Reflexions du Plan-C

Click here to load reader

  • date post

    06-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    7
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Ce recueil de textes a été écrit par les participants au forum du Plan-C ; il est le résultat d'années de débats et de discussions que nous souhaitons partager et diffuser. Tous les auteurs ne partagent pas toutes les idées rédigées ici, mais tous s'accordent à dire que toutes les idées font partie de l'ensemble du débat, selon le principe énoncé par Voltaire: "Je ne suis pas d'accord avec tout ce que vous dites, mais je me battrais pour que vous ayez le droit de le dire."Dans "L'art de la Guerre", Sun Tzu dit : "Il est d'une importance suprême dans la guerre d'attaquer la stratégie de l'ennemi.". Notre ennemi est la corruption des politiciens, et sa stratégie est l'élection, qui permet aux richissimes propriétaires des médias de mettre au pouvoir leurs amis et obligés. Nous voulons le contrôle des pouvoirs publiques par des citoyens tirés au sort Notre objectif premier est d'apporter des idées alternatives au débat politique, et nous remarquons qu'ils éveillent l'intérêt des nos concitoyens a chaque fois que nous en parlons autour de nous.

Transcript of Reflexions du Plan-C

  • 2 Rflexions du PlanC

  • Introduction

    Ce recueil de textes a t crit par les participants au forum du Plan-C 1 ; il est le rsultat dannes de dbats et de discussions que nous souhai-tons partager et diffuser. Tous les auteurs ne partagent pas toutes les idesrdiges ici, mais tous saccordent dire que toutes les ides font partiede lensemble du dbat, selon le principe nonc par Voltaire : Je ne suispas daccord avec tout ce que vous dites, mais je me battrais pour que vousayez le droit de le dire.

    Dans Lart de la Guerre, Sun Tzu dit : Il est dune importance su-prme dans la guerre dattaquer la stratgie de lennemi. . Notre ennemiest la corruption des politiciens, et sa stratgie est llection, qui permetaux richissimes propritaires des mdias de mettre au pouvoir leurs amis etobligs. Nous voulons le contrle des pouvoirs publiques par des citoyenstirs au sort

    Notre objectif premier est dapporter des ides alternatives au dbatpolitique, et nous remarquons quils veillent lintrt des nos concitoyensa chaque fois que nous en parlons autour de nous.

    Ce texte est aussi accessible gratuitement ladresse :

    www.front-plan-c.eu/reflexions

    1. forum du Plan-C. http ://etienne.chouard.free.fr/forum/.

  • 4 Rflexions du PlanC

    Par :David LAFAILLERmi MATHIEUZoltn HUBERT

    version du 13 avril 2015

    Cet uvre est publie selon les termes de la Licence Creative Commons At-tribution 3.0. La libert de partager, reproduire, distribuer luvre en partie ou enintgralit par nimporte quel mdia est garantie, la condition de citer tous lesauteurs ainsi que le titre de louvrage.

    http ://creativecommons.org/licenses/by/3.0/fr/

  • Table des matires

    29 mai 2005 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

    De la reprsentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

    De lEurope . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

    Des dcisions politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

    Des intrts manquants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

    De lhistoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

    Des propositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

  • 6 Rflexions du PlanC

  • 1 | 29 mai 2005

    Tout remonte 2005. Le rfrendum sur le Trait de Constitution Eu-ropenne (T.C.E.) monopolisait les conversations au travail, lapro oudans les transports. La France retrouvait de son identit, celle dun peuplepolitique et chacun sinterrogeait sur cette consultation dcrite par lessen-tiel des pouvoirs politique, conomique et mdiatique comme inluctable.

    Dj intimement europiste, je me prononai sans retenue en faveurdu OUI, ne serait-ce que pour la paix quassure lUnion Europennedepuis quelle existe, et confort par une tribune publie dans Le Mondepar Michel Rocard, je dbattais en ce sens avec conviction.

    Seulement, lObservatoire de Meudon o je finissais ma thse de doc-torat, dautres staient beaucoup plus document que moi et attirrent monattention sur les consquences relles de ladoption du T.C.E. On voquaitalors pas moins que la disparition de la dmocratie, et le texte lui-mme tellement abscons, compliqu, tortueux semblait avoir t crit pour nepas tre lu.

    UTOPIA

    LObservatoire de Meudon est un de ces espaces privilgis de la re-cherche fondamentale : deux terrasses, un chteau, trois coupoles de t-lescopes, une grande lunette dpoque et un immense parc en bordure defort domaniale o spanouit une faune heureuse seulement quelqueskilomtres de Paris. Des parcelles sont cdes aux employs pour y faire

  • 8 Chap 1 : 29 mai 2005

    pousser ce quils dsirent, et il nest pas rare de croiser tel ou tel les braschargs dune abondante rcolte. Depuis la fentre de mon bureau, jailil sur des arbustes fleuris, des pieds de tomates et un faisan mle quiaime se blottir dans une souche sans que je ne comprenne bien pourquoi.Les immenses marronniers habillent les alles o les jardiniers sactivent,toutes sortes de gens passent et repassent pour gagner les btiments ou lesquitter, nimporte quelle heure du jour et de la nuit.

    On peut qualifier cet endroit dUtopia, lle des philosophes de ThomasMore. Car le savoir ny est pas, pour lessentiel, une affaire de certitudes :plus vous en savez, plus vous mesurez votre ignorance. Cest dautant plusvrai en matire de science que sa nature rvisable en est un des principauxmoteurs : en leur temps, Galile, Newton et Einstein ont bti des thoriesde mcanique cleste splendides qui ont chacune projet le monde vers sonavenir, les thories des uns compltant celles des autres. videmment etcela va sans dire, parmi ces scientifiques fraient aussi dappliqus abrutis,gavs de certitudes et qui souvent poursuivent lespoir dune reconnais-sance individuelle mme de les distinguer de leurs contemporains.

