Livre blanc-social-travel

Click here to load reader

  • date post

    21-Jun-2015
  • Category

    Education

  • view

    339
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Après une première phase de tests réussie depuis son site web www.thomascook.fr, Thomas Cook a décidé de revendre les produits du TO Locatour (groupe Travelfactory) dans toutes ses agences de voyages. Une brochure est à l’étude, précise Yariv Abehsera, président de Travelfactory. Avec ce nouveau fournisseur, Thomas Cook programme 780 stations en France à la mer, à la montagne ou à la campagne, 700 séjours thématiques, et diverses formules (clubs, campings, résidences…). Autant de produits accessibles qui sont pour l'heure accessibles uniquement en ligne, en BtoC comme en BtoB.

Transcript of Livre blanc-social-travel

  • 1.

2. Table des matires Introduction ..................................................................................................................................... 3 Chapitre 1 : Comment internet a rvolutionn le march du tourisme ............................................ 4 1.1. La naissance de le-tourisme .............................................................................................. 4 1.2. Lavnement du web 2.0 et la participation grandissante des internautes .......................... 5 1.3. Les internautes devenus critiques ....................................................................................... 5 Chapitre 2 : Internet, e-tourisme et consommation: une modification profonde descomportements dachat ................................................................................................................... 6 2.1. Commodit, ractivit, prix : la recette gagnante des pure players .................................... 6 2.2. Un panier moyen suprieur dans les agences traditionnelles.............................................. 7 2.3. Le cas particulier du low cost arien .................................................................................. 9 2.4. Technologie et accs linformation : le consommateur saffranchit des sources dinformations traditionnelles ..................................................................................................... 9 2.5. Le touriste 2.0 : alerte, exigeant et moins fidle ............................................................... 10 Chapitre 3 : E-tourisme et innovation technologique: le modle social se renforce...................... 11 3.1. Les cinq familles du social travel ..................................................................................... 11 3.1.1. Le travel sharing .................................................................................................... 11 3.1.2. Les blogs de voyage............................................................................................... 14 3.1.3. Le travel planning .................................................................................................. 15 3.1.4. Les rseaux dhospitalit ....................................................................................... 18 3.1.5. Les sites de rservations dhtels.......................................................................... 20 3.2. Le social travel et les rseaux sociaux gnralistes .......................................................... 22 3.2.1. Facebook au centre du social travel : pcher l o sont les poissons ................... 22 3.2.2. Wipolo : une intgration pour partager ses voyages sur Facebook ...................... 24 3.2.3. Twitter le micro-blogging au service du voyage et de la promotion des marques 25 Conclusion .................................................................................................................................... 27 Annexes : morceaux choisis des interviews ralises auprs de 5 blogueurs-voyageurs ............. 29 2 3. Introduction Ce livre blanc sintresse au social travel, une nouvelle expression du web, dans la ligne du social commerce. Le social travel, cest lensemble des interactions des internautes autour du voyage. Lexpression est rcente, mais le phnomne existe depuis les annes 2000 et lavnement du web participatif. Je my suis particulirement intress en crant Tiwago, le 1er site de micro-blogging consacr au voyage, lanc en septembre 2011. Avec Kevin Walter, nous avons imagin un rseau social volontairement trs simple, pour favoriser les interactions spontanes entre voyageurs. Tiwago, cest lambiance et les discussions dune auberge de jeunesse, version 2.0. Partager ses expriences de voyage et sintresser celles des autres nest pas nouveau. Cependant, le web ouvre considrablement le spectre des possibilits, en connectant des voyageurs qui ne se connaissent pas mais qui peuvent contribuer ensemble faciliter laccs linformation au moment de prparer un voyage. Au-del du partage dinformations, le social travel offre aussi la possibilit dorganiser des voyages en groupes, de trouver des hbergements chez lhabitant, de participer une activit originale propose par un local ou de crer ses propres guides de voyage. A travers ce livre blanc, je vous propose une prsentation gnrale du concept de social travel et un listing dtaill des initiatives lances par des entreprises bien connues des internautes mais aussi par de nombreuses startups dcouvrir. Il ne sagit pas dun catalogue exhaustif (il y a des nouveauts tous les jours !) et les acteurs non mentionns dans cette premire dition pourront apparatre dans les actualisations futures. Je vous invite donc me faire part de vos observations et me suggrer les entreprises qui mriteraient dtre cites dans ce panorama du social travel. Bonne lecture ! 3 4. Chapitre 1 : comment internet a rvolutionn le march du tourisme 1.1. La naissance de le-tourisme Souvenez-vous. Jusqu la fin des annes 90, la prparation dun voyage allait de paire avec la consultation de guides, de livres ou de revues sur la destination retenue. Vous aviez entre les mains un objet tangible, avec des textes et des images plus ou moins actualiss. Gnralement, vous aviez choisi un pays ou une destination, soit parce quun proche vous lavait recommand(e), soit parce que vous aviez t sduit par une publicit, soit parce quune mission de tlvision ou un magazine lui avait consacr un reportage qui avait su retenir votre attention. Certains entrepreneurs ont trs vite compris que le Web allait devenir un canal de distribution essentiel dans le monde trs opaque du tourisme. Cest ainsi que sont nes les premiers sites marchands de produits touristiques : Govoyages ds 1997, Edreams en 1999, Easyvoyage en 2000 ou encore Opodo en 2001, dont le business model initial tait la distribution en ligne de billets davion. Ces sites internet ont rapidement sduit les internautes et connu un succs retentissant, pour trois raisons principales : la commodit, la ractivit et les tarifs pratiqus, gnralement infrieurs ceux des agences de voyage physiques . Trs vite, ces nouveaux acteurs du tourisme ont complt leur offre pour proposer toute la gamme des produits touristiques et notamment les sjours, en mettant en place de nombreux partenariats avec les tours oprateurs et les agences rceptives (les fournisseurs), ou en dveloppant leurs propres produits. Sont galement apparus les premiers comparateurs de vols, intermdiaires rmunrs sur le volume de trafic redirig vers les agences en ligne. Face cette nouvelle concurrence, les agences traditionnelles ont elles aussi mis en place des stratgies de dveloppement online. 10 ans aprs la naissance de le-tourisme, la consultation du web et la rservation numrique est devenue un rflexe pour des millions de voyageurs, comme en tmoignent les chiffres suivants1 : 60% des internautes achtent leurs voyages exclusivement sur Internet 70% des internautes utilisent les comparateurs de prix voyage Seuls 8,4% des voyageurs nutilisent pas les services du web 1 Voyages Libration, http://voyages.liberation.fr/actualite/60-des-internautes-achetent-leurs- voyages-exclusivement-sur-internet, octobre 2009 Pros du Tourisme, http://www.pros-du-tourisme.com/actualites/detail/38869/70-des-francais-utilisent-les-comparateurs-de-prix-voyages.html, avril 2011 Journal du Net, http://www.journaldunet.com/cc/10_tourisme/tourisme_marche_fr.shtml, juillet 2010 4 5. 1.2. Lavnement du web 2.0 et la participation grandissante des internautes Aprs lexplosion de la bulle internet, le web, qui ntait alors quune sorte de mix entre un immense catalogue de rfrence et un immense annuaire de prestataires, est devenu participatif. Au dbut des annes 2000, de simples utilisateurs, les internautes sont devenus acteurs. Cest la naissance de la cyberculture, grce notamment lutilisation faite des CMS (systmes de gestion de contenu) qui, comme les weblogs (qui deviendront les blogs) ont facilit la multiplicit des interactions entre internautes. Dsormais plus accessible, le web est devenu un espace social o les changes prolifrent, grce un grand nombre doutils facilitant la mise en relation des internautes et des contenus : messagerie instantane, tags, fils de syndication, liens hypertextes En prsentant les blogs comme des journaux personnels faciles mettre en place, les hbergeurs ont contribu dmocratiser lutilisation dinternet, de sorte que des millions de personnes se sont peu peu et sans connaissances techniques, prtes au jeu de la cration dune page personnelle numrique sur leurs sujets de prdilection. Naturellement, de la mme manire que la vente de produits touristiques avait pntr le web, les voyages ont constitu lun des grands thmes de cration de blogs cette poque, et continuent de ltre aujourdhui. 1.3. Les internautes devenus critiques Lune des consquences importantes de lavnement du web 2.0 a t la concrtisation de linternaute en tant quindividu critique. En effet, quoi de plus naturel que de donner son point de vue quand on en a la possibilit ? Culture, sport, actualits toutes les publications sont ouvertement commentes, encenses ou critiques par les internautes, via les commentaires. Dans le monde de le-tourisme, TripAdvisor a t lun des pionniers axer sa stratgie autour des commentaires des voyageurs, pour faciliter la prise de dcision des internautes au moment de slectionner un htel. Aujourdhui, tous les sites de rservation proposent de laisser un avis aprs un sjour (Booking, Hotels, Venere). Ce comportement qui consiste consulter lavis des autres internautes est typique du web social et devient jour aprs jour une pierre angulaire du e-tourisme. 