Etymologie Des Langues Indo-europeennes

download Etymologie Des Langues Indo-europeennes

of 231

  • date post

    19-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    504
  • download

    10

Embed Size (px)

Transcript of Etymologie Des Langues Indo-europeennes

ETYMOLOGIE DES LANGUES INDO-EUROPEENNES Par la mthode oronaleYves CortezCe livre a pour but de refonder toute ltymologie des langues indo-europennes. Il propose une mthode rationnelle aux antipodes de ltymologie officielle dont lauteur dnonce les fantaisies et le manque de rigueur scientifique. La dcouverte fondamentale expose dans ce livre est que les mots sont tous composs de particules lmentaires que lauteur dsigne sous le nom dorones, o les orones sont en quelque sorte des lments de base en nombre limit qui ont permis la construction de tous les lexiques des langues indo-europennes, linstar des atomes, eux aussi en nombre limit, qui permettent la fabrication dun nombre illimit de molcules. Cette dcouverte soppose radicalement au principe mis par Ferdinand de Saussure selon lequel linvention des mots par chaque peuple relverait de larbitraire. La mthode oronale propose par lauteur peut stendre dautres familles linguistiques et ouvre des perspectives nouvelles la recherche. Lauteur ayant t frapp par la maladie, laisse louvrage complter. Il compte sur une jeune gnration de linguistes pour reprendre le flambeau Yves Cortez passionn par l'tude des langues, est l'auteur du livre Le franais ne vient pas du latin .

Mai 2009

SommaireChapitre I : Les mots sont transparents ....................................... 4Naissance dun doute................................................................................................................ 5 But de cette recherche .............................................................................................................. 6 Les apports de la linguistique ltymologie ............................................................................ 6 Critique de la linguistique officielle ............................................................................................ 6 Pour une mthode scientifique.................................................................................................. 7

Chapitre II : les lois fondamentales de letymologie................... 8Loi n1 : Loi de lintertie ............................................................................................................. 9 A. Linertie smantique ....................................................................................................... 10 B. Linertie phontique ........................................................................................................ 11 Loi n2 : Loi du vocalisme aleatoire ........................................................................................ 12 Loi n3 : Loi de la conservation des sons consonantiques ..................................................... 16 A. Equivalences sourdes / sonores .................................................................................... 16 B. Les quivalences occlusives / fricatives......................................................................... 18 C. Les quivalences drives ............................................................................................. 20 D. Les quivalences des sons proches .............................................................................. 21 E. Une quivalence importante et singulire : R=L ............................................................ 23 F. Les quivalences limites............................................................................................... 24 Loi n4 : Loi de lagrgation..................................................................................................... 26 Loi n5 : Loi de ladquation son/sens .................................................................................... 29

Chapitre III : Lois relatives au lexique......................................... 30Loi n1 : Loi des 4 sources lexicales ....................................................................................... 31 Loi n2 : loi de la smantique .................................................................................................. 32 Loi n3 : Loi de lauto-fabrication............................................................................................. 33

Chapitre IV : Les Orones .............................................................. 35Les orones............................................................................................................................... 36 La structure consonantique :............................................................................................... 36 De la structure consonantique lorone ............................................................................. 37 Exemple de passage de la structure consonantique la structure oronale :..................... 38 La structure oronale ............................................................................................................ 38 Les orones primaires............................................................................................................... 41 Les orones secondaires .......................................................................................................... 42

Chapitre V : Altrations et processus particuliers..................... 43La rptition............................................................................................................................. 44 1. La rptition complte..................................................................................................... 44 2. La rptition altre phontiquement ............................................................................. 44 3. La rptition partiellement non altre ........................................................................... 44 4. La rptition partiellement altre .................................................................................. 45 Lapocope ................................................................................................................................ 45 Laphrse............................................................................................................................... 45 La mtathse........................................................................................................................... 45 Lpenthse............................................................................................................................. 46

Chapitre VI : Le vocabulaire indo-europen............................... 47Existence de lindo-europen.................................................................................................. 48 Expansion de lindo-euopen .................................................................................................. 48 Reconstruction du vocabulaire indo-europen........................................................................ 48 Particularit du vocabulaire indo-europen............................................................................. 49 Civilisation indo-europeenne ................................................................................................... 49 Vocabulaire de lindo-europen .............................................................................................. 51

I) Environnement naturel..................................................................................................... 51 II) Vie domestique ............................................................................................................... 51 III) Homme, famille.............................................................................................................. 51 IV) Vie sociale ..................................................................................................................... 52 V) Nombres ......................................................................................................................... 52 VI) Temps............................................................................................................................ 52 VII) Organisation sociale..................................................................................................... 52 VIII) Religion........................................................................................................................ 52 IX) Pronoms personnels ..................................................................................................... 53 X) Action.............................................................................................................................. 53 XI) Elments descriptifs ...................................................................................................... 53 XII) Corps ............................................................................................................................ 54 XIII) Divers .......................................................................................................................... 54

Chapitre VII : Ltymologie de la langue francaise .................... 55Rappel des quatre composantes ............................................................................................ 56 1. Le substrat ...................................................................................................................... 56 2. La langue dominante ...................................................................................................... 56 3. Les emprunts .................................................................................................................. 56 4. Lauto-fabrication ............................................................................................................ 57

Chapitre VIII : Critique de ltymologie officielle........................ 58Un dfi aux lois de la phontique ............................................................................................ 59 Etymologies absurdes ............................................................................................................. 59 Quelques procds de ltymologie officielle .......................................................................... 63

Chapitre IX : Liste dtaille des orones de lindo-europen..... 671- Les affixes ........................................................................................................................... 68 LES INFIXES ...................................................................................................................... 80 1- Les orones primaires........................................................................................................... 81 3- Les orones secondaires ...................................................................................................... 95

CHAPITRE I : LES MOTS SONT TRANSPARENTSNaissance dun doute But de la recherche Les apports de la linguistique ltymologie Critique de la linguistique officielle Pour une mthode scientifique

Les Grecs, les Hbreux et les Romains nous ont laiss de nombreuses traces de lintrt quils portaient lorigine des mots. Dans la plupart des cas, des tymologies nous paraissent aujourdhui contestables et les chercheurs du 20e sicle sappuyant sur les dcouvertes rcentes de la linguistique prtendent avoir fait faire un pas dcisif la science tymologique. Pourtant aprs avoir lu les tymologies officielles des mots de la langue franaise, je nai pas eu le sentiment que celles-ci fussent bases sur une mthode scientifique rigoureuse, mais rsultaient plutt dun ensemble de mthodes empiriques, voire mme, le plus souvent, de linspiration du moment des rdacteurs.

NAISSANCE DUN DOUTEJe consacre dans ce livre un chapitre la critique de ltymologie officielle, pour en dvoiler les incohrences, les artifices et les insuffisances. Beaucoup dtymologies sont en contradiction totale avec les lois de la phontique, ou encore sont un dfi au simple bon sens. Ainsi le vocabulaire franais compterait plus de 1500 mots dorigine nerlandaise, soit beaucoup plus que de mots anglais mis part les emprunts rcents comme si nous avions eu historiquement plus de contact avec les Nerlandais quavec les Anglais. Serait-ce les Nerlandais qui nous auraient fait la guerre de cent ans, et auraient conquis la moiti de la France. Dans le mme ordre dide, cela ntonne personne que des centaines de mots dits dorigine francique se retrouvent, sans aucune transformation phontique, dans toutes les langues romanes. Les autres peuples romans auraient-ils attendu que nous constituions un vocabulaire nouveau grce aux Francs pour nous lemprunter sans le dformer daucune manire ? Il y a l un mystre qui demande tre perc. Ltude systmatique de toute ltymologique officielle ma permis de franchir une premire tape. Jai dcouvert que si la logique tait absente de ltymologie officielle, cela venait du fait que lune de ses fondements tait erron. En effet, les tymologies considrent comme acquis que le franais vient du latin. Mais il nen est rien, comme je lai dmontr dans Le Franais ne vient pas du latin Editions LHarmattan 2007. A vouloir trouver toute force une origine latine tous les mots franais, les tymologistes se laissent aller toutes sortes dextravagance. Ainsi, le mot NIAIS viendrait du latin NIDUS (nid), le mot VIER du latin AQUA (eau), le mot ABRI viendrait de APRI CARI (sexposant au soleil), le mot FOLIE du latin FOLLIS (ballon), le mot MOYEU du latin MODIULUS (petit vase), le verbe PALLIER du latin PALLIUM (manteau), les mots FERMER et FIRMAMENT du mme mot latin FIRMARE (rendu ferme), etc, etc, etc La liste est trs longue des curiosits de toutes sortes. Au fond, le procd de ltymologie officielle sous couvert de recherches diverses ponctues de rfrences dates avec prcision, se rsume un postulat dune grande simplicit : ressemblance phontique vaut origine. Mais comme les tymologistes ont du mal, et pour cause, trouver une origine latine tous les mots franais, ils sappliquent chercher, dans dautres langues, des mots dont ils dcrteront quils ont t amputs. Ils appliquent alors la mme mthode : ressemblance vaut origine. Les deux tymologistes qui ont fond ltymologie officielle moderne du franais et qui sont la rfrence quasi exclusive des dictionnaires franais contemporain, notamment le Larousse et le Robert, Oscar BLOCH et W. VON WARTBURG sont des spcialistes des langues germaniques. Il est donc naturel quils aient cherch dans le nerlandais, le francique et lallemand lorigine de trs nombreux mots. Ainsi, le mot HOUILLE viendrait du francique (qui plus est, reconstitu !) HUKILA (bosse), le mot LOUPE de lancien haut allemand LUPPA (masse informe dune matire caille, sic !), le mot RECHIGNER de lancien haut allemand KINAN (tordre la bouche). Je recommande vivement la lecture de cet ouvrage un peu surraliste qui malheureusement sert de base notre tymologie officielle (cf. les extraits dans les encarts ci-aprs). De temps autre, les tymologistes changent de registre et vont piocher dans le grec, larabe, les parlers rgionaux, mme si, dans certains cas, paradoxalement, une origine latine paratrait plus logique. Le mot TRE viendrait du grec ASTRAKON (coquille) alors que ce mot peut tre rapproch (pour une fois) du latin ATER (noir), la couleur des tres ; le mot PRTRE viendrait du grec PRESBYTEROS et non du latin PRAETOR (qui signifie au plus propre homme plac en tte ) ; le mot MASSER viendrait de larabe MASS et non du latin MULCEO (caresser) ; le mot NOUBA viendrait de larabe et non du latin NUBERE (se marier) ; le mot CARQUOIS viendrait du persan TERKECH, alors quil semble un simple driv du latin ARCUS (arc) ; quant au mot CARAMBOLER, on pourrait le considrer comme rsultant de la fusion de deux mots latins CARRUS (fourgon) et AMBULARE (aller et venir).

