La coopération décentralisée France-Bénin

Click here to load reader

  • date post

    08-Jan-2022
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of La coopération décentralisée France-Bénin

La coopération décentralisée France-BéninPour l'obtention du grade de DOCTEUR DE L'UNIVERSITÉ DE POITIERS
UFR de sciences humaines et arts Laboratoire Rural urbain liens environnement territoires sociétés (Poitiers)
(Diplôme National - Arrêté du 25 mai 2016)
École doctorale : Sociétés et organisations - SORG (Limoges) Secteur de recherche : Sciences Humaines et Art
Présentée par : Mahouton Marius Elvis Djossou
La coopération décentralisée France-Bénin
Soutenue le 02 octobre 2018 devant le jury
Jury :
Rapporteur Chantal Berdier Maître de conférences HDR - INSA de Lyon
Membre Jean-Louis Yengué Professeur - Université de Poitiers
Membre Dominique Royoux Professeur, Géographe - Université de Poitiers
Membre Anna Madoeuf Professeur, Géographe - Université de Tours
Pour citer cette thèse : Mahouton Marius Elvis Djossou. La coopération décentralisée France-Bénin [En ligne]. Thèse Sciences Humaines et Art. Poitiers : Université de Poitiers, 2018. Disponible sur Internet <http://theses.univ-poitiers.fr>
0
THESE
Pour l’obtention du Grade de
DOCTEUR DE L’UNIVERSITE DE POITIERS (Diplôme National - Arrêté du 25 mai 2016)
U.F.R. : Sciences Humaines et Art
Ecole Doctorale : Sciences de la société, territoires, Sciences d’économie et de gestion
Section CNU 23 : Géographie physique, humaine, économique et régionale
Présentée par :
************************
JURY
Madame Chantal BERDIER, Aménagement de l’espace et Urbanisme, Maitre de Conférence HDR, INSA Lyon. Rapporteur
Madame Clarisse DIDELON-LOISEAU, Géographe, Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Rapporteur
Monsieur Pierre KAMDEM, Géographe, Professeur des Universités, Université de Poitiers. Examinateur
Madame Anna MADOEUF, Géographe, Professeur des Universités, Université de Tours. Examinateur
Monsieur Dominique ROYOUX, Géographe, Professeur des Universités, Université de Poitiers. Examinateur
Monsieur Jean-Louis YENGUÉ, Géographe, Professeur des Universités, Université de Poitiers. Directeur de thèse
Soutenue le : 02 Octobre 2018
1
2KP Kérou, Kouandé, Péhunco
ABCIS Acteurs Bretons de la Coopération Internationale et de la Solidarité
ACAD Association des Communes de l’Atacora et de la Donga
ACAL Association des communes de l’Atlantique et du Littoral
ACDC Agence Coop Dec Conseil
ACDIL Agence de Coopération pour le Développement des Initiatives Locales
AD Associations Départementales
ADCF Assemblée Des Communautés de France
ADELS Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale
AECT Actions Extérieures des Collectivités Territoriales
AF Ambassade de France
AFCCRE Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe
AFD Association Française de Développement
AFDI Agriculteurs Français et Développement International
AICT Action Internationale des Collectivités Territoriales
AIMF Association Internationale des Maires Francophones
AIVE Association Internationale des Villes Educatrices
AL Associations Locales
AOF Afrique Occidentale Francophone
APIDA Association pour la Promotion de l’Intercommunalité dans le Département de l’Alibori
AR Autorité Régionale
ARENE Agence régionale de l'environnement et des nouvelles énergies
ARFE Association des Régions Frontalières Européennes
ARRICOD Association des Professionnels de l’Action Européenne et Internationale des Collectivités Territoriales
ARCOD CA Agence Régionale de Coopération et de Développement de Champagne- Ardenne
ASI Associations de Solidarité Internationale
ASRDLF Association de Science Régionale De Langue Française
ATR Administration Territoriale de la République
CACP Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise
CAD Comité d'Aide au Développement
CAMY Communauté d’Agglomération de Mantes-En-Yvelines
CASI Coordination des Associations de Solidarité Internationale
CAT Centres d'Appui par le Travail
CCAS Centre Communal d’Action Sociale