5 6. Chapitre 2 : Internet, e-tourisme et consommation: une modificationprofonde des comportements dachat 2.1. Commodit, ractivit, prix : la recette gagnante des pure players Les pure players sont des entreprises de la nouvelle conomie, qui ralisent la totalit de leur chiffre daffaires grce leurs portails Internet. En supprimant les charges fixes lies lexploitation des points de vente et en diminuant significativement le personnel ncessaire la commercialisation des produits touristiques, ces nouveaux distributeurs peuvent offrir des tarifs ultra comptitifs, aussitt perus par les internautes comme un vrai avantage comparatif. Outre les conomies dchelle ralises grce ce business model innovant, les pure players abordent le march du tourisme dune manire dcomplexe, en favorisant la vente directe, supprimant au passage les intermdiaires commissionns qui ont gonfl pendant des dcennies le cot du voyage pour le client final. Au-del des tarifs, les pure players jouent fond la carte du yield management, consistant ractualiser les prix au moins une fois par jour, la hausse comme la baisse, en fonction de loffre et de la demande. Ces entreprises ont insuffl un vrai dynamisme la commercialisation des produits touristiques et dtiennent une part importante du march de la vente en ligne de produits touristiques (plus de 40% aujourdhui), obligeant les acteurs traditionnels sadapter. Longtemps, le principe du early booking2 assurait dacheter au meilleur prix. Avec les bons plans de dernire minute dInternet, les voyageurs peuvent profiter de promotions substantielles en choisissant leur destination au dernier moment. Enfin, la possibilit de voir et de comparer les produits sans confrontation directe avec un vendeur, sans avoir se dplacer et tout moment de la journe sont quelques unes des diffrences essentielles avec les circuits de vente traditionnels et participent grandement la banalisation de lacte dachat des prestations touristiques, donc au succs de la vente en ligne3. En France pour lanne 2011 : - le CA de le-tourisme a atteint 15,8 milliards deuros (35% du CA global du tourisme) - le e-tourisme a progress de 12% contre 6% pour le tourisme en gnral - les pure players ralisent plus de 40% du CA total (6,5 milliards deuros) - + de 10 millions de personnes ont rserv en ligne 2 Principe commercial qui veut que plus le consommateur rserve tt, moins la prestation est chre 3 Lcho Touristique: http://www.lechotouristique.com/article/le-tourime-en-ligne-croit-deux-fois-plus-vite-que-le-march, 49001 6 7. Figure 2-1 Capture dcran Promovacances 2.2. Un panier moyen suprieur dans les agences traditionnelles Les agences de voyage traditionnelles facturent plus de services complmentaires leurs clients : assurances, transport, hbergement, guide touristique A cause des prix pratiqus sur Internet par des oprateurs qui ne respectent plus le canal de distribution traditionnel4, notamment dans le domaine arien, les agences classiques souffrent dune rduction drastique de leurs marges sur la vente de billets davion. Elles compensent cette perte en jouant la carte de la proximit et de la relation-client, qui constituent leur valeur ajoute face Internet. En effet, les conseils et lexpertise mettent en confiance les clients et contribuent lever le cot du voyage. Les agences de voyage traditionnelles vendent aussi plus de sjours familiaux et de longue dure sur lesquels les marges sont suprieures5. Ce constat souligne que pour les acteurs de le-tourisme, la digitalisation de la relation-client est un vritable dfi. Le panier moyen des agences physiques slve 792 Le panier moyen des agences en ligne est de 528 4 Fournisseur (compagnie arienne, htel) tour oprateur agence client final 5 Journal du Net, http://www.journaldunet.com/ebusiness/tourisme/agences-de-voyage/rentabilite.shtml 7 8. 2.3. Des voyageurs sduits par les exclusivits et les entreprisesremarquables : le cas de Voyageurs du Monde et de Voyage Priv Sur un march encombr, ne pas se dmarquer quivaut passer inaperu6 . Le concept marketing de la Vache Pourpre dvelopp par Seth Godin trouve cho dans les stratgies de Voyageurs du Monde et de Voyage Priv. Pour assurer leur russite, ces deux entreprises ont su viser juste : tout dabord, elles voluent sur des marchs porteurs : le sur-mesure et les ventes flash. Ensuite, elles ont su dvelopper des stratgies remarquables: Voyageurs du Monde sadresse, non pas tous les voyageurs, mais uniquement ceux qui recherchent plus de services et une dcouverte en profondeur des destinations7. Ces voyageurs, qui forment un march de niche, ont besoin dorientation et de conseils experts. Ainsi, alors que la tendance est contraire, Voyageurs du Monde parvient engager ses clients dans une dmarche de web to shop 8 et continue de vendre ses produits en direct, ce qui contribue lever la valeur du panier moyen, largement suprieur celui factur par les agences gnralistes. Concernant Voyage Priv, la socit na pas invent les bons plans dans le domaine du voyage (Partirpascher, Promovacances ou Lastminute existaient bien avant), mais elle innove en rservant ses offres exceptionnelles aux membres dun club priv auquel les internautes ne peuvent accder que via un parrainage. Ladhsion ce club dveloppe un sentiment dappartenance qui contribue distinguer loffre de celle des concurrents directs tout en favorisant le marketing viral. Grce cette stratgie qui valorise un canal de distribution spcifique, Voyage Priv est aujourdhui le deuxime site marchand de produits touristiques le plus visit en France derrire Voyages-sncf9, avec plus de trois millions de visiteurs uniques par mois. 6 Seth Godin, La Vache Pourpre : Rendez votre marque, vos produits, votre entreprise remarquables !, Editions Maxima, 2011 7 Le Figaro, Voyageurs du Monde rsiste grce au sur-mesure, avril 2011 8 Web to shop : du web vers le magasin 9 Stratgos, Stratgie dun distributeur online : Denis Philipon, Prsident-directeur gnral de VoyagePriv.com, automne-hiver 2010. 8 9. Figure 2-2 Capture dcran VoyagePriv 2.4. Le cas particulier du low cost arien Prcurseur dans son domaine, la compagnie irlandaise Ryanair a appliqu le concept du low cost au transport arien. Son principe : diminuer les services pour casser les tarifs. Des marges rduites mais des avions pleins, pour des clients qui profitent de cette nouvelle offre pour soffrir des sjours courts et des week-ends dans toute lEurope. Avec le low cost, il devient moins couteux de partir ltranger que de prendre le train ou la voiture dans son propre pays! Le low cost sduit mme des personnes qui ntaient jamais parties en vacances ltranger. Le voyage devient accessible et se dmocratise. Lavion nest plus lapanage des classes sociales suprieures et le nombre des voyageurs augmente considrablement. Parce quil ouvre de nouvelles perspectives aux voyageurs et les dtourne des offres traditionnelles, le low cost est lun des facteurs explicatifs de lavnement du social travel. 2.5. Technologie et accs linformation : le consommateur saffranchit dessources dinformations traditionnelles En mme temps que le web saffirme en tant quespace collaboratif grce aux blogs et aux forums, que les bons plans du web se multiplient, la photographie et la vido numriques font leur apparition et facilitent le partage de contenu mdias sur Internet. Les photos et vidos disponibles sur Internet permettent davoir une ide plus prcise des destinations, sans se dplacer et sans consulter les brochures des voyagistes. De plus, les donnes auxquelles accdent les internautes sont gratuites et partages par des voyageurs, financirement non intresss, ce qui augmente leur crdibilit. La publicit online perd de 9 10. son influence au profit du contenu gnr par les voyageurs eux-mmes. Les internautes apprcient et plbiscitent les expriences, photos et avis publis par leurs pairs : cest ce quon appelle l infomdiation. 2.6. Le touriste 2.0 : alerte, exigeant et moins fidle Les profondes mutations dans la commercialisation des produits touristiques ont entran des bouleversements irrversibles dans les habitudes de consommation des voyageurs. Il y a dfinitivement un avant et un aprs internet. Lacheteur traditionnel tait fidle et suivait avec confiance les conseils experts de son agence locale. Le temps des brochures et des guides papier est dsormais rvolu : le touriste moderne prend ses dcisions tardivement, compare les offres, consulte dautres voyageurs et change de nombreuses fois davis avant de prendre sa dcision. Fait inimaginable il y a 20 ans, le voyageur, inform en temps rel et lafft des offres, se laisse aller des achats impulsifs. 20% des internautes ne savent pas o partir avant dacheter un voyage (sjour, vol, circuit) 10 11. Chapitre 3 : E-tourisme et innovation technologique: le modle social serenforceLe cycle du voyage se compose de 4 tapes successives : la prparation, la rservation, la ralisation et le retour. Les deux premires tapes permettent de rpondre aux questions : O ? Comment ? Elles concernent les dcisions pralables lexcution du voyage et ont pour mots cls inspiration et slection. Ltape ralisation rpond aux questions : quoi faire ? Que voir ? Il sagit des actions ralises et des dcisions prises pendant le droulement du voyage. Le mot cl associ est alors consultation. Enfin, le retour est lultime tape : il sagit du partage dexprience, aprs la ralisation du voyage. Dans le cycle du social travel, cette dernire tape est la plus importante car elle participe la cration collective du savoir et du contenu disponibles sur Internet. Le partage dexprience conditionne la prparation, la rservation et la ralisation du voyage par les autres voyageurs, do cette notion de cycle. Pour faciliter la prise de dcision des internautes de plus en plus attirs par de nouvelles expriences, le social travel se dveloppe autour de 5 grandes familles. 