Aristote _ Politique (Livre I - Bilingue)

of 17/17
R E T O U R À L E N T R É E D U S I T E T A B L E D E S M A T I È R E S D E L ' O E T A B L E D E S M A T I È R E S A R I S T O T E P O L I T I Q U E . L I V R E I O r d r e d e s l i v r e s - l i v r e I I T r a d u c t i o n f r a n ç a i s e : B A R T H É L E M Y S A I N T - H I L A I R E . T r a d u c t i o n C h a m p a g n e r e v u e p a r H o e f e r P O L I T I Q U E L I V R E I D E L A S O C I É T É C I V I L E . - D E L ' E S C L A V A G E . - D E L A P R O P R I É T É . - D U P O U V O I R D O M E S T I Q U E . J ' a i c o n s e r v é l a d i v i s i o n d e s c h a p i t r e s a d o p t é e p a r l e s t r o i s d e r n i e r s é d i t e u r s , S c h n e i d e r , C o r a ï e t G o e t t l i n g , s a n s l ' a p p r o u v e r t o u t e f o i s c o m p l è t e m e n t . L e s p a r a g r a p h e s s o n t , e n g é n é r a l , c e u x d e S c h n e i d e r , C o r a ï e t T h u r o t . C H A P I T R E P R E M I E R . D e l ' É t a t ; o r i g i n e d e l a s o c i é t é ; e l l e e s t u n f a i t d e n a t u r e . - É l é m e n t s d e l a f a m i l l e ; l e m a r i e t l a f e m m e , l e m a î t r e e t l ' e s c l a v e . - L e v i l l a g e e s t f o r m é d e l ' a s s o c i a t i o n d e s f a m i l l e s . - L ' É t a t e s t f o r m é d e l ' a s s o c i a t i o n d e s v i l l a g e s ; i l e s t l a f i n d e t o u t e s l e s a u t r e s a s s o c i a t i o n s ; l ' h o m m e e s t u n ê t r e e s s e n t i e l l e m e n t s o c i a b l e . - S u p é r i o r i t é d e l ' É t a t s u r l e s i n d i v i d u s ; n é c e s s i t é d e l a j u s t i c e s o c i a l e . [ 1 2 5 2 a ] § 1 . π ε ι δ π σ α ν π λ ι ν ρ μ ε ν κ ο ι ν ω ν α ν τ ι ν ο σ α ν κ α π σ α ν κ ο ι ν ω ν α ν γ α θ ο τ ι ν ο ς ν ε κ ε ν σ υ ν ε σ τ η κ υ α ν ( τ ο γ ρ ε ν α ι δ ο κ ο ν τ ο ς γ α θ ο χ ρ ι ν π ν τ α π ρ τ τ ο υ σ ι π ν τ ε ς ) , δ λ ο ν ς π σ α ι μ ν γ α θ ο τ ι ν ο ς σ τ ο χ ζ ο ν τ α ι , μ λ ι σ τ α δ κ α τ ο κ υ ρ ι ω τ τ ο υ π ν τ ω ν π α σ ν κ υ ρ ι ω τ τ η κ α π σ α ς π ε ρ ι χ ο υ σ α τ ς λ λ α ς . Α τ η δ ' σ τ ν κ α λ ο υ μ ν η π λ ι ς κ α κ ο ι ν ω ν α π ο λ ι τ ι κ . § 2 . σ ο ι μ ν ο ν ο ο ν τ α ι π ο λ ι τ ι κ ν κ α β α σ ι λ ι κ ν κ α ο κ ο ν ο μ ι κ ν κ α δ ε σ π ο τ ι κ ν ε ν α ι τ ν α τ ν ο κ α λ ς λ γ ο υ σ ι ν ( π λ θ ε ι γ ρ κ α λ ι γ τ η τ ι ν ο μ ζ ο υ σ ι δ ι α φ ρ ε ι ν λ λ ' ο κ ε δ ε ι τ ο τ ω ν κ α σ τ ο ν , ο ο ν ν μ ν λ γ ω ν , δ ε σ π τ η ν , ν δ π λ ε ι ν ω ν , ο κ ο ν μ ο ν , ν δ ' τ ι π λ ε ι ν ω ν , π ο λ ι τ ι κ ν β α σ ι λ ι κ ν , ς ο δ ν δ ι α φ ρ ο υ σ α ν μ ε γ λ η ν ο κ α ν μ ι κ ρ ν π λ ι ν · κ α π ο λ ι τ ι κ ν δ κ α β α σ ι λ ι κ ν , τ α ν μ ν α τ ς φ ε σ τ κ , β α σ ι λ ι κ ν , τ α ν δ κ α τ τ ο ς λ γ ο υ ς τ ς π ι σ τ μ η ς τ ς τ ο ι α τ η ς κ α τ μ ρ ο ς ρ χ ω ν § 1 . T o u t É t a t e s t é v i d e m m e n t u n e a s s o c i a t i o n ; e t t o u t e a s s o c i a t i o n n e s e f o r m e q u ' e n v u e d e q u e l q u e b i e n , p u i s q u e l e s h o m m e s , q u e l s q u ' i l s s o i e n t , n e f o n t j a m a i s r i e n q u ' e n v u e d e c e q u i l e u r p a r a î t ê t r e b o n . É v i d e m m e n t t o u t e s l e s a s s o c i a t i o n s v i s e n t à u n b i e n d ' u n e c e r t a i n e e s p è c e , e t l e p l u s i m p o r t a n t d e t o u s l e s b i e n s d o i t ê t r e l ' o b j e t d e l a p l u s i m p o r t a n t e d e s a s s o c i a t i o n s , d e c e l l e q u i r e n f e r m e t o u t e s l e s a u t r e s ; e t c e l l e - l à , o n l a n o m m e p r é c i s é m e n t É t a t e t a s s o c i a t i o n p o l i t i q u e . § 2 . D e s a u t e u r s n ' o n t d o n c p a s r a i s o n d ' a v a n c e r q u e l e s c a r a c t è r e s d e r o i , d e m a g i s t r a t , d e p è r e d e f a m i l l e , e t d e m a î t r e , s e c o n f o n d e n t . C ' e s t s u p p o s e r q u ' e n t r e c h a c u n d ' e u x t o u t e l a d i f f é r e n c e e s t d u p l u s a u m o i n s , s a n s ê t r e s p é c i f i q u e ; q u ' a i n s i u n p e t i t n o m b r e d ' a d m i n i s t r é s c o n s t i t u e r a i e n t l e m a î t r e ; u n n o m b r e p l u s g r a n d , l e p è r e d e f a m i l l e ; u n p l u s g r a n d e n c o r e , l e m a g i s t r a t o u l e r o i ; c ' e s t s u p p o s e r q u ' u n e g r a n d e f a m i l l e e s t a b s o l u m e n t u n p e t i t É t a t . C e s a u t e u r s a j o u t e n t , e n c e q u i c o n c e r n e l e m a g i s t r a t e t l e r o i , q u e l e p o u v o i r d e l ' u n e s t p e r s o n n e l e t i n d é p e n d a n t ; e t q u e l ' a u t r e , p o u r m e s e r v i r d e s d é f i n i t i o n s m ê m e s d e l e u r p r é t e n d u e s c i e n c e , e s t e n p a r t i e c h e f e t e n p a r t i e s u j e t . § 1 . T o u t É t a t . L e b u t v é r i t a b l e d e l ' a s s o c i a t i o n p o l i t i q u e e s t i c i f o r t n e t t e m e n t e x p o s é . I l s e r a i t i m p o s s i b l e d e l e p l a c e r p l u s h a u t . D ' u n p r i n c i p e a u s s i é l e v é , o n p e u t d é d u i r e s a n s p e i n e t o u t e s l e s c o n d i t i o n s v r a i e s e t e s s e n t i e l l e s d e s s o c i é t é s h u m a i n e s e t d e s g o u v e r n e m e n t s . C e t t e t h é o r i e , d u r e s t e , e s t d é j à d a n s P l a t o n ; v o i r l a R é p u b l i q u e , I I , p . 8 8 , t r a d . d e M . C o u s i n . R o u s s e a u l ' a r e p r o d u i t e d a n s l e C o n t r a t s o c i a l , l i v . I , c h . V I . « C e t t e p e r s o n n e p u b l i q u e , q u i s e f o r m e p a r l ' u n i o n d e t o u t e s l e s a u t r e s , s e n o m m a i t a u t r e f o i s C i t é . » É t a t , o u m o t à m o t : c i t é . I l f a u t r a p p e l e r q u e l a p l u p a r t d e s É t a t s g r e c s n e s e c o m p o s a i e n t q u e d ' u n e s e u l e v i l l e , e n t o u r é e d ' u n e é t r o i t e b a n l i e u e . E n v u e d e q u e l q u e b i e n . V o i r l e d é v e l o p p e m e n t d e c e p r i n c i p e , p l u s
  • date post

    31-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    37
  • download

    11

Embed Size (px)

Transcript of Aristote _ Politique (Livre I - Bilingue)

  • RRRREEEETTTTOOOOUUUURRRR LLLLEEEENNNNTTTTRRRREEEE DDDDUUUU SSSSIIIITTTTEEEE

    TABLE DES MATIRES DE L'OE

    TABLE DES MATIRES

    AAAARRRRIIIISSSSTTTTOOOOTTTTEEEE

    PPPPOOOOLLLLIIIITTTTIIIIQQQQUUUUEEEE....

    LLLLIIIIVVVVRRRREEEE IIII

    Ordre des livres - livre II

    TTTTrrrraaaadddduuuuccccttttiiiioooonnnn ffffrrrraaaannnnaaaaiiiisssseeee :::: BBBBAAAARRRRTTTTHHHHLLLLEEEEMMMMYYYY SSSSAAAAIIIINNNNTTTT----HHHHIIIILLLLAAAAIIIIRRRREEEE....

    Traduction Champagne revue par Hoefer

    PPPPOOOOLLLLIIIITTTTIIIIQQQQUUUUEEEE

    LLLLIIIIVVVVRRRREEEE IIII

    DDDDEEEE LLLLAAAA SSSSOOOOCCCCIIIITTTT CCCCIIIIVVVVIIIILLLLEEEE....

    ---- DDDDEEEE LLLL''''EEEESSSSCCCCLLLLAAAAVVVVAAAAGGGGEEEE....

    ---- DDDDEEEE LLLLAAAA PPPPRRRROOOOPPPPRRRRIIIITTTT....

    ---- DDDDUUUU PPPPOOOOUUUUVVVVOOOOIIIIRRRR DDDDOOOOMMMMEEEESSSSTTTTIIIIQQQQUUUUEEEE....

    J'ai conserv la division des chapitres adopte par les trois derniers diteurs, Schneider, Cora et Goettling, sans l'approuver toutefois

    compltement. Les paragraphes sont, en gnral, ceux de Schneider, Cora et Thurot.

    CHAPITRE PREMIER.

    De l'tat ; origine de la socit ; elle est un fait de nature. - lments de la famille ; le mari et la femme, le matre et l'esclave. - Le village est

    form de l'association des familles. - L'tat est form de l'association des villages ; il est la fin de toutes les autres associations ; l'homme est un

    tre essentiellement sociable. - Supriorit de l'tat sur les individus ; ncessit de la justice sociale.

    [1111222255552222aaaa] 1.

    (

    ),

    ,

    . '

    .

    2.

    (

    '

    ,

    , , ,

    , ' ,

    ,

    , ,

    ,

    1. Tout tat est videmment une association ; et

    toute association ne se forme qu'en vue de quelque bien,

    puisque les hommes, quels qu'ils soient, ne font jamais rien

    qu'en vue de ce qui leur parat tre bon. videmment toutes

    les associations visent un bien d'une certaine espce, et

    le plus important de tous les biens doit tre l'objet de la plus

    importante des associations, de celle qui renferme toutes

    les autres ; et celle-l, on la nomme prcisment tat et

    association politique.