    Quand donc en 2004 annonce fut faite que le T.C.E. subirait en Francelpreuve du rfrendum, doucement mais srement la population sen-flamma, et lObservatoire ne fut pas en reste. Certains essayaient de d-cortiquer le texte article par article, dautres se rfraient des analyses deconfiance, et au final tous nous dfendions une certaine ide de la politique,construite des influences de notre ducation et de notre exprience.

    Bien au-del de lObservatoire, au bar de lEspoir Meudon, la Butteaux Cailles la nuit, dans les universits, les brasseries, la mme ferveur po-litique semparait de la ville. Comme si, nous retrouvant tous gaux devantce texte, cest--dire incapables den finir la lecture, nous en profitions pournous exprimer, sans risque de faire pire que le texte lui-mme. Descendusde notre observatoire, mls aux habitus du comptoir, nous partagions lesmmes questions et chacun redevenait un citoyen.

    Le texte du T.C.E. tait un cheveau complexe et le dbat devint loc-casion de poser des questions sur le fonctionnement des institutions Euro-pennes, son historique, sa logique et son bilan.

  • Chap 1 : 29 mai 2005 9

    T.I.N.A.

    Dans le mme temps, lunanimit des mdias classiques et des poli-ticiens de tous bords se pronona en faveur du OUI, et prsentaient lesopposants en farfelus ou en xnophobes (ah, le fameux plombier polonais).Seul Internet permettait un dbat ouvert et non-biais, et cest tout naturel-lement l que lessentiel du dbat eut lieu. La machine de propagande souscontrle centralis fonctionnait plein rgime, mais le mal tait fait, Inter-net avait ouvert la boite de Pandore, le dbat occult et monopolis dansles mdias officiels prit sa place sur la toile.

    Le clou du spectacle ft sans-doute quand le prsident de la Commis-sion Europenne intima aux citoyens franais dans les mdias franais devoter OUI car il ny avait pas de plan de rechange en cas de refus, pasdalternative au TCE, pas de Plan-B.

    Le clbre hymne Thatchrien, tube plantaire des annes 80, le TINA : There Is No Alternative . Cest peut-tre lui qui nous a le plus mis enrogne, comme un dfi lanc aux citoyens : que des millions de personnessoient obligs dapprouver un plan car les dizaines qui lont labor nontpas envisag que ce plan puisse tre refus scella le sort du T.C.E. : com-ment pourrait-on faire confiance des nafs de telle sorte ? Tout scientifiquesait que lchec fait parti du processus, quun plan est une cible mouvanteet que lon doit sadapter constamment aux volutions des vnements. Amoins quils ne soient pas nafs mais arrogants au point de ne mme pasdonner de limportance ce que le peuple pourrait penser ?

    Et nous nous rendions bien vite compte que si nous dfaisions le Plan-A, et malgr les jrmiades sur labsence de Plan-B, un tel Plan-B allaitquand-mme tre trouv, et nous sommes passs directement au Plan-C :le forum du Plan-C 1 tait n.

    Un citoyen Franais, enseignant en conomie et droit, trouvait anormalque ce texte de constitution europenne ft ce point incomprhensible.Considrant quil tait en la matire un citoyen clair, il dcida donc de le

    1. forum du Plan-C. http ://etienne.chouard.free.fr/forum/.

  • 10 Chap 1 : 29 mai 2005

    lire en dtail et den donner une interprtation plus prosaque. Sa page In-ternet personnelle 2, o il exprimait ses doutes et ses trouvailles, accueillitdes millions de visiteurs, et devint le lieu de convergence du dbat pournombre de citoyens. Au point de dborder dInternet, et de forcer les m-dias traditionnels dorganiser des dbats, qui ne firent que confirmer lafois lintrt des citoyens pour la chose politique, et aussi la dfiance en-vers cette Europe-l.

    Il tentait aussi de dmontrer que le sacro-saint principe de sparationdes pouvoirs si cher Montesquieu comme en thorie lensembledes dmocraties tait svrement mis mal. Il plaida trs vite pour une as-semble constituante forme de citoyens et non de politiciens justifiepar la dcouverte que Ce nest pas aux hommes au pouvoir dcrireles rgles du pouvoir . Sur le forum du Plan-C nous dbattions de nom-breux sujets, tous centrs sur une rforme profonde des pouvoirs actuels :assemble constituante, dsignation des reprsentants, tirage au sort, po-litiques de lUnion Europenne, rfrendum dinitiative citoyenne... Bref,nous nous emparions de lactualit politique pour aborder le thme de ladmocratie.

    Si lestablishment navait pas dalternative, eh bien, nous en fabri-querions une nous-mme.

    LA VICTOIRE

    Le rsultat du rfrendum le 29 mai 2005 fut pour nous la fois unevictoire et un soulagement : victoire sur le pouvoir en place et son armadamdiatique, et soulagement que les citoyens ne soient pas compltementslobotomiss par la propagande officielle. Et ce dautant plus que le rapportde force fut sans appel avec plus de 55% de NON et une participationleve de plus de 70%.

    La victoire prit un got encore plus exquis 3 jours plus tard puisque lescitoyens Hollandais confirmrent le rsultat lors de leur rfrendum sur lamme question le 2 juin 2005.

    2. Etienne CHOUARD.