Zaman France N° 229 - FR

of 15/15
03 16 Ils se nomment Faïza Guène, Mabrouck Rachedi ou Samira El Ayachi. Ils font partie de cette nouvelle génération d’auteurs issus des quartiers sensibles qui a su émerger, brisant au passage les codes conventionnels de la littérature avec des œuvres telles que Kiff e kiff e demain, Le petit Malik ou La vie rêvée de mademoiselle S. La relation étroite entre science et sport a permis aux athlètes de courir, nager et sauter toujours plus vite et plus loin. Mais ces perfor- mances technologiques interrogent également la définition même du sport et le rapport des sportifs à la notion de performance. SOCIETE sport Les auteurs des quartiers cassent les codes de la littérature Ce que le sport doit à la science 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 N° 229 WWW.ZAMANFRANCE.FR La circoncision en France : illégale mais «admise» Une majorité de Turcs pour un nouveau parti r Le débat qui fait rage en Allemagne sur une éventuelle interdiction de la circoncision religieuse pourrait s’inviter, à terme, en France. Tolérée, mais non fondée en droit, la circoncision n’a pas encore soulevé de vagues dans l’Hexagone. Pour le chercheur Samim Akgönül, une polé- mique sur ce sujet renforcerait le risque de communautarisation religieuse des musulmans de France. R SOCIETE 04 r Une enquête réalisée en août sur les questions de politique intérieure et étrangère révèle que pour 60,4 % des Turcs, le pays a besoin d’un nouveau parti et d’un nouveau leader. L’étude souligne notamment le ressentiment éprouvé vis-à-vis d’une classe politique qui, depuis les dernières élections, n’a pas toujours répondu aux attentes de la population. R TURQUIE 07 R&B, rap, pop : la nouvelle vague de la musique religieuse La musique musulmane connue sous le nom d’ anasheed et popularisée par de jeunes artistes originaires de pays aussi divers que la Macédoine, l’Azerbaïdjan ou le Liban rencontre un succès désormais international. 1CULTURE 12-13 Rentrée scolaire : les clés de la réussite A chaque rentrée scolaire, les parents sont confrontés à la même interrogation : comment garantir à leurs enfants les conditions d’une bonne scolarité ? D’après Mahacen, chef de projet pédagogique à Etude Plus, la confi ance en soi des élèves et l’investissement des parents sont deux des clés essentielles du succès. -Alors que la rentrée a débuté cette semaine, et que les parents s’interrogent sur la réussite sco- laire de leurs enfants, quelles solutions peuvent leur permettre de leur as- surer épanouissement et réussite ? Pour les pro- fessionnels de l’éduca- tion, la confiance en soi est un facteur primor- dial de réussite scolaire. En effet, un élève qui a une faible estime de lui-même et de ses capacités risque de manquer d’engage- ment dans son travail personnel. Plus important encore : la confiance en ses capacités d’apprentis- sage. Les élèves qui correspondent à ce profil se fixent des objectifs plus ambitieux et persévèrent davantage face à des difficul- tés. «Le travail de confiance en soi est très important pour la réussite des enfants. Un profes- seur n’a pas le temps de faire du cas par cas. R SOCIETE 06 La morale laïque pour sauver le «vivre ensemble» rSOCIETE 02 Le 1 er magazine sur l’histoire kurde dans les kiosques rSOCIETE 03 Moncef Bey : un ottoman tunisien face au pouvoir colonial rCULTURE 14
  • date post

    11-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Zaman France N° 229 - FR

Transcript of Zaman France N° 229 - FR

  • 0316Ils se nomment Faza Gune, Mabrouck Rachedi ou Samira El Ayachi. Ils font partie de cette nouvelle gnration dauteurs issus des quartiers sensibles qui a su merger, brisant au passage les codes conventionnels de la littrature avec des uvres telles que Kiff e kiff e demain, Le petit Malik ou La vie rve de mademoiselle S.

    La relation troite entre science et sport a permis aux athltes de courir, nager et sauter toujours plus vite et plus loin. Mais ces perfor-mances technologiques interrogent galement la d nition mme du sport et le rapport des sportifs la notion de performance.

    SOCIE

    TE

    spor

    tLes auteurs des quartiers cassent les codes de la littrature

    Ce que le sport doit la science

    7 - 13 SEPTEMBRE 2012 N 229WWW.ZAMANFRANCE.FR

    La circoncision en France :illgale mais admise

    Une majorit de Turcs pour un nouveau parti

    rLe dbat qui fait rage en Allemagne sur une ventuelle interdiction de la circoncision religieuse pourrait sinviter, terme, en France. Tolre, mais non fonde en droit, la circoncision na pas encore soulev de vagues dans lHexagone. Pour le chercheur Samim Akgnl, une pol-mique sur ce sujet renforcerait le risque de communautarisation religieuse des musulmans de France. RSOCIETE 04

    rUne enqute ralise en aot sur les questions de politique intrieure et trangre rvle que pour 60,4 % des Turcs, le pays a besoin dun nouveau parti et dun nouveau leader. Ltude souligne notamment le ressentiment prouv vis--vis dune classe politique qui, depuis les dernires lections, na pas toujours rpondu aux attentes de la population. RTURQUIE 07

    R&B, rap, pop :la nouvelle vague de la musique religieuseLa musique musulmane connue sous le nom danasheed et popularise par de jeunes artistes originaires de pays aussi divers que la Macdoine, lAzerbadjan ou le Liban rencontre un succs dsormais international. 1CULTURE 12-13

    Rentre scolaire : les cls de la russite

    A chaque rentre scolaire, les parents sont confronts la mme interrogation :

    comment garantir leurs enfants les conditions dune bonne scolarit ? Daprs

    Mahacen, chef de projet pdagogique Etude Plus, la con ance en soi des lves et linvestissement des parents sont deux

    des cls essentielles du succs.

    -Alors que la rentre a dbut cette semaine, et que les parents sinterrogent sur la russite sco-laire de leurs enfants, quelles solutions peuvent leur permettre de leur as-surer panouissement et russite ? Pour les pro-fessionnels de lduca-tion, la confi ance en soi est un facteur primor-dial de russite scolaire. En effet, un lve qui a une faible estime de lui-mme

    et de ses capacits risque de manquer dengage-ment dans son travail personnel. Plus important encore : la confi ance en ses capacits dapprentis-

    sage. Les lves qui correspondent ce profi l se fi xent des objectifs

    plus ambitieux et persvrent davantage face des diffi cul-ts. Le travail de confi ance

    en soi est trs important pour la russite des enfants. Un profes-seur na pas le temps de faire du cas par cas. RSOCIETE 06

    La morale laque pour sauver le vivre ensemble rSOCIETE 02

    Le 1er magazine sur lhistoire kurde dans les kiosques rSOCIETE 03

    Moncef Bey : un ottoman tunisien face au pouvoir colonial rCULTURE 14

    03El Ayachi. Ils font partie de cette nouvelle gnration dauteurs issus des quartiers sensibles qui a su merger, brisant au passage les codes conventionnels de la littrature avec des uvres telles que Le petit Malik

    SOCIE

    TE

    leur permettre de leur as-

    Moncef Bey : un ottoman tunisien face

    WWW.ZAMANFRANCE.FR

  • LA REDACTIONEDITO

    Vincent Peillon, ministre de lEducation nationale, ne veut pas que la lacit soit r-duite lide que tout se vaut. La lacit ne doit pas tre comprise comme un vague relativisme qui se limiterait permettre la cohabitation de multiples visions du monde. Lui-mme agrg de philosophie, le ministre a dclar dans une confrence de presse que la lacit ce nest pas la simple tolrance. Il profi te donc de la rentre sco-laire pour proposer son projet de morale laque qui sinscrit dans la continuit de son livre Une religion pour la Rpublique. La foi laque de Ferdinand Buisson (Seuil), paru en 2010, et dans lequel il dveloppait dj lide dune religion laque, travers le portrait de lun de ses principaux artisans. Le protestant libral Ferdinand Buisson (1841-1932) tait contre la religion telle quelle tait reprsente par les dogmes et les rites du clerg, mais il nen pensait pas moins que lhomme est fondamentalement un tre religieux. Si bien que lducation scolaire ne devait pas tomber dans le pige de sopposer au sentiment religieux. Anti-clrical sans tre positiviste, Buisson avait lambition de penser une religion, en tant que spiritualit, qui serait adapte la Rpublique. Car pour lui, lhomme nest pas seulement un animal politique, il est aussi un animal religieux. Pour Vincent Peillon, la morale laque repose sur le libre-examen, la libert de conscience, les droits de lhomme. Elle suppose lide dune hu-manit partage car elle considre que le divin ne se manifeste pas uniquement en un seul homme, Jsus-Christ, mais tra-vers tous les hommes. Cette proposition de morale laque est peut-tre loccasion de se souvenir que lislam, en tant que reli-gion, repose galement sur une vision mo-rale du monde, que les musulmans et les autres ont parfois tendance oublier. Cette morale ne doit pas tre entendue comme un moralisme formaliste mais comme une capacit promouvoir la justice en un sens humaniste et universel. Le projet du mi-nistre est ds lors peut-tre loccasion de penser autrement les rapports entre lacit et islam qui se sont dvelopps de faon confl ictuelle ces dernires [email protected]

