Zaman France N° 235 - FR

of 16/16
13 16 Malgré leur succès populaire, les remèdes maison en Turquie ne sont pas toujours à la hauteur de leur répu- tation. De plus en plus de médecins mettent en garde contre une utilisation potentiellement dangereuse de plantes ou de substances mal dosées et insistent sur la valeur thérapeutique prioritaire des médicaments. Il y a quelques jours, le milieu de terrain brésilien Alex (35 ans) a subitement résilié son contrat avec Fenerbahçe. Un confl it d’intérêt avec son entraîneur serait la cause de son départ. Plusieurs clubs brésiliens sont sur les rangs pour enrôler le joueur. SANTE SPORT Les remèdes maison ne font pas toujours des miracles Les raisons du départ précipité d’Alex de Fenerbahçe 19 - 25 OCTOBRE 2012 N° 235 WWW.ZAMANFRANCE.FR Le jihad, nouvel étendard des anti-système Ghannouchi a-t-il passé un accord avec les salafistes ? - A l’aube du premier an- niversaire des élections libres en Tunisie, le leader du parti Ennahdha est pris dans un scandale politico-média- tique. Dans des vidéos, Rached Ghannouchi apparaît en pleine discussion avec des salafistes où il semble leur donner des gages. - INTERNATIONAL 11 Ankara et Athènes veulent relancer leurs relations rINTERNATIONAL 12 Les Juifs ultra-orthodoxes rêvent d’un 3 e Temple rINTERNATIONAL 12 r Dans un entretien accordé à Zaman, le ministre turc de la Culture et du Tourisme, Ertugrul Günay, insiste sur l’insuffisance du sens esthétique des citoyens turcs. Un goût du beau qui a pourtant son importance dans un pays qui attire des millions de touristes chaque année. - TURQUIE 09 Les jeunes, ex-délinquants et passés à l’islamisme radical, voient dans l’emblème du jihad un nouveau moyen de contester la société. D’après le sociologue Raphaël Liogier, «Pour certains jeunes des cités frustrés, la figure du jihadiste devient une figure attractive parce qu’elle fait peur aux nantis». qSOCIETE 05 Réussite scolaire : des chiffres alarmants pour les Turcs de France Une étude menée par l’Insee et parue la semaine dernière a présenté une photographie de l’état de l’immigration en France. Pour la communauté turque, le constat est amer. Qu’ils soient immigrés ou enfants d’immigrés, les chiffres sont inquiétants en particulier dans le domaine de l’éducation. Gros plan sur un rapport qui fera couler beaucoup d’encre. - SOCIETE 06 Faute de goût, les Turcs perdent de l’argent La violence dans l’armée n’est plus un tabou - Pour la première fois, des révélations sur des faits de tortures et de violences exercés contre des appelés dans les ca- sernes turques ont été dévoilées dans une enquête menée par une association indépendante. Plus de 600 témoignages accablants contre l’armée turque ont déjà été recueillis. - TURQUIE 08 Etudes supérieures : le frein parental r02 EDITO
  • date post

    16-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    225
  • download

    5

Embed Size (px)

description

Zaman France est le premier hebdomadaire franco-turc. Fondé en septembre 2005, c'est d'abord un mensuel qui devient hebdomadaire en février 2008. Distribué auprès de 10.000 abonnés, le journal se propose un double objectif : offrir une fenêtre ouverte sur la Turquie et la communauté turque de France, et participer à une meilleure connaissance de la société française auprès de ses lecteurs d'origine turque. Chaque semaine, l'actualité parcourue par l'équipe de rédaction contribue à présenter cette double culture comme une richesse.

Transcript of Zaman France N° 235 - FR

  • 1316Malgr leur succs populaire, les remdes maison en Turquie ne sont pas toujours la hauteur de leur rpu-tation. De plus en plus de mdecins mettent en garde contre une utilisation potentiellement dangereuse de plantes ou de substances mal doses et insistent sur la valeur thrapeutique prioritaire des mdicaments.

    Il y a quelques jours, le milieu de terrain brsilien Alex (35 ans) a subitement rsili son contrat avec Fenerbahe. Un con it dintrt avec son entraneur serait la cause de son dpart. Plusieurs clubs brsiliens sont sur les rangs pour enrler le joueur.

    SANT

    E

    SPOR

    TLes remdes maison ne font pas toujours des miracles

    Les raisons du dpart prcipit dAlex de Fenerbahe

    19 - 25 OCTOBRE 2012 N 235WWW.ZAMANFRANCE.FR

    Le jihad, nouvel tendard des anti-systme

    Ghannouchi a-t-il pass un accord avec les salafistes ?

    -A laube du premier an-niversaire des lections libres en Tunisie, le leader du parti Ennahdha est pris dans un scandale politico-mdia-tique. Dans des vidos, Rached Ghannouchi apparat en pleine discussion avec des salafi stes o il semble leur donner des gages. -INTERNATIONAL 11

    Ankara et Athnes veulent relancer leurs relations rINTERNATIONAL 12

    Les Juifs ultra-orthodoxes rvent dun 3e TemplerINTERNATIONAL 12

    rDans un entretien accord Zaman, le ministre turc de la Culture et du Tourisme, Ertugrul Gnay, insiste sur linsuffi sance du sens esthtique des citoyens turcs. Un got du beau qui a pourtant son importance dans un pays qui attire des millions de touristes chaque anne. -TURQUIE 09

    Les jeunes, ex-dlinquants et passs lislamisme radical, voient dans lemblme du jihad un nouveau moyen de contester la socit. Daprs le sociologue Raphal Liogier, Pour certains jeunes des cits frustrs, la gure du jihadiste devient une gure attractive parce quelle fait peur aux nantis. qSOCIETE 05

    Russite scolaire : des chiff res alarmants pour les Turcs de FranceUne tude mene par lInsee et parue la semaine dernire a prsent une photographie de ltat de limmigration en France. Pour la communaut turque, le constat est amer. Quils soient immigrs ou enfants dimmigrs, les chiff res sont inquitants en particulier dans le domaine de lducation. Gros plan sur un rapport qui fera couler beaucoup dencre. -SOCIETE 06

    Faute de got, les Turcs perdent de largent

    La violence dans larme nest plus un tabou-Pour la premire fois, des rvlations sur des faits de tortures et de violences exercs contre des appels dans les ca-sernes turques ont t dvoiles dans une enqute mene par une association indpendante. Plus de 600 tmoignages accablants contre larme turque ont dj t recueillis. -TURQUIE 08

    Etudes suprieures : le frein parental r02EDITO

    Les raisons du dpart prcipit

    Pour la communaut turque, le constat est amer. Quils soient immigrs ou enfants dimmigrs, les chiff res sont inquitants en

  • La mosque de Lille ouvre ses portes pour mieux faire connatre lislam

    Face aux rcentes tensions avec le monde musulman, la Ligue isla-

    mique du Nord a dcid une mesure durgence : ouvrir les portes de trois mosques de lagglomration lilloise pour accueillir les visiteurs et briser les prjugs sur cette religion. Un corridor ar surmont dune verrire et fl anqu de cramiques colores, des portes boi-ses et sculptes, font que la premire impression est souvent la mme pour ces visiteurs qui ne sont jamais venus dans une mosque : Cest joli. Le recteur de la mosque de Lille Sud en personne se prsente aux arrivants. Rachid Laamarti, charg des questions culturelles, invite une visite guide. Deux maquettes repr-sentant le chemin du Prophte Medina et La Mecque lui permettent dillustrer ses explications sur les piliers de lislam. Cette visite, Rachid Laamarti a lhabitude de la faire, tous les ans, pour les Journes du Patrimoine en septembre.

    Venez nous couter, voir comment nous vivonsMoins de deux mois plus tard, la mos-que de Lille Sud ouvre de nouveau ses portes. Lurgence de lactualit. Cette fois-ci, on a voulu apporter une rponse directe ce qui se passe, ce qui se dit dans notre pays. Nous voulons sortir de

    lpisode du fi lm (anti-islam, ndlr), des caricatures, du pain au chocolat, assure Amar Lasfar, le recteur de la mosque. Nous voulons dire aux musulmans, et surtout aux non-musulmans : venez nous couter, voir comment nous vivons, ce que nous dispensons dans ce lieu de culte qui est, aux yeux de certaines personnes, mystrieux. Une cinquantaine de per-sonnes suit la visite. Quelques dizaines de gens curieux, un peu intimids parfois.

