si L’ - Irm Paris, Scanner Paris, échographie Paris ...· Si l’IRM m’était contée Gérard

download si L’ - Irm Paris, Scanner Paris, échographie Paris ...· Si l’IRM m’était contée Gérard

of 55

  • date post

    17-Jun-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of si L’ - Irm Paris, Scanner Paris, échographie Paris ...· Si l’IRM m’était contée Gérard

  • Si lIRMmtait conte

    Grard Morvan, Valrie Vuillemin, Henri Guerini, Philippe Mathieu,

    Marc Wybier, Frdric Zeitoun, Philippe Bossard, Patrick Strin

  • tissus

    cellules

    molcules

    atomes

    hydrogne +++

    Corps humain

  • Lhydrogne reprsente 63% des atomes

    du corps humain

  • LIRM

    (Imagerie par Rsonance Magntique)

    est limagerie de cet hydrogne

    (plus exactement du noyau de latome dhydrogne : un proton

  • LIRM,

    comment a marche ?Les bases

    (Si les bases physiques de la mthode vous intressent peu,

    passez directement au chapitre 2, voire 3)

    chapitre

  • Le noyau de lhydrogne est un proton.

    Cest une masse charge positivement

    qui tourne sur elle-mme,

    donc un aimant Un seul lectron, charg ngativement, gravite autour du noyau.

    Nous nen tiendrons pas compte ici.

    H

    +

    -

  • H

    Notre population de protons est rebelle et

    indiscipline un peu du genre gaulois*, si vous voyez

    ce que nous voulons dire

    +

    -

    *Merci Oblix et ses copains, Csar et ses lgions, Goscinny et Uderzo pour leur aide

  • En effet, dans notre corps, les

    protons

    - sont orients au hasard *

    - et ne tournent pas tous

    ensemble : ils sont dphass.

    Bref, cest un joyeux dsordre.

    Vous comprendrez quavant

    dobtenir une image, un peu de

    rangement simpose !

    .

    ..

    .

    .

    .

    * Leurs champs magntiques sannulent, donc notre corps nest pas aimant

  • Comment ?

    Deux tapes sont ncessaires

  • .. .

    Le but de la premire tape est

    daligner tous les protons dans la

    mme direction, au garde vous, la

    romaine en quelque sorte

    Pour cela, on place le patient dans un

    puissant aimant afin dorienter tous ses

    protons dans laxe du champ

    magntique de laimant.

  • Cest mieux, mais encore insuffisant : bien que les

    protons regardent tous dans la mme direction, ils ne

    tournent toujours pas de manire synchrone et

    restent dphass.

    Pour les faire tourner ensemble, il va falloir les secouer

    un peu

    .. .

  • Cest le but de la deuxime tape.

    Pour stimuler les protons, nous allons leur apporter de

    lnergie.

    Cette nergie leur est fournie par le moyen d'une

    onde radio de frquence identique la frquence

    de rotation des protons.

    Cest ce que lon appelle le phnomne de

    rsonance.

  • Les ondes radio utilises sont les mmes que celles de labande FM de votre transistor (ceci explique dailleurs quilfaille protger lIRM des ondes radio extrieures enlenfermant dans une enveloppe spciale, dite cage deFaraday .

    Vous connaissez aussi le phnomne de rsonance.

    Cest lui qui explique que la note aige mise par unecantatrice puisse briser un verre de cristal : il suffit pour celaque la frquence de la note soit identique la frquencenaturelle de vibration du verre.

    Mme chose pour une troupe qui, en marchant au pascadenc, rompt le pont sur lequel elle passe.

    En fait, vous connaissez dj cela :

  • 1. Les protons vont se mettre

    tourner tous lunisson, de

    faon synchrone : les voici

    (enfin) aligns et en phase !

    Cette fourniture dnergie aux protons

    a deux consquences :

    .. .

    . . .

  • 2. La direction des protonsbascule un peu par rapport

    laxe de laimant.

    . . .

    . . .Cette fourniture dnergie aux protons

    a deux consquences :

  • .. .

    Daprs vous, que se passe t-il larrt de londe radio ?

    Les protons, qui ont eu la peur de leur vie, se le tiennent pour dit et

    conservent leur nouvelle position .

    Ces fichus protons, dcidment incorrigibles, reprennent ipso facto

    leurs mauvaises habitudes gauloises.

    Cocher la bonne rponse

  • .. .

    Daprs vous, que se passe t-il larrt de londe radio ?

    Les protons, qui ont eu la peur de leur vie, se le tiennent pour dit et

    conservent leur nouvelle position .

    Ces fichus protons, dcidment incorrigibles, reprennent ipso facto

    leurs mauvaises habitudes gauloises.

    Cocher la bonne rponse

  • => Ils reviennent paresseusement dans

    laxe de laimant +++

    => et se dphasent +++ nouveau

    . . .

    .. .

    Hlas ! Cest la triste ralit.

    Ds larrt de londe radio, les protons

    se laissent aller leur dsordre originel !!!

  • antenne

    Cependant, malgr leur mauvais caractre, nos

    protons sont foncirement honntes.