    Le 22 aot 2012, lAssociation des avocats pro-gressistes a lanc Istanbul une ligne durgence tlphonique, ouverte 24 heures sur 24, pour les victimes de violences policires appel Imdat Polis (SOS Police). Le numro de cette hotline, le 444 155 9, sinspire du numro durgence de la police en Tur-quie, le 155. Ds quune victime appelle la ligne durgence,

    lavocat le plus proche de la zone vient lui porter assistance. Lassociation laccompagne ensuite dans sa plainte. En eff et, celle-ci a galement mis

    en place un Conseil, qui fournit une reprsentation lgale aux victimes de torture. 5 avocats plein temps, et 200 avocats issus de lAssociation des avocats progressistes off reront leur temps et leurs services bn-volement.

    Human Rights Watch (HRW) a appel le gouvernement turc mettre fi n limpunit pour les meurtres et dispa-ritions aux mains dagents de lEtat dans un rapport rendu public le lundi 3 septembre. Les personnes responsables de graves violations des droits humains commises aprs le coup dEtat militaire de septembre 1980 lencontre de la population civile kurde dans les annes

    90, durant le con it entre lEtat et le PKK (Parti des travailleurs du Kurdis-tan), nont jamais t tenues de rendre des comptes pour leurs actes, dnonce lassociation. Human Rights Watch sinquite du dlai de prescription de 20 ans qui est bientt atteint pour ces crimes et demande aux autorits turques dagir maintenant pour que les victimes obtiennent justice.

    Istanbul : un numro contre les violences policires Crimes anti-kurdes : HRW accuse Ankara

    ...ET UNE MAUVAISEUNE BONNE...

    NOUVELLE

    tlphonique, ouverte 24 heures sur 24, pour les victimes de violences policires appel

    444 155 9, sinspire du numro

    quie, le 155. Ds quune victime

    dans sa plainte. En eff et, celle-ci a galement mis en place un Conseil, qui fournit une reprsentation lgale aux victimes de torture. 5 avocats plein temps, et 200 avocats issus de lAssociation des avocats progressistes off reront leur temps et leurs services bn-volement.

    Une villageoise transporte de lherbe sur un barrage compltement assch dans le quartier de Bojonegoro dans la province indonsienne de Java-Est, le 2 septembre 2012. LIndonsie est durement frappe par une longue priode de scheresse, cause du phnomne climatique El Nino.

    Une morale laque pour sauver le vivre ensemble

    Lenseignement de la morale laque doit tre harmonis

    pour enseigner aux enfants les prin-cipes et comportements du vivre ensemble, a-t-on appris lissue dune rfl exion engage la demande du ministre de lEducation nationale, Vincent Peillon. La lacit lcole est rgulirement chahute par diverses polmiques, comme celle des ma-mans accompagnantes voiles lors de sorties scolaires ou la question de la viande halal la cantine. La lacit, ce nest pas la simple tolrance, ce nest pas "tout se vaut" cest un ensemble de valeurs que nous devons partager, a dit M. Peillon. Pour les partager, il faut quelles nous soient enseignes et quelles soient apprises [...]. Il faut re-construire entre les enfants de France du commun, a ajout cet agrg de philosophie. Dans un entretien au Journal du dimanche, le ministre fi xe la mission trois objectifs : quil y ait une cohrence depuis le primaire

    jusqu la terminale, que cet enseigne-ment soit valu, quil trouve un vri-table espace. Il souligne que la morale laque ne doit pas sapparenter lordre moral ou linstruction ci-vique : le but de la morale laque est de permettre chaque lve de smanciper, car le point de dpart de la lacit, cest le respect absolu de la libert de conscience. Pour donner la libert du choix, il faut tre capable darracher llve tous les dtermi-nismes familial, ethnique, social, in-tellectuel , pour aprs faire un choix, prcise-t-il. La mission devra rfl chir au contenu : Que peut tre la morale partage dans une socit pluraliste et o il y a plusieurs morales conviction-nelles diffrentes ?, dit-il. De fait, indique le ministre, la rfl exion por-tera sur les modalits denseignement qui concernent tous les professeurs et toutes les disciplines et va donc n-cessairement poser la question de la formation des enseignants.

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault accompagn de Vincent Peillon loccasion de la rentre scolaire.

    La morale pour rconcilier lacit et islam

    FRANCE02 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

  • Pour la premire fois, un magazine sur lhistoire kurde est en vente

    dans les kiosques turcs. En langue turque, Krt Tarihi (Histoire kurde) est un bimen-suel publi depuis juin 2012. Lide est de populariser lhistoire kurde, quasiment absente en Turquie. Lhistoire intresse

    beaucoup les Turcs, et ces derniers temps de nombreux magazines dhistoire popu-laire sont sortis. Mais comme toujours, les Kurdes et le Kurdistan sont entirement absents de ces publications. Mme si cest une chelle modeste, Krt Tarihi veut mettre fi n cette invisibilit, explique au

    site internet Bianet le sociologue Mesut Yegen, rdacteur en chef du magazine. Mais M. Yegen a conscience que sa revue ne suffi ra pas combler labsence de lhis-toriographie kurde : Notre proccupation est plutt desquisser une histoire des Kurdes et du Kurdistan dans la conscience populaire [turque]. Pour cela, Krt Tarihi sappuie sur une large quipe de spcia-listes turcs et internationaux, complte-ments indpendants, assure-t-il. On re-trouve par exemple le grand spcialiste francophone de la question kurde Hamit Bozarslan, professeur lEcole des hautes tudes en sciences sociales (EHESS). Lventail des sujets est large. Dans les premiers numros parus, on retrouve des articles sur le thtre kurde apparu la Foire de Chicago en 1893, sur une ode du pote Seyh Riza Talabani pour le sultan Abdlhamid II (1842-1918) ou encore sur un livre de mdecine kurde vieux de 200 ans. Face aux critiques sur le choix de la langue turque, Mesut Yegen prcise que des articles en langue kurde seront gale-ment publis mais interpelle ses dtrac-teurs pour quils publient eux-mmes un magazine dhistoire en kurde.

    SOCIETE03 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Le premier numro du magazine

    Krt Tarihi.

    Le 1er magazine turc sur lhistoire kurde Zoom

    EN BREF

    GRAN

    DE-B

    RETA

    GNE

    BAHR

    EN Lourdes peines

    pour 13 militantsUne cour dappel de Bahren a confirm mardi les lourdes peines infliges 13 militants, dont des chefs de lopposi-tion qui ont jou un rle dans le sou-lvement de 2011, violemment rprim par le pouvoir. Sept dentre eux, tous chiites, copent de la perptuit. Les militants, dtenus depuis un an et demi, nont pas comparu devant le tribunal. Ils ont effectu un pourvoi en cassation. En effet, le premier procs des opposants stait droul en avril 2011. Peu aprs lannonce du verdict, des dizaines de jeunes gens ont mis le feu des pneus lentre de plusieurs villages chiites des environs de Manama pour protester.