CCC Communications pour un Changement de Comportements
2
CCIB Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin
CCF Cour des Comptes de France
CCP Communauté des Communes du Plateau
CDQ Centres de Développement de Quartiers
CDT Conseil de Développement Territorial
CE Commission Européenne
CEDREF Centre d’Enseignement de Documentation et de Recherche pour les Etudes Féministes
CEFAL Centre de Formation pour l’Administration Locale
CERAPCOOP Centre de Ressources et d'Appui pour la Coopération internationale
CERCOOP Centre de Ressources pour la Coopération Décentralisée
CERDHAP Centre d'Etudes et de Recherches sur le Droit, l'Histoire et l'Administration Publique
CERSS Centre d'Etudes et de Recherches en Sciences Sociales
CERTU Centre d'Etudes sur les Réseaux les Transports l'Urbanisme et les constructions publiques
CES Conseil Economique Social
CESER Conseil Economique, Social et Environnemental Régional
CFA Communauté Française d’Afrique
CGCT Code Général des Collectivités Territoriales
CGLU Cités et Gouvernements Locaux Unis
CIAT Comité Interministériel d'Aménagement du Territoire
CIDR Centre International de Développement Régional
CIED Comité Intercommunal d‘Eco-Développement
CIEDEL Centre International d’Etudes en Développement Local
CNAT Conseil National de l’Aménagement du Territoire
CNCD Commission Nationale de la Coopération Décentralisée
CNFPT Centre National de la Fonction Publique Territoriale
CNRS Centre National de la Recherche Scientifique
CPER Contrat de Plan Etat-Région
CPMR Conference of Peripheral Maritime Regions
CPLRE Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux d’Europe
CROSI Collectif Régional des Organisations de Solidarité Internationale CRP Conseil Régional de Picardie
CRP Coopération-Réciprocité-Pardon
DAECL Direction des actions Extérieures des Collectivités Locales
3
DAT Délégation de l’Aménagement du Territoire
DATAR Délégation Interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale
DARI Direction de l’Attractivité et des Relations Internationales
DCL Direction des Collectivités Locales
DCDI Direction de la Coopération Décentralisée et de l’Intercommunalité
DGAT Direction Générale de l’Administration Territoriales
DGCID Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement
DCP Direction de la Culture et du Patrimoine
DG-DEV La Direction générale du développement et de la coopération de la Commission européenne
DGDGL Direction Générale de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale
DGMDP Direction Générale de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats
DGS Direction Générale des Services
DICODAH Direction de la Coopération Décentralisée et de l’Action Humanitaire
DOB Débats d’Orientation Budgétaires
DPDC Direction de la Prospective, du Développement et de la Coopération
DRBE Direction des Relations avec les Béninois de l’Extérieur
DSP Direction des Services aux Populations
DST Direction des Services Techniques
ECDPM Centre européen de gestion des politiques de développement
EDP Espaces de Développement Partagé
ENAM Ecole Nationale de l’Administration et de Magistrature
EPCI Etablissement Public de Coopération Internationale
EPRS-UE Service de recherche du Parlement Européen
ESO Espace Sociétés
FFEM Fonds Français pour l’Environnement
F3E Fonds pour la promotion des Etudes préalables, des Etudes transversales, et des Evaluations
FICOL Facilité d’Investissement des Collectivités Locales
GCP Gestion de Cycle de Projet
GES Groupe Entreprenariat Solidaire des Collines
GIC Groupement Intercommunal des Communes
GTI Groupe Technique Intercommunal
HLM Habitation à Loyer Modéré
IAU Institut d’Aménagement et d’Urbanisme IDHIL Institution des Hautes Etudes de l’Action Internationale des Villes et des
Gouvernements Locaux
IDF Île-de-France
IRAM Institut de Recherches et d’Applications des Méthodes de Développement
IRCOD Institut Régional de Coopération Développement
IUFM Instituts Universitaires de Formation des Maîtres
JEP Journées Européennes du Patrimoine
MAE Ministère des Affaires Etrangères
