Vision Brésil n° 38 - .! 1! Vision Brésil n° 38, septembre 2012 Bonjour, Des élections...

download Vision Brésil n° 38 - .! 1! Vision Brésil n° 38, septembre 2012 Bonjour, Des élections municipales

of 35

  • date post

    30-Dec-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Vision Brésil n° 38 - .! 1! Vision Brésil n° 38, septembre 2012 Bonjour, Des élections...

1

Vision Brsil n 38, septembre 2012

Bonjour,

Des lections municipales marques par la lutte contre le trafic dinfluence, un jugement du Tribunal Suprme qui sanctionne lourdement la corruption la tte de lEtat, des chiffres plus optimistes pour lanne conomique qui sachve bientt, le Brsil qui avance est optimiste en ce mois doctobre 2012.

Mais de srieux points noirs rsistent. Dont une statistique coeurante propos du trafic des tres humains ainsi quune inquitante invasion de coraux du Pacifique qui dbarquent au Brsil en passagers clandestins des navires marchands et dciment les espces locales.

De tout cela et bien dautres choses, ce Vision Brsil n 38 doctobre 2012 se fait lcho. Bonne lecture, faites connatre Vision Brsil autour de vous.

Jean-Jacques Fontaine

P.S. Il ny aura pas de Vision Brsil en novembre. Le prochain numro paratra vers mi-dcembre 2012

2

Ce mois, octobre 2012, lections et mensalo : moralisation de la vie publique ?

Les lections municipales qui viennent davoir lieu et le verdict prononc par le Tribunal Suprme propos du scandale politique du Mensalo redonnent espoir : les institutions rpublicaines fonctionnent au Brsil, elles fonctionnent mme bien, la moralisation de la vie publique trace petit petit son chemin, rendant chaque jour plus difficile lusage de la corruption pour dominer son fief local ou construire une majorit parlementaire.

Les lections municipales nont certes pas dbouch sur un bouleversement spectaculaire de lquilibre des forces politiques du pays : le Parti des Travailleurs de la Prsidente Dilma Rousseff reste le parti du gouvernement en place, le PSDB social-dmocrate de lancien Prsident Fernando Henrique Cardoso se renforce comme noyau central de lopposition politique et le PMDB centriste continue contrler le plus grand nombre de prfectures ce qui le maintien dans son rle de fabricant de majorit .

Recomposition politique dans la nuance

Mais au-del de ce panorama global, il y a des nuances qui ne trompent pas : le PT, qui portait traditionnellement lespoir des plus pauvres, a du, son succs dans les urnes sen ressent. Et surtout, le nombre record dabstention, 14%, dans un pays o le vote est obligatoire montre bien que lenthousiasme des lecteurs ny est plus. Le PSDB peine construire un vrai programme dopposition et se montre de plus en plus clat entre une frange qui penche rsolument droite et une autre qui, autour de Aecio Neves, petit fils du premier Prsident de laprs-dictature, Tancredo Neves, prne un modle social-dmocrate inspir des pays

3

europens.

Enfin le PMDB faiseur de gouvernement voit son hgmonie attaque par la monte dun petit nouveau, le PSB, le Parti Socialiste Brsilien, dirig par le Gouverneur du Pernambuco, Eduardo Campos, autre descendant dun opposant notoire au rgime militaire, il est le petit fils de Miguel Arraes, qui entend bien se profiler pour les prsidentielles et les lgislatives de 2014.

Mais lessentiel de ces lections nest peut-tre pas dans cette recomposition des forces. Il rside bien plus dans la droute de familles de notables qui contrlent la politique locale depuis des dcennies. A lexemple de ce qui sest pass dans certaines cits de la Baixada Fluminense , la grande banlieue de Rio de Janeiro : Duque de Caxias, Nilopolis, Mesquita, Terespolis ou Mag.

La fin des caciques

Ainsi, Jos Camilo Zito na pas t rlu comme Prfet de Duque de Caxias. Il visait pourtant son 3me mandat la tte de cette municipalit et se faisait appeler, depuis les annes 2000, le Roi de la Baixada , aprs avoir fait lire son frre et sa femme prfets de Belford Roxo et de Mag, respectivement. Le voil aujourdhui mis lcart de son propre fief.

Idem pour Aniz Abraho David, dit Ansio, clbre cad du Jogo de Bicho , une loterie clandestine trs populaire mais interdite. Condamn 48 ans de prison pour corruption, Ansio conserve toute son influence sur son fief grce la famille Beija Flor , du nom de la clbre cole de samba dont il est prsident dhonneur et qui gagne pratiquement un carnaval de Rio de Janeiro sur deux. La rlection de son poulain, en loccurrence son neveu Srgio Sessim, ne sest pas faite, malgr une campagne axe sur le slogan Ansio demande votre vote pour Sessim . Il a aussi perdu Teresopolis o son ami candidat Mrio Tricano na pas t lu prfet.