    2. Des auteurs n'ont donc pas raison d'avancer que

    les caractres de roi, de magistrat, de pre de famille, et de

    matre, se confondent. C'est supposer qu'entre chacun

    d'eux toute la diffrence est du plus au moins, sans tre

    spcifique ; qu'ainsi un petit nombre d'administrs

    constitueraient le matre ; un nombre plus grand, le pre de

    famille ; un plus grand encore, le magistrat ou le roi ; c'est

    supposer qu'une grande famille est absolument un petit

    tat. Ces auteurs ajoutent, en ce qui concerne le magistrat

    et le roi, que le pouvoir de l'un est personnel et indpendant

    ; et que l'autre, pour me servir des dfinitions mmes de

    leur prtendue science, est en partie chef et en partie sujet.

    1. Tout tat. Le but vritable de

    l'association politique est ici fort

    nettement expos. Il serait impossible

    de le placer plus haut. D'un principe

    aussi lev, on peut dduire sans

    peine toutes les conditions vraies et

    essentielles des socits humaines et

    des gouvernements. Cette thorie, du

    reste, est dj dans Platon ; voir la

    Rpublique, II, p. 88, trad. de M.

    Cousin. Rousseau l'a reproduite dans le

    Contrat social, liv. I, ch. VI. Cette

    personne publique, qui se forme par

    l'union de toutes les autres, se

    nommait autrefois Cit.

    tat, ou mot mot : cit. Il faut

    rappeler que la plupart des tats grecs

    ne se composaient que d'une seule

    ville, entoure d'une troite banlieue.

    En vue de quelque bien. Voir le

    dveloppement de ce principe, plus

  • ,

    3. ' )

    '

    .

    (

    ),

    ,

    .

    , ,

    ' .

    4.

    ,

    ( , '

    , ,

    ),

    , .

    ,

    .

    [1111222255552222bbbb] 5.

    (

    , , '

    , '

    )

    . '

    ,

    .

    ' ,

    .

    6.

    ,

    '

    '

    .

    ,

    ,

    .

    7. '

    .

    ,

    , .

    ,

    , ,

    . '

    ' .

    .

    ,

    3. Toute cette thorie est fausse ; il suffira, pour s'en

    convaincre, d'adopter dans cette tude notre mthode

    habituelle. Ici, comme partout ailleurs, il convient de rduire

    le compos ses lments indcomposables, c'est--dire,

    aux parties les plus petites de l'ensemble. En cherchant

    ainsi quels sont les lments constitutifs de l'tat, nous

    reconnatrons mieux en quoi diffrent ces lments ; et nous

    verrons si l'on peut tablir quelques principes scientifiques

    dans les questions dont nous venons de parler. Ici, comme

    partout ailleurs, remonter l'origine des choses et en suivre

    avec soin le dveloppement, est la voie la plus sre pour

    bien observer.

    4. D'abord, il y a ncessit dans le rapprochement de

    deux tres qui ne peuvent rien l'un sans l'autre : je veux

    parler de l'union des sexes pour la reproduction. Et l rien

    d'arbitraire ; car chez l'homme, aussi bien que chez les

    autres animaux et dans les plantes, c'est un dsir naturel

    que de vouloir laisser aprs soi un tre fait son image.

    C'est la nature qui, par des vues de conservation, a

    cr certains tres pour commander, et d'autres pour obir.

    C'est elle qui a voulu que l'tre dou de raison et de

    prvoyance commandt en matre ; de mme encore que la

    nature a voulu que l'tre capable par ses facults

    corporelles d'excuter des ordres, obt en esclave; et c'est

    par l que l'intrt du matre et celui de l'esclave

    s'identifient.

    [1111222255552222bbbb] 5. La nature a donc dtermin la condition

    spciale de la femme et de l'esclave. C'est que la nature

    n'est pas mesquine comme nos ouvriers. Elle ne fait rien qui

    ressemble leurs couteaux de Delphes. Chez elle, un tre

    n'a qu'une destination, parce que les instruments sont

    d'autant plus parfaits, qu'ils servent non plusieurs usages,

    mais un seul. Chez les Barbares, la femme et l'esclave

    sont des tres de mme ordre. La raison en est simple : la

    nature, parmi eux, n'a point fait d'tre pour commander.

    Entre eux, il n'y a rellement union que d'un esclave et

    d'une esclave; et les potes ne se trompent pas en disant :

    Oui, le Grec au Barbare a droit de commander,

    puisque la nature a voulu que Barbare et esclave ce ft

    tout un.

    6. Ces deux premires associations, du matre et de

    l'esclave, de l'poux et de la femme, sont les bases de la

    famille; et Hsiode l'a fort bien dit dans ce vers :

    La maison, puis la femme, et le boeuf laboureur.

    car le pauvre n'a pas d'autre esclave que le boeuf.

    Ainsi donc l'association naturelle de tous les instants, c'est

    la famille ; Charondas a pu dire, en parlant de ses membres,

    qu'ils mangeaient la mme table ; et Epimnide de

    Crte, qu'ils se chauffaient au mme foyer .

    7. L'association premire de plusieurs familles, mais

    forme en vue de rapports qui ne sont plus quotidiens, c'est

    le village, qu'on pourrait bien justement nommer une colonie

    naturelle de la famille ; car les individus qui composent le

    village ont, comme s'expriment d'autres auteurs, suc le

    lait de la famille ; ce sont ses enfants et les enfants de

    ses enfants . Si les premiers tats ont t soumis des

    rois, et si les grandes nations le sont encore aujourd'hui,

    c'est que ces tats s'taient forms d'lments habitus

    l'autorit royale, puisque dans la famille le plus g est un

    vritable roi ; et les colonies de la famille ont filialement suivi

    l'exemple qui leur tait donn. Homre a donc pu dire :

    Chacun part gouverne en matre

    Ses femmes et ses fils.

    Dans l'origine, en effet, toutes les familles isoles se

    gouvernaient ainsi. De l encore cette opinion commune qui

    soumet les dieux un roi ; car tous les peuples ont eux-

    loin, liv. IIII, chap. VII, 1. C`est une

    sorte de dogme qu'Aristote a dfendu

    et qui l'a guid dans tous ses

    ouvrages. On peut s'en convaincre par

    la lecture d'une foule de passages dans

    la morale, dans la physique, dans la

    rhtorique. Ce principe s'applique

    galement aux choses humaines et

    aux choses de la nature

    2. Des auteurs. Aristote veut

    dsigner Platon, qui soutient cette

    opinion dans le Politique, p. 334, trad.

    de M. Cousin. Hobbes tait de l'avis de

    Platon : regnum parvum famitia est

    (Imper., cap. VII, 1. La thorie des

    gouvernements paternels n'a pas

    d'autre base. Rousseau a eu tort de

    dire (Economie politique, au dbut)

    qu'Aristote avait confondu quelquefois

    la famille et la cit ; il les a toujours

    soigneusement spares, comme il le

    fait ici. Il est probable que c'est cette

    critique de Platon au dbut de la

    politique d'Aristote qui a fait dire

    Montesquieu (Esprit des Lois, liv. IV,

    ch. VII) que le disciple ne semble avoir

    fait son ouvrage que pour opposer ses

    sentiments ceux de son matre.

    De plus, Aristote termine son

    ouvrage par une autre critique des

    thories de Platon sur les rvolutions.

    Voir plus loin, liv. VIII, ch. X Aristote,

    empruntant beaucoup son matre, a

    d souvent le critiquer ; mais il l'a

    toujours fait sans la moindre

    malveillance et par le seul amour de la

    vrit. Voir la Morale Nicomaque, liv.

    I, ch. III, 1, p. 16 de ma traduction.

    3. Habituelle. Voyez la mme

    expression, mme livre, chap. III, .1.

    Aristote veut parler de la mthode qu'il

    a prcdemment suivie, de la mthode

    analytique, comme il l'explique lui-

    mme quelques lignes plus bas.

    Hippocrate emploie souvent cette

    expression pour dire : prcdent,

    antrieurement adopt. Voir Maladies

    des femmes, dit. Khn, t. II, p. 634,

    636.

    Origine des choses. Voir Cicron,

    De la Rp., 1, 24.

    4. Les plantes. Quelques

    commentateurs ont voulu conclure, de

    ce qu'Aristote prte ce dsir aux

    plantes, qu'il connaissait la diffrence

    des sexes dans les vgtaux ; ce n'est

    pas impossible.

    5. Couteaux de Delphes. M.

    Goettling citant un passage de Favorin

    (page 465, ligne 23) que les

    commentateurs avaient laiss

    chapper, prtend que la poigne de

    ces couteaux tait de bois et la lame

    de fer. Je ne pense pas que ce soit l

    prcisment le sens de Favorin.

    L'expression dont il se sert semble

    plutt signifier que la partie antrieure

    de ces couteaux, le tranchant, tait en

  • ,

    ,

    .

    8. '

    ,

    ,

    , .

    ,

    .

    ,

    ,

    ,

    .

    [1111222255553333aaaa ] '

    .

    9.

    ,

    ,

    ,

    '

    ,

    .

    10.

    , . , ,

    ,

    (

    ,

    ),

    ,

    ,

    .

    11.

    .

    , ,

    (

    ),

    ,

    ' .

    12.

    ,

    ,

    ,

    '

    ,

    .

    13.

    .

    ,

    .

    ,

    .

    mmes jadis reconnu ou reconnaissent encore l'autorit

    royale, et les hommes n'ont jamais manqu de donner leurs

    habitudes aux dieux, de mme qu'ils les reprsentent leur

    image.

    8. L'association de plusieurs villages forme un tat

    complet, arriv, l'on peut dire, ce point de se suffire

    absolument lui-mme, n d'abord des besoins de la vie, et

    subsistant parce qu'il les satisfait tous.

    Ainsi l'tat vient toujours de la nature, aussi bien que

    les premires associations, dont il est la fin dernire ; car la

    nature de chaque chose est prcisment sa fin ; et ce qu'est

    chacun des tres quand il est parvenu son entier

    dveloppement, on dit que c'est l sa nature propre, qu'il

    s'agisse d'un homme, d'un cheval, ou d'une famille. On peut

    ajouter que cette destination et cette fin des tres est pour

    eux le premier des biens ; [1111222255553333aaaa ] et se suffire soi-mme

    est la fois un but et un bonheur.

    9. Del cette conclusion vidente, que l'tat est un

    fait de nature, que naturellement l'homme est un tre

    sociable, et que celui qui reste sauvage par organisation, et

    non par l'effet du hasard, est certainement, ou un tre

    dgrad, ou un tre suprieur l'espce humaine. C'est

    bien lui qu'on pourrait adresser ce reproche d'Homre :

    Sans famille, sans lois, sans foyer....

    L'homme qui serait par nature tel que celui du pote ne

    respirerait que la guerre; car il serait alors incapable de

    toute union, comme les oiseaux de proie.

    10. Si l'homme est infiniment plus sociable que les

    abeilles et tous les autres animaux qui vivent en troupe,

    c'est videmment, comme je l'ai dit souvent, que la nature

    ne fait rien en vain. Or, elle accorde la parole l'homme

    exclusivement. La voix peut bien exprimer la joie et la

    douleur ; aussi ne manque-t-elle pas aux autres animaux,

    parce que leur organisation va jusqu' ressentir ces deux

    affections et se les communiquer. Mais la parole est faite

    pour exprimer le bien et le mal, et, par suite aussi, le juste et

    l'injuste ; et l'homme a ceci de spcial, parmi tous les

    animaux, que seul il conoit le bien et le mal, le juste et

    l'injuste, et tous les sentiments de mme ordre, qui en

    s'associant constituent prcisment la famille et l'tat.

    11. On ne peut douter que l'tat ne soit naturellement

    au-dessus de la famille et de chaque individu ; car le tout

    l'emporte ncessairement sur la partie, puisque, le tout une

    fois dtruit, il n'y a plus de parties, plus de pieds, plus de

    mains, si ce n'est par une pure analogie de mots, comme on

    dit une main de pierre ; car la main, spare du corps, est

    tout aussi peu une main relle. Les choses se dfinissent en

    gnral par les actes qu'elles accomplissent et ceux qu'elles

    peuvent accomplir ; ds que leur aptitude antrieure vient

    cesser, on ne peut plus dire qu'elles sont les mmes ; elles

    sont seulement comprises sous un mme nom. 12. Ce qui

    prouve bien la ncessit naturelle de l'tat et sa supriorit

    sur l'individu, c'est que, si on ne l'admet pas, l'individu peut

    alors se suffire lui-mme dans l'isolement du tout, ainsi

    que du reste des parties ; or, celui qui ne peut vivre en

    socit, et dont l'indpendance n'a pas de besoins, celui-l

    ne saurait jamais tre membre de l'tat. C'est une brute ou

    un dieu.

