causes toujours 26

download causes toujours 26

of 44

  • date post

    17-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Causes toujours numéro 26. Trimestriel du GSARA asbl

Transcript of causes toujours 26

  • Groupe socialiste daction et de rflexion sur laudiovisuel asbl

    gsara

    Causes toujoursTrimestriel 26 Juin - Juillet - Aot 2012

    SommaireActualits des rgionales 2 Dossier Lducation connecte 6Campagne Neutralit du Net 40 Atelier de Production 43/44Contacts 44

    Dossier spcial

    Lducation connecte

    Mondes virtuels :

    - - - - - - - - - -

    Intelligence collective :

    - - - - - - - - - -

    Social Learning

    - - - - - - - - - -

    Crer de nouveaux savoirs :- (...)- ...-

    TIC: Technologies de lintelligence pour la Connaissance

  • La Louvire

    Le droit de vote des trangers : chimre ou ralit ??La question a du sens si on conoit la citoyennet comme le surgissant dans lagora de ltre humain en tant que sujet politique, se coalisant ainsi dans laction politique, dployant son humanit dans toute sa libert, ren-contrant lautre tre humain, les autres et construisant ainsi une communaut politique dhommes et de femmes gaux et libres.

    Question qui suscite encore de vives ractions et des craintes (le client-lisme, le conformisme, lintgrisme, le repli communautaire) mais qui sinscrit dans la dynamique interne de la citoyennet. Elle constitue la voie inluctable de la dmocratie vue non pas comme un systme institutionnel abouti, mais comme toujours indpas-sable du vivre en commun des tres humains, dans une perspective de li-bert et dgalit.

    Le vrai de la dmocratie et de la poli-tique comme espace o les tres hu-mains gaux mettent en commun leurs liberts individuelles pour construire ensemble leurs liberts collectives. Car les personnes trangres vivent, tudient, travaillent, respectent les lois, paient les impts en Belgique et contribuent donc au bon fonctionne-ment du pays mais elles sont exclues de linstrument fondamental, la fois symbolique et pratique, de la citoyen-net, par lequel la communaut politi-que se cre, se met en commun, agit et sorganise politiquement.

    Les tats ont instill leurs sparations discriminatoires dans les esprits, pr-sentant comme naturelles, inluc-tables et essentielles, les diffrences artificiellement institues et histori-quement construites. Lexclusion po-litique a priori de certains individus dune socit, constitue une entorse grave au principe dmocratique. Elle ouvre la voie au conflit et constitue un

    motif pour laction politique et un ob-jet pour la rflexion. On peut formuler lhypothse que rien de valablement consistant ne permet de justifier lex-clusion des trangers du droit de vote, et quelle est lexpression du rgime dmocratique moderne raliser la dmocratie dans sa vrit.

    La logique qui rclame, revendique, et conduit au vote des trangers, est une logique douverture et dmanci-pation. Fondamentalement, il sagit de raliser le potentiel universaliste sans lequel la citoyennet nest quune coquille juridique creuse. Le vote des trangers est une ncessaire ouverture de lhorizon dmocratique, qui impli-que le dpassement et lenfermement stato-national, par la multiplicit des identits et la pluralit des manires dagir politiquement dans un monde commun. Elle est galement un gage dintgration et de participation au fonctionnement de la cit.

    Il constitue galement lenjeu central de la dmocratie au travers de la rgle de formation de la communaut politi-que. Dfinir la frontire de la commu-naut politique (qui est dedans, qui est dehors, comment sopre cette distinc-tion, qui dcide ?), cest en dfinir les-sence. Dautant plus que sinon dautres mthodes dexpression (non contrles et contrlables) se mettront en place pour permettre cette partie de la population de faire revendiquer leurs droits. La question du vote des tran-gers nous semble une clef pour com-prendre la crise actuelle, et sans doute, pour jeter des ponts vers lavenir.

    En conclusion, larchtype dune ci-toyennet strictement enferme dans la nationalit ne correspond pas avec la ralit du monde du dbut du XXIme sicle et nos socits devront intgrer ce concept sous peine dtre exclues leur tour du processus dcisionnel.

    Actualits des rgionales

  • La Louvire

    Le droit de vote des trangers : chimre ou ralit ??La question a du sens si on conoit la citoyennet comme le surgissant dans lagora de ltre humain en tant que sujet politique, se coalisant ainsi dans laction politique, dployant son humanit dans toute sa libert, ren-contrant lautre tre humain, les autres et construisant ainsi une communaut politique dhommes et de femmes gaux et libres.

    Question qui suscite encore de vives ractions et des craintes (le client-lisme, le conformisme, lintgrisme, le repli communautaire) mais qui sinscrit dans la dynamique interne de la citoyennet. Elle constitue la voie inluctable de la dmocratie vue non pas comme un systme institutionnel abouti, mais comme toujours indpas-sable du vivre en commun des tres humains, dans une perspective de li-bert et dgalit.

