Foucault Memoire

download Foucault  Memoire

of 78

Embed Size (px)

Transcript of Foucault Memoire

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    1/78

    Direction des bibliothques

    AVIS

    Ce document a t numris par la Division de la gestion des documents etdes archives de lUniversit de Montral.

    Lauteur a autoris lUniversit de Montral reproduire et diffuser, en totalitou en partie, par quelque moyen que ce soit et sur quelque support que cesoit, et exclusivement des fins non lucratives denseignement et derecherche, des copies de ce mmoire ou de cette thse.

    Lauteur et les coauteurs le cas chant conservent la proprit du droitdauteur et des droits moraux qui protgent ce document. Ni la thse ou lemmoire, ni des extraits substantiels de ce document, ne doivent tre

    imprims ou autrement reproduits sans lautorisation de lauteur.

    Afin de se conformer la Loi canadienne sur la protection desrenseignements personnels, quelques formulaires secondaires, coordonnesou signatures intgres au texte ont pu tre enlevs de ce document. Bienque cela ait pu affecter la pagination, il ny a aucun contenu manquant.

    NOTICE

    This document was digitized by the Records Management & ArchivesDivision of Universit de Montral.

    The author of this thesis or dissertation has granted a nonexclusive licenseallowing Universit de Montral to reproduce and publish the document, inpart or in whole, and in any format, solely for noncommercial educational andresearch purposes.

    The author and co-authors if applicable retain copyright ownership and moralrights in this document. Neither the whole thesis or dissertation, norsubstantial extracts from it, may be printed or otherwise reproduced withoutthe authors permission.

    In compliance with the Canadian Privacy Act some supporting forms, contactinformation or signatures may have been removed from the document. Whilethis may affect the document page count, it does not represent any loss ofcontent from the document.

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    2/78

    Universit de Montral

    Ressources critiques de l'analytique du pouvoir chez Foucault

    parThomas Dussert

    Dpartement de philosophieFacult des tudes suprieures

    Mmoire prsent la Facult des tudes suprieuresen vue de l'obtention du grade de matriseen philosophieoption enseignement au collgial

    avril 2007 Thomas Dussert, 2007

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    3/78

    IDENTIFICATION DU JURY

    UNIVERSIT DE MONTRALFacult des tudes suprieures

    Ce mmoire intitul:Ressources critiques de l'analytique du pouvoir chez Foucault

    prsent par :Thomas Dussert

    a t valu par un jury compos des personnes suivantes:

    Prsident-rapporteur

    Dietmar KvekerDirecteur de recherche

    Membre dujury

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    4/78

    RESUM :Ce mmoire tente de restituer la question de la critique chez Foucault, telle

    qu'elle apparat dans deux textes: Qu'est-ce que la critique? (QC) de 1978 etQu'est-ce que les lumires? (QL) de 1984. Foucault dfinit la critique en relationet en dcalage avec la Critique kantienne, comme une procdure de mise enintelligibilit des conditions historiques de possibilit de la connaissance. Cetteprocdure relve la fois de l'histoire, puisqu'elle traite les discours comme desvnements et tente de restituer les effets qu' ils ont eu en tenne de pouvoir, et de laphilosophie, puisqu'elle se penche sur la question de la vrit en essayant de montrercomment des discours s'tablissent en discours de vrit travers des dispositifs depouvoir. C'est grce ce travail critique que Foucault veut clairer les liens quinouent le pouvoir, la vrit et le sujet.

    Je dresse d'abord un premier tableau de la question de la critique chezFoucault travers son invocation de la dfinition de Kant de l'Aujkliirung. Dans undeuxime temps, j'illustre sa mthode critique travers l'tude des recherches sur lagouvernementalit et le pouvoir scuritaire, puisque ces travaux prcdentimmdiatement QC et l'ont conduit y fonnuler sa procdure critique. Finalement,jem'intresse au dcalage qu'apporte QL par rapport QC, c'est--dire la question dutravail sur soi et de la libert, afin d'claircir le rapport de Foucault avecl'engagement politique.

    Mots-cls: critique, pouvoir, gouvernementalit, lumires.

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    5/78

    ABSTRACT:This thesis attempts to render the question of Critique in Foucault's thought

    through the study oftwo texts: Qu'est-ce que la critique? (QC), from 1978, and Qu'est-ce que les lumires? (QL), from 1984. Foucault defines critique both inrelation with and in contrast to Kant's Critique, as the procedure by which thehistorical conditions for aIl possible knowledge are made visible and intelligible. Thisprocedure pertains both to history-it considers any discourse or speech act as anhistorical event, and tries to render its effects in terms of power-and to philosophy-

    ,.'.,since it studies how the truth-value of discourses is established by means of powerstructures and apparatuses. Through his critical analysis;.Foucault wishes to explorethe relations between power, truth and the subject.

    1 begin by drawing an initial picture of Foucault's notion of critique throughhis appeal to Kant's defmition ofAufkliirung in QC and QL. -Next, 1 show how hisstudy of "governmentality" and modem power techniques is an illustrationof thecritical method he describes in QC (written immediately after his courses on

    govemmentality), as weIl as the path which led to its development. Lastly, 1 look atthe discrepancies between QC and QL-namely the opening.ofthe ethical field withthe questions of freedom and the self-in order to bring sorne understanding toFoucault's relationship to political engagement.

    Keywords : critique, power, governmentality, enlightenment.

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    6/78

    TABLE DES MATIERES:

    INTRODUCTION .................................................................................................. 1

    ***

    CHAPITRE 1 : Une procdure bistorico-pbilosopbigue .................................... 51.1 Critique et AufkUirung ..................... ......................................................... 5

    1.1.1 Les deux critiques de la modernit ................ ............................... 51.1.2 .Sapere Aude ...................................................................................61.1.3 L'usage universel, public et libre de la raison .. ........... ........... .. : ..71.1.4 Les rapports entre critique et Aujkltirung ..................................... 8

    1.2 La question de la critique cbez Foucault ................................................. 111.2.1 Entreprise critique et attitude critique .......................................... 111.2.2 Un procdure historico-philosophique ......................................... 121.2.3 Une preuve d'vnementialisation ....................................... 141.2.4 Quelles units ? .............................................................................151.2.5 Quelle causalit? ...........................................................................171.2.6 Archologie, gnalogie, stratgie ...............................................181.2.7 Intentionnalit sans sujet. ............................................................. 21

    * * *CHAPITRE 2 : La critique dans l'analytique du pouvoir disciplinaire ...........23

    2.1 Souverainet et discipline ......................................................................... 242.1.1 Contre les thories juridiques de la souverainet ........................ 242.1.2 Le triple pralable du sujet, de l 'unit et de la loi. ........................252.1.3 Les deux schmas: contrat-oppression ou guerre-rpression ..... .262.1.4 Limites de la grille de la discipline ..............................................28

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    7/78

    2.1.5 Moment critique ...........................................................................292.2 Scurit et population ............................................................................... 30

    2.2.1 Le problme des villes: la scurit et la population .....................302.2.2 Irruption de la vie dans le champ du pouvoir .............................. 332.2.3 La question de l'espace ...............................................................352.2.4 La question de l'alatoire ............................................................362.2.5 Normation et normalisation ...................................................3.9

    2.3 Les arts de gouverner ............................................................................... 402.3.1 L' anti-Machiavel. .........................................................................412.3.2 Du modle de la famille la gestion conomique ......................462.3.3 La gouvernementalit ....... ....................................................... .... 482.3.4 La gouvernementalisation de l'tat. .............................................50

    2.4 Gouvernementalit et pouvoir sur le vivant ...........................................51'* '* '*

    CHAPITRE 3 : Une ontologie cri tique de soi-mme ......................................... 543.1 L'art de n'tre pas tellement gouvern .................................................54

    3.1.1 Critique et gouvernementalit ....................................................563.l.2 Les limites franchir plutt que les limites respecter . ..... ..... .. 58

    3.2 L'ontologie critique de soi-mme ...........................................................613.2.1 La critique comme l'analyse de notre modernit .......................613.2.2 La critique comme travail sur soi. ...............................................62

    '* '* '*

    CONCLUSION .....................................................................................................65

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    8/78

    TEXTES DE FOUCAULT CITS EN ABRGS:QC Qu'est-ce que]a critique? , dans: Bulletin de la Socit franaise dePhilosophie, 84, n.2 (1990), pp. 35-63.QL Qu'est-ce que les lumires? , dans: DE II, pp. 1381-1397, texte n. 339.STP Scurit, territoire, population: cours au Collge de France (1977-1978),Seuil, 2004.DE Dits et crits, tome 1 : 1954-1975, Gall imard,2001.DE II Dits et crits, tome 2 : 1976-1988, Gallimard, 2001.

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    9/78

    Introduction.

    Dans l'introduction une anthologie de Michel Foucault, Frdric Gros propose

    l'hypothse que le fil rouge qui traverse son uvre est la question de la vrit. Il met enexergue cette citation: Et j'ai beau dire que je ne suis pas philosophe, si c'est tout de mmede la vrit que je m'occupe, je suis malgr tout philosophe 1. Dans Qu'est-ce que lacritique? 2, Foucault dit n'tre pas philosophe, mais ajoute qu'il est peine critique 3.Cette formulation, faite sous la forme d'une remarque anodine lors d'une allocution oraledevant la Socit Franaise de Philosophie en 1978, est un indice trs prcieux pourcomprendre le sens que le philosophe donnait son travail. Si l'on regarde de plus prs cequ'il mettait sous ce terme de critique, i l apparat qu'i l tait bien effectivement question devrit. Plus prcisment, il tait question du faisceau de rapports qui noue l'un l'autre, oul'un aux deux autres, le pouvoir, la vrit et le sujet 4. En ressaisissant ainsi la question de lacritique, Foucault voulait placer son entreprise dans une parent avec celle de Kant-c'est--dire, grossirement, en direction d'un certain travail de libration de la subjectivit vis--visdu dogmatisme. Cependant, j'aimerais essayer de montrer qu'il se rapproche moins du Kantpre de la Critique que du philosophe de l'Aujkliirnng, celui qui lana l'appel au courage desavoir afin de majorer l'humanit. Bien entendu, cette distinction entre le Kant des Critiqueset celui du Was ist Aujkliirung ne peut pas tre maintenue sans violence-la critique est letravail qu'invite l'appel l'autonomie face l'autorit du savoir, puisque pour se majorer,l'homme doit dcouvrir ce qui dtermine et limite ses capacits de connaissance. Mais c'estprcisment dans cet espace de travail sur la question des limites que les deux philosophes se

    1 D.. Il , pp. 30-31, cit dans: Michel Foucault, Philosophie--anthologie (anthologie prsente et tablie parArnold Davidson et Frdric Gros) ; Gallimard, 2004.2 Qu'est-ce que la critique? , dans: Bulletin de la Socit franaise de Philosophie, 84, n.2 (1990), pp. 35-63.3 QC, p. 41.4 QC, p.39.

