Zaman France N° 250 - FR

Click here to load reader

  • date post

    17-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    244
  • download

    6

Embed Size (px)

description

Zaman France est le premier hebdomadaire franco-turc. Fondé en septembre 2005, c'est d'abord un mensuel qui devient hebdomadaire en février 2008. Distribué auprès de 12.500 abonnés, le journal se propose un double objectif : offrir une fenêtre ouverte sur la Turquie et la communauté turque de France, et participer à une meilleure connaissance de la société française auprès de ses lecteurs d'origine turque. Chaque semaine, l'actualité parcourue par l'équipe de rédaction contribue à présenter cette double culture comme une richesse.

Transcript of Zaman France N° 250 - FR

  • 13Vivre sa grossesse en hiver ncessite une alimentation adapte. Daprs la dit-ticienne turque Dilan Dalgi, les femmes enceintes doivent privilgier la con-sommation de fruits, de lgumes, et de produits base de protines pour renforcer la constitution de lenfant natre.

    SANT

    ECe que doivent manger les femmes enceintes en hiver

    01 - 07 FEVRIER 2013 N 250WWW.ZAMANFRANCE.FR

    Pinar Selek, nouvelle victime du coup dEtat du 28 fvrier

    rAlors que le dbat sur la rforme des rythmes scolaires bat son plein, les parents dlves sinquitent. Et si la solution la faillite scolaire se trouvait du ct de lac-compagnement ? Pour Mahacen Varlik, chef de projet pdagogique la Fdration Etude Plus, une chose est sre : on a limpression que lcole ne suffi t pas. RSOCIETE 08

    Erdogan remercie 4 ministres rTURQUIE 09

    Chute descalade : un pre indign porte plainte rFRANCE 02

    Rvlations sur un nid despions militaires en TurquieAprs Ergenekon et Balyoz, une nouvelle aff aire dEtat vient dclater en Turquie. Les services denqute judiciaire ont dcouvert lexistence dun gang despions nich au sein de larme qui recrutait des prostitues et les uti-lisaient pour obtenir des informations contre le gouvernement et des institutions telles que le MIT et la TSK. R TURQUIE 10

    Il faut que M. Hollande se rende en TurquieSnateur PS de la Gironde et vice-prsident du groupe damiti France-Turquie au Snat, Philippe Madrelle fait un tat des lieux des relations entre les deux pays, et nous explique pourquoi Franois Hollande doit se rendre en Turquie.1INTERVIEW 05

    Laffaire Selek, un dfi pour la dmocratie turque EMRE DEMIR r02EDITO

    lisaient pour obtenir des informations contre le gouvernement et des institutions telles que le MIT et la TSK.

    On a limpression que lcole ne suffi t pas

    rCondamne perptuit pour terrorisme par une cour dIstanbul, la sociologue turque Pinar Selek, qui vit Strasbourg, va demander lasile politique Paris. Pour Zaman France, elle revient sur les raisons de cet acharnement judiciaire, pure consquence du coup dEtat du 28 fvrier qui na pas touch que les milieux religieux, confi e-t-elle. RFRANCE 06

    03Daprs un sondage publi dans le quotidien Le Monde, 74 % des Franais jugent que lislam est une religion intolrante et 8 personnes sur 10, quelle cherche imposer son mode de vie. Une tude alarmante qui met aussi en avant la dance ressentie envers la dmocratie et la classe politique.

    FRAN

    CE

    Islam de France : le sondage de tous les dangers

  • Chute descalade : un pre indign porte plainteSOPHIE SOUCHARD PARIS

    Je ne veux pas que dautres parents vivent ce

    que lon a vcu, sindigne Ah-met Pehlivan. Ce pre dun enfant de douze ans est encore trs mu quelques semaines aprs laccident de son fi ls, qui a fait une chute de cinq mtres en faisant de lescalade le 9 janvier dernier dans la commune de Gien situe dans le Loiret. Le pre raconte que son fils est rest en situation critique pen-dant 72 heures, et a t hospita-lis pendant dix jours. Outre les hmatomes internes et externes et une fracture du coccyx, il sest finalement avr que lenfant souffrait dune lgre fissure crnienne. Si la situation semble redevenue normale prsent, les parents du jeune garon at-tendent encore les rsultats de nouveaux examens prvus pro-chainement Tours. Sous le choc, ils ne peuvent que dplo-

    rer cet incident et mettre tout en uvre pour viter une rcidive. Mais qui est responsable de cette chute qui aurait pu tre mortelle ? Le pre a immdiate-ment port plainte contre le club Atout Grimpe qui a dailleurs pris en charge tous les frais mdicaux de lenfant.

    La gendarmerie ouvre une enqutePour M. Pehlivan, il ne fait au-cun doute que la chute de son enfant est due au dchirement du baudrier, les contrles de scurit du matriel descalade tant insuffisants. On a eu trs peur. On na pas mang, ni dormi pendant 72 heures. Je lai envoy ce club en leur fai-sant confi ance, affi rme le pre, encore sous le choc de laccident rcent de son fi ls. Le but de son geste nest pas de recevoir une quelconque indemnit, mais bien de faire en sorte quun tel

    incident, qui aurait pu tour-ner au drame, ne puisse pas se reproduire. Pourtant, selon le prsident du club M. Fr-dric Durot joint par Zaman France, lenfant stait encord au mauvais endroit du bau-drier. Il aurait nou le cordage la mauvaise sangle, dont les

    coutures auraient cd sous le poids de lenfant. Or ce dernier, pratiquant lescalade depuis quelques mois dj, serait tout fait apte vrifier seul son quipement. Seule lenqute de gendarmerie rcemment ouverte pourra donner un clai-rage nouveau cette affaire.

    Le 9 janvier, Gien dans le Loiret, un jeune Franco-turc a t victime dun grave accident en pratiquant lescalade.

    SOCIETE02 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    EMRE DEMIR

    Laff aire Selek, un d pour la dmocratie turque

    EDITO

    Pinar Selek a t condamne jeudi 24 janvier la rclusion criminelle perptuit par la 12e cour pnale du tribunal dIstanbul. Elle a t relaxe trois fois, mais lobjection de la Cour suprme lui a valu ce quatrime procs, lissue duquel elle vient dtre condamne la rclusion perptuit pour terrorisme. Laffaire Selek symbolise toutes les failles du systme judiciaire turc. Hrits des lon-gues annes du confl it avec le PKK, la loi relative la lutte contre le terrorisme (TMK) et le Code pnal (TCK) ne sont pas com-patibles avec la jurisprudence europenne. Lorsquen septembre 2010, 58 % des Turcs ont vot oui, lespoir tait grand que le rfrendum constitutionnel permette dac-clrer la rforme judiciaire. Contrairement aux attentes, le gouvernement Erdogan na pas pu relancer le dbat pour une nouvelle constitution civile, mais la diffrence de la mdiatisation faite en France, Pinar Selek nest pas tombe dans le pige dune vision caricaturale de son pays. La Turquie nest plus un pays sous-dvelopp dirig par une dictature militaire. Cest un pays en trans-formation, avec ses dfauts. Pinar Selek fait ainsi le constat que des lments de lEtat profond continuent dagir en Turquie. Il est vrai quune structure autoritaire qui a der-rire elle un sicle durant lequel elle a rgn sur une Turquie sous contrle est toujours l. Cest un phnomne que nous observons notamment travers certaines dcisions du pouvoir judiciaire. Mme si le gouverne-ment a obtenu un pouvoir jusqualors inga-l, aprs une longue bataille politique contre larme turque, ce phnomne est encore luvre dans un systme judiciaire hrit du coup dEtat de 1980. Comme Pinar Se-lek le souligne dans son interview Zaman France, elle est victime du coup dEtat du 28 fvrier 1997 comme la t llectorat conser-vateur dAnatolie qui a men lAKP au pou-voir en 2002. Aussi, les milieux conserva-teurs de Turquie se doivent dtre aux cts de Pinar Selek dans ce combat. Si lon sou-haite quune dmocratie mature puisse se consolider en Turquie, toutes les franges de la socit turque doivent cultiver lempathie, pour mieux incarner ces principes universels qui au fi nal les [email protected]