BUT DE CETTE RECHERCHEMon propos nest pas de critiquer une une les tymologies officielles, cest dailleurs pourquoi nous ne commencerons pas ce livre par le chapitre sur lanalyse critique de ltymologie officielle. Non, mon but est de montrer que la fabrication des mots des lexiques de toutes les langues indo-europennes rpond un mcanisme qui peut tre dcrit. En ce sens, je rfute larbitraire saussurien. Je montrerai quil ny a pas darbitraire mais une logique solide qui a permis pendant des millnaires la fabrication de tous les mots, partir de lois fondamentales. De mme que les molcules sont formes partir dun nombre limit datomes, les mots sont forms dun nombre limit dlments de base que nous appellerons les ORONES. Pour se dmarquer de ltymologie officielle, jappellerai la mthode propose : ltymologie oronale. Elle a sa logique propre qui peut tre applique toutes les familles linguistiques. Nous nous contenterons dans ce livre de dcrire les orones de lindo-europen, ce qui ouvre la voie la description de ltymologie de toutes les langues indo-europennes. Mais le mme exercice peut tre fait pour les langues smitiques, les langues turques, les langues bantoues ou les langues australiennes.

LES APPORTS DE LA LINGUISTIQUE A LTYMOLOGIESi je suis critique sur de nombreux aspects de la science linguistique, je reconnais quun srieux dbroussaillage a t fait en deux sicles. Quelques notions qui nous paraissent videntes aujourdhui, ntaient pas accessibles nos prdcesseurs. Dabord, il a t dcouvert quil existait des familles linguistiques, au point que Saussure disait au dbut du sicle dernier : La tche de la linguistique sera de faire la description et lhistoire de toutes les langues () et de reconstituer les langues mres de chaque famille in Cours de linguistique gnrale , Ferdinand de SAUSSURE Editions PAYOT. Ensuite a t dcouverte la phontique, ce qui a permis de dcrire le systme phontique de base de chaque langue. Puis quelques lois phontiques ont t dcrites.

CRITIQUE DE LA LINGUISTIQUE OFFICIELLESi je reconnais les progrs considrables que nous avons faits dans la connaissance des langues et des mcanismes qui les rgissent, je reste toujours bahi devant les lacunes, les blocages et les a priori de la pense linguistique majoritaire. Lacune que la reconstruction prcise de la langue vulgaire parle par les Romains. Pourquoi une telle ngligence, pourquoi nul essai de reconstruction de la syntaxe, de la grammaire et du lexique de la langue mre romane ? Parce que dans linconscient collectif, on ouvrirait la bote de Pandore ! Pourquoi dans la recherche de vocabulaire indo-europen, dont lexpression la plus aboutie ce jour a t labore par un collectif de professeurs de luniversit et publie sous le pseudonyme de X. DELAMARRE, avoir recours des langues mal connues comme le hittite, le tokharien, losque et le gothique, et pourquoi ny a-t-il aucune utilisation de lemploi du franais, de litalien, du russe langues autrement mieux connues. Parce quil y a cet a priori que les langues modernes sont btardes, alors que les langues anciennes seraient pures. Je maintiens quen utilisant langlais, lallemand, le nerlandais, le frison, toutes les langues scandinaves et tous les dialectes allemands, on reconstruirait le proto-germanique sur des bases plus strictes quen utilisant seulement le gothique, le vieil islandais et le vieux haut allemand. On pourrait de mme, compte tenu de la multiplicit des langues dans chaque famille linguistique, reconstruire le proto-slave, le proto-indien, le proto-iranien, le proto-roman et le proto-celte. En partant de ces stades intermdiaires, on pourrait reconstruire lindo-europen. Pourquoi sattacher cette ide que le latin a dgnr en vulgaire, qui lui-mme se serait transform en langues romanes Parce quon ne touche pas au dogme.

Pourquoi sattacher cette ide tout aussi insense que langlais descend de langlo-saxon, alors que rien ne peut justifier une telle transformation. Pourquoi un tel front de refus devant les recherches innovantes sur les supra-familles linguistiques ? Parce que la linguistique est frappe dinventer. Comment croire cette blague de la naissance de litalien grce Dante. Comme si litalien ne plongeait pas ses racines dans un pass trs lointain, comme si une langue ntait pas lillustration du gnie dun peuple et non celui dun homme. Comment croire que le latin dit classique naurait pas volu, pour la seule raison quil est crit ? Est-ce que le grec, le turc et larabe ne montrent pas linverse ? Parce quil y a une fascination pour la langue crite de la belle langue par opposition la longue de la plbe. Jajoute cela que la phontique a atteint une telle sophistication quelle gare plutt quelle nclaire.

POUR UNE METHODE SCIENTIFIQUEFace une tymologie officielle sur des procds de circonstance et jamais djuge par la science linguistique, elle-mme bloque par de nombreux a priori, il est possible de btir une logique globale et unique qui permette dexpliquer le mcanisme de la formation des mots de toutes les langues indoeuropennes. Telle est ma conviction, et telle est lambition de ce livre.

CHAPITRE II : LES LOIS FONDAMENTALES DE LETYMOLOGIELoi n1 : Loi de linertie Loi n2 : Loi du vocalisme alatoire Loi n3 : Loi de la conservation des sons consonantiques Loi n4 : Loi de lagrgation Loi n5 : Loi de ladquation son/sens

Nous allons mettre en vidence dans ce chapitre que ltymologie repose sur un certain nombre de lois, qui ne sont pas des affirmations premptoires ou des intuitions mais qui rsultent dune analyse dtaille des langues en gnral et des langues indo-europennes en particulier.

LOI N1 : LOI DE LINTERTIELes langues voluent trs lentement, contrairement lide que nous avons de lvolution des temps. Notre incapacit voir cette remarquable stabilit vient de lide selon laquelle les langues romanes driveraient du latin. Les langues, toutes les langues voluent trs lentement. Leur lexique garde une trace indlbile de leur origine. La transformation se serait opre en quelques cinq ou huit sicles selon les thses. Les anglophones croient, eux aussi, que leur langue vient dune langue radicalement diffrente, langlosaxon et que cette transformation se serait produite en lespace de quelques trois ou quatre sicles. En dehors de ces deux cas, un simple constat nous montre que lorsque lon na aucun doute sur lorigine dune langue, elle apparat dune grande stabilit. Le cas le plus remarqu est le grec. Certes, il y a des diffrences entre le grec ancien et le grec moderne, mais qui sont sans commune mesure avec celles qui existent entre le latin et les langues romanes, ou entre langlo-saxon et langlais. Le grec ancien et le grec moderne ont quasiment la mme syntaxe, il existe des concordances trs fortes dans les deux grammaires (articles, dclinaisons, conjugaisons) et plus encore dans le vocabulaire (adverbes, prpositions, verbes). Or, il est important de rappeler que cette faible transformation sest tale sur 2700 ans (de Homre nos jours) et que pendant cette longue priode, la Grce a t domine pendant des sicles, dabord par les Romains, puis par les Turcs. La Grce serait-elle une exception ? Non. Larabe classique a conserv depuis les premiers crits coraniques, voire pr-islamique, jusqu nos jours, soit 1400 ans, la mme syntaxe, la mme grammaire et le mme lexique. Le turc na pas boug en 1000 ans, les mots du vocabulaire de Boccace (crivain italien du 14e sicle) se retrouvent tous dans le lexique italien contemporain, lexception dune poigne. Et il en est de mme pour les textes allemands, espagnols et franais du 16e sicle. La disparition du vocabulaire dans ces trois langues en plus de 400 ans est infime malgr les considrables bouleversements que les pays europens ont connu (diffusion des cultures nationales, exode rurale, industrialisation, colonisation, rvolutions, guerres. Quant aux grammaires de ces trois langues, elles nont connu aucune transformation en 400 ans. En dpit de ce gigantesque tourbillon qui vaut bien les grandes invasions, les langues europennes nont pas boug en 400 ans. Ni leur syntaxe, ni leur grammaire, ni leur lexique. La seule volution constate porte sur laccroissement considrable de leur lexique li essentiellement aux avances des socits modernes dans le domaine des sciences des arts et de la technologie. Si nous constatons que les langues europennes ont peu volu en 400 ans, elles ont ncessairement volu aussi pendant les 400 annes prcdentes, et ainsi de suite. Laddition de faibles variations naboutit pas un bouleversement radical des langues sur une longue priode. Cest ce que nous constatons pour le turc (1000 ans), larabe (1400 ans) et le grec (2700 ans). Le principe de linertie ne soppose pas labsorption-disparition de certaines langues. Rappelons un fait historique : les Normands qui sinstallent en France, dans le duch qui prendra le nom de Normandie, sont de langue germanique, trois sicles plus tard quand ils envahissent lAngleterre, ils sont francophones. Ce nest pas la langue des conqurants qui sest impose en Normandie, mais ce sont les Normands qui ont abandonn leur langue pour le franais. Il en sera dailleurs de mme des conqurants francs, burgondes, wisigoths Par contre, il existe de nombreux cas historiques o les langues peuvent tre affectes soit du fait dune domination militaire, soit par la supriorit culturelle, soit par la diffusion dune religion. Ainsi en est-il de langlais par le franais, le swahili et le persan par larabe, le latin par le grec et les langues romanes par le latin ! Dans tous les cas, nous nobservons aucun impact ni sur la syntaxe, ni sur la grammaire et trs peu sur le vocabulaire courant. Cette inertie des langues et tout particulirement linertie des lexiques pour ce qui intresse ltymologie, a deux consquences : linertie smantique linertie phontique.

A. Linertie smantiqueLtymologie officielle nous a habitu des discontinuits smantiques supposes. Par exemple, DURER viendrait de DURARE (durcir) alors quil ny a aucun rapport smantique entre la dure et le dur. Ce prtendu saut smantique vient seulement du fait que les tymologistes officiels ont cherch un mot latin ayant la mme consonance. Il en est de mme pour le mot ABRI qui viendrait de APRICARI (sexposer au soleil) et lon arrive cette absurdit que ABRI viendrait non pas du sens se protger du soleil mais de son contraire. Voici, sans autres commentaires que ceux que vous pourrez vous-mme faire quelques exemples : ESSAIM viendrait de EXAMEN, LOURD de LURIDUS (jaune), AIS de ADJACERE (tre voisin), ALEVIN de ALLEVARE (allger), BOUCLE de BUCCULA (petite joue), ERGOTER de ERGO (donc), FIGER de FICATUM (foie), MUSCLE de MUSCULUS (petit rat), PANNE de PENNA (plume), PURE de PURUS (pur) et RCENT de RECENS (humide). Je vous fais grce de la liste de plusieurs centaines de pseudo-tymologies du mme acabit. Il est patent pour les auteurs de telles tymologies nont en loccurrence quun but : trouver un mot latin de mme consonance, quitte ce quil y ait une discontinuit smantique. Or, ce que nous constaterons, cest au contraire une extraordinaire stabilit smantique dans lensemble des langues indo-europennes.