    Je croyais que ctait rserv aux mu-sulmans, quon ne pouvait pas entrer, avoue Jolle Cornil, qui vient dune ville voisine. Enseignante, elle sintresse cette culture dont sont issus nombre de ses lves. Je trouve que cest vraiment une ide gniale, parce quon a beau-coup de prjugs contre cette religion. Avec tous les vnements, plein de gens pensent que ce nest pas une religion de paix, souligne-t-elle.

    La Ligue islamique du Nord a ouvert les portes de la mosque de Lille Sud pour accueillir le public et dsamorcer le climat de tension ambiant autour de lislam.

    Etudes suprieures : le frein parental La rcente tude de lInsee intitule Im-migrs et descendants dimmigrs en France fait tat dun constat alarmant quant la faible importance accorde aux tudes chez les Franco-turcs. 32 % des 20-35 ans dorigine turque ne possdent aucun diplme au-del du brevet, ce qui reprsente le pourcentage le plus lev. Derrire eux, les Algriens sont 24 %. Pour comprendre ces chiffres dsastreux, un regard sur le profi l des parents permet de constater la persistance dun schma de reproduction sociale. En effet, la rela-tion que les parents dlves de classe de 6e entretiennent avec le systme scolaire est, par exemple, trs loquente. Au som-met du triste tableau, 70 % des pres et 79 % des mres turcs nont aucun diplme, alors que ce chiffre descend 50 et 54 % pour les Algriens, ou 45 et 52 % pour les autres pays africains. Et, cest invita-blement aussi chez les parents turcs que lon retrouve le moins de soutien scolaire apport aux enfants et le moins dimpor-tance attache aux tudes. Dailleurs, un autre tableau nous apprend que parmi toutes les populations immigres pr-sentes dans la vaste enqute, cest le fait davoir des parents turcs qui savre tre lobstacle le plus important la poursuite des tudes. Ils sont galement ceux qui parlent le moins la langue franaise et cest chez eux que le taux douvriers non qualifi s est le plus important. On pour-rait multiplier les exemples, le constat est toujours le mme tant les chiffres se suivent et se ressemblent. Les parents turcs sont quasi systmatiquement les plus mal placs. Le seul recours au profi l des parents serait sans doute insuffi sant pour expliquer lampleur du problme. Il faudrait galement citer, entre autres, le rapport historique la France ou la struc-ture culturelle communautaire. Mais, il nen demeure pas moins que limpact de la position des parents reste central dans le faible niveau dtudes chez les enfants. Dailleurs, les parents turcs immigrs ont dautant plus dinfl uence sur leurs enfants quil sagit relativement dune immi-gration rcente ; si bien quaujourdhui encore, les enfants ns de parents fran-co-turcs nont pas encore atteint lge des tudes suprieurs. Le changement vien-dra peut-tre de [email protected]

    Le gouvernement se prpare intensi er sa lutte contre la maltraitance faite aux enfants, avec louverture de nouveaux centres de sur-veillance pour enfants (CIM). Le ministre de la Sant est charg de la supervision gnrale. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan affi rme que les CIM seront mis en place pour traiter plus effi cacement les cas de violence. Souvent, les victimes dabus doivent raconter leur exprience

    des personnes qui ne sont pas formes la psychologie de lenfant ce qui peut nuire leur quilibre psychologique. Les mdecins qui y travaillent, vri ent que lenfant na aucune bles-sure physique et les pdopsychiatres valuent son tat mental. Actuellement, il existe quatre centres : Ankara, un autre dans la province de Kayseri, un troisime dans la province du nord de Samsun et le dernier au sud-est de Gaziantep.

    La Grande Mosque des Omeyyades dAlep, lun des joyaux historiques, a t endomma-ge suite des combats entre les troupes du rgime du prsident syrien Bachar al-Assad et les rebelles selon lAFP. Des tapis, des vitres et des corans ont t bruls et casss, mais aussi des cheveux et un fragment

    de dent qui auraient appartenu au Prophte Muhammad ont t subtiliss. Larme du prsident syrien a repris le contrle de la

    mosque aux rebelles selon une source militaire et une ONG. Selon lagence offi cielle Sana, Bachar al-Assad aurait form une commission sp-ciale pour restaurer le site.

    La Turquie va ouvrir des nouveaux centres de surveillance pour les enfants

    La Grande Mosque des Omeyyades dAlep dtriore

    ...ET UNE MAUVAISEUNE BONNE...

    NOUVELLE

    ge suite des combats entre les troupes du rgime du prsident syrien Bachar

    vitres et des corans ont t bruls et casss, mais aussi des cheveux et un fragment

    prsident syrien a repris le contrle de la mosque aux rebelles selon une source militaire et une ONG. Selon lagence offi cielle Sana, Bachar al-Assad aurait form une commission sp-ciale pour restaurer le site.

    3000 infirmires du secteur public manifestent devant le sige du gouvernement Bangkok (Thalande) pour exiger des amliorations dans leurs conditions de travail.

    FRANCE02 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCEEDITO

  • Lassociation Rm dOrlans a organis, la se-maine dernire, la reprsentation dune pice de

    thtre intitule Fedakarlik, le dvouement. Cette association qui sest donn pour but de promouvoir le dialogue interculturel a voulu montrer que ce sentiment dabngation et dentraide na pas disparu de notre univers mental et quil reste une valeur universelle. Joue devant 400 spectateurs dans la salle de cinma Path, la pice raconte lhistoire de quelques matres dinternat qui se dmnent au quotidien pour remdier aux diffi -cults socio-conomiques que rencontrent les lves. Un mlange dhumour et de drame savamment repr-sent par les comdiens du conservatoire dIstanbul.

    Cherche bien ce que tu veux tre puisque tu es toutUn spectateur, visiblement touch par le ralisme de la pice, ne put sempcher de penser sa situation : cest un bon rsum de la situation des tudiants. On lutte pour tudier dans des conditions dignes et en mme temps, on est jeune et on positive, cest tragi-comique !. Halil Ipek, prsident de lassociation Rm, se rjouit de laffl uence : nous avons fait dune pierre, deux coups. On sensibilise la dtresse des autres et on aiguise lap-ptit culturel. Sintresser lart sous toutes ses formes ne peut quaboutir ce que nous dsirons le plus : la comprhension rciproque, le dialogue interculturel et in fi ne, le vivre-ensemble dtaille-t-il. Lassociation se dit prte soutenir tous ceux qui ont des projets allant dans ce sens et dsireux dtre pauls par une structure plus exprimente. Rien nest impossible, poursuit M. Ipek, il faut juste savoir agir.

    Des projets inspirs par lenseignement de Rm Mais pour le responsable de lassociation, les valeurs religieuses vhicules par la tradition soufi e et incarnes par Mevln, sont une source dinspiration essentielle dans laccomplissement de ses uvres. Sil est une qualit que le grand mystique musulman dexpression persane, Rm alias Mevln, incarne, cest bien celle de la gnrosit. Donner sans aucune contrepartie explique-t-il, ajoutant que ce don avait t immortalis par la posture du Matre (Rm) dans la danse giratoire dite du sema, la main droite recueillant la grce divine et la main gauche la rpandant sur Terre. Selon Halil Ipek, certains ont apprci notre projet et nous les avons aids crer des associations dans leurs villes. Le nom Rumi leur a beaucoup plu. Ils nous ont fait savoir quils voulaient lutiliser et nous les avons aids.

    Une pice de thtre intitule Fedakar-lik, le dvouement, a t organise et joue par lassociation Rm dOrlans. Pour la structure franco-turque, lobjectif tait de montrer que cette valeur restait universelle et essentielle pour les socits modernes.

    SOCIETE03 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Yoola est une entreprise

    ddie spci -quement aux

    services destination

    des handica-ps.