    13. La nature pousse donc instinctivement tous les

    hommes l'association politique. Le premier qui l'institua

    rendit un immense service ; car, si l'homme, parvenu toute

    sa perfection, est le premier des animaux, il en est bien

    aussi le dernier quand il vit sans lois et sans justice. Il n'est

    rien de plus monstrueux, en effet, que l'injustice arme.

    Mais l'homme a reu de la nature les armes de la sagesse

    et de la vertu, qu'il doit surtout employer contre ses

    passions mauvaises. Sans la vertu, c'est l'tre le plus

    fer, et que le dos de la lame tait en

    bois. Je ne crois pas non plus que

    Favorin ait ici bien saisi la pense

    d'Aristote. Il rsulte videmment du

    texte que l'auteur entend parler

    d'instruments plusieurs fins. Oresme,

    le vieux traducteur, a fort bien expliqu

    ce passage, fo 2: Et prs du temple

    (de Delphes) len faisoit ou vendoit une

    manire de couteaux desquels len

    pouvoit coupper, et limer, et partir, et

    faire plusieurs besoignes, et estoient

    pour les povres qui ne povoient pas

    achater couteaux, et limes, et

    marteaux, et tant d'instruments.

    Schneider et Cora ont cru que le

    couteau de Delphes tait la mme

    chose que le couteau-pe de

    Thopompe (Pollux, VII, 158 ; X, 118,

    145). Ott. Mller (die Dorier, t. I, p. 359)

    prtend que le couteau de Delphes

    tait un couteau destin aux sacrifices

    et superbement travaill. Il cite l'appui

    de cette opinion ce passage d'Aristote,

    qui semble dire tout le contraire.

    Mesquine. Voir M. Goettling, p. 384.

    Oui, le Grec au Barbare. Ce vers

    est tir de l'Iphignie d'Euripide, v.

    1400. Voir aussi le Politique de Platon,

    p. 346, trad. de M. Cousin.

    6. Hsiode. Ce vers est tir

    d'Hsiode, les Oeuvres et les Jours, v.

    403 dans les ditions ordinaires, et 376

    dans celle de Brunck.

    Charondas de Catane en Sicile,

    lgislateur de Thurium vers la XXIXe

    olympiade, 664 avant J.-C. Il en est

    parl de nouveau, liv. II, chap. IX, 5

    et 8.

    pimnide de Crte avait fait un

    ouvrage sur la rpublique de Crte.

    C'est de l probablement qu'est tir le

    mot cit par Aristote. Voir Diog. Larce

    in pimnide. Il vint Athnes dans la

    XLVe olympiade, 600 ans avant J.-C.

    C'est le village, nous dirions la

    Commune, laquelle nous attachons la

    mme dfinition et la mme importance

    qu'Aristote attache au village.

    7. Une colonie naturelle de la

    famille. Il y a dans le texte une sorte de

    jeu de mots entre colonie et

    famille, deux mots qui, en grec,

    viennent l'un et l'autre du mme radical.

    Notre langue ne m'a pas permis un

    rapprochement analogue. Cicron a

    imit ou copi ceci, Des Lois, liv. III,

    chap. IV.

    Les grandes nations. Voir liv. II, chap.

    1, 5.

    Homre, Odysse, IX, 114, 115.

    Aristote rappelle encore ce vers dans

    la Morale, liv. X, ch. x, 13, page 472

    de ma traduction, et l'applique aux

    Cyclopes. Platon cite aussi ce vers et

    ceux qui prcdent dans les Lois, liv.

    III, page 141, trad. de M. Cousin ; tout

  • ,

    .

    ,

    .

    pervers et le plus froce ; il n'a que les emportements

    brutaux de l'amour et de la faim. La justice est une

    ncessit sociale ; car le droit est la rgle de l'association

    politique, et la dcision du juste est ce qui constitue le droit.

    ce passage de Platon a inspir son

    disciple.

    8. Un tat, littralement une

    cit . Voir plus haut, 1.

    9. Un tre sociable. Hobbes

    (Libertas, cap. 1, 2) blme cette

    expression d'Aristote, et cherche

    tablir son grand principe que la peur

    est l'origine de la socit.

    Homre, Iliade, chant IX, vers 63.

    10. Les abeilles. Hobbes s'est

    donn beaucoup de peine pour montrer

    contre Aristote (Imper., cap. V, 5)

    toutes les diffrences de la socit des

    abeilles et de celle des hommes.

    Hobbes se rencontre avec Origne, qui

    reproche vivement Celse (liv. IV, p.

    418) d'avoir assimil aux hommes les

    fourmis et les abeilles.

    La nature ne fait rien en vain.

    C'est le principe des causes finales

    dont Aristote a toujours fait un grand

    usage. Voir le Trait de l'Ame, liv. III,

    ch. IX, 6, page 328 de ma traduction,

    et le Trait de la Jeunesse, ch. IV, 1,

    page 322 de ma traduction. Quelques

    commentateurs ont prtendu tort que

    Cicron avait imit ce passage, Des

    Lois, liv. I, ch. XXII.

    CHAPITRE II.

    Thorie de l'esclavage naturel. - Opinions diverses pour ou contre l'esclavage ; opinion personnelle d'Aristote ; ncessit des instruments sociaux ;

    ncessit et utilit du pouvoir et de l'obissance. - La supriorit et l'infriorit naturelles font les matres et les esclaves ; l'esclavage naturel est

    ncessaire, juste et utile ; le droit de la guerre ne peut fonder l'esclavage. - Science du matre ; science de l'esclave.

    [1111222255553333bbbb] 1.

    ,

    .

    . '

    ,

    , ,

    ,

    .

    2. '

    (

    ) (

    ).

    .

    ,

    ' ,

    .

    ,

    ,

    .

    3.

    ,

    ,

    ' , '

    .

    4.

    [1111222255553333bbbb] 1. Maintenant que nous connaissons

    positivement les parties diverses dont l'tat s'est form, il

    faut nous occuper tout d'abord de l'conomie qui rgit les

    familles, puisque l'tat est toujours compos de familles. Les

    lments de l'conomie domestique sont prcisment ceux

    de la famille elle-mme, qui, pour tre complte, doit

    comprendre des esclaves et des individus libres. Mais

    comme, pour se rendre compte des choses, il faut

    soumettre d'abord l'examen les parties les plus simples, et

    que les parties primitives et simples de la famille sont le

    matre et l'esclave, l'poux et la femme, le pre et les

    enfants, il faudrait tudier sparment ces trois ordres

    d'individus, et voir ce qu'est chacun d'eux et ce qu'il doit

    tre. 2. On a donc considrer, d'une part, l'autorit du

    matre, puis, l'autorit conjugale ; car la langue grecque n'a

    pas de mot particulier pour exprimer ce, rapport de l'homme

    et de la femme; et enfin, la gnration des enfants, notion

    laquelle ne rpond pas non plus un mot spcial. A ces trois

    lments que nous venons d'numrer, on pourrait bien en

    ajouter un quatrime, que certains auteurs confondent avec

    l'administration domestique, et qui, selon d'autres, en est au

    moins une branche fort importante ; nous l'tudierons aussi

    : c'est ce qu'on appelle l'acquisition des biens. Occupons-

    nous d'abord du matre et de l'esclave, afin de connatre

    fond les rapports ncessaires qui les unissent, et afin de

    voir en mme temps si nous ne pourrions pas trouver sur ce

    sujet des ides plus satisfaisantes que celles qui sont

    reues aujourd'hui.

    3. On soutient d'une part qu'il y a une science propre

    au matre et qu'elle se confond avec celle de pre de

    famille, de magistrat et de roi, ainsi que nous l'avons dit en

    dbutant. D'autres, au contraire, prtendent que le pouvoir

    du matre est contre nature; que la loi seule fait des hommes

    libres et des esclaves, ais que la nature ne met aucune

    2. La langue grecque n'a pas de

    mot particulier. En effet, le mot dont

    Aristote vient de se servir pour rendre

    l'ide d'poux n'a pas en grec

    d'adjectif qui lui corresponde, non plus

    que le mot pre ; un adjectif rpond

    au contraire spcialement au mot de

    matre. Cependant Aristote se

    contredit lui-mme en nommant la

    puissance paternelle d'un adjectif

    driv du mot pre. Voir plus bas,

    mme livre, ch. V 1.

    3. En dbutant, voir plus haut,

    ch I, 2. Il s'agit probablement de

    Platon.

    Au contraire. Il y avait donc des

    protestations contre l'esclavage du

    temps mme d'Aristote ; mais

    l'antiquit ne nous a pas conserv le

    nom des philosophes qui soutinrent

    ces doctrines philanthropiques.

    Phrcrate, pote comique

    contemporain de Pricls, regrette

    dans un vers que cite Athne, liv. VI,

    p. 263, le temps o il n'y avait pas

    d'esclaves. Dans les fragments que

    nous a transmis Stobe (serm.

    CLXXIV, p. 600), Philmon, le pote, et

    Mtrodore, le philosophe, tous deux

    vivant au temps d'Aristote, semblent

    avoir t adversaires de l'esclavage. Le

    premier rappelle au matre que son

    esclave, malgr sa position

  • (

    ),

    ,

    , . '

    ,

    ,

    ,

    . 5.

    ,

    ,

    ,

    ,

    . [1111222255554444aaaa ]

    ,

    ,

    . 6.

    '

    , ,

    .

    , ,

    .

    .

    ,

    .

    , '

    ,

    . 7.

    ,

    '

    ,

    , '

    ,

    .

    8. '

    ,

    ,

    , .

    .

    ,

    ' .

    (

    ,

    '

    , ). 9.

    , ,

    ,

    ,

    .

    .

    10.

    diffrence entre eux et mme, par suite, que l'esclavage est

    inique, puisque la violence l'a produit.

    4. D'un autre ct, la proprit est une partie

    intgrante de la famille et la science de la possession fait

    aussi partie de la science domestique, puisque, sans les

    choses de premire ncessit, les hommes ne sauraient

    vivre, ni vivre heureux. Il s'ensuit que, comme les autres

    arts, chacun dans sa sphre, ont besoin, pour accomplir

    leur oeuvre, d'instruments spciaux, la science domestique

    doit avoir galement les siens. Or, parmi les instruments, les

    uns sont inanims, les autres vivants ; par exemple, pour le

    patron du navire, le gouvernail est un instrument sans vie,

    et le matelot qui veille la proue, un instrument vivant,

    l'ouvrier, dans les arts, tant considr comme un vritable

    instrument. D'aprs le mme principe, on peut dire que la

    proprit n'est qu'un instrument de l'existence, la richesse

    une multiplicit d'instruments, et l'esclave une proprit

    vivante ; seulement, en tant qu'instrument, l'ouvrier est le

    premier de tous. 5. Si chaque instrument, en effet,

    pouvait, sur un ordre reu, ou mme devin, travailler de lui-

    mme, comme les statues de Ddale, ou les trpieds de

    Vulcain, qui se rendaient seuls, dit le pote, aux runions

    des dieux ; si les navettes tissaient toutes seules ; si

    l'archet jouait tout seul de la cithare, les entrepreneurs se

    passeraient d'ouvriers, et les matres, d'esclaves. [1111222255554444aaaa ]

    Les instruments, proprement dits, sont donc des instruments

    de production ; la proprit au contraire est simplement

    d'usage. Ainsi, la navette produit quelque chose de plus que

    l'usage qu'on en fait ; mais un vtement, un lit, ne donnent

    que cet usage mme. 6. En outre, comme la production et

    l'usage diffrent spcifiquement, et que ces deux choses

    ont des instruments qui leur sont propres, il faut bien que

    les instruments dont elles se servent aient entre eux une

    diffrence analogue. La vie est l'usage, et non la production

    des choses ; et l'esclave ne sert qu' faciliter tous ces actes

    d'usage. Proprit est un mot qu'il faut entendre comme on

    entend le mot partie : la partie fait non seulement partie d'un

    tout, mais encore elle appartient d'une manire absolue

    une chose autre qu'elle-mme. Et pareillement pour la

    proprit : le matre est simplement le matre de l'esclave,

    mais il ne tient pas essentiellement lui ; l'esclave, au

    contraire, est non seulement l'esclave du matre, mais

    encore il en relve absolument. 7. Ceci montre nettement

    ce que l'esclave est en soi et ce qu'il peut tre. Celui qui,

    par une loi de nature, ne s'appartient pas lui-mme, mais

    qui, tout en tant homme, appartient un autre, celui-l est

    naturellement esclave. Il est l'homme d'un autre, celui qui en

    tant qu'homme devient une proprit ; et la proprit est un

    instrument d'usage et tout individuel.