    Suite ladoption par le parlement turc du projet de loi autorisant les prvenus sexprimer dans leur langue mater-nelle, un premier traducteur offi ciel a t dsign Diyarbakir. Un prvenu jug dans cette ville et parlant le turc a dclar quil voulait sexprimer en kurde, sa langue maternelle, lors de sa dfense, et quil avait dj un traducteur. Bien que

    la loi nait pas t signe par le prsident, les membres du tribunal ont dsign un traducteur lunanimit, du fait que le prvenu sest procur un traducteur et que le projet de loi a t adopt par le parlement. Le prvenu a fait sa plaidoi-rie dans sa langue maternelle, puis son traducteur a retranscrit ses propos en turc aprs avoir prt serment.

    La police autrichienne enqute sur une srie dattaques contre des centres culturels turcs et kurdes Vienne, avec comme possibles pistes les sparatistes kurdes du PKK ou des groupes no-nazis, a rapport la presse samedi. Dans la nuit de mardi, des incendiaires ont caus dimportants dgts lAtatrk Kultur-zentrum (Centre culturel Atatrk)), deux

    mois aprs des jets de cocktails Molotov contre une librairie turque. En janvier, un centre culturel kurde de Vienne a t vandalis. En absence de tout lien entre les trois attaques, les enquteurs de Vienne recherchent dans toutes les directions et la police a renforc sa surveillance, a dclar un porte-parole de la police au quotidien Die Presse.

    Le kurde autoris dans les tribunaux turcs Attentats anti-turcs en Autriche

    ...ET UNE MAUVAISEUNE BONNE...

    NOUVELLE

    Selon lagence des Nations Unies pour les rfugis, lUNHCR, la crise au Mali a dplac depuis lanne dernire plus de 370.000 per-sonnes. Beaucoup ont trouv refuge dans la ville de Djenn, au centre du pays.

  • Prs de trois Franais sur quatre estiment que lislam nest pas compatible avec les valeurs

    rpublicaines, selon un sondage Ipsos intitule France 2013 : les nouvelles fractures, ralis sur Internet du 9 au 15 janvier pour le quotidien Le Monde dans le cadre dune enqute sur le populisme. Selon ce sondage, 74 % des personnes interroges estiment que lislam est une religion intolrante, incompatible avec les valeurs de la socit franaise. 8 Franais sur 10 estiment que la religion musulmane cherche par ailleurs imposer son mode de fonction-nement aux autres. Enfi n, plus de la moiti pensent que les musulmans sont en majorit (10 %) ou en partie (44 %) intgristes, sans que lon sache ce que recouvre ce qualifi catif. Interroges sur la tolrance des religions en France, 24 % des personnes sondes estiment que la religion catholique est tout fait tol-rante, contre 13 % pour la religion juive et seulement 3 % pour la religion musulmane.

    Trop dtrangers pour 70 % des FranaisA linverse, 7 % jugent la religion catholique plutt pas tolrante du tout, contre 10 % pour la religion juive et 39 % pour la religion musulmane. Quand la compatibilit des religions avec les valeurs de la socit franaise, 89 % des personnes interroges mettent en premier le catholicisme, contre 75 % pour le judasme et 26 % pour lislam. 51 % des personnes interroges jugent par ailleurs que le dclin de la France est inluctable, contre 49 % qui pensent quil nest pas inluctable. 90 % vont plus loin et trouvent que la puissance conomique franaise a dclin. Le dsenchantement concerne galement la politique, 82 % approuvant laffi rmation selon laquelle les responsables politiques agissent principalement pour leurs intrts personnels, et 72 % allant jusqu dire que le systme dmocratique fonctionne plutt mal en France. Enfi n, 29 % seulement jugent que limmense majorit (des immigrs vivant en France) est bien intgre contre 70 % qui partagent lide qu il y a trop dtrangers en France, et 57 % que le racisme anti-blanc est assez rpandu en France. Lenqute Ipsos/Le Monde, intitule France 2013 : les nouvelles fractures a t ralise auprs de 1.015 personnes ges de 18 ans et plus selon la mthode des quotas.

    Daprs un sondage publi dans le quoti-dien Le Monde, 74 % des Franais jugent que lislam est une religion intolrante et 8 personnes sur 10, quelle cherche imposer son mode de vie. Une tude alarmante qui met aussi en avant la dance ressentie envers la dmocratie et la classe politique.

    Manifestation de mouvements identitaires franais contre lislam, en novembre 2012.

    Strasbourg ditera en 2013 un calendrier des religions en concerta-tion avec les responsables religieux des six princi-paux cultes de la ville.

    La ville de Strasbourg a dcid dditer un premier

    calendrier des religions pour 2013, en accord avec les repr-sentants de six cultes, a indiqu mercredi la presse son maire Roland Ries (PS). Les principales ftes des six religions y sont si-gnales par les symboles de la roue bouddhiste, des croix ca-tholique, orthodoxe et protes-tante, de ltoile juive et du crois-sant islamique. Le tirage de cette premire dition, destine tre distribue par les diffrents cultes, nest que de deux mille exemplaires. Mais ce calendrier pourrait aussi tre mis la dis-position du public via le site in-ternet de la municipalit, a pr-cis ladjoint au maire en charge des cultes Olivier Bitz (PS).

    Un outil de lutte contre lignoranceUn des facteurs principaux de lintolrance, cest lignorance de ce que font les autres, a souli-gn M. Ries. Il a associ aussi

    ce travail ceux qui nont pas de religion (athes ou agnos-tiques). Dans ce calendrier dont chaque mois est illustr par une oeuvre photographique lpiphanie chrtienne de janvier succde pour fvrier la commmoration de la mort de Bouddha, et en mars Pessah (la libration du peuple hbreu).

    Juillet marque principalement le jene du Ramadan, septembre les trois ftes juives de Tichri, oc-tobre la grande fte musulmane du sacrifi ce, octobre la Toussaint catholique et dcembre le Nol chrtien. La seule clbration non religieuse que les auteurs ont fait fi gurer dans ce calendrier est la fte nationale du 14 juillet.

    Strasbourg publie un calendrier interreligieuxZoom

    On ne va pas faire voter des trangers qui hassent la France

    Dclaration de Christian Estrosi tenue sur Europe 1 propos du droit de vote des trangers aux lections municipales.

