intertextualite et productivite du texte poetique africain

download intertextualite et productivite du texte poetique africain

of 24

  • date post

    13-Feb-2017
  • Category

    Documents

  • view

    225
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of intertextualite et productivite du texte poetique africain

  • 1

    Intertextualit et productivit du texte potique africain : Fer de lance1

    Lon Ypri

    Rsum

    Loin dune superposition ou dune juxtaposition de textes formant un

    catalogue strile, Fer de Lance de Bernard Zadi Zaourou, crivain et homme de

    culture ivoirien, se rvle tre plutt une combinatoire de genres et dcritures

    polyphoniques qui constituent un dfi la langue franaise et sa crativit

    (potique). La notion dintertextualit productrice deffet de sens trouve alors ici

    son accomplissement. Do lintrt et loriginalit de ce travail, soustrait dun

    objectif purement documentaire.

    Mots cl : Intertextualit - Productivit - Texte Potique Africain

    Abstract

    Far from being a simple superimposition or juxtaposition of texts forming

    an empty catalogue, Fer de Lance, by Bernard Zadi Zaourou, an Ivorian writer

    and man of culture, rather appears to be a combination of genres and polyphonic

    writings that actually represent a challenge to French an its (poetic) creativity.

    The concept of intertextuality that produces meaning is here fully

    accomplished ; hence the interest and originality of this work that achieves

    purely factual (documentary) objectives.

    Keywords : Intertextuality - Productivity - the African poetic text

    1 cf B. Zadi Zaourou, poesie/prose africaine, Paris, P. J. Oswald, 1975, 51 pages. Enseignant chercheur lEcole Normale Suprieure dAbidjan (R.C I)

  • 2

    Tel que formul, le sujet convie un exercice de dfinition de ses composantes

    majeures: intertextualit, productivit, tous deux forgs par un attelage au moyen de

    et qui ne se rsout point une simple valeur additive mais marque plutt larticulation

    entre ces deux lments, c'est--dire, une mise en co- relation du premier et du

    second ; do lefficacit de son rle conjonctif de premier plan. Il en rsulte la

    pertinence de la problmatique, savoir : quelle fonction lintertextualit exerce-t-elle

    sur la productivit du texte, ou plus exactement encore, de quelle ( s) influence(s)

    lintertextualit joue-t-elle sur la productivit du texte en loccurrence Fer de lance et

    inversement ? Le sujet donc ne manque gure ni dintrt, ni dactualit. Il voudrait se

    dmarquer dun recensement bat ou la reconnaissance dune fonction documentaire

    (bien que cela soit important dans un texte littraire), pour montrer comment par

    laventure de lcriture spcifique, le pote (africain) Bernard Zadi conduit une

    entreprise de dfi(ance) la langue franaise et surtout ses schmes structurels de la

    crativit. Ce faisant, celui-ci exploite une technique de linnovation, malgr

    lutilisation de lalphabet de la langue de Vaugelas et de Boileau :

    Lorganisation de la page de Fer de lance nobserve aucun respect de la

    majuscule classique linitial des vers(ets). Les faits de versification franaise

    conventionnelle tel la rime, le rythme, le syllabismesubissent un(e) viol(ence) sous

    la plume du pote Zadi. Les illustrations des vers(ets) le montreront ; alors

    nanticipons pas. Mais, revenons la dfinition de ces deux notions comme

    annonces, pour la marque particulire quelles impriment luvre et, partant,

    notre travail.

    -dabord lintertextualit

    A ce propos, la smiotique textuelle, la suite des formalistes russes, nous est

    dun grand secours, quand elle affirme que tout texte est le lieu dinteraction

    dautres textes, dautres discours, dautres langages. Les relations dintertextualit2

    peuvent ainsi emprunter les formes et les voies diverses. La typologie des textes (ou

    formes) jouant lintrieur de ce croisement sanalyse selon plusieurs procdures dont

    les principales snoncent comme suit

    2 cf Problmes de la structuration du texte in Tel Quel, thorie densemble, Paris ; Seuil, p. 311

  • 3

    *la similitude dordre analogique ou mtaphorique reliant le texte de dpart et le

    texte darrive

    *ltablissement dune disjonction suscitant une sorte de contestation entre le

    premier texte et le second ainsi produit.

    *un autre mode pouvant aller jusqu la transformation voire labsorption du texte

    de dpart en celui darrive.

    - Mais quen est il de la productivit ?

