoins, celle insti-tue par le Prophte lui-mme navait rien envier aux formes les plus mo-dernes de la diplomatie. Cest ce que montre notamment le trait de Huday-biyya. Une diplomatie suppose un Etat. Le Prophte en instituera un Mdine, quil dotera dune constitution, la Sahi-fa, document dune extraordinaire modernit. Un Etat qui repose sur le principe de lappartenance citoyenne, au-del des liens tribaux et confession-nels, et qui institue lgalit des citoyens devant la loi et la responsabilit indivi-duelle (et non plus collective, lorigine de vendettas sans fi n). Ds lors, le chef de lEtat allait pouvoir donner la pleine mesure de ses talents de diplomate. En lan 5 de lHgire, le Prophte et 1.400 de ses fi dles quittent Mdine en direc-tion de la Mecque dans le but dy ac-complir le petit plerinage (umra) : matres de la cit, les Qurayshites ido-ltres leur en refusent laccs, les inter-ceptant Hudaybiyya. Des affronte-ments ont lieu, sans rsultat dcisif. Cette guerre aurait pu tre aussi meur-trire quinutile sans laction diploma-tique du Prophte qui dbouchera sur le trait de paix de Hudaybiyya.

    Le trait de Hudaybiyya : un modle du genreSign entre le Prophte et le plni-potentiaire qurayshite Suhayl Ibn Amru, il garantissait lessentiel pour les musulmans, tout en permettant aux Qurayshites de ne pas perdre la face. Ses 9 articles stipulent en substance que : 1) laccord est intervenu entre les musulmans et les Qurayshites ; 2) le trait sign, tous les musulmans doivent rentrer Mdine ; 3) les musulmans au-ront le droit dentrer la Mecque pour accomplir le petit plerinage partir de lanne suivante ; 4) Quraysh ne doit en aucune manire entraver cette action ; 5) le sjour des musulmans la Mecque ne doit pas dpasser 3 jours ; 6) une trve est instaure pour une dure de 10 ans ; 7) le Prophte est tenu de remettre Quraysh tout dserteur, mme musul-man, qui se rfugierait Mdine ; 8) les Qurayshites ne sont pas rciproquement engags ; 9) les tribus de la pninsule sont libres de rejoindre lun ou lautre camp, sous rserve dadhrer au trait. Du point de vue de la forme, les usages

    diplomatiques ont t respects : cest un trait, sign par les deux parties, qui conservent chacune une copie. La for-mule inaugurale Au nom de Dieu, voici ce qui a t convenu entre Muhammad Ibn Abd Allah et Suhayl Ibn Amru, qui niait sa qualit dEnvoy de Dieu a t accepte par le Prophte, malgr la rticence de ses fi dles. Compromis formel somme toute mineur eu gard au bnfi ce retir : tout dabord, aprs quinze annes de guerre, la reconnais-sance des musulmans par Quraysh constitue un acquis politique majeur pour le jeune Etat de Mdine. Ensuite, la trve recherche par le Prophte dans un but tactique, allait offrir une dcennie de paix qui sera entre autres employe consolider lEtat naissant. Enfin, le contact instaur par les plerinages annuels, en permettant une meilleure connaissance de lislam, sera lorigine de nombreuses conversions, dont celles de Khalid Ibn al-Walid et Amru Ibn al-As, qui dirigeront plus tard larme et la diplomatie musulmanes jusquaux confi ns du monde connu.

    Les piliers prophtiques de la diplomatie islamique

    Une runion de lOrganisation de la coopration islamique. Les fondements de la diplomatie institue par le Prophte restent un modle encore aujourdhui pour les leaders musulmans.

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondes

  • OPI

    NIO

    N15

    23 - 29 NOVEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Les bombardements israliens sur Gaza rappellent un fait majeur de lhistoire de lEtat sioniste : la permanence de lemploi sur des populations civiles de m-thodes terroristes. Pour le chroniqueur Blent Kenes, il sagit dun hritage des

    organisations terroristes qui ont t associes la fondation dIsral.