3.1. Les cinq familles du social travel 3.1.1. Le travel sharing Les forums Depuis plus de 10 ans, lun des sites prfrs des franais pour la prparation des voyages est le site VoyageForum. Il rassemble 850 000 membres et recense plus de 3 500 000 messages. Prcurseur du social travel, ce forum est la rfrence des questions-rponses de voyageurs. Il permet dobtenir des rponses personnalises, vritable valeur ajoute aux yeux des internautes. La richesse de ses contenus favorise galement le rfrencement naturel du site dans les rsultats prsents par les moteurs de recherche, ce qui gnre du trafic qualifi. Le succs des forums (VoyageForum, Routard ou encore Visoterra) souligne lintrt des voyageurs pour les conseils donns par dautres voyageurs. Figure 3.1 Capture dcran VoyageForum 11 12. Les rseaux sociaux de voyageurs Les internautes attendent des sites consacrs au voyage quils leur proposent des rcits authentiques, des photos et des vidos de voyageurs. Les futurs voyageurs, ceux qui vont partir, souhaitent tre mis en relation avec des voyageurs expriments , ceux qui sont partis, chacun pouvant jouer alternativement ces rles selon sa propre exprience et enrichir les connaissances de la communaut. Les rseaux sociaux de voyageurs rpondent ces attentes en simplifiant les interactions entre voyageurs. Trs complets, ils couvrent les 4 dimensions du social travel car ils prsentent souvent des modules ou plugins de rservation. Essentiel, le CV ou passeport recense les lieux o les voyageurs sont alls ainsi que des renseignements plus personnels (centres dintrts, ge, philosophie du voyage, actualit) qui permettent aux personnes de sadresser aux profils qui leur ressemblent et parfois mme de trouver un compagnon de voyage. Trs en vogue, la gamification, qui consiste attribuer des points ou des badges en fonction du degr de participation et dexprience des voyageurs, est de plus en plus frquente sur les rseaux sociaux de voyageurs. Elle permet entre autres dintgrer une dimension ludique aux plateformes et, de ce fait, amliore lactivit de leurs membres. En France, les rseaux sociaux les plus connus sont Routard, Beglob, E-voyageur ou encore Monnuage, qui propose galement une webTV anime par des reporters rmunrs. Leader dans les pays hispanophones, le site Viajeros recense plus de 300 000 membres et Geckogo compte quand lui plus dun million de membres aux Etats-Unis et au Canada. Figure 3.2 Capture dcran Gogobot 12 13. Gogobot utilise les API de Fourquare et de Facebook Places pour que les membres puissent partager en temps rel leur position gographique. Des badges sont attribus en fonction des check-in raliss et des avis dposs. Gogobot est connect Facebook : les questions poses sur le site apparaissent simultanment sur le rseau social afin dobtenir des avis de confiance. Les guides de voyage numriques Pratiques et moins consensuels que les traditionnels guides papier, les guides de voyage numriques permettent de dcouvrir une destination en suivant des itinraires originaux, smartphones la main. Le site franais Cityzeum propose plus de 450 guides tlcharger gratuitement, regroupant plus de 100 000 lieux dcouvrir. Redvisitor, en anglais uniquement, propose des guides raliss par des experts locaux. Ce site se distingue en sadressant des voyageurs la recherche dexpriences, dhtels et de restaurants haut de gamme. Citons galement dans cette catgorie un autre site franais, Backpackmojo, qui propose ses membres de crer leurs guides de voyage personnels, sur le thme de leur choix. Le guide cr, qui comprend des informations pratiques et des notes attribues aux diffrentes activits, est publi sur le site et accessible tous les internautes. En change de sa contribution, le crateur reoit gratuitement un exemplaire papier de son guide. Figure 3.3 Capture dcran du site Backpackmojo 13 14. Le partage de photos - photo sharing Autre catgorie du travel sharing, les sites de partage de photos sont galement trs apprcis des internautes qui souhaitent se faire une ide dune destination travers le prisme des photographies. La grande majorit des sites de voyage prsentent des fonctionnalits de partage de photos, mais cest sur le site gnraliste Flickr que lon retrouve la plus grande collection de photos de voyage. 3.1.2. Les blogs de voyage Un contenu original et des points de vue personnels plbiscits par les internautes Plus personnels, les blogs de voyage nen demeurent pas moins dexcellentes sources dinformations, galement trs apprcies des internautes. Ils prsentent des publications dtailles, argumentes et illustres. Rdigs par des voyageurs passionns, ils permettent de mieux saisir lambiance dune destination et les internautes peuvent y relever une multitude de dtails ou dinformations pratiques. Les blogueurs influents grent leur site comme une petite entreprise et certains parviennent mme vivre de leur travail rdactionnel. Que leur blog soit montis ou non, le point commun des auteurs est la passion. Cest dailleurs pour les blogueurs interrogs la premire raison de leur succs. En effet, les internautes apprcient tout particulirement lengagement des auteurs et le ton personnel et sans concessions auquel ils ont recours. Outre le style et la proximit qui sen dgagent, les blogs sduisent aussi grce au contenu, certains parlent de lunivers, proposs par les auteurs. Souvent rdigs la premire personne, les articles voquent des situations personnelles travers des thmes originaux comme la photo de voyage, les moyens de transport insolites ou mme des rflexions philosophiques sur le sens du voyage. Leur lecture permet de suivre lauteur, voire de laccompagner dans ses prgrinations. Parce quil ya autant de profils de blogueurs quil ny a de blogs, les voyageurs sidentifient, ce qui renforce le sentiment dadhsion et dempathie. En rpondant la demande croissance de contenus personnaliss, les blogs sinscrivent pleinement dans la tendance du social travel et constituent dexcellents supports de prparation au voyage. A noter qu la diffrence des guides papier traditionnels (Guide du Routard, Lonely Planet, Petit Ft), les blogs sont peu consults pendant le voyage10. Le succs des blogs contribuent faire voluer la situation des blogueurs, qui jouent le rle de prescripteurs indpendants auprs de nombreux voyageurs11. En France, certains sites entretiennent dtroites relations avec les blogueurs et organisent des voyages o ces derniers sont convis, en change de visibilit. Venues doutre-Atlantique, ces oprations tendent se multiplier en Europe. 10 Voir les interviews des blogueurs en annexes 11 Marketing et convergence, http://marketing-et-convergence.over-blog.com/article-6501469.html, avril 2007 14 15. 59% des voyageurs affirment avoir eu envie de visiter un pays ou une rgion suite la lecture dun blog. Inversement, 28% des internautes ont t dissuads de ne pas visiter une rgion aprs avoir lu un blog. Le blogging : une activit trs chronophage Un blog de voyage doit son succs au travail de son auteur et son investissement temps. De mme, comme pour nimporte quel site internet, le rfrencement naturel est un facteur cl de succs. Panda, le dernier algorithme de Google sorti en 2011 amliore la pertinence des rsultats de recherche en favorisant les sites prsentant un contenu de qualit (contenu unique et actualis, UGC12, commentaires). Ainsi, certains thmes judicieusement choisis gnrent du trafic et contribuent au succs de lensemble dun blog. Pour les voyageurs sduits par lexprience du nomadisme et qui souhaiteraient se lancer dans la rdaction dun blog avec des objectifs de rentabilit (vivre de son blog, nest ce pas le rve inavou de nombreux blogueurs ?), une rflexion pralable est ncessaire pour dterminer lorientation gnrale et les thmes de prdilection. La promotion est galement essentielle : les blogueurs ont fortement recours aux rseaux sociaux pour faire connatre leurs posts. Via Twitter et Facebook, ils sont en permanence en relation avec leurs lecteurs, et ce, mme en voyage. La vido est galement un mdia trs apprci des internautes et lanimation dun compte Youtube ou Vimo est un excellent moyen damliorer sa visibilit tout en se donnant une image moderne et dynamique. Sur Internet, la qualit de la rdaction ne compense pas labsence de stratgie et de comptences en community management. 3.1.3. Le travel planning Simplifier lorganisation dun voyage En plein dveloppement, les sites de travel planning permettent des voyageurs de planifier des itinraires et plus largement des vacances, seul ou en groupe. Le travel planning vise simplifier lorganisation dun voyage, sur le plan des rservations et des dpenses : Qui paie quoi ? Quand ? Qui rembourse qui? Parmi les startups dynamiques, citons TroopTrip, Meet4Trip, WhyNotTours, Zenwego, Triporama ou encore Voyavo, qui ont rcemment sorti des versions convaincantes. Spcialis dans les itinraires, le site Rome2Rio permet ses utilisateurs de trouver en un temps record les diffrentes options de transport dun point A un point B, partout dans le monde. Les rsultats affichent 12 UGC : User Generated Content. En franais : contenu gnr par les utilisateurs 15 16. notamment les horaires, le temps de trajet et les prix. Ce service procure un gain de temps spectaculaire. Figure 3.4 Capture dcran TroopTrip visiter une destination avec un local Cest ce que propose tripXP, une startup parisienne qui met en relation des locaux plein dides originales avec des voyageurs la recherche de sorties et de rencontres dans les pays ou villes quils visitent. Lide est trs simple: si vous tes dans la peau du touriste, il vous suffit de taper le nom de la destination et vos dates afin de consulter la liste des activits proposes par les membres du site qui vivent l o vous partez. Vous faites le tour des propositions, slectionnez ce qui vous tente, regardez les langues parles par le guide, les valuations et les services compris. Les activits sont payantes et tout est scuris par le module de paiement de tripXP. A lissue de la prestation, les visiteurs sont invits valuer la qualit de lactivit en attribuant une note, qui permettra aux futurs voyageurs de bnficier des diffrents feedback avant de rserver. 