MAEDI Ministère des Affaires étrangères et du Développement International
MAEE Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
MAEIABE Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Béninois de l’Etranger
MAEIAFBE Ministère des Affaires Etrangères de l’Intégration Africaine de la Francophonie et des Béninois de l’Etranger
MAPTAM Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles
MC-CCCE Ministère de la Coopération/Caisse Centrale de Coopération Economique
MCL Maison des Collectivités Locales
MD Mission de Décentralisation
MDGL Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale
MDGLAAT Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Aménagement et de l’Administration Territoriale
MFE Ministère des Finances et de l’Economie
MICP Migrations Internationales et Conception de Projets
MIOMCTI Ministère de l'Intérieur de l'Outre-Mer des Collectivités Territoriales et de l'Immigration
MISD Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité et de la Défense
MSC Maison de la Société Civile
MTMSI Maison des Tiers Mondes et de la Solidarité Internationale
NOTRe Nouvelle Organisation Territoriale de la République
OCDE Organisation de Coopération et de Développement Economique
ODD Objectifs de Développement Durable
OIF Organisation Internationale de la Francophonie
ONG Organisation Non Gouvernementale
OSC Organisations de la Société Civile
OSI Organisation de Solidarité Internationale
PAI Plan Annuel d’Investissement
PACT Programme d’Appui aux Collectivités Territoriales
PDC Plan de Développement Communal
PDCC Programme d’appui à la Décentralisation et au Développement Communal
PDM Partenariat pour le Développement Municipal
PDM Plan de Développement Municipal
PED Pays En Développement
PIB Produit Intérieur Brut
PLU Plan Local d’Urbanisme
PMA Pays Moins Avancés
PNVV Porto-Novo Ville Verte
PPP Partenariat Public Privé
RESACOOP Réseau Rhône-Alpes d’Appui à la Coopération
SACO Service d’Assistance Canadienne aux Organisation
SAN Syndicat d’Agglomération Nouvelle
SCAC Service de Coopération et d’Actions Culturelles
SCD Service de la Coopération Décentralisée
SCOT Schéma de Cohérence Territorial
SEM Société d’Economie Mixte
SENS Solidarités Entreprises Nord-Sud
SERHAU-SA Société d’Etudes Régionales d’Habitat et d’Aménagement Urbain – Société Anonyme
SG Secrétariat Général
SRICD Service des Relations Internationales et de la Coopération Décentralisée
SIREDOM Syndicat Intercommunal de Revalorisation et d’Elimination de Déchets et Ordures Ménagères
UE Union Européenne
UEMOA Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
VSI Volontaires de Solidarité Internationale
VUCP Association Villes Unies contre la Pauvreté
ZSP Zone de Solidarité Prioritaire
6
DEDICACES
A mon épouse et mes enfants
7
REMERCIEMENTS
Mes remerciements les plus sincères sont adressés premierement à mon directeur de thèse,
Jean-Louis YENGUÉ- Professeur des Universités à Poitiers pour son humanité, son efficacité
scientifique et son soutien à toutes les étapes de ma recherche doctorale.
Cette recherche a également bénéficié des orientations et des conseils de Patrick GONIN et
Nathalie KOTLOK. Je suis également honoré d’avoir Messieurs Dominique ROYOUX, Pierre
KAMDEM, mesdames Anna MADOEUF ; Clarisse DIDELON-LOISEAU et Chantal
BERBIER, étant les rapporteurs au sein de mon jury de thèse. Je les remercie pour leur
disponibilité.
Mes remerciement vont egalement à ceux que j’ai interrogés pour avoir pris mon travail au
sérieux, pour leur mise en disponibilité, leur volonté à contribuer au développement des
reflexions sur la coopération décentralisée entre la France et le Bénin. Je désire tout
particulieement remercier Yannick LECHEVALLIER, Philippe DI LORETO, Luc
RAIMBAULT, PEYROT-BEGARD Coralie, Michèle CAHU, Damien DESCOINGS, Julian
CREUZE, Eric AYENA, Kamaldine TIDJANI et tous les autres acteurs interviewés, car ils
m’ont semblé avoir pris à cœur leur rôle adjuvant dans mon projet, par l’application qu’ils
mettaient à me répondre, par les documents qu’ils m’ont fournis ou les visites qu’ils m’ont
proposées.