    FRANCE03 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    Islam de France : le sondage de tous les dangers

  • Il faut que M. Hollande se rende en Turquie

    TEOMAN AYDOGAN BORDEAUXPouvez-vous nous parler du rle du groupe damiti

    France-Turquie au Snat dans les relations entre les deux pays ?Il exerce diffrentes missions. Il sert de relais avec les instances diplomatiques, organise des confrences, des rencontres, des missions en Turquie. Il a un rle dinformation, de veille... On re-oit souvent, 3-4 fois par an par exemple, les reprsentants du gouvernement turc, les lus turcs, les ambassadeurs de la Turquie en France. Cest un vrai groupe damiti qui fonctionne bien et qui se runit trs rgulirement. On peut dire que cest un groupe vraiment trs actif.

    Quels sont vos futurs projets pour amliorer les relations mutuelles ?La tche est immense. Il faut continuer travailler pour faire connatre la culture de ce grand pays, favoriser les changes. Au niveau du dpartement de la Gironde, depuis trs longtemps, nous essayons de contribuer au renforcement des liens. A locca-sion de lAnne de la Turquie en France, nous avons organis une exposition avec Attila Durak, des ren-contres avec Cengiz Aktar, Nedim Gr-sel. Le conseil Gn-ral de la Gironde mne dailleurs une politique de coopration dcen-tralise avec la rgion de Samsun.

    La question des relations bilat-rales pose celle de lUE. Pourquoi le processus dadhsion de la Turquie est-il, selon vous, si diffi cile et si long ?La Turquie est un pays immense avec une importante population, une croissance forte, des atouts conomiques considrables, une position gographique sensible.

    Dans le contexte gopolitique actuel, elle est appele jouer un rle de premier plan au ni-veau international. Mais, depuis longtemps, elle tait une vic-time de prjugs culturels. Cest un grand pays qui peut changer lquilibrage de lEurope. Certains mettent en avant un problme de religion, mais Atatrk a bien fond une Rpublique laque. La religion, on la respecte, mais lEtat est quand mme lac. Je conseille aux gens qui connaissent mal le pays, louvrage de Michel Rocard Oui la Turquie (Hachette) qui explique toutes ces rticences. La Turquie fait peur, alors que nos deux pays sont lis depuis lEm-pire ottoman.

    Trois chapitres des ngociations ont t gels par la France sous la pr-sidence de M. Sarkozy. Donc Ankara attend beaucoup de M. Hollande sur le dossier europen. Que pensez-vous de lavenir des relations fran-co-turques et dune visite ventuelle du prsident en Turquie ? Je compte sur la dtermination de prsident Hollande pour inverser

    la tendance. De toute faon, aprs Sarkozy qu i a car rment men une croisade anti-turque, les rap-ports entre nos deux pays ne peuvent que samliorer. Il faut mettre un terme c e c l i m a t

    de dfiance, de mpris exacerb par linitiative lectoraliste sur le dos-sier armnien. Il faut se dgager parfois de certaines influences. On sait trs bien que les communauts ar-mniennes sont trs prsentes mais, je le dis souvent, il ne faut pas oublier que les

    communauts turques aussi se manifestent. Vous tes trs nom-breux. Et, je pense quil y a des rapprochements, des rencontres. Rcemment, le ministre des Affaires trangres franais M. Laurent Fabius est all l-bas. Je pense quil faut que M. Hollande se rende en Turquie.

    Vous voquiez la question arm-nienne. Quen pensez-vous person-nellement ?Mes ides nont jamais vari et sont connues. En fvrier 2012, avec 82 de mes collgues appar-tenant tous les groupes poli-tiques, javais sign le recours auprs du Conseil constitutionnel qui a censur la loi adopte par le Parlement. Par la loi du 29 janvier 2001, la France avait dj recon-nu publiquement le gnocide. Jestime que les parlementaires nont pas sriger en historiens, que le Parlement na pas sri-ger en tribunal de lhistoire. Ce nest pas au lgislateur de fixer une vrit historique, dimpo-ser une lecture offi cielle. Si vous

    sortez dans la rue, les Turcs ne peuvent pas approuver que sans arrt les Franais mettent une opposition pour quelque raison. On peut regretter que cette cause armnienne ait toujours t prise en otage des combats lectoraux dans notre pays. Jai toujours combattu cette loi dangereuse, inutile et opportuniste. Il faut dabord penser lintrt gnral. Vous tes un grand pays et vous pouvez vous tourner ailleurs. La Turquie est trs importante pour lEurope politiquement, gopo-litiquement, conomiquement et culturellement. Et vous tes une civilisation ancienne et vous avez une trs grande histoire. Il nous faut un pont pour les relais. Autrement dit, lUE nest pas un club de chrtiens et un pays musulman peut nous faire gagner en richesse.

    Malheureusement la France na pas non plus une bonne image en Tur-quie actuellement, notamment cause de cette loi. Vous tes connu comme un ami des Turcs, quauriez-vous dire aux Turcs de France ?Vous savez, il y a dune part la politique qui sexprime de faon officielle par les chefs dEtat, et dautre part les liens tisss par les citoyens qui eux, sont solides et contribuent un approfondisse-ment de lamiti entre les peuples. Mon souhait, cest quon puisse se retrouver ensemble dans une entit conomique, politique et culturelle. Les Turcs de France, ce sont des entrepreneurs, ils se battent pour travailler. La Tur-quie existe dj en Europe, il y a plus de 5 millions dhabi-tants au total, presque partout en Europe. Actuellement, il y a un changement davis important chez les Franais. Jtais jeune quand je suis rentr au Snat, en 1980, et au fur et mesure, je peux observer les changements

    chez les snateurs.

    Snateur PS de la Gironde et vice-prsident du groupe damiti France-Turquie au Snat, Philippe Madrelle fait un tat des lieux des relations entre les deux pays, et nous explique pourquoi Franois Hollande doit se rendre en Turquie.

    01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    Ce nest pas au lgis-lateur de xer une vrit historique

    INTE

    RVIE

    W05

    Philippe Madrelle est le vice-prsi-dent du Groupe

    damiti France-Turquie

    au Snat.

  • Pinar Selek, nouvelle victime du coup dEtat du 28 fvrier

    FERHAN KOSEOGLU PARISJuge et condamne la pri-son vie pour terrorisme

    jeudi 24 janvier par un tribunal dIstanbul qui la rejuge pour la quatrime fois aprs trois acquit-tements, la sociologue turque Pi-nar Selek sapprte demander lasile politique au gouvernement fran-ais. Dans un entretien accord Zaman France, lintellectuelle a livr son sentiment sur lacharnement ju-diciaire dont elle est la victime. La sociologue qui vit Strasbourg se considre comme une victime du processus qui se poursuit depuis le coup dEtat postmoderne du 28 fvrier 1997. Ce processus na pas touch que les milieux religieux, ajoute-t-elle, mais a aussi touch beaucoup dautres gens. Pinar Selek, qui conteste la dcision du tribunal quelle juge injuste, pr-cise que la procdure a fait lobjet dune intervention extrieure le 22 novembre dernier. Ceci expliquerait le fait quayant t acquitte trois reprises, le carac-tre criminel de lex-

    plosion nayant pas t tabli et le principal tmoin stant rtract, la Cour de cassation ait, chaque fois, invalid le jugement. Elle pr-cise dailleurs quune fois, la dci-sion a t invalide par des juges qui remplaaient le principal res-ponsable de cette affaire judiciaire,

    absent, alors que ces derniers ne connais-saient pas le dossier. La dcision est, selon elle, dautant plus contestable que le prsident du tribunal a agi contre les pro-cdures habituelles et que la sentence de

    la perptuit na pas t dcide lunanimit. La jeune intellectuelle fait ainsi le constat que des l-ments occultes continuent dagir en Turquie en rappelant quon vient de dcouvrir que lancien prsident Turgut zal avait fi na-lement t assassin.