16 17. Figure 3.4 Capture dcran du site tripXP ou partir au meilleur tarif avec des voyageurs qui vous ressemblent Tripattitude, une startup franaise qui a vu le jour en 2011 propose un service tout fait innovant et rsolument social. Le principe est simple : rassembler des voyageurs par affinits et disponibilits, dfinir un programme commun et ngocier les meilleurs tarifs, via la plateforme, auprs des agences de voyage locales capables de rpondre la demande du groupe constitu. Concrtement, Tripattitude croise les profils des membres (dans lesquels sont dtaills les passions et les centres dintrts, les sports ou activits pratiqus, les dates de disponibilit et le budget) et rassemble des voyageurs autour de thmatiques dintrts communs. Les voyageurs peuvent proposer une ide ou se greffer un groupe dj constitu. Le groupe traite directement avec lagence rceptive retenue dans le pays de destination et peut donc demander un sjour personnalis, tout en bnficiant dun pouvoir de ngociation intressant, en appliquant le principe des achats groups. Les voyageurs peuvent mme poser des options et sengager participer laventure uniquement si le tarif descend au niveau de leur budget personnel. En proposant des achats groups de voyages thmatiques, Tripattitude applique un concept gagnant du social commerce (les deals) et le rinvente via le prisme du social travel. La plateforme permet aussi aux agences de voyage indpendantes de participer la construction dun modle plus social, avec une relle prise en considration des attentes des voyageurs et une rponse plus personnalise. En conjuguant habilement mise en relation, planification et achats groups, Tripattitude cre une vritable innovation de rupture dans le domaine du social travel. 17 18. Figure 3 -5 : Tripattitude, plateforme dachats groups de voyages thmatiques 3.1.4. Les rseaux dhospitalit Chantre de la consommation collaborative, au mme titre que le covoiturage et lauto-partage, les rseaux dhospitalit, gratuits ou payants, offrent une alternative sduisante aux hbergements classiques : camping, chambres dhtes, gtes ou htels. Le principe est simple : il sagit de mettre en relation des voyageurs la recherche dun logement et des habitants disposs les recevoir. 18 19. Les rseaux dhospitalit gratuits Les rseaux gratuits les plus connus, Couchsurfing et Hospitalityclub, prsentent les sjours chez lhabitant comme des expriences uniques et enrichissantes. Le leitmotiv est lchange interculturel. Le profil des voyageurs et les apprciations des membres constituent la pierre angulaire du systme. Ils assurent la qualit des rencontres et permettent danticiper de possibles affinits ou dviter les mauvaises expriences. Pour pouvoir profiter dun couch, il suffit un membre du site, aprs avoir soigneusement complt son profil (de prfrence en anglais), denvoyer une request personnalise au(x) couchsurfer(s) dont le profil et la localisation gographique correspondent ses attentes. Couchsurfing permet aux gens du monde entier de trouver des hbergements gratuits travers le monde, mais aussi plus simplement de rencontrer des gens, pour un caf, une sortie ou une soire thme. Partout dans le monde, les city group organisent des meetings hebdomadaires ou mensuels dans lesquels les nouveaux arrivs et les gens de passage peuvent rencontrer les couchsurfers locaux. Cest un aspect moins connu du couchsurfing mais un excellent moyen de se faire des amis autour du monde, mme sil on nest pas la recherche dun toit. Figure 3.6 Capture dcran Couchsurfing 19 20. Les rseaux dhospitalit payants : un modle C to C13 en pleine expansion Arrivs plus rcemment, les rseaux dhospitalit payants connaissent un franc succs. Le principe consiste louer pour une priode courte une chambre ou un studio mis disposition par un membre, partout dans le monde. AirBnB et Wimdu, les leaders du march, prsentent leur concept comme une solution idale pour voyager, tout en vivant comme un local. En gnral, le standing des biens louer est relativement lev, pour des tarifs infrieurs ceux pratiqus par les htels. Figure 3.7 - Capture dcran Bedycasa, startup franaise spcialise dans les locations courtes entre particuliers 3.1.5. Les sites de rservations dhtels Mieux choisir son htel grce aux avis et commentaires clients Laspect social des sites de rservations dhtels se traduit par la mise en avant des davis et commentaires clients, qui aident les voyageurs au moment deffectuer une rservation en ligne. Initialement, les systmes de notation (les petites toiles jaunes ou rouges) prsentaient lvaluation moyenne des clients pour un tablissement, dans sa globalit. Dsormais, ces systmes sont capables de prsenter les avis pour diffrents critres, comme la propret, la localisation gographique, le confort des chambres ou encore la 13 C to C : consumer to consumer, par opposition au B to B, business to business 20 21. qualit du petit djeuner. Par ailleurs, linternaute peut galement accder aux avis dune certaine tranche de population ayant sjourn dans lhtel (par exemple les avis dposs en franais uniquement). Laffichage des avis en fonction du profil offre plus de pertinence que laffichage de tous les avis. En effet, un couple de retraits na pas les mmes exigences quun couple avec 3 enfants en bas ge14. Selon une tude de Forrester, plus de 78% des internautes font aujourdhui confiance aux avis. Mieux, ils sont plus de 58% affirmer quils ne passent une rservation que sils ont pu consulter des avis sur la destination. Selon une tude de janvier 2011, pour les personnes de moins de 29 ans, les valuations clients sont particulirement dterminantes dans le choix dun htel15 . Parmi les sites de rservation dhtels, citons Booking, TripAdvisor, Venere ou encore Hotels. Trivago, Liligo et Sprice utilisent les API des diffrents sites de rservation et agissent comme des mta-moteurs de recherche capables de lister en ordre croissant les prix annoncs par les sites de rservations. Figure 3.8 Capture dcran TripAdvisor 14 Lors du salon TopTIC doctobre 2011, la socit franaise Qualinetwork, ditrice de lidoli, un systme de gestion des avis clients, a t rcompens par un jury dexperts, pour ses innovations dans le domaine du tourisme. 15 Tendance Hotellerie, http://www.tendancehotellerie.fr/articles-breves/marketing-distribution/1213-article/selon-le-portail-de-reservations-hrs-les-photos-ont-plus-d-impact-que-le-bouche-a-oreilles-lors-de-la-selection-d-hotels, mars 2011 21 22. Google Hotel Finder En 2011, Google a lui aussi mis un pied dans le social travel, avec la sortie de Google Hotel Finder. Il sagit dun site de recherche dhtels trs abouti qui propose des fonctions de recherche utilisant des filtres suggrs par Google et des informations cls. Par exemple, Google propose laffichage des htels en fonction de leur proximit avec les lieux les plus intressants, suggre une zone gographique optimale ou permet de lancer une recherche en fonction du temps de marche jusquau centre ville. Une fois que le rsultat des htels correspondant aux critres de recherche est affich, la comparaison et le choix est facilit grce laffichage des rductions proposes, les photos et les avis dinternautes (croisement des informations avec Google Places). Figure 3.9 Capture dcran Google Hotel Finder 3.2. Le social travel et les rseaux sociaux gnralistes 3.2.1. Facebook au centre du social travel : pcher l o sont les poissons Facebook compte 800 millions de membres, ce qui reprsente plus de la moiti des utilisateurs dinternet dans le monde. Pour les marques, il sagit dune formidable opportunit, car la probabilit que leurs clients ou cibles soient utilisateurs de Facebook est norme : en France, 78% des internautes sont prsents sur les rseaux sociaux16. Surtout, Facebook est un formidable acclrateur de croissance, grce au graph social. En effet, 16 Clubic, http://pro.clubic.com/blog-forum-reseaux-sociaux/actualits-372902-etude-ifop-78-francais-presents-reseaux-sociaux.html, octobre 2010 22 23. chaque action ralise par un membre est relaye sur le fil dactualits de ses amis, ce qui les informe automatiquement de ses centres dintrts et de ce quil a aim. Une marque qui touche un membre touche simultanment tous ses amis. Le potentiel de viralit est donc considrable ; de plus, ce sont les internautes eux-mmes qui, grce Facebook, transmettent le message des marques ou des startups. Ce marketing de bouche--oreille gnre une crdibilit bien suprieure celle de la publicit traditionnelle. Les pages Facebook : pour stimuler la discussion autour dune marque et engager les communauts Le monde est devenu social et Facebook est en quelque sorte une grande conversation, dans laquelle chaque membre exprime ses gots, son histoire et ses prfrences. Cest une plateforme o les gens changent, partagent et dcouvrent des nouveauts et des marques. Il est donc essentiel pour celles-ci de prendre part aux conversations pour toucher un maximum de gens, tout en construisant des relations authentiques. Les pages Facebook vont en ce sens, car elles permettent de crer des communauts autour des marques. Figure 3.10 Capture dcran de la page Facebook de Faire le tour du monde 23 24. Engager les communauts et entrer en contact avec des clients potentiels grce aux pages Facebook Les pages ont pour but dalimenter les discussions autour des marques. Il faut donc que celles-ci donnent des raisons leurs fans de les consulter frquemment et de partager le contenu quelles proposent. Pour quune page soit utile aux voyageurs, il convient de mettre jour frquemment son contenu, pour gnrer des commentaires, des partages et des mentions Jaime , qui vont la fois accrotre la fidlit des fans et leffet de bouche--oreille. Facebook parle de propagation organique gratuite17 . Lun des facteurs cls de succs dune page est de solliciter ses fans travers des questions, mais galement de rpondre celles poses par la communaut. Grce aux statistiques, le community manager peut mesurer les ractions de la communaut par rapport aux diffrents contenus proposs. Il peut aussi savoir quels sont les meilleurs moments pour publier du contenu et ainsi procder des ajustements. Enfin, ces statistiques permettent de mieux connatre la communaut : genre, ge, centres dintrts, qui sont des donnes prcieuses et utilisables pour amliorer la stratgie de communication. 