Le cliché anthropométrique, une construction photographique de l'inhumain

download Le cliché anthropométrique, une construction photographique de l'inhumain

of 26

Embed Size (px)

description

Cours sur la photographie anthropométrique et ses implications idéologiques

Transcript of Le cliché anthropométrique, une construction photographique de l'inhumain

  • 1. Le cliche anthropomtrique, Une construction photographique de linhumain. Louise Charbonnier
  • 2. Comment une photo peut-elle dshumaniser celui quelle reprsente ? Louise Charbonnier
  • 3. Guide pour lanalyse dimage Qui est reprsent ? Comment le dfinir ? Est-ce que cette image nous en rappelle dautres ? (intericonicit) Ou, quand, comment et pourquoi cette photo a t prise ? Est-ce que la personne a pris la pose ? Ou est-ce que la photo a t prise sur le vif ? (instant dcisif dHenri cartier-bresson) Quel est le role du photographe ? Au nom de qui agit-il ? Quelles sont les caractristiques de la photo (cadrage, luminosit, nettet) ? Quelle est la place du spectateur ? Quel est le destinataire de limage ? Louise Charbonnier
  • 4. Louise Charbonnier image a analyser
  • 5. analyse de limage Ou ? Dans des locaux de police, image policiere/judiciaire Quand ? Photo en noir et blanc dune personne qui ne porte pas des habits contemporains Photo ancienne Mais le fond neutre tmoigne dun protocole visant une dcontextualisation Louise Charbonnier
  • 6. LA PRSOMPTION DE CULPABILIT qui ? Pourquoi ? Une personne qui a t arrete, soupconne dun crime ou dun dlit Connotation stigmatisante intericonicit ? Rfrence a limagerie des films amricains Louise Charbonnier
  • 7. LA photo anthropomtrique Le voleur a la tire, fiche anthropomtrique vers 1875 Louise Charbonnier
  • 8. Le portrait robot, autre figure prototypique du coupable Louise Charbonnier
  • 9. Jouer au coupable Sur internet, on peut faire son propre portrait robot Louise Charbonnier
  • 10. La dpersonnalisation induite par le portrait robot Le visage est morcel, dissqu. Lieu de lindividuation et de la personnalit (le regard comme miroir de lame), le visage est mis a mal. Le sujet est rduit a son apparence physique. Il est considr comme un objet (objectiv). Louise Charbonnier
  • 11. Louise Charbonnier Retour au clich anthropomtrique
  • 12. Louise Charbonnier La pose du modele Il nest pas pris sur le vif. La pose de face et de profil permet dapprhender le suspect sous diffrentes facettes. Le visage est inexpressif pour viser une hypothtique neutralit. Le modele nest pas en interaction avec le photographe (pas dadresse visuelle ni gestuelle, aucune marque dinterlocution). Le corps est instrumentalit (le dos est maintenu, sans doute par une chaise). Ce protocole exerce une contrainte sur le corps photographi. Le numro didentification contribue a la dshumanisation.
  • 13. Louise Charbonnier La chaise anthropomtrique Chaise anthropomtrique, vers 1890
  • 14. Louise Charbonnier Le photographe, un simple oprateur Ici, le photographe se contente de faire fonctionner la machine photographique suivant un protocole impos : - Cadrage centr - Luminosit neutre - Nettet - Frontalit - Appareil tenu a hauteur de regard (pas de plonge ni contre-plonge) - Distance par rapport au sujet - Fixit de lappareil comme du photographe
  • 15. Louise Charbonnier Photographier au nom de la justice et de la vrit On peut utiliser deux notions pour dcrire ce protocole : - Beat munch parle dune srie de conventions dobjectivit . - Henri boyer parle lui dun principe de scription impliquant un degr minimal dengagement de lnonciateur. Le photographe se contente de remplir un formulaire rpet-a-photographier. Il produit un compte-rendu photographique. Il rdige en image un rapport, un constat clinique. Le photographe agit ici au nom dun collectif port par une volont de justice et de vrit.
  • 16. Louise Charbonnier Leffacement nonciatif Meme si limage est anthropocentre, le corps du photographe est forclos, il est hors champ, contrairement a ce qui se passe sur cette photo ou apparait sa main : Libration du 5 janvier 2007, Crdit photo jean-francois marin
  • 17. Louise Charbonnier dsengagement du photographe Aucun effet de style ne permet au photographe daffirmer son regard dauteur, son engagement, son concernement (christian caujolle). Dans cette image regne lAnonymat, la dpersonnalisation, le nobodys point of view, ou encore le nobodys shot (slogan de CBS news dans les annes 80). Seule la reconnaissance de ce qui est photographi (limprgnant) compte. Le photographe est cens etre un pur intermdiaire, un tmoin, un relais transparent. Il nendosse aucun role rflexif ou mdiateur.
  • 18. Louise Charbonnier Une photographie sans personne cest ainsi au prix dune dpersonnalisation dlibre du sujet (et du photographe rduit lanonymat dun appareil fixe et mcanique de prise de vue), quon objectivise les traits distinctifs dune physionomie. (eric landowski, 2007) cette restitution neutre de la ressemblance physique engendre ses propres dformations et surtout suscite une forme spcifique de conformation de lexpression individuelle aux exigences prsumes du dispositif, une rtractation de lair personnel, de lintimit psychologique, pour laisser affleurer uniquement les caractristiques physiques du visage. A force de vouloir imposer la vrit dune photographie sans portrait, on en est arriv pour ainsi dire a une photographie sans personne. (sylvain maresca, 1998)
  • 19. Louise Charbonnier La place du spectateur cette photo est faite par et pour linstitution policiere et judiciaire. Aucune place ne nous est mnage : ni le photographe ni le modele ne sadressent a nous. Nous portons donc un regard intrusif sur ce dispositif dpersonnalisant et dshumanisant. Conclusion : Un corps prsum coupable est soumis par linstitution judiciaire a lexamen dun appareil photographique.
  • 20. Louise Charbonnier Gare au fake ! Pourtant, il ne sagit que dun simulacre. Voici la lgende qui accompagne cette photo : alexandre lacassagne, fiche de lidentit judiciaire et photographies face/profil selon la mthode dalphonse bertillon, paris, 9 mai 1891 (coll. Part.). Spcimen sans doute amicalement ralis par bertillon lui-meme.
  • 21. Louise Charbonnier La photo comme preuve, vraiment ? Comme lexplique philippe dubois, la photographie est seulement une preuve dexistence. elle ne peut etre une preuve de sens. Preuve dexistence : un homme sest bien tenu la, devant lappareil photo La photo ne peut attester de la vracit dun nonc : -la police prend un clich dun prsum coupable (un examen judiciaire, pour de vrai) -alexandre lacassagne se prete au jeu (entre amis, pour de faux) Pour ces 2 affirmations, cette photo est seulement une illustration plausible. Elle peut prouver le faire semblant comme son contraire.
  • 22. Louise Charbonnier Alexandre lacassagne 1843-1924 lu au dbut des annes 1880 professeur de mdecine lgale a la facult de mdecine, il dveloppe pendant plus de 40 ans, a lyon, des recherches sur la criminalite qui font de lui lune des principales figures de lanthropologie criminelle.