Relations Internationales 2

Click here to load reader

  • date post

    18-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Relations Internationales 2

Transcript of Relations Internationales 2

  • 1

  • 2

  • 3

    un moment donn en un lieu donn

    ltat est lacteur n 1 des re ns internationales

  • 4

    culturellespolitiques conomiques

    Question examen : Sur un schma (non spcifi dans la question), expliquez ce que lon entend par la thorie des relations internationales et illustrez votre propos par un certain nombre dacteurs des relations internationales ou Reliez le tableau la thorie des relations internationales. Voir comment la thorie des relations internationales se superpose sur le schma, comment les diffrents courants thoriques des relations internationales se placent dans le schma et comment ils expriment leur

    sensibilit travers le schma. Pour russir cette question, il faut avoir compris le schma et le raisonnement, avoir saisi ce que lon entend par les diffrentes thories des relations internationales et ses acteurs, et il faut parvenir les replacer sur le schma. Attention, illustrer avec des exemples concrets.

    les relations, les rapports entre les systmes internationaux les plus dominants, puissants, influents

    influence entre systmes dmocratie

    Sur le plan de linfluence (= le bras de fer), cest le qui a fait culbuter le monde communiste. Cest le capitalisme qui influence lautre, qui domine lautre, qui a vaincu, qui . Cela ne veut pas dire que le capitalisme est une parole divine. Personne ne peut dire que le capitalisme est absolument fiable (ex : problmes financiers).

    Aprs la chute du Mur de Berlin et la dislocation du bloc sovitique, les tats-Unis (chefs de file du libralisme/capitalisme) se sont sentis

  • 5

    libres et dops. Aprs Bill Clinton, les prsidents ont exprim trs clairement ce qui leur a parfois fait tourner la tte et qui sest transform en mgalomanie.

    Lorsque Bill Clinton est arriv au pouvoir, le bloc de lEst tait en pleine dislocation. Il a essay de le grer comme il pouvait, et il sest vite

    rendu compte que le capitalisme avait gagn. . Il ne savait pas quoi faire. On a gagn, donc on ne fait plus rien ? Au contraire, il faut continuer vivre, dominer. Que faire avec le bloc occidental, vu quil nest plus ncessaire de se mobiliser contre un bloc qui nexiste plus ? Doit-on prendre la dcision terrible de dissoudre lAlliance Atlantique, lOTAN, puisquelle na plus de raison dtre et quil ny a plus dennemi ? Bill Clinton a dit non.

    Pour les Amricains, comment continuer exister en Europe et jouer le rle de ministre de la Dfense de lEurope ? En cas de

    dissolution de lOTAN, la relation avec lEurope aurait-elle perdur ou se serait-elle arrte ? Cest alors quil y eut la proposition du

    que les tats-Unis ont propos lEurope et que lEurope a tout de suite de peur quil ne bousille lexprience europenne dunion et ne la remplace. Cest alors que les tats-Unis ont pris la dcision de laisser tomber lalliance transatlantique du NTM pour la remplacer

    par une nouvelle alliance transpacifique : l (= le forum pour la coopration conomique des pays dAmrique et du Sud-est asiatique). LAPEC a dailleurs donn naissance de la plante de plus de 2 milliards de citoyens (la Chine, le Japon, les tats-Unis, etc.).

    Plus tard, avec le rgne de George Bush, on sest rendu compte que ce systme libral, capitaliste nest pas viable sil na pas quelque

    chose qui lui fait peur. Il faut un au milieu du jardin pour que ce systme survive et tienne le coup. Cela repose sur des thories de et : le capitalisme nest pas viable sil na pas un ennemi qui le menace. Lorsque cet ennemi culbute, comme lancien bloc sovitique, il faut le remplacer, il faut crer un autre pouvantail. Sinon, cest la dmobilisation. Or, il faut mobiliser les gens pour quils acceptent de travailler, de faire des sacrifices, de rembourser les faillites des banques, de bosser pour trs peu, etc.

    Pour ce faire, il a fallu crer quelque chose trs rapidement, un peu rafistol. Les ingrdients taient : un ancien agent de la CIA (Oussama Ben Laden), quelques types la recherche daventures touristico-terroristes, puis enfin, la possibilit de les financer pour les manipuler afin quils puissent crer une bombe. Cette bombe, ce bruit serait tellement norme quon pourra dsigner un nouvel pouvantail qui fait peur,

    le . Aujourdhui, le terrorisme a remplac lancien bloc de lEst, lancien bloc sovitique. Cela a permis certains de mobiliser le monde entier contre le terrorisme. Pour le reste, il y a encore une nigme : comment a-t-on convaincu Ben Laden de financer quelques types ? Certaines vrits seront peut-tre rvles aprs le dpart de G. Bush.

    Ce systme se trouve dans une et il veut la tout prix alors quil montre des signes dessoufflement (les problmes bancaires). Au nom du terrorisme, on a fait des erreurs. Si elles saccumulent, ces erreurs sont en train de nous mettre par terre, elles nous affaiblissent. Il faut un sursaut.