1) Stabilit smantique de lindo-europen La comparaison systmatique des lexiques des langues indo-europennes montre une quasi similitude des mots indo-europens dans de nombreux domaines : les chiffres, la parent, le corps, la nature Nous nobservons jamais de discontinuit qui ferait que MOI se dise TOI dans une langue indo-europenne domine, ni que TROIS se dise QUATRE dans une autre langue, ni quIL se dise NEZ. Ces exemples peuvent paratre simplistes mais ils sont ncessaires dans notre dmarche. Par extension, nous pensons quil en est de mme pour les mots noir/blanc, chaud/froid, chef/serf

2) Stabilit smantique des mots latins Pour voquer la stabilit du latin, nous porterons notre attention sur le vocabulaire latin que lon trouve la fois en franais et en anglais. Le vocabulaire latin prsent dans la langue anglaise a pu tre amen soit par les Romains eux-mmes, soit plus tard par les Franco-Normands, soit par les rudits de lglise catholique. Le vocabulaire latin prsent dans le franais provient soit directement des Romains, soit dapports ultrieurs dus aux lettrs latinistes. Mais peu importe leur cheminement, en toute hypothse, une trs large part de ce vocabulaire est prsent en anglais, comme en franais depuis dix vingt sicles. Pour les tymologistes, le verbe DURARE (durcir) aurait donn DURE, LURIDUS (jaune) aurait donn lourd, etc Nous montrerons par la suite que ces tymologies sont sans fondement. Ainsi, en mettant de ct les mots dont ltymologie est contestable, on ne trouve que des mots ayant gard le mme sens depuis les temps les plus anciens. Le latin, comme les autres langues, pour peu que lon ne brouille pas les pistes par des procds tendancieux, rvle, lui aussi, une parfaite stabilit smantique.

3) Stabilit smantique des langues romanes On observe dans les langues romanes la mme stabilit, quoique les langues ayant un lexique plus tendu que celui des langues anciennes en tant plus accessibles lanalyse, on puisse observer des glissements smantiques. Des mots changent de sens, mais en restant dans le mme registre. Ainsi, en franais le mot VILLA et le mot VILLE ont manifestement la mme origine. On peut dire que le mot villa a dabord signifi une maison isole, puis un groupement de maisons, puis une ville. Ces mots restent dans le mme domaine du bti, en changeant de degr. Il en est de mme des mots GTE/HUTTE qui a pu se transformer en CIT. L encore, mme origine et changement de degr. Le mot ROI a un peu rgress

dans lchelle du pouvoir avec la cration du mot EMPEREUR ; de mme, le mot CONSUL, combien important du temps des Romains, a rgress pour ntre plus que ladjoint dun ambassadeur. A linverse, le DIVIN sest attnu en DEVIN. La SALLE a pu donner le mot SALON qui sent le confin et CELLIER qui sent le renferm. La MER (italien MARE) sest attnue en MARAIS et MARE. Le POIL a peuttre donn la PAILLE et la PELOUSE. Le CLOU a peut-tre prcd la CLEF pour donner une maison. Tous ces exemples montrent que les glissements de sens se font dans une continuit smantique.

B. Linertie phontiqueNotre perception de la stabilit phontique est fausse par notre croyance en un bas latin issu du latin classique. Mais si on ne considre que le latin classique, en se basant, non pas sur des supputations, mais sur des textes qui datent denviron 2000 ans, on est frapp de dcouvrir de nombreux mots semblables au franais. Selon la thse que je dfens, ces mots ont t emprunts au latin, mais peu importe ici. Ce quil est important de noter, cest la parfaite conservation de milliers de mots. En voici quelques exemples : ABJECTUS / ABJECTE, BERTUS / BAT, BELLICOSUS / BELLIQUEUX, GRACILIS / GRACILE, FOETIDUS / FTIDE, IGNOMINIOSUS / IGNOMINIEUX, IMPERIOSUS / IMPRIEUX, OBSEQUIOSUS / OBSQUIEUX, PROBUS / PROBE, GRABATUS / GRABAT, HUMILITAS / HUMILIT, HAESITATIO / HSITATION, IMPERITIA / IMPRITI, INANITAS / INANIT, INFAMIA / INFAMIE, SIMULACRUM / SIMULACRE Il en est de mme pour la langue grecque sur 2500 ans, ou pour la langue arabe sur 1400 ans, ou pour litalien depuis le 14e sicle. A chaque fois quil est possible de comparer les textes anciens aux textes modernes (ce qui suppose la conservation dans le temps de documents et lutilisation du mme systme de transcription graphique, ce qui na malheureusement pas t le cas pour lancien franais), on observe une remarquable stabilit phontique, en plus de la stabilit smantique. Ces deux stabilits ne sont en fait que deux aspects de la stabilit globale des langues. Mais elles sont particulirement importantes dans le domaine de ltymologie et nous conduiront viter des transformations fantaisistes, comme celles que nous avons voques dans le chapitre prcdent.

LOI N2 : LOI DU VOCALISME ALEATOIRELtude du vocabulaire indo-europen met en vidence les transformations rgulires des consonnes (cf. loi n3), alors que les voyelles subissent des transformations qui ne sont pas explicables dans la majorit des cas. Nous dirons que le vocalisme des mots des langues indo-europennes est alatoire. Nous exposons ci-aprs quelques exemples. Le chapitre que nous consacrons plus avant au vocabulaire indo-europen fournira une srie plus complte dexemples.

Loi n2 : Dans la fabrication du lexique dune langue, les mots, quils soient auto-fabriqus ou emprunts, subissent des variations des sons vocaliques alatoires, ce qui nest pas le cas des consonnes.

Exemple 1 : Le mot JSUS se rpand dans le monde occidental chrtien partir du 1er sicle de notre re. La transcription phontique franaise et non internationale est la suivante : Franais Anglais Allemand Hindi J DJ Y E I E I Z Z Z S U EU OU A

S S

Le premier son vocalique prend deux formes phoniques : I et E. Le second son vocalique prend les formes phoniques U, EU, A, OU. Il sagit pourtant du nom dun personnage historique et chaque peuple possde dans sa langue, peu de choses prs les sons qui auraient permis de conserver la forme phonique initiale. Et pourtant on observe que la transmission de ce nom donne lieu des changements vocaliques importants. MAHOMET MOHAMMED

Exemple 2 : Le mot UN est manifestement indo-europen. Il a donn naissance aux mots suivants : franais : UN, italien : UNO, grec : ENAS, anglais : ONE, allemand : EINS. On constate que le seul point commun tous les mots est le son consonantique N. A linverse, le ou les sons vocaliques associs prennent autant de formes quil y a de langues. Exemple 3 : Le mot TROIS est aussi indo-europen. Comparons diffrentes formes (transcription phontique) : langues romanes : franais italien roumain anglais allemand sudois TR TR TR THR DR TR OA E EI I AI E

langues germaniques :

Non seulement on observe de trs grandes variations et notamment lexistence de diphtongues, mais encore lintrieur dune mme famille, on note des variations trs fortes. Exemple 4 : Sont indiques ci-dessous des sries de mots en conservant lorthographe de chaque langue : franais franais franais latin anglais franais grec BIERE LAC LANGUE MATER MORE MER NASE anglais anglais italien anglais allemand italien franais BEER LAKE LINGUA MOTHER MEHR MARE NEZ italien celtique espagnol allemand grec celtique anglais BIRRA LOCH LENGUA MUTTER MIRIAS MOR NOSE

Tous les exemples mettent en vidence la consistance des sons consonantiques et de trs fortes divergences des sons vocaliques. Cette loi du vocalisme alatoire nest pas en contradiction avec la loi prcdente dite de linertie linguistique, dont un des aspects est linertie phontique. Le vocalisme alatoire des langues indo-europennes pourrait sexpliquer par le fait quune langue indo-europenne donne ne drive pas de la langue mre indo-europenne par une longue transformation tale sur des millnaires. Mais par le fait que la langue indo-europenne a t adopte par un peuple particulier. Les divergences qui peuvent apparatre sur le plan de la grammaire ou du lexique sont la trace de la langue originelle que lon appelle le substrat. Les substrats peuvent altrer parfois de faon trs sensible la langue adopte. Ainsi, dans certaines langues indo-europennes, on trouve des dclinaisons (russe, lituanien, allemand, sanskrit, grec, latin). A linverse, on nen trouve quasiment pas trace en anglais, sudois, franais et italien selon lequel certaines volutions dun dclin historique . Il ny a pas eu, mon sens, de dgradation de la langue indo-europenne, mais une rsistance plus forte oppose pour certains substrats. Je ne partage pas le point de vue du linguiste SCHLEICHER. Quand une langue est proche de la structure indo-europenne recompose, les tymologistes la qualifient darchaque. Ils considrent par exemple que le lituanien est archaque. Je considre pour ma part que le substrat lituanien na pratiquement pas altr la langue indo-europenne. Mais cela suppose que nous soyons srs davoir bien reconstruit la langue mre. Remarquons par ailleurs quil y a deux types de langues indo-europennes. Les langues isoles comme le grec, lalbanais, larmnien quoi jajoute le latin, que je distingue de la famille romane, et les langues qui appartiennent des familles linguistiques comme les langues romanes, celtiques, germaniques, slaves, baltes, iraniennes ou indiennes. Dans ces derniers cas, ladoption de la langue mre indo-europenne sest faite en deux temps. Ainsi, pour les langues romanes, la langue mre, le roman (dont je prcise nouveau quil nest pas du bas latin, mais une langue indo-europenne) sest diffus dans lempire romain en se transformant au contact des substrats diffrents : les langues gauloises en France, libre en Espagne, le dace en Roumanie. En Espagne et en Occitanie o les Romains sont arrivs 200 ans environ avant doccuper le reste de la Gaule, soit un total de 600 ans, le substrat a t lamine, cest pourquoi lespagnol, le portugais, le catalan et loccitan ressemblent plus litalien que le franais ne ressemble litalien. A linverse, en Roumanie o les Romains ne sont rests que 200 ans environ, la langue semble sapparenter plus un crole naissant qui a acquis lessentiel du vocabulaire roman tardif, mais a beaucoup plus rsist quant la grammaire. Lapplication de la loi du vocalisme alatoire va nous permettre de mettre en lumire de faon clatante la stabilit des structures consonantiques des langues indo-europennes. Ainsi, les mots indo-europens : italien : NASO, anglais : NOSE, une fois dpouills des voyelles, ces mots font apparatre lensemble des consonnes (ou structure consonantique) NS. La structure consonantique NS est un invariant indo-europen associ au sens NEZ. De mme, les mots anglais MAN (homme), sanskrit : MANU (homme), latin : HOMO/HOMINIS, font apparatre une structure consonantique MN identique dans trois langues indo-europennes de trois familles diffrentes, associe au sens HOMME. Ou encore, les mots latin MARE, allemand MEER, russe MORE et breton MOR ont la mme structure consonantique MR associe au sens MER. Les voyelles nous cachent la grande stabilit des structures consonantiques de lindo-europen, autrement dit, la structure consonantique nous apparat comme la trace indlbile dune origine indoeuropenne.

