Sabine Lopez, UPMC @upmc.fr

Click here to load reader

download Sabine Lopez, UPMC  @upmc.fr

of 20

  • date post

    13-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    82
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Peut-on établir des correspondances entre niveaux du Cadre européen et stades d’acquisition en LE? Le cas du FLE. Sabine Lopez, UPMC Sabine.lopez@upmc.fr. INTRODUCTION. Pourquoi cette recherche ? Le niveau B2: mythe ou réalité ? - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of Sabine Lopez, UPMC @upmc.fr

  • Peut-on tablir des correspondances entre niveaux du Cadre europen et stades dacquisition en LE?Le cas du FLE

    Sabine Lopez, UPMCSabine.lopez@upmc.frSabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • INTRODUCTIONPourquoi cette recherche ? Le niveau B2: mythe ou ralit ? Le Cadre Europen Commun de Rfrence pour les langues (CECRL) et le FLE: les Rfrentiels (B2, A1.1, A1 et A2 JC Beacco & al)Acquisition et Evaluation

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Question de rechercheLanalyse quantitative et qualitative de productions orales et crites dapprenants nous permettent-elles de dterminer des critres morphosyntaxiques spcifiques un niveau dfini par le Cadre ?

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Thses sous-jacentesLes programmations du Cadre, dclines pour le franais dans les premiers rfrentiels complmentaires, ne tiennent pas compte des rsultats des recherches des acquisitionnistes.

    Les 6 niveaux du Cadre ne sont pas quidistants.

    Il est trs difficile dassigner chaque niveau des fonctionnements grammaticaux ou lexicaux types.

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • CORPUS54 jeux complets dpreuves du TCF (productions orales et crites )+ rsultats psychomtriques, 14 L1 diffrentes20 B1/ B120 B2/ B214 B2+-C1/ C1-C2 oral/ B2-C1 crit18/30 ans, F/M

    Groupe tmoin de 4 natifs (preuves crites et orales du TCF)

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • METHODEEtape 1: analyse quantitative et qualitative du corpus B1 /B2 Etape 2:Utilisation de lanalyseur textuel Direkt ProfilEtape 3:Niveaux avancs: comparaison natifs/non natifs

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Analyse du corpus : tape 1La principale diffrence entre B1 et B2 est quantitative et relve des types derreurs caractristiques des premiers stades dacquisitions . Ainsi, des noms sans dterminants sont encore recenss dans les 2 groupes, bien que plus frquentes dans le groupe B1. Les erreurs de genre et de nombre sont galement nombreuses encore. Concernant le verbe, on relve encore des erreurs dutilisation des formes finies et non-finies, et des problmes daccord. (diffrence quantitative entre B1 et B2).A lissue de cette tude, nous sommes pas en mesure daffirmer quil existe une diffrence en terme de comptence morphosyntaxique entre les niveaux B1 et B2, la seule diffrence notable est la longueur des crits et la frquence de certaines erreurs.Si nous retrouvons certaines donnes caractristiques dgages par Bartning et Schlyter (2004) des stades 3 et 4, par exemple en ce qui concerne le grondif, nous ne pouvons conclure quune analyse des stades de dveloppement grammatical permette un diagnostic fiable mettre en relation avec un niveau du CECR.Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Analyse du corpus: Etape 2Etape 2: Traitement par lanalyseur textuel prototypique Direkt Profil(Granfeldt et al., 2005, 2006) . Cet outil est un analyseur morphosyntaxique conu pour le franais langue trangre. Le but est de proposer une analyse automatique quantitative et qualitative des constructions grammaticales et lexicales en sappuyant sur les stades dacquisition du FLE dtermins par Bartning & Schlyter (2004) . Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Correspondance des stades dacquisition B&S par Direkt ProfilSabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Dtails B1Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Dtails B2Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Etape 3: comparaison natifs/ non natifs de niveau avanc

    Mme si les rsultats obtenus par lanalyse quantitative ne sont pas vritablement significatifs, des diffrences qualitatives dans les productions orales comme dans les productions crites ont t dtectes .

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Syntagme nominal: natifs/non natifs niveau avanc OralChez les natifs, les hyponymes ainsi que les pantonymes (truc, chose, machin)sont plus frquents. Les non natifs utilisent plus de connecteurs explicitesEcritLes natifs utilisent davantage de N + et de relativesLes structures N+Adj , N+SP sont plus frquentes chez les non natifsIdem pour les connecteursSabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Syntagme verbal: natif/non natifs de niveau avancOralLes natifs utilisent plus :- de formes verbales vise phatique ou conative comme tu vois - j sais pas, moi -tu comprends- jcrois- j pense- dhyponymes comme pour les formes nominales - de constructions V+Ode prsentatifs ( Cest/ya )