    Londres abriterait des biens du rgime MoubarakLes autorits gyptiennes accusent le gouvernement britannique de traner des pieds dans la traque des biens d-tourns par le clan du dictateur dchu. A deux pas de Harrods et de Hyde Park, la famille Moubarak serait toujours pro-pritaire, via des socits bases dans des paradis fiscaux, dune rsidence value environ 10 millions deuros. Une autre proprit londonienne du quartier de Chelsea et plusieurs socits enregistres dans la capitale britannique feraient partie davoirs de lentourage de lancien dictateur gyptien. Tous ces biens auraient chapp au gel impos par les sanctions internationales adop-tes contre le rgime.

    En vacances en Afrique du sud, Sgolne Royal, lancienne candidate la prsidentielle de 2007, sest longuement con e au journal Le Figaro. Dans lentretien, elle exclut de tirer un trait sa carrire politique,

    malgr sa dfaite face au candidat socialiste dissident Olivier Falorni lors des dernires lgislatives.

    Arrter ? Cest impensable. Jai trente ans de vie politique

    Faza Gune (Kiffe kiffe demain), Ma-brouck Rachedi (Le petit Malik), Rachid

    Djadani (Viscral), Samira El Ayachi (La vie rve de mademoiselle S.) : tous ces auteurs ont des points communs, estime Tibo Brard, qui a lanc aux Editions Sarbacane la collection Exprim pour promouvoir ce nouveau type de littrature dite urbaine ou populaire. Ces livres sont des coups de poing en pleine tronche, ils droutent, ils vont vite, lencontre dune cer-taine ide de la littrature franaise que je trouve parfois fade, atone, dcrit-il. En crant cette collection en 2006, Tibo Brard avait dans lide que des auteurs issus de scnes urbaines pou-vaient merger, alors que le slam commenait se faire connatre en France. Il a dnich Insa San au sein du label de musique Desh, qui produit notamment le groupe de rap Sniper. Enfant de Sarcelles (Val-dOise), Insa San, dont le prochain livre sortira en novembre, ex-plique que ses infl uences vont du pote Lamar-tine au rappeur Oxmo Puccino en passant par lcrivain Lamine Camara. Pour Hlne Bihry, ditrice au Masque, il tait temps que les cri-vains de banlieue parlent de leur ralit pour casser limage terrifi ante et fantasme des quartiers.

    Ltiquette de lcrivain de banlieueSeule ombre au tableau : le ct ghetto associ lexpression littrature urbaine, dplore Insa San. Faza Gune, surnomme malgr elle la Franoise Sagan des cits, raconte avoir eu du mal grer le succs acquis lge de 19 ans avec Kiffe kiffe demain (publi en 2004 et vendu plus de 400.000 exemplaires). Les journalistes me demandaient mon avis sur le port du voile, limmigration, les meutes en banlieue... On me parlait de tout sauf de mon livre. Jtais consi-dre comme un crivain de banlieue et pas comme un crivain tout court, regrette-t-elle. En revanche, ce qui peut tre valorisant, cest de contribuer vulgariser la littrature, note la jeune femme, qui termine son quatrime roman, publi chez Fayard. Beaucoup de gamines qui lont lue ont dcouvert que la littrature tait accessible, tmoigne Isabelle Tingry, libraire aux Mots passants, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Elles se sont dit "moi aussi je peux y arriver" ajoute-t-elle.

    Ils se nomment Faza Gune, Mabrouck Rachedi ou Samira El Ayachi. Ils font partie de cette nouvelle gnration dauteurs issus des quartiers sensibles qui a su merger, brisant au passage les codes conventionnels de la littrature.

    Faza Gune est une jeune romancire, auteure de Kiff e kiff e demain.

    Les auteurs des quartierscassent les codes de la littrature

  • La circoncision en France :illgale mais admise

    FOUAD BAHRI PARISLa Turquie observe avec tonnement que la pratique de la religion nest plus

    totalement garantie en Allemagne. Ces pro-pos du ministre turc charg des Affaires euro-pennes, Egemen Bagis, tenus dans le quoti-dien allemand Sddeutsche Zeitung faisaient cho la polmique qui a clat outre-Rhin sur une possible interdiction de la circoncision. Un arrt dun tri-bunal de Cologne stait pro-nonc dans ce sens au nom du libre panouissement de lenfant et de la prservation de son intgrit physique, provoquant lire des commu-nauts juive et musulmane al-lemandes. Si, dans limmdiat, aucune loi fdrale nest venue sanctionner ce dbat, un prc-dent juridique pourrait faire tche dhuile en France, premier pays musulman du continent avec une communaut estime 5 millions de fidles. Jusqu prsent, le sujet na pas t abord au plus haut niveau, mais comme sou-vent sur les questions lies lislam, le contexte europen pourrait tre un facteur dclenchant.

    La circoncision relve du droit coutumierCest lavis de Samim Akgnl, enseignant-chercheur et spcialiste des religions mino-

    ritaires dans lEurope largie luniversit de Strasbourg. Dans la perception identitaire en Europe occidentale, ce genre de dcisions contamine trs rapidement lensemble des pays europens. Cette contamination a pu tre observe pour des questions telles que le foulard, labattage rituel, les tribunaux darbitrages, la burqa ou les minarets dit-il.

    En France, la pratique de la cir-concision est jusqu prsent plus tolre que lgalise. Dans son rapport annuel de 2004 consacr la lacit, le Conseil dEtat la consi-drait comme admise tout en prcisant quelle est dpourvue de tout fondement lgal. Ntant pas, dans ce cas de fi gure, prescrite ou justifi e du point de vue mdical, la circoncision relve donc du droit coutumier et du bon vouloir tacite

    de la profession mdicale, depuis lordonnance prescrite par le mdecin gnraliste jusquaux hpitaux o se pratique lopration chirurgi-cale. Comme le souligne la journaliste Isabelle de Gaulmyn dans le quotidien La Croix, la loi 16 du Code civil qui stipule quil ne peut tre port atteinte lintgrit du corps humain quen cas de ncessit mdicale pour la per-sonne ou titre exceptionnel dans lintrt thrapeutique dautrui, na jamais t utilise contre la circoncision, linstar de lexcision. Cet argument de mutilation du corps de len-fant serait-il donc recevable en France ? Pour le professeur Akgnl, il lest, mme sil reste

    diffi cile de se prononcer, car la rponse fait appel des convictions et celles-ci sont aussi volutives. Les comportements reli-gieux ne sont pas statiques. Ils sont dyna-miques, changent dans le temps et selon le contexte sociologique ajoute-t-il.

    Les risques de lassignation communautaire Lun des travers de ce type de dbat, qui peuvent tourner rapidement la pol-

    mique, serait nanmoins le risque denfermement communautaire pour

    les Franais issus de limmigration. Les annes Sarkozy ont laiss

    des traces. Il est encore pos-

    sible de voir des discours essentialistes qui renvoient les musulmans leur seul caractre de musulman considre M. Akgnl. Un danger que le chercheur associe directement la situation minoritaire des musulmans euro-pens et aux postures tendancieuses quelle peut gnrer. Les musulmans dEurope ont des ractions de minoritaires, cest--dire dfensives. Dans cette situation, et lre du positivisme, toutes les religions tentent de trouver des explications rationnelles leurs pratiques dit-il, faisant rfrence notamment aux campagnes de prvention des maladies sexuellement transmissibles qui sappuient sur la circoncision. Luniversitaire, qui aime rappeler les origines ancestrales de cette pra-tique qui remonterait au Nolithique et au culte de la desse-mre qui est en fait la terre, souligne les enjeux lis cette dmarche ratio-naliste. Ces rationalisations font partie dune recherche de lgitimit. La circoncision et les autres comportements identifi s lislam sont au coeur de ce processus de lgitimation en cours. Aussi, ce genre de pratiques, lorsquelles sont attaques, deviennent des tendards conclut luniversitaire.

    Le dbat qui fait rage en Allemagne sur une ventuelle interdiction de la circoncision religieuse pourrait sinviter, terme, en France. Tolre, mais non fonde en droit, la circoncision na pas encore soulev de vagues dans lHexagone. Daprs le chercheur Samim Akgnl, une polmique sur ce sujet renforcerait le risque de communautarisation religieuse des musulmans de France.