    Les origines du terrorisme isralien

    Si vous vous demandez quelle organisation ter-

    roriste a jou le rle le plus important dans ldification

    des fondements de lEtat dIsral, la r-ponse est sans au-cun doute la Haga-nah (Dfense), qui fut active entre

    1920 et 1948, avant que la cra-tion de lEtat dIsral ne la rende super ue. Dautres orga-nisations terroristes telles que lIrgoun (Irgoun Tsva Le-Ou-mi, Organisation militaire nationale) et le Lehi (Lohamei Herut Isral, Combattants pour la libert dIsral) ont galement uvr pour la cra-tion de lEtat isralien, qui hri-tera ainsi, ds sa naissance, de leur exprience en matire de terrorisme et de massacres. Forte de 50.000 membres en 1936 Palmach except (Plou-got Mahatz, Unit de choc), son corps dlite la Haganah concentrait ses efforts sur la dfense des villages et des terres spolis aux Palestiniens. LIrgoun et le Lehi, qui

    taient les successeurs de la Haganah, se sont comports en organisations terroristes classiques, sen prenant indif-fremment aux civils et aux militaires. Le fait que Mena-hem Begin, lun des leaders de lIrgoun qui, plusieurs re-prises, avait mis lpreuve la patience de la Haganah elle-mme, ait par la suite uni cette dernire et le Lehi, et veill ce que les deux organisations ter-roristes agissent de concert, grce quoi il deviendra Pre-mier ministre du jeune Etat dIsral, montre lvidence la continuit qui existe entre lIr-goun et Isral. Les positions quont occupes au sein de lEtat hbreu dautres diri-geants de premier plan de la Haganah, savoir Yitzhak Rabin, Ariel Sharon, Rehavam Zeevi, Dov Hoz, Moshe Dayan, Yigal Allon et Ruth Westhei-mer, en disent galement long sur la nature de cet Etat. Lors de la cration de lEtat dIsral,

    la Haganah a simplement chang de nom pour devenir lArme de dfense dIsral [Tsva Haganah Le-Israel, la fameuse Tsahal, ndlr]. Ainsi, en septembre 1948, les membres de lIrgoun ont-ils rejoint la nouvelle arme isralienne, qui a ainsi pu bnficier de leur exprience en matire de mas-sacres.

    Tu ne tueras point : un commandement violLhritage politique de lIrgoun, qui sappuie sur le sionisme, est actuellement reprsent par le Likoud dirig par Benja-min Netanyahu, le membre le plus important de la coalition au pouvoir en Isral. Depuis 1948, lEtat dIsral na jamais renonc aux mthodes terro-ristes qui avaient t utilises avant sa cration. Il a continu les utiliser sans rserve, sous les yeux du monde entier, usant de la victimisation des juifs en lien avec les crimes nazis, ide par ailleurs large-ment diffuse, et du sentiment de culpabilit que la commu-naut internationale lui associe. En contradiction complte avec linjonction de la Torah Tu ne tueras point, lun des Dix commandements, Isral conti-nue dassassiner. Y compris les nouveau-ns, les femmes enceintes, les personnes ges et les enfants. Vous vous en souvenez peut-tre, avant lopration en cours, baptise Pilier dfensif, et qui depuis plusieurs jours est en train de dtruire Gaza, Isral avait dj

    t lorigine du plus grand massacre jamais perptr contre la population gazaouie. Lopration Plomb durci, conduite entre le 27 dcembre 2008 et le 18 janvier 2009 avait ainsi fait 1434 morts, dont 960 civils, parmi lesquels 288 enfants et 121 femmes ; ainsi que 5303 blesss, dont 1.606 enfants et 828 femmes. Le fait que parmi les victimes on compte galement 239 policiers et 235 pompiers montre quel point la machine de terreur isralienne fait peu de cas de la population civile.