    FLORIAN GAMBIN PARISYoola handicap est la pre-mire entreprise qui pro-

    pose aux personnes handicapes de participer diffrents vne-ments tels que des spectacles, des manifestations sportives (football, tennis, rugby...) en France comme ltranger. Elle a remport le prix Talent des ci-ts 2012. Son fondateur, Malik Badsi, jeune chef dentreprise de 28 ans a russi son objectif. De-

    puis louverture de Yoola en 2009, son action ne cesse de sagrandir et il espre pouvoir atteindre les 950 clients dici la fin de lanne. Peu importe le handicap dont les individus souffrent, lentreprise essaie de rpondre aux besoins de ses clients pour quils puissent pro-fiter pleinement du spectacle. Cette ide innovante, Malik la eue lors du championnat dEu-rope de football 2008 : jtais en

    licence professionnelle technico-commerciale. Jai fait une tude sur laccessibilit de lvnement pour les personnes handicapes et jai dcouvert que ctait une grosse galre. Cest ce mo-ment-l que Yoola est ne. Son objectif tait de pouvoir accom-pagner des personnes handica-pes la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. Il parvient dcrocher un Business angel de la part de la FIFA (Fdration internationale de football asso-ciation) qui lui avance 35.000 euros. A la suite de diffrentes dmarches auprs des entre-prises, des clubs professionnels de football, il parvient obtenir des tickets pour les matchs. En 2010, 65 personnes ont eu la chance de partir Johannesburg et au Cap (Afrique du Sud) pour assister la Coupe du monde de football. Ce qui tient cur Malik, cest de se rendre utile. Dans quelques semaines, len-treprise proposera une Yoola box avec diffrentes activits de loisirs, des voyages, des week-ends, etc.

    Yoola : une entreprise au service des handicapsZoom

    Je veux saluer lattitude de ses dirigeants car il y a eu des provocations

    Le prsident Franois Hollande a propos de lattitude positive de la Turquie dans le con it syrien, au cours dun entretien sur RFI/France24/TV5Monde.

    Le dvouement, mis en scne par les Turcs dOrlans

    400 personnes ont fait le dplacement pour assister la pice Fedakarlik monte par lassociation

    franco-turque Rm dOrlans.

  • Asya Food - Toptan Gda 168 rue de Paris93000 Bobigny

    Tel.: 0033 01 48 40 05 06Fax: 0033 95 96 42 16 4

    , ,

    market ve restorant msterilerimize degerinde Bisiklet

    hediye!

    ve

    Asya Food - Toptan Gda Asya Food - Toptan Gda

    [email protected]

  • Le jihad, nouvel tendard des anti-systme

    La fi gure du jihadiste est deve-nue lemblme de la lutte contre

    le systme pour des personnes fragiles et isoles, dans un contexte de para-noa face lislam en Europe, estime le sociologue Raphal Liogier, auteur du Mythe de lislamisation. Pour cer-tains jeunes des cits frustrs, la fi gure du jihadiste devient une fi gure attrac-tive parce quelle fait peur aux nantis, explique le professeur Sciences Po Aix dans un entretien lAFP. Cest une aventure qui donne un sens leur vie dit-il. Ce ne sont pas les textes ou les rites de lislam qui sduisent ces jeunes, mais force dentendre parler dune lutte entre lOccident et lislam, ils fi nissent par se mettre du ct de lislam, poursuit le sociologue.

    Redevenir les matres du jeuCeux qui rallient la cause sont sou-vent ns hors de lislam. Il sagit de convertis de la dernire minute, qui ne parlent pas arabe ajoute Raphal Liogier. Six des sept personnes mises en examen aprs le dmantlement dune cellule de terroristes prsums staient converties plus ou moins rcemment lislam. Pour Farhad Khosrokhavar, directeur de recherche lEcole des hautes tudes en sciences sociales, Paris, et spcialiste de lisla-misme radical, qui sest exprim dans lhebdomadaire La Vie, le phnomne touche aussi les jeunes passs par la

    dlinquance et la vie carcrale. La logique du banditisme est dtre hors-la-loi. Le passage lislamisme radi-cal donne ces jeunes une lgitimit et une dignit quautrement ils nont pas leurs propres yeux explique le directeur de recherche. Daprs Farhad Khosrokhavar, ces jeunes passs par la dlinquance trouvent dans lislamisme radical, le moyen non seulement de se rhabiliter moralement mais encore de redfi nir les rgles du jeu. En adhrant lislamisme radical, ils deviennent eux-mmes les dispensateurs de la norme, contre ceux qui les jugeaient de haut, dit-il.

    La surpopulation carcrale dans la ligne de mireCela leur prouve leur supriorit morale par rapport une socit qui a peur de mourir poursuit le spcialiste de lislamisme radical. Ce sentiment serait exacerb par lextrme prca-rit des prisons franaises. La prison sert de renforateur de rancur : ils y dcouvrent une logique dautant plus inhumaine que la surpopulation et labsence de prise en charge, faute de moyens, les confortent dans leur sentiment dtre rejets par la socit entire. Pour Raphal Liogier, lob-session de lislam est en grande partie responsable de cette drive radicale et il est donc urgent de dgonfl er ce mythe.

    Les jeunes, ex-dlinquants et passs lislamisme radical, voient dans lemblme du jihad un nouveau moyen de contester la socit. Daprs le sociologue Raphal Liogier, Pour certains jeunes des cits frustrs, la gure du jihadiste devient une gure attractive parce quelle fait peur aux nantis.

    Seule une ultra-minorit de convertis lislam se radicalise, affi r-ment les spcialistes, soulignant la diversit des profi ls de ces nouveaux croyants. Les musulmans conver-tis en France sont entre 30.000 et 100.000 selon les travaux des cher-cheurs, mais cest une estimation quil faut prendre avec prcaution, en labsence de comptage prcis, estime Mohamed-Ali Adraoui, chercheur et enseignant Sciences-Po, interrog par lAFP. Parmi elles, certaines personnes ultra-minori-taires vont se radicaliser. Mais ce qui les fascine, ce nest pas la religion mais la violence, assure M. Adraoui. Cette frange va surtout se former sur internet, limage de Mohamed Merah, explique le chercheur. Ces conversions en prison peuvent exister mais cest minoritaire, tient dailleurs souligner M. Adraoui. Le profi l des convertis savre trs vari. Certains se convertissent parce quils se marient une musulmane, dautres parce quils sont alls dans des pays musulmans, au Maghreb, au Pakistan, ou en Afrique noire, prcise le chercheur.

    Les prisons franaises sont un lieu de radicalisation courant des ex-dlinquants reconvertis lislamisme radical.

    SEULE UNE ULTRA-MINORITE DE CONVERTIS SE RADICALISE

    SOCIETE05 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    BREVES ECO

    FINA

    NCE

    ENER

    GIE

    Selon ltude trisannuelle ObEpi-Roche, 7 millions de Franais seraient obses. Lobsit touche en France 15 % de la population adulte.7.000.000

    Le courant ne passe plus entre Damas et AnkaraLa Syrie a suspendu il y a une semaine ses importations dnergie lectrique en pro-venance de la Turquie en raison de dom-mages causs son rseau dapprovision-nement par la guerre, ont rapport des responsables turcs. La Syrie a arrt ses achats dlectricit la Turquie il y a une semaine, a dclar le ministre turc de lEnergie Taner Yildiz, ajoutant que son pays tait prt reprendre ses livraisons si la Syrie le demandait. Nos livraisons reprendront ds que ce problme sera rgl. Nous sommes prts leur fournir de llectricit quand ils le souhaiteront, a indiqu lun des directeurs de la compa-gnie, Yasar Arslan. Ankara fournit envi-ron 20 % de lnergie consomme par son voisin Damas.

    En 2013, la Turquie remboursera sa detteLe Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a dclar que la Turquie va effa-cer sa dette restante au Fonds montaire international (FMI) en avril 2013. Erdogan a rappel que lorsque lAKP est arriv au pouvoir en 2002 la dette de la Turquie tait de 23,5 milliards de dollars (18,16 mil-liards deuros). Le Premier ministre turc a dclar que le taux de croissance annuel moyen a augment de 5,3 % entre 2003 et 2011. Un autre objectif majeur macro-conomique est de diminuer le taux de chmage 5 % par rapport au taux actuel denviron 8 %. Le gouvernement prvoit de former 400.000 chmeurs chaque an-ne en plus des plans pour rduire lem-ploi non dclar de 37 % 15 % .

  • Russite scolaire : des chiff res alarmants pour les Turcs de France

    MAUD DRUAIS PARISUne enqute accablante pour les Turcs de France : cest la conclusion

    que lon peut tirer la lecture de ltude consacre aux immigrs et descendants dimmigrs en France, dition 2012, mene par le trs srieux Institut national de la statistique et des tudes conomiques (In-see). Le rapport sintresse deux catgo-ries de personnes biens distinctes : les im-migrs, dune part, et les descendants dimmigrs, expression qui dsigne les personnes nes en France ayant au moins un parent immigr.