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    10/78

    retrouvent, l'un pour empcher que la raison ne les dpasse, l'autre pour lui permettred'inventer de nouvelles possibilits. Dans les deux cas, il est question d'analyser le processusde constitution des individus en sujets de connaissance et de mettre en valeur ce qui dtermine

    l horizon de nos possibilits cognitives.Ce que je propose de faire ici, c'est de clarifier le sens de la critique pour Foucault.

    Pour ce faire, je vais m'intresser deux textes que je lirai en parallle, savoir Qu'est-ceque la critique? et Qu'est-ce que les lumires? 5. Ce sont les deux textes de Foucaultdans lesquels il trace un rapprochement entre le Was ist Aufkliirung de Kant et sa propredmarche mthodologique, qu'il nomme dans QC une procdure historico-philosophique ,et dans QL une ontologie critique de soi-mme . Ce premier texte est la retranscriptiond'une confrence donne en 1978 et publie seulement en 1991 dans le Bulletin de la SocitFranaise de Philosophie. Ayant chapp la publication des Dits et crits, ce petit texte-vnement est laI fois trs mconnu et d 'une importance capitale pour saisir l'orientation dutravail du philosophe et le sens qu'il lui donnait. Le deuxime texte, QL, est plus tardif etbeaucoup plus lu ; il a d'abord t publi en anglais l'anne de la mort de Foucaulfi, et enfranais seulement dix ans plus tard dans les Dits et crits. Outre leur appel au texte de Kantsur l'Aufkliirung, ces deux textes ont en commun de constituer des moments o Foucaultrflchit sur sa propre mthode ainsi que sur son rapport la critique. Il est tout fait notoirequ' chaque fois que Foucault prend du recul sur son propre travail, il parle de la critique et ilse rfre Kant, mais en prenant toujours soin de se distinguer justement des Critiqueskantiennes.

    Dans un premier temps, je clarifierai le lien que Foucault essaie de tracer avec Kant,particulirement dans son invocation de la rponse kantienne sur la question de l'Aujkliirung.C'est travers cette invocation que Foucault entend dfinir son approche critique qui est la

    5 Qu'est-ce que les lumires? , dans: D.E. II, pp. 1381-1397, texte n. 339.6 Dans: The Foucault Reader, Paul Rabinow (dir), New York, Pantheon Books; 1984.

    2

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    11/78

    cible. de mon tude. J'aimerais mettre en valeur tout particulirement la manire dont sonanalytique du pouvoir constitue une entreprise critique des discours subjectivant , c'est-dire des discours ayant une prtention de vrit et par lesquels nous sommes constitus en

    sujets de connaissance. En suivant la manire dont il dcrit sa propre procdure d'analysedans QC, j'essaierai de montrer d'une part de quelle manire celle-ci se rattache l'esprit del 'Aufkliirung par son projet de libration des sujets vis--vis des savoirs, et d'autre part sasingularit, ce qui la distingue de l'hritage de la philosophie critique et l'expose unecertaine vulnrabilit, tout en lui confrant une grande force critique.

    Dans un deuxime temps,je reviendrai en arrire dans les travaux de Foucault quiprcdent immdiatement son allocution de 1978 devant la Socit Franaise de Philosophiedurant laquelle il prsentait sa procdure historico-phiIosophique, afin d'en observerl'application mme ses recherches. Il y a plusieurs raisons pour pratiquer cette lecture reculons: tout d'abord, parce que QC apparat juste aprsqu'il eut donn une srie de courssur les questions de la gouvernementalit , des dispositifs scuritaires et du pouvoir surle vivant, c'est--dire aprs un certain tournant dans sa pense par rapport ce qu'il traitaitavant, savoir les analyses sur le pouvoir disciplinaire. Or, dans QC, il fait l'histoire de laquestion de la critique justement partir d'une rflexion sur la gouvernementalit, et il donneune premire dfinition de la critique comme contre-gouvemementalit. Ensuite, parceque les textes que je vais tudier sont ses cours au Collge de France, et que ceux-ciconstituent une chance de suivre le cheminement de son travail de recherche plutt que sonrsultat final. Ces textes sont trs diffrents de ses livres, dans lesquels la rdaction sert dfendre et dvelopper un certain nombre de thses dont l'laboration est antrieure lardaction. Dans les cours, les hypothses sont prsentes de manire trs provisoire, et ne sontpas tant dfendues qu'explores, ou exprimentes. Or, il est manifeste travers toute l'uvrede Foucault que la prsentation de l'exemple prcde toujours son utilisation en termes

    3

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    12/78

    d'universels et que la pratique est toujours place avant le recul thorique. Etant donn lachronologie des textes, je crois que QC peut tre considre comme une thorisation posteriori de la procdure qui tait en application dans les cours du Collge de France sur la

    gouvernementalit. Par consquent, il me parat tout fait judicieux d'inverser la mthodefoucaldienne et de prsenter ces textes comme des exemples de la procdure que j'auraiprsente dans la partie prcdente. En outre, ceci me permettra d'tudier une dimensionconcrte de l'analytique du pouvoir de Foucault, travers l'tude des questions du pouvoir surle vivant, des dispositifs scuritaires et de la gouvernementalit.

    Puis dans un troisime temps, je reviendrai sur la question de la critique en

    observant plus prcisment le deuxime texte dans lequel il invoque la rponse de Kant laquestion de l'Aujkliirung. La nouveaut de ce texte par rapport QC est qu' il reformule samthode dans la continuit du tournant thique de son travail (avec les deux derniers tomes deL 'histoire de la sexualit), en passant de la procdure historico-philosophique l'ontologie critique de soi-mme . En ce faisant, il se montre la fois plus proche du projetkantien-le travail sur les limites de la raison-et en dcalage avec une Critique de lalgitimit de la raison, puisqu'il s'agit pour Foucault de permettre la raison de dpasser sespropres limites et d'inventer de nouvelles possibilits de penser, de parler et de faire. Cedcalage dans QL nous apporte un certain nombre de cls pour comprendre le sens de sonengagement politique, ainsi que pour rpondre aux critiques qui lui ont t faites parHabermas et Taylor au sujet de l'impasse mthodologique qui menace sa pense. Maissurtout, il constitue une prcision dans la caractrisation du rapport de Foucault la questionde la critique, et un nouvel ensemble de prescriptions mthodologiques, c'est--dire deressources critiques en direction d'une analytique du pouvoir.

    * * *

    4

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    13/78

    Chapitre 1 : Une procdure historico-philosophigue.

    1.1 Critique et Aufkliirung.Les deux critiques de la modernit. Dans QL, Foucault fait une lecture du petit texte

    ponyme de Kant, Was ist Aujkltirung?, texte de 1784 qui rpondait une question ouvertepose par l'diteur d'un mensuel berlinois-question, nous dit Foucault au dbut de son texte, laquelle la philosophie moderne n'a pas t capable de rpondre, mais dont elle n'estjamais parvenue se dbarrasser " ajoutant mme que depuis la fin du XVIIIe sicle, ellen'a cess de se rpter de Hegel Horkheimer ou Habermas, en passant par Nietzsche ouMax Weber }}8. La thse de Foucault est que l 'Aujkltirung constitue un genre de pendant laCritique kantienne. Dans QC, il distingue une certaine attitude? critique qui est en dcalage lOpar rapport au projet critique, et il aborde la question de la critique dans des termes trssimilaires ceux dans lesquels il parle de la question de l 'Aufkltirung dans QL, c'est--direcomme un projet qui depuis le sicle des lumires ne cesse d'occuper la philosophie, maissans pourtant russir investir ce qui constitue positivement le travail de la philosophie elle-mme, en restant toujours dans une priphrie trs rapproche. En effet, la philosophie, depuisKant, se donne la tche de borner l'exercice de la raison l'intrieur des limites del'exprience, mais pourtant, corrlativement cette tche, la philosophie, ou un certain niveaude travail philosophique, a consist critiquer les abus de pouvoir de la rationalitpolitique 11. Un double projet critique semble ainsi s'tre engag dans la pense moderne:d'une part, un travail sur les limites de la raison, d'autre part, un travail sur les limites du

    1 QL. p. 1381.S Id.9 QC, p. 36.IQ QC, p. 41.11 Omnes et singulatim , D.E. II. p.954.

    5

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    14/78

    pouvoir. Or ce que fait Foucault avec sa lecture du Was ist Aujkliirung de Kant, c'est allerretracer chez le fondateur de la Critique, celle de la raison, celle qui a constitu le pointd'entre dans la modernit philosophiquel 2, le point de charnire entre la critique

    transcendantale et la critique historique, entre ces deux faces de la modernit philosophique.Sapere Aude. Or, c'est justement dans le texte de Kant lui-mme qu'il situe ce

    passage, et c'est l toute l'audace de sa lecture de Kant. Suivons quelque peu ce que Foucaultfait avec ce texte: il rappelle d'abord que Kant y dfinissait l'Aujkliirung, c'est--dire pour luiet ses contemporains, leur prsent, l'poque dans laquelle ils vivaient, comme une sortie d'untat de minorit; il fait alors remarquer que cette faon d'aborder la question de son propre

    prsent est tout fait singulire puisqu'elle n'engage aucun processus historique ougnalogique l'issu duquel, ou l'aube duquel il se situerai t: ni un ge du monde auquelon appartient, ni un vnement dont on peroit les signes, ni l'aurore d'unaccomplissement 13. La caractrisation que Kant fait du prsent dans lequel il vit se fait endehors de toute rfrence une autre poque mais s'inscrit dans une rflexion sur la pureactualit du prsent: l homme est dans un tat de minorit, et il doit en sortir. Par ailleurs,l'homme est lui-mme responsable de cet tat de minorit; l 'Aujkliirung engage donc lavolont de l'homme face l'autorit. C'est la question de l'autonomie de la raison que Kantcherchait investir dans son texte, avec une invitation, une sorte d'invocat ion ou d'appel l'autonomie : sapere aude , ayez le courage de vous servir de votre entendement. Or laproposition de Kant pour majorer l'humanit repose sur une notion de libert tout faitsingulire, que Foucault rappelle dans sa lecture: Kant distingue l'usage public et l'usagepriv de la raison; et il dfinit ces deux termes peu prs en opposition avec leur acceptioncommune. L'usage priv de sa raison, c'est l'usage qu'on en fait en tant qu'on remplit unecertaine fonction dans l'ordre social. Par exemple, les prises de dcisions professionnelles

    12 C'est la thse de Les mots et les choses, cf. Les synthses objectives , pp. 256-261.13 QL, p. 1383.

    6

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    15/78

    selon la rationalit propre notre profession, selon ce qui est attendu de nous en tant que nouspratiquons telle profession, relvent d'un usage priv de la raison. Et par l'usage public, Kantentend celui que l'on en fait en tant que savant pour l'ensemble du public lisant 1\ c'est-

    dire l'usage de la raison sur une tribune publique, la prise de parole par un expert face. d'autres experts. Or, l'aspect tonnant de la proposition politique de Kant, du moinsde ce quien fait une proposition politique, c'est qu'il dit que l'usage priv de la raison doit treIimitle sujet; en tant qu 'il occupe un poste, en tant que fonctionnaire , au sens large, dans lasocit, doit obir-alors que l'usage public doit tre libre. Ainsi ce texte parat en quelquesorte sanctionner le projet politique de Frdric II, savoir d'un ct le dveloppement deslumires et de l'autre l'obissance civile.