3.2.2. Wipolo : une intgration pour partager ses voyages sur Facebook Wipolo est une startup franaise dont lobjectif, en termes marketing, est dintgrer une tribu, les voyageurs, dans un rseau social plus htrogne, Facebook. Grce la signature dun partenariat exclusif avec Facebook fin 2011 (lors de f8, la confrence annuelle consacre aux dveloppeurs), il est dsormais possible pour un internaute de partager ses voyages avec ses amis, directement sur Facebook. Rservations, calendrier, itinraires et partage de contenus multimdias permettent de prparer ses aventures tout en considrant les remarques, avis ou conseils de ses amis. Inversement, les amis, informs de vos voyages passs, prsents ou futurs, peuvent librement sen inspirer. Ne plus chercher linformation mais suivre des recommandations de personnes de confiance, cest aussi a, le social travel. Par ailleurs, ce partenariat sign entre Facebook et la start-up franaise souligne bien lintrt du gant californien pour le social travel18. 17Facebook Marketing Solutions, https://www.Facebook.com/business/howitworks/ 18 Pour de plus amples informations consulter larticle Le social travel est n au F8 2011 de Facebook , http://www.portaildudeveloppementcommercial.com/articles/le-social-travel-est-n%C3%A9-au-f8-2011-de-Facebook-.html, octobre 2011 24 25. Figure 3.11 Capture dcran Wipolo 3.2.3. Twitter le micro-blogging au service du voyage et de la promotion des marques Les voyageurs sont de plus en plus prsents sur Twitter et partagent leurs aventures en direct, laide de leur smartphone ou ds quune connexion internet est disponible. Le systme des hashtags permet de retrouver rapidement les Tweets concernant une destination. Il suffit alors aux internautes de sadresser directement aux voyageurs pour poser une question, commenter un Tweet ou solliciter un conseil. Laspect informel et spontan des Tweets correspond tout fait lesprit voyage : linternaute a besoin dune information rapide, il peut lobtenir grce Twitter. Les blogueurs et les marques utilisent aussi Twitter comme relai dinformation : jeux concours, liens vers des articles, observations, nouveauts, sont trs largement partags sur Twitter. Dailleurs, nombre de blogueurs constatent aujourdhui que les Tweets prennent peu peu le pas sur les commentaires posts la suite des articles19. Twitter est donc un lieu de conversation o 19 Lire linterview n2 en annexe 25 26. lon vient commenter les articles et les informations glanes sur le net. Le bouton reTweet sert lui aussi de catalyseur au contenu diffus, car il permet datteindre des membres qui ne font pas partie des suiveurs de la marque ou du blog. Il est intressant de noter que Twitter est aussi un site de plus en plus utilis pour le partage de photos, une fonctionnalit rcemment introduite sur le rseau social. Figure 3.12 Capture dcran Twitter 26 27. Conclusion Le voyageur nouvelle gnration a largement recours aux informations disponibles sur internet et sinspire des expriences des autres voyageurs. Soucieux de vivre des expriences uniques, il privilgie dsormais le made-by-me (je choisis, jassemble) au dpend du voyage organis. Le social travel, en favorisant les changes entre voyageurs, participe une profonde remise en question du tourisme traditionnel : linfluence ne vient plus des marchands mais des proches et des voyageurs auxquels on sidentifie et qui formulent des recommandations. Dsormais, les communauts dtrnent les marques et tablissent de nouvelles rgles du jeu : les informations mises par les voyageurs sont considres comme fiables alors mme que les messages commerciaux perdent de leur impact. Parce que voyager est devenu plus accessible, les internautes smancipent et sloignent des sources dinformations traditionnelles. Pour la gnration Y qui a grandit avec internet, le social travel nest pas considre comme une alternative mais comme une dmarche logique et naturelle. Si le rapport aux marques et les habitudes de consommation changent, cest aussi parce que les attentes des consommateurs ont volu vers plus de singularit. En matrisant linformation (grce Internet, on trouve toujours des donnes et des contacts, mme pour les destinations les plus recules du monde), il est possible de se lancer dans des aventures toujours plus originales. En tmoigne lexprience de Wijnand Boon, un jeune marcheur hollandais qui traverse lEurope pied, guitare sur le dos et iPhone la main. Connect son compte Twitter, il est en permanence golocalis et partage son exprience en temps rel. Mieux, il est rgulirement hberg par des internautes membres du site Couchsurfing et rsidant dans les villes quil traverse20. Cet exemple souligne bien la proximit et la complicit quinternet et les rseaux sociaux dveloppent entre les voyageurs. Il ouvre aussi la question de la golocalisation qui sera lune des voies majeures de dveloppement du social travel. Le futur du social travel sarticulera sans doute autour dun rapprochement des parties concernes. A lheure actuelle, les startups du social travel, qui ont largement dvelopp laspect social, voluent comme des lectrons libres autour des marques (voyagistes, sites marchands), qui cherchent dvelopper leur chiffre daffaires mais demeurent passives lendroit du social travel21. Pourtant, le social travel ne concerne pas uniquement les 20 Pour en savoir plus, suivez @Twalkwithme sur Twitter ou consultez le site http://www.Twalkwithme.com 21 Voir larticle Social travel : quand les tours oprateurs et les agences de voyage en ligne regardent passer le train , http://fr.locita.com/reseaux-sociaux/les-autres/social-travel-quand-les-tour-operateurs-et-les-agences-de-voyage-en-ligne-regardent-passer-le-train/, dcembre 2011 27 28. voyageurs autonomes et les voyagistes ont tout intrt mettre en place les outils (sous la forme de sites ddis, dincentives ou de partenariats) pour que leurs clients deviennent relais et prescripteurs de leurs offres. En effet, si les voyageurs, devenus des acheteurs exigeants et redoutables- ne trouvent pas les informations dsires sur un site, il est logique quils aillent les chercher ailleurs. Difficile dans ce cas de sduire de nouveaux clients. Le succs des acteurs de le-tourisme est donc conditionn par leur capacit rpondre aux attentes des internautes lheure du social travel. 28 29. Annexes : morceaux choisis des interviews ralises auprs de 5 blogueurs-voyageurs - merci eux et longue route ;) Interview n1 : Aurlie Amiot Le dclic, a a t quand jaicommenc donner des astuces sur laphoto. Cest un sujet assez prcis et on netrouve pas vraiment de conseils dtaills Peux-tu te prsenter succinctement et prsenter ton blog (dates, particularits, originalit, quelques chiffres) ? Jai 25 ans et jopre sous le pseudonyme de Madame Oreille, non pour un quelconque anonymat (quoique...) mais parce que jai toujours utilis ce nom sur internet. Je tiens un blog personnel (madame-oreille.com/blog) depuis quelques annes. Il a volu au fur et mesure. Quand je me suis mise la photo, jen ai tout naturellement post dessus, et quand jai commenc voyager, jy ai racont mes "aventures". Ctait initialement destin la famille et aux amis. Laudience tait confidentielle et les commentaires ferms ! 29 30. Puis jai commenc mouvrir et faire les choses un peu plus srieusement ! Ainsi, depuis Avril dernier, je publie trois articles par semaine : des conseils destins aux photographes voyageurs, de la vido, et des rcits de voyages. Paralllement, je publie des carnets sur une partie "site" (madame-oreille.com). Une autre faon de voyager, entre photos, textes manuscrits, collages et croquis. Cest une chose qui me tient pas mal cur, me prend beaucoup de temps mais me parat assez complmentaire au blog. Je voyage principalement avec mon compagnon, qui joue aussi les modles, corrige mes textes, et me sert de garde du corps ! Quelles ont t tes motivations lorigine de la cration du ton blog? Sachant quil existe une multitude de sites qui permettent de partager tes expriences de voyage, pourquoi avoir cr ton propre blog? Initialement, ctait pour partager avec les proches mais aussi parce que a me faisait plaisir. Cest trs agrable de garder une trace de nos sentiments au retour dun voyage et de se replonger dedans des mois voire des annes aprs. Mine de rien, la mmoire est trs slective, et mme si le voyage a paru exceptionnel, on oublie forcment certaines choses. Souvent, joublie le nom dune ville et je vais le chercher sur mon blog ! Je ne me suis jamais demand si crer mon propre blog tait une bonne ide. Je voulais un truc qui me plaise, sans pubs qui clignotent... Cest un support assez libre, et a me plaisait ! Il est difficile de "sortir du lot" avec son blog. Quelle a t ta stratgie pour faire connatre ton blog? Ya-t-il eu un "dclic" un moment donn? Le dclic, a a t quand jai commenc donner des astuces sur la photo. Cest un sujet assez prcis et on ne trouve pas vraiment de conseils dtaills. En tout cas aucun site francophone ny est consacr. Pour autant, je nai jamais rflchi une vraie stratgie. Jai juste refait la charte graphique, ouvert un compte Twitter, une page Facebook, et laiss le temps faire. Cest le strict minimum pour partager les articles et changer avec les lecteurs et, pour linstant, a porte ses fruits ! Quels sont les articles ou informations plbiscits par tes lecteurs? En quoi ton site peut-il tre utile aux voyageurs? (ce quils ne trouvent pas ailleurs) Jessaie de donner quelques infos et surtout une approche personnelle dans mes rcits, en soignant les visuels, mais a nest pas franchement nouveau ! Le ct conseils sur la photo et la vido, par contre, est relativement unique. Jessaie de donner des astuces qui peuvent servir tous : tantt sur le matriel, la technique, mais aussi la composition, le post-traitement. Ca nest pas uniquement destin aux possesseurs de reflexs passionns ou aux vidastes expriments, bien au contraire ! 30 31. 