    Des accusations blessantes pour Pinar SelekPour Pinar Selek, le plus dur est davoir t considre comme un assassin et prsente comme la responsable dun attentat lexplosif dans un site touristique dIstanbul, qui a fait sept morts en 1998. Ils sont responsables de tout ce qui pourra marriver demain ajoute-t-elle, en rappe-lant que Hrant Dink aussi avait t prsent comme un ennemi des Turcs, alors quil essayait bien au contraire de rapprocher les personnes diffrentes, il me-nait un combat pour le dialogue. Laccuser de ce quoi il tait pr-cisment oppos tait, selon elle, une faon den fi nir avec lui. Des dizaines de militants des droits de lHomme, fministes et univer-sitaires europens, soutiennent la chercheuse. On sacharne sur notre collgue parce quelle a exerc son mtier dans le res-pect de lthique, en refusant de trahir ses sources, a comment Bruno Cousin, vice-prsident de lAssociation franaise de socio-logie, aprs le jugement. Pinar Selek est une fi gure symbolique. Si des gens comme elle pouvaient travailler librement en Turquie, la Turquie serait un pays diff-rent, a dclar lAFP lcrivain allemand Gnter Wallraff. Egale-ment prsente Istanbul, Pernelle Richardot, adjointe au maire de Strasbourg, estime que le cas de Pinar Selek devient emblmatique dune justice qui ne fonctionne

    pas aujourdhui en Turquie.

    Condamne perptuit pour terrorisme par une cour dIstanbul, la sociologue turque Pinar Selek, qui vit Strasbourg, va demander lasile politique Paris. Pour Zaman France, elle revient sur les raisons de cet acharnement judiciaire, pure consquence du coup dEtat du 28 fvrier qui na pas touch que les milieux religieux, con e-t-elle.

    Daprs lcrivain allemand Gnter Wallraff , Pinar Selek est une gure symbolique. Si des gens comme elle pouvaient travailler libre-ment en Tur-quie, la Turquie serait un pays diff rent.

    Canan zenici

    Le 24 janvier dernier, au ministre des Finances, devant un parterre dentre-preneurs, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et Fleur Pellerin, ministre dlgue charge des PME, de lInnovation et de lEconomie numrique, ont signs la Charte natio-nale du mentorat entrepreneurial. Il sagit dun systme daccompagnement sur-mesure dun jeune entrepreneur (le mentor) par un chef dentreprise exp-riment (le mentor). Le dispositif a fait ses preuves en termes de scurisation des entrepreneurs et de leur entreprise. Cette charte va permettre dencadrer et de dvelopper le dispositif dj mis en place de mentorat, rserv quelques privilgis de la rgion parisienne o il a t mis en place depuis cinq ans. Tous ceux qui ont pu bnfi cier de ce sys-tme soulignent, unanimes, les bienfaits dune relation dsintresse, car bn-vole, et profi table pour les deux parties. Les mentors peuvent partager leurs ex-priences tout en tant confronts aux nouvelles problmatiques, tandis que les mentors se sentent libres de sexprimer et surtout un peu moins seuls face aux contraintes quils affrontent au jour le jour. Il sagit, pour les pouvoirs publics, dun vritable levier pour prenniser les entreprises. Daprs les tudes sur le sujet, ce dispositif dentraide entre pairs fonctionne. Le mentorat est une vraie chance pour les entrepreneurs. Car quand on est accompagn, on a plus de chances de russir et de prenniser son entreprise, a soulign Fleur Pelle-rin. Ce dispositif sinscrit dans le cadre du pacte national pour la croissance, la comptitivit et lemploi qui prvoit un ensemble de mesures pour notam-ment doubler le nombre de crations dentreprises de croissance dici cinq ans. Et la ministre voit dans ce systme daccompagnement un levier dimpor-tance pour atteindre cet objectif. Les mentors et mentors, nouveaux relais auprs du gouvernement qui seront habilits, selon Arnaud Montebourg, lui dire vous tes des fous, l, cette loi, il faut la modifi er ! Il faut com-prendre que le gouvernement compte sur ces volontaires de la croissance pour faire remonter des informations du terrain. Parce quune entreprise qui se dveloppe bien est une entreprise qui cre de lemploi, le gouvernement ne perd pas le nord en mettant en place de telles mesures, dautant que le taux de chmage a atteint en France la barre des 10 %. TPE et PME, premiers cra-teurs demplois en France : on compte sur vous !Pour vos questions : [email protected]

    MON AVOCAT

    Avis aux jeunes entrepreneurs

    Ils sont responsables de tout ce qui pourra marriver demain

    FRANCE06 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

  • On a limpression que lcole ne suffi t pas

    SOPHIE SOUCHARD PARISAccompagnement scolaire : quels outils face aux nouveaux

    dfi s ? : le colloque organis au S-nat par la Fdration Etude Plus le 6 fvrier prochain se veut ambitieux et pragmatique. Cette fdration dasso-ciations daccompagnement scolaire ouvrira la discussion sur la ncessit dintermdiaires entre la famille, lcole et llve. Il y a aujourdhui un dfi cit de crdit qui fait quon a limpression que lcole ne suffi t pas et quil faut complter absolument par un accompagnement en dehors des heures de scolarit constate Mahacen Varlik, chef de projet pda-gogique la Fdration Etude Plus. Face aux problmes lis aux diffi cults des rformes scolaires, la ncessit dun accompagnement effi cace se fait cruellement sentir. Mahacen Varlik souligne en effet que ce domaine en pleine expansion est de plus en plus investi par des socits et non plus seulement par des associations sans but lucratif. Acadomia, Maxicours, autant dentreprises qui profi tent de ce besoin daccompagnement des

    lves en faisant concurrence aux associations non lucratives.

    Un manque de mthodologie pdagogique Face ces socits, les associations daccompagnement scolaire souffrent dun manque dorganisation. On se repose beaucoup sur la bonne volon-t des gens, des accompagnateurs, des bnvoles. Mais la dmarche pdagogique nest pas trs structure. Est-ce quon fait ce quil faut avec les enfants ? Ce nest pas toujours sr, relve la chef de projet pdagogique chez Etude Plus. Laccompagnement scolaire, ncessaire, a nanmoins besoin de se professionnaliser tout en conservant son esprit non lucratif. Cest lun des enjeux principaux du colloque du 6 fvrier dont le but sera avant tout de permettre aux diffrents acteurs de laccompagnement scolaire en milieu associatif de se rencontrer pour changer leurs expriences et amliorer leur travail. Runir les di-recteurs dtablissements scolaires et les personnes du milieu associatif au Snat est une faon de donner plus

    daura cet vnement, dveiller les politiques et de les rendre plus sen-sibles laccompagnement des lves en dehors de lcole.