    L'usage universel. public et libre de la raison. La libert de l'Auflklarer, c'estl'usage de sa raison en tant qu'il est membre d'une humanit raisonnable, c'est--dire en tantqu'il participe un projet collectif de dveloppement de la raison. Ce qui est tonnant dans ceprojet de libration, c'est qu'il n'est nullement question de la libert de conscience, celle-citant une libert individuelle qui ne correspond ni l'usage public, ni l'usage priv tels queKant les dfinit. Avec la manire dont Kant effectue cette distinction, la question del'autonomie ou de la libert se trouve projete sur un espace tout fait insolite: il ne s'agitpas simplement de la libert d'un individu isol, d'une conscience solitaire ou d'un cogitoahistorique et apolitique; mais il est tout de mme question d'individualit : Kant visel'autonomie des individus, et non pas la libration d'un peuple, d'un groupe ou d'une classe.Ensuite, puisque c'est l'usage publique de sa raison qui doit tre libre, l'enjeu de la libertprend une dimension politique nouvelle: c'est seulement dans une sphre publique, c'est-dire par notre vivre ensemble qu'on peut tre libre, et surtout qu'il importe de se librer.Une libert individuelle, donc, mais pas entendue comme une libert de conscience, purement

    14 Kant, Qu est-ce que I"Aujk/arung ?, p.77.7

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    16/78

    'r prive dans un sens plus traditionnel: une libert individuelle, dans la mesure o onparticipe de manire autonome des changes sur une scne publique avec d'autres individus.Enfin, l 'Aufkliirung comme projet de majoration des individus sur une sphre publique engage

    essentiellement l'usage de sa raison; et c'est l que ce projet vient rejoindre l'autre projetkantien, la Critique, dans la mesure o pour Kant, l'usage libre de la raison n'implique pasque l'on puisse penser comme on veut, que l'on raisonne sans borne, mais au contraire quel'on tablisse les limites universelles de toute pense possible. Ainsi la libration de l'individuen tant que membre d'une humanit raisonnable passe par la recherche d'une universalit, devrits universelles. Il y a donc trois plans: le plan individuel de la libert, le plan collectif del'usage public de la raison, et le plan de l'universel ou le projet de dveloppement d'uneraison permettant d'arriver des vrits universelles. Et la dfinition de l 'Aufkliirung de Kantest, selon Foucault, la superpos ition de ces trois plans: Il y a Aufkliirung lorsqu'il y asuperposition de l'usage universel, de l'usage public et de l'usage libre de la raison 15.

    Les rapports entre Au(kliirung et Critique. En ressortant ce texte un peu mineurde Kant, Foucault cherche dfinir un certain travail critique qui n'est pas vraiment endiscontinuit avec la Critique kantienne, mais plutt en dcalage avec elle. En effet, ilsouligne dans QL le lien entre l'article de Kant et les trois Critiques, et ce lien nous permet demieux comprendre ce qu'il fait dans l'autre texte sur le mme sujet, QC. Ce lien entrel 'Aufkliirung et les questions critiques de ce qu'on peut connatre, de ce qu'on doit faire et dece qu'on peut esprer, c'est que la question des limites de la raison se pose justement aumoment o il s'ag it d'en faire un usage universel, public et libre: la lgitimit de l'usage de laraison est ce qui garantit son autonomie, et inversement l'autonomie de la raison estncessaire pour tablir la lgitimit des connaissances:

    C'est un usage illgitime de la raison qui fait natre, avec l'illusion, le dogmatisme etl'htronomie; c'est en revanche lorsque l'usage lgitime de la raison a t clairement dfini

    15 QL, p. 1385.8

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    17/78

    dans ses principes que son autonomie peut tre assure. La Critique, c'est en quelque sorte lelivre de bord de la raison devenue majeure dans l 'Aujklarung ; et inversement, l'Aujklirung,c'est l'ge de la Critique 16,

    Foucault donne donc ce texte une importance programmatique beaucoup plus grande

    que la tradition philosophique ne lui a donn, puisqu'il lie de manire assez profonde chezKant la question politique de la libert de l'usage public de la raison, c'est--dire la questionde l'autonomie de la pense face l'autorit--donc la question du rapport entre pouvoir etsavoir-et la question de la lgitimit de la connaissance et des limites de la rationalit. Ensoulignant ce lien, Foucault ouvre la possibilit d'une lecture de son travail dans une parentavec la Critique kantienne. En e.ffet, Foucault s'intresse aux liens entre les contenus deconnaissance et les relations de pouvoir qui les tablissent, les maintiennent ou lestransforment, et aux effets de constitution, par ces relations de pouvoir, de sujets de savoir. Orsi on lit Was ist Aujkliirung comme le fait Foucault, on peut montrer que pour Kant aussi, iltait avant tout question du rapport entre le savoir et le pouvoir: si il appelait une librationde l'usage public de la raison, c'est que ce qu'il nous est possible de dire est limit par desstructures de pouvoir. Le dogmatisme chez Kant aurait ainsi la mme valeur que les discoursdominants et assujettissants chez Foucault.

    Dans QC, il trace plus lairement le lien entre ce que Kant dfinit commel 'Aujkliirung et ce que lui, Foucault, veut faire tomber sous le terme de critique: il essaye dedgager un sens de la critique comme attitude Ge reviendrai sur ce terme ultrieurement), et ildit que cette attitude critique peut se dfinir exactement comme Kant dfinit l'Aujkliirung17Mais alors, comment se distingue l'attitude critique foucaldienne de l'entreprisecritique kantienne? C'est ici qu'il faut lire ensemble QC et QL : dans ce dernier, commenous l'avons vu, il disait que l'Aujkliirung rendait la Critique ncessaire, puisque cettedernire devait assurer que l'usge qui tait fait de la raison tait un usage lgitime. C'est:-

    16 QL, p. 1386.17 QC, p. 40.

    9

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    18/78

    (1

    dire qu'une fois l'humanit majore, la Critique devait entrer enjeu pour tracer les limites dela raison lgitime; mais en mme temps, corrlativement, ou inversement, c'est l'usagelgitime de la raison qui permet de sortir de l'tat de minorit. Il y a donc deux termes dans un

    rapport trs troit: lgitimit et autonomie, et c'est le je u de ces deux termes qui est impliqudans la faon dont Foucau lt dfinit ce qu'il entend par critique par rapport ce que Kant enfait. Dans QC, il dcrit le rappor t entre Critique et Aufkliirung chez Kant en disant que laCritique n'est pas seulement la tche qui dcoule de l'impratif de la connaissance, de l'appelau courage de savoir (Sapere aude), mais que c'est aussi un pralable la ralisation del'Aufkliirung: c'est seulement lorsqu'on aura tabli les limites de la raison qu'il sera possiblede deveni r majeur. Kant effectue donc selon Foucault un genre de dcalage entre Critique etAufkliirung, en posant la Critique comme pralable la libration de la raison.

    par rapport l'Aufkliirung, la critique sera aux yeux de Kant ce qu'i l va dire au savoir: sais-tubien jusqu'o tu peux savoir? Raisonne tant que tu veux, mais sais-tu bien jusqu'o tu peuxraisonner sans danger? La critique dira, en somme, que c'est moins dans ce que nousentreprenons que dans l'ide que nous nous faisons de notre connaissance et de ses limites, qu'ily va de notre libert [ . .]. Kant a fix la critique, dans son entreprise de dsassujettissementpar rapport au jeu du pouvoir et de la vrit, comme tche primordiale, comme prolgomne toute Aufkliirung prsente et future, de connatre la connaissance. 18Ceci, je crois, est trs important. Car une des thses de Foucault dans QC est que l'histoire dela philosophie moderne a beaucoup plus permis le dveloppement de la question de la critiqueque celui du projet de l'Aujkliirung, c'est--dire que la question de l a lgitimit desconnaissances et de l'usage de la raison a clips le projet de majoration, ou plutt s' y estsubstitue, comme si la philosophie avait accept l'ide (que Foucault attribue Kant) qu'ilfallait pralablement l a ralisation de l'Aujkliirung, tablir la lgitimit de la connaissance.

    Or, si l'on met en perspective ce qu'il dit des rapports entre la Critique et l'Aujkliirung dansces deux textes, cela donne un schma intressant: d'un ct, il y a un lien trs troit, unesorte de fusion entre les deux projets- La Critique, c'est en quelque sorte le livre de

    18 QC, p. 41.10

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    19/78

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    20/78

    o elles s'effectuaient dans le cadre de leur profession-en effet, le mtier de philosophe aceci de particulier qu'il y a chez lui superposition de l'usage priv et de l'usage public de laraison, la fonction du philosophe tant justement de raisonner publiquement. Ensuite,l'effet d'appel qui est la fois un effet d'cho au texte de Kant, c'est qu'il commence sontexte en disant qu'il veut caractriser la critique comme une attitude, et comme une attitudequi s'apparente la vertu20 ; et c'est cette cractrisation dont il dira ensuite qu'el le est peuprs la mme que la dfinition que Kant donnait de l'Aujkliirung. Or, ds le dbutdu texte deKant, il apparente l 'Aujkliirung une vertu, au moins ngativement, en disant que ce quimaintient les hommes dans l' tat de minorit, c'est la paresse et la lchet 21. Foucaultessaye de se rapproprier l'appel au courage de savoir que Kant a lanc en 1784, et v i s - ~ v i sduquel l'entreprise critique, le travail sur les limites de la connaissance, a pris le dessus. Il y adonc dans l'allocution de Foucault, un dsir d'isoler du projet kantien un certain sens de lacritique, tout en restant prs de Kant comme j'ai essay de le montrer plus haut; et i l excutecette manuvre grce la distinction entre entreprise critique et attitude critique. Cetteattitude, c'est un certain rapport au pouvoir dans le jeu du savoir et de la vrit--donc quelquechose qui n'est pas non plus totalement tranger la Critique kantienne. Cependant elle s'endistingue par le fait qu'el le n'est pas une enqute transcendantale sur les conditions depossibilit de la connaissance en gnrale, mais une enqute empirique sur les effets depouvoir des contenus de savoir et sur les structures qui les tablissent, les renforcent et lesmaintiennent en place.