31 32. Es-tu connecte en voyage? Pas franchement ! Jai pass un mois traverser les Etats-Unis en train et je postais des articles chaque tape. Cest intressant dcrire quand tout est frais, pas encore digr, mais je ne peux pas faire a chaque fois ; ne serait-ce que parce que laccs au WiFi nest pas ais partout. Et puis, je suis plutt du genre me couper du monde pour mieux profiter du voyage. Je passe suffisamment de temps devant un ordi au quotidien pour ne pas y consacrer mes vacances ! Pour promouvoir ton blog, quel temps lui consacres-tu? Es-tu connecte tous les jours sur les rseaux sociaux? Au moins une fois par semaine? Je passe mes journes dessus... mais pas des fins promotionnelles ! Cest probablement assez naf, mais je donne la priorit au contenu et cest dj trs chronophage. Pour autant, jaime les changes qui ont lieux sur les rseaux sociaux, et jai plaisir y participer. Quels supports utilises-tu en voyage? (guides papiers, sites internet, applications mobiles, autres blogs... lesquels) Je prpare beaucoup avant (pas forcment pour un itinraire prcis, mais plus pour une reconnaissance des lieux, dcouvrir la culture) en lisant les forums, les blogs de voyages, divers sites. Par contre une fois partie, je me limite un guide papier pour les cartes et le mini-lexique. Je nai mme pas de smartphone ! En dehors de ton blog, sur quels autres sites partages-tu tes voyages? (sites communautaires de voyage, forums, sites de partage de photos, de vidos, sites davis dhtels...) Plus aucun... Au dbut, je partageais un peu partout, mais a prend un temps fou ! L encore, pour la "promotion", participer un peu ailleurs pourrait tre un bon outil, mais je prfre me concentrer sur le blog plutt que me disperser. Jutilise juste Vimeo pour les vidos, parce que a me semble tre une trs bonne plateforme pour hberger les vidos destines tre publies sur le blog... Quels types de messages partages-tu sur ta fanpage? Sur Twitter? En quoi sont-ils indispensables ton activit de blogging? Je ne pense pas quils soient indispensables ! Cest la base un moyen simple pour partager les articles. A ct, je vais diffuser des liens vers dautres blogs ou des sites qui me plaisent, ou dont le sujet me parat intressant. Je nutilise pas Facebook et Twitter de la mme manire. La fan page est plus formelle et 32 33. Twitter un peu plus personnel. Il y aura, par exemple, beaucoup plus dchanges personnels directs sur Twitter, voire des discussions sur des sujets sans rapport avec le voyage ! Sur Facebook, on peut sadresser plus facilement un groupe, et du coup jessaie, de temps en temps, dy proposer des mini animations... Il existe une multitude de sites pour les voyageurs et il est de plus en plus difficile de les distinguer. Quest ce que tu juges important sur un site, quest ce qui peut te convaincre de lutiliser? Quels sont les sites que tu utilises? A lheure actuelle, plus aucun, faute de temps. Mais je crois que ce qui est le plus important, pour moi, cest la possibilit de croiser toutes les infos, pouvoir gotagger une vido Youtube, un album Flickr, un avis Tripadvisor, un billet de blog et des commentaires personnels, et tout partager ainsi ! Quelles sont pour toi les cls du succs dun blog? Le plaisir. Si on se force crire, si on ne samuse pas, a se sent assez vite. Et non seulement on perd rapidement en motivation, mais surtout les lecteurs ne rentreront pas dans notre Univers. 33 34. Interview n2 : Catherine Abherv Je lis les blogs avec des articles de voyage car leton est personnel et cest le moyen de trouver de bonnes adresses Peux-tu te prsenter succinctement et prsenter ton blog (dates, particularits, originalit, quelques chiffres) Jai cr mon 1er blog en 2002, ctait encore lpoque des "weblog" et non juste "blog" ! Ctait un blog de textes fiction. En 2003 je me suis expatrie aux Etats-Unis et mon blog sest transform en DIY22, ctait la grande tendance, javais une machine coudre et beaucoup de temps ! Puis en 2009, juste avant de revenir en France jai cr vagabondes.fr avec un thmatique voyage/tourisme, secteur dans lequel je travaille dailleurs. [] je souhaitais minspirer des communauts de voyageuses amricaines, des blogs type 22 34 35. GoGalavanting.com. Je voulais un blog participatif avec des contributeurs mais finalement cest devenu simplement un blog de voyage perso et ma vision sur le tourisme. En fait jai maintenant beaucoup de lecteurs masculins, je vais garder le violet mais changer ma baseline :) Il est difficile de "sortir du lot" avec son blog. Quelle a t ta stratgie pour faire connatre ton blog? Ya-t-il eu un "dclic" un moment donn? Le dclic t un concours de carnet de voyage organis en mai 2011 qui ma apport beaucoup de nouveaux membres sur ma page Facebook. Participer des voyages de blogueurs contribu aussi alimenter mes rubriques (un blogueur voyage besoin de voyager !) et connaitre dautres blogueurs, donc augmenter ma visibilit... Quels sont les articles ou informations plbiscits par tes lecteurs? En quoi ton site peut-il tre utile aux voyageurs? (ce quils ne trouvent pas ailleurs) Je ne sais pas si cest vraiment les infos qui intressent mes lecteurs, pour a ils me suivent sur Twitter ou Facebook. Cest plutt la diversit de mes thmatiques, htels, destination, interview... Ensuite jai des articles bien rfrencs comme par exemple se marier ltranger qui attirent de nouveaux lecteurs. Es-tu connecte en voyage? Tout le temps, surtout Twitter, cest un monde de fou ! Je suis beaucoup plus active sur rseaux sociaux que sur mon blog qui me demande beaucoup plus de temps en criture, photos, etc. Quels types de messages partages-tu sur ta fanpage? sur Twitter? En quoi sont-ils indispensables ton activit de blogging? Ils deviennent plus importants que le blog lui-mme. Ils mapportent la rencontre galement. Jai dailleurs de moins en moins de commentaires sur mon blog, on discute avec les lecteurs sur Twitter ou Facebook puis on se encontre IRL23. Il existe une multitude de sites pour les voyageurs et il est de plus en plus difficile de les distinguer. Quest ce que tu juges important sur un site, quest ce qui peut te convaincre de lutiliser? Quels sont les sites que tu utilises? Je lis les blogs avec des articles de voyage car le ton est personnel et cest le moyen de trouver de bonnes adresses. Je trouve ces blogs sur Hellocoton par exemple. Ensuite je follow des comptes sur la thmatique du voyage comme Lonely planet, MonNuage, 23 IRL : In Real Life 35 36. Routard, Librairie du voyage, A/R Voyage...En fait je natterri sur un site que via la veille sur rseau, je ne surf pratiquement plus. Quelles sont pour toi les cls du succs dun blog? Be yourself ! Le ton, le contenu et la proximit avec les lecteurs via les rseaux sociaux mais aussi et surtout la rencontre non-virtuelle. 36 37. Interview n3 : Adeline Gressin Cest important de partager de linformation et de relayer celle des autres. Cest ainsi que lon sefait connatre et terme que lon devient une marque rfrente voire influente dans sondomaine Peux-tu te prsenter succinctement et prsenter ton blog ? Je mappelle Adeline, jai une trentaine dannes et je suis une aventurire-blogueuse ! Jai lanc mon site Voyages etc en 2009 avant de partir pour un tour du monde. Jy raconte mes aventures, mes rencontres et mes coups de cur travers le monde sous forme de chroniques. Au niveau des chiffres, je pense avoir un site plutt confidentiel par rapport certains autres blogs de voyage mais cest bien ainsi, je prfre me positionner sur la qualit plutt que la quantit. Quelles ont t tes motivations lorigine de la cration du ton blog? Sachant quils existant une multitude de sites qui permettent de partager tes expriences de voyage, pourquoi avoir cr ton propre blog? Jai cr un blog parce que je souhaitais partager une aventure vcue en solitaire avec ma famille et mes amis. Ctait la faon la plus vidente de donner des nouvelles tout le 37 38. monde sans avoir passer par le mail. Il ny a jamais eu dide de profit derrire la cration de Voyages etc... Je voulais vivre une aventure unique sans avoir dpendre de qui que ce soit publicitairement parlant. Je travaillais dans le secteur de la publicit avant de partir et je souhaitais oublier mon travail le temps de mon anne sabbatique. Montiser Voyages etc ne maurait pas aid atteindre cet objectif. Il est difficile de "sortir du lot" avec son blog. Quelle a t ta stratgie pour faire connatre ton blog? Ya-t-il eu un "dclic" un moment donn? Ds la mise en ligne du blog, jai cr une page Facebook que jalimente rgulirement en relayant mes billets ou en publiant des liens ayant toujours attrait au voyage, a me permet dentretenir un lien rgulier avec mes fans. Durant mon voyage, je ne me suis pas intresse aux chiffres, je ne les ai dailleurs jamais regards. Voyager et bloguer cest compliqu, et forcment un moment il faut faire un choix entre publier et faire progresser laudience ou profiter. Pour moi, ctait tout vu : je prfrais passer mon temps vivre mon aventure plutt que de me soucier de laudience vu quil ny avait aucun but lucratif derrire ce blog. Je publiais en fonction de mon inspiration, de mes coups de cur sans aucune ide marketing derrire. Cest seulement au retour que jai pris rellement conscience de limpact et de la qualit de Voyages etc et du fait que je pouvais en faire quelque chose de moins confidentiel mais la plante blogging volue vite : quand en 2009 nous avions encore affaire des amateurs, en 2011 jai dcouvert que de plus en plus de blogueurs essayaient de se professionnaliser et faire du profit avec leur site, parfois au dtriment de la qualit dailleurs. Face cette concurrence, cest trs difficile dmerger, surtout lorsque lon travaille ct. Mener les deux de front est quasiment impossible. De plus, quand je vois quel point la publicit prend le pas sur les rcits de voyage en tant que tels, je prfre rester telle que je suis avec un lectorat de qualit qui je propose ma vision des choses, en toute objectivit. Tu as un partenariat avec Evaneos? Comment ce partenariat a-t-il vu le jour? Est-ce un simple change de visibilit ou de laffiliation rmunre ? Jai effectivement un partenariat avec Evaneos qui est rmunr mais ce nest pas cela qui a t ma motivation premire dans lacceptation de ce partenariat. La socit Evaneos ma contacte en mexpliquant ses valeurs qui sont notamment le voyage responsable, le respect des communauts, des cultures, de lenvironnement, et je me suis reconnue en celles-ci, jai donc accept ce seul et unique partenariat. Cest cohrent avec le contenu de mon blog. Quels sont les articles ou informations plbiscits par tes lecteurs? En quoi ton site peut-il tre utile aux voyageurs? (ce quils ne trouvent pas ailleurs) 38 39. Voyages etc na pas la vocation dtre un site pratique de voyage. Ce que jaime par-dessus tout, cest partager mes motions, mes rencontres. Jai envie de donner envie, quen me lisant les internautes se disent tiens jirais bien l ou je vivrais bien ce genre dexprience aussi . Jai aussi envie de faire voyager, svader ou rver ceux qui nont pas la chance de pouvoir vivre ce genre daventure et surtout que tous soient touchs, mus