La structure consonantique dun mot est lensemble des sons consonantiques quil contient.

Penchons-nous maintenant sur les variations vocaliques au sein dune mme langue indo-europenne. De nombreux mots sont quasiment identiques sur les plans phontique et smantique. Ainsi, en franais, GROS / GRAS, VILE / VEULE, JUGER / JAUGER, HISSER / HAUSSER, BAISER / BISER Un lger glissement vocalique peut engendrer la cration dun nouveau mot au sens trs proche. Le tableau ci-dessous donne des exemples en franais, anglais, allemand et grec. Nous indiquons ci-dessous la traduction de quatre mots trs courts OU, ET, UN, NON dans diffrentes langues indo-europennes, pour illustrer lextraordinaire diversit phontique que lon peut rencontrer pour les voyelles. Franais Espagnol Italien Allemand Anglais Russe Serbe croate Grec Breton Hindi OU O O ODER OR ILI ILI I PE YA ET Y E UND AND I I K HA AUR UN UNO UN EIN ONE ODIN JEDAN ENAS UNAN SHUN NON NO NO NEIN NO NIET NE OSHI NANN NAHIN

A titre dillustration, nous donnons des exemples dans les vocabulaires franais, anglais, allemands et grecs des mots crs par la simple transformation dune voyelle. Exemple en franais : INAPTE / INEPTE VIL / VEULE GROUPE / GRAPPE TRES / TROP GROS / GRAS ENFANT / INFANT CONSUMER / CONSOMMER LONGUEUR / LANGUEUR HISSER / HAUSSER BLANC / BLOND RUDE / RAIDE NEUF / NAF Exemple en anglais : SOP / SIP TEST / TASTE STEP / STUMP TRECK / TRACK CANCEL / CONCEAL THRUST / THROW CHAKE / CHOKE Exemple en allemands : TR / TOR SCHWIMMEN / SCHWEMMEN KUGEL / KEGEL FALLEN / FLLEN Exemple en grecs : BEMA (tribune) / BOMOS (autel) LEGO (je parle) / LOGOS (la parole) TREKHO (je cours) / TROKHOS (course) DRINGEN / DRGEN KALT / KHL WASCHEN / WISCHEN WICHTIG / WUCHTIG RUGGED / RAGGED STACK / STOCK BURROW / BURRY FLAKE / FLOCK TIP / TOP FALL / FELL BOIS / BUIS SOL / SEUIL GREVE / GRAVES MAUDIRE / MEDIRE BAISER / BISER BASCULER / BOUSCULER BRULER / BRILLER SOUFFLER / INSUFFLER TRACE / TROUSSE JUGER / JAUGER BIEN / BON CHIPER / CHOPER

Il se pourrait qu lorigine, ces mots diffrents et trs proches naient t que des variantes dialectales dun mme mot, qui ont t absorbs sous leurs deux formes vocaliques par la langue dominante. Mais la variation vocalique peut apparatre aussi comme un procd de fabrication du vocabulaire. Conclusion : Les voyelles des mots des langues indo-europennes ne nous donnent aucune indication sur lorigine unique suppose. En toute hypothse, nous considrons qu de rares exceptions prs, il est impossible de reconstruire la partie vocalique de la langue mre indo-europenne. Cest pourquoi nous ne reconstruirons que lossature consonantique des mots indo-europens.

LOI N3 : LOI DE LA CONSERVATION DES SONS CONSONANTIQUESLoi n3 : Les sons consonantiques des mots indo-europens ne sont pas altrs, travers le temps et lespace, sinon selon des transformations rgulires qui conservent la trace des origines.

Que lon excuse lauteur une fois encore de ne pas respecter les canons des coles linguistiques patentes. Jai connaissance des lois phontiques tablies et reconnues ce jour par la communaut universitaire, mais, si elles mont inspir le principe gnral de changements phontiques rguliers, je men suis totalement affranchi en partant de la comparaison des langues indo-europennes. Ceci ma permis de dcouvrir de nouvelles lois phontiques. Remarque 1 : Nous ne cherchons pas dcrire les processus de transformations phontiques mais tablir les quivalences entre les sons consonantiques des langues indo-europennes telles quelles apparaissent pour la comparaison des mots ayant le mme sens. Premier exemple : Le mot PIED se dit PIEDE en italien, POD en grec, mais FOOT en anglais et FUSS en allemand. Nous subodorons l une quivalence P=F, puis nous allons essayer de vrifier en recherchant dautres exemples dans toutes les familles de langues indo-europennes, voire lintrieur mme dune mme langue. Deuxime exemple : Quand le mot SOLEIL se dit en italien SOLE et en roumain SOARE, nous subodorons une possible quivalence L=R. Si lon en reste la comparaison de litalien au roumain, cette quivalence semble assez gnrale : CIEL / italien : CIELO, roumain : CERO ; SEL / italien : SALE, roumain : SARE ; ECHELLE / italien : SCALA, roumain : SARA On pourrait en dduire que cette quivalence ne vaut que pour litalien et le roumain. Mais ltude systmatique de toutes les langues indo-europennes nous montre de nombreux cas semblables. Le mot franais BOURSE se dit en espagnol BOLSA. Le mot franais ARBRE se dit en espagnol ARBOL ou encore en grec le mot FRERE se dit indiffremment ADELFOS ou ADERFOS. Si des exemples dquivalence de la sorte abondent soit dans une mme langue, soit dans une famille de langues, soit lchelle de lensemble des langues indo-europennes, nous conclurons lquivalence entre les sons R et L et nous lcrirons R=L. Dans le cadre de notre recherche sur le processus de fabrication des mots indo-europens, nous ne recherchons pas les processus de transformation phontiques. Nous nous contentons dun simple constat qui va se rvler extrmement fcond pour la suite de nos recherches. Remarque 2 : Nous nutiliserons pas lalphabet phontique international sinon quelques principes classificatoires. Nous acceptons demble les rcriminations des puristes, mais le but recherch est lefficacit descriptive ouverte au plus grand nombre. Remarque 3 : Une quivalence a un aspect probant si on la retrouve la fois lintrieur dune mme langue, lintrieur dune mme famille linguistique (romain, germanique, slave) et dans lensemble de la famille des langues indo-europennes.

A. Equivalences sourdes / sonoresLes consonnes sont classes, dans lalphabet phontique international en sourdes et sonores. On constate, en rgle gnrale, quil y a des quivalences entre les sourdes et les sonores dune mme catgorie. 1) P=B a) A lintrieur dune mme langue, latin : NUBO NUPSI, NUPTUM en grec moderne, le son P, prcd dun N se prononce B. On crit TINPEMPTI et lon prononce TINBEMTI.

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues romanes franais : ABEILLE franais : DOUBLE franais : TROMPETTE c) Dans la famille indo-europenne franais : BOURSE franais : CABOCHE anglais : PURSE latin : CAPUT italien : APE italien : DOPPIO italien : TROMBETA

(Rappel : nous considrons que le franais ne vient pas du latin, et donc roman et latin nappartiennent pas la mme famille linguistique). 2) T=D a) A lintrieur dune mme langue, franais : PIED franais : PETON

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues germaniques BOIRE REVER CHER FAIRE anglais : DRINK anglais : DREAM anglais : DEAR anglais : DO allemand : TRINK-allemand : TRAM-allemand : TEUER allemand : TU-

c) Dans la famille indo-europenne franais : TU hindi : TUM anglais : TWO franais : DEUX franais : TROIS grec : TRIA franais : TONNERRE 3) K=G a) A lintrieur dune mme langue, franais : AIGRE latin : ERIGO allemand : DU russe : TI (TbI) hindi : DO allemand : DREI allemand : DONNER

franais : ACRE latin : ERICTUM

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues romanes franais : SECRETAIRE c) Dans la famille indo-europenne franais : GRUE franais : GRAIN 4) S=Z a) A lintrieur dune mme langue, franais : FRISER franais : FROISSER allemand : KRAN allemand : KORN italien : SEGRETARIA

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues romanes anglais : SIT anglais : SAY c) Dans la famille indo-europenne complter allemand : SITZEN (prononcez ZITZEN) allemand : SAGEN (prononcez ZAGEN)

5) CH=J a) A lintrieur dune mme langue, complter b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues romanes complter c) Dans la famille indo-europenne franais : REGENT, REGIR allemand : REICH

B. Les quivalences occlusives / fricativesLes quivalences de ce genre sont assez courantes dans de nombreuses langues, y compris des langues non indo-europennes. Ainsi, par exemple en hbreu, on utilise la mme lettre pour reprsenter les sons P et F, ou B et V que lon diffrencie, le cas chant, en ajoutant un point. 1) P=F a) A lintrieur dune mme langue, franais : PALOT grec : HEPTA (sept) latin : FORTUNA latin : IN.FERIOR franais : PUNIQUE franais : FALOT franais : HEFTA (sept) latin : OP.PORTUNUS latin : SU.PERIOR franais : PHENICIEN

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues germaniques anglais : SLEEP (dormir) anglais : OPEN c) Dans la famille indo-europenne franais : PLUME italien : PELLE anglais : FOWL anglais : FIRE italien : PIEDE franais : POULAIN franais : PEUR italien : POR 2) B=V a) A lintrieur dune mme langue, franais : VERBE franais : HIBERNER franais : APPROUVER franais : VASE latin : MOBILIS latin : BELLICUM franais : LIBRAIRE franais : SABOT franais : CRABE franais : VERVE franais : HIVER franais : APPROBATION franais : BASSIN latin : MOVERE latin : VELLICO franais : LIVRE franais : SAVATE franais : CREVETTE allemand : PFLAUME allemand : FELL grec : PULI grec : PYROS anglais : FOOT allemand : FOHLEN anglais FEAR anglais : FOR allemand : SCHLAF-llemand : FFNEN

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, le V romain est systmatiquement B en espagnol

anglais : LIVE anglais : GIVE franais : LEVRE c) Dans la famille indo-europenne latin : PROBARE grec : BIOS 3) T=S a) A lintrieur dune mme langue, franais : TON franais : MOITE franais : PATIR franais : PATTE latin : METO latin : MITTO anglais : SELL (payer) grec ancien : TIMERON (aujourdhui) grec ancien : THALATTA grec ancien : DISI

allemand : LEBEN allemand : GEBEN italien : LABRO

franais : EPROUVER franais : VIE

franais : SON franais : MOISI franais : PASSION franais : PASSER latin : MESSUS latin : MISI anglais : TOLL (page) grec moderne : SIMERA grec moderne : THALASSA grec moderne : DITIKOS

