Terres de Foy septembre 2010

download Terres de Foy septembre 2010

of 8

  • date post

    20-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    233
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Journal trimestriel d'information de la communauté catholique des 2 rives du Pays Foyen.

Transcript of Terres de Foy septembre 2010

  • Vignerons chez nous

    foydeterr erseptembre 2010 N8

    JourNal de la commuNaut catholique du Pays FoyeN

    Quel avenir pour la viticulture ?

    Pages 2 et 3

    comment la tradition vous propulse lavant-garde ?

    Page 4

    le vin et la bible

    Page 6

    vnementsPage 8

    les sarments et le cep

    si bien des gens lignorent, les habitants du pays foyen, le savent, eux. La vigne exige un travail permanent, soins et passion. En bref : la chute des feuilles, aprs la taille des ceps, on tombe les bois. Changement des piquets, rpa-ration des fils. En dbut danne, vient le pliage des astes. Avec le printemps arrivent le dbour-rement, le dsherbage ou dcavaillonnage et les premiers traitements. Mai voit lpamprage, juin, le prlevage des pousses avant le levage dfini-tif suivi du premier pointage, juillet, leffeuillage pour arer les grappes. Septembre, enfin, on ven-dange. Cest la rentre et nous avons quantit de bons sentiments. Et si nous prenions pour les autres les mmes soins et intrt que le vigneron lgard de sa vigne ? Dans nos villages nous sommes comparables des sarments rattachs au mme cep de lintrt commun, de la vie sociale et associative quil appartient non seulement aux

    lus mais nous aussi de faire crotre. Nest-ce pas l le langage de Jsus qui dit : MonPreestlevigneron et aussi MonPretravailletoujours (Jean 5,17) ? Ailleurs, il dclare tre le cep et nous les sarments. Les sarments ne tiennent que par le cep. Nous nous ralisons dans notre relation avec Dieu. Demeurezenmoietmoienvous. (Jean 15,4) Et la sve vitale qui circule de Lui nous cest lamour : CommelePremaaim,moiaussi jevousaiaims.Demeurezdansmonamour. (Jean 15,9) Repartons avec comprhen-sion et amiti, sachant que nous les recevons du Cleste Vigneron pour les partager et quen Lui nous avons une demeure aux teintes de lamour. Exultons quand les sarments que nous sommes portent fruits, comme nous nous rjouissons du sang de la vigne que nous avons choye.

    Pre Alain Poulter, Dordogne

  • Terres de foy2 sePtembre 2010

    aujourdhui le vigne-ron, comme tout agri-culteur, se sent mal aim. Son travail nest pas rmunr, bien plus, le vin semble tre mis lindex. En dehors de quelques ap-pellations prestigieuses, les difficults de la viticulture ont commenc bien avant la crise. Celle-ci les a am-plifies. La consommation du vin en France a chut de 66 % depuis 1961. Ce nest pas, en priode de crise, un produit de premire nces-sit, mais la consommation a plus recul sous la pression mdiatique : scurit au vo-lant et sant ; les campagnes anti-alcooliques atteignent le vin, plus visible sur affiche couleur. La transmission des exploitations est difficile et quelques-uns arrachent. Les jeunes sinstallent peu : prix du patrimoine, droits de transmission levs, fri-losit des banques, dsin-trt pour un mtier qui ne paie pas. Le lyce de la Brie Monbazillac, voulu par la filire, a aujourdhui du mal attirer les jeunes. Le vin vendu en vrac reste une

    matire premire et les ef-forts qualitatifs ne sont pas rmunrs. Souvent les prix sont au dessous des cots de production, particulire-ment pour les rouges.

    le vin-culture

    Bergerac, les stocks sont bas en proprit, paradoxa-lement les vins se vendent facilement. Les prix sont plus corrects pour les blancs, principalement les moelleux mais les deux dernires r-coltes ont t faibles et lon craint de perdre un march que lon ne peut alimenter. Le Monbazillac est lappel-lation qui, depuis quelques annes, tire le mieux son pingle du jeu avec un vrac rmunr.Les appellations Bordeaux, qui depuis longtemps se vendaient plus cher que celles de Bergerac, se ven-dent aujourdhui moins cher. Les viticulteurs borde-lais sont plus fragiles : les in-vestissements reposent sur des prix qui ont dgringo-l. Les stocks sont levs :

    demande faible. Et lon voit des bouteilles presti-gieuses se vendre plus cher lunit quun tonneau de neuf cents litres de Bor-deaux gnrique. Dune faon gnrale, mme sils commercialisent une part de leur production en bou-teilles, peu de vignerons saffranchissent totalement du vrac. Le vigneron veut faire retrouver le vin et avec lorganisme Vin etsocit privilgier chez le consommateur responsa-bilit et modration : Cenestpas le vinquienivrelhomme, cest lhommequi senivre. Dans un rapport demand rcem-ment par des lus, il est propos, pour lutter contre lalcoolisme, denseigner le vin aux tudiants. En ef-fet, si la consommation du vin a fortement baiss par contre celle des bires et autres alcools est stable. Seul le vin fait les frais de la campagne antialcoo-lique. Le vin-culture, d-couvrir, qui exprime son terroir, peut tre fragile, dlicat et secret comme

    dossier

    La crise viticole et lglise

    il faut veiller la qualit du vin

    Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevque de Bordeaux et vque de Bazas, sest exprim en mai 2006 sur la crise viticole. Extraits