Mes sincères remerciements à mes amis proches : Hartmann N’DAH et Christian
ODUNLAMI, pour leur immense disponibilité et leurs conseils, Barbara et Pierre-André
DISERENS pour leur soutien et leur parrainage, Emmanuel D. ZOSSOU et l’Ambassade de
la France au Bénin pour leur soutien et tous ceux de l’université de Poitiers pour toutes les
discussions partagées et tous les conseils qu’ils m’ont donnés.
A Poitiers, j’ai apprécié le dynamisme et la convivialité de mes collegues géographes et du
groupe de doctorants.
PREMIÈRE PARTIE : DÉFINITIONS ET CADRAGE…………………………… 38
CHAPITRE I: LE DÉVELOPPPEMENT LOCAL ………………………………… 38
I.1. DÉFINITIONS…………………………………….……………………………….. 39
CHAPITRE II : COOPÉRATION DECENTRALISÉE, PERCEPTIONS ET PRATIQUES…………………………………………………………………………..
51
II.2. DEFINITIONS DES PERCEPTIONS ET PRATIQUES………………………… 79
DEUXIÈME PARTIE : CADRE D’ETUDE, ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET ADMINISTRATIF DE LA COOPERATION DECENTRALISEE………………
92
CHAPITRE III : PRESENTATION DE LA FRANCE ET DU BENIN…………… 93
III.1. PRESENTATION DE LA FRANCE…………………………………………….. 93
III.2. PRÉSENTATION DU BÉNIN…………………………………………………… 113
CHAPITRE IV : LE CADRE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE EN FRANCE ET AU BÉNIN……………………………………………………………..
120
IV.1. ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE EN FRANCE ET AU BÉNIN…………………………………………………………….
120
IV.2. ENVIRONNEMENT ADMINISTRATIF DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE EN FRANCE ET AU BENIN………………………………………
134
161
CHAPITRE V : LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE EN FRANCE ET AU BÉNIN…………………………………………………………………………………..
162
9
V.1. FONDEMENTS ET BASES DE LA COOPERATION DECENTRALISEE EN FRANCE ET AU BENIN……………………………………………………………….
162
V.3. OBJECTIFS ET DOMAINES D’INTERVENTION …………………………….. 176
V.4. GESTION ADMINISTRATIVES DES COOPÉRATIONS DÉCENTRALISÉES… 177
V.5. ANALYSE CARTOGRAPHIQUE ET DIAGNOSTIC…………………………… 179
CHAPITRE VI : COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE ENTRE LES GROUPEMENTS DES COMMUNES DE LA FRANCE ET DU BENIN ………..
188
VI.2. DEFINITION ET CADRE JURIDIQUE DE L’INTERCOMMUNALITE AU BENIN…………………………………………………………………………………..
195
VI.3. LA COOPÉRATION INTERCOMMUNALE FRANCO-BÉNINOISE………… 203
QUATRIÈME PARTIE : ANALYSE DES PERCEPTIONS ET PRATIQUES AU CŒUR DES COOPÉRATIONS DÉCENTRALISÉES……………………………..
213
CHAPITRE VII : PERCEPTION DE LA COOPERATION DECENTRALISEE, DU DEVELOPPEMENT LOCAL ET PRATIQUES EN FRANCE……………….
214
VII.1. PRÉESENTATION DU CAS DE LA CACP…………………………………… 214
VII.2. PRÉSENTATION DU CAS DE LA VILLE ET LA MÉTROPOLE DE LYON… 226
VII.3. PRÉSENTATION DU CAS DE LA RÉGION PICARDIE……………………… 238
CHAPITRE VIII : PERCEPTION DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE, DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET PRATIQUES AU BENIN………………….