    Les Turcs de France ont un trs faible niveau dducation Au niveau de lducation, les immigrs turcs, ainsi que leurs enfants, ont un ni-veau dtude bien infrieur la moyenne. Ils arrtent gn-ralement leurs tudes avant 19 ans : cest lge le plus jeune, par pays, aprs le Portugal (18 ans environ). Les mres immigres turques sans diplme reprsentent 79 %, et le taux est de 70 % pour les pres denfants scolariss dans le systme dducation franais ! Dans la mme pers-pective, on note un dsintrt pour lcole, de la part de lentourage fami-lial des enfants. Ainsi, seuls 17 % des lves dorigine turque se font aider rgulirement par leurs parents. Ces taux se dmarquent trs sensiblement de ceux des autres groupes dimmigrs. Par ailleurs, 32 % des Turcs de France ayant entre 20 et 35 ans ne poss-dent aucun diplme au-del du brevet, un chiffre largement au-dessus de la moyenne, qui est de 18%, et bien loin derrire les Al-griens, avant-derniers (24 %). Le rapport tire mme la sonnette dalarme en ce qui concerne les Turcs, qui font fi gure part

    dans les statistiques : tous ces rsultats tmoignent des difficults scolaires () particulirement marques pour les fi lles dimmigrs originaires de Turquie et pour cause : les chiffres sont dsarmants. Le rapport note que dans la population fminine, une fi lle dimmigrs de Turquie a presque six fois plus de chance dtre non diplme en comparaison dune femme sans aucun pass migratoire : la variable parents turcs est celle qui pse le plus dans la probabilit de ne pas tre diplm !

    Le maintien de la langue dorigineUn autre point doit tre soulign : les Turcs maintiennent bien plus leur langue dori-gine, que les immigrs dautres origines. Ainsi, 8 % des personnes nes en France dau moins un parent turc parlent unique-

    ment franais la maison, un taux bien en-de du second taux le plus bas, celui des en-fants de Marocains et Tunisiens (29 %). Par ailleurs, lorsque les deux parents sont immigrs, ce taux chute 2 %. Un autre rsultat extrmement probant : 78 % des descendants dimmi-grs parlent toujours turc avec leurs propres enfants. Dans leur sillage, mais loin derrire, suivent les originaires de la

    Tunisie et du Maroc (54 %).

    Un mieux au niveau du travailLes carts se resserrent au niveau des chiffres du travail avec les autres groupes dimmigrs. Lintgration conomique semble tre plus facile. Ainsi, le taux de chmage des actifs immigrs turcs gs de 25 64 ans dpasse les 25 %, mais celui de leurs enfants est de 24 %, un chiffre moindre que celui des Maghrbins et des Africains dorigine subsaharienne. Seuls 3% des immigrs turcs sont cadres ou

    exercent une profession intellectuelle ; linverse, 39 % des Turcs travaillent dans le secteur de la construction. Cest le taux largement le plus lev. Tous ces chiffres se rapprochent tonnamment de ceux concernant les immigrs et fi ls dimmigrs portugais, qui font souvent bande part avec les Turcs. En ce sens, il est possible de rapprocher ces deux pays en termes migra-toires. Le constat tir doit cependant tre nuanc, car la prise en compte du milieu social et familial rduit fortement les in-galits selon lorigine migratoire sans les faire toutes disparatre, notamment en

    ce qui concerne le niveau dducation, explique le rapport. En dautres termes, cest plutt lenvironnement social qui pse, et pas lorigine en elle-mme. En effet, les Turcs de France sont arrivs plus tard en France (44 % des enfants dimmi-grs turcs sont eux-mmes migrants), et les caractristiques sociodmographiques des familles immigres leurs sont souvent dfavorables. En rsum, ce nest pas le fait dtre Turc qui explique les rsultats de cette tude, ce sont plutt les caract-ristiques sociales des immigrs turcs de France et de leurs descendants.

    Une tude mene par lInsee et parue la semaine dernire a prsent une photographie de ltat de limmigration en France. Pour la communaut turque, le constat est amer. Quils soient immigrs ou enfants dimmigrs, les chiff res sont inquitants en particulier dans le domaine de lducation. Gros plan sur un rapport qui fera couler beaucoup dencre.

    SOCIETE06 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Seuls 17 % des lves dorigine turque se font aider rguli-rement par leurs parentsTaux de diplms du Brevet des collges

    Taux de diplms du baccalaurat des 20-35 ans

    Taux de diplms de lenseignement suprieur des 25-35 ans

    Diplms issus de limmigration turque (en %)

    69 %67 %

    37 %42 %

    08 %18 %

  • La violence dans larme nest plus un tabou

    Jusque-l, la gne et surtout la crainte ont empch le

    phnomne dclater au grand jour. Pour la premire fois, une enqute indpendante publie vendredi a bris le tabou des vio-lences infliges aux jeunes appe-ls de larme turque pendant leur service militaire. Orhan a 24 ans mais les manires balbutiantes et les mots rares dun garon qui nen a que la moiti. Il y a trois ans, pendant son sjour sous les drapeaux, le jeune homme a t pass tabac par un capitaine et un sergent qui en avaient fait leur souffre-douleur. Il en est revenu bris et handicap. Aujourdhui encore, Orhan peine trou-ver les mots pour raconter son calvaire. Ils mont battu deux, trois jours de suite. Des coups de pied, des gifles, ils mont battu aussi avec des btons, nonne-t-il. Avant, je faisais tous les boulots. Maintenant, ma hanche est casse, je ne peux plus travail-ler (...) je suis la maison et je prie, confie-t-il.

    Pour les familles, obtenir justiceJug par un tribunal militaire, le sous-officier qui la pass tabac a t condamn six mois de pri-son avec sursis et une amende de 3.000 livres (1.250 euros), ramens 1.500. Lofficier qui la couvert a t relax. Mme sil ne se fait gure dillusion sur lissue de leur procs en appel, son pre reste dtermin. Je nai rien contre les militaires mais je veux que ceux qui ont fait a soient punis, il ne trouvera plus jamais de travail, plaide Musa Abravci. On ira jusquau bout, jusqu la mort sil le faut, pour avoir un jugement et pour obtenir justice dit-il. Aydin Kantar est un autre pre en colre. Son fils Ugur est mort en octobre 2011. Mis aux arrts dans une pri-son militaire du nord de lle de Chypre aprs une dispute avec un autre soldat, il y a t tortur pen-dant sept jours. Pour toute expli-

    cation, ltat-major sest content de linformer par tlphone que son fils avait t victime dune crise dpilepsie. Quand mon fils est arriv lhpital, ses lvres taient gonfles comme un tam-bour, on aurait dit quon lavait bouillant. Plus de vingt tmoins ont vu ce quils lui ont fait. Mais rien de tout a ne figurait dans le rapport, pleure Aydin Kantar.

    Des centaines de tmoignages chargeEn Turquie, ceux qui osent rompre publiquement le silence pour rapporter les violences faites

    aux 400.000 jeunes enrls sous les dra-peaux ne sont encore quune poigne. Mais le mur a commenc se fissurer. Depuis avril 2011, les bnvoles de lInitiative pour les droits des appe-ls ont recueilli plus de 600 tmoignages sur leur site internet. Parmi eux, 432 ont t

    dvoils dans toute leur brutalit dans le rapport publi vendredi. Les chiffres que nous publions sont srement trs en-de de la ralit, assure lun des initiateurs du projet, Tolga Islam. Grce ce rapport, et aux plaintes dposes devant la Cour europenne des droits de lHomme, les anima-teurs de lInitiative esprent d-sormais convaincre leurs dputs, jusque-l trs prudents, de pas-ser vraiment laction. Rendez-vous a galement t pris avec le ministre de la Dfense. Larme nous a dit que les cas que nous citons sont des exceptions. Cest exactement ce que rpondait la police aux accusations de torture dans les annes 1990. Il faut que cela cesse, note un autre anima-teur du projet, Yigit Aksakoglu. Aucun des dputs que nous avons rencontrs na mis de cri-tique sur notre projet, relve-t-il avec optimisme, cest un bon signe. Contact par lAFP, ltat-major de larme turque na pas souhait ragir immdiatement au rapport.