    8. Il faut voir maintenant s'il est des hommes ainsi

    faits par la nature, ou bien s'il n'en existe point ; si, pour qui

    que ce soit, il est juste et utile d'tre esclave, ou bien si tout

    esclavage est un fait contre nature. La raison et les faits

    peuvent rsoudre aisment ces questions. L'autorit et

    l'obissance ne sont pas seulement choses ncessaires ;

    elles sont encore choses minemment utiles. Quelques

    tres, du moment mme qu'ils naissent, sont destins, les

    uns obir, les autres commander, bien qu'avec des

    degrs et des nuances trs diverses pour les uns et pour

    les autres. L'autorit s'lve et s'amliore dans la mme

    mesure que les tres qui l'appliquent ou qu'elle rgit. Elle

    vaut mieux dans les hommes que dans les animaux, parce

    que la perfection de l'oeuvre est toujours en raison de la

    perfection des ouvriers; et une oeuvre s'accomplit partout

    o se rencontrent l'autorit et l'obissance. 9. Ces deux

    lments d'obissance et de commandement se retrouvent

    dans tout ensemble, form de plusieurs choses arrivant

    un rsultat commun, qu'elles soient d'ailleurs spares ou

    continues. C'est l une condition que la nature impose

    tous les tres anims ; et l'on pourrait mme dcouvrir

    malheureuse, ne cesse pas d'tre

    homme. L'autre, en reconnaissant que

    l'esclave est une proprit

    indispensable, ajoute que cette

    proprit est fort peu commode. Time

    de Taurominium, autre contemporain

    d'Aristote, as sure que chez les

    Locriens et les Phocens, l'esclavage,

    longtemps dfendu par la loi, n'avait

    t autoris que depuis peu. Voir

    Athne, liv. VI, p. 263. Athne

    remarque aussi que, chez aucun

    peuple de la Grce, les esclaves n'ont

    port leur nom vritable d' esclaves .

    Ici on les appelait pnestes , l

    hilotes , ailleurs, clarotes,

    bnficiaires periaeciens , c'est--dire

    habitants des environs de la maison,

    etc. Callistrate, un des plus anciens

    commentateurs d'Aristophane, assure

    que cet euphmisme avait t adopt

    pour adoucir, dans les mots du moins,

    le triste sort de ces malheureux. C'tait

    bien aussi une sorte de protestation

    contre l'esclavage. Thopompe,

    historien contemporain d'Aristote,

    rapporte (Athne, liv. VI, p. 265) que

    les Chiotes introduisirent les premiers

    parmi les Grecs l'usage d'acheter des

    esclaves, et que l'oracle de Delphes,

    instruit de ce forfait, dclara que les

    Chiotes s'taient attir la colre des

    dieux. Ici ce serait une espce de

    protestation divine contre cet abus de

    la force ; mais il ne parat pas que les

    Grecs l'aient connue ou en aient tenu

    compte. Il rsulte de tout ceci que le

    principe de l'esclavage au IVe sicle

    avant J.-C., n'tait pas admis sans

    contestation ; c'est qu'en effet, la

    libert est plus vieille que la servitude.

    Aristote lui-mme eut bien soin sa

    mort d'assurer par testament la libert

    de ses esclaves. Voir Diogne de

    Larte, liv. V, p. 169 et 170. Voir aussi

    Platon, Lois, liv. VI, p. 360, trad. de M.

    Cousin.

    5. Les statues de Ddale. Le

    grand mrite de Ddale fut d'avoir tent

    d'exprimer le mouvement dans ses

    statues, de leur avoir ouvert les

    jambes, dcoll les bras du corps, etc.

    Ce fut un immense progrs sur la

    statuaire gyptienne. Voir Diodore, livre

    IV, p. 276. - Platon parle de ce talent

    de Ddale, Euthyphron, trad. de M.

    Cousin, tome 1, p. 37, et Mnon, t. VI,

    p. 223. Voir aussi Aristote, Mouvement

    des Anim., ch. VII, 6, n,

    Vulcain. Iliade, XVIII, 376.

    Instruments de production...

    simplement d'usage. On peut voir sur

    cette distinction divers passages

    d'Aristote, Mor Nicom., liv. VI, 3, 1,

    p. 201 de ma traduction. - Grande Mor.

    liv. I, ch. III, 3, p. 20 de ma trad.-

    Trait du mouvement des Animaux, ch.

    VII, 5, n., page 261 de ma traduction.

    7. Naturellement esclave.

  • ,

    ' .

    ,

    ,

    . [1111222255554444bbbb ]

    . 11. '

    , ,

    ,

    ,

    , '

    . 12.

    , '

    .

    , '

    .

    13.

    .

    (

    , ' ' '

    ),

    ,

    , .

    ( ),

    .

    . 14.

    '

    ,

    .

    ,

    , '

    ,

    (

    ),

    15.

    ,

    ,

    ,

    . '

    ' ,

    '

    .

    [1111222255555555aaaa]

    , ,

    .

    16.

    ,

    .

    quelques traces de ce principe jusque dans les objets sans

    vie : telle est, par exemple, l'harmonie dans les sons. Mais

    ceci nous entranerait peut-tre trop loin de notre sujet.

    10. D'abord, l'tre vivant est compos d'une me et

    d'un corps, faits naturellement l'une pour commander,

    l'autre pour obir. C'est l du moins le voeu de la nature,

    qu'il importe de toujours tudier dans les tres dvelopps

    suivant ses lois rgulires, et non point dans les tres

    dgrads. Cette prdominance de l'me est vidente dans

    l'homme parfaitement sain d'esprit et de corps, le seul que

    nous devions examiner ici. [1111222255554444bbbb] Dans les hommes

    corrompus ou disposs l'tre, le corps semble parfois

    dominer souverainement l'me, prcisment parce que leur

    dveloppement irrgulier est tout fait contre nature. 11.

    Il faut donc, je le rpte, reconnatre d'abord dans l'tre

    vivant l'existence d'une autorit pareille tout ensemble et

    celle d'un matre et celle d'un magistrat ; l'me commande

    au corps comme un matre son esclave ; et la raison,

    l'instinct, comme un magistrat, comme un roi. Or,

    videmment on ne saurait nier qu'il ne soit naturel et bon

    pour le corps d'obir l'me ; et pour la partie sensible de

    notre tre, d'obir la raison et la partie intelligente.

    L'galit ou le renversement du pouvoir entre ces divers

    lments leur serait galement funeste tous. 12. Il en est

    de mme entre l'homme et le reste des animaux : les

    animaux privs valent naturellement mieux que les animaux

    sauvages ; et c'est pour eux un grand avantage, dans

    l'intrt mme de leur sret, d'tre soumis l'homme.

    D'autre part, le rapport des sexes est analogue ; l'un est

    suprieur l'autre : celui-l est fait pour commander, et

    celui-ci, pour obir.

    13. C'est l aussi la loi gnrale qui doit

    ncessairement rgner entre les hommes. Quand on est

    infrieur ses semblables autant que le corps l'est l'me,

    la brute, l'homme, et c'est la condition de tous ceux chez

    qui l'emploi des forces corporelles est le seul et le meilleur

    parti tirer de leur tre, on est esclave par nature. Pour ces

    hommes-l, ainsi que pour les autres tres dont nous

    venons de parler, le mieux est de se soumettre l'autorit

    du matre ; car il est esclave par nature, celui qui peut se

    donner un autre ; et ce qui prcisment le donne un

    autre, c'est qu'il ne peut aller qu'au point de comprendre la

    raison quand un autre la lui montre ; mais il ne la possde

    pas par lui-mme. Les autres animaux ne peuvent pas

    mme comprendre la raison, et ils obissent aveuglment

    leurs impressions. 14. Au reste, l'utilit des animaux privs

    et celle des esclaves sont peu prs les mmes : les uns

    comme les autres nous aident, par le secours de leurs

    forces corporelles, satisfaire les besoins de l'existence. La

    nature mme le veut, puisqu'elle fait les corps des hommes

    libres diffrents de ceux des esclaves, donnant ceux-ci la

    vigueur ncessaire dans les gros ouvrages de la socit,

    rendant au contraire ceux-l incapables de courber leur

    droite stature ces rudes labeurs, et les destinant

    seulement aux fonctions de la vie civile, qui se partage pour

    eux entre les occupations de la guerre et celles de la paix.

    15. Souvent, j'en conviens, il arrive tout le contraire ;

    les uns n'ont d'hommes libres que le corps, comme les

    autres n'en ont que l'me. Mais il est certain que, si les

    hommes taient toujours entre eux aussi diffrents par leur

    apparence corporelle qu'ils le sont des images des dieux,

    on conviendrait unanimement que les moins beaux doivent

    tre les esclaves des autres ; et si cela est vrai en parlant

    du corps, plus forte raison le serait-ce en parlant de l'me

    ; mais la beaut de l'me est moins facile reconnatre que

    la beaut corporelle.

    [1111222255555555aaaa] Quoi qu'il en puisse tre, il est vident que les

    uns sont naturellement libres et les autres naturellement

    esclaves, et que, pour ces derniers, l'esclavage est utile

    Cicron, clans le IIIe livre de la

    Rpublique, cit par Nonnius au mot

    famulantur, admet implicitement le

    mme principe : Est enim, inquit,

    genus iujustae servitutis quum ii sunt

    alterius qui sui possunt esse .

    Devient une proprit. L'esclave tait si

    bien une chose, une proprit, qu'il

    pouvait servir d'hypothque. Voir

    Boeckh, Econ. pol. des Athn., t. I, p.

    122.

    9. Trop loin de notre sujet, mot

    mot : Exotrique. Je ne pense pas

    que le mot employ soit ici tellement

    spcial, qu'il ne puisse reprendre son

    sens ordinaire, d'extrieur, d'tranger

    l'objet dont on parle. Ce dernier

    sens me parat le vritable pour ce

    passage. Voir M. Ravaisson, de la

    Mtaphysique d'Aristote, I, 201.

    Le voeu de la nature. Rousseau a

    pris ceci pour pigraphe de son fameux

    Discours sur l'Ingalit.

    13. Entre tes hommes. Voil le

    principe mme de l'esclavage suivant

    Aristote. Il est remarquer qu'Aristote

    est le seul philosophe de l'antiquit qui

    ait cherch se rendre compte du

    grand fait de l'esclavage, base de la

    socit grecque, comme il le fut plus

    tard de la socit romaine. De nos

    jours, les dfenseurs de l'esclavage

    n'ont pas d'autres arguments que ceux

    du philosophe grec. L'Angleterre, en

    mancipant, en 1833, tous les ngres

    de ses colonies, a frapp l'esclavage

    mort. On peut esprer qu'avant la fin de

    ce sicle, cet odieux abus aura

    compltement disparu.

    14. Celle des esclaves. Ces

    principes de l'antiquit sur l'esclavage

    taient encore vivants, il y a quelques

    annes, dans nos colonies et dans une

    portion des Etats-Unis. Le noir n'y tait

    prcisment qu'une bte de somme

    forme humaine. Grgoire (de la

    Domest., p. 24) prtend qu'Aristote

    s'loigne ici des maximes de son

    matre. Mais je ne vois pas que Platon

    ait jamais formellement proscrit

    l'esclavage.

