Entreprendre - Janvier 2012

download Entreprendre - Janvier 2012

of 52

  • date post

    26-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    5

Embed Size (px)

description

Article Table ronde : Créer son entreprise quand on a plus de 45 ans

Transcript of Entreprendre - Janvier 2012

  • > !/ +*/0.10!1./ .81//%.+*0 %!*0;0 7".%-1!.(2.%!2+%01.!58.+8)%//%+*?

    $%!..42**.8/% !*0 !(

    JANVIER

    Magazine de Beci Brussels Enterprises Commerce & Industry

    >*.8 1%/*0(@8)+0%+*$1)%*!(!/2+%01.!//1,!.10+)0%/8!/,!.)!00.+*01*0.A!1+1,,(1/B1% !?

    $%!..4%((!).' !+1.%*#

  • 0IKVSYTI*MEXWIHMWXMRKYITEVWEPEVKIKEQQIHIQSHrPIWJPIIXkZSXVIHMWTSWMXMSR'LSMWMWWI^GIPYMUYMGSRZMIRXPIQMIY\kZSWFIWSMRWTVSJIWWMSRRIPWTVMZqWIXkZSXVITIVWSRREPMXq

    'SRXEGXI^RSYWZME[[[JMEXFI [[[PERGMEFI [[[EPJEVSQISFI [[[JMEXTVSJIWWMSREPFI [[[EFEVXLFIPY\FI [[[NIITFI

    NEW FIAT FREEMONT

    FIAT DOBLO CARGO

    ABARTH 500

    NEW LANCIA YPSILON

    NEW JEEP COMPASS

    ALFA ROMEO GIULIETTA

  • 4"

    edito

    R(4?>AC4AB

    51>

  • sommaire JANVIER 12

    '*((!(#)'%'(($""'#*()'.

    1 :?JE

    4 D@;KNDJ?9?F;HBj7L;D?H9j;IJ7KII?B;=7H7DJ?H

    10 L;DJ#&,'(745 ,4%*(/1;(02%407/>41(:

    >6?C5DBOC5BF1D9?>C4&GENEVIEVEN SKYNETBE4&VL BECIBE

    #$(%'$#($(('(

    30,)',)MMOBILIER$,-,EFUTURDmVELOPPEMENTURBAIN

    >DB5@B5>4B55CDCE59?>45C>DB5@B9C5C45BEH5

  • Chef, j'ai encore quelques documents cruciaux !

    merak sa

    la meilleure alternative

    w w w . m e r a k . e u

  • 4N 0

    1 - JA

    NVIE

    R 20

    12 - EN

    TREP

    REND

    RE

    enjeux

    Il y a 10 ans, les particuliers navaient plus de mobilier de valeur domicile. Aujourdhui, ce sont les entreprises qui prsentent ce type de prol

    Cette petite phrase mane de Ber-nard Labranche, prsident de la chambre des huissiers de Bruxelles, et dmontre la morosit ambiante qui rgne sur lconomie bruxelloise.

    RelativiserMorosit ? Olivier Willocx, adminis-trateur dlgu de BECI, et Benot Cerexhe, ministre bruxellois de lco-nomie et de lEmploi, sinsurgent et entendent relativiser le propos. Le taux de cration dentreprises a dou-bl Bruxelles ces dernires annes afrme le premier, tandis que le second enfonce le clou en rappelant quavec 10.000 entreprises cres

    chaque anne, la Rgion de Bruxelles-Capitale fait aujourdhui bien mieux que les 6.000 socits cres annuel-lement il y a 5 ans .

    Certes, les faillites existent et ne peu-vent tre nies, mais doivent tre relativises par rapport la dyna-mique qui existe aujourdhui dans la Rgion. Une entreprise sur deux est cre par un Belge dorigine tran-

    Anticiper lavenir, cest aussi le garantirTABLE RONDE

    Anticiper le futur : oser regarder vers lavant !

    Voici quelques jours se droulait, la Cour dappel de Bruxelles, deux confrences et une table ronde ayant pour sujet Anticiper lavenir. Une aprs-midi dtude runissant celles et ceux qui sont confronts, au quotidien, aux nombreuses faillites qui frappent la Rgion, mais aussi aux plus nombreuses encore crations de socits. Une aprs-midi faite de constats, mais aussi de pistes pour que lavenir en Rgion de Bruxelles-Capitale rserve encore et toujours de belles surprises aux entrepreneurs.

  • 5N 0

    1 - JA

    NVIE

    R 20

    12 - EN

    TREP

    REND

    RE

    enjeux

    gre. Lemploi est, Bruxelles, un merveilleux facteur dintgration explique le ministre. Loccasion pour Olivier Willocx de prciser les at-tentes du tissu conomique bruxel-lois. Les choses vont de plus en plus vite et mener une entreprise bien est un d de plus en plus compliqu. La for-mation doit tre plus pertinente, les aides la consultance renforces Un appel dj entendu par les autori-ts rgionales qui veulent dsormais permettre aux entrepreneurs, en dif-cult ou non, de sappuyer sur des structures fortes.

    On ne cre pas demploi sur un d-sert conomique rappelle Benot Cerexhe. Raison pour laquelle son administration multiplie aujourdhui les subventions. Cest le rle des pouvoirs publics que dapporter cette aide bien ncessaire pour (re)lancer une activit conomique. Nous nous y employons. Notamment en met-tant notre propre administration sous pression. Dsormais, un dossier de subside doit tre trait en trois mois maximum sous peine de sanc-tions. Encore une mesure qui a pour objectif de faciliter la vie profession-nelle des entrepreneurs bruxellois.

    Des chiffres alarmantsDerrire cet optimisme afch se d-voilent nanmoins des chiffres qui en inquiteraient plus dun. Francine De Tandt, prsidente du Tribunal de commerce de Bruxelles, fait tom-ber le couperet : 2500 faillites sont dclares Bruxelles chaque anne.

