TROUBLES DU SOMMEIL - ch- .L’objectif était de concentrer géographiquement consultations et...

download TROUBLES DU SOMMEIL - ch- .L’objectif était de concentrer géographiquement consultations et explorations

of 4

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of TROUBLES DU SOMMEIL - ch- .L’objectif était de concentrer géographiquement consultations et...

  • La socit ORKYN est heureuse de vous faire dcouvrir le 1er numro de la revue Echanges Troubles du Sommeil qui met lhonneur le Centre dExploration du Systme Nerveux Et du Sommeil de lHpital de Sainte Musse Toulon. La parole y est donne tous les acteurs qui participent avec dynamisme et enthousiasme la vie de cette structure et simpliquent quotidiennement dans la prise en charge diagnostique et thrapeutique des patients souffrant de troubles du sommeilet des maladies associes.

    Quelle est la gense de cette structure originale ?Tout a commenc en 1987 avec la mise en place dun centre dexplorations neurophysiologiques. Trs vite, au dbut des annes 1990, les tudes sur le sommeil ont pris de limportance et, dans la mesure o nous ralisions des enregistrements nocturnes chez les pileptiques, nous nous sommes tout naturellement intresss aux troubles du sommeil dans cette population de patients. Paralllement, nous avions tabli une convention avec certains pneumologues de lhpital particulirement impliqus dans les syndromes dapnes du sommeil, mais nous ne partagions pas alors les mmes structures hospitalires. Il a ensuite fallu attendre 2011 pour fdrer, au sein dun mme plateau technique de consultation, dexplorations et de soins (PTCES), pneumologues et neurologues ! Lobjectif tait de concentrer gographiquement consultations et explorations afin de faciliter la tche des professionnels de sant et damliorer le confort des patients qui arrivent directement laccueil du CESNES, sans avoir traverser tout un service dhospitalisation!

    Comment se compose lquipe du CESNES ?Onze techniciennes du sommeil se relaient pour assurer un service permanent 24h/24. Nous disposons de 6 chambres denregistrement dont 2 rserves aux enfants. La grande particularit du CESNES est en effet de prendre en charge les enfants partir de 4 ans ; en France trs peu de centres spcialiss pratiquent des polysomnographies chez le jeune enfant. Concernant les mdecins, nous sommes trois neurophysiologistes, un psychiatre, trois pneumologues, et un mdecin gnraliste galement rompu la lecture des polysomnographies. Enfin, un cadre de sant complte cette

    quipe, sans oublier nos secrtaires.Les patients nous sont principalement adresss par des praticiens libraux et certains spcialistes de lhpital, en particulier les endocrinologues. Par ailleurs, en qualit de centre rfrent agr par la SFRMS (Socit Franaise de Recherche et Mdecine du Sommeil), nous collaborons galement avec la mdecine du travail. Au plan gographique, les patients viennent essentiellement du Var et dpartements avoisinants, mais parfois de beaucoup plus loin, surtout les enfants.

    Pouvez vous nous dire quelques mots de votre activit de recherche ?Depuis 4 5 ans, existe au sein de lhpital une unit de recherche clinique dirige par Jean-Philippe Suppini. Actuellement, 130 tudes sont en cours toutes phases et toutes disciplines confondues. Le CESNES a particip ces dernires annes des tudes de phase 3 et 4 et collabor avec lIRBA (Institut de Recherche en Biologie des Armes) afin dtudier sur le personnel navigant dormant par quart les consquences dune mauvaise qualit de sommeil sur les capacits cognitives.

    Dr Marie-Franoise Mateo, PH Neurophysiologiste, responsable du CESNES

    Sophie Benedetti Directeur des VentesPrescripteurs France Batrice Leclercq Directeur des Ventesrgion Sud-Est ORKYN

    N1 - Dcembre 2012

    La grande particularit de ce centre est de prendre encharge les adultes et les enfants partir de lge de 4 ans

    8 mdecins, 11 techniciennes du sommeil, 6 chambres denregistrement

    et en 2011 : 3104 consultations, 3424 encphalogrammes780 enregistrements du sommeil, 611 lectromyogrammes

    Le CESNES en chiffres

    Grce la persvrance et aux efforts conjugus du Dr Marie-Franoise Mato et de ses collaborateurs, se trouve aujourdhui implant au coeur de lhpital flambant neuf Sainte Musse de Toulon, le CESNES, centre dexplorations physiologiques du systme nerveux et du sommeil.

    TROUBLES DU SOMMEIL

    Centre dexploration du systme nerveux et du sommeil (CESNES)Hpital Sainte Musse - Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon La Seyne sur Mer

  • Chez lenfant, un simple ronflement nocturne peutentraner des troubles cognitifs

    Les signes vocateurs dun SAS chez lenfant sont-ils diffrents de chez ladulte ?Chez lenfant, une respiration bruyante et une hypersudation nocturne, de mme quune fatigue matinale, sont des signes dappel qui doivent faire penser au SAS. Contrairement ladulte, la somnolence diurne excessive est plutt rare en pdiatrie - se mfier cependant des endormissements intempestifs dans la voiture au retour de lcole ! - remplace par une hyperactivit alternant parfois avec des priodes de

    grand calme, comme le dcrivait dj William Osler en 1892 ! A linterrogatoire, on recherche lexistence de cauchemars, de parasomnies ou encore dune nursie.Un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualit peut avoir des consquences importantes sur un organisme en plein dveloppement. Chez lenfant, un simple ronflement nocturne peut entraner des troubles cognitifs.