    Une procdure historico-philosophique. Ce que Foucault vise avec l'laborationd'une distinction entre attitude et entreprise critique, et sa lecture de l'histoire de l'hritage deKant (l'ide d'un dcalage opr par Kant entre Critique et Aujk/iirung), c'est la dfinitiond'un horizon de travail et d'un champ d'investigation qui se rapproche de la proposition

    20 QC, p. 36.21 Kant: Qu'est-ce que /'Aufk/arung?, p.74.

    12

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    21/78

    politique de Kant dans Was ist Aufklirung ?, qui est aussi un travail critique, donc un certaintravail sur les limites des conditions de possibilits de la connaissance, mais qui se distinguede l 'hritage kantien au niveau de la procdure d'analyse. Dans QC, Foucault propose

    l'hypothse selon laquelle depuis Kant, et cause du fait qu'il a dfini l'entreprise critiquecomme un pralable la libration des savoirs, la manire dont la critique en gnral a tmene a toujours plus ou moins impliqu un travail sur la lgitimit des connaissances :lorsqu'on questionne les limites de la raison depuis la fin du XVIIIe sicle, on l'interroge surses abus, on cherche dterminer partir de quel point la raison a bascul dans l'erreur,l'illusion, l'idologie, la fausse reprsentation, etc. Et c'est ici que Foucault introduit saproposition: plutt que de chercher les abus de pouvoir de la raison dans un partage en vrai eten faux, en lgitime et en illgitime, il propose d'interroger la raison partir des relationsentre savoir et pouvoir, c'est--dire partir des liens entre les contenus de connaissance etleurs effets de coercition. Il s'agit de montrer comment les effets de coercition et les contenusde connaissance se renvoient les uns aux autres pour constituer quelque chose comme une

    .rationalit-non pas la rationalit, mais une rationalit, c'est--dire une certaine conomie dela vrit l'intrieur d'un champ de connaissance, une faon de faire le partage en vrai et enfaux propre un champ discursif donn. Cette tude permet ainsi de montrer comment lesdiffrents discours (le discours scientifique, ou plutt les diffrents types de discoursscientifiques, le discours sur la politique, le discours historique, le discours psychanalytique,etc.) ne renvoient pas tous une rationalit qui leur serait transcendante et qui les rendraienttous possibles en leur fournissant un cadre gnral de validit et de lgitimit, mais qu'aucontraire chacun produit une rationalit historiquement dtermine, et dont l'analyse quepropose Foucault aurait la tche de montrer la spcificit. Ce projet est celui d'une certaineenqute la fois historique et philosophique, sans tre jamais ni vraiment de l'histoire ni nonplus de la philosophie. Cette enqute n'interroge pas le partage en vrai et faux partir d'une

    13

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    22/78

    lgitimit transcendantale, ou en proposant la possibilit d'une correction des erreurs et d'unerparation de l'illgitimit de la connaissance; elle part au contraire des structures de pouvoirqui rendent possible, acceptable, un certain partage en vrai et en faux, une poque donne,

    dans un champ de connaissances prcis, dans une rationalit historique dtermine. Cetteenqute est philosophique en ceci qu'elle se pose la question de la vrit; elle est historiqueen ceci qu'elle interroge des vnements. Et c'estdu ct des effets des vnements qu'el lerecherche comment le partage en vrai et en faux s'est tabli, c'est--dire comment laconnaissance a t rendue possible historiquement.

    Une preuve d'vnementialisation . Foucault propose donc une autre procdurepour mettre en question l'usage politique de la raison, une procdure qui n'en fait pas le procs 22, c'est--dire qui ne part pas de l'ide que la raison est coupable d'abus de pouvoir,qu'elle a dpass ses limites lgitimes, mais plutt une procdure qui constitue ce qu'ilappelle une preuve d'vnementialisation 23. En observant la faon dont il qualifie cetteprocdure, il nous est possible de reconstruire le programme mthodologique que Foucault sedonne. Tout d'abord, l'preuve d'vnementialisation, c'est--dire cette procdure historico-philosophique, ne prend pas la raison dans son ensemble comme un objet homogne l'intrieur duquel il serait possible d'tre du ct de l'erreur ou de la vrit, indpendammentdu type de discours que l'on dploie. Il n'y a pas la rationalit, mais des rationalits; laprocdure historico-philosophique de Foucault effectue des dcoupages de la raison: elleisole un domaine d'application d'une certaine rationalit et repre les conditionsd'acceptabilit du discours l'intrieur de ce domaine-maladie, folie, enfermement,sexualit, etc. Le dcoupage de la raison en zones de rationalit locales a pour but demettre en valeur des liens entre des contenus de connaissance et des techniques de coercitionqui se jouent l'intrieur d'une pratique donne, c'est--dire comment d'une part un champ

    22 Omnes et singulatim, D.E. 1/, pp. 954-955 ; Le sujet et le pouvoir , D.E. Il, p. 1044.23 QC, pp.47-48.

    14

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    23/78

    rationnel tablit un partage entre les connaissances acceptables et inacceptables en s'appuyantsur des techniques de coercition, et comment d'autre part un mcanisme de pouvoir ne peut sedvelopper qu' l'intrieur d'une rationalit, d'un systme de savoir ayant une certaine

    cohrence. Aussi; ce dcoupage a pour fonction de faire valoir la question de la vrit nonplus en rfrence une rationalit transcendantale, c'est--dire une lgitimit intrinsque dela connaissance, mais en rfrence aux procdures de coercition auxquels elle se lie. End'autres termes, avt:c ces dcoupages, il s'agit d'engager une critique quine cherche plus fonder la lgitimit de la connaissance, mais en faire ressortir les conditions historiquesd'acceptabilit.

    Quelles units? Un premier problme qui se pose cette mthode est la question dudcoupage lui-mme: selon quelle loi s'effectue-t-i1, quel est le principe d'unit qui permetd'isoler la folie, la prison, la sexualit comme des domaines l'intrieur desquels se dploieune rationalit qui leur est propre? Dans QC, i l parle de prendre des ensembles d'lmentso l'on peut reprer en premire approche, donc de faon tout fait empirique et provisoire,des connexions entre des mcanismes de coercition et des contenus de connaissance 24. DansLe sujet et le pouvoir , il parle de domaines renvoyant une exprience fondamentale: lafolie, la maladie, la mort, le crime, la sexualit, etc. 25. Dans QL, il parle de l'tuded'ensembles pratiques 26. La question de l'unit de ces ensembles se pose d'emble, etFoucault en est bien consciene 7 Et je crois qu'il s'en dfend par un raisonnement qui peutparatre quelque peu circulaire, du moins un raisonnement ayant une certaine'tension: l'preuve d'vnementialisation a pour objectif de faire apparatre les connectionsentre des effets de coercition et des contenus de connaissance, c'est--dire qu' il s'agit demontrer comment des discours ont t rendus acceptables comme discours vrais dans un cadre

    24 QC, p. 48.2S Le sujet et le pouvoir , D. E. Il, p. 1044.26 QL, D.E. II. p. 1395.27 QC, p. 49.

    15

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    24/78

    rationnel prcis et une poque donne, et comment leur acceptabilit s'est impose par desstratgies de pouvoir, des mcanismes induisant certains comportements discursifs et endisqualifiant d'autres. Donc, au niveau de l'exprience, les conditions d'acceptabilit dudiscours sont rendues invisibles par l'habi tude e t la familiarit (et c'est cette opacit desmcanismes de pouvoir que la critique de Foucault veut dissiper). Mais au niveau del'analyse, il n y a aucune lgitimit a priori des liens entre les discours et leur acceptab ilit:si l'on utilise la catgorie de l'tat dans la critique de la rationalit politique, cela ne va pas desoi; si l'on utilise le concept de rpression}} et de libration dans l'histoire de lasexualit, cela ne va pas de soi non plus; si l'on utilise les catgories de classes sociales ,de lutte des classes , etc., cela ne va pas de soi. C'est donc du mme geste que l'preuved'vnementialisation tente de mettre en lumire des liens entre pouvoir et savoir, entremcanismes de coercition et contenus de connaissance, et de montrer comment les unitstoutes donnes ont t imposes par des techniques de coercition. Afin de raliser cette doubletche, la critique doit effectuer des dcoupages, choisir des domaines qui montrentl'incongruit de ce que l'habitude nous a rendu familier:

    Dgager les conditions d'acceptabilit d'un systme et suivre les lignes de rupture qui marquentson mergence, ce sont l deux oprations corrlatives. [ .. ] Le reprage de l'acceptabilit d'undomaine est indissociable du reprage de ce qui le rendait difficile accepter: son arbitraire enterme de connaissance, sa violence en terme de pouvoir, bref, son nergie. Donc, ncessit deprendre en charge cette structure pour mieux en suivre les artifices.28Ce travail historique est un travail sur les vnements qui ont constitu ces connexions entreun contenu de connaissance et un procd de coercition. Ceci explique pourquoi le choix desdomaines tudis par Foucault peut paratre parfois arbitraire; ceci explique aussi pourquoi ce

    choix est toujours fait de faon tout fait empirique et provisoire , puisque le dcoupagerpond une certaine exprience des procds de coercition, et que le dploiement del'analyse permet d'affiner les connexions existantes, de montrer comment certains domaines

    28 QC, p. 50.16

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    25/78

    de rationalit se rattachent d'autres. Si l'on suit le cheminement de la recherche de Foucaultdepuis La naissance de la clinique jusqu' ses travaux sur la gouvernementalit, la sexualitet le bio-pouvoir, je crois qu'on peut voir qu'il s'agit d'un travail en cours dont les connexions

    sont engendres par les dcouvertes faites au fur et mesure, ainsi que par l'exprience deslimites d'un dcoupage donn (ainsi par exemple du passage de l'analyse des techniquesdisciplinaires l'analyse des dispositifs scuritaires dont je parlerai dans mon prochainchapitre).