    Dailleurs, une lutte dinfluence est en cours. Par exemple, certains petits pays comme qui est un tout petit pays par rapport aux

    tats-Unis, . Cela veut dire que lAmrique na plus sa force d'antan ? Elle sest affaiblie en Irak. De jeunes gens innocents ont t recruts et se sont fait broyer. Les tats-Unis ont perdu de la crdibilit en Irak, sont en train den perdre en Afghanistan. En tout cas, certains pays comme lIran se croient assez fort pour dfier lAmrique. Nous sommes en train de perdre des plumes dans notre

    guerre contre le terrorisme. Au final, cest plus une catastrophe, un que ce qui sauvera le capitalisme. Cest devenu la langue de bois.

    La crise financire nest finalement quune petite culbute annonant une plus grande culbute qui sera extrmement grave et ravageuse. Elle pourrait par exemple dboucher sur une guerre. Cette domination est base sur des moyens artificiels et virtuels (comme en finance). Cest sur le virtuel que tout a culbut, cest parce quon chipotait avec de largent virtuel que lon ne possde pas. Lhistoire des subprimes tait une histoire damateurs, de gamins. Quand on prte de largent, le premier principe, cest de garantir lhypothque. Toutes les rgles de base nont pas t respectes. On a prt nimporte qui, puis entre-temps, on a augment les taux dintrt alors que les emprunteurs avaient fait leurs calculs pour payer autant. Vu que plus personne ne payait, le systme sest effondr. Toutes les grandes banques (Fortis, Dexia, etc.). Ces fleurons bancaires ont fonc navement tte baisse.

    Sud-Asiatique arabo-musulman

    Tiers-Monde

    Cest un systme de dveloppement que lon pourrait qualifier de sous-dveloppiste . On cultive le sous-dveloppement, il sagit dune socit mal dveloppe. Ce nest pas dit par mpris, mais par objectivit. Cest cynique de dire que ces pays sont en voie de

  • 6

    dveloppement . Bien sr, ils vont se dvelopper un jour, mais pour linstant, ils ne sont pas du tout en voie de dveloppement, bien au contraire. Ce systme tente de sriger en systme politique pour se dfendre, parce quils nont pas de prsence lchelle plantaire. Or, la prsence internationale sur le plan politique est souvent lie une force conomique. Lorsque lconomie est forte, lorsque la socit produit, ltat peut se payer une arme et se doter de force pour acqurir de limportance. En gnral, les pays trs pauvres nont pas une arme solide capable dexister sur le plan politique international et dimposer son point de vue. Lconomie est vraiment la base du politique. Lconomique est une donne importante pour que le politique puisse exister et pour quon puisse tenir bon. Malgr cela, sur notre axe, la hirarchie est diffrente, lconomie vient aprs la politique.

    Chez certains musulmans par exemple, . En 2010, lIslam reprsentera un tiers de

    lhumanit. Il est aberrant de dire quun tiers de lhumanit sont des intgristes et des terroristes. Certes, une dindividus

    malfaisants agissent au nom de ce tiers et croient quils pourront manipuler cette masse dmographique pour lutiliser. Ils

    pour en faire un . Entre nous, il ne faut pas tre extrmement savant pour prendre la religion comme programme politique, vu quon na pas de programme. Le programme est dj fait. Or, en politique, la difficult est de confectionner le programme, de le dfendre.

    Il faut savoir qu , les musulmans prient tous en arabe sans comprendre la langue. Il y a environ 1,5 milliard de citoyens dans le monde qui ont larabe comme langue liturgique. Ils prient en arabe, ils invoquent le nom de Dieu, font des

    psalmodies, mais . Cest la raison pour laquelle ils sont si faciles manipuler. Il suffit de venir leur dire ce que a veut dire pour les manipuler. Cette infime minorit joue ce rle.

    Bien sr, cette mme quation existe aussi dans dautres religions. Les qui ont dchir par exemple

    . Deux Irlandes, deux peuples se sont battus lun contre lautre en rigeant la religion comme programme politique. Dautre part, il y a des tats bass sur la thologie. Pour en devenir membre, il faut avoir telle religion. Certains tats (comme lIran par exemple) ont fait de leur religion un programme politique, un tat.

    domination

  • 7

    Certains Etats ont t (consommateur, importateur), comme par exemple. LArabie Saoudite est donc force dimporter du ptrole alors quelle dispose dune manne ptrolire. Elle ne peut tout simplement pas passer du ct producteur / exportateur. LArabie Saoudite a commis une premire erreur. Elle aurait d tenter de se doter dune industrie alternative au ptrole qui laurait rendue indpendante. Au lieu de cela, elle sest dote dune industrie ptrochimique qui la rendue encore plus dpendante au ptrole (vu que sans ptrole, lindustrie ptrochimique nest plus alimente). Deuximement, lArabie Saoudite a mis la charrue avant les bufs. Elle a laiss sexprimer le dsir de lalternative avant de trouver les dbouchs et de voir sil tait possible dexporter.

    Quelle est la diffrence entre les relations bilatrales et multilatrales ?