    - La nature mme. Thognis de

    Mgare, antrieur Aristote de 250

    ans, exprime la mme pense dans

    deux vers de ses Maximes, v. 547. La

    nature a du reste beaucoup mieux servi

    les matres modernes que les anciens.

    La couleur de la peau est un signe

    auquel nul ne peut se mprendre, et qui

    donne dans la meilleure partie du

    nouveau monde le critrium infaillible

    qu'Aristote semble regretter. Plusieurs

    auteurs modernes lui ont reproch ces

    tranges principes ; mais ce qui est

    trange, ce n'est pas qu'Aristote les

    dfende ; c'est que nos

    gouvernements, l'exception d'un seul,

    les aient appliqus et maintenus si

    longtemps. Il est vident du reste que

  • .

    .

    ,

    .

    17. '

    , .

    ,

    ,

    ,

    ,

    ,

    (

    , '

    , )

    ,

    ' .

    18. ' ,

    ,

    , '

    ,

    ,

    ,

    .

    , .

    ,

    19.

    ' .

    '

    ,

    ,

    '

    ,

    ' '

    ;

    , '

    ,

    . [1111222222225555bbbb] ,

    ,

    .

    , .

    20.

    ,

    ' , ,

    ,

    ,

    '

    ,

    ,

    (

    , ,

    ,

    autant qu'il est juste.

    16. Du reste, ont nierait difficilement que l'opinion

    contraire renferme aussi quelque vrit. L'ide d'esclavage

    et d'esclave peut s'entendre de deux faons : on peut tre

    rduit en esclavage et y demeurer par la loi, cette loi tant

    une convention par laquelle celui qui est vaincu la guerre

    se reconnat la proprit du vainqueur. Mais bien des

    lgistes accusent ce droit d'illgalit, comme on en accuse

    souvent les orateurs politiques, parce qu'il est horrible,

    selon eux, que le plus fort, par cela seul qu'il peut employer

    la violence, fasse de sa victime son sujet et son esclave.

    17. Ces deux opinions opposes sont soutenues

    galement par des sages. La cause de ce dissentiment et

    des motifs allgus de part et d'autre, c'est que la vertu a

    droit, quand elle en a le moyen, d'user, jusqu' un certain

    point, mme de la violence, et que la victoire suppose

    toujours une supriorit, louable certains gards. Il est

    donc possible de croire que la force n'est jamais dnue de

    mrite, et qu'ici toute la contestation ne porte rellement

    que sur la notion du droit, plac pour les uns dans la

    bienveillance et l'humanit, et pour les autres dans la

    domination du plus fort. Mais chacune de ces deux

    argumentations contraires est en soi galement faible et

    fausse ; car elles feraient croire toutes deux, prises

    sparment, que le droit de commander en matre

    n'appartient pas la supriorit de mrite.

    18. Il y a quelques gens qui, frapps de ce qu'ils

    croient un droit, et une loi a bien toujours quelque

    apparence de droit, avancent que l'esclavage est juste

    quand il rsulte du fait de la guerre. Mais c'est se contredire

    ; car le principe de la guerre elle-mme peut tre injuste, et

    l'on n'appellera jamais esclave celui qui ne mrite pas de

    l'tre ; autrement, les hommes qui semblent les mieux ns

    pourraient devenir esclaves, et mme par le fait d'autres

    esclaves, parce qu'ils auraient t vendus comme

    prisonniers de guerre. Aussi, les partisans de cette opinion

    ont-ils soin d'appliquer ce nom d'esclave seulement aux

    Barbares et de le rpudier pour leur propre nation. Cela

    revient donc chercher ce que c'est que l'esclavage naturel

    ; et c'est l prcisment ce que nous nous sommes d'abord

    demand.

    19. Il faut, de toute ncessit, convenir que certains

    hommes seraient partout esclaves, et que d'autres ne

    sauraient l'tre nulle part. Il en est de mme pour la

    noblesse : les gens dont nous venons de parler se croient

    nobles, non seulement dans leur patrie, mais en tous lieux ;

    leur sens, les Barbares, au contraire, ne peuvent tre

    nobles que chez eux. Ils supposent donc que telle race est

    d'une manire absolue libre et noble, et que telle autre ne

    l'est que conditionnellement. C'est l'Hlne de Thodecte

    qui s'crie :

    De la race des dieux de tous cts issue,

    Qui donc du nom d'esclave oserait me fltrir?

    Cette opinion revient prcisment fonder sur la

    supriorit et l'infriorit naturelles toute la diffrence de

    l'homme libre et de l'esclave, de la noblesse et de la roture.

    [1111222255555555bbbb ] C'est croire que de parents distingus sortent des

    fils distingus, de mme qu'un homme produit un homme, et

    qu'un animal produit un animal. Mais il est vrai que bien

    souvent la nature veut le faire sans le pouvoir.

    20. On peut donc videmment soulever cette

    discussion avec quelque raison, et soutenir qu'il y a des

    esclaves et des hommes libres par le fait de la nature ; on

    peut soutenir que cette distinction subsiste bien rellement

    toutes les fois qu'il est utile pour l'un de servir en esclave,

    pour l'autre de rgner en matre; on peut soutenir enfin

    qu'elle est juste, et que chacun doit, suivant le voeu de la

    nature, exercer ou subir le pouvoir. Par suite, l'autorit du

    le philosophe grec est fort loin d'tre un

    partisan exclusif de l'esclavage ; il ne

    trouve pas que ceux qui l'attaquent

    aient compltement tort. On peut voir

    d'ailleurs pour la justification d'Aristote

    un passage assez formel du livre IV

    (7), ch. IX, 9, o il veut qu'on

    affranchisse souvent les esclaves.

    15. Les esclaves des autres.

    Voir une Pense analogue dans le

    Politique de Platon, p. 455, trad. de M.

    Cousin.

    Naturellement esclaves.

    Montesquieu, Esprit des Lois, liv. XV,

    ch. VII, ne trouve pas qu'Aristote ait

    bien prouv les principes qu'il adopte

    sur l'esclavage. Ceux que Montesquieu

    lui-mme tablit sont-ils satisfaisants ?

    Rousseau, Contrat Social, liv. I, ch. II,

    n'a pas bien compris ce passage

    d'Aristote. Il croit, mais tort,

    qu'Aristote veut dire seulement que

    certains hommes naissent dans

    l'esclavage.

    16. Rduit en esclavage... y

    demeurer. Les deux mots dont se sert

    Aristote ont entre eux une assez

    grande diffrence. Le premier signifie

    l'homme qui, de droit, par infriorit

    naturelle, doit tre esclave, selon lui ;

    le second dsigne l'esclave de fait,

    celui qui rellement est en esclavage,

    qu'il soit ou non destin l'tre par son

    organisation.

    Une convention. Athne (liv. VI,

    p. 253) cite, d'aprs l'historien

    Archmaque, une convention pareille

    entre une colonie de Botiens et de

    Thessaliens. Hobbes (Imperium, capp.

    VII et IX) fonde l'esclavage sur la

    guerre. Grotius avait galement admis

    ce principe, que presque tous les

    publicistes jusqu' Montesquieu ont

    profess, parce qu'ils accordaient au

    vainqueur le droit de vie et de mort sur

    le vaincu. Dans l'antiquit et surtout au

    temps d'Aristote, cette maxime

    inhumaine tait reue sans

    contestation et applique dans toute sa

    rigueur. On pourrait en citer dans la

    guerre du Ploponnse plus de cent

    exemples. Aprs le combat on gorge

    toujours des prisonniers. Voir

    Thucydide, liv. I, ch. XXX; liv. II, ch. V,

    etc., etc., etc. Thucydide, tmoin et

    peut-tre acteur de ces atrocits, les

    rapporte aussi froidement qu'il dcrit

    une manoeuvre militaire, et sans y

    attacher plus d'importance.

    17. Des sages. M. Goettling

    pense qu'Aristote a ici en vue Platon et

    Pindare ; je ne sais si cette conjecture

    est bien plausible, ni sur quoi

    prcisment elle s'appuie.

    18. Les mieux ns. Il faut

    distinguer entre bien n ou noble et

    libre. Bien n, noble, dsigne

    l'homme n de parents libres, et qui a

  • , ,

    , ).

    21.

    ( ,

    ,

    .

    ,

    ),

    . 22.

    '

    , ' ,

    . '

    ,

    '

    ,

    .

    ' ,

    ,

    .

    23.

    '

    .

    ,

    ' . '

    ,

    .

    ,

    ,

    .

    ,

    ,

    .

    24.

    .

    matre sur l'esclave est galement juste et utile; ce qui

    n'empche pas que l'abus de cette autorit ne puisse tre

    funeste tous deux. L'intrt de la partie est celui du tout;

    l'intrt du corps est celui de l'me ; l'esclave est une partie

    du matre ; c'est comme une partie de son corps, vivante,

    bien que spare. Aussi entre le matre et l'esclave, quand

    c'est la nature qui les a faits tous les deux, il existe un

    intrt commun, une bienveillance rciproque ; il en est tout

    diffremment quand c'est la loi et la force seule qui les ont

    faits l'un et l'autre.

    21. Ceci montre encore bien nettement que le

    pouvoir du matre et celui du magistrat sont trs distincts, et

    que, malgr ce qu'on en a dit, toutes les autorits ne se

    confondent pas en une seule : l'une concerne des hommes

    libres, l'autre des esclaves par nature ; l'une, et c'est

    l'autorit domestique, appartient un seul, car toute famille

    est rgie par un seul chef ; l'autre, celle du magistrat, ne

    concerne que des hommes libres et gaux. 22. On est

    matre, non point parce qu'on sait commander, mais parce

    qu'on a certaine nature ; on est esclave ou homme libre par

    des distinctions pareilles. Mais il serait possible de former

    les matres la science qu'ils doivent pratiquer tout aussi

    bien que les esclaves ; et l'on a dj profess une science

    des esclaves Syracuse, o, pour de l'argent, on instruisait

    les enfants en esclavage de tous les dtails du service

    domestique. On pourrait fort bien aussi tendre leurs

    connaissances et leur apprendre certains arts, comme celui

    de prparer les mets, ou tout autre du mme genre, puisque

    tels services sont plus estims ou plus ncessaires que tels

    autres, et que, selon le proverbe : Il y a esclave et

    esclave, il y a matre et matre . 23. Tous ces

    apprentissages forment la science des esclaves. Savoir

    employer des esclaves forme la science du matre, qui est

    matre bien moins en tant qu'il possde des esclaves, qu'en

    tant qu'il en use. Cette science n'est, il est vrai, ni bien

    tendue, ni bien haute ; elle consiste seulement savoir

    commander ce que les esclaves doivent savoir faire. Aussi,

    ds qu'on peut s'pargner cet embarras, on en laisse

    l'honneur un intendant, pour se livrer la vie politique ou

    la philosophie.

    La science de l'acquisition, mais de l'acquisition

    naturelle et juste, est fort diffrente des deux autres

    sciences dont nous venons de parler; elle a tout la fois

    quelque chose de la guerre et quelque chose de la chasse.

    24. Nous ne pousserons pas plus loin ce que nous

    avions dire du matre et de l'esclave.

    droit de l'tre comme eux ; libre ne

    dsigne que l'homme qui est libre de

    fait, quelle que soit d'ailleurs la

    condition de ses parents. Hsychius

    explique le mot de noble par libre

    de race . On pouvait donc fort bien

    tre libre sans tre noble, et

    rciproquement. L'homme sans

    naissance, c'est l'homme qui n'est pas

    d'origine libre, qui par sa naissance doit

    tre esclave. Dans le langage lgal du

    Bas-Empire, on distingue

    soigneusement l'homme libre par

    naissance de l'affranchi. Voir plus bas,

    liv. III, ch. VII, 7.

    Les partisans de cette opinion. Je

    pense qu'Aristote veut dsigner Platon,

    qui conseille aux Grecs de ne plus faire

    d'esclaves parmi eux, mais seulement

    parmi les Barbares, Rp., liv. V. p.

    296, trad. de M. Cousin. Il faut se

    rappeler la tradition qui prtend que

    Platon lui-mme avait t rduit

    quelque temps en esclavage par l'ordre

    d'un tyran.

    19. Thodecte. Hug. Grotius,

    dans ses Morceaux choisis, cite, p.