    Quelle causalit? La deuxime difficult qui pse sur cette procdure historicophilosophique dcoule du fait qu'elle aborde les vnements comme des singularits pures,qu'elle rsiste la tentation d'en faire des universaux. La pratique historique qui est engagepar cette procdure n'implique pas de suivre le cheminement causal de son objet. Elle prendau contraire son objet-les discours qui se rclament d'une rationalit---comme desvnements; mais entre ces vnements, Foucault n'essaye pas de montrer qu'il existe desrelations de causalit comme il peut y en avoir entre des vnements historiques. C'est cerapport particulier la causalit et la singularit des vnements qui expose la mthodecritique une essentielle fragilit. Selon lui, les explications valeur causale rpondenthabituellement trois critres29 : elles recherchent une cause profonde, quelque choses'approchant le plus possible d'un universel (facteurs conomiques, dmographiques,culturels, etc.) ; elles essayent de fournir une explication pyramidale, pointant vers l'unitd'une cause ayant une descendance mult iple ; elles tendent vers la dtermination causale, versl'explication se rapprochant le plus possible de la ncessit. Or, la procdure historicophilosophique qu'engage Foucault s'oppose point point cette triple exigence de causalit:elle cherche d'abord restituer la singularit de son objet, sans jamais la rapporter ununiversel; elle restitue la multiplicit des conditions d'apparition de la singularit qu'elle

    29 QC, pp. 50-51.17

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    26/78

    dcrit plutt que de donner une cause pyramidale ayant eu des effets multiples; enfin ellemontre, par la multiplicit des conditions d'apparition d'une singularit, comment l'ensembled'vnements qui ont engendr une disposition particulire sont en quelque sorte sous-dtermins, et non pas du tout ncessitants. Il s'agit donc, avec cette procdure qui tente derendre visible la singularit d'un objet, d 'engager une critique du principe de causalit: il nes'agit pas de chercher une cause unique dterminant une multiplicit d'effets, mais de montrerau contraire un rseau causal multiple ayant engendr une situation unique et singulire:

    Par opposition une gense qui s'oriente vers l'unit d'une cause principielle lourde d'unedescendance multiple, il s'agimit l d'une gnalogie, c'est--dire quelque chose qui essaie derestituer les conditions d'apparition d'une singularit partir de multiples lmentsdterminants, dont elle apparat non pas comme le produit, mais comme l'effet. lo

    Archologie, gnalogie, stratgie. Cette procdure historico-philosophique dontFoucault donne le programme dans QC s'articule autour de trois ples qu'il caractrisesuccessivement: archologie, gnalogie, stratgie. Ces trois niveaux d'analyse n'enconstituent pas trois moments successifs; ils sont ncessairement simultans l l . Je croisqu' il est intressant de relever comment il les dcrit, d'abord parce que ce sont des termes qui

    ont longtemps habit l'uvre de Foucault, ensuite parce que ce qu' il en dit nous offre unechance indite d'avoir une vision quelque peu gnrale de son travail.

    Archologie: dans sa procdure d'analyse, le niveau de l'archologie constitue, dansl'tude d'un ensemble thorique donn--c'est--dire d'un systme de savoir -pouvoir-l' effortde ce que Foucault appelle le ressaisir dans sa positivit 32, Par cette expression, il veut direque dans l'analyse historique d'un discours, d'une pratique, d'une institution impliquant oureposant sur un certain partage en vrai et en faux, il n'est nullement question de poser laquestion de la validit de ce partage, mais de tenter de le restituer dans le jeu de savoir-

    30 QC, p. 51.li QC, p.52.J2 QC, p.49.

    18

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    27/78

    pouvoir qui dcoule du partage lui-mme, c'est--dire en remontant du fait qu'il estobservable jusqu'au fait qu' il est acceptable au moment et dans le contexte dans lequel il l'est.En procdant ainsi, il perd un certain niveau de pertinence de la Critique qui lui permettait unevalidation normative des discours--et c'est quelque chose qui lui a t longtemps reproch-mais au profit d'une grande sensibilit pour l'historicit de la normativit, pour la dimensioncontingente d'un partage en vrai et en faux. Par exemple, lorsqu'il dcrit le supplice deDamiens, puis qu'il le met en contraste avec les dispositifs disciplinaires du XVIIe sicle dansSurveiller et punir, il ne prend jamais le point de vue de l'universel, ni pour juger les pratiquespunitives pratiques au Moyen-ge, ni pour les comparer en termes de vrit, ou de degr dejustification, face la douceur des peines en vigueur un sicle plus tard. C'est prcisment ceque lui reproche Taylm33 , cependant cette faon de procder lui permet de mettre en valeurcomment l'acceptabilit d'une pratique, d'un discours sur la ralit, n'est pas acceptable envertu de caractristiques qui lui sont intrinsques, d'une plus grande justice ou d'une plusgrande vrit de leur part, mais plutt comment cette acceptabilit est produite par unensemble de procdures qui induisent des comportements et des discours, c'est--dire par desdispositifs de pouvoir.

    Gnalogie: c'est le terme qu' il utilise pour exprimer l'xigence de causalit de saprocdure historico-philosophique. Faire l'histoire d'un ensemble pratique ou discursif, seloncette procdure, implique d'en restituer la singularit partir de la multiplicit des lmentsqui l'ont dtermin. Faire la gnalogie d'un dispositif de savoir-pouvoir engage en montrerles conditions d'apparition, mais sans pour autant chercher dmontrer son invitabilit, ou sadtermination causale. Au lieu de remonter vers une source unique expliquant l'apparitiond'une srie de phnomnes, Foucault veut rendre la singularit d'un phnomne dans lamultiplicit de ses facteurs dterminants. Il est bien entendu qu'en utilisant le terme de33 cf. Charles Taylor, Foucault, la vrit, la libert , pp. 87-90 (in D.C. Hoy (dir.), Michel Foucault. Lecturescritiques).

    19

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    28/78

    gnalogie, il fait appel l'hritage philosophique nietzschen-et sur ce point, la gnalogiefoucaldienne se rapproche d'un travail diagnostic, qui cherche les causes multiples d'un malsingulier---cependant, l'approche de Foucault ne se veut pas mdicale : il s'agi t avant tout

    de mettre en visibilit des vnements, des dispositifs de pouvoir et des configurations desavoir. Cette exigence vis--vis de la causalit entrane dans ses recherches gnalogiques desexposs caractre trs descriptif, sans le relief propre une explication causale. Ceci peutcauser un certain malaise au lecteur, et un sentiment d'insatisfaction face un discours qui la fois est historique, sans non plus tre simplement de l'histoire.

    Stratgie: la gnalogie fait apparatre des ensembles savoir-pouvoir, c'est--dire

    des liens entre des contenus de connaissance et des dispositifs de pouvoir qui les tablissenten discours de vrit. Elle tente de rendre des singularits comme les effets des discours, etcela va se passer travers la mise en visibilit de relations. De ces relations, Foucault dit deuxchoses34 : premirement, que puisqu'elles s'appuient en grande partie sur des relationshumaines, elles comportent ncessairement un degr d'incertitude; elles ne sont pasdtermines par les objets eux-mmes, par la nature des choses . De la mme manire quechez Kant, c'est la subjectivit qui dtermine la connaissance des objets, on pourrait dire quechez Foucault, c'est en quelque sorte l'intersubjectivit qui, par le jeu des structures desavoir-pouvoir, tablit des discours de vrit sur des contenus de connaissance.Deuximement, ces relations forment un rseau-le rseau causal que la gnalogie cherche mettre en lumire-et ne sont pas un plan unique et statique sur lequel l'ob jet d'analyse peuttre rendu. Plus prcisment, toutes les relations qui entrent dans la mise en place d'unestructure de pouvoir sont multiples et non centralises, de sorte que les jeux de stratgie nesont jamais compltement centrs autour d'un sujet, d'un acteur, d'une intention. Les relationspeuvent au contraire s'appuyer les unes sur les autres, rcuprer ou se faire rcuprer par des

    34 QC, p.51.20

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    29/78

    lments appartenant d'autres ensembles stratgiques, si bien qu'il est rarement possible dedterminer un noyau unique et statique du pouvoir. Il faut au contraire essayer de faireressortir toute la complexit et l'imprvisibilit des relations afin de rendre compte avecjustice de la singularit des effets.

    Ce sont des relations qui sont en perptuel dcrochement les unes par rapport aux autres. Lalogique des interactions, un niveau donn, joue entre des individus pouvant la fois garder ses(sic) rgles et sa spcificit, ses effets singuliers tout en constituant avec d'autres lments desinteractions qui se jouent un autre niveau de sorte que, d'une certaine faon, aucune de cesinteractions n'apparat ou primaire ou absolument totalisante. Chacune peut tre replace dansun jeu qui la dborde; et inversement aucune, aussi locale qu'elle soit, n'est sans effet ou sansrisque d'effet sur celle dont elle fait partie ou qui l'enveloppe.3sIl n'y a pas de centre de la stratgie, il n'y a que des interactions qui se recoupent, serejoignent, s'appuient les unes sur les autres, se rcuprent, etc. ; ce n'est pas une sorte decomplot qui tablit tel ou tel dispositif de pouvoir, mais un jeu stratgique complexe qui doittre intgr aux analyses gnalogiques et archologiques. Cela ne signifie par pour autantqu'il n'y a pas de stratgie ni d'intentionnalit, et que les structures de pouvoir sont le purproduit du hasard des choses-tout au contraire, il y a de l'intentionnalit, et la stratgie estcentrale dans la procdure d'analyse que Foucault propose; cependant les jeux de stratgie,lorsqu'ils sont rendus dans toute leur complexit et leur imprvisibilit, ne dvoilent pasncessairement un sujet comme le foyer de l'intentionnalit.

    Intentionnalit sans sujet. Dans La volont de savoir, il parle des relations depouvoir comme tant la fois intentionnelles et non subjectives 36 . leur sujet, il expliquececi :

    Si, de fait, elles sont intelligibles, ce n'est pas parce qu'elles seraient l'effet, en termes decausalit, d'une instance autre, qui les expliquerait , mais, c'est qu'eUes sont, de part en part,traverses par un calcul: pas de pouvoir qui s'exerce sans une srie de vises et d'objectifs.37

    On retrouve ici sa critique de la causalit explicative historique dont nous avons parl plushaut, mais il ajoute sa propre prescription mthodologique: on doit tenter de saisir les

    3S QC, p.51-52.36 La volont de savoir, p.124.37 id., pp. 124-125.