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues germaniques anglais : BETTER anglais : OUT anglais : EAT anglais : GREET anglais : WATER c) Dans la famille indo-europenne complter 4) G=J a) A lintrieur dune mme langue, franais : ENJOUEMENT franais : GEL russe : BEJAT (fuir) franais : JOIE b) A lintrieur dune mme famille linguistique, italien : GODERE italien : GAMBA c) Dans la famille indo-europenne grec : EGO franais : JE franais : JARDIN 5) C=S a) A lintrieur dune mme langue, complter latin : EGO occitan : JOU allemand : GARTEN franais : JOUIR franais : JAMBE franais : ENGOUEMENT franais : GLACE russe : BEGOU (je fuis) franais : GAI allemand : BESSER allemand : AUS allemand : ESSEN allemand : GRSSEN allemand : WASSER

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, complter c) Dans la famille indo-europenne grec : KYRIOS franais : SIRE hindi : RI

C. Les quivalences drivesOn comprend aisment que si P=B et si B=V, il en rsulte lquivalence P=V. De mme, si P=F et si P=V, il rsulte que F=V. Ou encore si T=S et T=D, il rsulte que D=S. De mme, si P=F et P=B, il rsulte B=F. 1) P=V a) A lintrieur dune mme langue, latin : TURPIS latin : RIPA franais : LAPER franais : POILU b) A lintrieur dune mme famille, italien : CAPRA italien : CAPELLO italien : COPRIRE italien : RAPIRE c) Dans la famille indo-europenne latin : EPISCOPUS latin : RECIPERE allemand : PEPER 2) F=V a) A lintrieur dune mme langue, franais : DIVERS franais : DIFFERENT franais : GRAVER franais : GRIFFER En grec, EV se prononce EF dans certains cas. b) A lintrieur dune mme famille linguistique, anglais : DEVIL franais : VIL c) Dans la famille indo-europenne franais : NEVEU franais : LIVRER 3) B=F a) A lintrieur dune mme langue, complter b) A lintrieur dune mme famille linguistique, allemand : NEFFE allemand : LIEFFERN allemand : TEUFEL grec : FAULOS franais : EVEQUE franais : RECEVOIR franais : POIVRE franais : CHEVRE franais : CHEVEU franais : COUVRIR franais : RAVIR latin : TORVUS latin : RIVUS franais : LEVRE franais : VELU

complter c) Dans la famille indo-europenne latin : FRATER franais : RAVIR 4) B=P a) A lintrieur dune mme langue, complter b) A lintrieur dune mme famille linguistique, complter c) Dans la famille indo-europenne complter 5) D=S a) A lintrieur dune mme langue, latin : CEDO (je marche) latin : RIDEO (je ris) latin : LUDO (je joue) latin : DEFENDO (je dfends) franais : PETIT b) A lintrieur dune mme famille linguistique, complter c) Dans la famille indo-europenne latin : EDO (je mange) allemand : ESSE (je mange) allemand : DU russe : TI grec : SI CESSI (jai march) RISI (jai ri) LUSI (jai jou) DEFENSO (je rponds) RA.PETISSER allemand : BRUDER allemand : RAFFEN (enlever)

D. Les quivalences des sons prochesOn observe des quivalences de sons de mme caractristiques. Ainsi, sont quivalentes les nasales N et M, les fricatives S et CH et les vibrantes r et R. 1) M=N a) A lintrieur dune mme langue, franais : MAMAN franais : NANA anglais : MAMY anglais : NANY La ngation peut sexprimer soit par M soit par N. A la srie ME.CONTENT, ME.CREANT, IM.MORTEL soppose la srie IN.EGAL, IN.AMICAL, ENN.EMI b) A lintrieur dune mme famille linguistique, complter c) Dans la famille indo-europenne

M.N N.N 2) S=CH

latin : MINUS franais : NAIN

franais : MINOT italien : NANO

catalan : NEN (enfant)

a) A lintrieur dune mme langue, franais : BOSSER franais : TRONON franais : HAUSSER russe : ON NOSIT (il porte) franais : BUCHER franais : TRANCHE franais : HOCHER YA NOCHOU (je porte)

b) A lintrieur dune mme famille linguistique, langues germaniques anglais : SLEEP anglais : SWIM anglais : SCRIBE c) Dans la famille indo-europenne complter 3) r=R a) A lintrieur dune mme langue, En franais du Nord, le R grassey domine, alors que lon aura plus tendance utiliser le r roul dans le Sud de la France. b) A lintrieur dune mme famille linguistique, L o les Espagnols utilisent le r roul les Franais utilisent gnralement le R grassey. Comparez la prononciation de lespagnol PUERTA ou RAMON avec le franais PORTE et RAYMOND. c) Dans la famille indo-europenne complter allemand : SCHLAFFEN allemand : SCHWIMMEN allemand : SCHREIBEN

E. Une quivalence importante et singulire : R=LSi la plupart des quivalences peuvent sexpliquer, il nen est pas de mme de lquivalence R=L. Prcisons que par R nous entendons lensemble des deux sons r et R, par commodit. La grille de lalphabet phontique international ne donne aucune clef pour expliquer lquivalence de deux sons apparemment totalement distincts. Pourtant, cette quivalence ne fait aucun doute dans lensemble des langues indo-europennes. a) A lintrieur dune mme langue, franais : SABLER franais : MODERER franais : ALLER franais : COULER franais : MUR franais : INSTAURER franais : GELER latin : PUER latin : ADORARE grec : ADERPHOS b) A lintrieur dune mme famille linguistique, franais/italien franais : SORTIR franais : ARBRE occitan languedocien DEVALAR CALAR APELAR BEL franais/espagnol franais : BOURSE franais : ARBRE italien/roumain italien : SOLE italien : CIELO italien : SALE italien : SCALA c) Dans la famille indo-europenne allemand : SBEL anglais : PLUM franais : SABRE franais : PRUNE franais : SABRER franais : MODULER franais : ERRER franais : COURIR franais : MOELLON franais : INSTALLER franais : GERCER latin : PUELLA latin : ADULARI grec : ADELPHOS

italien : SALTARE italien : ALBERO occitan gascon DEVARAR (dvaler) CARAR (se taire) APERAR (appeler) BERO (beau)

espagnol : BOLSA espagnol : ARBOL

roumain : SOARE (soleil) roumain : CERO (ciel) roumain : SARE (tel) roumain : SARA (chelle)

F. Les quivalences limitesCertaines quivalences, contrairement aux prcdentes, ne sappliquent pas lensemble des langues indoeuropennes, mais sont propres certaines langues seulement. 1) H=F Cette quivalence se trouve en Espagne et dans la partie gasconne de lOccitanie, cest--dire dans le SudOuest de la France. Or, il est connu que toutes les particularits phontiques du gascon sont la trace vidente dun substrat basque. Est-ce dire que le castillan serait lui aussi du roman substrat basque ? occitan languedocien FIL FEMNO FAR italien FILO FERRO FORNO FACERE FICO 2) H=S Cette quivalence est propre aux langues germaniques et au grec. allemand HALLO HALLE HILFEN HIRSUT grec HELIOS HEPTA 3) H=C Nous ne devons pas tre tonns de cette quivalence, pour la mme famille de langues qui rsulte de deux quivalences prcdentes H=S et S=C. allemand HAUS HERZ HUND HUNDERT 4) C=CH Cette quivalence propre au franais est vraisemblablement une trace du substrat gaulois de la langue franaise. franais CHANTER CHEVAL CHEMISE CHEMIN CHASSER italien CANTARE CAVALO CAMICIA CAMINO CACCIARE anglais HOUSE HEART HOUND HUNDRED franais CASE COEUR CHIEN CENT italien CASA CUORE CANE CENTO anglais HELLO HALL HELP HART franais SALUT SALLE SAUVER CERF italien SALUTE SALA SALVARE CERVO occitan gascon HIL (fils) HEMNO (femme) HAR (faire) espagnol HILO (fil) HIERRO (fer) HORNO (four) HACER (faire) HIGO (figue)

italien SOLE (soleil) SETTE (sept)

Attention : La connaissance de ces quivalences est essentielle pour la bonne comprhension de la thorie oronale et partant pour la comprhension ultrieure des mcanismes de ltymologie.

Remarque : Vous aurez not que nous avons utilis essentiellement les langues de lEurope occidentale (latin, grec, langues romanes, langues germaniques) et occasionnellement la langue russe et le hindi. Pour complter cette dmonstration, il est souhaitable de poursuivre les recherches en sappuyant sur une tude systmatique des langues slaves, iraniennes et indiennes. Toutefois, des tests que nous avons pu faire ponctuellement, il apparat que les quivalences sont applicables toutes les langues indoeuropennes comme nous en aurons la confirmation lorsque nous aborderons la recherche des orones dans le chapitre 4.

LOI N4 : LOI DE LAGREGATIONLoi n4 : Tous les mots rsultent de lagrgation de particules lmentaires (que nous appellerons orones primaires).

Les exemples suivants nous montrent comment les langues, partir dun mot de base, fabriquent de nombreux mots par le processus dagrgation de divers lments (mots, prfixes, suffixes, infixes). Exemples en franais : NERF NERV NERV NERV MORT MORT MORT MON MON MON MON FOND FOND FOND FOND

E

EUX ESEMENT EMENT

IFIER IFICATION T CEAU CELER CELLEMENT

A A

PRO APPRO APPRO

IR ISSEMENT

Exemples en allemand : NEHM NEHM NEHM SCHEIDEN SCHEIDEN SCHEIDEN SCHEIDEN TAG TAG TAG EN BAR BAR prendre prenable imprenable Trier sparer Isol isolement Jour Midi aprs-midi

EIN UNEIN

AB ABGE ABGE

HEIT

MIT NACHMIT

Mais le cur de notre dcouverte tient dans le fait que les mots de base comme ici NERF, MORT, FOND en franais et NEHMEN, SCHEIDEN, TAG en allemand sont eux-mmes des mots composs par lagrgation de particules lmentaires. Prenons lexemple des mots NOIRCIR et NOIRCISSEMENT, il est vident quils sont des drivs du mot de base NOIR. Lanalyse tymologique classique sarrte l. Et Ferdinand de Saussure dirait que, de manire arbitraire, ce mot a t choisi pour dsigner labsence de lumire, de mme que les Allemands auraient choisi arbitrairement le mot SCHWARZ, les Anglais le mot BLACK et les Russes le mot TCHORNIY. Nous allons montrer que tous ces mots, comme lensemble des mots indo-europens, nont pas t crs arbitrairement, mais sont des mots composs. En clair, nous allons rfuter larbitraire saussurien -malgr tout le respect que jai pour les scientifiques.