par mes propos. Et a marche plutt bien vu les retours que jen ai. Les lecteurs sensibles mes billets qui ont besoin dinformations pratiques me contactent par mail. De temps en temps je publie des conseils sur lorganisation dun tour du monde ou les lieux voir sur chaque continent mais je nai pas lintention den faire mon fonds de commerce. Rdiger ce genre darticles me permet de toucher un public plus large, la recherche dinformations pratiques. Cest bien aussi de le faire de temps en temps pour faire connaitre le reste de mon travail. Es-tu connecte en voyage? Oui, je voyage avec un mini-PC qui me permet de me connecter rgulirement en fonction du Wifi que je trouve. Si tu nas pas ton propre matriel, cest assez difficile de bloguer en voyage. [] Il faut savoir que cela me prend au minimum entre 4 et 5h de mettre un post en ligne avec son propre matriel (rdaction, choix des photos, rductions, relecture, corrections). Sans celui-ci, cela peut se transformer en petite galre, sans parler du cot des cafs internet. Dans certaines rgions du monde comme lOcanie, cela peut devenir un gouffre financier pour un voyageur petit budget. Pour promouvoir ton blog, quel temps lui consacres-tu? Es-tu connecte tous les jours sur les rseaux sociaux? Au moins une fois par semaine? En temps normal je suis connecte tous les jours, au moins deux fois par jour, en dbut de matine et fin daprs-midi. Cest la base pour tre visible. En voyage, jessaye de me connecter chaque jour mais jy consacre une heure, pas plus sinon je deviens esclave et ce nest pas le but. Je le suis suffisamment le reste du temps. Te fixes-tu des objectifs en terme de trafic et de suiveurs et fans sur Facebook et Twitter? Pour linstant non. Je nai pas encore dfini de stratgie mais je suis en train dy rflchir. Plus on a de fans, plus on en veut. Je me suis vraiment mise sur Twitter il y a deux mois et les chiffres progressent plutt bien. Sur Facebook par contre je stagne. Aujourdhui je remarque que pour faire venir les fans, il faut marketer son blog et ses pages : offrir des cadeaux, faire des jeux concours, proposer des goodies... Cest cela qui fait venir les fans aujourdhui. La concurrence est rude dans ce domaine mais je nai pas envie daller dans cette direction avec Voyages etc Cela mrite donc rflexion. 39 40. Quels supports utilises-tu en voyage? (guides papiers, sites internet, applications mobiles, autres blogs... lesquels) En voyage jemporte un guide mais il me sert plus connatre lhistoire et les us et coutumes du pays. Pour le reste, je me dbrouille sur place en parlant avec les autres voyageurs ou les locaux afin de connaitre les bons plans, les choses ne pas manquer. Je voyage en fonction de mes envies et de mon instinct, pas en fonction de ce quun guide va me dire. Jaime partir dans une direction et me perdre, cest souvent ce genre daventure qui provoque des rencontres exceptionnelles. Avant de partir, je parcours quand mme les forums (principalement Routard et VoyageForum), les quelques blogs qui me font rver et je prends des notes mais souvent je les oublie une fois arrive destination. Dans mes blogs favoris, il y a notamment petitesbullesdailleurs.fr pour sa connaissance de lAsie, mon continent de prdilection et leblogdesarah.com pour ses aventures hors normes. Dune manire gnrale, japprcie les blogs daventuriers, de ceux qui racontent des histoires ou qui me proposent de belles photos, belles vidos. Ceux qui racontent leur quotidien de voyageur ne mintressent gure. En dehors de ton blog, sur quels autres sites partages-tu tes voyages? (sites communautaires de voyage, forums, sites de partage de photos, de vidos, sites davis dhtels...) Je donne des avis et partage des informations sur les forums tels que routard.com ou VoyageForum.com ainsi que sur la page Facebook Faire le tour du monde. Ce sont les trois seuls sites sur lesquels jinterviens hormis mon blog et mes pages Facebook, Twitter et maintenant Google+. Cest trs chronophage de partager des informations, il faut donc que je trouve une contrepartie en change du temps pass. La meilleure est la gnration de trafic sur mon blog et mes pages. Je veux bien partager de linformation mais il faut que ce soit win-win . Pour linstant, seuls les forums mapportent ce que je recherche et le lectorat est de qualit puisquil reste plus longtemps que la moyenne sur mon site. Cest pour cela que je cible particulirement ces forums plutt que tous les autres sites communautaires de voyage. Il existe une multitude de sites pour les voyageurs et il est de plus en plus difficile de les distinguer. Quest ce que tu juges important sur un site, quest ce qui peut te convaincre de lutiliser? Quels sont les sites que tu utilises? Et oui je suis entirement daccord. Trop dinformation tue linformation, du coup on ne sait plus o se diriger, sur quel site aller. Je ne suis pas consommatrice de ce type de sites titre 40 41. personnel, jai donc du mal comprendre les spcificits de chacun et dfinir les besoins de leurs consommateurs. Comme je le dis dans la rponse la question prcdente, un blogueur a dj beaucoup faire pour entretenir son blog et ses pages, limportant pour lui est donc le retour sur investissement du temps pass produire de linformation pour les autres, or tous ces sites attendent que les voyageurs fournissent du contenu gratuitement sans contrepartie. A titre personnel, je nprouve pas le besoin daller sur ces sites car je norganise pas mes voyages, je voyage au feeling. Aujourdhui loffre est trop large et linformation trop diffuse, mon choix est donc de ne pas minvestir sur ces sites. Le jour o on me proposera un rel change, qui mapportera une visibilit hauteur de linvestissement ncessaire pour produire le contenu demand, je rviserai peut-tre ma position. Quels types de messages partages-tu sur ta fanpage? Sur Twitter? En quoi sont-ils indispensables ton activit de blogging? Je diffuse mes billets mais aussi tout ce que je trouve intressant sur le web en termes de voyage. Cest important de partager de linformation et de relayer celle des autres. Cest ainsi que lon se fait connatre et terme que lon devient une marque rfrente voire influente dans son domaine. Aujourdhui, tre rgulirement visible sur les rseaux sociaux, cest sassurer un minimum de trafic sur son site. Quelles sont pour toi les cls du succs dun blog ? Il tient en 3 mots : contenu, rfrencement et partage. La qualit est importante mais je dirais que le rfrencement est encore plus important. Malheureusement, un blog de qualit peu rfrenc sera moins visible quun blog mdiocre trs bien rfrenc. Cest la dure loi du web actuellement. [] Le succs dun blog, cest publier rgulirement et rendre son travail et celui des autres visibles. Autant dire que cest un travail temps plein. 41 42. Interview n4 : Sarah Dawalibi La premire cl de succs serait la capacittechnique dobtenir un bon rfrencement sur les moteurs de recherche et dinonder la toile de liens vers son blog. Mais a me semble tre du succs court terme Peux-tu te prsenter succinctement et prsenter ton blog (dates, particularits, originalit, quelques chiffres) Je mappelle Sarah, jai 34 ans, je vis Paris (entre mes voyages...) et je suis journaliste. Jai cr mon blog http://www.leblogdesarah.com en 2009, quelques mois avant de partir faire un grand voyage autour du monde de 16 mois. Jy raconte mes rcits de voyage. Mon approche est vraiment de raconter mes aventures personnelles sur la route, pas du tout de faire une sorte de guide touristique. Jai notamment t en Antarctique bord dun brise-glace, assist la Coupe du Monde de foot en Afrique du Sud, ralli Paris Moscou en auto-stop, Kuala-Lumpur au Havre en cargo... Je voyage seule la plupart du temps et mon objectif est dinciter les aspirants voyageurs mimiter. Leur montrer que voyager nest pas dangereux, mme quand on est une fille seule. Mon blog en quelques chiffres: 100.000 pages vues cette anne, 164 articles sur 20 pays diffrents. Quelles ont t tes motivations lorigine de la cration du ton blog? Sachant quils 42 43. existant une multitude de sites qui permettent de partager tes expriences de voyage, pourquoi avoir cr ton propre blog? Au dbut, mon objectif tait plutt de partager mes rcits avec mes amis et ma famille. En 2009, le blogging ntait pas encore trs dvelopp dailleurs, rien voir avec ce que cest devenu maintenant. Ecrire est mon mtier, ctait donc assez naturel pour moi de crer un blog. Puis je me suis prise au jeu et cest devenu beaucoup plus que cela. Je souhaitais crer mon propre blog car cela donne beaucoup plus de libert que de juste partager ses expriences sur des sites de voyage. Il est difficile de "sortir du lot" avec son blog. Quelle a t ta stratgie pour faire connatre ton blog? Ya-t-il eu un "dclic" un moment donn? Pendant longtemps, je nai eu aucune stratgie. Je me contentais juste de relayer mes post sur mon profil Facebook. Cest quand je suis rentre de mon grand voyage, en mars 2011, que jai commenc vraiment utiliser les rseaux sociaux pour faire connatre mon blog. On ne peut pas parler de dclic proprement parler. Cest plus qutant de retour en France, javais plus de temps consacrer pour faire connatre davantage mon blog. Jai maintenant une page Facebook spcifique pour mon blog, Sarah Autour du Monde, 400 fans, et un compte Twitter : @SaraTourDuMonde, 2000 followers. Jai aussi particip au concours des Golden Blog Awards (numro trois des votes du public parmi 150 blogs voyage environ). Quels sont les articles ou informations plbiscits par tes lecteurs? En quoi ton site peut-il tre utile aux voyageurs? (ce quils ne trouvent pas ailleurs) Mes rcits de voyage qui sortent un peu de lordinaire, comme mon voyage en Antarctique, ma traverse de trois semaines sur un cargo, mes trajets en auto-stop. Mes rcits aussi des ftes sur la plage en Thalande ou au carnaval de Rio de Janeiro. Je ne cherche pas faire un blog utile en tant que tel avec des conseils pratiques. Mon ide est plus dinspirer les gens. Es-tu connecte en voyage? Oui, quasiment tout le temps. Je voyage avec un net-book, et il y a du wifi presque partout maintenant. Cest dailleurs mme un peu pesant parfois. Il y a des moments aussi o on a envie de dbrancher . Jai apprci, quand jtais en mer, ou dans les steppes de Mongolie, dtre coupe dInternet de temps en temps. Te fixes-tu des objectifs en terme de trafic et de suiveurs et fans sur Facebook et Twitter? 