    21

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    30/78

    relations de pouvoir partir de la stratgie et de l 'intentionnalit qui les animent, les mettenten place, les renforcent et les dplacent. Puis il ajoute la prcision importante qui suit:

    Mais cela ne veut pas dire qu'il [le pouvoir] rsulte du choix ou de la dcision d'un sujetindividuel; ne cherchons pas l'tat-major qui prside sa rationalit; ni la caste qui gouverne, niles groupes qui contrlent les appareils d'Etat, ni ceux qui prennent les dcisions conomiquesles plus importantes ne grent l'ensemble du rseau de pouvoir qui fonctionne dans une socit(et la fait fonctionner); la rationalit du pouvoir, c'est celle de tactiques souvent fort explicitesau niveau limit o elles s'inscrivent--cynisme local du pouvoir-qui, s'enchanant les unesaux autres, s'appelant et se propageant, trouvant ailleurs leur appui et leur condition, dessinentfinalement des dispositifs d'ensemble: l, la logique est encore parfaitement claire, les visesdchiffrables, et pourtant, il arrive qu'il n y ait plus personne pour les avoir conues et bien peupour les formuler 38

    Il Y a donc bien sr de l'intentionnalit dans la formation des structures de pouvoir-et c'estmme la condition de sa Iisibil it-mais cela n'implique pas qu'il y ait un noyau du pouvoir.Il y a de la stratgie, mais pas de stratagme. Pas de stratagme possible, puisque le pouvoirest beaucoup trop diffus pour qu'il soit saisissable dans sa totalit par un individu ou ungroupe d'individus. En cherchant l'auteur des structures du pouvoir, le sujet qui les met et lesgarde en place, on perdrait le niveau de pertinence de l'analyse stratgique de Foucault-c'est--dire sa microphysique)} du pouvoir, qui permet de mettre en relief la mobilit de sesconfigurations. S'il n'y a pas de noyau du pouvoir-tat, corporations-il peut bien sr yavoir des foyers locaux, des zones o par des jeux stratgiques, on peut en quelque sortetrouver un surplus)} de pouvoir. Mais je crois que ce qui est particulirement pertinent dansla procdure d'analyse de Foucault, c'est la manire avec laquelle elle montre que le pouvoirn'est finalement pas cette chose que dtiennent certaines personnes et dont d'autres sontprivs, mais que c'est plutt quelque chose qui se passe au niveau des relations elles-mmes,et qui leur sont immanentes. Si l'issue d'une analyse des structures de pouvoir, il n'est paspossible d'identifier un sujet qui en serait le dtenteur ou le responsable, c'est parce que ceque constitue positivement le pouvoir est entirement compris dans les relations de pouvoir.Chaque sujet tant la fois constitu (comme sujet) par le pouvoir et un relais du pouvoir, il

    38 Id., p. 125 (mes italiques).22

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    31/78

    n'est pas possible de montrer quelle en serait la source-impossible, mais aussi dommageable la pertinence du niveau d'analyse qui rend les relations de pouvoir visibles et intelligibles.

    ***

    Chapitre 2 : La critique dans l'analytique du pouvoir disciplinaire.J'aimerais maintenant essayer de voir comment cette procdure historico-

    philosophique prend vie dans les recherches de Foucault. Pour ce faire, je vais regarder lescours qu'il a faits au Collge de France dans les deux annes prcdent la rdaction de QC, aucours desquels il a dvelopp une analyse des techniques de pouvoir modernes en tantqu'elles constituent un pouvoir sur le vivant. Ces analyses marquent une volution par rapport l'analyse du pouvoir disciplinaire, qu'il avait dveloppe jusqu' Surveiller et punir, et ledveloppement d'une nouvelle grille d'analyse des techniques de pouvoir qu'il nommerascuritaires, par opposition aux techniques disciplinaires. C'est la suite de ce travail sur lepouvoir sur le vivant, qui dbouche sur ses rflexions autour de la gouvernementalit ,qu'il thorise sa propre approche mthodologique dans QC. J'ai choisi d'observer ce passagede l'analyse du pouvoir disciplinaire celle du pouvoir scuritaire pour plusieurs raisons:tout d'abord, parce que les cours au Collge de France constituent une occasion d'observer letravail la fois minutieux et ttonnant de sa recherche. Ensuite, parce que Foucault mettoujours l' exemple avant la thorie, et l'application de la mthode avant son explicitation; orces recherches prcdent immdiatement son allocution devant la Socit Franaise dePhilosophie en mai 197839 , et je crois qu'il n'est pas sans intrt de voir comment ce textes'enchane sur les recherches qu'il venait d'effectuer. De plus, au dbut de QC, il prsente la

    39 Il a donn la dernire leon de STP le 5 avril 1978, et il a prononc QC le 27 mai. Entre temps, il effectua unvoyage au Japon pour une srie de rencontres et de confrences, notamment Sexualit et pouvoir (Dits etcrits II, texte n.233) et La philosophie analytique de la politique (Dits et crits II, texte n.232).23

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    32/78

    question de la gouvernementalit comme un [des] chemins possibles 40, en tout cas celuiqu'il choisit d'emprunter pour faire l 'histoire de l'attitude critique. C'est pourquoi je pensequ'il est tout fait appropri d'inverser ici la mthode foucaldienne, et d'essayer, en

    remontant travers ses recherches, de montrer l'application de la procdure qu'il a employ,puis thoris dans QC. En ce faisant, j'aimerais d'une part faire ressortir un pan concret del'analytique du pouvoir chez Foucault- savoir le passage du pouvoir disciplinaire aupouvoir scuritaire- -et d'autre part montrer les ressources critiques que reclent cetteanalytique du pouvoir.

    2.1 Souverainet et discipline.Contre les thories juridiques de la souverainet. Il est connu que depuis son arrive

    au Collge de France et en gros jusqu' Surveiller et punir, Foucault avait fait l'analyse d'uncertain type d'exercice du pouvoir qu'il appelait disciplinaire. Le pouvoir disciplinaire, c'esttout un ensemble de techniques qui sont apparues partir du XVIIe sicle et qui prennent lecorps de l'individu comme cible du p o u v o i r ~ ' e s t une anatomo-politique du corpshumain 41, c'est--dire un pouvoir qui surveille, observe, quadrille, individualise; un pouvoirqui constitue les individus comme des sortes de particules lmentaires sur lesquelles il peuttravailler: en faire le dressage, l 'exploitation des forces vives, la majoration des capacits, lamaximisation de l'utilit, de la docilit, etc. Ce sont l les thmes des recherches de Foucaultde 1970-71 1975. Dans le cours de 1976, il opre un genre de dcalage par rapport ce qu'ilfaisait auparavant; ou au moins il a l'air de vouloir prendre du recul et remettre enperspective ce qu'il tait en train de faire. Quelque chose semble le dranger. Donc dans lesquelques premiers cours, il essaye de restituer l'orientation gnrale de son travail pass. Cequ'i l explique, c'est que jusque l, il essayait surtout d'laborer une conception de l'exercicedu pouvoir qui soit affranchie de ce qu'il appelle le modle de la souverainet , sorte de

    40 QC, p.36.41 La volont de savoir, p.183.

    24

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    33/78

    paradigme l'intrieur ou partir duquel la thorie politique oprait jusqu'au XVIIe sicle.La question que l'on posait alors la philosophie politique tait celle de la lgitimit dusouverain, du fondement du droit, de la ncessit de l'obissance. Mais en fait, la pense

    politique n' a pas vraiment cess de fonctionner sur le modle de la souverainet, et siFoucault l'attaque avec tant d'insistance et d'acharnement, c'est parce qu'i l pense qu'ilcontinue de vicier la faon dont on conoit encore aujourd'hui le pouvoir. l'intrieur dumodle thorique de la souverainet, le pouvoir s'exerce de faon verticale, du haut vers lebas, entre les dtenteurs du pouvoir et les individus qui le subissent; il se diffuse partird'une source unique vers des zones loignes, il est une sorte de substance que certains

    individus peuvent avoir, changer, gagner ou perdre; il est un type de relation parmi d'autres,comme les relations d'change conomique, ou les relations familiales, les relationspdagogiques, etc., mais il leur est extrieur; il est le lieu d'une intentionnalit, d'uneinstrumentalit de la part de ceux qui le dtiennent l'endroit de ceux qui le subissent. Or,avec l'apparition des disciplines-des techniques de pouvoir disciplinaire-il est de plus enplus difficile de comprendre la manire dont le pouvoir s'exerce l'intrieur de ce modlethorique. Non pas tellement que la question de la loi, la question de la lgitimit de lasouverainet du prince soit tombe en dsutude, mais plutt que ce modle, ce que Foucaultappelle souvent cette grille d'analyse, ne permet pas de saisir correctement les phnomnesnouveaux qu'apporte le XVIIe sicle.

    Le triple pralable du sujet, de l'unit et de la loi. Plus prcisment, la thorie de lasouverainet, telle qu'elle tait l'uvre par exemple chez Hobbes, s'engage toujours dansune entreprise paradoxale: elle est une grille d'analyse, une mthode d'explication desrelations de pouvoir, mais en mme temps elle a pour tche de fonder la lgitimit du pouvoirsouverain. Selon Foucault, elle essaye toujours par un acte qu'il appelle cyclique de

    25

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    34/78

    fonder trois lments qui doivent nanmoins lui tre pralables42 : le sujet du pouvoir, ['unitdu pouvoir, et la lgitimit de la loi. Trois cycles , donc, que dcrit Foucault: d'abord, lecycle du sujet, c'est--dire la ncessit de fonder un sujet dans le sens de sujet obissant au

    pouvoir, partir du sujet entendu comme individu ayant des droits, des capacits, une nature,etc. Le sujet (comme individu) prexiste au sujet (comme sujet de droit) qui est fond dans larelation de souverainet. Ensuite, les thories de la souverainet parcourent ce que Foucaultappelle le cycle du pouvoir , c'est dire le chemin thorique qui va des diverses puissanceset aptitudes qui constituent l'exercice concret du pouvoir jusqu' l'un it du pouvoir politiquesouverain. C'est de ce dernier que drivent les instittions et organes de pouvoir, et pourtantils sont lgitims par le moment thorique de l'unit du pouvoir. Enfin, il yale cycle de laloi , c'est--dire l'entreprise de lgitimation du pouvoir dans quelque chose qui n'est pas laloi, ou une loi, mais qui est une lgitimit fondamentale , un principe justificateur, donnantaux lois le pouvoir de fonctionner comme lois. Donc trois mouvements pas compltementcirculaires mais cycliques , dans les mots de Foucault, par lesquels la thorie tente la foisde montrer le pouvoir, de le saisir, de l'expliquer, et d'en fonder la lgitimit.

