Trad Morellet

download Trad Morellet

of 288

  • date post

    14-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    228
  • download

    0

Embed Size (px)

description

platao

Transcript of Trad Morellet

  • Recherches sur le style/ par M. le marquisBeccaria ; trad. de

    l'italien [...]

    Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

  • Beccaria, Cesare (1738-1794). Recherches sur le style / par M. le marquis Beccaria ; trad. de l'italien (par l'abb A. Morellet). 1771.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter [email protected]

  • ~YTt~ T? ~'TTW TT,~
  • AVERTISSEMENTD U

    TA~D ~cr~~7~

    LE icul nom de FAuteur peutJfufSre pour engager le publicrecevoir avec intrE Fouviageque nous lui donnons ei.M~ le

    Marquis B~fm e~d~j~ connu

    C avantageu&ment par ton Trai~des D~M des P~M qu

  • ~j~RTjr~y'
  • D~ TA~D~cr~ettUJ

    4

    a ej

    nous difpen&r de provenir quece petit ouvrage a un dfaut con-

    Cderable c'eft rob&urite qui yrgne en quelques endroits. Elle

    nous parot tenir deux cau&sau de&ut d'exemples, ~ au d-

    &ut de dveloppement. L'au~uts'excuse par diS~fente~ raitb~s

    qu'o~ trouvera dan$ &n ve~'ii(!ement 6c qui ne ~ous &~blent pas iuSS&Btes, Quant auxr

  • v ~M ~7~~ 3f J? N T

    !es ~nettre aufH ~s les ntreSt

    S'it n'en a paseu~ on pourraentrer en quetque d~ance de !abont~ de &s preuves 6c de la&Udit de &spdndpes. Il nous&mMe que ce~te on~Sioh a con-duic~uteuf &~e w emptoi~?0~ vague Cfoppeu coh~an~des mots~ &~ ~&~(M~< &~rc~~

    ~pandl'ob&UfM &F quelques

    e~droics. Q~mnt au d~&ut

    ~yeloppe~e~ aus d~`

    dans~ des ja~

    ~) &ut &r t

  • DU r~~D~c'rE~j:. v

    l'tre en fe contentant d'indi-

    quer des Ides que tes personnesles plus exerces ce genre de

    Spculation ont befoin de voir

    exprimes avec la plus grandenettet. Ennn nous avouons

    qu'il nous en: arriv quelquefoisde ne pouvoir pas iaiur le fens deFauteur avec quelque certitude6~ d'tre obligs de traduire moc

    a mot, comme Davanzati traduit:

    Tacite defbrtc que notre tra-duction coh&rve les ob&uritsde l'original. Sans doute uS

    qu'il y aura eu qnelqueMs [email protected]&~e-~m~ s w'~s's~a~`. x`' pa~

    ~~i

  • ~FJ~RTTM~JMJVyVJ

    volontaire ~c nous prions tesloueurs de ne nous condamner

    qu~apres avoir eux-mmes con-&lte t'originat. Nous espronsque ~crivain eftimable auc nous

    prenons a libert de critiquer ianC nous pardonnera cette fran-

    chue, oc &ra difparotre dans !afuice ces mmes obcunces~ qui~ont la jfeute tache d'un ouvrage6 agrable c fi imereHant.

    L'auteur promet une Seconde

    Partie, mais jt ne ranjhonce que

    pour un terme bien ~pign~, qued~ocupanonsplusimportantes~u~pe~te~

  • yj~D~cyF/
  • ~j~rj~~jM~*

    A

    Rrtmian parce que l'hommageque lui ~end M. te marquis

    1

    Beccana e&ju&e &ment~~

    parce que Pexemple d'un Mt"mQfe qui cuhive 6e qui pfotegeles Lettres, e&~ule ~montrerdans tous les tems e dans to~sles pays 8c s'il nous e& per-

    l"

    mis de le dire au moins auHiaceOaire prelenier en France

    qu'ailleurs.

  • .A SON EXCELLENCE

    ~Ejc~~e~

    COMTE DE FIRMIAN,MINISTRE PLENIPOTENTIAIRE

    DDB

    SA M A JE S T

    ~PERZ~ZE ~y ROK~L~

    ?R~ .B G OU VBRNBMENT GENERA~

    JD 1A LoMB~DtE AUTRICHIENNE.

    ~.N CC~KM ~y/~e ypTRB

    XCRL'NCE~ ~0~ M~~

    ?~ f~cc ~0~

  • EPtT~Ex

    jnc~ ~a~~fj, @* de ~f~~v~r~Me

    ~SM ~w~~e ~Me M~M aux

  • DMCATOIRE.

    M~e demeurer V~? au milieu du

    /oyM mM~R~

  • EPIT~E.01*

    .T~ ~c~t~/e f< e~

    ~~?M'?M le H~~ ~K't/~

    ~M~a ~MM~' F'M~

    A~M~M ~M &! /eM& y

  • DDICATOIRE. xu!

    c

    M~r~r de fAjM~~M~ qui y ea ~M

    J< avec MOd~'

  • E PTTR R~v

  • 1~ .nu.x~

    P R JE F C JE.