Le mot NOIR ressemble au mot italien NERO. En vertu de la Loi n2 sur le vocalisme alatoire, nous considrons que les mots NOIR et NERO viennent de la mme base consonantique NR, seule la voyelle a t affecte de changement, mais pas les consonnes. Lanalyse ultrieure nous montrera que ce qui nous apparat comme des consonnes N et R, sont en fait des particules lmentaires charges elles-mmes de sens : N va se rvler tre une particule indo-europenne signifiant la ngation et R une particule indo-europenne signifiant la lumire. Le NOIR (NR) serait donc la ngation (N) de la lumire (R). Prenons le mot SOIR, en italien : SERA, en roumain : SEARA. Appliquons la Loi n2 pour dcouvrir que le vocalisme nous cache la constance consonantique. Tous les mots sont btis sur les deux consonnes S et R. (Nous appellerons lensemble SR : la base consonantique). Lanalyse ultrieure nous montrera que ces deux consonnes sont en fait des particules lmentaires charges de sens, elles aussi. R reprsente la lumire, et S reprsente le mouvement et labsence. Le SOIR (SR) est le moment o la lumire (R) fait mouvement (S), en loccurrence ici, son dernier mouvement. Prenons le mot SCHER, SCHOIR, ASSCHEMENT. Nous nous accorderons aisment pour dire que ces mots viennent du mot de base SEC, et ltymologie officielle sarrte l et l encore Ferdinand de Saussure nous dirait que cest un choix arbitraire, de mme que de manire arbitraire les Anglais disent DRY, les Allemands TROCKEN, les Russes SOUKHO. Le mot SEC (italien : SECCO, roumain : SEC, catalan : SEC) a pour base consonantique les consonnes S et C. Lanalyse ultrieure nous montrera que C est une particule lmentaire indo-europenne qui reprsente leau. SEC signifie labsence (S) deau (C). Le mot grec signifiant SEC : ANYDROS est lui plus transparent encore : AN (sans) / YDROS (eau). Nous donnons ici des exemples simples. La difficult de lanalyse vient de ce que les hommes ont eu besoin de mots toujours plus nombreux. Ils ont donc commenc avec le trs petit nombre de particules lmentaires leur disposition den tendre le sens. Ainsi, la particule R (nous lappellerons lorone primaire R) a certainement dsign lorigine le soleil, puis la lumire, puis la couleur rouge et ses drivs (rouge, ros, roux), puis ce qui est rond, puis ce qui est gros par opposition la lune et aux toiles Ajoutez cela les dformations phontiques, et la diversit fait un pas supplmentaire. Ainsi, nous avons mis en vidence lquivalence R=L. Nous trouverons donc dans toutes les langues indoeuropennes pour exprimer les mots SOLEIL, LUMIERE, ROND, ROUGE des mots btis sur la consonne L. Nous verrons que nous rassemblerons les consonnes quivalentes dans le mme ensemble que nous baptiserons orone . Lorone R peut prendre la forme L, mais il sagit du mme orone.

Les affixes : Les langues allemande, franaise et grecque par exemple utilisent couramment des affixes, prfixes, suffixes et infixes pour former des mots nouveaux.Langlais fait partiellement exception et a maintenu une certaine autonomie des affixes sous forme de prpositions (ON, OUT, OFF, UP, DOWN, BACK, AWAY). Quelles soient attaches aux mots sous forme daffixes ou indpendantes sous forme de prpositions, ces particules sont de mme nature. Elles reprsentent un tat, une position plus quun objet ou un concept. La science tymologique na pas jusqu ce point dcal certains affixes indo-europens, faute de comprendre quil nexiste pas darbitraire, mais un principe dagrgation. Lanalyse venir nous dvoilera quelques particules lmentaires, quelques orones utiliss comme affixes. Nous avons dans les exemples prcdents utilis deux orones caractre daffixe : N et S. Ainsi, lun des sens de lorone S est labsence. Do la composition des mots suivants : SEC = sans (S) eau (C) SUCRE = sans (S) cret (GR) SOBRE = sans (S) boire (BR) SIMPLE = sans (S) amplitude (IMPLE = AMPLE) Ne vous proccupez pas encore de la deuxime partie des mots qui ne peuvent tre analyss qui sont la base des orones secondaires. Chaque chose en son temps !

Lanalyse dtaille du vocabulaire des langues indo-europennes va nous permettre de mettre en vidence les orones affixes : B/V, C/G, D/T, F/P, N/M, S Je donne encore un dernier exemple dorone affixe. Lorone D/T (rappelez-vous D=T) qui a le sens de sans, contraire . Trs reconnaissable en latin et dans les langues romanes sous la forme D (D.TENDU, D.MRITER, D.MESUR, D.NOT), il a la forme T dans de nombreuses langues indoeuropennes, y compris dans les langues romanes : anglais OUT, grec ANTI, allemand ENT En franais, le mot TIOL par exemple a pour base consonantique TL : tiol = sans (T) la lumire (L). Le mot AUTARCIE vient du grec AUTARKEIA dont la base consonantique est TRC ou T.RC soit hors du (T) roi (RC). Lautarcie est le fonctionnement dune socit sans monarque. Aprs ces deux exemples o T est la position du prfixe, donnons des exemples o T est utilis comme suffixe. Le mot OCCULTE = OCCUL (il) T (hors de), ce qui est occult est hors de la vue. Le mot anglais BOLT (verrou) a pour base consonantique BLT ou BL.T soit : mouvement (BL) hors de (T). Le verrou est ce qui empche le mouvement.

La double affixation : Il arrive frquemment quun orone soit encadr par deux affixes ayant le mme sens. Le deuxime affixe joue deux rles possibles. Dans certains cas, le renforcement pour diffrencier les mots trop proches. Cest ainsi que NORD, espagnol NORTE, allemand : NORD, celte-breton : NORZH) a pour base consonantique NRD. La base consonantique NR (non lumire) aurait pour suffixe pour dcrire le NORD, mais elle a aussi le sens de NOIR. Les indo-europens ont probablement d rajouter le suffixe T/D pour distinguer les deux mots. Le mot INERTE a la mme structure NRT. NR pouvait suffire pour dcrire la non (N) lumire / nergie (R). Mais l encore, la diffrenciation a d tre recherche par lajout du suffixe T. La MORT (considre par les anciens comme le passage de la lumire lobscurit : Il y a peu de temps encore, elle voyait la lumire ) aurait pu scrire MOR (au demeurant on trouve la forme simplifie (MOURIR (MR), je MEURS (MR)), mais il rassemble par un procd que nous ne pouvons dtailler ici au mot indo-europen qui dsigne la MER. Do lajout du suffixe T qui a sans doute paru ncessaire pour distinguer les deux mots. La double affixation est assez frquente dans les langues indo-europennes.

LOI N5 : LOI DE LADEQUATION SON/SENSA chaque son consonantique ou chaque groupe de deux sons consonantiques correspond un sens. Nous rfutons totalement la mthode de ltymologie officielle qui consiste faire limpasse sur la prsence de certaines consonnes. Toute consonne a t sciemment utilise dans les processus de fabrication des mots. Cest en ce sens que nous prtendons que notre approche est scientifique, au moins est-elle rigoureuse. Nous devons tre capable dexpliquer la prsence de chaque son consonantique, sans artifice.

CHAPITRE III : LOIS RELATIVES AU LEXIQUELoi n1 : loi des 4 sources lexicales Loi n2 : loi de la sdimentation Loi n3 : lauto-fabrication

LOI N1 : LOI DES 4 SOURCES LEXICALESLoi n1 : Le lexique dune langue se constitue sous leffet de 4 sources - la langue dominante - le substrat - les emprunts - lauto-fabrication

Illustrons cette loi par plusieurs exemples. Exemple 1 le franais : la langue dominante est le roman qui a t apporte par les Romains, le substrat est lensemble des langues gauloises parles en France avant larrive des Romains et les emprunts sont essentiellement latins. Dans ltymologie officielle, lauto-fabrication nest jamais mentionne. Lart de ltymologie officielle consiste rechercher une origine trangre alors quune langue fabrique au cours des sicles de nouveaux mots. Les emprunts et lauto-fabrication sont deux processus continus tals sur des sicles. Ainsi les mots emprunts au latin sont arrivs dans un premier temps par lintermdiaire dune langue romane dj imprgne de latin puis par lglise catholique dont la langue officielle tait le latin puis par les rudits dont la langue crite est reste le latin jusquaux environs du 16e sicle. Exemple 2 lespagnol : la structure de lespagnol est trs semblable celle du franais. La langue dominante tait le roman, le substrat est lensemble des langues ibriques parles en Espagne avant larrive des Romains et les emprunts sont majoritairement latins. De mme quen France, le peuple espagnol a fabriqu des mots nouveaux pendant des sicles. Ainsi, ce qui diffrencie les lexiques espagnol et franais provient de deux sources : le substrat et lautofabrication. Exemple 3 le roumain : le roumain a la mme structure que le franais et lespagnol. En tant que langue romane, il se diffrencie nettement de lensemble des langues romanes par sa grammaire. Il est vraisemblable que lon trouve l une trace trs forte du substrat. Rappelons que la Roumanie na t occupe par les Romains que pendant environ deux cents ans. Exemple 4 langlais : la langue dominante est une des langues germaniques apporte par les envahisseurs Angles et Saxons, le substrat est lensemble des langues vraisemblablement celtiques parles en Angleterre avant larrive des envahisseurs. Les emprunts sont issus essentiellement de la langue franaise la suite de la conqute de lAngleterre par les Franco-normands de Guillaume le Conqurant. La richesse du vocabulaire anglais peut sexpliquer aussi par le fait que beaucoup de varits dialectales germaniques ont subsist. Exemple 5 lallemand : la particularit de lallemand rside dans le fait que la Germanie na pas t envahie par les Romains, ni par un quelconque peuple roman ou slave. A loppos des Anglais qui eux aussi parlent une langue germanique, les Allemands ont forg un vocabulaire trs riche sans faire appel aux langues romanes, latines et grecques. Exemple 6 le grec : la culture grecque tant une culture dominante, le rle de lauto-fabrication a t prdominant dans la constitution du lexique grec. Exemple 7 larabe dialectal : en Afrique du Nord, la langue dominante tait larabe, le substrat tait le berbre et les emprunts sont essentiellement issus de la langue franaise. Dans ce cas prcis, il est assez facile pour qui connat larabe et le franais de retrouver les traces du substrat berbre. Exemple 8 les langues anciennes (latin, grec, slavon, sanskrit) : ces langues sont issues directement de lindo-europen. Les diffrences que lon constate entre ces langues ne sont peut-tre pas dues un long processus de dgradation de la langue mre, mais au fait que lindo-europen sest dvelopp dans les rgions o les peuples parlaient dautres langues. En conclusion, on constate que tous les lexiques sont aliments par quatre sources distinctes. Toutefois, on saperoit quune ou deux des quatre sources peuvent tre plus importantes dans certaines langues. Ainsi, le substrat pr-romain est trs prsent en roumain, les emprunts ont profondment marqu la langue anglaise et lauto-fabrication est trs dveloppe en grec et en allemand.