    Les deux schmas: contrat-oppression ou guerre-rpression. Il est vident queFoucault a toujours rejet cette conception de la souverainet, ou de la lgitimit, commemodle selon lequel on peut comprendre les relations de pouvoir. Lorsqu'il restitue le sens deson travail dans le troisime cours de 1976, il dit ceci :

    Le projet gnral, celui des annes prcdentes et celui de cette anne, est d'essayer de desserrerou d'affranchir cette analyse du pouvoir de ce triple pralable du sujet, de l 'unit et de la loi, etde faire ressortir, plutt que cet lment fondamental de la souverainet, ce que j'appellerai lesrapports ou les oprateurs de domination.43

    Or le projet annonc au dbut du cours tait de montrer l'opposition qu'il y a entre les analysede pouvoir en termes de domination et celles en termes de rpression. Les thories de la

    42 IIfaut dfendre la socit Il, pp.37-38.43 Id., p.38.

    26

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    35/78

    !souverainet appartiennent aux analyses en termes de rpression, et Foucault veut montrercomment ces analyses ne permettent pas de rendre justice ce qu'est le pouvoir dans toute sacomplexit, et particulirement partir des transformations dans les modes d'exercice du

    pouvoir qu'il a essay de dgager dans l'analyse des dispositifs disciplinaires. Lecheminement du projet de Foucault est quelque peu difficile suivre au fil de ses cours, tantdonn que ceux-ci taient des comptes rendus d'un travail de recherche en cours. En fait, alorsqu'il annonce une discussion des analyses du pouvoir en termes de rpression 4\ il ne tient paspromesse; et plutt i l ressaisit ce contre quoi il se battait dans les annes prcdentes autourde ce qu'il appelle ici les thories de la souverainet. En outre, juste avant la citation ci-dessus, il dit la chose suivante:

    Mon projet-mais je l'abandonne tout de suite-tait de vous montrer comment cet instrumentque l'analyse politico-psychologique s'est donn depuis trois ou quatre sicles bientt, c'est-dire la notion de rpression--qui a bien l'air plutt emprunte au freudisme ou au freudomarxisme-s'inscrivait dans un dchiffrement du pouvoir qui se faisait en termes desouverainet.45Il ajoute qu'il a abandonn ce projet car il l'aurait oblig de revenir sur des choses dj dites:en effet, il aurait d reprendre toute sa critique des interprtations du pouvoir en termes desouverainet et de lgitimit partir de l'analyse des disciplines qu'il avait faite depuis 1971.Cependant, il y avait un projet de critique la fois du marxisme et de la psychanalysefreudienne contenu dans cette rflexion sur le terme de rpression qu'il n' a pas men ici. Orc'est tout ce projet qu 'il reprendra en profondeur dans La volont de savoir. Quoi qu'il ensoit, ce qui est retenir ici, c'est qu'il y a alors-au moment o Foucault donne son coursdbut 1976-deux paradigmes thoriques qui s'opposent-disons souverainet et discipline.Foucault a toujours critiqu la premire parce qu'elle est la fois une grille d'analyse desrelations de pouvoir et une entreprise de lgitimation du pouvoir souverain, et qu'en tant quetelle elle ne rend pas du tout compte de ce en quoi consiste le pouvoir. L'autre, la discipline,

    44 Id., p.18.45 Id., p.38. (mes italiques)

    27

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    36/78

    constitue la fois le chemin grce auquel il en est venu critiquer la souverainet, et lemoyen par lequel il a mis au jour certaines techniques et relations de pouvoir qui ontcommenc se manifester partir de la fin du XVIIIe sicle---celles-I mme que les

    analyses faites partir des thories de la souverainet ne permettaient pas de voir.Limites de la grille de la discipline. Ce qui fait vnement dans 11 faut dfendre la

    socit , c'est le fait qu'il va remettre en question-mais non pas rejeter---ce modlethorique de la discipline, et en ce faisant, il va tre amen dvelopper une nouvelle grilled'analyse travers ce qu'il va appeler les techniques de pouvoir scuritaires. Avant de parlerde ce nouvel objet thorique, j'a imerais expliquer le rle d'une grille d'analyse dans lesrecherches de Foucault, et mettre ceci en perspective avec ce que j'ai dit de la procdured'analyse dans la partie prcdente. Une grille d'analyse est avant tout une certaine faon deconsidrer les phnomnes et les discours qui permet de mettre en valeur certaines structuresde pouvoir. Une grille d'analyse n'est donc pas constitue de concepts que l'on plaquerait surla ralit pour la rendre lisible-les concepts sont plutt tirs de la procdure d'analyse ellemme, et la grille n'est qu'un dcoupage, un choix de ce qui va tre considr commepertinent, de ce qui va tre observ. Il y a donc un degr d'arbitraire dans une grille-c'est cequi explique que Foucault les retravaille et les modifie constamment. Aussi, chaque grille, enmettant en valeur certains dispositifs de pouvoir, va ncessairement et corrlativement enobscurcir d'autres. Ceci ne les rend pas tant incompatibles que complmentaires: la ralitpolitique moderne comporte des aspects pouvant tre mis en visibilit par la grille de ladiscipline-les techniques et systmes de surveillance, les pressions pour tre plus efficaces,plus productifs, les discours autour du travail sur le corps, sur la responsabilisationindividuelle, etc.--et d'autres qui lui chappent totalement. Je n'ai pas la prtention derestituer le cheminement qui a conduit Foucault a ressentir les limites de la grille d'analysequ'il dveloppait depuis son arrive au Collge de France, mais toujours est-il qu'il a fait le

    28

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    37/78

    constat d'une incapacit de son modle thorique rendre compte d'un certain nombre dephnomnes, ou plutt de mettre en valeur certaines relations de pouvoir.

    Moment critique. J'ai choisi d'tudier le passage de l'analyse des techniques de

    pouvoir disciplinaire celle des techniques scuritaires parce qu'il permet de mettre en valeurcertains des principes de la procdure d'analyse qu'il prsente dans QC. Tout d'abord, lesproblmes de dcoupage dont j'ai parI plus haut sont illustrs ici dans le passage d'une grilled'analyse une autre. C'est l'exprience de la limite d'un dcoupage donn--c'est--dire safaiblesse, son incapacit rendre compte d'une exprience--qui pousse Foucault enretravailler un nouveau. C'est parce que l'analyse du pouvoir disciplinaire ne permettait pasde reprer certaines connexions entre des discours et les mcanismes de coercition qui lesrigeaient en discours de vrit et en gommaient le caractre mdiatis, contingent, arbitraire,que Foucault s'est senti oblig d'laborer une nouvelle grille, de nouveaux outils thoriques.Ensuite, si l'on observe la manire dont il considre les discours l'intrieur des ensemblesqu'il se donne-thories de la souverainet, grille de la discipline-on peut voir qu'il ne lesconsidre jamais en fonction de leur vridicit, mais toujours en fonction de leurs effets devrit. Chaque discours est un vnement ayant des effets, et ce qui permet un discours defonctionner un moment donn comme discours vrai n'est pas sa capacit bien reprsenterson objet, mais les effets qu'il est susceptible d'avoir sur d'autres discours et sur les individusqui les relaient ou qui les critiquent. Dans son analyse de l'apparition des techniques depouvoir scuritaire, le problme de la causalit, dont il disait dans QC qu'il expose samthode une essentielle fragilit , est trs manifeste. Car il parle bien en effet del'apparition de techniques de pouvoir, et son exigence vis--vis de la causalit induit unegrande tension dans son exposition de ce qui a permis cette apparition. Cette tension semanifeste par la difficult de rendre un discours qui parle bien d'effe ts, qui ne constitue pasdu tout un rejet de la causalit, mais qui fait fondamentalement autre chose que de restituer les

    29

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    38/78

    causes de l'apparition de son objet. J'aimerais essayer de mettre en valeur, en faisant lalecture de ses cours sur la scurit, que la manire avec laquelle il restitue l'apparition de cesnouvelles techniques de pouvoir est une application de ce qu'il dira ensuite de son e x i g e n ~ ede causalit dans QC : il ne cherche pas l'unit d'une cause ayant eu de multiples effets, maisil part plutt d'une multiplicit de facteurs ayant produit une situation singulire. Et c'est la

    1

    singularit de cette situation qu'il tente de rendre, plutt que le rcit expliquant le pourquoi deson apparit ion; en ce faisant, il montre le caractre arbitraire et non ncessaire de laconfiguration de pouvoir propre cette singularit.

    2.2 Scurit et population.Le problme des villes: la scurit et la population. Ces nouvelles techniques de

    pouvoir que Foucault propose d'tudier ds le dernier cours de Ilfaut dfendre la socit ,et dont il fait l'analyse dans Scurit, territoire, population, techniques qu'il nommescuritaires pour les distinguer des techniques disciplinaires et qu' il analyse en contraste avecle paradigme politico-philosophique, la fois thorique et pratique, de la souverainet, cestechniques de pouvoir qui apparaissent ds le milieu du XVIIIe sicle sont caractrises dansle cours du 25 janvier 1978 de quatre manires4\ c'est--dire que Foucault identifie quatretransformations corrlatives l'apparition de ces nouvelles techniques de pouvoir. D'abord,elles apparaissent avec le dveloppement des villes, ou disons un moment o ledveloppement des villes a commenc poser toute une srie de problmes spcifiques degestion, ou de gouvernement, au modle de pense et de pratique politique de la souverainet.La ville posait un problme dans le type de rapport au territoire caractristique de lasouverainet, puisque la ville tait en rupture par rapport au territoire, et il s'agissai t pour lepouvoir d'assurer la lgitimit de la souverainet sur l'ensemble du territoire, d'intgrer les

    46 STP, pp.65-68.30

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    39/78

    villes dans la continuit du territoire, de rtablir la continuit de la souverainet sur tout leterritoire-ou plutt, avec l'expansion des villes, la question du territoire, si centrale lasouverainet, a gliss derrire celle des villes, qui est devenue le premier problme. C'est lepremier lment caractristique des dispositifs scuritaires: l'expansion des villes a pos lasouverainet des problmes nouveaux pour lesquels il a fallu dvelopper de nouvellestechniques de gouvernement. Ensuite, deuxime caractrisation, concomitante de l'mergencede l'importance des villes, c'est Papparition de ce qu'il appelle le problme de la circulation 4 7 : dans les thories de la souverainet, il tait question de conserver sasouverainet sur un territoire, c'est--dire que le souverain cherchait avant tout une certainestabilit, ou une sret pour son territoire et pour lui-mme qui y rgnait. Il est intressant denoter ce propos que Foucault ne considre pas du tout Machiavel comme le premier penseurpolitique moderne, mais justement comme celui en qui la pense de la souverainet culmine 48 Avec l'expansion des villes, commence apparatre un tout autre problme que celui de lasret du prince et de son territoire: celui de la scurit de la population et de ceux qui lagouvernent:

    Non plus fixer et marquer le territoire, mais laisser faire les circulations, contrler lescirculations, trier les bonnes et les mauvaises, faire que a bouge toujours, que a se dplacesans cesse, que a aille perptuellement d'un point un autre, mais d'une manire telle que lesdangers inhrents cette circulation en soient annuls. 49Avec l'urbanisation de l'Europe au XVIIe et XVIIIe sicles, apparaissent des problmes quidbordent du cadre thorique de la stabilit ou de la fixit du terr itoire: les problmes dutransport des grains, des changes commerciaux, des flux migratoires, etc., montrent au cadrede la souverainet sa limite, et lui imposent de se questionner sur la circulation; de nouveauxtypes de dangers apparaissent pour lesquels l'exercice du pouvoir doit se doter de nouveauxinstruments, non seulement pour les grer mais aussi pour les penser. Troisimement, ces