251
VIII.2.PRÉSENTATION DU CAS DU GIC…………………………………………… 264
VIII.3. OUTILS DE PLANIFICATION ET GESTION DE CYCLE DE PROJET (GCP). 275
CONCLUSION………………………………………………………………………….. 289
10
INTRODUCTION
Le domaine de la coopération internationale a connu des changements dans le temps et dans
l’espace. Deux facteurs importants ont modifié le concept de coopération internationale en
lui-même. Il s’agit d’une part des défis auxquels fait face le développement socio-économique
à l’échelle mondiale et de l’accroissement constant des liens d’interdépendance entre les
Etats. Les buts et modalités d’échanges, les fondements de la collaboration ainsi que les
pratiques se sont considérablement diversifiés. Il en est de même pour les acteurs
institutionnels, ceux du secteur privé et associatif.
La coopération internationale sous la forme de coopération décentralisée s’inscrit pleinement
dans ce contexte de complexification des échanges mondiaux. En effet, la grande quantité
d’accords et leur développement extraordinaire ces vingt dernières années illustre bien la
volonté des acteurs locaux d’échanger leurs expériences et d’approfondir des relations tout en
œuvrant ensemble pour l’amélioration des conditions de vie des populations (SAYA J. 2006).
La coopération décentralisée s’impose aujourd’hui comme un passage incontournable dans la
pensée politico-juridique, vu son apport majeur à la réflexion fondamentale sur les structures
existentielles de la vie des collectivités territoriales. D’un côté, la coopération décentralisée
nous ramène au présent du principe de la libre administration des collectivités territoriales en
tant que réalité d’ordre légal. D’un autre côté, elle nous plonge dans l’espace rationnel
nouveau du concept de coopération, qui efface l’illusion méthodologique de la différenciation
classique entre ordre juridique interne et ordre juridique international, pour nous amener
directement à une interrogation éthique sur la validité d’une action extérieure des collectivités
territoriales (SAYA J. 2006). Mais il y a de plus en plus des retours d’expérience du Sud vers
le Nord qui méritent d’être diffusés et valorisés. D’où la nécessité d’œuvrer pour un meilleur
visage des collectivités territoriales du Sud, jusqu’alors purement négative. Il s’agit en effet de
montrer que ces collectivités sont en mesure de participer à la construction d’une nouvelle
donne internationale et à sa valorisation. A des affrontements indéfiniment répétés entre pays,
on oppose les échanges techniques, économiques et culturels dont la vocation a en revanche
une logique positive et cumulative, celle de la pérennité du lien interhumain (SAYA J. 2006)
Para diplomatie, coopération décentralisée, action extérieure des autorités locales,
internationalisation des territoires, actions des collectivités à l’international... Tous ces
concepts nous montrent l’émergence d’une modalité de coopération qui, certes n’est pas
nouvelle mais qui prend de l’ampleur et de la force sur la scène internationale.
11
D’emblée, il n’est pas aisé de définir cette notion sans s’attirer des critiques. Cette expression
est composée de deux mots : coopération qui vient du verbe coopérer et décentralisée qui est
un adjectif qualificatif. La coopération selon le dictionnaire Larousse est, au plan
économique, « une méthode d’action par laquelle des personnes ayant des intérêts communs
constituent une entreprise où les droits de chacun à la gestion sont égaux et où le profit est
réparti entre les seuls associés au prorata de leurs activités». Il s’agit d’une action de
collaborer qui, rapportée à l’international est, selon le même dictionnaire « une politique
d’aide économique, technique et financière à certains pays en développement». La
coopération s’opposerait donc à «l’aide» en ce qu’elle recherche plus d’équité, de réciprocité
dans le partage des décisions et des ressources entre « coopérants » :
- Chaque partie attendant de l’opération un avantage matériel et/ou symbolique.
- Chaque partie attendant de l’autre quelque chose.
- Chacune des parties apportant donc cette chose.
Il importe cependant de considérer que l’extension de cette notion à la sphère du
développement pose deux questions : la question des interventions non marchandes et celle de
la recherche du bien collectif (TOTTÉ M. et VAN DE WALLE A. 2006). La coopération
décentralisée ne s’est cependant pas mise en place sans la contribution de la décentralisation.