LOI N2 : LOI DE LA SEMANTIQUELe lexique dune langue se constitue sur une trs longue priode sous forme de strates successives : le substrat puis la langue dominante, puis les emprunts. Ltude des textes du 16e sicle des langues franaise, italienne et espagnole en particulier montre quil y a trs peu dabandon de vocabulaire. La diffrence entre les lexiques contemporains et les lexiques du 16e sicle provient essentiellement de la fabrication de mots nouveaux et des emprunts aux langues trangres. Rappelons que dans la thorie officielle le latin transform en latin vulgaire, puis en langue romane aurait abandonn des centaines de mots. Par exemple, les adverbes latins ne nous auraient pas t transmis pour lessentiel. Le latin serait une exception parmi toutes les langues du monde. En ralit, nous pensons que le latin ne fait pas exception mais que dune part, il est rest relativement stable pendant des sicles et que la langue romane ne vient pas du latin mais de la langue vulgaire parle par les Romains, le roman qui tait parfaitement distinct du latin. La langue est le reflet de lhistoire des peuples. Chaque envahisseur, chaque culture laisse sa trace.

LOI N3 : LOI DE LAUTO-FABRICATIONLauto-fabrication est le rsultat du gnie propre chaque langue. Quand un mot na pas t apport par la langue dominante, chaque peuple va forger un mot nouveau. Dans les exemples qui suivent, qui portent sur les mots vacances , mouill , riche et lit , il apparat que la langue mre indo-europenne navait pas de mots pour ses objets ou ses qualits et chaque peuple europen a t conduit btir selon sa conception un mot particulier.

Exemple 1 : LES VACANCES En franais, le mot VACANCES semble venir sans ambigut de VACANT. Le concept de VACANCES est associ au vide, au temps de loisivet. En anglais, VACANCES se dit HOLLIDAYS, soit jours/DAYS sacrs/HOLLY. Les vacances taient conues comme le temps consacr aux temps forts de la religion. En russe, les VACANCES se disent CANICULI (ce qui pour nous ne renvoie pas au petit chien invent par les tymologistes), mais la structure oronale CN.CL qui signifie chaleur-chaleur. Pour les Russes, les vacances sont associes lt. Enfin, en grec, VACANCES se dit DIAKOPES, qui signifie coupure. Pour les Grecs, les vacances sont un temps de rupture dans le cours du temps. Ce premier exemple montre que, lorsquil ny a pas de mot indo-europen pour dsigner un concept, parce que le concept nexistait pas, ou pas de faon explicite, chez les indo-europens, chaque peuple va faonner un mot particulier partir des qualits relatives au concept dcrire. Il montre aussi, en corollaire, que la traduction est un art difficile, parce quil ny a pas toujours de recoupement des concepts.

Exemple 2 : MOUILL En franais, MOUILL a pour base oronale ML la mme que celle de MOU (MOL). Le MOUILL nest pas dabord ce qui est plein deau, mais ce qui est ramolli. En anglais, le mot WET a quasiment la mme structure que WATER. L, le rapport leau est vident. En russe, le mot MOKKI peut tre entendu comme ce qui nest pas brl ou ce qui ne peut pas tre brl. Ce deuxime exemple montre encore que quand il ny a pas de mot indo-europen pour dcrire un concept, chaque peuple, selon son gnie propre, fabrique un mot original.

Exemple 3 : RICHE En franais, RICHE (italien RICO, allemand REICH) a pour structure oronale RC, cest--dire ROI. Le propre du roi est dtre riche. En latin, RICHE se dit DIVES, en dautres termes le riche est celui qui est gt par les Dieux (latin DIVINUS, franais DIVIN). Pour les Russes aussi RICHE se dit BOGATI, cest--dire ce qui vient de Dieu (BOG en russe).

Exemple 4 : LE LIT En franais, le mot LIT vient du roman LETTO qui a emprunt le mot latin LECTUS, bas sur lorone LC (lieu, poser). En anglais BED, en allemand BETT mais aussi dans la deuxime syllabe des mots grec moderne KRE.VATI et russe KRO.VAT, les mots sont btis sur lorone BT/VT (bti, maison).

En argot franais, le lit se dit PIEU driv de PEAU, ou PLUMARD driv de PLUM. Il semble quen indo-europen, le lit se disait maison (BT), comme le montre les traces trouves dans trois familles linguistiques diffrentes (germanique, slave et grec). Dans certaines langues comme le latin, le breton, dautres mots ont merg pour marquer une distinction entre le lit et la maison.

CHAPITRE IV : LES ORONESLa structure consonantique De la structure consonantique la structure oronale La structure oronale Les orones primaires Les orones secondaires

LES ORONESCest dlibrment que nous nutilisons pas les termes de radical ou de racine , qui ne nous semblent pas adapts pour rendre compte de la structure originelle des mots indo-europens.

La structure consonantique :Nous entendons par structure consonantique dun mot lensemble des sons consonantiques que lon entend. La structure consonantique nest donc pas issue de lorthographe des mots. Ainsi, dans SEPT, on utilise lcrit trois consonnes mais nous nen entendons que deux. Nous dirons que la structure consonantique de SEPT est ST. Dans DOIGT, nous nentendons que les consonnes D et T ; la structure consonantique de ce mot est donc DT ; dans SIX, nous entendons deux fois la consonne S, la structure consonantique de SIX est donc SS ; dans ARGOT, le T final nest pas audible, la structure consonantique est donc RG ; dans BULLE et BALLE, nous nentendons quun seul L, la structure consonantique de ces mots est donc BL ; enfin dans HARANGUER, nous considrons le son AN comme un son vocalique, ainsi le N napparatra pas dans sa structure consonantique qui sera donc RG. Les structures consonantiques simples sont associes un son. Ceci est un point capital de notre thse : chaque structure consonantique est associe un sens. Exemple 1 : en franais BIRE (BR), BOIRE (BR), BAR (BR), BOURRU (BR), BOURR (BR), BROC (BR) ; en anglais BREW (brasser), BROTH (bouillon) ; en espagnol BURRACHO (ivre) Tous ces mots ont en commun davoir la mme structure consonantique et davoir un rapport avec la boisson. Nous dirons quil est trs probable que ces mots drivent tous dune mme origine indoeuropenne dont la structure consonantique est BR et dont le sens gnral est la boisson et ses drivs. Exemple 2 : en franais BALLE (BL), BULLE (BL), BOULE (BL), BILLE (BL) ; en latin : BALANUS (gland) o le son N final est un diminutif faisant du gland une petite boule ; en allemand BEULE (bosse), BOLZEN (boulon) Comme dans lexemple 1, ces mots ont en commun la mme structure consonantique BL et renvoient tous un mme concept, celui de rondeur. Exemple 3 : en franais PTE (PT), PTE (PT), PT (PT), POTE (PT), APPTIT (PT) ; en qubcois POUTINE (PT) ; en italien PIT.ZA ; en latin POTUS (boisson) ; en russe PIT (fouine) ; en gascon PITA (boire). Tout nous laisse penser quil a exist un mot indo-europen dont la structure consonantique tait PT associe au sens manger et boire . Exemple 4 : en franais MER (MR), MARE (MR), MARAIS (MR), MARE (MR) ; en allemand MEER (mer) ; en russe MORE (mer) MORRI (mouill) : en breton MOR (mer) Il a certainement exist un mot indo-europen de structure consonantique MR relatif leau stagnante par opposition leau des rivires. Nous voyons, dans le vocabulaire franais, que cette seule structure MR a donn les mots MARE, MARAIS et MER qui sont des tendues deau de tailles diffrentes, et que la diffrenciation entre les mots sest faite uniquement par des variations vocaliques. Exemple 5 : en franais POIL (PL), PILEUX (PL), PELER (PL), PAILLE (PL), PELOUSE (PL.S) ; en latin PELLIS (fourrure), PALLIUM (manteau) ; en allemand PELZ (fourrure) ; en russe PLATIE (robe) Ces mots ont pour structure consonantique PL associe au sens de fourrure des animaux dont on se servait pour fabriquer des vtements. Nous avons recherch, systmatiquement, dans quelques langues indo-europennes de familles linguistiques diffrentes, les structures consonantiques de lensemble des mots indo-europens. Le Chapitre IX Liste dtaille des orones donne ltat de notre recherche ce jour.

Cette recherche systmatique nous amne conclure que tous les mots du vocabulaire indoeuropen sont btis sur un nombre restreint de structure consonantique. Il arrive toutefois que des mots aient subi de telles transformations quil est difficile de retrouver la structure indo-europenne originelle (cf. Chapitre V Altrations et processus particuliers). Il arrive souvent quune structure consonantique soit utilise pour des sens distincts. Reprenons lexemple 1, qui a mis en vidence la structure indo-europenne BR associe la boisson. Or, il apparat que de nombreux mots indo-europens bass sur la structure consonantique BR soient associs au sens de ville ou de maison. En franais, BOURG (BR), BARAQUE (BR.C), BURON (BR), BUREAU (BR), BER.CAIL (BR.CL), HEBERGER (BR.J) ; en occitan BORME (ferme) ; en sudois BOR (habiter) ; en anglais BURROUGH (quartier) ; en espagnol BARRIO (quartier) ; en allemand BURG (village) Ainsi, nous prciserons toujours aprs une structure consonantique quel sens gnral il se rattache. Nous distinguerons donc BT (boisson) de BT (habitat). Revenons lexemple 4 o la structure MR tait associe leau stagnante. Il y a de mme une structure consonantique MR associe la mort. En franais MORT (MR), MEURS (MR) ; en latin MORI (mourir) ; en breton MARV prononc MARO ; en russe OUMIRA (mourir) Il faudra donc distinguer les structures MR (mer) de MR (mort).

De la structure consonantique loroneNous avons mis en vidence dans lexemple 1 ci-dessus la structure consonantique BR (boisson), or nous savons quil y a une quivalence phontique B=V, aussi nous ne sommes pas tonns de trouver des mots ayant la structure consonantique VR qui sont, comme la structure BR, associs au sens boisson : IVRE (VR), VERRE (VR). Nous considrons que les structures consonantiques BR et VR appartiennent au mme ensemble, aux variations phontiques prs, que nous appellerons un orone. Nous le dsignerons indiffremment sous la forme BR (boisson) ou VR (boisson) ou BR/VR (boisson). Lexemple 2 ci-dessus nous dvoile une structure consonantique BL (rond). Si lon prend en exemple lquivalence B=P, on dcouvre une srie de mots indo-europens galement associs lide de rondeur. En franais POULIE (PL), PALAN (PL) ; en latin PILA (balle), PA.PULA (bouton) ; en grec POLEIN (tourner) Nous dirons quil existe un orone indo-europen unique, mais ayant diffrentes formes phontiques, et nous le transcrirons soit BL (rond), soit PL (rond) soit BL/PL (rond). Dans lexemple 3 apparat la structure consonantique PT (manger/boire). Si nous prenons en compte les quivalences P=F et T=D, nous pouvons rattacher les mots anglais FOOD (nourriture), FAT (gras, bien nourri), PUDDING ; en allemand FTTERN (nourrir). Do lexistence dun orone PT/PD/FD (nourriture). Dans lexemple 5 apparat la structure consonantique PL (poil, fourrure). Avec lquivalence P=V, nous dcouvrons que la structure VL est associe au mme sens franais VELOURS (VL), VELU (VL) ; en grec VELOS (poil) Il y a donc un orone PL/VL (poil, fourrure). Nous proposons donc de donner la dfinition suivante dun orone :

Un orone est lensemble des structures consonantiques quivalentes phontiquement associes un sens gnral et ses drivs.