    JE me crois oblig de prvenirfur g

    pv n~r

    iurpluGeurs points lesperfbnnesqui me feront l'honneur de lirecet ouvrage avec quelque int-tt. On pourra croire qu'aprsavor trait dans un autre critd~uhc madre politique fort im-

    portante la procdure crimi-

    nelle, Se aprs avoir t chargepar la bont de nos augures Sou-verains de la fbn~ion hono-

    rable d~nftfuir~n~s jeunes gen$d'une icience entirement poli-tique 6c qui A le grand mttm-'< t f~t'

  • FJ~JF'~CJ~XVJ

    ces)objetsxmportansgravespour m~ecarter dans les routes

    plus agrables Je la littfature.Mais on cenera de me tare ce

    reproche, Foncondere quela beautc la bont l'utliteont entre elles l'aSni~ la plusgrande ,C que nous&tnfn~galement portes vers ces diverst.~?' JLobjets de nos p~ de nosde~rs~ parramourdenQtFe&lc!t~. J~JMtde-apoMq~e&lesbea~~~nt~ bon, de 1~~nk,

  • FXJSy~C~ xvi;

    de rhomme. Il ne faut pas efp-re~ qu'on faffe jamais de grands~ de rapides progrs dans celles-l~ C on ne remonte aux pre~miers principes de celle-ci. Cettevrit fconde en consquencesutiles auroit beibin de quelquesdveloppemens que je me pro-pofe de donner ailleurs. Il meiuSit ici de l'avoir indiquepourrepouSer le reproche qu~oMpourroit me &ire de m~occupetde matieres trop trangres a me~devoirs puisqu'il n'e pas pof'6ble qu'en cherchant les vrits

    politiques dans, la nature derhomme qui en e la Sourcevcdtable on ne trouve en fbichemin quelques vrits d~une

  • B F~ C B.~)%~tre efpece, qu!, quoiqu~tran"~ercs l'objet principal qu'onpoufiuit en font trop voifinespour ne pas attirer quelquesmomens notre attention. En-

    ~!n les d&uts mmes qu'il feratacUe d'appercevoir dans ce petit:ouvrage pourront encore me

    juiHer auprs',de ceux qui me

    feprocheroient d'avoir ngligedes devoirs qui me font C chersen montrant combien peu de

    tems~aimisalecompofer.D~un autre cote C onvou-

    to!t me faire un- crime de cette,

    ngligence je repondrai que j'a!~te enhardi a donhcr cet ENai t:

    public par l'importance du tmet apa~ le poim- d~vu~ interc&nt-.A

  • jP ~J~ JF~ CF. 3CtX

    tous lequel je me flatte de l'avoirconnd~ par l'esprance quela nature ~ la nouveaut de mesRecherches les feront accueitliefavorablement, malgr le dfautde foin & d~exacthude qu'on ypourra remarquer. 11 y a dj plu-lieurs annes que j'avois aNembMune grande partie des ides queyonre ici dans un petit E~Ri (:),qui a mrit d'tre traduit dansun des meilleurs Journaux deFrance ~). Encourag depuispar quelques excellons cfprits quiont got~ ma manire de conC-

    f

    () Voye~ Fe C~f, ouvrage priodique

  • J~ F C m

    f

    XX

    dner e Style j'a! po~C mesflexions plus loin de Sorte

    qo~n me conduifant d'une ide

    t~Mtfe, elles ont pris la tbrme

    quelles ont prsentement.Je me fuis enbrc d'auujettica philojbphie de TeSpnt

    appeUce trs-improprement ~M~-

    T~p~Me 8c qu'on devroit~nommer jP~~< cette partiede reloquence qu'on deGgne pare nomde~f~/e, abandonnejufqu'a preSenc MmpulGon~rtuite du Sentiment &. unepratique aveugle c!: peu rene-cnie. Beaucoup de bonscSpritsde ce Gecle ont dj tente delcr l'tude des beaux arts a celle

    o i"j-

    de !a pMIoSbpMe 8c de i'aiu-

  • PJK J~F~
  • P R JF~ CR9Hdj

    nos facults. Loc~e a corn"

    menc~ ce grand ~dince~ tes

    philosophesde ce Cde l'ont

    augmenta6c embelli. Dans h

    partie mme desbeaux arts ie

    j L j

    pourroxscter des hommes de

    ttres de !&plus grande r~pu-

    tadon qui ont commencer

    toumettre l'emptre

    de lapM-

    ofbpMele

    got lui-mme

    qutn~e&

    quePart de

    dngcc

    notre eipritdans la contem-*

    platondes ides en tant qu~

    gr~ables,ou

    d~&graMes~ c~

    ~e la logiq