    Lenfant, sa famille et lcolePlus quune simple aide aux devoirs, laccompagnement scolaire est une approche beaucoup plus globale et complte. Il sagit de mettre en place un vritable travail triangulaire de coordination entre lenfant, la famille et ltablissement scolaire en du-quant aussi les parents qui ne savent pas toujours comment jouer leur rle. Comme lindique Mme Varlik, laccompagnement ducatif se fait aussi par le biais de lorganisation de sorties au muse, et de moments dducation la vie en gnral. Intermdiaire indispensable entre llve, sa famille et lcole, laccom-pagnement scolaire serait donc aujourdhui la meilleure rponse un secteur ducatif franais en pleine crise.Colloque au Snat le 6 fvrier 2013 de 9:00 12:30. Contact : 01 43 32 08 34

    Alors que le dbat sur la rforme des rythmes scolaires bat son plein, les parents dlves sinquitent. Et si la solution la faillite scolaire se trouvait du ct de laccompa-gnement ? Pour Mahacen Varlik, chef de projet pdagogique la Fdration Etude Plus, une chose est sre : on a limpression que lcole ne suffi t pas.

    SOCIETE08 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    BREVES ECO

    2012

    AUTO

    MOB

    ILE

    LAgence franaise de dveloppement (AFD) participera hauteur de 45 millions deuros aux cots de lextension sud de la ligne de mtro M2 dIstanbul. Un nancement total de 524 millions deuros est prvu pour ce projet. 45

    Daimler investit dans ses usines turquesLe constructeur automobile Daimler pr-voit dinvestir 40 millions deuros dans ses deux usines turques dIstanbul et dAksaray o sont produits des bus et des camions. Par ailleurs, Mercedes-Benz Trk, filiale qui commercialise des voi-tures importes des marques Mercedes et Smart en Turquie, prvoit une hausse de ses ventes dans le pays. Cependant, la production de voitures particulires en Turquie nest pas envisage par le groupe Mercedes-Benz. En 2012, Daimler a ven-du 39.852 vhicules neufs en Turquie, soit une croissance des ventes de 4,1 %, dont 12.730 voitures particulires.

    Bilan dcevant pour la TurquieAvec un taux de croissance conomique dpassant les 4 % en 2010 et 2011, la Tur-quie abordait sereinement la crise cono-mique mondiale. Pourtant ses rpercus-sions nauront pas mis longtemps se faire sentir. Le bilan 2012 est dcevant : la crois-sance a stagn 1%. Avec une conomie principalement base sur la demande int-rieure, la Turquie souffre aujourdhui de sa balance ngative des exportations nettes. LEtat pourrait choisir de taxer plus pour tenter datteindre les 4 % de croissance prvisionnelle pour 2013, mais la crois-sance devra surtout venir de ltranger.

    Pour la Fdration Etude Plus, spcialise dans laccompagne-ment scolaire, les structures associatives doivent davantage

    intgrer les parents dans leur mthodologie globale.

  • Erdogan remercie 4 ministres

    YAZGI GIRAY PARISIl tait attendu et beaucoup spculaient sur son ampleur. Le remaniement ministriel dcid par

    le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan le 24 janvier concerne fi nalement quatre ministres. Le ministre de lIntrieur Idris Naim Sahin laissera sa place Muammer Gler, anciennement sous-secrtaire de lOrdre public et de la Scurit. Le ministre de la Culture, Ertugrul Gnay, sera remplac par mer Celik, adjoint Adana et vice-prsident charg des Relations extrieures. Mehmet Mezzinoglu, adjoint Edirne, prend le relais au minis-tre de la Sant en succdant Recep Akdag. Enfi n, le successeur dmer Diner, ministre de lEducation natio-nale, sera Nabi Avci, professeur la Facult des sciences de la Communication.

    Ertugrul Gnay, le contestataire De ces quatre ministres remercis, Ertugrul Gnay tait le plus mdiatis. Il avait notamment exprim ses dsaccords avec le Premier ministre turc au sujet de la dmolition de la statue de la paix Kars, ou propos du rgime prsidentiel, auquel il prfre le sys-

    tme parlementaire. Gnay avait galement critiqu la nomination de proches dErdogan.

    Diner, impopulaire chez les enseignantsLe ministre de lEducation nationale mer Diner stait vu reprocher pour sa part la non attribution de postes des enseignants, ainsi que le systme dducation 4+4+4 (4 ans en primaire, au collge et au lyce) quil avait mis en uvre, dcri pour son manque dorganisation. Le comit charg des pro-grammes dtude avait aussi dsapprouv certains projets du ministre.

    11 ans passs au ministre de la SantAprs 11 annes conscutives dexercice au minis-tre de la Sant, Recep Akdag avait obtenu un titre rcompensant sa longvit. Son projet de rema-niement de la sant et sa proposition de lois dites temps plein et de performance du systme avaient t fortement critiqus par les profession-nels de la sant. Akdag avait aussi manifest son dsaccord avec le Premier ministre propos dune campagne nationale de vaccination contre la grippe, et, plus important, du processus dImrali engag avec Abdullah calan.

    Le gouvernement a annonc jeudi 24 janvier un remaniement ministriel. Les ministres de lIntrieur, de la Culture, de la Sant et de lEduca-tion ont t remplacs. La plupart dentre eux avaient exprim leur dsaccord vis--vis de la politique du Premier ministre.

    TURQUIE09 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    Nabi Avci ( gauche) succde mer Diner lEducation nationale.

  • Rvlations sur un nid despions militaires en Turquie

    Le vice-premier ministre Blent Arin a rcemment

    dclar quil examinait les docu-ments saisis par la police aprs lopration mene contre un gang militaire impliqu dans une vaste affaire despionnage contre des ins-titutions telles que les Forces armes turques (TSK), lOrganisation du renseignement national (MIT) et le gouvernement, et quil nexcluait pas de se porter partie civile dans le procs intent ses membres. Lacte daccusation de la justice turque contre ce gang fait mention de 357 suspects ; 83 ont t arrts, parmi lesquels 55 officiers de lar-me turque en service actif. Il y est galement fait tat de 831 victimes et de 196 co-plaignants. Un docu-ment de plus de 1.900 pages rvle ainsi que le gang a recrut des trangres afin quelles se prosti-tuent auprs dofficiers turcs et en obtiennent des informations mili-taires confidentielles, quil a ensuite vendues des pays trangers.

    Des informations transmises au PKKLe principal objectif du gang tait, selon lacte daccusation, le gain fi-nancier. Lorganisation a ainsi infil-tr les Forces armes turques au sein desquelles elle a re-crut de nombreux membres, ce qui lui a permis dappro-cher plus facile-ment les hauts fonctionnaires et den obtenir des documents confi-dentiels. De plus en plus puissante, lorganisation criminelle a largi sa sphre dinfluence [aux militaires] et augment le nombre de ses objec-tifs. A limage dune pieuvre, elle a enserr les institutions de lEtat. lit-on dans lacte daccusation. Mais aussi que le rseau despionnage a communiqu des documents mili-taires confidentiels aux organisa-tions terroristes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et du KCK (Union des communauts du Kurdistan). Pour les procureurs, en livrant ces documents des groupes terroristes, les espions ont mis en

    danger la sret de lEtat et la s-curit publique. Les suspects sont galement accuss davoir recrut et envoy des officiers de larme des prostitues trangres, qui ont pu ainsi obtenir des informations com-promettantes. Sous la menace de les voir rvles, les officiers compro-mis ont fourni au rseau criminel des renseignements classs secret dfense. Base Izmir, lorganisa-tion possderait des branches dans plusieurs provinces, dont Istanbul, Ankara, Bursa, Antalya, Mugla, Manisa, Zonguldak et Ordu.