    En revenant leur tat originel, les protons restituent

    donc lnergie quon leur avait fournie, toujours sous

    forme dune onde, quil est possible de capter laide

    dune antenne adapte +++++

    Cette onde sappelle le signal.

  • Comme lon est capable, laide de techniques

    sophistiques, de localiser prcisment lorigine

    spatiale de ce signal, il est possible, partir de l,

    dtablir une image matricielle, une vritable

    cartographie des protons :

    cest limage IRM !

  • La morphologie du signal mis par les protons dpend

    essentiellement du temps (appel temps de relaxation) queceux-ci mettent revenir dans laxe de laimant (temps n 1

    ou T1) et du temps quils mettent se dphaser nouveau(temps n2 ou T2).

    Ces deux temps T1 et T2 sont propres chaque type de tissu

    ++++ et en rapport avec sa nature histologique et cellulaire

    (liquide ou solide, structure organise ou non..)

    Les images IRM habituelles sont ralises en rglant la

    machine de faon reflter un de ces deux temps : on dit

    que limage est pondre en T1 ou en T2.

    Le mdecin radiologue, en analysant ces images T1 et T2,

    peut connatre la nature normale ou pathologique des tissus

    tudis.

  • Voil.

    Vous connaissez maintenant les bases physiques de

    lIRM.

    Si vous voulez en savoir plus sur la technique de lIRM

    et comprendre pourquoi cette technique est

    devenue si importante dans la mdecine actuelle,

    abordez le chapitre 2 suivant.

    Sinon, passez directement au chapitre 3.

  • Pour ceux

    qui voudraient en savoir

    plus sur lIRM en 10 questions

    Le but de ce chapitre nest pas

    de faire de vous un mdecin spcialiste de limagerie.

    Il est simplement dessayer de rpondre ,

    de la manire la plus simple et la plus comprhensible possible,

    un certain nombre de questions que vous tes en droit de vous poser.

    Rien ne fait plus peur que linconnu, quon imagine toujours pis quil ne lest.

    Essayons ensemble de dmystifier cet inconnu.

    chapitre

  • 1. Existe til plusieurs sortes dIRM ?

    2. Quelle est la diffrence entre scanner et IRM ?

    3. Contre indications de lIRM. Prcautions prendre.

    4. IRM et mtal

    5. Est-ce que lIRM voit tout ?

    6. Les indications actuelles de lIRM

    7. Principe dutilisation des squences T1, T2 et autres.

    8. Quest-ce quun artfact ?

    9. Quest-ce que le gadolinium ?

    10. Quest-ce quune arthro-IRM ?

    Les 10 questions

    Si vous avez dautres questions , nhsitez pas nous les poser en nous contactant :

    secretariat@imagerie-medicale-vinci.fr

  • 1. Existe til plusieurs sortes dIRM ?

    Oui, leur principe de fonctionnement tant identique.

    Les imageurs IRM diffrent surtout par deux points :

    - la puissance de leur aimant (qui conditionne en partie la

    qualit de limage),

    - la capacit dimager un corps entier (IRM corps entier ) ou

    seulement une rgion, une extrmit par exemple (IRM ddie ).

    En France, la puissance la plus commune des aimants est de 1,5 tessla*.

    Les machines les plus puissantes atteignent 3 tessla.

    Notre quipe travaille sur plusieurs machines de 1,5 et 3T.

    * unit de mesure du champ magntique.

  • Il existe des machines champ magntique moins puissant. Quelques unes

    dentre elles peuvent se verticaliser ou recevoir des patients plus corpulents. Les

    IRM ddies , le plus souvent bas champ, sont peu rpandues en France..

    Toutes les IRM corps entier sont construites selon le mme schma : le

    patient est couch sur un lit mobile, qui pntre dans un tunnel au sein

    de laimant (1). La rgion examiner est entoure par une antenne (2,

    3) qui capte le signal. Celui-ci est transmis de puissants ordinateurs qui

    le transforme en une image matricielle. Le mdecin radiologue choisit,

    en fonction du problme pos, les squences dimages raliser (4). Il

    analyse ensuite celles-ci, qui sont ensuite imprimes et stockes.

    1

    lit

    aimant

    1

    2

    3 4

  • 2. Quelle est la diffrence entre scanner et IRM ?

    Il sagit de deux techniques trs diffrentes, mme si les images issues des

    deux techniques peuvent avoir un air de famille.

    Le scanner est bas sur un seul paramtre : labsorption des rayons X parles tissus, comme la radiographie.Cest une technique irradiante, mme si les appareils modernes sont

    quips de systmes trs efficaces de rduction de dose*. Le scanner

    excelle dans ltude des structures de densit caractristique : los (qui

    contient du calcium, trs opaque), le thorax (qui contient de lair trs peu

    opaque), la graisse... Il permet galement dtudier certaines parties

    molles : articulations (arthroscanner), vaisseaux (angioscanner), intestin

    (coloscopie virtuelle) condition daugmenter artificiellement le

    contraste de ces structures laide dun produit de contraste adapt

    (produit iod ou baryt, air).

    Le scanner est actuellement une technique trs rapide, qui