    Quelles sont les spcificits de la polysomnographie et de la prise en charge thrapeutique ?Les informations recueillies au cours de la consultation sont souvent suffisantes pour orienter la prise en charge mais pour confirmer le diagnostic, il est ncessaire de pratiquer une polysomnographie. Elle ncessite du matriel adapt lge et une quipe entrane aux enregistrements pdiatriques car les normes adultes ne sont pas applicables : pour exemple, chez le jeune enfant la dure de lapne est

    ramene 5 secondes, contre 10 chez ladulte.Le traitement repose essentiellement sur ladnodo-amygdalectomie. Lhypertrophie des amygdales et des vgtations, principal facteur favorisant du SAS de lenfant, entrane un rtrcissement naturel des voies ariennes suprieures et favorise leur obstruction pendant le sommeil. En cas de SAS svre, il nous arrive de proposer, en attente de la chirurgie, un traitement par PPC (pression positive continue).

    Troubles du Sommeil - Dcembre 2012

    Le Syndrome dApnes du Sommeil (SAS) affecte entre 4 et 7% des enfants. Il peut se manifester tout ge, du nouveau-n ladolescent, avec un pic de frquence entre 4 et 7 ans.

    Nous sommes 7 techniciennes du sommeil travailler le jour. Ds notre arrive 6h30, nous commenons par enlever le matriel denregistrement sur les patients rveills, cela peut prendre une bonne demi-heure, surtout chez les enfants et lorsque les lectrodes sont colles ! Nous nous occupons aussi des patients qui ont eu un enregistrement domicile et viennent restituer le polygraphe itinrant.A partir de 9h, lessentiel de notre activit

    est consacre la ralisation des EEG standard, ici ou dans dautres services,au lit du malade avec un appareil portable.Nous ralisons galement les tests dendormissement et de maintien de lveil, en rgle gnrale le vendredi ou le lundi matin partir de 7h. A 13h, cest lheure de la relve ! Laprs midi, les EEG standard et de sieste se font de 13h30 jusqu 18h.Les patients adresss pour EEG de nuit ou PSG arrivent vers 17h. Nous les accueillons

    et leur expliquons le droulement de lexamen. Ceux qui viennent pour PSG sont invits remplir un questionnaire du soir sur leurs habitudes de sommeil.Bien souvent, il nous faut grer le stress et lanxit des patients, petits ou grands, mais aussi des parents qui accompagnent les plus jeunes ! Avant de quitter le service, 20h30, nous prparons le matriel qui sera install par nos collgues de la nuit.Durant la journe, chaque fois que nous le pouvons, nous travaillons la prlecture des tracs dEEG ou de PSG, laquelle nous a formes le Dr Mato. Certaines dentre nous devraient prochainement suivre un enseignement spcialis afin dobtenir un

    diplme universitaire des Technologies du sommeil et de la vigilance .

    Dr Marie-Franoise Mateo, PH Neurophysiologiste, responsable du CESNES

    Des techniciennes du sommeil sur le pont ...

    Lessentiel de notre activit est consacre la ralisation des EEG

    de jour ...

    Derrire une consultation pour troubles du sommeil se cachent souvent plusieurs plaintes et comorbidits qui senchevtrent.

    Nous avons ici pour habitude de procder par tapes explique Batrice Le Gall, neuropsychologue de lhpital public, en valuant dabord les processus lmentaires : la vigilance, ensuite lattention soutenue, avant de nous intresser aux aspects plus complexes tels que les capacits de contrle attentionnel. En pratique, nous utilisons des questionnaires mais aussi des tests neuropsychologiques sur table ou des outils informatiss qui nous aident faire la distinction entre un simple tat de fatigabilit et un vritable dficit attentionnel.A partir des observations cliniques et des tests raliss, enchane Ccile Crou, ortho-phoniste, nous tentons de dterminer quel est limpact du dficit attentionnel sur un trouble spcifique de lapprentissage et inversement, y-a-t-il prdominance de lun sur lautre ? Aux problmes de sommeil et dattention sajoutent parfois une dyslexie, une dyspraxie, une prcocit intellectuelle... Certains troubles peuvent en occulter dautres qui ncessitent un bilan psychomoteur ou orthophonique. Par exemple, devant un enfant prsentant

    des troubles des apprentissages avec des problmes dattention ou de comportement, on demandera un bilan attentionnel. Chez un enfant dyslexique, on sassurera auprs de lorthoptiste de lefficience de loculomotricit et de lintgrit du champ visuel. Heureusement, nous travaillons beaucoup en rseau en privilgiant les changes multidisciplinaires en permanence, soulignent lunisson lorthophoniste et les deux neuropsychologues. Grce aux actions de formation du Dr Mato, ajoute Carole Smeria, beaucoup de paramdicaux de la rgion sont aujourdhui davantage sensibiliss au SAS chez lenfant. Une fois par mois, poursuit Batrice Le Gall, nous nous runi