Solidarité 2/2011

download Solidarité 2/2011

of 11

  • date post

    05-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Das Magazin von Solidar Suisse

Transcript of Solidarité 2/2011

  • Numro 2, mai 2011

    Le magazine de

    POINT FORTGlobaliserla solidarit

    CHINEExploitation danslindustrie des bijoux

  • 2 DITORIAL 3

    Editeur: Solidar Suisse, Quellenstrasse 31, Postfach 2228, 8031 Zrich Tl. 021 601 21 61, E-mail: contact@solidar.ch, www.solidar.ch CP 10-14739-9 Lausanne. Membre du rseau europen SolidarRdaction: Katja Schurter (rdactrice responsable), Rosanna Clarelli, Christian Engeli, Alexandre Marithoz, Cyrill Rogger

    Layout: Atelier Binkert, www.atelierbinkert.chTraduction:Irene Bisang, Ursula Gaillard, Milena Hrdina, Walter RoselliCorrection: Marianne Enckell, Jeannine HorniImpression et expdition: Unionsdruckerei/subito AG, Platz 8, 8201 SchaffhausenParat quatre fois par an. Tirage 37 000 ex.

    Le prix de labonnement est compris dans la cotisation (membres individuels 50. par an minimum, organisations 250. minimum). Imprim sur papier recycl

    Page de titre: Les bijoux vendus en Suisse sont fabriqus dans des conditions inhumaines en Chine. Dernire page: Xueying Jiang montre une photo de son mari mort de la silicose (voir page 4). Photos: Ming Pao

    ACTUALITSolidar sengage contre lexploitation en Chine 4 POINT FORTGlobaliser la solidarit pour rpondre une conomie mondialise 6

    En quoi Solidar contribue une globalisation par le bas 8

    Des partenariats pour la solidarit: chos en provenance du Sud, de lEst et du Nord 10

    Rating Solidar: les communes doivent assumer une responsabilit globale 13 CHRONIQUE 5 BRVES 12

    JEU & BAROMTRE 14 CULTURELe 1er Mai du Nicaragua au Burkina Faso 15 RSEAUNouveaux projets et actualits des OSEO rgionales 16 PORTRAITEddie Cottle a lutt pour des conditions de travail dcentes lors du dernier Mondial 18

    ACTUALIT En Chine, Solidar soutient les travailleurs et travailleuses de lindustrie des bijoux dans la dfense de leurs droits. 4

    CULTURE Comment le 1er Mai est-il clbr dans les pays o Solidar est actif? 15

    PORTRAIT Eddie Cottle sengage pour que le combat en faveur de conditions de travail dcentes lors du Mondial de football se poursuive.

    18

    POINT FORTUn partenariat pour une solidarit globalise doit se dployer au-del des frontires: dans les pays du Sud et de lEst et en Suisse. 6

    IMPRESSUM

    Laction de Solidar Suisse

    des syndicats et des organisations po-pulaires pour les aider amliorer leurs conditions de vie.

    Dans les pays les plus pauvres dAfrique et dAmrique latine, de mme que dans les pays mergents comme la Chine et lAfrique du Sud (voir pages 4 et 18), nous uvrons pour des conditions de travail plus justes, la dmocratie et le res-pect des droits humains. Nous dispen-sons en ou tre une aide humanitaire en cas de catas trophe.

    En Europe du Sud-Est aussi, nos pro-grammes visent amliorer les condi-tions de travail. Dans cette rgion, nous misons avant tout sur linstauration dun vritable partenariat social.

    Un dveloppement durable, soit celui qui parvient radiquer la pau vret, lexploitation et la discrimina tion, nest possible que si les gens disposent d'un travail et d'un salaire dcents, jouissent de leurs droits fondamentaux et parti-cipent dmocratiquement aux dci-sions qui les concernent.

    Lhistoire montre que seuls les princi-paux intresss sont mme de vaincre la prcarit, mais nous pouvons leur ap-porter un prcieux soutien. Cest en cela que Solidar Suisse est une partenaire dans le dveloppement: nous nous en-gageons rsolument aux cts des tra-vailleurs et des travailleuses, des per-sonnes au chmage et des sans-terre,

    Lradication de la pauvret dans le monde passe aussi par un changement dattitude dans les riches nations indus-trialises. Par ses campa gnes, Solidar entend inflchir les politiques trangre et conomique de notre pays afin de con-tribuer au respect des droits humains.

    Le Rating Solidar des communes (voir page 13) va dans ce sens. Grce cette valuation, les communes sont en mesu-re de penser globalement pour agir loca-lement: sengager dans la politique de dveloppement et nacheter que des produits quitables. La campagne offre ainsi un appui efficace notre lutte pour le respect des normes fondamentales du travail dans le monde entier. www.solidar.ch

    Chre lectrice, cher lecteur, ABB, Nestl, Swatch et dautres entreprises suisses produisent bon compte en Chine. Lorsque des organisations de dfense des droits de la personne humaine, comme notre partenaire Labour Action China (LAC), posent des questions sur les conditions de travail dans les usines locales, les responsables se refusent souvent tout commentaire.