    SOCIETE04 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    En Europe, ce genre de dcisions conta-mine trs rapidement lensemble des paysSamim Akgnl, enseignant-cher-

    cheur luniversi-t de Strasbourg, considre quune

    polmique en France sur la circoncision

    risquerait de renforcer les

    tendances com-munautaristes

    des musulmans de France.

    Dans une rcente tude, lAcadmie amricaine de pdiatrie (AAP) pr-

    conise la circoncision aux jeunes garons, daprs la revue amricaine Nature. La Haute institution recommande galement son remboursement par lassurance mala-die, estimant que le cot de lopration serait largement compens par les cono-mies ralises grce la baisse des taux de sida, de papillomavirus humain et dher-ps. LAcadmie amricaine de pdiatrie appuie sa position par des tudes menes en Afrique, qui auraient montr que la circoncision rduit le risque dinfection par le virus du sida.

    La circoncision prochainement rembourse aux Etats-Unis

    La circoncision, en France, qui relve du droit coutumier, est tolre mais nest pas encadre par une lgislation particulire.

  • Rentre scolaire : les cls de la russite

    EMMANUELLE GRIMAUD PARISAlors que la rentre a dbut cette semaine, et que les parents sinter-

    rogent sur la russite scolaire de leurs enfants, quelles solutions peuvent leur permettre de leur assurer panouisse-ment et russite ? Pour les professionnels de lducation, la confi ance en soi est un facteur primordial de russite scolaire. En effet, un lve qui a une faible estime de lui-mme et de ses capacits risque de manquer dengagement dans son travail personnel. Plus important encore : la confi ance en ses capacits dapprentis-sage. Les lves qui correspondent ce profi l se fi xent des objectifs plus ambi-tieux et persvrent davantage face des diffi cults. Le travail de confi ance en soi est trs important pour la russite des enfants. Un professeur na pas le temps de faire du cas par cas. Avec Etude Plus, nous coutons les enfants qui doutent prcise Mahacen, chef de projet pdago-gique la fdration de cette association franco-turque. Dans un deuxime temps, les parents doivent sinvestir dans la sco-larit de leur enfant pour discerner ses gots, faiblesses et forces. Mais la russite scolaire repose aussi sur des objectifs prcis. Lenfant a des chances quil doit respecter lui permet-tant dapprendre grer son temps. Aussi, pour se responsa-biliser, lenfant doit comprendre quil ne travaille pas pour ses parents, mais pour lui. Ajoutons cela limportance du lieu de travail. Evidemment, cest lenfant de choisir o il souhaite sinstaller pour faire ses devoirs. En gnral, plus il grandit, plus il a besoin de solitude

    pour se concentrer. Certaines familles nont pas despace de travail offrir leurs enfants. Dans ce cas les devoirs se font dans la cuisine, parfois le cahier sur les genoux. Il arrive mme que la tlvi-sion soit constamment allume dplore Mahacen. Par ailleurs, trop de parents se focalisent sur les mauvais rsultats, ou-bliant de reconnatre les points forts. Une chose est sre : cest en favorisant les petits plus que lon obtient des rsultats.

    Communication et cohrence Il est essentiel dtre cohrent entre ce que lon exige de lenfant et ce quon lui donne voir. Bien laccompagner dans sa scolarit, cest dabord tre un modle pour lui, et ce au quotidien, mais cest aussi ne pas oublier de communiquer. Les acteurs de lducation et de lins-truction dun enfant sont en gnral les parents et les professeurs. Tous les ducateurs doivent absolument tenir le mme discours, de mme aucun acteur nest ngliger, chacun est complmen-taire et possde son propre rle indique lenseignant Mohamed Bougafer, qui a publi un livre sur la ncessaire volu-

    tion du systme ducatif Les quatre C pour russir (Yvelindition).

    Lenfant doit entendre le mme son de cloche pour limiter les interactions ngatives dans le processus ducatif. Ici, le

    matre mot est donc la coh-rence. Cela nces-

    site par ailleurs une confiance mutuelle. Une bonne commu-nication au sein du triangle pa-rents enfants professeurs e s t d o n c essentielle.

    A chaque rentre scolaire, les parents sont confronts la mme interrogation : comment garantir leurs enfants les conditions dune bonne scolarit ? Selon Mahacen, chef de projet pdagogique Etude Plus, la confi ance en soi des lves et linvestissement des parents sont deux des cls essentielles du succs.

    Le mardi 4 septembre, une vaste tude de sant sur les

    comportements des jeunes de 11 15 ans a t publie par lInstitut natio-nal de prvention de lducation pour la sant (Inpes). Lenqute a t effec-tue en 2010 auprs de 11.638 coll-giens franais. Il en ressort que ces adolescents ont un important rseau damis, dorment moins mais se nour-rissent mieux. Le bilan est globale-

    ment positif, commente Franois Beck, responsable des enqutes lInpes. Mais des points proccupants subsistent comme la dcouverte de lalcool, du cannabis ou du tabac. En effet, un tiers des lves de 3e ont dj connu livresse, 16 % dentre eux fu-ment rgulirement, tandis quun quart dclare avoir expriment au moins une fois le cannabis. Seule-ment 2 % en fument rgulirement.

    Les enjeux ducatifs lis la russite scolaire de lenfant passent par une bonne interac-tion entre parents et professeurs.

    Un quart des collgiens a dj fum du cannabis

    Sousse: +216 2 4 27 81 29Den Haag: +31 6 29 93 71 80

    Istanbul: +90 216 632 7066

    Stuttgart: +49 15787014798

    Mnchen: +49 89 54 3 8688Mannheim: +49 178 7625833Antwerpen: +324 86 70 76 19Montpellier: +336 05 12 41 24

    Lyon: +336 11 22 74 35Paris: +336 79 40 78 78Besanon: +333 81 53 19 25Strasbourg: +336 22 94 51 55

    SOCIETE06 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Mohamed Bougafer

  • 60 % des Turcs veulent un nouveau parti politique

    Daprs les travaux de chercheurs internatio-

    naux publis dans la revue Science magazine de cher-cheurs internationaux, la Tur-quie actuelle serait le lieu de naissance des langues indo-europennes, une famille de plus de 400 langues compre-nant langlais, le persan et lhindi. Ltude montre que lune des plus importantes fa-milles de langues recense dans le monde est ne en Ana-tolie, il y a 8.000 ans. La dis-persion des proto-Indo-euro-p e n s a u r a i t d b u t e n Anatolie nolithique et serait lorigine de lexpansion des langues indo-europennes his-toriques vers les autres coins

    du globe, grce lexpansion de lagriculture, aux VIIe et VIe sicles avant J.-C. Cependant, la thorie la plus commun-ment accepte du moins jusqu prsent a t celle de la Steppe, qui positionne la Russie actuelle comme le point dorigine des langues indo-eu-ropennes, daprs larticle du 2 3 a o t p u b l i d a n s l e Washington Post. Mais au-jourdhui, de nouvelles re-cherches similaires apportent un appui linguistique lhypo-thse anatolienne, daprs Michael Dunn, linguiste lInstitut Max Planck de psy-cholinguistique Nijmegen, aux Pays-Bas, un des co-au-teurs du rcent rapport.

    Pour 60,4 % des Turcs, la Tur-quie doit se doter dun nouveau

    parti politique et dun nouveau lea-der. Tel est le constat dune enqute effectue aprs les rcentes querelles politiques internes lies la manire de traiter le problme persistant du terrorisme et les questions de poli-tique trangre devenues plus pr-gnantes ces dernires semaines. Le rsultat le plus significatif de cette enqute rside dans le fait que 60,4 % des personnes interroges ont rpon-du positivement la question de sa-voir si un nouveau leader et un nou-veau parti taient ncessaires pour remdier la situation actuelle et trouver de nouveaux quilibres poli-tiques en Turquie. Seuls 28,9 % des personnes interroges affirment avoir une opinion positive du paysage politique turc, sestimant satisfaites de la direction actuelle du pays. Len-qute montre galement que lAKP perdrait sans doute une partie des voix recueillies lors des lections du 12 juin 2011, la plupart des personnes interroges affirmant tre dues par

    les hommes politiques, dont laction ces dernires annes, tant au niveau intrieur que sur le plan international, a t en de des attentes. Daprs les rsultats du sondage effectu du 22 au 27 aot sous la forme dentretiens approfondis sur un chantillon de 3.251 personnes issues de 21 pro-vinces si une nouvelle lection avait lieu ce mois-ci, lAKP obtiendrait 46,7 % du total des voix.