Nous avons limit les exemples dorones ; le lecteur se rapportera au Chapitre 9 Liste dtaille des orones o il dcouvrira les principaux orones que ltat de nos recherches aujourdhui a permis de mettre en vidence.

Les orones contiennent un ou deux sons consonantiques. Au-del de deux sons, la structure consonantique rsulte de la combinaison dorones.

Exemple de passage de la structure consonantique la structure oronale :Le tableau donn ci-aprs a pour objectif de montrer un exemple de passage de la structure consonantique la structure oronale. La structure oronale a lavantage de mettre en vidence une structure oronale commune. A cette structure est ajout un affixe. On notera quen allemand ou en russe, laffixe est un suffixe. Structure Consonantique

Latin Italien Franais Allemand Russe Grec Franais Latin Latin Franais Franais

LABOR (travail) LAVORO (travail) TRAVAIL ARBEIT (travail) RABOT (Travail) DOULEVO (travail) ESCLAVE SERVUS PLEBE TURBIN CORVEE

LB(R) LV(R) TRV(L) RBT RBT DLV SCLV SRV PLB TRB CRV

RV .(R) RV .(R) T. RV .(L) RV .(T) RV .(T) D. RV S. RV S. RV P. RV T. RV C. RV

Tche noble Tche noble Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles Exclus des tches nobles

La totalit des affixes, en dehors des mots LABOR et LAVORO sont des affixes dexclusion. Cest donc par dduction que nous allons considrer RV comme lorone du travail noble ; et les composs RV+affixes dexclusion comme ce qui est exclu du travail noble. Nous pensons que nos anctres indo-europens taient tout simplement diviss en deux classes : les chefs religieux, les rois, laristocratie dune part qui taient chargs des tches nobles RV et le reste de la population : la plbe, les esclaves, les serfs qui taient chargs des tches non-nobles T.RV.

La structure oronaleQuand une structure consonantique dpasse deux sons consonantiques, nous considrons quelle est compose de plusieurs orones. Un problme se pose alors pour la construction consonantique de trois consonnes ABC, nous avons trois possibilits de structures oronales. 1) Soit le mot est compos de trois orones distincts. Nous transcrivons alors sa structure oronale comme suit A.B.C. Cette structure oronale est assez rare, elle se rencontre souvent quand la fabrication du mot sest faite par lutilisation de deux affixes, un prfixe, un suffixe, qui encadrent un orone primaire.

Etymologie

Langue

Mot

Structure Oronale

Exemple : Le mot INERTE. Sa structure consonantique est NRT, sa structure orone est N.R.T. Lorone primaire R (lumire/chaleur) est encadr par deux affixes N et T, qui se renforcent pour donner le sens de sans nergie . 2) Soit le mot de structure consonantique ABC est compos de deux orones. Dans ce cas, il y a deux structures oronales possibles : A.BC ou AB.C. On recherchera si les orones secondaires BC et AB existent. Sil nexiste quun seul orone par exemple BC, et si AB nexiste pas, on optera pour la structure oronale A.BC. (Quoique notre proposition du chapitre IX des orones dcels ce jour ne puisse pas tre exhaustive, laissant encore ouverte la possibilit dun orone AB. Soyons scientifique jusquau bout !). Si les deux orones AB et BC existent, nous avons recours la smantique. En rgle gnrale, le sens donn partir dune des deux structures oronales donne une explication compatible avec le sens global des mots. Etymologie du mot italien : PAGANO (paen) La structure consonantique est PGN. La structure oronale P.G.N. ne dbouche sur aucune explication plausible. Reste deux possibilits : P.GN et PG.N. Lorone PG nexiste pas, ma connaissance ; par contre, lorone GN/CN/SN existe au sens de Saint, grand sage . Lorone P est un affixe et a le sens ngation, contraire . PAGANO (paen) serait donc le contraire (P) du saint (GN). Etymologie du mot MECHANT La structure consonantique est MSN. La structure oronale ne peut pas tre M.S.N., reste MS.N ou M.SN. Il existe plusieurs orones MS/MT ayant les sens respectifs de mouvement, mesure, mort, manger. Il existe plusieurs orones N dont les deux plus importants ont respectivement le sens ngation et lumire. Est-ce que le mot MECHANT a un rapport avec la ngation (N) du mouvement (MS), ou la ngation (N) de la mesure (MS), ou la ngation (N) de la mort (MT) ? Ou encore le mouvement (MS) de la lumire (N) ou la mesure (MS) de la lumire (N) ? En explorant toutes les possibilits, il napparat aucun rapport entre les orones qui composent le mot et le sens gnral du mot. A linverse, si lon tudie la structure oronale M.SN, le M initial est un affixe de ngation (ordre M/N), et il existe un orone SN associ au sens de saint . Le mchant peut se comprendre comme le non (M) saint (SN). Etymologie du mot ANCRE La structure consonantique est NCR. De toutes les possibilits, la structure oronale N.CR nous parat assurer la cohrence entre le sens de chaque orone qui compose le mot et le sens du mot lui-mme. N est lordre de la ngation et CR lorone du dplacement et du transport (cf. Chapitre IX). Ainsi, lANCRE est la ngation (N) du dplacement (CR), en dautres termes lancre est linstrument qui empche le dplacement. Etymologie du mot CLIBAT La structure consonantique est SLB. De toutes les possibilits mergent la structure oronale S.LB o lorone S a le sens dexclusion et lorone BL le sens de amour . Ainsi, le CLIBAT est labsence (S) damour (LB). Etymologie du mot REMDE Aprs limination de toutes les possibilits qui nassurent pas la cohrence entre le sens de chaque orone et le sens global du mot, nous proposons que la structure consonantique de ce mot RMD ait pour structure oronale R.MD, o R est un affixe qui a deux sens dont celui de sopposer (cf. annexe) et MD a le sens de mort. Le remde est donc ce qui permet de sopposer (R) la mort (MT). Lexercice semble parfois plus simple quand la structure consonantique comporte quatre sons. Nous donnons ci-dessous quelques exemples. Etymologie du mot CENTAURE La structure consonantique est CNTR. Nous proposons comme structure oronale CN.TR, o lorone CN a le sens danimal (cf. Chapitre IX) et TR un orone qui a pour sens lhomme. Le centaure apparat comme la combinaison animal-homme.

Etymologie du mot CARAPATER La structure consonantique est CRPT, nous proposons comme structure oronale CR.PT o lorone CR a le sens de dplacement et PT le sens de pied. Le mot carapater signifierait courir (CR) avec les pieds (PT) . Etymologie du mot HOSPICE (HPITAL) La structure consonantique est HSPS. Nous proposons la structure oronale HS.PS, dans laquelle on reconnat les orones HS/CS (maison) et PS/PT (nourriture). Lhospice, comme lhpital, apparat comme la maison o lon assurait le gte (HS/CS) et le couvert (PS/PT). Ainsi, les hospices avant dtre des maisons pour les malades, ont peut-tre t des maisons daccueil du type htel, pension ou maison-relais pour les voyageurs ; sachant quil y a des sicles que les hommes voyagent pour changer des biens. Etymologie du mot MATHMATIQUE Dire que le mot mathmatique vient du grec MATEMATIKOS ne nous satisfait pas. Nous recherchons lorigine indo-europenne du mot. Comment les Grecs ont conu ce mot apparat dans la structure oronale. La structure consonantique de ce mot est MTMTK. Nous proposons la structure oronale MT.MT.K. Lorone MT veut dire la mesure. Les mathmatiques sont lorigine lart de la mesure. Il sagissait certainement lpoque de la mesure de mouvement des astres. (Le son K final nous apparat comme un affixe). Etymologie du mot FOURGON La structure consonantique de ce mot est FRG. Nous proposons la structure oronale FR.GN dans laquelle lorone FR/PR a le sens de porter et lorone GN/CN a le sens danimal. Le fourgon a peut-tre t le chariot qui servait transporter des animaux.

Limites de lexercice Si dans les exemples prcdents la logique de construction, par agrgation dorones primaires ou secondaires, nous a paru transparente, cela nest pas toujours le cas. Certaines structures oronales ne se laissent pas dceler, soit que nous navons pas trouv tous les orones (il reste encore un travail immense pour les linguistes de bonne volont), soit que les transformations phontiques et smantiques ne nous aient pas t accessibles. Il reste toutefois que dans la majorit des cas, lanalyse oronale nous conduit des explications logiques, mille lieues des fantaisies de ltymologie officielle. Oui, les mots sont rellement transparents. Rsum de notre mthode tymologique Nous partirons toujours de la structure consonantique (st.cs) pour tenter de dcouvrir la structure oronale (st.or).

Nous utiliserons les abrviations suivantes : st.cs : structure consonantique st.or : structure oronale.

LES ORONES PRIMAIRESIl est vident que lhomme a commenc par nommer des choses simples (le soleil, la lune, le fer, leau) par des sons simples. Ainsi il a pu appeler le soleil OR ou AR ou UR ou ER ou IR ; ou encore RO, RA, RE, RI. Nous regroupons toutes ces appellations dans le mme orone R, ou plus prcisment du fait des quivalences phontiques dans lorone R/L. Nous en trouvons la trace dans toutes les langues indo-europennes. En franais, AURORE, ORE, RAIE (rayon) ; en italien (S)OLE ; en hindi (S)URIA ; en grec (H)ELIOS. Il est incontestable que dans le monde primitif, le soleil a t une rfrence fondamentale et que lorone R/L na pas tard tre utilis pour reprsenter ce qui est rouge : franais ROUGE, ROUX, ROSE ; anglais RED ; allemand ROT ; breton RUZ ; grec ERYTHROS Ce qui est rond : latin ORBIS (rond), AURIS (oreille). Ce qui est gros (par opposition la lune et aux toiles) : franais GROS ; latin AGEER (amas) ; anglais GROW (crotre). Ce qui brle : franais HUILE, HOUILLE ; latin UREO (brler), AREO (tre sec) Et bien sr la mesure du temps : franais HEURE, JOUR, RE ; allemand UHR (heure), JAHR (anne) Le soleil va tre peru comme ce qui donne la chaleur, et donc la croissance des plantes. Il nat tous les jours et meurt tous les soirs A travers cet exemple, on devine les difficults auxquelles nous allons tre confronts. Dautant qutant les plus anciens des orones, ils ont subi les plus grandes volutions smantiques.

LES ORONES SECONDAIRESLes orones secondaires sont composs de deux sons consonantiques. Ils sont composs dorones primaires. Ils ont lavantage, par rapport aux orones primaires dtre plus facilement dcelables. Voir la liste dtaille des orones secondaires dans le chapitre IX.

CHAPITRE V : ALTERATIONS ET PROCESSUS PARTICULIERS

La rptition Apocope, aphrse, mtathse, penthse

La recherche tymologique est rendue parfois difficile du fait daltrations des mots originaux indoeuropens qui o