    Litinraire des avions de chasse turcs rvl la GrceLun des documents saisis montre que le rseau despionnage a vendu aux autorits grecques les plans des oprations militaires prvues en cas de conflit ou de guerre avec les pays limitrophes de la Turquie. Y est no-tamment explique la manire dont larme turque entendait se prot-ger des mines terrestres disposes par larme grecque au niveau de la frontire grco-turque. Dautres documents saisis chez des membres prsums du rseau despionnage montrent que le groupe surveillait des dizaines dofficiers militaires eu gard leur appartenance idolo-

    gique ou religieuse. Lacte daccusation rvle galement que le gang a transmis la Grce des informations ultrasecrtes sur liti-nraire des avions de chasse turcs. Daprs le document, les avions de chasse taient censs patrouiller au-dessus

    de la mer Ege dans le cadre dun entranement de routine destin parer lventualit dune guerre contre la Grce, mais linformation en question a t reue par les auto-rits grecques quelques minutes peine aprs que les autorits mili-taires turques aient fix litinraire que devaient emprunter les avions de combat. Toujours selon lacte daccusation, le rseau avait gale-ment prvu dobtenir des informa-tions sur le projet Milgem de navire de guerre turc, informations quil aurait vendues des Etats trangers.

    Aprs Ergenekon et Balyoz, une nouvelle affaire dEtat vient dclater en Turquie. Les services denqute judiciaire ont dcouvert lexistence dun gang despions nich au sein de larme qui recrutait des prostitues et les utilisaient pour obtenir des informations contre le gouvernement et des ins-titutions telles que le MIT et la TSK.

    TURQUIE10 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    A limage dune pieuvre, lorganisation a enserr les institu-tions de lEtat

    Une enqute vient de dvoiler quun gang issu de larme turque vendait des informations secrtes des Etats trangers comme la Grce et des organisations terroristes telles que le PKK.

  • Au Liban, la lgalisation du mariage civil divise

    En se mariant civilement, un acte formellement interdit par la loi au

    Liban, Khouloud Soukkarieh et Nidal Darwich ont jet un pav dans la mare dans le dbat sur ce type dunion qui di-vise le pays rgi par un systme politique confessionnel. Pour nous, le mariage civil nest pas seulement une question de mariage. Cest en fait une affaire liba-naise : le mariage civil serait la premire pierre dans la construction dun systme non-confessionnel, explique Khouloud lAFP. Leur avocat a sollicit le ministre de lIntrieur, en charge du registre de la famille, pour quil le reconnaisse, ce qui serait une premire au Liban. Dans le cadre de leur combat lac, Khouloud et Nidal ont demand, conformment une loi datant de 2011, supprimer de leur tat-civil la mention de leurs confessions sunnite et chiite. La religion occupe une place de premier plan au Liban, un pays qui runit 18 communauts religieuses o lEtat est rgi par un systme complexe de partage du pouvoir entre les diffrentes confessions. Les mariages, divorces et questions dhritage sont du ressort des autorits religieuses propres chaque

    communaut. La loi libanaise nautorise que les unions religieuses mais reconnat les mariages civils contracts ltranger. Dans certains couples mixtes, chrtiens-musulmans, lun des deux poux dcide

    de se convertir pour viter les complica-tions du mariage religieux. Dautres optent pour le mariage civil ltranger, souvent dans lle de Chypre voisine, puis font reconnatre leur union au Liban.

    La communaut turque dAutriche en-visage de poursuivre en justice le fabri-cant de jouet danois Lego en Autriche, en Allemagne et en Turquie, pour incitation la haine raciale avec une bote de jeu de construction dont cer-tains lments sont pdagogiquement douteux. Dans le jeu de construction Lego Star Wars 9516, o les enfants de 9 14 ans sont amens reproduire le Palais de Jabba de Star Wars, le fabri-cant danois tablit plusieurs associa-tions culturelles douteuses, estime la communaut turque dAutriche. La forme du palais assembl et de la tour qui laccompagne sont des imitations de la mosque Hagia Sophia dIstanbul ou de la mosque Jami al-Kabir Bey-routh, et dun minaret, ajoute lorgani-sation. On peut sattendre plus de conscience de sa responsabilit de la part dun fabricant qui produit depuis des dcennies des jouets pdagogiques prcieux. De son ct, Lego, cit dans le communiqu de la Communaut turque dAutriche, estime que le palais est aussi proche que possible de lori-ginal dans le fi lm de George Lucas.

    La loi libanaise nautorise que les unions religieuses mais reconnat les mariages civils.

    Des Turcs attaquent Lego en justice

    INTERNATIONAL11 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

  • Projet1_260 06/12/12 10:54 Page1

  • Ce que doivent manger les femmes enceintes en hiver

    Du point de vue de la sant maternelle et infantile, les sp-

    cialistes insistent sur limportance dune alimentation saine en hiver

    et conseillent aux femmes enceintes dtre trs at-

    tentives leur alimen-tation. Ces mmes

    spcialistes sou-lignent que le poids excessif pris au cours de

    la grossesse ne contribue pas

    au dveloppe-ment du bb et

    insistent sur le fait que la consommation de cho-

    colats, ptisseries, aliments frits et desserts, qui nont pas

    de valeur nutritionnelle et contiennent trop de calories, nuit au dveloppement phy-sique et psychique du bb.

    Dilan Dalgi, ditticienne et propritaire de Delight Beslenme Egitim ve Danis-manlik Merkezi (Centre de conseils et dducation nutritionnels Delight) a d-clar que les futures mamans devaient faire trs attention leurs choix alimen-taires durant les mois dhiver. La consommation de fruits et lgumes tels que les pommes, coings, grenades, poires, cleris, pinards, oignons, radis, citrouilles et choux est trs importante pour la sant de la mre et du bb, grce leurs vitamines et minraux abondants qui renforcent le systme immunitaire, a soulign la ditticienne.

    Calcium et vitamine D pour les osDilan Dalgi attire galement lattention sur limportance de certains aliments riches en fer comme les ufs, la viande rouge, ainsi que les lgumineuses sches, fruits secs, lgumes schs et lgumes feuilles vert fonc comme les pinards, le choux noir, le pourpier et la roquette,

    des aliments dont la consommation aug-mente en hiver. La ditticienne indique que le calcium, qui est la source princi-pale du dveloppement des dents et des racines des os du bb, a pour origine non seulement les produits laitiers tels que le lait, le yaourt et le fromage, mais galement les produits vgtaux tels que la citrouille, le boulgour, les lgumi-neuses sches, fruits schs, pinards, la roquette et le choux noir. En priode de grossesse, le besoin en calcium est deux fois plus important. La vitamine D est trs importante dans laccroissement de lutilit du calcium et du phosphore. Elle fournit une contribution importante au dveloppement du systme squelet-tique du bb. La vitamine D, dont la source majeure est le soleil, peut tre aussi obtenue en hiver en consommant des aliments tels que les produits laitiers, les ufs et le poisson, et en faisant de la marche quotidienne en plein air, conclut la ditticienne.

    Vivre sa grossesse en hiver ncessite une alimentation adapte. Daprs la ditticienne turque Dilan Dalgi, les femmes enceintes doivent privilgier la consommation de fruits, de lgumes, et de produits base de protines pour renforcer la constitution de lenfant natre.