    144, trois fragments de Thodecte.

    Thodecte tait disciple et ami

    d'Aristote; outre ses tragdies, il avait

    compos quelques ouvrages de

    politique, et Aristote lui avait ddi sa

    Rhtorique. V. Fabric., t. II, p. 19,

    Biblioth. graec.

    Noblesse.... roture. Les mots de

    roture et de noblesse peuvent paratre

    bien modernes, en parlant des Grecs

    du temps d'Aristote ; mais je crois

    qu'ils rendent exactement la pense de

    l'auteur. Les mots sont nouveaux peut-

    tre, mais l'ide est bien vieille. La

    libert dans la Grce confrait une

    vritable noblesse, hrditaire et

    exclusive, comme celle du moyen ge.

    Aristote dfinit lui-mme, liv. III, ch.I, .

    7, ce qu'il entend par noblesse.

    C'est, dit-il, un mrite de race. Je ne

    crois pas que la noblesse hrditaire

    puisse revendiquer un autre droit que

    celui-l. Aristote ajoute, liv. VIII, ch. I,

    3 : La noblesse ne consiste que dans

    la vertu et la richesse des anctres.

    20. Il y a des esclaves. La

    plupart des manuscrits donnent un

    sens tout contraire en mettant la

    ngation : Il n'y a pas d'esclaves . Il

    me parait de toute vidence que la

    suite du raisonne-ment exige

    l'affirmation. La phrase suivante prouve

    assez que c'est le vritable sens de ce

    passage, dont l'ensemble d'ailleurs est

    fort clair.

    21. En une seule. Voir le dbut

    de cet ouvrage, ch. I, 2.

    22. On sait commander. Voir

    plus haut dans ce chapitre, 3.

    Syracuse... prparer les mets. La

    cuisine de Syracuse avait grande

  • rputation. Rpublique de Platon, liv.

    III, p. 141, trad. de M. Cousin.

    Il y a esclave et esclave. Ce

    proverbe est tir du Pancratiste de

    Philmon. Voir Suidas au mot Pro.

    M. Mller, dans les Doriens; t. II, ch. 1,

    II , III et IV, a runi les plus prcieux

    renseignements sur l'tat des esclaves

    parmi les races doriennes. Les moeurs

    des races ioniennes taient en gnral

    beaucoup plus douces, beaucoup plus

    humaines. A Athnes, les esclaves ont

    t toujours bien mieux traits qu'

    Sparte. Grgoire, dans son ouvrage sur

    la Domesticit, si concis mais si plein,

    donne de curieux dtails sur

    l'esclavage antique, p. 6 et suiv. Voir

    Montesquieu , Esprit des Lois, liv. XV,

    ch. VI et suiv., et l'excellent opuscule

    de M. de Saint-Paul sur l'esclavage

    antique.

    La science de l'acquisition. Voir

    plus haut dans ce chapitre, 2, et le

    chapitre suivant.

    CHAPITRE III.

    De la proprit naturelle et artificielle. - Thorie de l'acquisition des biens ; l'acquisition des biens ne regarde pas directement l'conomie

    domestique, qui emploie les biens, mais qui n'a pas les crer. - Modes divers d'acquisition : l'agriculture, le pacage, la chasse, la pche, le

    brigandage, etc. ; tous ces modes constituent l'acquisition naturelle. - Le commerce est un mode d'acquisition qui n'est pas naturel ; double valeur

    des choses, usage et change ; ncessit et utilit de la monnaie ; la vente ; avidit insatiable du commerce ; rprobation de l'usure.

    [1111222255556666aaaa] 1.

    ,

    .

    , ,

    ,

    (

    , ' ,

    ,

    ).

    ,

    ( ,

    ;)

    2.

    ,

    , ...

    ,

    ,

    ; 3.

    ,

    ,

    .

    ,

    ,

    , '

    [1111222255556666aaaa] 1. Puisque aussi bien l'esclave fait partie de

    la proprit, nous allons tudier, suivant notre mthode

    ordinaire, la proprit en gnral et l'acquisition des biens.

    La premire question est de savoir si la science de

    l'acquisition ne fait qu'un avec la science domestique, ou si

    elle en est une branche, ou seulement un auxiliaire. Si elle

    en est l'auxiliaire, est-ce comme l'art de faire des navettes

    sert l'art de tisser ? ou bien comme l'art de fondre les

    mtaux sert au statuaire ? Les services de ces deux arts

    subsidiaires sont en effet bien distincts : l, c'est l'instrument

    qui est fourni ; ici, c'est la matire. J'entends par matire la

    substance qui sert confectionner un objet : par exemple,

    la laine pour le fabricant, l'airain pour le statuaire. Ceci

    montre que l'acquisition des biens ne se confond pas avec

    l'administration domestique, puisque l'une emploie ce que

    l'autre fournit. A qui appartient-il, en effet, de mettre en

    oeuvre les fonds de la famille, si ce n'est l'administration

    domestique ?

    2. Reste savoir si l'acquisition des choses n'est

    qu'une branche de cette administration, ou bien une science

    part. D'abord, si celui qui possde cette science doit

    connatre les sources de la richesse et de la proprit, on

    doit convenir que la proprit et la richesse embrassent des

    objets bien divers. En premier lieu, on peut se demander si

    l'art de l'agriculture, et en gnral la recherche et

    l'acquisition des aliments, est compris clans l'acquisition des

    biens, ou s'il forme un mode spcial d'acqurir. 3. Mais les

    genres d'alimentation sont extrmement varis ; et de l,

    cette multiplicit de genres de vie chez l'homme et chez les

    animaux, dont aucun ne peut subsister sans aliments. Par

    suite, ce sont prcisment ces diversits-l qui diversifient

    les existences des animaux. Dans l'tat sauvage, les uns

    vivent en troupes, les autres s'isolent, selon que l'exige

    l'intrt de leur subsistance, parce que les uns sont

    carnivores, les autres frugivores, et les autres omnivores.

    C'est pour leur faciliter la recherche et le choix des aliments

    que la nature leur a dtermin un genre spcial de vie. La

    vie des carnivores et celle des frugivores diffrent justement

    1. Notre mthode ordinaire. Voir

    plus haut, ch. I, 3.

    4. Un champ vivant qu'ils

    cultivent. Cette expression si juste et

    si pittoresque mrite d'tre remarque ;

    chez Aristote les images de ce genre

    sont fort rares. Voir plus loin, liv. V, ch.

    III, 3.

    - C'est le pillage. Le brigandage, le

    butin, comme Thucydide le remarque

    (liv. I, ch. V), n'tait pas chose

    dshonorante dans les premiers temps

    de la Grce. A l'poque mme o

    l'historien crivait, quelques peuplades,

    ce qu'il assure, conservaient encore

    cette coutume. On sait qu'elle reparut

    au moyen ge, mise en pratique par

    l'lite de la socit, par de hauts et

    puissants seigneurs, et mme par des

    rois. Hobbes (Imper., ch. V, 2, et ch.

    XIII, 14) trouve que dans l'tat de

    nature le brigandage est aussi

    honorable qu'utile : Est enim nihil

    aliud praedatio quam quod parvis copiis

    geritur bellum . Le brigandage est, en

    effet alors une conqute au petit pied

    et tout individuelle. Montesquieu

    attribue un peu trop exclusivement le

    brigandage la privation de commerce,

    Esprit des Lois, livre XX, ch. II.

    6. Vermipare. Aristote veut

    parler sans doute, comme l'a remarqu

    Thurot, des vers d'insectes dont les

    oeufs sont trop petits pour pouvoir tre

    dcouverts l'oeil nu.

    7. La nature ne fait rien en vain.

    Principe des causes finales dont

  • ,

    .

    4. .

    .

    '

    ,

    '

    , ,

    , ' ' ,

    , ' '

    .

    5.

    ,

    '

    , [1111222255556666bbbb] ,

    , , ,

    .

    ,

    ,

    ,

    ,

    ,

    .

    6. '

    ,

    ,

    .

    '

    ,

    ,

    ,

    . 7.

    ,

    , '

    , ,

    ,

    .

    ,

    .

    8.

    ( ),

    ,

    .

    ,

    ,

    . 9. '

    .

    ,

    en ce qu'ils n'aiment point par instinct la mme nourriture, et

    que chacun d'eux a des gots particuliers.

    4. On en peut dire autant des hommes. Leurs modes

    d'existence ne sont pas moins divers. Les uns, dans un

    dsoeuvrement absolu, sont nomades ; sans peine et sans

    travail, ils se nourrissent de la chair des animaux qu'ils

    lvent. Seulement, comme leurs troupeaux sont forcs,

    pour trouver pture, de changer constamment de place, eux

    aussi sont contraints de les suivre ; c'est comme un champ

    vivant qu'ils cultivent. D'autres subsistent de proie ; mais la

    proie des uns n'est pas. celle des autres : pour ceux-ci,

    c'est le pillage ; pour ceux-l, c'est la pche, quand ils

    habitent le bord des tangs ou des marais, les rivages des

    fleuves ou de la mer ; d'autres chassent les oiseaux et les

    btes fauves. Mais la majeure partie du genre humain vit de

    la culture de la terre et de ses fruits.

    5, Voici donc peu prs tous les modes d'existence

    o l'homme n'a besoin d'apporter que son travail personnel,

    sans demander sa subsistance aux changes ou au

    commerce : nomade, agriculteur, pillard, pcheur ou

    chasseur. [1111222255556666bbbb] Des peuples vivent l'aise en combinant

    ces existences diverses, et en empruntant l'une de quoi

    remplir les lacunes de l'autre : ils sont la fois nomades et

    pillards, cultivateurs et chasseurs, et ainsi des autres, qui

    embrassent le genre de vie que le besoin leur impose.

    6. Cette possession des aliments est, comme on peut

    le voir, accorde par la nature aux animaux aussitt aprs

    leur naissance, et tout aussi bien aprs leur entier

    dveloppement. Certains animaux, au moment mme de la

    ponte, produisent en mme temps que le petit la nourriture

    qui doit lui suffire jusqu' ce qu'il soit en tat de se pourvoir

    lui-mme. C'est le cas des vermipares et des ovipares. Les

    vivipares portent pendant un certain temps en eux-mmes

    les aliments des nouveau-ns ; ce qu'on nomme le lait n'est

    pas autre chose. 7. Cette possession des aliments est

    galement acquise aux animaux quand ils sont entirement

    dvelopps ; et il faut croire que les plantes sont faites pour

    les animaux, et les animaux, pour l'homme. Privs, ils le

    servent et le nourrissent ; sauvages, ils contribuent, si ce

    n'est tous, au moins la plupart, sa subsistance et ses

    besoins divers ; ils lui fournissent des vtements et encore

    d'autres ressources. Si donc la nature ne fait rien

    d'incomplet, si elle ne fait rien en vain, il faut

    ncessairement qu'elle ait cr tout cela pour l'homme.

    8. Aussi la guerre est-elle encore en quelque sorte

    un moyen naturel d'acqurir, puisqu'elle comprend cette

    chasse que l'on doit donner aux btes fauves et aux

    hommes qui, ns pour obir, refusent de se soumettre ;

    c'est une guerre que la nature elle-mme a faite lgitime.

    Voil donc un mode d'acquisition naturelle, faisant

    partie de l'conomie domestique, qui doit le trouver tout fait

    ou se le procurer, sous peine de ne point accumuler ces

    indispensables moyens de subsistance sans lesquels ne se

    formeraient, ni l'association de l'tat, ni l'association de la

    famille. 9. Ce sont mme l, on peut le dire, les seules

    vritables richesses et les emprunts que le bien-tre peut

    faire ce genre d'acquisition sont bien loin d'tre illimits,

    comme Solon l'a potiquement prtendu :

    L'homme peut sans limite augmenter ses richesses.

    C'est qu'au contraire, il y a ici une limite comme dans

    tous les autres arts. En effet il n'est point d'art dont les

    instruments ne soient borns en nombre et en tendue ; et

    la richesse n'est que l'abondance des instruments

    domestiques et sociaux.

    Il existe donc videmment un mode d'acquisition

    naturelle commun aux chefs de famille et aux chefs des

    tats. Nous avons vu quelles en taient les sources.