43 44. Non, je ne me fixe pas vraiment dobjectifs. Mise part sur Twitter. Quand je me suis mise srieusement Twitter, partir de lt dernier, jessayais de gagner 100 followers par semaine... Mais ctait beaucoup de boulot... :-) Maintenant avec 2000 followers, jestime que jai acquis une bonne audience sur ce rseau. Je prfre dailleurs Twitter Facebook. Cest plus ractif et plus professionnel aussi. Quels supports utilises-tu en voyage? (guides papiers, sites internet, applications mobiles, autres blogs... lesquels) Jutilise le Lonely Planet: leurs guides qui concentrent un continent en entier sont assez pratiques pour les voyages au long cours. Pour les sites internet, jutilise de temps en temps hostelbookers.com, mais cest davantage pour vrifier les disponibilits car je rserve trs rarement mes chambres dhotel. Jaime bien aussi wikitravel.org (lquivalent de wikipdia pour le voyage). Et sinon aussi beaucoup couchsurfing.org. Pour les autres blogs, je les lis plutt entre mes voyages, car en voyage, difficile davoir le temps. En dehors de ton blog, sur quels autres sites partages-tu tes voyages? (sites communautaires de voyage, forums, sites de partage de photos, de vidos, sites davis dhtels...) Pas beaucoup. Jutilise juste VoyageForum.com. Ecrire pour mon blog me prends dj beaucoup de temps, alors je ne vais pas en plus raconter mon voyage ou poster mes photos sur dautres sites. Jutilise aussi pas mal la page Facebook Faire le Tour du Monde , o plein de voyageurs peuvent changer leurs conseils sur le mur. Quelles sont pour toi les cls du succs dun blog? Cest difficile dire. Dans le domaine du voyage, je vois des blogs qui ont un certain succs , en terme de nombre de visiteurs par jour je veux dire, mais qui nont absolument aucun intrt et sont faits par des gens qui nont quasiment jamais voyag. La premire cl de succs serait donc la capacit technique dobtenir un bon rfrencement sur les moteurs de recherche et dinonder la toile de liens vers son blog. Mais a me semble tre du succs court terme. Aprs, pour le succs long terme, je pense quil faut raconter des histoires intressantes, auxquelles les lecteurs peuvent sidentifier, et qui donnent envie de voyager. Montrer de belles photos, avec un design de blog attractif et une navigation claire est aussi important. 44 45. Interview n5 : Fabrice Dubesset Une des clefs pour russir, et ce dans nimporte quel domaine, cest de se fixer des objectifs. Et cela sapplique tous projets,businesse ou perso ! Cest trs important pour avancer et se motiver ! Peux-tu te prsenter succinctement et prsenter ton blog ? (dates, particularits, originalit, quelques chiffres) Je mappelle Fabrice, 34 ans, je voyage en Amrique du Sud depuis prs dun an. Aprs plusieurs voyages au long cours, jai lanc le blog Instinct Voyageur. Instinct Voyageur est davantage un blog sur le voyage quun blog de voyage. Le blog traite particulirement du voyage en indpendant et du voyage au long cours. Le message du blog, cest allez-y, faites un break dans votre vie, allez voir ailleurs, profiter de ce que le monde offre, franchissez le pas ! . Le blog a 18 mois et en novembre, il a reu plus de 16 000 visites. La Lettre du Voyageur, la newsletter, compte plus de 1000 abonns. 45 46. 46 47. Quelles ont t tes motivations lorigine de la cration du blog? Sachant quil existe une multitude de sites qui permettent de partager tes expriences de voyage, pourquoi avoir cr ton propre blog? La plupart des blogs de voyage sont crs loccasion dun tour du monde, et sarrtent ensuite au retour. Cela fait longtemps que je blogue, depuis 2004. Jai eu deux blogs dont un sur mon exprience dexpatri au Nigria. Bloguer nest donc par une chose nouvelle pour moi, et cest quelque chose que jaime faire. Aussi, quand jai lanc Instinct Voyageur, le but tait de faire partager ma vision du voyage et dy rassembler mes voyages et expriences. Il nexistait pas vraiment alors de blog de voyage avec cette approche. Le but tait aussi den tirer un revenu afin de financer cette passion. Au dbut, je visais juste 300 euros, cela me paraissait beaucoup alors ! Or depuis cet t, jen vis pleinement ! Quels sont les articles ou informations plbiscits par tes lecteurs? En quoi ton site est-il utile aux voyageurs? (ce quils ne trouvent pas ailleurs) Les catgories qui plaisent le plus sont les articles pratiques sur le voyage ainsi que les articles de rflexion portant sur le voyage et sa philosophie. Ces articles ont parfois un ct dveloppement personnel je trouve dailleurs. Pour promouvoir ton blog, quel temps lui consacres-tu? Es-tu connect tous les jours sur les rseaux sociaux? Au moins une fois par semaine? Au dbut, jai pass beaucoup de temps la promotion du blog, difficile dy chapper ! Depuis, jy consacre moins de temps, le blog commencent tre bien rfrenc et connu. Je me connecte au moins tous les deus jours sur les rseaux sociaux, mais pas plus de 30mm. Cest trs chronophage ! [] Cest vraiment difficile de travailler et voyager en mme temps. Surtout quand tu dveloppes des projets. Certains laissent croire le contraire, cest faux ! Te fixes-tu des objectifs en terme de trafic et de suiveurs et fans sur Facebook et Twitter? Une des clefs pour russir, et ce dans nimporte quel domaine, cest se fixer des objectifs. Et cela sapplique tous projets, businesse ou perso ! Cest trs important pour avancer et se motiver ! Quels supports utilises-tu en voyage? (guides papiers, sites internet, applications mobiles, autres blogs... lesquels) Je suis assez traditionnel pour cela, jutilise surtout les guides de voyage et aussi les forums de voyage. Encore que je nutilise plus beaucoup les guides. En fait, je maperois que lon 47 48. peut sen passer facilement Lors de mes rcents trois mois en Amrique centrale, je lai peu ouvert En dehors de ton blog, sur quels autres sites partages-tu tes voyages? (sites communautaires de voyage, forums, sites de partage de photos, de vidos, outils de curation, sites davis dhtels...) Je suis rdacteur sur Tripwolf.fr. Vous pouvez aussi me retrouver sur Flickr, sur You Tube, ainsi que sur mon tout nouveau blog : Prendre lavion ! Ce blog donne des conseils pratiques pour bien vivre son vol et faire en sorte que le voyage en avion soit facile, rassurant. Vous y trouverez aussi des guides sur les principaux aroports, quoi voir en quelques heures dans une ville avant un vol ou lors dune escale. Quels types de messages partages-tu sur ta fanpage? sur Twitter? En quoi sont-ils indispensables ton activit de blogging? Sur ma fan page, je poste des photos et vidos en gnral exclusif et parfois sur lenvers du dcor , sur mon quotidien. Jy poste aussi dautres infos sur le voyage en gnral, cest un espace dchanges sympa je trouve ! Sur Twitter cest un peu la mme chose. Cest aussi un bon outil pour contacter des partenaires. Certains blogs possdent une audience trs importante. Par consquent, ils peuvent devenir prescripteurs pour des marques ou des startups. Est-ce une conscration ? La finalit du blogging ? Une belle rcompense ? Une perte dindpendance ? Voil un sujet qui fait parfois polmique, surtout chez les voyageurs Certains ne veulent pas entendre parler de montisation alors que quelque part, ils aimeraient bien vivre de leur blog de voyage.Voil une contradiction. Je pense que tout est question dquilibre, comme tout dans la vie. Il est tout fait possible de faire des articles sponsoriss, davoir des partenariats, tout en restant indpendant. [] Pour ma part, ce nest pas la finalit, juste un moyen dtre indpendant justement. Je refuse parfois des contrats pour des bannires sur mon blog, ou des articles sponsoriss (genre pour le club med) et certains liens. Car je trouve cela trop loign parfois de ma ligne ditorial et/ ou gnant pour le lecteur. Jai plutt de la chance car jai eu trs peu de critique par rapport la montisation et mon chiffre daffaires que je publiais dans des bilans. Cest mme plutt tonnant ! Il faut dire que le site est assez discret tout de mme en pub, peu de bannires, je nai mme pas Google Adsens. Et puis, jai annonc ds le dbut la couleur en affirmant que je voulais gagner de largent avec mon blog passion. Ce dernier mot est important. Jai tout de mme eu allez 3 ou 4 critiques. En gros, les gens me reprochaient de vouloir gagner de largent avec mon blog sur le voyage, trouvant que cest trop commercial. Cest 48 49. quand mme fou. Pour moi, cest devenu mon travail, jy passe beaucoup de temps, jai tout lch pour cela, je vis dans linscurit, je fais attention de ne pas mettre trop de pub visibles, et pourtant on me fait des reproches. Ces personnes voudraient que le site sur lequel ils trouvent des infos intressantes ne gagne pas dargent, que le blogueur travaille plein temps gratuitement. Quil fasse du bnvolat en fait. Et ce sont des personnes qui ont parfois un boulot bien pay, en cdi qui me disent cela. Tu comprendras que ce genre de raction mnerve. Et que je trouve cela stupide. Quelles sont pour toi les cls du succs dun blog? Trois mots: patience, travail et passion ! Jajouterais thique , une valeur qui est importante pour moi. Et que jai du mal voir cela sur certains blogs Je ne parle pas ici de blogs de voyage mais dautres blogs plus ou moins connus dans divers domaines, notamment dans le marketing. 49 50. Liste des entreprises cites dans ce livre blanc Airbnb 20 Lonely Planet 14, 34, 43 Vimo 15 Backpackmojo 13 Meet4Trip 15 Visoterra 11 Bedycasa 20 Monnuage 12, 34 VoyageForum 11, 39, 43 Beglob 12 Opodo 4 VoyagePriv 8, 9 Booking 5, 21 Partir Pas Cher 8 Voyageurs du Monde 8 Cityzeum 13 PetitFt 14 Voyavo 15 Couchsurfing 19, 27, 43 Promovacances 7, 8 Wipolo 24, 25 Easyvoyage 4 Redvisitor 13 Wimdu 20 Edreams 4 Rome2Rio 15 WhynotTours 15 E-voyageur 12 Routard 11, 12, 14, 34, 39 Youtube 15, 32 Facebook 14, 23, 39, 42, Routard (Guide du) 14 Zenwego 15 43, 46 Ryanair 9 Flickr 14, 47 Sprice 21 Foursquare 13 Tiwago 3 Hospitalityclub 19 Tripadvisor 5, 21, 32 Hotels 5, 21 Tripattitude 17, 18 Geckogo 12 Triporama 15 Gogobot 12, 13 TripXP 16, 17 Google 15, 22, 39, 47 Trivago 21 Google Hotel Finder 21 Trooptrip 15 Govoyages 4 Twitter 15, 21, 25, 26, 31, Lastminute 8 34, 38, 39, 42, 43, 47 Lidoli 21 Venere 5, 21 Liligo 21 Viajeros 12 50