    Pour la premire fois, des rvlations sur des faits de tortures et de violences exercs contre des appels dans les casernes turques ont t dvoiles dans une enqute mene par une association indpen-dante. Plus de 600 tmoignages accablants contre larme turque ont dj t recueillis.

    Les jeunes appels de larme turque sont rgulirement victimes de violences de la part de grads.

    TURQUIE08 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Les chiffres que nous publions sont sre-ment trs en-de de la ralit

  • Faute de got, les Turcs perdent de largent

    MAUD DRUAIS PARISLes Turcs manquent-ils du sens de lesthtisme ? Selon

    Ertugrul Gnay, le ministre de la Culture et du Tourisme turc, la r-ponse est incontestablement oui. Ce dernier t i re la sonnette dalarme : les consquences cono-miques et culturelles pour la Tur-quie en seraient multiples et parti-culirement prjudiciables. Dans un entretien accord Zaman, ses mots sont sans appel : nous avons besoin dintroduire de lesthtique dans nos vies. Cest ce qui nous fait le plus dfaut. Un manque qui va de labsence damnagement ur-bain au design souvent douteux des difi ces, en passant par la dcora-tion des cafs ordinaires ou des salons de th, insuffi sances criantes au sein de la socit turque contem-poraine. Selon le ministre, seules quelques villes font exception : Data et Alaati, dans la rgion genne, ainsi quAntalya et ses environs qui font des progrs en ce sens. Il pointe notamment du doigt ces petites rues qui jouxtent les lieux dits touristiques, repous-santes selon lui, et qui feraient fuir

    plus dun visiteur tranger. Pour Ertugrul Gnay, laspect gnral des villes turques nest pas plaisant, surtout pour un pays qui fait partie du top 10 des destinations touris-tiques mondiales. Une situation qui na pourtant pas toujours t dac-tualit, bien au contraire : Ertugrul Gnay note que la sensibilit es-thtique tait trs prsente dans la vie des Seljukides et des Ottomans, ainsi quau cours des premiers temps de la Rpublique. Cette der-nire sensibilit a juste disparu de la Rpublique partir des annes 1950, avec lmergence des plas-tiques et du bton.

    Un sens de lesthtique pour favoriser le tourismeLesthtique est pourtant un plus non ngligeable dans un pays qui accueille chaque anne un fl ot de touristes slevant lan dernier 31,5 millions dmes. Un chiffre considrable qui propulse la Tur-quie au sixime rang des pays les

    plus visits au monde, et qui lui permet de gnrer des revenus de lordre de 23 milliards de dollars en 2011, selon lInstitut de statistiques turc (TurkStat). Les citoyens turcs devraient donc prendre conscience de la richesse de leur patrimoine et de la ncessit de mettre en place un tourisme durable respectueux de lenvironnement : aujourdhui, un complexe qui nest pas aux normes environnementales ne devrait pas recevoir la meilleure classifi cation [cinq toiles], insiste M. Gnay. Il en est de mme pour les objets an-ciens, pour beaucoup trafi qus par le pass et exposs dans des collec-tions rparties aux quatre coins du monde. Depuis 2007, la Turquie a russi rapatrier 3336 pices, un effort important qui sinscrit dans une politique plus large de promo-tion du tourisme dans ce pays. En 2013, lEtat devrait dpenser 100 millions de dollars pour amliorer son image et attirer encore davan-tage de touristes.

    Dans un entretien accord Zaman, le ministre turc de la Culture et du Tourisme, Ertugrul Gnay, insiste sur linsuffi sance du sens esthtique des citoyens turcs. Un got du beau qui a pourtant son im-portance dans un pays qui attire des millions de touristes chaque anne.

    Une large dlgation dentrepre-neurs belges, mene par le prince Philippe, sest rendue lundi en Turquie pour voquer les changes bilatraux, a-t-on indiqu de source diplomatique turque. Au total plus de 350 participants dont de nombreux chefs dentreprises

    ont rencontr les milieux daffaires Istanbul, premire mtropole et coeur conomique du pays. La Tur-quie, 17e conomie de la plante, a prsent des taux de croissance qui ont avoisin les 9 % et les pr-visions pour cette anne sont de 3,2 %. Le pays est un partenaire

    conomique privilgi de la Bel-gique qui clbrera lan prochain le cinquantenaire de limmigra-tion turque estime aujourdhui quelque 190.000 personnes, pour la plupart de nationalit belge. La Turquie constitue le 14e client co-nomique de la Belgique.

    Une importante dlgation conomique belge en Turquie

    TURQUIE09 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Le ministre de la Culture et du Tourisme Ertugrul Gnay en visite Bursa en septembre dernier.EN BREF

    RELI

    GION

    SM

    ONDE

    ARA

    BE Risques de crise alimentaireLes baisses de production de crales aux Etats-Unis et en Russie menacent la scurit alimentaire en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, selon une tude publie par lagence Maple-croft. Les rgions restent classes risque lev en raison des rcoltes rduites aux Etats-Unis et en Rus-sie (en raison de la scheresse), ces pays dpendent des importations de crales et sont, par consquent, vulnrables aux fluctuations du mar-ch, estime Maplecroft. Le Ymen, la Syrie, lIrak et la Libye, sont classs hauts risques et la Somalie, la R-publique dmocratique du Congo, le Burundi et le Tchad avec Hati sont jugs risques extrmes.

    Menaces sur la libert de culte Selon le rapport dAide lEglise en Dtresse (AED), les menaces qui psent sur la libert religieuse dans le monde restent toujours aussi vives, touchant galement aujourdhui les pays du printemps arabe. Ainsi, indique le rapport bisannuel, 75 % des cas datteinte la libert reli-gieuse concernent des chrtiens. En tte des pays les moins tolrants, lAED pointe lArabie Saoudite, pays qui considre les chiites comme des citoyens de seconde zone et o une fatwa lance en mars 2012 par le Grand Mufti estimait ncessaire de dtruire toutes les glises chr-tiennes. En Core du Nord, o toute libert religieuse est nie, les prison-niers pour motifs religieux, catho-liques ou protestants, sont plus dure-ment punis que les autres.

    Propos de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Dfense lors de son intervention tlvise sur lmission Les 4 vrits mardi 16 octobre sur France 2.

    Si lONU con rme son soutien, il y aura une intervention militaire au Mali

  • KONFOR MEUBLESSALONS - CHAMBRES - SALLE MANGER ET AUSSI VOTRE CUISINE SUR MESURE

    06.26.73.42.78lundi au vendredi de 9h 12h30 et de 14h30 19h30 - samedi au dimanche de 9h 19h30 NON STOP

    KONFOR MEUBLES03 85 41 48 29

    SADEM MARKET09 67 12 48 29

    2, av. JF Kennedy / Chalon ct de lancien Lidl la ZUP / les prs St Jean

    250 places de parking

    NOUVEAU Salon marocain sur mesure. Large choix

    3 places H.77, L. 250, P. 802 places H.77, L. 190, P. 801 place H.98, L. 75, P. 70

    Chambre coucher FIESTAArmoire H.220, L. 240, P. 65Commode H.141, L. 115, P. 45Commodine H.34, L. 60, P. 45Lit H.113, L. 226, P. 215

    3 places H.82, L. 230, P. 962 places H.82, L. 177, P. 961 place H.82, L. 111, P. 92

    982E818E491E

    1850E

    Dautres modles

    en magasin

    SADEM MARKETBOUCHERIE HALLAL / EPICERIE

    350 m2 de boucherie

    et market

    Merguez 5,90Ele kg

    Cte dagneau

    8,90Ele kg

    Viande hche 5,90Ele kg

    ZahraSalam

    1,20E 450g

    Cte de buf 12,90Ele kg

    Mirinda icecek

    1,50E2L

    Bricks JR 2Eles 2 sachets

    650 m2 de meubles

    1530E 1800E

    806E701E303E

    Salon KELEBEK 3 + 2 + 1

    Le salon complet Le salon complet

    Salon KARYA 3 + 2 + 1

    Filet de boeuf 14,90Ele kg

    Plat de cteavec os

    5,50Eou 3 kg

    15E

  • Ghannouchi a-t-il pass un accord avec les sala stes ?