    FAMILLE & SANTE13 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    La consommation de boissons lactes est recommande pour les femmes enceintes en hiver.

  • CULTURE14 01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    A plus dun gard, ce fi lm est une premire. Dans un pays o non seulement les femmes sont prives des droits civiques, mais encore du simple droit de conduire un vhicule, dans un pays o les salles de cinma sont pro-hibes, une femme, Haifaa Al Mansour, fait un fi lm. Une premire pour le royaume wahhabite, mais aussi pour la ralisatrice saoudienne,

    qui signe l son premier long-mtrage. Un fi lm qui ambitionne de faire avan-cer les choses de lintrieur, au sein dune socit qui a amorc une lente mutation. Wadjda, dix ans, est une fi lle pleine de vie. Issue dun milieu conservateur, elle cherche toujours en faire plus que ce qui lui est permis. Aprs une bagarre avec son ami Abdullah, elle aperoit

    un beau vlo vert vendre. Elle le veut tout prix, pour pouvoir le battre la course. Mais la mre de Wadjda lui interdit, redoutant les rper-cussions dans une socit qui conoit les vlos comme une menace pour la vertu dune fi lle. Wadjda dcide alors de trouver largent par ses propres moyens, dtermine se battre pour dfendre ses rves.

    AGENDA CULTUREL

    CIN

    -DB

    ATCO

    NCER

    TPR

    SEN

    TATI

    ONCO

    NFR

    ENCE

    Head-onFuir ou se retrouver travers ses contradictions, le parcours de deux Germano-turcs devenus couple. Ours dor au Festival de Berlin 2004. Projection suivie dun dbat sur le cinma de Fatih Akin. Entre libre.Le 5 fvrier 18:00Institut dtudes politiques104, boulevard de la Duchesse Anne35700 Rennes

    Trio JoubranLes trois frres Joubran, hritiers dune ancienne famille de luthiers de Palestine, clbreront leurs dix ans de carrire lOlympia.Le 7 fvrier 20:00Olympia Bruno Coquatrix28, boulevard des Capucines75009 Paris

    Ahmet Midhat : Drdane Hanim et les limites du patriarcatPar Erol Kroglu, professeur luniversit du Bosphore Istanbul (confrence en turc).Le 6 fvrier 17:00INALCO65, rue des Grands moulins75013 Paris

    Byzance du point de vue des Arabes et des musulmans : entre histoire et historiographieUne confrence prononce par Ta-her Mansouri (universit de Tunis), dans le cadre du cycle Laire arabe et le monde : contacts, changes, stratgies.Le 7 fvrier 18:00Maison de lOrient et de la Mditerrane7, rue Raulin69007 Lyon

    Les Frres musulmans gyptiens, des origines au dfi du pouvoirLpreuve du pouvoir acclre au-jourdhui lvolution de lorganisation des Frres musulmans, fonde en 1928. Cest un paysage organisation-nel et idologique en mouvement que sefforcera danalyser Stphane Lacroix, professeur lEcole daffaires internationales de Sciences Po.Le 5 fvrier 18:00EHESS105, boulevard Raspail75006 Paris

    Le mythe de lislamisa-tion, de Raphael LiogierDans son dernier essai paru au Seuil (2012), Raphal Liogier, profes-seur lInstitut dtudes politiques dAix-en-Provence, sapplique d-construire le mythe de lislamisation. Entre libre.Le 2 fvrier 12:00Institut des cultures dIslam19-23, rue Lon75018 Paris

    A lire & voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir... voir...&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&A lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lireA lire &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    PRS

    ENTA

    TION

    Wadjda,ralis par Haifaa Al Mansour (drame,

    Arabie saoudite, 2012, 1h37). Avec Waad Mohammed, Reem Abdullah, Abdur-rahman Al Gohani. Prix de la Critique

    internationale, Venise 2012.Sortie en salles le 6 fvrier.

    SEYFEDDINE BEN MANSOUR LILLELe Haut conseil islamique du Mali a annonc le 23 janvier son

    soutien lintervention militaire fran-aise au Mali. Une semaine plus tt, le prsident de lUnion internationale des savants musulmans, le cheikh gypto-qatari Yusuf al-Qaradhawi, avait condamn linitiative de la France. Nombreux sont les musul-mans qui dplorent lexistence de pa-reilles divergences entre institutions islamiques. Plus gnralement, et plus fondamentalement, beaucoup re-doutent la divergence au sein de lis-lam, dans laquelle ils voient un facteur de discorde et de faiblesse. Force est de constater pourtant quen matire dinterprtation des principes de lis-lam et de dfi nitions de normes quil sagisse de lois, ou, comme ici, davis (fatwa) , la divergence, et la pluralit quelle suppose, a toujours exist. A lorigine mme de la jurisprudence islamique, il y a lopposition entre science et opinion, la seconde palliant les carences de la premire, quand,

    autrement dit, aucun texte coranique ou aucun hadith ne pouvait tre direc-tement invoqu. Cette opinion qui, par dfi nition, peut varier, tait nanmoins lgitime en tant que source de loi. Le Prophte et les premiers Califes avaient ainsi reconnu la validit des dcisions prises par les juges quils avaient nomms dans les provinces nouvellement conquises, et dans les-quelles le recours lopinion ntait pas rare, le corpus juridique ntant pas encore constitu. On y trouvait dj les premiers instruments mtho-dologiques dont useront les diffrentes coles juridiques, et notamment le raisonnement par analogie et la prise en compte de lesprit des lois.

    Limitation juridique contre la diversit des avisCest peu prs la mme poque quapparat le concept de consensus (ijm), qui, comme la divergence, suppose la pluralit. Il faut ici avoir lesprit que la jurisprudence isla-mique, loin de stre dveloppe

    partir dun corpus existant, a d lla-borer au fi l des sicles. Son histoire est celle dapproches diffrentes, incar-nes dans des coles diffrentes qui, en arabe, sont dsignes du nom de madhhib, littralement, chemins. Cest vers le milieu du VIIIe sicle que des groupes appartenant la tradi-tion juridique de telle province ou de telle cit se dfi nissent par rapport lenseignement dun matre. Il est alors question des disciples dAbou Hanifa Koufa, des disciples de Malik Mdine, de ceux dal-Aw-zai en Syrie, etc. De ces diffrentes coles, seules quatre survivront au sein du sunnisme au XIIIe sicle et jusqu nos jours : les coles han-balite, hanfi te, malkite et chafite. Si elles divergent dans la manire dinterprter le Coran et la Sunna, elles partagent nanmoins une mme thorie de la loi. Elles se conoivent les unes les autres comme galement lgitimes, cest--dire comme pro-posant chacune des interprtations alternatives mais galement valides. A partir du Xe sicle commencera prvaloir le principe de limitation des dcisions des anciens. Limitant forte-ment le champ de lijtihad ou effort (de rflexion personnelle base sur les principes gnraux de lislam), ce principe dimitation cantonnera lactivit juridique lexplication, lapplication et, au mieux, linterpr-tation, dune des quatre doctrines, hors desquelles aucune orthodoxie sunnite ne sera ds lors concevable. Pourtant, la contrainte de limitation naura pas raison de la diversit, de la divergence, parfois, au sein dune mme cole. Et si le consensus a un rle rgulateur, la diffrence dopi-nion au sein de la communaut des musulmans est une bndiction de Dieu, selon le mot clbre du cheikh Abou Hanifa.