    Dabord la productivit nest pas synonyme de la production, bien que le

    premier soit driv du second, tous deux tant engendrs par le verbe produire. La

    production, traduisant un rsultat, ou un tat, est de ce point de vue statique. La

    productivit quant elle participe dun processus, do son caractre dynamique. Il

    sagit donc, pour reprendre le mot de J. Kristeva , dexplorer comment le texte

    travaille , de dgager le processus de gnration de son systme signifiant qui ne

    peut tre un 3

    Lintertextualit est une des marques spcifiques de la littrature orale qui nest

    pas rgie par la tyrannie des genres. Ainsi la littrature orale regroupe, sans frontires,

    tous les genres littraires. Cest en cela que Fer de lance sest rvl tre un support

    adapt notre tude, surtout en raison de son caractre oraliste. Cest une littrature ou

    pass et prsent interfrent, ou la fiction se mle la ralit marque par la

    reprsentation de la vie. Il sagit partir de lexpos liminaire notionnel de mettre en

    rapport le pome avec les autres genres ou discours sociaux qui sy manifestent. Dans

    cette perspective nous soulignerons que Fer de Lance participe la fois du didiga, du

    chant, de la danse du conte, de lpope des paroles symboliques, de lpope, peut

    tre mme, dautres langages ou discours sociaux insouponns culturellement

    marqus.

    Notre tude consistera dabord faire une analyse intgre de ces diffrents genres

    manifestant par leur existence et leur corrlation interne une rupture voire une

    disjonction davec lcriture conventionnelle de la posie. Le second moment

    3 Cit par O. Ducrot et Todorov in Dictionnaire Encyclopdique des Sciences du Langage, Paris,Seuil,1972 p. 445

  • 4

    consistera ensuite, en dgager la forme et le sens de lunivers de luvre. Mais avant

    tous propos prsentons luvre trs brivement.

    I- Prsentation de luvre

    Le groupe nominal Fer de lance est le titre de luvre. Il est compos de 2

    noms relis par la prposition de marquant la subordination du second au premier.

    La lance est donc le complment de fer ; ce qui suppose que lon se sert de la lance

    pour atteindre une cible par le fer. Quelle serait donc cette cible ?

    Le pote, en fin orfvre, a choisi dlibrment ce titre mtaphorique pour mettre en

    valeur la puissance du Verbe mais en mme temps pour remmorer le mythe du

    Didiga ou lart de crer, de lutter, dexister au monde.

    Pour ce faire, le pote exhume le pass, le dpoussire et le prsente comme un

    modle suivre. Somme toute Fer de lance est un pome de combat au service de

    lhomme noir. Mais nanticipons pas.

    Revenons la prsentation pour dire que luvre est compose de 51 pages

    dune fluidit extrme, sans subdivisions internes en parties ou sous-parties. Ce nest

    pas non plus un recueil de pomes mais un texte tenant dune seule mission de voix.

    Cest l lune des caractristiques de la littrature orale o la dclamation dun texte

    sous laspect dune longue tirade tient en veil lauditoire des heures durant. La

    sduction du public rsulte non seulement de lart du pote-conteur mais encore de

    la tonalit diverse, riche et varie du texte travers ses lments constitutifs.

    En appliquant la dfinition des relations dintertextualit luvre qui vient

    dtre prsente, il peut tre dgag les formes et les discours sociaux interagissant

    dans Fer de lance comme une combinatoire, une criture polyphonique.

    II) Diffrents genres dans Fer de lance

    1) Le Didiga

    Le mot Didiga joue une fonction dintrot et de clausule lendroit du pome

    dune part, et lui accorde une base rythmique constante dautre part. De ce fait, il

    mrite bien un temps darrt pour explication. En effet Didiga est un rcit des

    chasseurs en pays Bt au Sud Ouest de la Cte dIvoire. Il se caractrise par linsolite,

    limpensable, le merveilleux et par le dfi la logique. Aussi est-il laffaire des initis.

  • 5

    Ltude de la structure du mot extrait du terroir bt et presquintraduisible qui fait

    irruption dans le lexique franais nous permet de le certifier. En effet, Didiga est form

    de Didi qui signifie pourriture et de Ga qui se traduit par canne sucre. Ce mot par

    transmutation voque lor qui pousse, jailli des immondices. En somme Didiga est

    lart de lirrationnel. Cest ce concept qui est la force motrice, llment fondamental

    de ce texte. A lui seul Didiga construit la grammaire gnratrice du pome, c'est--dire

    sa charpente formelle qui le dtermine ainsi que sa smantique. Et cest dj tout dire !

    Partant de la situation de lAfrique noire dont la civilisation est nie, le pote prend

    lexemple du hros Didigaesque, personnage socialement dfavoris qui, par une lutte

    acharne, triomphe des miasmes morbides de lexistence.

    Le prtexte du Didiga est donc une invite la prise de conscience des Africains en vue

    de redorer le blason du Noir. Pour ce faire, le pote fait appel lesprit des Ascendants

    dans les vers(ets) liminaires :

    Didiga

    Yakloa Didiga

    Didiga

    Dakloa Didiga

    Didiga zara

    Guidohoa Didiga

    Didiga zara

    Nawabra Didiga