    MAUD DRUAIS PARISDepuis une dizaine de jours, la Tunisie est en pleine tempte mdiatique. Une

    vido circulant en boucle sur les rseaux sociaux met en cause le leader historique du parti tunisien Ennahdha, Rached Ghan-nouchi : on y voit limam salafi ste de la mos-que de Msaken (sud de Tunis) sentretenir avec le fondateur du parti islamiste tunisien. La mise en ligne de cette vido intervient juste aprs celle dun autre post le prsentant film, accueillant des salafistes lors dun meeting de son parti en fvrier dernier et faisant montre de complaisance leur gard. Dans la vido, Rached Ghannouchi leur demande ainsi de patienter (...) pourquoi se prcipiter ? Prenez votre temps pour capita-liser les acquis. Il leur conseille galement de crer des tlvisions, des radios, des coles, des universits et de faire preuve de sagesse pour asseoir leur pouvoir face aux lacs qui contrlent encore les mdias, lconomie, ladministration, les institutions et peuvent rebondir aprs leur chec aux lections doctobre 2011 remportes par Ennahdha.

    Toll au sein de loppositionLa presse tunisienne, ainsi que les grands mdias occidentaux se sont immdiatement empars de laffaire, pointant du doigt le double discours dEnnahdha et sa strat-gie dagenda cach si souvent voque lencontre des gouvernements dits isla-mistes modrs. Une stratgie qui viserait se revendiquer officiellement comme mesur, tout en ayant la volont dtablir un Etat bas sur linstauration de la cha-ria. Ghannouchi lillusionniste, Rached Ghannouchi, Echeikh et mat ! titraient ainsi Jeune Afrique et Kapitalis. Lopposition tuni-sienne, quant elle, a qualifi de trs grave la vido o M. Ghannouchi jette le discrdit sur des institutions auxquelles il doit des explications, a ragi Issam Chebbi du Parti rpublicain (centre) sur la radio Mosaque FM. Lavocat Hatem Farhat a pour sa part port plainte pour complot contre la sret intrieure de lEtat. Mais un mystre per-siste. Qui pourraient tre les bnfi ciaires des vidos : les salafistes ? Laile la plus conservatrice dEnnahdha ? Ghannouchi lui-mme ?

    La dfense de GhannouchiUne chose est sre : les propos de M. Ghan-nouchi vont lencontre de ses dclarations publiques. Il avait par exemple affirm le 21 septembre dernier que les salafistes jihadistes reprsentaient un danger non seulement pour Ennahdha mais pour les liberts publiques dans le pays et pour sa scurit, ajoutant que lEtat devait serrer la vis. Si le principal intress ne conteste pas le contenu des vidos, il assure que cer-taines parties ont t enleves. Je parlais des lacs extrmistes qui poussent le pays la confrontation dit-il, ajoutant que les lacs modrs sont nos allis au sein du gou-vernement dirig par Ennahda. Bref, pour Ghannouchi, il sagissait dun simple appel la sagesse et la raison.

    A laube du premier anniversaire des lections libres en Tunisie, le lea-der du parti Ennahdha est pris dans un scan-dale politico-mdia-tique. Dans des vidos, Rached Ghannouchi apparat en pleine dis-cussion avec des sala- stes o il semble leur donner des gages.

    M. Ghannouchi, au cours dun meeting orgnis par Ennahda. Le leader islamiste a assur que le contenu des vidos publies sur internet a fait lobjet de manipula-tion.

    INTERNATIONAL11 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

  • Le troisime Temple, rve des ultra-orthodoxes

    Interdit de chanter, de danser, de prier. Ce panneau lentre

    de lesplanade des Mosques de Jru-salem rappelle aux Juifs religieux quils ne sont que tolrs sur leur lieu le plus sacr, o certains rvent de construire le troisime Temple. Appele Mont du Temple par les Juifs, en rfrence au Premier et Second Temples de lAnti-quit, et Noble Sanctuaire par les musulmans, lesplanade abrite la mos-que Al-Aqsa, troisime lieu le plus saint de lislam, et le Dme du Rocher. Si la coupole dore du Dme du Rocher est un symbole universel de Jrusalem, elle est considre comme une provo-cation pour une minorit de Juifs radi-caux, qui militent activement pour la

    construction du troisime temple sa place. Toute tentative des autorits is-raliennes de raliser des travaux autour du site veille la suspicion des Palesti-niens, qui les accusent de vouloir trans-former lesplanade en lieu saint juif. Ils jouent avec le feu, affi rme lAFP le ministre palestinien en charge de Jru-salem, Adnane al-Husseini. Le gou-vernement isralien devrait les emp-cher de pntrer sur lesplanade dit-il. Si lensemble des Juifs religieux prient quotidiennement pour la reconstruction du Temple, limmense majorit consi-dre que, pour des raisons religieuses, il est interdit de pntrer dans ce saint des saints. Un panneau du rabbinat is-ralien lentre du site prvient quil

    est interdit aux juifs de sy rendre, mme si de plus en plus dautorits rabbiniques passent outre. Ce nest pas une question politique, mais la loi juive interdit daller sur le Mont du

    Temple en raison de limpuret dans laquelle nous sommes tous plongs, explique le rabbin Shmoul Rabinowitz, en charge des Lieux saints et la tte de la Fondation pour le Mur Occidental.

    La Grce et la Turquie sont convenus mercredi dorganiser un sommet bila-

    tral en janvier pour reprendre leur rappro-chement, interrompu par la crise de la dette dans la zone euro. Nous sommes convenus que la prochaine runion aura lieu en janvier

    et sera une tape pour le rapprochement entre les deux pays, a indiqu Dimitris Avra-mopoulos, ministre grec des Affaires tran-gres, lissue dentretiens avec son homo-logue turc Ahmet Davutoglu. En visite offi cielle Athnes, M. Davutoglu a t reu

    mercredi matin par le Premier ministre grec Antonis Samaras, puis par son homologue. Un premier sommet stait droul Athnes en mai 2010, au cours duquel M. Erdogan tait arriv la tte dune importante dlga-tion et avait sign de nombreux accords dans

    les secteurs des fi nances, de limmigration, de lnergie, du tourisme, de lducation et de la culture. Les changes commerciaux entre les deux pays qui ont atteint la somme de 3,2 milliards deuros pourraient passer prochainement 10 milliards deuros.

    Les Juifs reli-gieux dIsral ambitionnent de voir sle-ver un jour le troisime Temple sur les d-combres de lesplanade qui abrite la mosque Al-Aqsa.

    Ankara et Athnes veulent relancer leurs relations

    INTERNATIONAL12 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

  • Les remdes maison ne font pas toujours des miracles

    HATICE KBRA KULA ISTANBULEn Turquie, les remdes maison, connus sous le nom de Koca Kari

    Ilaci (remdes de grands-mres), sont encore considrs comme un moyen effi cace pour soigner les maladies par un nombre considrable de personnes, bien que les mdicaments leur soient accessibles. Ces remdes sont gnra-lement choisis par des personnes qui ne souhaitent pas consulter un docteur car elles considrent que la mdecine populaire est plus saine et naturelle

    que la mdecine conventionnelle. Un grand nombre daffections, allant des piqres de moustique aux ulcres gas-tro-duodnaux, sont souvent soigns avec des mdicaments faits maison en suivant des recettes de mdecine po-pulaire base de plantes, de fruits et autres substances naturelles. Les infor-mations concernant les remdes mai-son ont t transmises de gnration en gnration, en particulier chez les femmes, et faisaient souvent autorit autrefois. Par exemple, de leau sale

    est applique sur une piqre de moustique, selon un remde maison, ou du pain mch est plac sur une blessure pour viter quelle nenfl e. Certaines personnes uti-lisent mme une mixture dail et de plantes pour trai-ter la calvitie.