La décentralisation quant à elle :
- au sens strict (juridique) redéfinit les pôles de décision et la « centralité » autour des
collectivités locales qui deviennent garantes de la régulation des intérêts et de
l’articulation des forces sur leur territoire ;
- au sens large (sociologique), multiplie les pôles de décision et redéfinit la gestion des
processus de décision entre ces « pôles », à la fois au plan vertical (collectivités locales,
agences, versus Etat Central) et au plan horizontal (entre pouvoirs publics et
organisations « privées »). Dans sa version sociologique, la décentralisation questionne
aussi les relations entre pouvoir et autorité en tous lieux depuis la famille jusqu’à la
planète.
Il reste des ambiguïtés dans les façons de percevoir la décentralisation selon ces deux
acceptions qui influent sur les façons de concevoir la coopération décentralisée. Il peut être
important d’introduire ici ces deux notions importantes permettant de mieux se situer : celles
de redevabilité et de légitimité.
12
Le choc « des cultures » et des volontés propres au politique n’a pas empêché ces liens de
s’établir. Cette vision du monde durable partagé entre deux segments hérités d’une certaine
lecture de l’histoire : le Nord, riche, voué à l’approfondissement des conséquences multiples
de l’adoption du principe démocratique ; et le Sud, pauvre, voué de son côté à la négation de
ce même principe dont on se demandait laquelle des deux révolutions il choisirait, celle de
Tocqueville ou celle de Marx, semble dépassé (SAYAH J. 2006).
Fondamentalement, un des enjeux de la décentralisation est de rompre avec l’impunité quasi
généralisée de l’aide au développement liée à la multiplicité des centres de décision et aux
déstabilisations des institutions qu’elle occasionne.
En effet, en Afrique comme ailleurs, la décentralisation « s’inscrit de façon substantielle dans
la trajectoire de l’État et la problématique nationale. De nombreux pays africains se sont
engagés dans des processus de décentralisation soutenus par les bailleurs de fonds. Elle est
alors devenue une priorité politique affichée par de nombreux États du Sud, en Afrique mais
aussi en Asie et en Amérique latine »1. Les nombreux bienfaits, en termes de développement,
d’une décentralisation démocratique conçue comme la délégation simultanée des pouvoirs de
décision, des responsabilités et des ressources aux organes élus à l’échelon local ont été
maintes fois vantés. La décentralisation pourrait accroître la capacité d’adaptation des
institutions publiques aux exigences des citoyens et améliorer l’attribution des ressources
publiques, dont l’aide extérieure (LOQUAI C. et Al. 2001). En effet, dans le contexte global
de revalorisation du local et de redéfinition de l’État, la crise économique et financière et la
pression des bailleurs, conditionnant leurs aides à sa mise en place, ont poussé les
gouvernements centraux à adhérer à cette nouvelle forme d’organisation de l’action publique.
Ainsi les revendications démocratiques et l’organisation de grandes conférences nationales au
début des années 1990 au Bénin, au Burkina Faso, au Mali ou encore au Congo ont trouvé un
débouché dans des Constitutions instituant le principe de libre administration locale2.
Il en ressort que le terme de « coopération » fait référence à des initiatives et actions menées
en collaboration avec des structures, des collectivités ou autorités territoriales étrangères,
celui de « décentralisée » définit le niveau et le mode de cette coopération, c’est-à-dire celui
des collectivités ou autorités territoriales de pays différents pour des initiatives d’intérêt
public local (BONDO M. et BALIKWISHA NYONYO M. 2013).
1
http://aitec.reseau-ipam.org/spip.php?article381
2
http://aitec.reseau-ipam.org/spip.php?article381
13
Ainsi, la coopération décentralisée peut être perçue comme cette pratique d'échanges
internationaux faisant intervenir des collectivités et associations locales, des organisations
non-gouvernementales, des administrations centrales, des groupes d'intérêts, des entreprises,
etc.
En clair, dans le cadre de cette problématique, l’approche de la coopération décentralisée
accorde une importance particulière au statut public des acteurs et aux objectifs. C’est la
coopération entre des collectivités territoriales de pays développés et leurs homologues
étrangères de pays généralement en développement et du reste du monde dans les différents
domaines. C’est cette forme de coopération entre le Nord et le Sud qui fait l’objet de notre
recherche. L’articulation entre les deux notions de « coopération » et de « décentralisation »
ouvre donc des perspectives nouvelles qui dépassent leur acception classique :…