    Aristote fait le plus frquent usage.

    Voir plus haut une pense analogue,

    chapitre 1, 10.

    8. Qui ns pour obir. Aristote

    veut probablement dsigner les

    Barbares, qui pour lui sont destins

    l'esclavage : La nature a voulu que

    Barbare et esclave ce ft tout un .

    Voir plus haut, ch. 1, 5. Il n'est pas

    besoin de dire que ce passage a t

    trs ouvent attaqu et blm. Je ne

    citerai que Grotius, de Jure pac. et

    bel., lib. II, cap. XX, 40. Vasqus,

    Controvers. illustr., n 8, prtend

    qu'Aristote a voulu flatter ici la manie

    conqurante d'Alexandre ; c'est, je

    crois, beaucoup trop de sagacit. Pour

    que le reproche et quelque valeur, il

    aurait fallu prouver que la Politique a

    paru avant la mort d'Alexandre ; ce qui

    n'est pas certain.

    9. Solon. Voir ce qui reste des

    posies de Solon dans le recueil des

    Gnomiques, Eleg. I, vers 71.

    10. Cet autre genre

    d'acquisition. Grotius, liv. II, ch. V ; et

    Puffendorf, Devoirs de l'homme et du

    citoyen, liv. I, chapitre XII, empruntent

    la mme distinction Aristote.

    11. Toute proprit a deux

    usages. Smith, Rich. des nat., liv. I,

    reconnat, comme Aristote, que les

    choses ont deux valeurs : valeur

    d'usage, valeur d'change.

    12. Mais diffrents. Cora a

    substitu ces deux mots une variante

    que n'autorise aucun manuscrit, et qui

    change le sens. Le texte vulgaire est

    suffisant. Aristote veut dire que, dans

    ces petites colonies manes de la

    famille, la communaut des biens

    s'tablit comme dans la premire

    association ; que cette communaut

    s'tendit des objets nouveaux, acquis

    par le travail, ou de toute autre faon ;

    et que les deux familles formes par le

    dmembrement de la premire se les

    communiqurent par change. La

    correction est donc inutile. Thurot a

    suivi Cora. Millon a omis de traduire

    cette phrase.

    Du vin... pour du bl. Voir

    Homre, Iliade, chant VII, vers 474.

    14. Utile par elle-mme. Corai

    admet dans son teste, et sans autorit,

    une ngation qui change totalement le

    sens de la phrase. C'est sans doute

    parce que Aristote dit plus bas, 16,

    que l'argent est incapable de satisfaire

    aucun de nos besoins ; mais il fallait

    remarquer que, dans le premier cas, il

    s'agit de mtaux bruts, non monnays,

    et dans le second de mtaux convertis

    en espces, qui n'ont de valeur que par

    l'change, et qui deviennent, en tant

    que monnaie, compltement inutiles ,

    si l'change n'est pas accept.

    Averros, qui n'avait peut-tre pas lu la

  • '

    .

    ,

    .

    , '

    , .

    10. ,

    , ,

    , '

    [1111222255557777aaaa ]

    '

    .

    ' ' , '

    .

    .

    11.

    , '

    ' ' , '

    ' ,

    .

    ,

    '

    .

    .

    ,

    ,

    12. (

    ,

    ).

    ( ' )

    , '

    .

    ,

    ,

    ,

    , .

    , ' ,

    ,

    .

    13.

    ' .

    ,

    .

    .

    14.

    ,

    ,

    ,

    ,

    ,

    10. Reste maintenant cet autre genre d'acquisition

    qu'on appelle plus particulirement, et juste titre,

    l'acquisition des biens ; et pour celui-l, on pourrait vraiment

    croire que la richesse et la proprit peuvent s'augmenter

    indfiniment. [1111222255557777aaaa] La ressemblance de ce second mode

    d'acquisition avec le premier, est cause qu'ordinairement on

    ne voit dans tous deux qu'un seul et mme objet. Le fait est

    qu'ils ne sont ni identiques, ni bien loigns ; le premier est

    naturel ; l'autre ne vient pas de la nature, et il est bien plutt

    le produit de l'art et de l'exprience. Nous en

    commencerons ici l'tude.

    11. Toute proprit a deux usages, qui tous deux lui

    appartiennent essentiellement, sans toutefois lui appartenir

    de la mme faon : l'un est spcial la chose, l'autre ne

    l'est pas. Une chaussure peut la fois servir chausser le

    pied ou faire un change. On peut du moins en tirer ce

    double usage. Celui qui, contre de l'argent ou contre des

    aliments, change une chaussure dont un autre a besoin,

    emploie bien cette chaussure en tant que chaussure, mas

    non pas cependant avec son utilit propre ; car elle n'avait

    point t faite pour l'change. J'en dirai autant de toutes les

    autres proprits ; l'change, en effet, peut s'appliquer

    toutes, puisqu'il est n primitivement entre les hommes de

    l'abondance sur tel point et de la raret sur tel autre, des

    denres ncessaires la vie. 12. Il est trop clair que, dans

    ce sens, la vente ne fait nullement partie de l'acquisition

    naturelle. Dans l'origine, l'change ne s'tendait pas au del

    des plus stricts besoins, et il est certainement inutile dans la

    premire association, celle de la famille. Pour qu'il se

    produise, il faut que dj le cercle de l'association soit plus

    tendu. Dans le sein de la famille, tout tait commun ; parmi

    les membres qui se sparrent, une communaut nouvelle

    s'tablit pour des objets non moins nombreux que les

    premiers, mais diffrents, et dont on dut se faire part suivant

    le besoin. C'est encore l le seul genre d'change que

    connaissent bien des nations barbares ; il ne va pas au del

    du troc des denres indispensables ; c'est, par exemple, du

    vin donn ou reu pour du bl; et ainsi du reste.

    13. Ce genre d'change est parfaitement naturel, et

    n'est point, vrai dire, un mode d'acquisition, puisqu'il n'a

    d'autre but que de pourvoir la satisfaction de nos besoins

    naturels. C'est l, cependant, qu'on peut trouver

    logiquement l'origine de la richesse. A mesure que ces

    rapports de secours mutuels se transformrent en se

    dveloppant, par l'importation des objets dont on tait priv

    et l'exportation de ceux dont on regorgeait, la ncessit

    introduisit l'usage de la monnaie, les denres

    indispensables tant, en nature, de transport difficile.

    14. On convint de donner et de recevoir dans les

    changes une matire qui, utile par elle-mme, ft aisment

    maniable dans les usages habituels de la vie ; ce fut du fer,

    par exemple, de l'argent, ou telle autre substance analogue,

    dont on dtermina d'abord la dimension et le poids, et

    qu'enfin, pour se dlivrer des embarras de continuels

    mesurages, on marqua d'une empreinte particulire, signe

    de sa valeur. 15. Avec la monnaie, ne des premiers

    changes indispensables, naquit aussi la vente, autre forme

    d'acquisition, excessivement simple dans l'origine, mais

    perfectionne bientt par l'exprience, qui rvla, dans la

    circulation des objets, les sources et les moyens de profits

    considrables. 16. Voil comment il semble que la science

    de l'acquisition a surtout l'argent pour objet, et que son but

    principal est de pouvoir dcouvrir les moyens de multiplier

    les biens ; car elle doit crer les biens et l'opulence. C'est

    qu'on place souvent l'opulence dans l'abondance de

    l'argent, parce que c'est sur l'argent que roulent l'acquisition

    et la vente ; et cependant cet argent n'est en lui-mme

    qu'une chose absolument vaine, n'ayant de valeur que par

    la loi et non par la nature, puisqu'un changement de

    Politique d'Aristote, expose les mmes

    principes que lui sur l'objet et l'utilit de

    la monnaie. Voir son commentaire sur

    la Rpublique de Platon, p. 338 et 345.

    16. Une plaisante richesse.

    Montesquieu a remarqu que les

    immenses quantits d'or tires du

    Nouveau Monde n'ont pas empch

    l'Espagne de tomber dans la misre,

    que provoqurent aussi une foule de

    causes. Esprit des Lois l. XXI, ch.

    XXII, et aussi l. XXII, ch. I.

    23. Mpris non moins

    justement. Platon a expliqu avec une

    grande nettet, et avec plus de

    modration qu'Aristote, les causes du

    mpris o le commerce est en gnral

    tomb. Voir les Lois, XI, p. 292, trad.

    de M. Cousin. Depuis Aristote, cet

    anathme contre le commerce a t

    mille fois rpt. On peut voir Mably,

    Trait de Lgisl., liv. II. Montesquieu a

    consacr au commerce deux livres de

    son grand ouvrage, le vingtime et le

    vingt et unime. Dans le ch. II du

    vingtime livre, il a plus

    particulirement trait de l'esprit du

    commerce. Il me semble assez

    remarquable que Rousseau n'ait jamais

    attaqu le commerce d'une manire

    spciale. Dans toute l'antiquit, le

    commerce fut une profession peu

    honorable ; il ne commena tre

    estim qu' l'poque des rpubliques

    italiennes, et de la grande prosprit de

    Florence et de Venise. Toute la thorie

    d'Aristote sur l'acquisition naturelle et

    l'acquisition drive mrite une grande

    attention, comme un des premiers

    essais en conomie politique.

    L'antiquit ne nous a rien laiss d'aussi

    complet. Je renvoie l'ouvrage de

    Heeren (Ideen liber Politik, etc., IIIe

    partie, 1ere section), o il traite du

    commerce des Grecs et celui de

    Boeckh sur l'Economie politique des

    Athniens. Montesquieu a prtendu (l.

    XXI, ch. XX) que ces thories

    d'Aristote sur l'usure et le prt intrt

    avaient tu le commerce durant le

    moyen ge. Je crois que Montesquieu

    attribue beaucoup trop d'influence

    cette opinion du philosophe grec. La

    Politique ne fut connue qu'au milieu du

    XIIIe sicle, et ne fut jamais lue que par

    quelques penseurs retirs dans des

    clotres. L'vangile, anathmatisant les

    publicains, a fait certainement

    beaucoup plus qu'Aristote dans les

    perscutions qu'prouvrent les Juifs,

    qui taient presque les seuls

    commerants du moyen ge.

    Le non que lui donne. Il y a ici

    dans le texte un jeu de mots, qui ne

    pouvait tre rendu dans la langue

    franaise ; le mot qui signifie en grec

    intrt , vient d'un radical qui signifie

    enfanter .

  • . 15.

    ,

    ,

    , '

    ,

    .

    16.

    ,

    ,

    .

    , '

    .

    , ' ,

    ,

    ,

    .

    17.

    ,

    .

    ,

    , ,

    .

    .

    , .

    ,

    (

    ),

    ( ),

    ,

    . 18. '

    .

    ,

    . .

    .

    , '

    , , '

    . '

    ,

    . 19.

    ,

    [1111222255558888aaaa ]

    ,

    .

    , '

    ' ,

    ,

    ' .

    ,

    convention parmi ceux qui en font usage peut le dprcier

    compltement, et le rendre tout fait incapable de satisfaire

    aucun de nos besoins. En effet, un homme, malgr tout son

    argent, ne pourra-t-il pas manquer des objets de premire

    ncessit ? Et n'est-ce pas une plaisante richesse que celle

    dont l'abondance n'empche pas de mourir de faim ? C'est

    comme ce Midas de la mythologie, dont le voeu cupide

    faisait changer en or tous les mets de sa table.