    Une mdecine alternati-ve aux mdicamentsParfois, la mdecine populaire est aussi consid-re comme une mthode de mdecine alternative pouvant, selon certaines personnes, soigner des maladies que mme les pratiques de la mdecine convention-nelle et les mdicaments sont inca-pables de gurir laide de techniques spciales. Les entreprises de marke-ting et les programmes tlviss font souvent la promotion de mdica-ments composs base dherbes et de plantes augmentant, ainsi, la popu-larit de cette mdecine chez les indi-vidus qui ne souhaitent pas avaler de mdicaments contenant des produits chimiques. Mais les experts et les doc-teurs mettent souvent en garde contre les remdes faits maison et leurs qui-valents commerciaux, les mdicaments base de plantes, vendus comme des produits mdicaux alternatifs. Le docteur Alahattin ztrk, de lhpi-tal Sema dIstanbul, considre dans un entretien accord Zaman que certaines plantes et substances natu-relles peuvent bien tre utilises pour soigner des maladies mais que cela ne signifi e pas quelles soient toutes bnfi ques pour lhomme. Vous pou-vez tre sr que si un produit a un effet positif sur la sant, il peut galement avoir des effets indsirables, a affi rm Alahattin ztrk, tout en indiquant que les plantes ne causent pas moins

    deffets indsirables sur le corps que des mdicaments vendus en phar-macie. Les mdicaments base de plantes peuvent ne pas tre bnfi ques pour la sant, sauf sils sont autoriss tre fabriqus par le ministre de la Sant. Dautre part, les mdicaments base de plantes certifi s par le minis-tre de lAgriculture ne sont pas une garantie quant lobtention deffets positifs sur la sant, a ajout Alahattin ztrk.

    Un mauvais dosage peut tre fatalLes remdes faits maison partir de substances naturelles peuvent mme causer de graves problmes de sant. Les experts affi rment que la quantit de chaque ingrdient plac dans un remde fait maison doit tre correc-tement spcifi. Une dose trop ou insuffi samment forte de certains in-grdients peut nuire et mme mettre en danger les patients. Cest la raison pour laquelle les mdecins conseillent, gnralement, de nutiliser que les mdicaments vendus en pharmacie. Enfi n, les noms des plantes utilises dans les remdes maison ne sont pas toujours fi ables, compte-tenu du fait quil existe plusieurs espces pour cer-taines plantes.

    Malgr leur succs populaire, les remdes maison en Tur-quie ne sont pas toujours la hauteur de leur rputation. De plus en plus de mdecins mettent en garde contre une utilisation potentiellement dangereuse de plantes ou de substances mal doses et insistent sur la valeur thra-peutique prioritaire des mdicaments.

    Beaucoup ont choisi de rcompenser leurs clients fidles. Et vous ?

    Sevilog

    Strasbourg: +336 22 94 51 55Besanon: +333 81 53 19 25Paris: +336 79 40 78 78Lyon: +336 11 22 74 35

    Montpellier: +336 05 12 41 24Antwerpen: +324 86 70 76 19Mannheim: +491 78762 5833Mnchen: +49 89 54 38 688

    Stuttgart: +49 15787014798Den Haag: +31 6 29 93 71 80Sousse: +21 6 24 27 81 29Istanbu: +90 216 632 7066

    SEVOLOG 6 rue Hannong F-67380 LINGOLSHEIMTl : +33 (0) 3 88 44 18 76

    www.akead.com

    FAMILLE & SANTE13 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Les remdes maison appels Koca Kari Ilaci en Turquie, mal doss, peuvent parfois savrer dangereux pour les malades.

  • CULTURE14 19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    En 2009, peu avant la sortie de son dernier album, Mla-nie Georgiades alias Diams est photographie son insu la sortie dune mosque, vtue dun long voile. Des mois durant, polmiques et ractions de tous bords vont se multiplier. Mlanie navait pas souhait rpondre. Elle le fait aujourdhui, avec cette autobiographie-tmoignage. Elle y retrace sa vie, depuis

    son enfance Chypre jusqu sa conversion lislam, qui lui permet daccder une paix retrouve. Elle y raconte la c-sure qua constitue dans sa vie lanne 2008 : au sommet de sa gloire, et alors que toute la profession la consacre lors des Victoires de la musique, Diams seffondre. Elle disparat alors pendant de longs mois. La forte personnalit qui transparat dans ses textes ntait quune

    digue cense contenir les fl ots dchans dun tre en proie langoisse et la solitude, en qute dune paix quil ne trouve pas. La digue cde, et celle qui a d grandir sans pre sombre alors dans la dpression. Les soins en clinique psychiatrique soulagent mais ne gurissent pas. La lumire viendra de la soumission confi ante la volont de Dieu : devenue musulmane Mlanie renat.

    Diams musulmane : des paillettes la lumire

    AGENDA CULTUREL

    CIN

    -DB

    ATCO

    NFR

    ENCE

    -DB

    ATEX

    POSI

    TION

    DANS

    E

    Cinq camras brisesCinq annes dune chronique intime filme par un paysan pales-tinien. Du documentaire engag laction en justice, la lutte non-vio-lente dun village de Cisjordanie : Bilin, amput de la moiti de ses terres par loccupant isralien. Au-tour de la colonie juive de Modinin Illit, a t construit un mur de s-paration Un film de Emad Bur-nat et Guy Davidi (documentaire, Palestine / Isral / France, 1h30).Le 20 octobre 18:00Le Saint-Andr-des-Arts30, rue Saint-Andr-des-Arts75006 Paris

    Dans lombre dun hommeAprs la rvolution gyptienne, quatre femmes racontent leurs combats et leur vie, mariages, divorces, amours et rsistances, en cho au mouvement de lutte pour la libert. Un film de Hanan Abdalla (documentaire, Egypte, 2011, 1h05).Le 25 octobre 18:30Institut du monde arabePlace Mohammed V75005 Paris

    Les trois monothismes : le regard du psychana-lysteAvec la participation de Daniel Si-bony, psychalanalyste. Une conf-rence-dbat organise par lUni-versit populaire dArcueil, dans le cadre de son cycle Vivre ensemble aujourdhui. Entre libre.Le 22 octobre 20:00Anis Gras55, avenue Laplace94110 Arcueil

    Posie et danse soufiesA travers le vocabulaire gestuel de la danse persane, Rana Gor-gani revisite les pomes de Me-vlana (Rumi), Saadi, Hafez et bien dautres.Maison des associations du 12e

    181, avenue Daumesnil75012 Paris

    Journeys. Dambula-tions dans la Turquie contemporaineOnze artistes turcs voquent cha-cun leur manire le thme du voyage, cher Louis Vuitton : prgrination travers leur pays, vaste par son histoire, par sa go-graphie et par lessence multicul-turelle de son peuple ; ou voyage intime et introspectif, touchant luniversel.Jusquau 6 janvierEspace culturel Louis Vuitton101, avenue des Champs-lyses75008 Paris

    A lire & voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir...&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&A lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lire &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&Diams musulmane : des paillettes la lumire

    Diams. Autobiographie,de Mlanie Georgiades,

    Editions Don Quichotte, 309 pages, 20 .

    SEYFEDDINE BEN MANSOUR TUNISIl est des quartiers o les enfants ne peuvent

    pas manger leur pain au chocolat car cest le Rama-dan a dclar le 6 octobre dernier Jean-Franois Cop, en ouverture de sa cam-pagne pour la prsidence de lUMP. Une campagne demble axe sur une th-matique dextrme droite, opposant les Franais de souche, les Blancs, ceux conus comme relevant dune altrit irrductible, les musulmans. La ma-nuvre consiste ici prsen-ter la pratique religieuse de lautre comme tant des-sence belliqueuse et comme ayant ds lors vocation envahir lespace public. Plus dun millnaire avant la D-claration universelle des droits de lhomme pourtant, Damas, Bagdad ou Cor-doue, les cloches des glises, les cortges funraires juifs ou les processions rituelles chrtiennes faisaient partie du quotidien de socits dislam presque banalement plurielles. Le statut de dhim-mi, quoique posant une in-galit de droit, a constitu, jusqu linvention rcente de la citoyennet, le meilleur cadre lgal en matire de vivre ensemble. A la fois in-galitaire et protectrice, com-munautariste et tolrante, la dhimma supposait des droits et des devoirs : aux prot-gs juifs, chrtiens ou zo-roastriens, lEtat garantissait la proprit des biens, lint-grit des personnes, la liber-

    t de culte, ainsi que le droit pour les communauts dtre rgies selon leurs propres lois. Ces droits supposaient lacquittement dimpts sp-cifi ques (foncier, kharaj et de capitation, jizya). Non seule-ment la pratique de leur culte par les dhimmis, dans les-pace priv ou public, ntait pas (sauf exception, relevant de facteurs externes) conue comme une menace, mais encore cette coexistence pa-cifi que a-t-elle t lorigine de phnomnes daccultura-tion dautant plus signifi ca-tifs quils ntaient pas sens unique. Daprs lhistorien al-Massoudi, qui crit en 947, nombreux sont les mu-sulmans qui se joignent aux chrtiens pour fter les Qa-landas, cest--dire le Nou-vel An. Le mme terme (du latin calend) est utilis en 985 par le chroniqueur jru-salmite al-Muqaddasi pour dcrire le mme phnomne en Palestine.