    Le MHP progresse dans les intentions de voteLe Parti rpublicain du peuple (CHP) serait second avec 19,5 %, et le Parti daction nationaliste (MHP), troi-sime avec 16,1 %. Il est intressant de noter que si les deux premires formations perdraient une part importante des voix qui leur taient acquises, le parti nationaliste en revanche semble progresser. Mais si la majorit des personnes inter-roges souligne la ncessit dune nouvelle figure politique, 47,3 % dentre elles dsignent nanmoins le Premier ministre Recep Tayyip

    Erdogan comme tant le dirigeant le plus comptent de la scne poli-tique turque. Lancien maire de la municipalit de Sisli Istanbul, Mustafa Sarigul, arrive second avec 27,1 %, tandis que le leader du CHP Kemal Kilidaroglu est troisime avec 20,8 %. En ce qui concerne le MHP, 68,8 % des citoyens interrogs ayant vot pour le parti nationaliste se sont dits opposs tout changement au sein de la direction, y compris en ce qui concerne Devlet Baheli et son entourage. Seuls 21,5 % ont exprim lopinion inverse concernant le deu-xime plus grand parti dopposition au Parlement aprs le CHP. Enfin, le sondage montre que le vice-Premier ministre Ali Babacan est le ministre le plus populaire du gouvernement, pour 10,3 % des personnes interro-ges. Le ministre de lEnergie et des Ressources naturelles Taner Yildiz est second pour 9,7 % des Turcs, tandis que le ministre des Affaires trangres Ahmet Davutoglu arrive en troisime position pour 9,5 % des opinions exprimes.

    Une enqute ralise en aot sur les questions de politique intrieure et trangre rvle que pour 60,4 % des Turcs, le pays a besoin dun nouveau parti et dun nouveau leader. Ltude souligne notamment le ressentiment prouv vis--vis dune classe politique qui, depuis les dernires lections, na pas toujours rpon-du aux attentes de la population.

    La Turquie, berceau des langues indo-europennes ?

    TURQUIE07 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    LAnatolie pourrait tre la terre o ont pris naissance les langues indo-euro-pennes, daprs une tude publie dans la revue Science magazine.

  • Ecomarket Chenove -Dijon ve Besanconda15-16 Eyll tarihlerinde Gazi rnlerinde

    promosyon + tatirma+ hediyeler var...

    ECO MARKET-2 ADRESCentre Commersial Saint exupery

    rue antoine Saint exupery21300 CHENOVE

  • Une mission pour enfants juge exhibitionniste cre un tollBETL AKKAYA DEMIRBAS ISTANBUL

    Un concours de chant pour enfants diffus la TV une fois

    par semaine jusqu une heure trs tardive de la nuit est devenu le sujet dun dbat passionn en Turquie. Certains pdagogues, mais aussi des familles et des associations pour la protection de lenfance, considrent lmission comme une forme de mauvais traitement infl ig des en-fants et demandent aux autorits son interdiction. Intitule Bir Sarkisin Sen (Tu es une chanson), elle runit des enfants gs entre 6 et 15 ans interprtant des chansons habituel-lement chantes par des stars adultes de Turquie. Les producteurs de lmission affirment que ce pro-gramme nest pas un concours et quil a pour but de pousser les jeunes enfants talentueux faire carrire dans la chanson. Les critiques de lmission portent sur le fait que des enfants qui nont pas atteint leur maturit psychologique et physique sont forcs dexhiber leurs corps en mme temps que leurs talents, face des millions de tlspectateurs, dans des costumes et avec un maquillage sophistiqu incompatibles avec leur ge. En dehors du chant, les jeunes candidats doivent galement danser et divertir le public. Dans le show, nous voyons certains enfants danser afin dattirer lattention du public comme des danseuses du ventre adultes. Ce ne sont pas des choses penses par des enfants. Ils sont sans doute entrans de cette faon, a ainsi dnonc Yasemin Coban, la vice-prsidente du comit de lAsso-ciation de protection et de soutien des familles (AKODER). Pour Yase-min Coban, le concours perturbe la

    croissance physique, morale et psy-chologique des jeunes enfants.

    Un concours de chant, cause dchec scolaireLmission a t diffuse pour la premire fois en 2009. Le Conseil suprme de la radio et de la tlvision (RTRK) a donn un avertissement la chane ATV pour le style et le contenu de lmission. A la suite de nombreuses critiques contre ce pro-gramme, ATV lavait retir de sa grille avant de le rediffuser aprs quelques changements minimes apports. Certains critiques de lmission ont lanc une campagne dans les m-dias sociaux contre le concours, afi n de lutter contre lexploitation des jeunes enfants dans les shows tl-viss. Ils ont cr des groupes sur Twitter et Facebook, comme ocuk Istismarina Hayir (Non aux mau-vais traitements infl igs aux enfants) et ATV ocuk Istismarina Son Ver ! (ATV, arrte de maltraiter les enfants !). Ces groupes ont deman-d aux autorits, et notamment au RTRK et au ministre de la Famille et des Affaires sociales, de prendre des dispositions contre le show. Daprs la spcialiste du dveloppe-ment de lenfant, Gzde Erdogan, le concours de chant peut constituer par ailleurs une cause dchec sco-laire pour ses participants. Mais pour elle, le problme est bien plus grave. Lmission loigne les enfants [par-ticipants] de toute sorte de partage lcole. Par exemple, ils sloignent invitablement de leurs amis, ce qui a des rpercussions ngatives sur leur relation avec leurs amis et leur russite en classe, a affi rm Gzde Erdogan Zaman.

    Le concours musical et tlvis pour enfants intitul Bir Sarkisin Sen (Tu es une chanson) a provoqu une leve de boucliers des associations turques de protection de lenfance qui laccusent de promouvoir une image dgradante des mineurs.

    Le ministre des Transports et de la Communication, Binali Yildirim, a affi rm, mercredi 5 septembre, que son ministre nenvisageait pas de censurer

    Twitter et Facebook. Nous navons pas de tel plan. De

    toute manire, il est impossible darr-

    ter momenta-nment les r-seaux sociaux a-t-il dclar.

    Ce dmenti officiel fait suite larticle LEtat se prpare intervenir sur Twit-ter et Facebook du journal Habertrk. Daprs le quotidien, le ministre aurait dclar que les rseaux sociaux pouvaient tre des menaces, notamment aprs un attentat comme celui de Gaziantep, avec lesquels il fallait tre prcautionneux, et pensait les arrter provisoirement dans limmdiat ou dans lheure. Des associations taient montes au crneau pour dnoncer la mise en place dun sys-tme de censure.

    Lmission tlvise Bir Sarkisin Sen organise des concours de chant et de danse pour enfants.

    Binali Yildirim est le ministre

    des Transports et de la Com-munication.

    TURQUIE09 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Rseaux sociaux : Yildirim dment laccusation de censure

  • EUROPE10 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Berlin rglemente les abandons de bbs

    Le prsident du Conseil de Coordination des Musulmans

    en Allemagne (KRM), Ali Kizilkaya, a rejet les critiques selon lesquelles les musulmans ne lutteraient pas assez contre lantismitisme dans leurs propres rangs, dans un entre-tien paru lundi. Les musulmans nont pas besoin de leon. (...) Lantismitisme nest pas compa-tible avec lislam, a dclar M. Ki-zilkaya, dans une interview au quo-tidien allemand Berliner Zeitung. Le KRM ne reprsente pas tous les musulmans vivant en Allemagne (4 millions au total) mais chapeaute nanmoins quatre grandes associa-tions. M. Kizilkaya rpondait ainsi aux reproches mis vendredi dans le mme journal par le prsident du Conseil central des juifs dAlle-

    magne, Dieter Graumann, qui avait appel les dirigeants de la commu-naut musulmane ne pas se contenter de mots, mais passer aussi aux actes, suite lagression dun rabbin par quatre jeunes appa-remment dorigine arabe Berlin. M. Kizilkaya a ajout que si lon parlait dantismitisme, il fallait aussi parler danti-islamisme. Il sest dit prt discuter avec la commu-naut juive de ces deux flaux. Quelque 1.500 personnes se sont rassembles dimanche Berlin pour soutenir le rabbin agress. Dans une communaut juive en plein essor en Allemagne, qui compte aujourdhui quatre fois plus de membres (plus de 200.000) quil y a vingt ans, lagression avait suscit une vague dindignation.