    Solidar Suisse aide la LAC organiser les travailleuses et les travailleurs en Chine et dfendre leurs droits (voir page 4). La solidarit internationale exige toutefois davantage: Vous de-vez nous aider pour faire en sorte que produire en Chine ne profite pas seulement aux entreprises suisses, mais aussi la

    main-duvre chinoise, explique Suki Chung, directrice de la LAC. Il nous incombe en fait dintervenir pour que les droits de la personne humaine et les normes du travail figurent en bonne place dans les accords de libre-change que la Suisse ngocie en ce moment avec la Chine.

    Notre collaboration avec la LAC illustre notre notion du dve-loppement, notion qui a volu depuis la fondation de lOSEO. Il nest plus question daide, mais de collaboration solidaire avec des partenaires dans les pays mergents et en dvelop-pement. La coopration consiste non seulement soutenir des projets sur place, mais aussi promouvoir la justice sociale dans la politique suisse.

    Voil ce que signifie le nouveau nom, Solidar Suisse (voir page 14), que nous nous offrons pour nos 75 ans. Nous vous invitons dailleurs cordialement venir fter cet anniversaire, le 27 mai Zurich, en prsence de la prsidente de la Confdration, Micheline Calmy-Rey, et de la ministre de lEducation du Burki-na Faso, Odile Bonkoungou.

    Notre journal Solidarit en profite pour voluer aussi: la mise en page est nouvelle, tout comme la formule du dossier. Le prsent numro est ainsi consacr la globalisation de la soli-darit. Je vous souhaite une bonne lecture!

    Ruth Daellenbach, directrice de Solidar Suisse

  • 5Hans-Jrg FehrPrsident de Solidar Suisse et conseiller national

    Solidar dfend lide que la coopra-tion doit pouvoir sappuyer sur une politique trangre respectant les principes du dveloppement durable. Le Parti socialiste, qui nous soutient, ne cesse de revenir la charge, au Parlement, pour que les critres so-ciaux et les droits humains soient res-pects dans les accords cono-miques que la Suisse conclut avec les pays en dveloppement ou mer-gents. Cette action politique de longue haleine a port ses premiers fruits: la conven tion internationale du cacao comprend un chapitre sur le dveloppement durable: cest une premire. Les Etats signataires sengagent am lio rer les condi-tions de travail des po pulations tra-vaillant dans le secteur du cacao. La convention contient mme des rgles pour que le respect des normes fon-damentales de lOrganisation interna-tionale du travail (OIT) soit vraiment garanti; elle franchit donc le pas d-cisif qui spare les belles dclarations de principe de leur application. La convention sur le cacao rfute ainsi la position dfendue jusquici par le Conseil fdral, selon laquelle ce sont les pays en dveloppement qui refu-sent ces clauses. Elle dfinit le mini-mum au-dessous duquel aucun ac-cord commercial ne devrait jamais tre conclu. A commencer par laccord de libre-change que lon espre signer avec la Chine. La commission de politique extrieure du Conseil national a charg le Conseil fdral de ngocier un chapitre consacr au dveloppement durable dans cet ac-cord. Cest encore une petite perce.

    CHRONIQUE

    Une perce

    4 ACTUALIT

    NI masquE, NI CONTRaT, NI INdEmNIsaTIONNombre des pierres prcieuses qui parent les bijoux vendus en Suisse sont travailles en Chine, dans des conditions dsastreuses. Labour Action China aide les ouvrires et les ouvriers faire valoir leurs droits.Interview: Katja Schurter. Photos: Ming Pao

    La Chine affiche certes la plus forte croissance conomique, mais elle comp-te aussi le plus grand nombre de pau-vres: 150 millions de personnes, soit 12 pour-cent de la population, vivent avec moins dun franc par jour. La pauvret svissant surtout dans les campagnes, beaucoup dhabitant-e-s partent cher-cher un emploi dans les villes en plein boom. Ils y travaillent le plus souvent dans des conditions dplorables, comme celles que pratique lindustrie de la joaillerie dans la province de Guangdong. Notre partenaire sur place, la Labour Action China (LAC), y soutient depuis 2004 les ouvrires et les ouvriers dans leur lutte. Fin mars, Suki Chung et Hang Tung Chow sont venus en Suisse linvitation de Solidar, dUnia et du Solifonds.

    Quels sont les principaux problmes rencontrs dans lindustrie de la joaillerie?Les risques au poste de travail. Pour se protger de la poussire, les ouvrires et les ouvriers reoivent une fois par mois un masque en papier. Ils le lavent, afin de pouvoir le rutiliser. Il ny pas de ventila-tion dans les ateliers. En deux heures, on est couvert de poussire des pieds la tte. Les gens doivent en outre travailler mains nues pour tailler les pierres et les

    colorer. Leur sant sen ressent invita-blement: silicose (maladie mortelle des poumons), doigts coups, surdit due au bruit des machines. LOrganisation mon-diale de la sant (OMS) exige que toutes les usines soient inspectes, mais mme les chiffres officiels montrent que lEtat ne parvient contrler quun pour-cent dentre elles. Pour les employeurs, le non-respect des prescriptions sur la s-curit ne porte donc pas consquence. La journe de travail compte normale-ment 12 heures, auxquelles sajoutent rgulirement des heures supplmen-taires. Plus de 80 % des employ-e-s travaillent sans contrat et les salaires sont trs bas.

    Que se p