    17. C'est donc avec grande raison que les gens

    senss se demandent si l'opulence et la source de la

    richesse ne sont point ailleurs ; et certes la richesse et

    l'acquisition naturelles, objet de la science domestique, sont

    tout antre chose. Le commerce produit des biens, non point

    d'une manire absolue, mais par le dplacement d'objets

    dj prcieux en eux-mmes. Or c'est l'argent qui parat

    surtout proccuper le commerce ; car l'argent est l'lment

    et le but de ses changes ; et la fortune qui nat de cette

    nouvelle branche d'acquisition semble bien rellement

    n'avoir aucune borne. La mdecine vise multiplier ses

    gurisons l'infini; comme elle, tous les arts placent dans

    l'infini l'objet qu'ils poursuivent, et tous y prtendent de

    toutes leurs forces. Mais du moins les moyens qui les

    conduisent leur but spcial sont limits, et ce but lui-mme

    leur sert tous de borne ; bien loin de l, l'acquisition

    commerciale n'a pas mme pour fin le but qu'elle poursuit,

    puisque son but est prcisment une opulence et un

    enrichissement indfinis. 18. Mais si l'art de cette richesse

    n'a pas de bornes, la science domestique en a, parce que

    son objet est tout diffrent. Ainsi, l'on pourrait fort bien

    croire premire vue que toute richesse sans exception a

    ncessairement des limites. Mais les faits sont l pour nous

    prouver le contraire ; tous les ngociants voient s'accrotre

    leur argent sans aucun terme.

    Ces deux espces si diffrentes d'acquisition,

    employant le mme fonds qu'elles recherchent toutes deux

    galement, quoique dans des vues bien diverses, l'une

    ayant un tout autre but que l'accroissement indfini de

    l'argent, qui est l'unique objet de l'autre, cette ressemblance

    a fait croire bien des gens que la science domestique

    avait aussi la mme porte; et ils se persuadent fermement

    qu'il faut tout prix conserver ou augmenter l'infini la

    somme d'argent qu'on possde. 19. Pour en venir l, il

    faut tre proccup uniquement du soin de vivre, sans

    songer vivre comme on le doit. [1111222255558888aaaa] Le dsir de la vie

    n'ayant pas de bornes, on est directement port dsirer,

    pour le satisfaire, des moyens qui n'en ont pas davantage.

    Ceux-l mmes qui s'attachent vivre sagement

    recherchent aussi des jouissances corporelles ; et comme la

    proprit semble encore assurer ces jouissances, tous les

    soins des hommes se portent amasser du bien ; de l, nat

    cette seconde branche d'acquisition dont je parle. Le plaisir

    ayant absolument besoin d'une excessive abondance, on

    cherche tous les moyens qui peuvent la procurer. Quand on

    ne peut les trouver dans les acquisitions naturelles, on les

    demande ailleurs ; et l'on applique ses facults des

    usages que la nature ne leur destinait pas. 20. Ainsi, faire

    de l'argent n'est pas l'objet du courage, qui ne doit nous

    donner qu'une mle assurance ; ce n'est pas non plus

    l'objet de l'art militaire ni de la mdecine, qui doivent nous

    donner, l'un la victoire, l'autre la sant ; et cependant, on ne

    fait de toutes ces professions qu'une affaire d'argent,

    comme si c'tait l leur but propre et que tout en elles dt

    viser atteindre ce but.

    Voil donc ce que j'avais dire sur les divers moyens

    d'acqurir le superflu ; j'ai fait voir ce que sont ces moyens,

    et comment ils peuvent nous devenir un rel besoin. Quant

    l'art de la vritable et ncessaire richesse, j'ai montr qu'il

    tait tout diffrent de celui-l ; qu'il n'tait que l'conomie

    naturelle, uniquement occupe du soin de la subsistance ;

  • , '

    ,

    .

    20.

    ,

    , ' .

    ,

    ,

    .

    , , '

    , ,

    ,

    ,

    ' .

    21.

    ,

    ,

    (

    ,

    ,

    ), ,

    .

    ,

    ,

    ,

    .

    22.

    ,

    '

    ,

    .

    , ' , ,

    , ' ,

    ,

    , .

    ,

    , .

    .

    23. ' ,

    , '

    ,

    ,

    [1111222255558888bbbb]

    ' ' ,

    '

    '

    .

    , (

    '

    ,

    )

    .

    art non pas infini comme l'autre, mais ayant au contraire des

    limites positives.

    21. Ceci rend parfaitement claire la question que

    nous nous tions d'abord pose, savoir si l'acquisition des

    biens est ou non l'affaire du chef de famille et du chef de

    l'tat. Il est vrai qu'il faut toujours supposer la prexistence

    de ces biens. Ainsi, la politique mme ne fait pas les

    hommes ; elle les prend tels que la nature les lui donne, et

    elle en use. De mme, c'est la nature de nous fournir les

    premiers aliments, qu'ils viennent de la terre, de la mer, ou

    de toute autre source ; c'est ensuite au chef de famille de

    disposer de ces dons comme il convient de le faire ; c'est

    ainsi que le fabricant ne cre pas la laine ; mais il doit savoir

    l'employer, en distinguer les qualits et les dfauts, et

    connatre celle qui peut servir et celle qui ne le peut pas.

    22. On pourrait demander encore pourquoi, tandis

    que l'acquisition des biens fait partie du gouvernement

    domestique, la mdecine lui est trangre, bien que les

    membres de la famille aient besoin de sant tout autant que

    de nourriture, ou de tel autre objet indispensable pour vivre.

    En voici la raison : si d'un ct le chef de famille et le chef

    de l'tat doivent s'occuper de la sant de leurs administrs,

    d'un autre ct, ce soin regarde, non point eux, mais le

    mdecin. De mme, les biens de la famille, jusqu' certain

    point, concernent son chef, et, jusqu' certain point,

    concernent non pas lui, mais la nature qui doit les fournir.

    C'est exclusivement la nature, je le rpte, de donner le

    premier fonds. C'est la nature d'assurer la nourriture

    l'tre qu'elle cre ; et, en effet, tout tre reoit les premiers

    aliments de celui qui lui transmet la vie. Voil aussi pourquoi

    les fruits et les animaux forment un fonds naturel que tous

    les hommes savent exploiter.

    23. L'acquisition des biens tant double, comme nous

    l'avons vu, c'est--dire la fois commerciale et domestique,

    celle-ci ncessaire et estime bon droit, celle-l

    ddaigne [1111222255558888bbbb] non moins justement comme n'tant pas

    naturelle, et ne rsultant que du colportage des objets, on a

    surtout raison d'excrer l'usure, parce qu'elle est un mode

    d'acquisition n de l'argent lui-mme, et ne lui donnant pas

    la destination pour laquelle on l'avait cr. L'argent ne

    devait servir qu' l'change; et l'intrt qu'on en tire le

    multiplie lui-mme, comme l'indique assez le nom que lui

    donne la langue grecque. Les pres ici sont absolument

    semblables aux enfants. L'intrt est de l'argent issu

    d'argent, et c'est de toutes les acquisitions celle qui est la

    plus contraire la nature.

    CHAPITRE IV.

    Considrations pratiques sur l'acquisition des biens ; richesse naturelle, richesse artificielle ; l'exploitation des bois et des mines est une troisime

    espce de richesse. - Auteurs qui ont crit sur ces matires : Chars de Paros et Apollodore de Lemnos. - Spculations ingnieuses et sres pour

    acqurir de la fortune ; spculation de Thals ; les monopoles employs par les particuliers et par les tats.

  • 1.

    ,

    .

    , '

    .

    ,

    ,

    ,

    (

    ,

    ),

    ,

    , ,

    , '

    .

    2.

    ( ,

    ,

    ),

    ,

    ( ' ,

    )

    (

    ),

    ,

    ,

    .

    3.

    .

    , '

    ,

    ,

    .

    ,

    ,

    .

    4. '

    ,

    [1111222255559999aaaa]

    ,

    ,

    , '

    ,

    .

    5. '

    ,

    , '

    ,

    .

    ,

    ,

    ' ,

    '

    1. De la science, que nous avons suffisamment

    dveloppe, passons maintenant quelques considrations

    sur la pratique. Dans tous les sujets tels que celui-ci, un

    libre champ est ouvert la thorie ; mais l'application a ses

    ncessits.

    La science de la richesse dans ses branches pratiques

    consiste connatre fond le genre, le lieu et l'emploi des

    produits les plus avantageux : savoir, par exemple, si l'on

    doit se livrer l'lve des chevaux, ou celui des boeufs ou

    des moutons, ou de tels autres animaux, dont on doit

    apprendre choisir habilement les espces les plus

    profitables selon les localits ; car toutes ne russissent pas

    galement partout. La pratique consiste aussi connatre

    l'agriculture, et les terres qu'il faut laisser sans arbres et

    celles qu'il convient de planter ; elle s'occupe enfin avec

    soin des abeilles et de tous les animaux de l'air et des eaux

    qui peuvent offrir quelques ressources.

    2. Tels sont les premiers lments de la richesse

    proprement dite.

    Quant la r ichesse que produit l'change, son lment

    principal, c'est le commerce ; qui se partage en trois

    branches diversement sres et diversement lucratives :

    commerce par eau, commerce par terre, et vente en

    boutique. Vient en second lieu le prt intrt, et enfin le

    salaire, qui peut s'appliquer des ouvrages mcaniques, ou

    bien des travaux purement corporels de manoeuvres qui

    n'ont que leurs bras.

    Il est encore un troisime genre de richesse

    intermdiaire entre la richesse naturelle et la richesse

    d'change, tenant de l'une et de l'autre et venant de tous

    les produits de la terre, qui, pour n'tre pas des fruits, n'en

    ont pas moins leur utilit : c'est l'exploitation des bois ; c'est

    celle des mines, dont les divisions sont aussi nombreuses

    que les mtaux mmes tirs du sein de la terre.

    3. Ces gnralits doivent nous suffire. Des dtails

    spciaux et prcis peuvent tre utiles aux mtiers qu'ils

    concernent ; pour nous, ils ne seraient que fastidieux. Parmi

    les mtiers, les plus relevs sont ceux qui donnent le moins

    au hasard ; les plus mcaniques, ceux qui dforment le

    corps plus que les autres ; les plus serviles, ceux qui

    l'occupent davantage ; les plus dgrads enfin, ceux qui

    exigent le moins d'intelligence et de mrite.

    4. Quelques auteurs, au surplus, ont approfondi ces

    diverses matires. Chars de Paros [1111222255559999aaaa] et Apollodore

    de Lemnos, par exemple, se sont occups de la culture des

    champs et des bois. Le reste a t trait dans d'autres

    ouvrages, que devront tudier ceux que ces sujets

    intressent. Ils feront bien aussi de recueillir les traditions

    rpandues sur les moyens qui ont conduit quelques

    personnes la fortune. Tous ces renseignements peuvent

    tre profitables pour ceux qui tiennent y parvenir leur

    tour.

    5. Je citerai ce qu'on raconte de Thals de Milet ;

    c'est une spculation lucrative, dont on lui a fait

    particulirement honneur, sans doute cause de sa

    sagesse, mais dont tout le monde est capable. Ses

    connaissances en astronomie lui avaient fait supposer, ds

    l'hiver, que la rcolte suivante des olives serait abondante ;

    et, dans la vue de rpondre quelques reproches sur sa

    pauvret, dont n'avait pu le garantir une inutile philosophie,

    il employa le peu d'argent qu'il possdait fournir des

    arrhes pour la location de tous les pressoirs de Milet et de

    Chios ; il les eut bon march, en l'absence de tout autre

    enchrisseur. Mais quand le temps fut venu, les pressoirs

    tant recherchs tout coup par une foule de cultivateurs, il

    les sous-loua au prix qu'il voulut. Le profit fut considrable ;

    et Thals prouva, par cette spculation habile, que les

    philosophes, quand ils le veulent, savent aisment

    3. Parmi les mtiers... mrite.

    Cette phrase parat n'tre qu'une glose,

    trangre la pense gnrale, qui se

    continue de la phrase prcdente

    celle qui suit.

    . 4. Chars de Paros tait

    contemporain d'Aristote. Apollodore de

    Lemnos vivait aussi la mme

    poque. Varron le cite de Re rustica,

    lib. I, cap. VIII.

    5. Thals de Milet, chef de

    lcole ionienne, n vers 640 av. J.-C.,

    et mort dans une vieillesse fort

    avance ; il tait contemporain de

    Solon, et, comme lui, rang parmi les

    sept sages. Voir Platon, Rp., liv X, p.

    245, trad. de M. Cousin. Voir aussi

    Diogne de Larte, liv. I. Vie de Thals,

    p. 9, 38, dit. Firmin Didot.

    - Cicron (de Divin , lib. I, cap. III)

    raconte le mme trait. Il est probable

    qu'il l'avait emprunt Aristote, dont il