    Depuis 2000, il existe dans une centaine de villes allemandes un dispositif ano-

    nyme pour abandonner un enfant sans risque. Une nouvelle loi est cense en prci-ser le cadre juridique. On trouve ces dispositifs lentre des hpitaux, sur le parvis des mai-ries, proximit des glises ou dans des rues trs frquentes. Elles ressemblent de grands coffres-forts vitrs. A lintrieur, on trouve un lit auto-chauffant, une camra, et un signal dalarme reli au centre de soins le plus proche. Sur la porte, un mode demploi indique comment ouvrir le coffre, y dposer son bb, puis le refermer. Destines aux parents en dtresse qui veulent abandonner leur nouveau-n dans lanonymat, ces botes se multiplient en Europe et inquitent les Nations unies. Cest la mdiatisation des abandons de nouveaux ns dans des pou-belles qui a remis au got du jour cette pra-tique dun autre temps. Ainsi, lAllemagne a t le premier pays rintroduire le mca-nisme en avril 2000.

    Les droits de lenfant sacri sDepuis, dix autres pays europens lont adopt, comme lItalie, la Suisse ou encore la Pologne. Dans la plupart des pays qui utilisent ce systme, le parent qui abandonne anony-mement son enfant dans une de ces botes a huit semaines pour revenir sur sa dcision. Pass ce dlai, une procdure dadoption clas-sique est enclenche, tandis que lEtat devient lgalement responsable de lenfant. Mais ces botes bbs soulvent des questions

    juridiques, et avant tout thiques. Ainsi, que faire du droit de lenfant avoir accs ses origines, des droits du pre lorsquune mre abandonne leur enfant sans len avertir ? Mais encore, ces botes bbs incitent-elles des

    femmes abandonner leur enfant ? Ces der-nires favorisent-elles le trafi c denfants ? Une chose est sre, depuis que la premire bote a t installe, il y a douze ans, elles sont gres en labsence de tout cadre lgal.

    Des musulmans allemands rejettent les accusations dantismitisme

    Une bote bbs en Allemagne pour recueillir les bbs abandonns par leurs parents.

    Une journe portes ouvertes la mosque Sehitlik de Berlin.

    BREVES ECO

    COM

    MER

    CETR

    AVAI

    L

    Dclin des exportations turquesLes exportations turques ont chut de fa-on inquitante au mois daot principa-lement cause de la crise conomique que subit aujourdhui lEurope. En effet, de-puis plus dune dcennie, le Vieux conti-nent est le principal partenaire cono-mique, en terme de commerce extrieur, dAnkara. Selon les donnes officielles de lAssemble des exportateurs turcs, les ex-portations de la Turquie reprsentent 10,5 milliards de dollars des recettes globales pour le huitime mois de lanne, ce qui reprsente une baisse de 4.6 % par rap-port au mois daot 2011.

    Plus de 3 millions de chmeursLa barre symbolique des 3 millions de demandeurs demploi sans activit, pra-tiquement atteint fin juillet, est dsormais franchie. Cest en tout cas ce qua annonc Michel Sapin, ministre du Travail, sur ra-dio J dimanche dernier. Le nombre de de-mandeurs demploi sans activit en France mtropolitaine avait augment pour le 15e mois conscutif en juillet, de 41.300 per-sonnes, la plus forte hausse depuis plus de trois ans, pour atteindre 2,987 millions de personnes. Un chiffre alarmant, mais la France est loin dtre le seul pays en dif-ficult. En effet, le contexte conomique europen est aussi morose.

    Une majorit de Turcs reconnaissent les alvis comme des musulmans selon un rcent sondage dopinion. En Turquie, lalvisme est une minorit religieuse qui regroupent six douze millions de personnes.69 %

  • INTERNATIONAL11 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Les chrtiens du Pakistan victimes de discriminations

    En premire ligne face au flot des rfugis syriens, la Turquie presse

    lONU de mettre en place des zones tampons sur le territoire syrien pour tenter de le contenir. Le Premier mi-nistre turc Recep Tayyip Erdogan a en effet cart vendredi ltablissement sans une rsolution de lONU de zones protges en Syrie pour accueillir les populations qui fuient les combats. Nous ne pouvons pas faire cela sans une rsolution du Conseil de scurit de lONU, a dclar M. Erdogan la chane de tlvision Kanal Turk. Pour le chef du gouvernement turc, il nest pas possible de crer une zone tampon sans tablir une zone dexclusion a-rienne. Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a remis mercredi la

    question controverse de la protection des populations toujours plus nom-breuses qui fuient les combats entre larme fidle au rgime du prsident Bachar al-Assad et la rbellion au Conseil de scurit des Nations unies. Nous attendons des Nations unies quelles agissent pour la protection des rfugis en Syrie en les hbergeant, si possible, dans des camps l-bas en Syrie, a dclar M. Davutoglu devant la presse.

    Moscou et Pkin, main dans la mainDbord par cet exode, Ankara a suggr plusieurs reprises la cra-tion, dans lextrme nord du territoire syrien, le long de la frontire turque, de zones de protection gres par le

    Haut-commissariat de lONU aux rfu-gis (HCR) et susceptible daccueillir les rfugis syriens. Sans surprise, le pr-sident syrien a fermement rejet cette hypothse. Elle serait irraliste, a jug Bachar al-Assad dans un entretien tl-vis diffus mercredi. Parler de zones tampons nest premirement pas (ndlr, une option) sur la table, et deuxime-ment cest (une ide) irraliste mme pour les Etats hostiles et ennemis de la Syrie, a-t-il affirm. Mais une telle dcision, qui ncessite la mise en place dune coalition militaire susceptible de la faire respecter, na pour lheure au-cune chance dtre vote par le Conseil de scurit de lONU, o la Russie et la Chine bloquent toute rsolution sing-rant dans les affaires syriennes.

    Pas facile dtre chrtien au Pakis-tan. Laffaire de la fillette pakista-

    naise Rimsha Masih, chrtienne et han-dicape mentale, qui habite le quartier pauvre de Mehrabad, en priphrie dIslamabad, accuse il y a deux semaines davoir brl des pages du Noorani Qaida, un manuel dintroduction lis-lam destin aux enfants, sur lequel taient crits des versets du Coran, le rappelle douloureusement. Au Pakistan, insulter le Prophte est passible de la peine de mort, et brler un verset du Coran de la prison vie.

    Les plus dfavoriss sont des chrtiensAprs avoir eu vent des allgations contre ladolescente, limam Hafiz Mo-hammed Khalid Chishti avait mobilis

    des fidles et fait pression sur la police pour quelle arrte la jeune fille. Laffaire avait aussitt fait la une des journaux au Pakistan et mue de nombreux pays. Des tmoignages suggrent aujourdhui la piste dun coup mont par un imam afin dincriminer ladolescente. La police pakistanaise a donc crou le week-end dernier limam lorigine de la plainte. Le Conseil des oulmas du Pakistan, un organisme reprsentant des associations musulmanes, a quant lui, demand une enqute impartiale et approfon-die dans cette affaire et des mesures strictes contre les accusateurs si lado-lescente tait innocente. Pour autant, les accusations de blasphme rptes contre les chrtiens au Pakistan ne sont pas quun problme religieux.

    Les chiites encore plus stigmatissIl y a un facteur li aux castes. La preuve en est que ce sont les plus pauvres et les dfavoriss qui sont le plus souvent viss, souligne M. Bhatti, seul ministre chrtien du gouvernement. Ces der-niers sont toutefois loin dtre les seules

    victimes de violences au Pakistan, o les mouvements sunnites radicaux sen prennent de plus en plus violemment aux minorits ahmadie ou chiite, bien plus meurtries que les chrtiens par les violences interconfessionnelles ces der-niers mois.