    Trs prsente dans la presse certains jours, plus discrte dautres, la crise viticole est bien l. Il serait vain dattendre que a passe en rvant au retour des annes fastes. La sortie de cette crise est un vrai problme rgional pour ne pas dire national. Au cours de mes visites pastorales et des rencontres que jai pu avoir, jai t tmoin du drame vcu par un certain nombre de viticul-teurs qui se sont endetts au moment des annes fastes et qui, aujourdhui, devant la difficult vendre leur vin, se sentent trangls par les remboursements auxquels ils doivent faire face. Cette relle angoisse du lendemain a chez eux des consquences sur leur moral, parfois sur leur vie conjugale et familiale.Les viticulteurs ont toujours fait preuve de cou-rage et dingniosit pour surmonter les crises rencontres. Une telle tnacit continue. Il nous faut saluer ici les efforts de ceux qui courageu-sement veulent relever le dfi daujourdhui. Ils savent quil leur faut compter avec des facteurs nouveaux qui ne disparatront pas dans les an-nes qui viennent : la baisse en France de la consommation du vin, la concurrence des vins europens et des vins du nouveau monde et la politique commerciale des grandes surfaces. Ils sont convaincus galement quil faut veiller la qualit du vin produit, sa commercialisation et donc des campagnes de promotion de leur vin en France, en Europe et dans dautres pays du monde. Cette crise ne peut tre surmonte quensemble, solidairement, quen sappuyant les uns sur les autres, quen sentraidant les uns les autres. Devant cette crise qui marque profond-ment notre rgion, les communauts chrtiennes sont concernes. Il est important quelles parta-gent les proccupations des viticulteurs, soutien-nent ceux qui sont dans une passe difficile, encou-ragent ceux qui se battent pour relever le dfi.

    Cardinal Jean-Pierre Ricard

    Quel avenir pour la viticulture ?

    allez rencontrer les vignerons !Le bon vieil Hippocrate il y a dj vingt-quatre sicles crivait : Le vin est une chose merveilleusement approprie lhomme si, en sant comme en maladie, on ladministre avec propos et juste mesure.

    Appellations Bergerac 13 - Bordeaux 57- France 470Superficie Bergerac 12000 - Bordeaux 123000 -France 460000Vignerons Bergerac 1000 - Bordeaux 8700 France 233000Emploisdirects Bergerac 1700 - France 282000Exportation Bergerac 12% de la production Bordeaux 32% de la production France 76 % du solde positif du commerce extrieur agroalimentaireAppellationsLesrouges: Bergerac, Ctes de Bergerac, Montravel, Pcharmant, Sainte-Foy-Bordeaux, Bordeaux, Bordeaux suprieur, Lesross:Bergerac, BordeauxLes blancs secs :Bergerac ; Montravel, Bordeaux, Sainte Foy-Bordeaux, Entre-Deux-MersLesblancsmoelleux: Ctes de Bergerac,

    Haut Montravel, Ctes de Montravel, Rosette, Bordeaux, Sainte-Foy-BordeauxLesblancsliquoreux:Monbazillac, Saussignac, Sainte-Foy-BordeauxVignerons gemoyen Bergerac 52 ans - Bordeaux 51 ans Bergerac Cooprateurs 45% (30% de la production) Bordeaux 42 % (24% de la production)Indpendants Bergerac 55% (70% de la production) Bordeaux 58% (76% de la production)Vins Vinsrougesetross: Bergerac 63 % - Bordeaux 89%Vinsblancs: Bergerac 37 % - Bordeaux 11%Proprits Surfacemoyenne: Bergerac 11,5 ha (la moiti infrieure 7 ha) Bordeaux 15 ha (24% gal ou suprieur 20 ha)

    la vigne en chiffres

  • Terres de foy 3sePtembre 2010

    dossier

    Quel avenir pour la viticulture ?

    allez rencontrer les vignerons !

    Cest lhistoire dun jeune, heureux de faire connatre et de transmettre le fruit du travail du vigneron : un vin de qua-lit ! Aprs un bac lectronique, une li-cence de lettres modernes Quentin Deffarge choisit une tout autre orien-tation et obtient un BTSA commerce des boissons et spiritueux ! Certes, avec un arrire grand-pre fondateur de la cave cooprative de Port-Sainte-Foy, un grand-pre et un pre exploitant une proprit qui, sous leur impulsion, passe de 11 41 ha pour produire au chteau Moulin Caresse du Bergerac et du Montravel la tradition fami-liale est respecte. Tout jeune, Quentin travaille sur la proprit, grandit dans une famille o la qualit prime sur la quantit de la production. Sassociant avec son frre, il dcide de poursuivre cette aventure familiale et de mettre en valeur le bel outil qui leur choit, lun assurant la production et Quentin

    la commercialisation. Il sagit non seu-lement de prenniser le march actuel, mais aussi de se faire connatre auprs des restaurateurs toils, de fournir les cavistes nationaux et de trouver de nouveaux marchs ltranger : cest le dfi relever. Quentin est fier de vendre un vin de qualit, son meilleur atout, son slogan : le goter, cest ladopter !

    Marie-France Rossignol

    Quentin Deffarge, chteau Moulin Caresse

    la qualit au rendez-vous

    Jurade en pays foyen

    vl lbon vin

    une jeune fille, meraude, topaze, rubis ou grenat comme un bijou, chaleu-reux, gnreux, solide et droit comme un ami Au-jourdhui, le vigneron pour-rait douter et se demander sil nest pas ce dinosaure inadapt