A Mag, cest le clan Cozzolino qui a connu semblable msaventure. Nbia Cozzolino, ex-prfte de la ville et cheffe de la dynastie familiale, elle-mme raye de la vie politique en 2009 pour corruption lectorale, na pu faire lire ni son candidat la prfecture, ni ses frres et surs, candidats un poste au Conseil Municipal. Lcartement de ces familles est un signe de mrissement du rgime rpublicain et du processus dmocratique, analyse Eurico Figueiredo, Professeur de Sciences Politiques lUniversit

4

Fdrale Fluminense de Nitroi. Cela montre que llecteur a plus accs linformation et cest sans doute le plus grand changement de ces dernires annes .

Linnovation juridique du Mensalo

Concidence de dates, au moment o les brsiliens allaient aux urnes, les onze juges du Tribunal Suprme rendaient leur verdict dans laffaire dite du Mensalo , le plus gros scandale politique que le pays ait connu. Mme si on ne connat pas ce jour toutes les peines prononces, une condamnation gnrale de la direction dalors du Parti des

Travailleurs et de lex-ministre dEtat Jos Dirceu, pour corruption active en bande de parlementaires afin dobtenir une majorit au Congrs, a t sanctionne.

Laffaire remonte au premier mandat de lex-Prsident Lula, elle a t dvoile en 2005. Les hautes instances du PT au pouvoir avaient mis en place un montage sophistiqu dachat de parlementaires au moyen de fonds publics, pour faire voter certaines lois et sassurer une majorit stable. Si Lula lui-mme chappe de justesse aux accusations, mme sil nest pas accus formellement, tout le monde admet aujourdhui quil ne pouvait pas ne pas savoir -, lensemble de la direction du Parti des Travailleurs a tremp activement dans laffaire, conclut le Tribunal Suprme.

Condamner les corrupteurs et plus seulement les corrompu

Les onze sages ont innov en matire de jurisprudence dans cette affaire en condamnant cette fois les corrupteurs, alors que jusquici au Brsil, seuls les corrompus encouraient les foudres de la justice. Il va tre dsormais plus difficile de voler titre la revue Epoca , rsumant le sentiment gnral que ce verdict provoque. Lautre nouveaut de ce jugement rside dans le fait quil nest dsormais plus ncessaire dapporter une contre preuve pour asseoir une accusation de corruption.

Jusquici, un policier pris en flagrant dlit de recevoir un pourboire pour faire sauter une amende, par exemple, ne pouvait tre sanctionn que si la preuve tait apporte que lamende en question avait bel et bien t enleve par ce policier. Dsormais, le seul

5

fait daccepter une rcompense illicite suffit tablir la preuve. Cest un changement culturel significatif , note Alexandre Camanho, Prsident de lAssociation des Procureurs de la Rpublique. Il rappelle que le Prsident Fernando Collor, bien que dchu de son poste de chef de lEtat pour corruption par une procdure politique dimpeachment en 1992, na jamais t condamn en justice cause justement de labsence de cette contre preuve. Le Tribunal Suprme sest rconcili avec la Rpublique et le pays , conclut-il.

Les prte-noms nont pas t pargns

Dernire audace des juges de la Cour Suprme dans ce verdict du Mensalo, la condamnation des prte-noms , qui ont mis disposition contre rmunration, leurs comptes en banque pour permettre largent dtourn darroser les parlementaires achets, ou pour permettre ces derniers de lenvoyer vers des paradis fiscaux. L encore, en mettant en avant cette forme de punition dagents corrompus, le Tribunal Suprme change un paradigme, explique le juriste

Luis Flvio Gomes. Dsormais, il sera plus facile pour la police et le Ministre Public de poursuivre les corrupteurs .

Lacte de corruption constitue un geste de perversion de lthique du pouvoir et de lordre juridique qui doit tre vident pour tous les citoyens de cette Rpublique, conclut Celso de Mello, un des onze juge. A ce titre, cest une transgression qui mrite la plus svre des lois pnales, quelque soit la position du coupable, patricien ou plbien, gouvernant ou gouvern .

Un futur diffrent ?

Ce verdict du Tribunal Suprme aura des consquences dans le futur, admettent tous les observateurs, non seulement au sommet de la pyramide judiciaire, mais aussi au niveau des instances infrieures. En thorie, la jurisprudence du Tribunal Suprme vaut pour tous. Sa non-application devrait dsormais permettre aux plaignants de recourir systmatiquement contre tous les

6

favoritismes.

Ce jugement est donc, comme dans le cas de la liquidation du pouvoir politique discrtionnaire des familles de notables locaux, un pas en avant important dans la moralisation de la vie publique brsilienne. Il ne faut cependant pas jouer les ingnus, tempre Luis Flvio Gomes, une seule sentence ne va pas modifier toute une culture dun seul coup de baguette magique. Il va falloir du temps pour que les dcisions du Tribunal Suprme propos du Mensalo portent leurs fruits .

Du temps et de la vigilance. Nempche, la dmocratie brsilienne prouve quelle fonctionne. Plus, quelle avance

Post-Scriptum post lectoral

Les rsultats du scrutin du second tour des Municipales, qui sest tenu le dimanche 28 octobre confirment la tendance gnrale au renforcement du Parti des Travailleurs gouvernemental qui contrle maintenant 636 municipalits regroupant le plus grand nobre dhabitants du pays, 37 millions. Avec la reconqute de la ville de So Paulo, cest surtout dan