    La condition des chrtiens au Pakistan ne semble pas samliorer. La dernire affaire daccusation porte contre la fillette Rimsha Masih, chrtienne et handicape mentale, sou-ligne la monte de lintolrance religieuse dans ce pays musulman. Pour lun des ministres dIslamabad, chrtien, les causes de cette stigmatisation seraient galement so-ciales et lhritage de linstitution des castes.

    Confronte une vague massive de rfugis syriens sur son territoire, la Turquie a fait appel lONU pour quelle mette en place des zones tampons. Mais la demande turque, rejete par Damas, risque une nouvelle fois de tomber leau en raison des blo-cages chinois et russe au Conseil de scurit.

    Ankara saisit lONU sur les rfugis syriens

    Les popula-tions chr-tiennes du Pakistan sont rgulirement victimes de discrimina-tions confes-sionnelles mais aussi sociales.

    Un camp de rfugis syriens en Turquie.

  • 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    fCU

    LTUR

    E12-

    13

    Sami Yusuf, issu dune famille dorigine azrie, est n et a grandi Londres. A 3 ans, Yusuf chantonnait de petites mlodies ; 9 ans il monte sur scne et chante ses premires chansons. Son grand talent musical na t cependant dcouvert quaprs que son pre lui ait of-fert un tombak, un instrument percussion iranien. Sami Yusuf pre-nait galement des cours de musique et a tudi en parallle le droit au Kings College de Londres. Mme sil se sentait souvent tiraill entre son aspiration pour la musique et ses cours de droit, Sami Yusuf a sorti son premier album Al Muallim 23 ans. Cest rapidement le grand succs, et certains mdias nhsitent plus le prsenter comme la nouvelle pop star du monde musulman. Lalbum Al Muallim sorti en 2003 a t vendu plus de 2 millions dexemplaires. Parmi les mor-ceaux les plus apprcis, citons Al-Muallim, Supplication, Ya Mustafa et The Creator. Le musicien travaille en ce moment sur un nouvel album et donne des concerts dans plusieurs pays, dont la Turquie.

    Raihan est un groupe de chant religieux compos de 5 Malaisiens qui sest fait connatre pour la premire fois en 1996, anne o leur album Puji-Pujian a bris les records de vente dans leur pays. Leur premier album a t vendu 3,5 millions dexemplaires dans le monde. Ils ont t dsigns pour recevoir la mdaille dhonneur du prince Charles en 1997. En 2001, le groupe Raihan perd un de ses membres, Azhari Ahmed, juste avant la crmonie de remise de la mdaille. Le groupe travaille avec des personnalits importantes telles que Yusuf Islam et fait partie des groupes de chant religieux les plus apprcis dans le monde. Parmi leurs plus grands succs fi gurent Thank you Allah, 25 Rasul, Syukur, Kasih Sayang et Assolatuwassalam.

    Sami Yusuf, issu dune famille dorigine azrie, est n et a grandi Londres. A 3 ans, Yusuf chantonnait de petites mlodies ; 9 ans il monte sur scne et chante ses premires chansons. Son grand talent musical na t cependant dcouvert quaprs que son pre lui ait of-fert un tombaknait galement des cours de musique et a tudi en parallle le droit au Kings College de Londres. Mme sil se sentait souvent tiraill entre son aspiration pour la musique et ses cours de droit, Sami Yusuf a sorti son premier album grand succs, et certains mdias nhsitent plus le prsenter comme la nouvelle pop star du monde musulman. Lalbum en 2003 a t vendu plus de 2 millions dexemplaires. Parmi les mor-ceaux les plus apprcis, citons et The Creatoralbum et donne des concerts dans plusieurs pays, dont la Turquie.

    La musique religieuse musulmane connue sous le nom danasheed

    et popularise par de jeunes artistes originaires de pays

    aussi divers que la Macdoine, lAzerbadjan ou le Liban,

    rencontre un succs dsormais international.

    R&B,

    rap,

    pop

    :la

    nou

    velle

    vagu

    e de

    la m

    usiq

    ue re

    ligie

    use

    SAMI YUSUF : La pop star du monde musulman

    MESUT KURTISsur la voie de la musique sou e

    HAMZA ROBERTSONLartiste converti lanasheed

    RAIHAN :honor par le prince Charles

    Le parcours de Hamza Robertson est un peu diffrent. Le jeune artiste sappelle en ralit Tom Robertson et est n en 1982, dans la ville anglaise de Lanca-shire. Tom a grandi dans une famille chrtienne avant de se convertir lislam lge de 21 ans. Passionn par la mu-sique et les arts de la scne depuis son plus jeune ge, Hamza Robertson a tou-jours jou du piano jusqu ses 20 ans, et a t soliste dans de petits groupes de musique. Le Britannique sort de lano-nymat en 2007 avec un album dont les morceaux les plus connus sont Your Beauty, My Hero, The Mountain, He Is One et O Allah.

    Maher Zain est n en 1981 Tripoli au Liban. Il migre en Sude avec toute sa famille alors quil est g de huit ans. Il compose trs vite des uvres essentiellement R&B. Bien quil ait termin ses tudes de gnie arien, la musique a toujours occup une place plus importante dans sa vie. Il dcide donc de poursuivre sa carrire artistique. Maher Zain, qui composait ses uvres en Sude en collaboration avec son producteur dorigine marocaine, a continu son travail mais aux Etats-Unis. De retour en Sude, il soriente vers lcriture de chansons R&B sur des thme islamiques. En 2009, il sort un album intitul Thank You Allah qui a rapidement bris les records de vente dans le monde. Maher Zain a obtenu 8 disques de platine en Malaisie en 2011. Le morceau intitul Freedom, sur le printemps arabe, fait partie des chansons les plus coutes sur le web.

    MAHER ZAIN : du R&B sur des thmes religieux

    MAHER ZAIN : du R&B sur des thmes

    ERKAM EMRE ISTANBUL

    -Les albums des chanteurs religieux mo-dernes ont acquis aujourdhui une cer-taine notorit grce au soutien de pro-ducteurs essentiellement europens et amricains, et atteignent prsent des records de vente. Avec des morceaux musicalement colors, les chanteurs religieux transmettent le message universel de lislam et interprtent leurs uvres dans diverses langues, notam-ment langlais et larabe. Ce style de musique lanc en 1995 par le clbre artiste anglais Yusuf Islam avec son album La vie du dernier Prophte sest

    La vie du dernier Prophte sest La vie du dernier Prophtedepuis tendu au l des annes et sest rpandu dans le monde entier. Sami Yusuf, Maher Zain, Mesut Kurtis, le groupe Raihan, etc., ces noms dsormais clbres ont occup le devant de la scne artistique avec des interprtations qui ont

    su renouveler ce genre musical rest longtemps traditionnel. Dans ses albums, cette nouvelle vague de musiciens a expri-m les valeurs musulmanes travers des composi-tions interprtes dans les styles R&B, rap, pop. Le style propre de ces jeunes musiciens forms dans leurs pays est connu non seulement des musulmans, mais galement, au-del, dun public plus large. Leurs chansons, largement diffuses dans les mdias sociaux, se positionnent au top de la liste des ventes. Gros plan sur une nouvelle gnration de chanteurs religieux qui a russi concilier islam et star system.

    Zain Bhikha, un artiste sud-africain est peut-tre le plus ancien des chan-teurs religieux modernes. Bikha, qui possde une maison de production son nom, est pass sur le devant de

    la scne avec Yusuf Islam et lar-tiste musulman canadien Dawud Wharnsby. Auteur de plusieurs chansons sur des thmes isla-miques, lartiste, la voix au timbre rare, sest fait remar-qu par sa participation dans la

    bande originale du dessin anim de Walt Disney Le Roi Lion. Ac-

    tuellement, il travaille sur un projet dapprentissage de la musique des-

    tin aux enfants et prsente une mis-sion sur la tlvision indienne. Parmi ses titres les plus clbres fi gurent Allah Knows, A Is for Allah, Allah Hu Allah et Better Day.

    ZAIN BHIKHAle vtran

    Mesut Kurtis, n Skopje en 1981, est un Macdonien dorigine turque. Il est issu dune famille religieuse et conservatrice qui migre en Angleterre alors quil est encore jeune. Il poursuit au pays de Galles un master en sciences islamiques. Il sintresse alors la musique sou-fi e et devient soliste dans des groupes de chants religieux.