    Le vrai de la dmocratie et de la poli-tique comme espace o les tres hu-mains gaux mettent en commun leurs liberts individuelles pour construire ensemble leurs liberts collectives. Car les personnes trangres vivent, tudient, travaillent, respectent les lois, paient les impts en Belgique et contribuent donc au bon fonctionne-ment du pays mais elles sont exclues de linstrument fondamental, la fois symbolique et pratique, de la citoyen-net, par lequel la communaut politi-que se cre, se met en commun, agit et sorganise politiquement.

    Les tats ont instill leurs sparations discriminatoires dans les esprits, pr-sentant comme naturelles, inluc-tables et essentielles, les diffrences artificiellement institues et histori-quement construites. Lexclusion po-litique a priori de certains individus dune socit, constitue une entorse grave au principe dmocratique. Elle ouvre la voie au conflit et constitue un

    motif pour laction politique et un ob-jet pour la rflexion. On peut formuler lhypothse que rien de valablement consistant ne permet de justifier lex-clusion des trangers du droit de vote, et quelle est lexpression du rgime dmocratique moderne raliser la dmocratie dans sa vrit.

    La logique qui rclame, revendique, et conduit au vote des trangers, est une logique douverture et dmanci-pation. Fondamentalement, il sagit de raliser le potentiel universaliste sans lequel la citoyennet nest quune coquille juridique creuse. Le vote des trangers est une ncessaire ouverture de lhorizon dmocratique, qui impli-que le dpassement et lenfermement stato-national, par la multiplicit des identits et la pluralit des manires dagir politiquement dans un monde commun. Elle est galement un gage dintgration et de participation au fonctionnement de la cit.

    Il constitue galement lenjeu central de la dmocratie au travers de la rgle de formation de la communaut politi-que. Dfinir la frontire de la commu-naut politique (qui est dedans, qui est dehors, comment sopre cette distinc-tion, qui dcide ?), cest en dfinir les-sence. Dautant plus que sinon dautres mthodes dexpression (non contrles et contrlables) se mettront en place pour permettre cette partie de la population de faire revendiquer leurs droits. La question du vote des tran-gers nous semble une clef pour com-prendre la crise actuelle, et sans doute, pour jeter des ponts vers lavenir.

    En conclusion, larchtype dune ci-toyennet strictement enferme dans la nationalit ne correspond pas avec la ralit du monde du dbut du XXIme sicle et nos socits devront intgrer ce concept sous peine dtre exclues leur tour du processus dcisionnel.

    Actualits des rgionales

  • Charleroi

    Le 9 janvier 2012 le GSARA Charleroi tait invit par lAjMO asbl (Accompagnement de jeunes en Milieu Ouvert) participer une runion prpa-ratoire pour sinscrire dans un important projet. Projet port par plusieurs AMO (service daide la jeunesse en milieu ouvert) en collaboration avec les TEC Charleroi.

    Entre dans la danse, faut quon avance ! concerne le comportement des jeunes en rue et dans les bus, et fait suite la mdiatisation des quelques jets de pavs dans les pare-brise des transports en commun.

    Le but de la manuvre tait dinviter des grou-pes damis participer un concours dcriture de scnarios et, sils le dsiraient, interprter un rle dans leur spot de prvention. Le mot dordre donn pour lcriture tait de mettre en exergue des comportements plus exemplaires o la po-litesse lemporte sur lincivilit tant en ville que dans les bus.

    Ttes baisses, lAjMO et les TEC lanaient le concours via les nombreuses affiches placardes en ville et dans les bus. Une fois les groupes for-

    ms, et les scnarios slectionns, le Gsara Char-leroi se devait de foncer dans lorganisation prati-que des tournages.

    Ds le 29 fvrier, les groupes de jeunes scnaristes taient constitus. Du 7 au 28 mars les dialogues taient rpts, les costumes labors, et les accessoires choisis. Du 2 au 6 avril, profitant descongs scolaires et du beau temps, le GSARA procdait aux tournages. Ds le 16 avril, la matire tourne tait drushe et, aprs une semaine dinterruption, le montage pouvait commencer. Enfin un visionnement avec les commanditaires trouvait place le 11 mai.

    Toujours dans les temps, les premiers jours de juin, les spots taient sur Youtube, et partags via Facebook pour permettre au public de voter pour son spot prfr.

    Cette campagne de prvention dans la-quelle sest inscrit le Gsara se terminera en apothose le samedi 30 juin, sur lEsplanade des Beaux-Arts, loccasion dun grand vne-ment rassembleur (comprenant concours musi-cal, expo photos, remises de prix et animations diverses) organis par le TEC en collaboration avec les AMO carolos. Cest durant cette journe que les spots crits et interprts par les jeunes se-ront projets en boucle. Les trois meilleurs spots seront diffuss sur la tl locale.

    Pour visionner les spots et voter, rendez-vous sur la page Facebook :

    https://www.facebook.com/EntreDansLaDan-seFautQuonAvanceS