    Raison de ce dsastre ? Des traites non payes, des retards au niveau des cotisations sociales, de la TVA . Le constat dAlain Squilbeck, vice-prsident du Tribunal du Travail de Bruxelles, va dans le mme sens : Nous ouvrons 300 dossiers par mois, rien que dans le cadre de cotisations sociales non payes . Larrir judi-ciaire est, dans ce cadre, dramatique.

    Mettre huit ans, en comptant les degrs dappel, pour rendre une dci-sion dans un dossier liant la viabilit dune entreprise est un scandale sinsurge Jean-Pierre Buyle, bton-nier de lOrdre franais des avocats du barreau de Bruxelles.

    Un arrir que ni le CEd qui reoit la visite de plus de 2.000 entreprises en difcults par an, ni le Centre dAppui aux services de mdiations de dettes de la Rgion de Bruxelles-Capitale ne peuvent aider absorber. Les de-mandes de mdiation ont augment de 38% cette anne. 18.000 requtes de mdiation ont t introduites en 2010. En cumulant les dernires an-nes, ce ne sont pas moins de 90.000 personnes qui sont en procdure de rglement collectif de dettes. Cela montre lampleur du problme sinquite Anne Defossez, directrice

    du centre.

    Indispensable crdit Les banques doivent participer leffort fait pour redynamiser le tissu entrepreneurial de Bruxelles et accorder des crdits aux entrepre-neurs , explique Olivier Willocx, qui sinquite de ce manque de moyens accords aux entreprises, toutes

    tailles confondues. Le discours du mi-nistre nest pas diffrent. Le crdit est le premier problme rencontr par les socits qui nous consultent ou qui consultent le CEd. Du coup, leurs dirigeants se retournent vers les structures publiques pour obtenir de laide. Le Fonds de garantie que nous avons mis en place est assailli de demandes. Elles ont doubl en un peu plus dun an. Grce lui, nous sommes en mesure de garantir 80% de la crance. Nous entendons ac-crotre la capacit de celui-ci absor-ber les demandes an que plus den-treprises puissent traverser 2012 plus sereinement indique-t-il.Mais si le crdit est un souci, cest lobjet mme des entreprises qui doit tre repens. Par exprience, il est vident que ce sont les entre-prises qui innovent qui russissent et parviennent traverser les crises

    Da

    vid Pl

    as

    Les banques doivent participer leffort fait pour redynamiser le tissu entrepreneurial de Bruxelles et accorder des crdits aux entrepreneurs.

    Olivier Willocx, Administrateur Dlgu de BECI

    Dans le cadre de la Cour dappel de Bruxelles se droulaient deux confrences et une table ronde ayant pour sujet Anticiper lavenir.

  • 6N 0

    1 - JA

    NVIE

    R 20

    12 - EN

    TREP

    REND

    RE

    enjeux

    sans trop souffrir indique Benot Cerexhe. Et Olivier Willocx dajouter : Les projets doivent tre solidement construits. Les (futurs) entrepreneurs doivent savoir ce quils veulent faire, mais surtout ne pas vouloir tout faire. Nous sommes dans une socit de niches et la russite revient sac-caparer lune de celles-ci.

    Professionnalisme et collaborationIl ressort galement de cette aprs-midi que les problmes rencontrs par les entreprises sont aussi struc-turels. Jean-Marie Conter, prsident de lInstitut Professionnel des comp-tables et scalistes agrs, ne peut masquer son inquitude lorsquil dcouvre des socits, cres le plus souvent sans fonds propres, dont le plan nancier tient en une demi-page. La mconnaissance tant des rouages dune entreprise que des mesures prendre pour protger son patrimoine priv, sa famille, en-trane des catastrophes humaines plus encore que de simples faillites souligne Pierre Van den Eynde, Pr-sident du Comit bruxellois du No-tariat. Bernard Labranche, lui, insiste sur le besoin de collaborer entre les diffrentes professions prsentes, du notaire au comptable en passant par lavocat et lhuissier pour dtecter les

    problmes, les anticiper et ainsi pou-voir les rgler. Jean-Pierre Buyle insiste sur ce be-soin de collaboration. Un avocat ne peut plus travailler seul tant les dos-siers se complexient. Nous avons besoin dhommes de chiffres pour tayer nos dossiers . Mme son de cloche chez Jean-Marie Conter qui indique que les rviseurs, notaires et comptables travaillent dj en rseau pour amliorer lef-cacit de leurs conseils et services . Cette collaboration nous permet de prendre des mesures conservatoires et ainsi dviter que le dossier ne de-vienne irrcuprable parce que trop longtemps oubli insiste Bernard Labranche.

    Ds et espoirs

    Quelques chiffres cits! Prs de 2000 cas ont t traits par le Centre pour entreprises en dif-cult (CED) au cours de la dernire anne civile.

    Bruxelles compte 7000 avocats, ce qui quivaut presque la moiti du territoire belge qui rassemble 15000 professionnels.

    A Bruxelles, nous avons 400 avocats pour 100 000 habitants. Cest deux fois plus quen Espagne et en Italie mais deux fois moins quen France.

    La moiti de la clientle des cabinets bruxellois davocats est com-pose de particuliers et de trs petites entreprises, cest--dire des entreprises de moins de 5 travailleurs.

    Le tarif moyen horaire dun avocat bruxellois est de lordre de 110 /h hors frais.

    La Belgique compte, au 31 dcembre 2010, 1177 tudes notariales et 1434 notaires. En moyenne, une tude occupe approximativement 6 personnes sous contrats demploi.

    3 700 000 personnes ont consults en une seule anne le site www.notaires.be