    EcritLes natifs utilisent davantage:V + CCgrondifs

    Les non natifs plus de V+O et V+ compltiveSabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Ecrit: coordination et anaphoreNon natifsCLC PortugueseB: Les deux opinions montrent des positions contraires lutilisation de lnergie nuclaire. Tandis que le premier text soutient son utilisation, le deuxime text indique les aspects ngatifs de cette source dnergie. Daprs le premier document, lnergie nuclaire est indispensable face laugmentation de la consommation dlectricit parmi les franais. Cependant, selon le deuxime document, cest possible de rgler la demande pour lnergie a fin dviter ladoption de lnergie nuclaire.TK Greek: Dans les deux textes il est avou que les publicits des produits alimentaires adresss aux enfants peuvent leur causer des grands problmes. Mais au premier texte, lauteur semble surprenn, bien quil ne fasse pas des propositions concrtes. Par contre, au deuxime texte, la ralit est reconnue sans montrer aucune intention de la change.

    NatifsJJ: Dans ce livre, les faits historiques sont du point de vue des sultans et rajahs, ce qui donne une vision diffrente de celle que lon peut apprendre dans des manuelsAinsi, les filles sont plus appliques que les garons, mais mon avis ce sont les filires menant aux professions les intressant plus qui demendent moins de qualifications.SIL: On nous informe du fait que les filles sont souvent plus diplmes que les garons, mais ce sont ces derniers qui prennent la plupart des places dans les filires dites dlite. ACLM: Les femmes navaient souvent pas accs des tudes suprieures et quand elles en faisaient, il sagissait pour la plupart de trouver un mari.

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Structuration de lOralNon natifsCI2-1: je cherche un appartement pas trs grand avec deux chambres une salle de bain une salle sjour climatise et avec leau chaude je voudrais bien aussi avoir une garage parce que jai une voiture et si possible un jardin parce [ki] jai un enfant qui aime jouer au foot [i ke] lappartement ne soit pas ni cher ni disons ni cher ni disons prix bas qui soit moyen (TCF C2)RH2-3: et l a ma vraiment a ma beaucoup plu jai trouv que ctait un peu ma vocation tout ce qui est communication tout ce qui est dans le le domaine des publicits aussi mais beaucoup plus dans la communication de jtrouve que cest trs important et cest ncessaire en ce moment de savoir communiquer (54 mots) (TCF C2)

    NatifsS2-10: pour linstant cest super large mais y a dans la la finance dans la gestion pas vraiment dans les banques et les assurances plus la finance dentreprises et la gestion dentreprise je sais pas jai aucune ide de ce enfin comment a fonctionne dans ce domaine donc je vais essayer de faire des stages dabord l-dedans pour voir peut-tre que a va changer pour linstant cest a J2-2: jdtaille plus pourquoi parce que enfin jaime bien la recherche en fait mais cest pas exactement passer ma vie chercher un petit truc qui mintresse jaime mieux que ce soit plus concret enfin plus bas sur quelque chose dont les gens se serviront et eh je pense que oui lindustrie pharmaceutique cest un bon secteur enfin quy a des dbouchs pas mal de dbouchs

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • Conclusions 1Les natifs plus que les non natifs de niveau avanc (C1/C2), ont tendance :distribuer linformation diffremment dans la phrase en thmatisant plus systmatiquement le propos par une dislocation suivie dune reprise anaphorique. moins utiliser certains outils grammaticaux comme les connecteurs explicites. Concernant les non natifs, surtout loral, plus le niveau est avanc, plus le locuteur est conome de connecteurs morphosyntaxiques ; il a recours une parataxe rythme par des expressions phatiques, respectant ainsi les rgles de syntaxe de loral.

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

    Sabine Lopez - Janvier 2010 -

  • CONCLUSIONS 2 Lanalyse quantitative et qualitative de productions orales et crites dapprenants nous permettent-elles de dterminer des critres morphosyntaxiques spcifiques ou des usages propres un niveau tel que dfini par le Cadre ?

    Oui, niveau A. Non au-del.

    Sil est relativement ais de caractriser par des critres morphosyntaxiques les premiers stades dacquisition du FLE, il est beaucoup plus difficile de dlimiter des niveaux au del de la varit de base (Vronique al., 2008) . En effet, les donnes morphosyntaxiques tudies ne semblent plus pertinentes. Des tudes sont mener lchelle de lorganisation du discours et des procds dialogiques. Cette modeste tude ainsi que dautres tudes menes en acquisition du FLE dmontrent que lapprentissage ne se fait pas par paliers successifs tanches et quidistants mais en suivant un continuum complexe pas forcment rectiligne ; les paramtres intervenant dans la dfinition dun niveau se multiplient bien au-del dune approche mthodologique purement morphosyntaxique.

    Sab