    47 STP, p.66.48 STP, p.67.49 id.

    31

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    40/78

    nouvelles techniques de pouvoir ne font plus jouer le rapport d'obissance entre le souverainet ses sujets; elles ne font plus la rigueur intervenir la notion de volont. Elles font enrevanche intervenir la ralit elle-mme, c'est--dire que son instrumentalit n'est pas celle de

    la loi mais celle de la physique: c'est en travaillant sur les relations entre les phnomnes (quisont mis au jour par la statistique, par tout ce nouveau cadre thorique qui se dgage de cestransformations historiques elles-mmes) que les techniques scuritaires vont tenter d'annulerles phnomnes indsirables; non plus en les rejetant dans l'interdit avec l'outil de la loi,mais en les annulant par les phnomnes eux-mmes-je reviendrai sur ce pointproblmatique plus bas. Enfin, quatrime caractrisation, la plus importante: les techniques

    scuritaires font intervenir un tout autre rapport entre le collectif et l'individuel, entre le sujetet le corps social, qui est celui de la population. Alors que la souverainet sur les sujets, aussibien d'ailleurs que la discipline sur les corps, s'efforait de distribuer le pouvoir de manirehomogne, et se posait la question de trouver la meilleure manire pour ce faire (la disciplineen ceci participait aussi cette entreprise de souverainet avec ses dispositifs de contrle et desurveillance qui s'assurait qu'aucun sujet n'chappe au pouvoir), les techniques de scurit,en revanche, partent d'un niveau d'analyse dans lequel ce qui est pertinent pour l'exercice dupouvoir n'est plus le sujet de la souverainet ou l'individu de la discipline, ce n'est pas nonplus le corps social issu du contrat ou la collectivit comme abstraction de tous les sujets-ce niveau d'analyse, ce qui est pertinent pour celui ou ceux qui exercent le pouvoir, c'est cettenouvelle catgorie de la population, et qui est une nouvelle faon de faire jouer les rapportsentre l'individuel et le collectif. Et partir de ce niveau d'analyse, il ne s'agira plus dedistribuer le pouvoir de faon homogne et maximale, mais le niveau d'analyse lui-mme feraapparatre l'action ncessaire et suffisante pour obtenir l'effet de pouvoir dsir. Cettemanire de faire jouer les phnomnes entre eux afin d'arriver l'action ncessaire etsuffisante, et grce la mise en visibilit d'un niveau d'analyse dans lequel les proprits de

    32

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    41/78

    la masse ne sont pas rductibles l'individu (mais sans tre le corps social des thories ducontrat), ces nouvelles techniques de pouvoir sont ce que Foucault appelle les techniques degouvernement, et ce niveau de pertinence des rapports entre l'individuel et le collectif estcelui de la population.

    Irruption de la vie dans le champ du pouvoir. Les techniques de pouvoir scuritairesvont se caractriser essentiellement par l'apparition d'un nouveau sujet thorique et d'unnouveau problme que se pose la politique, ou encore, par l'apparition dans le champpolitique d'un nouveau personnage 50 : dans la pratique politique l'intrieur du schme dela souverainet, il y avait le sujet contractant et le corps social constitu par le contrat, dansles techniques disciplinaires, il y avait essentiellement le corps des individus; dans labiopolitique, en revanche, apparat ce nouvel objet qu'est lapopu/ation. Plus prcisment, lapopulation devient la fois un problme pour la pratique politique et un sujet conceptuelnouveau: la population, ce n'est pas la socit dont parlaient les thories du contrat social; lapopulation, c'est un problme la fois scientifique et politique: c'est une masse ayant desproprits qui se dgagent de sa massivit mme, et qui ne peuvent pas se rduire auxindividualits qui la composent; c'est un problme qui relve de la biologie et non pas del'histoire naturelle, pour reprendre la typologie de Les mots et les choses. Or qu'est-ce quicaractrise la biologie telle qu'elle apparat au dbut du XIXe sicle? Dans Les mots et leschoses, Foucault a mis l'hypothse selon laquelle le passage de / 'pistem classique / 'pistem moderne a consist en une transformation de l'histoire naturelle-qui avait pourprincipe central la classification des tres vivants-en biologie, dont le principe tait plutt/ 'organisation des tres vivants, c'est--dire leurs fonctions, leur fonctionnement etl'interdpendance des diverses fonctions entre elles. C'est selon ce principe que la biologie,avec Cuvier, avec Darwin, a pu faire entrer en jeu. dans la science de la nature des paramtres

    50 Il I1faut dfendre la socit , p.218.33

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    42/78

    d'ordre statistiques, c'est--dire des observations relevantd'un point de vue global permettantde dgager des fonctions que l'observation et la classification des tres pris individuellement(et ce mme s'ils sont pris dans leur gnralit et leur interchangeabilit) ne permettaient pasde mettre au jour. Ainsi la thorie de l'volution des espces a-t-elle pu apparatre parcequ'elle a pris la vie elle-mme comme donne. La population comme nouveau problmequese pose la pratique politique et comme nouveau sujet que pense la thorie politiquecorrespond (c'est--dire: est sur le mme sol pistmologique que, participe du mmemouvement de pense que, est le pendant politique de) cette prise en compte de la vie commephnomne scientifique.

    Dans Scurit, territoire, population, afin de restituer ces nouvelles formes depouvoir scuritaires, Foucault tudie trois types de discours tournant tous autour du problmede la ville, ou manant tous des difficults nouvelles qu'apportele problme politique de laville: ce sont les questions des espaces de scurit , correspondant au problme de la ville,du traitement de l'alatoire , ou le problme de l'vnement, et la distinction entre normation et normalisation . Ces trois points, qui occupentjusqu' la moiti dutroisime cours de 1978, constituent un trs bon exemple de sa mthodologie historique,puisqu'il va chaque fois observer des vnements dont la ralit se situe essentiellement auniveau du discours, mais dont les effets se font sentir dans l'apparition de nouvelles structuresde pouvoir. De plus, c'est seulement une fois qu'il a trait de ces trois points, qui sont troisexemples ou trois manifestations des techniques de pouvoir scuritaires, qu'il introduitleconcept cl de population---c'est--dire que le recul thorique est toujours prcd del'analyse de l'exemple. Plus que prcd, il en est mme tir; c'est de cette faon qu 'ilparvient restituer la singularit de son objet sans lui imposer des concepts pralables. Dansle traitement de ces trois points-. 'espace, l'vnement, la norme-, il fait jouer les unescontre les autres les trois grilles d'analyse de la souverainet, de la discipline et de la scurit

    34

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    43/78

    afin de mettre en valeur comment tel ou tel dispositif de pouvoir est introduit par un certaintype de problmatisation ou niveau du discours.

    La question de l'espace. C'est donc dans la premire leon (celle du I l janvier1978) qu'il parle des ({ espaces de scurit en discutant de la question des villes, et enparcourant la srie des trois grilles (souverainet - discipline - scurit) qu'il veut fairejouerles unes contre les autres. Le problme de la ville pour la souverainet,c'est celui de({ capitaliser un territoire 51, c ' e ~ t - - d i r e le problme de l'enclavement de la ville par rapportau reste du territoire, sa coupure avec son environnement: il s'agit de trouver un rapport decomplmentarit ncessaire entre la ville et son environnement. l'intrieur de cette grilled'analyse, le pouvoir se pose la question de savoir comment maximiser l'efficacit de ladiffusion du pouvoir souverain sur son territoire. Dans le schme disciplinaire, en revanche, leproblme de la ville est celui ({ d'architecturer un espace 52 : c'est le problme du btiment ausens large, c'est--dire le problme de maximiser l'efficacit interne de la ville. Pour ladiscipline, le modle de la ville est celui du camp romain, c'est--dire une ville btie partirde rien; il s'agit alors de trouver la meilleur architecture possible pour ce btiment. Onretrouve ici les questions que Foucault s'tait pos dansSurveiller et punir lorsqu'il parlait dupanoptique, de l'organisation interne de l'espace des casernes, des prisons, des coleset desmanufactures. Pour la scurit, en revanche, la ville n'est pas envisage comme quelque chosebti ex-nihilo, mais comme une srie de problmes fonctionnels qui se posent partir d'unedonne, et sur lesquels l'exercice du pouvoir consistera maximaliser les effets positifs et minimaliser les effets ngatifs. Les fonctions auxquelles s'intresse le pouvoir scuritaire, cesont l'hygine, le commerce intrieur, le commerce extrieur et la surveillance. Ce quidistingue essentiellement le traitement de l'espace scuritaire celUI de la discipline, c'estavant tout qu'il considre la ville comme prsentant des possibilits, comme ayant des

    51 STP, p.22.S2 id.

    35

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    44/78

    potentialits d'vnements qui sont calculables, et qui sont dtermins par des facteursnaturels et donns sur lesquels il est possible de jouer. Dans leur faon d'intervenir, lestechniques de scurit se donnent ce que Foucault appelle le milieu , c'est--dire unensembles de donnes non naturelles (infrastructures de transport et d'hygine-routes, ponts,rseau d'gouts-axes de circulation et besoin de circulation, distribution des activitshumaines, etc.), l'intrieur duquel se dploie le phnomne de la vie-les hommes en tantqu' ils sont vivants, en tant qu'i ls constituent une population au sens biologique du terme S3 Il ya donc un lment de nature (la population) qui fait irruption dans un milieu qui est artificiel,mais c'est sur le milieu, et non sur le vivant lui-mme, qu'interviennent les techniques depouvoir scuritaires. Contrairement aux techniques disciplinaires, qui intervenaientdirectement sur le corps des individus, les techniques scuritaires interviennent et cherchent avoir une effectivit en modifiant les facteurs priphriques la population, le milieu artificiel l'intrieur duquel elle se manifeste. Mais cette effectivit se conceptualisera seulementcomme une altration des courbes statistiques propres la population, ou une maximisationdes effets positifs et une minimisation des effets ngatifs du milieu sur la population.

    La question de l'alatoire. Pour le traitement du problme de l'vnement, Foucaultprend l'exemple de la disette pour pouvoir clairer certains phnomnes, toujours en faisantjouer les uns contre les autres ces trois ples thoriques-souverainet, discipline, scurit.Pour le pouvoir exerc partir des thories de la souverainet, la disette est l'vnement qu'ilfaut viter tout prix. La disette, la raret des grains, est un vnement qui entrane en milieuurbain presque invitablement des rvoltes. Mais pour le souverain, pour celui qui rflchit ce qu'il faut faire ou ne pas faire dans l'exercice du pouvoir, la disette est un flau sur lequelon n'a pas beaucoup de prise tant donn qu'il rsulte avant tout de facteurs naturels(scheresse, mauvaise rcolte) relevant de la malchance pure. La disette, c'est la mauvaise

    S3 ST?, p.23.36

  • 7/27/2019 Foucault Memoire

    45/78

    fortune, et le souverain n'y peut rien. partir du XVIIe sicle, on a commenc aussi penserla disette non plus autour du schme de la mauvaise fortune, mais plutt autour de celui de lamauvaise nature humaine: la disette est cause par l'avidi t des hommes, leur dsir de gain;elle est cause par une mauvaise gestion des rserves, par un manque de contrle des stocks,des importations et des exportations, et par consquent par un emballement des cots et unphnomne de raret. C'est alors l'appar