    La Reconquista mettra n cette politique de tolranceEn Egypte, cest le Nouvel An copte (le mois de Tht) qui reste une grande fte populaire sous le califat des Fatimides (Xe-XIIe sicles). Quant au Maghreb, loulma malkite kairouanais Abu al-Hasan al-Qabisi (935-1012) crit : il est blmable dac-cepter [des cadeaux] pour [ces] ftes [] au nombre desquelles figurent aussi : Nol, Pques et Nouvel An chez nous [et] la Saint-Jean

    en Andalousie [] Que les musulmans adoptent de bon cur pareilles pratiques [] quils fassent quelques-uns de ces prparatifs, que les enfants samusent [] fabriquer des tabernacles aux Calendes et faire bom-bance Nol, il ne le faut pas. Toutes ces pratiques ne conviennent pas aux musul-mans La Saint-Jean tait effectivement fte par les musulmans dAndalousie et plus gnralement par ceux du Maghreb occidental : al-Ansara, de son nom arabe, fte qui commmore Yahya Ibn Zakkariyya (Saint Jean-Baptiste fils de Zacharie), tait clbre avec clat par

    le calife de Cordoue Abd ar-Rahman III, qui organi-sait des courses de chevaux. De mme la fte chrtienne dal-Milad (la Nativit) et celle, lorigine paenne, de Yannayer (Nouvel An, du la-tin berbris puis arabis ja-nuarius, janvier). Ces pra-tiques disparatront avec les communauts chrtiennes autochtones, cest--dire vers le XIIe sicle. Face aux progrs de la Reconquista louest et la colonisation normande lest, le nouvel empire hispano-maghr-bin des Almohades (1147-1269) rpondra en effet par labandon de la politique de tolrance.

    Quand des musulmans clbraient les ftes chrtiennes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondes

    Jusqu la Reconquista, la clbration de ftes chrtiennes, souvent populaires, par les musulmans tait courante.

  • AHMET TURAN ALKANOPI

    NIO

    N15

    19 - 25 OCTOBRE 2012 ZAMAN FRANCE

    Les rvlations sur les origines armniennes de la mre de lancien ditorialiste ultrana-tionaliste Ilhan Seluk dans le livre de Hasan Cemal, 1915 : Ermeni Soykirimi, ont fait scandale. Pour le chroniqueur Ahmet Turan Alkan, qui estime que la Turquie

    doit requestionner son histoire offi cielle, la divulgation de la vie prive reste inexcusable.

    La femme armnienne et son ls

    Le dernier roman de Hasan Cemal, intitul

    1915 : Ermeni Soykirimi (1915 : Le gnocide armnien), a fait

    sensation et scandale en affirmant que la mre de lancien r-dacteur en chef de Cumhuriyet et voix des ultranationalistes

    en Turquie, Ilhan Seluk, tait dorigine armnienne. Je nai pas encore lu le livre mais son titre me fait penser une an-cienne grenade de fabrication allemande dont on a retir la goupille et dont on se demande si elle va exploser. Cette ques-tion mrite que lon sy attarde. La notion de gnocide nest pas un terme prendre la lgre, mais prcisons que les vne-ments qui ont eu lieu en 1915 nont rien de dfendables. Pas besoin de faire un dessin : cette question, que nous essayons de jeter aux oubliettes en nous obstinant la dlguer aux his-toriens, va rapparatre dans lactualit dans quelques annes et voir sa dimension internatio-nale gagner en importance et en gravit. Nous allons probable-ment essayer den attribuer la faute tout le monde sauf

    nous-mmes, afi n de nous d-douaner de notre responsabilit dans cette grande tragdie. Dailleurs, nous avons beau avoir pour philosophie celle de vivre au jour le jour, il semble que nous allons invitablement nous retrouver confronts de fortes pressions internationales la veille du centenaire de la tragdie.

    De la vrit offi cielle au devoir de vritNous avons le devoir de connatre la vrit sur les v-nements de 1915 et dassu-mer cette vrit ; cet gard, lapproche officielle de notre pays nest dfendable que pour une propagande adresse des Turcs. Lopinion publique inter-nationale napprouve pas notre faon de nous justifier. Nous navons pas beaucoup damis, a, nous lavons bien compris, mais le fait dtre dnoncs par les parlements dautant de pays ne mriterait-il pas de laisser au moins une place au doute ? Les divergences entre les vrits offi cielles et offi cieuses repr-sentent un style propre lcri-ture de lhistoire turque, unique

    en son genre ; des centaines de livres, darticles que lon peut classer dans la catgorie histoire contestataire ont t crits et ont trouv cho dans la socit. Le leitmotiv Honte lhistoire mensongre prend une place non ngligeable sur les tagres des livres crits par les historiens de lpoque contemporaine et nous tenons pour vrai la qua-si-totalit de ce qui figure dans ce genre de livres, une exception prs : les vne-ments de 1915. Quand il sagit de parler de ces vnements dra-matiques, le fait de se dissimuler derrire lexcuse du mais eux aussi nous ont poignards dans le dos alors que nous tions faibles et impuis-sants rvle lui seul un signe de faiblesse. Et si la version offi cielle que nous avons faite crire nos minents histo-riens et qui est inscrite dans les manuels, dans les programmes scolaires, ntait pas vraie ? Et si dans la version que nous tenons pour vraie des milliers de trag-

    dies continuaient pleurer leurs souvenirs sanglants ?

    Respecter la con dentialit de la vie priveRevenons notre sujet : Ilhan Seluk a gard secret la vritable identit de sa mre jusqu ce quelle meure. Que pouvait-il faire dautre ? Les frres Seluk taient des personnages aux

    ides polit iques connues. Le fait que leur mre soit une orpheline ar-mnienne pouvait affecter srieuse-ment leur carrire, voire porter atteinte aux ides politiques quils dfendaient bien quil ny ait aucun rapport entre les deux. Cest avec

    peine et honte que je rap-pelle quaujourdhui encore Armnien, Grec et Gitan sont aussi des termes connotation ngative. Ce quil faut surtout avoir lesprit, cest que ce qua vcu Hikmet Kasim Hanim ntait pas lpoque un v-nement isol, accidentel ; bien au contraire des situations de ce genre devaient se compter par milliers. Si seulement ces enfants, ces personnes avaient pu choisir de leur propre gr la religion musulmane. Nous savons tous que cela navait pas t le cas et quils y ont t contraints, quils navaient pas le choix. Il ny a pas de quoi tre fi er davoir un temps forc des personnes de chez nous chan-ger de religion et didentit. A ce stade, ce quil faudrait prsent mettre lordre du jour, cest que le fait de rvler ou non les identits gardes jusqualors secrtes, de rendre public ce type dinformation ne concerne que les intresss et leur famille, et doit en tout tat de cause relever dun choix personnel ; tout le monde devrait respecter ce choix. Je tiens prciser cet gard que je ne trouve pas correcte la rvlation faite par Hasan Cemal dans son roman (si telle ntait pas la volont dIlhan Seluk). [email protected]

    Et si la "version offi cielle" que nous avons fait crire nos historiens ntait pas vraie ?

    Adresse : 2 Boulevard Saint-Martin Paris 75010Tel : 01 42 00 19 36 Faks : 01 42 00 19 58, [email protected] manfrance.fr - www.zamanfransa.com no CPPAP 112U90032

    Imprimerie : ROTOCENTRE348, rue Marcel Paul 45770 SARAN

    ISSN 1869-5795

    Directeur de la publication : HSEYN KARAKU

    Rdacteur en chef : EMRE [email protected]

    Gestionnaire administratif : FAHRETTIN [email protected]

    Responsable publicit : MEHMET [email protected]

    Secrtaires de rdaction :BAYRAM [email protected] [email protected]

    Directeur artistique :EVREN [email protected]

    Edit par : Zukunft Medien GmbHSprendlinger Land Str. 107-10963069 Offenbach / Allemagne

    SIDDIK LHAN [email protected]

    MEHMET DN [email protected]

    OSMAN USTA [email protected]

    Relations publiques :

  • Les raisons du dpart p