    La divergence dopinions la source du droit musulman

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesIslam

    des mondes

    Islam des m

    ondesLa mosque Oqba Ibn Na Kairouan en Tunisie avait, depuis le IXe sicle, la rputation dtre lun des plus importants centres denseignement de la jurisprudence malikite.

    Une cinaste saoudienne brise les tabous

  • OPI

    NIO

    N15

    01 - 07 FEVRIER 2013 ZAMAN FRANCE

    Boude par une Europe de plus en plus isole conomiquement et aff aiblie politique-ment, la Turquie nhsite plus envisager des scnarios dadhsion alternatifs comme le Shangai Five. Daprs le chroniqueur Yavuz Baydar, cette attitude est

    comprhensible au regard de la politique systmatique dobstruction mene par lUE lgard dAnkara.

    La Turquie regarde aussi vers lEst

    Le populaire Premier mi-nistre de la Turquie, Recep

    Tayyip Erdogan, ne cesse de nous surprendre. Sa dernire sortie en

    date est une rf-rence au Shanghai Five. Lors dune r-cente interview tl-vise, alors quon lui demandait, le plus

    simplement du monde, o en tait le gouvernement avec le pro-cessus dadhsion lUE, il fi t une rponse pour le moins abrupte : LUE voudrait nous oublier, mais elle hsite et ny arrive pas vrai-ment. Si seulement elle nous di-sait le fond de sa pense, nous serions soulags. Quand les choses se passent aussi mal, et quon est Premier ministre de 75 millions de personnes, on cherche forcment dautres voies. Cest pourquoi jai rcemment dit M. [Vladimir] Poutine : "Prenez-nous avec vous au sein du Shan-ghai Five. Faites-le et nous dirons adieu lUE ; nous la quitterons dfinitivement. Pourquoi donc tout ce blocage ?". Le Premier ministre a ensuite ajout, en guise de commentaire, que le Shanghai Five tait meilleur, plus solide que lUE. Ce quil a dit l nest pas vraiment nouveau pour qui suit ses discours et ses rencontres. Des mdias avaient rapport lt der-nier quErdogan avait suggr cette ide M. Poutine lors dune runion avec le prsident russe. Mais cette fois-ci, le Premier mi-nistre met davantage laccent sur son propos et le place dans le contexte de lUE. Cette rptition montre quil continue chafau-der cette ide quil nabandon-

    nera pas. Jai voqu la question au dner avec mon collgue Cen-giz andar. Il nous semble clair tous les deux quErdogan tant ce quil est, il pense ce quil dit. Il ne sagissait pas pour lui de secouer les turcosceptiques europens, ni de brandir une menace.

    Un paria dans lEuropeLe Premier ministre est, comme il la dit, la recherche de nouvelles voies pour placer la Turquie dans un contexte gostratgique o sa force conomique correspondrait sa chorgraphie politique. Il exprime par ailleurs la frustra-tion de voir lEurope traiter un membre du G20 et la 16e puis-sance conomique mondiale, avec aujourdhui une classe moyenne stable et trs puissante, comme un pays de seconde classe et, ses yeux, de manire inique, comme un paria. Compte-tenu du pitre avancement des ngociations avec lUE, assombries par les tra-

    casseries lies au visa, prises en otage par les Grecs de Chypre, qui se sont servis de leur position de membre pour tuer et enterrer les ngociations des Nations Unies pour lunifi cation de lle, et une rsistance mentale renforce par lislamophobie et la xnopho-bie ambiantes, on ne peut pas vraiment le lui reprocher. Il na pas bnfici de beaucoup den-couragements dans sa marche vers la pleine adhsion et on la rencontr chaque fois avec suspicion. Les propos dErdogan vont provoquer deux types de ractions au sein de lUE : les turcosceptiques sen fliciterons, tout en maintenant loffre dun partenariat privilgi ; quant aux autres la Commis-sion europenne, ainsi que cer-

    tains Etats membres sages et clairvoyants voudront relancer rapidement le pro-cessus dadhsion.

    Le dsenchantement europen des Turcs

    Ceci tant pos, un point doit tre soulign : aujourdhui,

    deux puissantes conomies situes sur les flancs ouest et est de lUE

    expriment clairement leur consternation face ltat de lunion. Aussi bien James

    Cameron que Recep Tayyip Erdo-gan ont exprim des intentions claires, justifi es de leur point de vue. Sans le Royaume-Uni et la Turquie, lUE sera assurment quelque chose de trs diffrent, et clairement, une entit sans relle puissance et certainement pas un acteur au plan mondial.

    Ce qui me fait croire quErdogan pense ce quil dit est lali-nation croissante des citoyens turcs envers ladhsion lUE. Peut-tre a-t-il lu la rcente enqute (dcembre-janvier) publie par le Centre dtudes conomiques

    et de politique trangre (EDAM), un think tank libral dIstanbul, qui montre que son mcontente-ment lgard de lUE est large-ment partag. LEDAM constate ainsi que si un tiers de la popula-tion pense que la Turquie devrait poursuivre son objectif de par-venir une adhsion complte, les deux tiers restants estiment au contraire quAnkara devrait y renoncer.

    Les Kurdes majoritairement pro-adhsionBien que 34 % des lecteurs de lAKP pensent que la Turquie devrait persister dans son ob-jectif dune adhsion complte, ce taux tombe 30 % chez les lecteurs du principal parti de lopposition de centre-gauche, le CHP et 15 % parmi ceux qui votent pour le parti natio-naliste MHP. Seuls les partisans du BDP dfendent avec passion lobjectif dune adhsion lUE, avec un taux de 88 %. LEDAM a par ailleurs pos la mme ques-tion 202 experts en politique trangre. Ils ont prconis mas-sivement, 87 %, le maintien de lobjectif dune adhsion part entire ; le foss est grand entre les spcialistes de la politique trangre et lopinion publique. Pour les Europens, il y a dans tout cela matire rflexion. La question Qui a perdu la Turquie ? devra donc rester lordre du [email protected] abonnement annuel France : 120

    Prenez-nous au sein du Shanghai Five et nous dirons adieu lUEsurprendre. Sa dernire sortie en

    date est une rf-rence au Shanghai Five. Lors dune r-cente interview tl-vise, alors quon lui YAVUZ BAYDAR

    Adresse : 2 Boulevard Saint-Martin 75010 PARISTel : 01 42 00 19 36 Faks : 01 42 00 19 [email protected] manfrance.fr - www.zamanfransa.com no CPPAP 112U90032 - ISSN 1869-5795

    Imprimerie : ROTOCENTRE348, rue Marcel Paul 45770 SARAN

    Directeur de la publication : EMRE DEMR

    Rdacteur en chef : EMRE [email protected]

    Gestionnaire administratif : FAHRETTN [email protected]

    Responsable publicit : MEHMET [email protected]

    Edit par : Source SARL2, boulevard Saint Martin75010 PARIS

    SIDDIK LHAN [email protected]

    MEHMET DN [email protected]

    OSMAN USTA [email protected]

    Relations publiques :Secrtaires de rdaction :BAYRAM [email protected] [email protected]

    Directeur artistique :EVREN [email protected]