    Grandir dans la culture balkanique lui a donn beaucoup datouts. Kurtis parle 5 langues et interprte ses chants en anglais, en arabe et en turc. Il fait partie des chan-teurs religieux de la nouvelle gnration, plus proche de la tradition des chants turcs avec des morceaux comme Sevgili, No One But Allah, Burdah et Alaika.

    Sami Yusuf.

  • CULTURE14 7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Quest-ce que la droite ? Les gens de droite rptent inlassablement nos valeurs, nos valeurs sans jamais dire explicitement en quoi elles consistent. Michel Winock, historien spcialiste de la vie politique et intellectuelle franaise, le fait. Quatre axes peuvent tre distingus, le dernier tant rcent : la dfense de lautorit de lEtat, sur les plans tant intrieur (ordre,

    scurit) quextrieur (dfense, diplomatie) ; la prminence de limpratif de la produc-tion sur la consommation et lgalit sociale ; un certain conservatisme des murs, o se retrouve dailleurs la trace de linfl uence catholique ; et enfi n limpratif de lintgration europenne. Winock souligne nanmoins que, par essence, la droite est plurielle : loin dtre une, elle dessine une tendance.

    Lauteur retrace ici sa nais-sance, puis lhistoire des mou-vements et des personnalits qui lont anime depuis 1789. Il propose ensuite une typolo-gie qui reprend la distinction classique tripartite (lgitimiste, orlaniste, bonapartiste) en la compltant : la droite natio-naliste et populiste ne avec le boulangisme et laffaire Dreyfus, et dont le sarkozysme est le dernier avatar.

    Quelles valeurs pour quelle droite ?

    AGENDA CULTUREL

    CONC

    ERT

    DBA

    TON

    E-M

    AN-S

    HOW

    EXPO

    SITI

    ON

    Hommage lmir Abd el-KaderAuteur soufi, musulman la dcou-verte de la modernit, initiateur du dialogue islamo-chrtien, lAlgrien Abd el-Kader (1808-1883) est aussi un rsistant farouche, un symbole tra-vers le monde de la lutte contre le co-lonialisme. Arnaud Marzorati, Rachid Brahim-Djelloul et les artistes qui les accompagnent rendent hommage par la musique au grand mir.Le 12 septembre 20:00

    la Cit de la musique

    221, avenue Jean Jaurs

    75019 Paris

    Egypte : les islamistes lpreuve du pouvoirAvec Sarah Ben Nfissa, chercheure lInstitut de recherche pour le dve-loppement, et Alain Gresh, rdacteur en chef du Monde diplomatique.Le 11 septembre 18:00

    IREMMO

    5 / 7, rue Basse des Carmes

    75005 Paris

    Jeunes femmes palestiniennes en rsistanceUne exposition organise par la sec-tion Roubaix-Tourcoing de lassocia-tion France-Palestine solidarit.Jusquau 13 septembre

    Maison des associations de Roubaix

    24, place de la Libert

    59100 Roubaix

    Petits chocs des civilisationsFellag dcouvre avec stupfaction que le plat prfr des Franais est le cous-cous : Un moyen dtourn pour nous dire que vous nous aimez enfin ? Dans ce cooking show, authen-tique spectacle en toque, lcrivain, comdien et humoriste sen prend aux peurs tenaces, aux prjugs la peau dure qui opposent les Franais aux Algriens, et plus gnralement les peuples dislam lOccident.Du 11 septembre au 10 novembre

    Thtre du Rond-point

    2 bis, avenue Franklin Roosevelt

    75008 Paris

    Vadrouille en PalestineAvec humour et gnrosit, le com-dien Jack dnonce une ralit cruelle. Des plages de Tel Aviv la mer morte en passant par les camps de rfugis palestiniens, ses personnages en va-cances dessinent le rel sur le mode tragi-comique.Jusquau 27 dcembre

    Le Bab-Ilo

    9, rue du Baigneur

    75018 Paris

    A lire & voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir...&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&A lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lire &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    La droite, hier et aujourdhui,de Michel Winock,

    Tempus, 272 p., 9 .

    SEYFEDDINE BEN MANSOUR TUNISLe 1er septembre, le prsident tu-nisien Moncef Marzouki a dpos

    une gerbe sur la tombe de Muhammad VII al-Munsif Bay, avant-dernier souve-rain de Tunisie. La Rpublique rendait ainsi hommage au monarque patriote, mort Pau il y a 64 ans, exil par les autorits coloniales franaises. Jamais autant que sous Moncef Bey, la dynastie turque des husseinites na donn le sen-timent quelle tait la dynastie nationale tunisienne. De leur origine turque pour-tant, les husseinites avaient conserv lappartenance lcole hanfite contrairement la presque totalit de leurs sujets, qui sont malkites la tra-dition dpouser des princesses turques ou circassiennes, et la reconnaissance, jusque 1881, de la suzerainet ottomane. A cette date en effet, ce qui fut une pro-vince ottomane (Eyalet-i Tunus /Tunus beyligi), mais dont, depuis 1705, la vas-salit tait purement nominale, devient un protectorat franais. Malgr des titres pompeux (Notre Seigneur et Matre, Pasha Bey, Possesseur du Royaume de Tunis), les beys qui se sont succd depuis cette date se conten-taient la plupart du temps dentriner sans discuter les dcisions du Rsident gnral, reprsentant Tunis du pouvoir colonial. Cest lui en outre quils de-vaient en rfrer avant toute dcision de quelque importance. Moncef Bey se r-vlera bien moins mallable que ses prdcesseurs et son ultime successeur. En 1922 dj, alors quil tait le conseiller de son pre, Naceur Bey, il mettra en contact le souverain avec les militants nationalistes. La Rsidence gnrale demandera quil soit loign.

    Un protecteur des juifs durant lOccupationParvenu au trne le 19 juin 1942, il adresse ds le 20 aot un mmoran-

    dum au marchal Ptain, comportant 16 demandes qui toutes visent raffer-mir la souverainet nationale. Il exigeait notamment la participation de ses sujets la vie politique, tant au niveau muni-cipal quau niveau national au travers de linstitution dun conseil consultatif de la lgislation ; lgalit de traitement entre les fonctionnaires franais et tunisiens ; la cration demplois pour les Tunisiens ; la scolarisation obliga-toire pour lensemble de ses sujets et le rtablissement de lenseignement de larabe, langue nationale et la nationali-sation des entreprises dintrt gnral, dans les secteurs de llectricit et des transports, notamment. Cest dans le mme esprit que, durant la prsence des troupes de lAxe de novembre 1942 mai 1943, il interviendra rgulire-ment pour protger ses sujets contre les exactions des forces occupantes, et notamment les juifs, plus exposs que

    les musulmans. Malgr les proposi-tions pressantes des autorits vichystes, Moncef Bey refusera quon impose ses sujets isralites le port de ltoile jaune et le travail obligatoire. Le camoufl et quil imposera au rsident gnral, lamiral Estva, aura nanmoins raison de son court rgne. Sans en rfrer ce dernier, le 1er janvier 1943, Moncef Bey nomme un gouvernement nationaliste avec sa tte le leader Mhamed Chenik. Le lobby colonial obtiendra, la libration, quil soit exil et remplac par le falot Lamine Bey. Le souverain nationaliste mourra Pau. Homme dune grande pit et dune grande simplicit, il avait demand tre inhum dans le cime-tire communal du Jellaz Tunis, et non Turbat al-By, le mausole royal des husseinites. 300.000 personnes accom-pagneront la dpouille de celui qui, aujourdhui encore, est aim de tous les Tunisiens.

    Moncef Bey : un ottoman tunisien face au pouvoir colonial

    Moncef Bey, qui a accd au trne tunisien en 1942, tait lhritier de la dynastie turque des husseinites.

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondes

  • OPI

    NIO

    N15

    7 - 13 SEPTEMBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Avec la rentre politique europenne, de nombreuses dcisions communautaires dtermineront de lavenir de lUE. Parmi elles, ladoption ou non, par lAllemagne, dun mcanisme europen de stabilit pour protger les fonds souverains. Daprs Joost Lagendijk, prsident de la commission

    parlementaire mixte UE-Turquie, les rpercussions de ces dbats aff ecteront la T