PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

of 143 /143
PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON / LA REUNION SITE DE PANIANDY ETUDE HYDROGEOLOGIQUE ETAT INITIAL ET EVALUATION DIMPACT REF : 8 41 0444_V2 R2 SEPTEMBRE 2015 LA REUNION GUINTOLI - GROUPE NGE PROJET DE CARRIERE BRAS PANON

Embed Size (px)

Transcript of PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Page 1: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT

A BRAS PANON / LA REUNION

SITE DE PANIANDY

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE

ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

REF : 8 41 0444_V2 – R2

SEPTEMBRE 2015

LA REUNION

GUINTOLI - GROUPE NGEPROJET DE CARRIERE BRAS PANON

Page 2: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444– SEPTEMBRE 2015 PAGE A

SOMMAIRE

INTRODUCTION ................................................................................................................. 1

1. CARACTERISTIQUES DU PROJET D’EXPLOITATION ............................................................ 2

1.1. LOCALISATION ET SUPERFICIE .............................................................................................. 2

1.2. EXPLOITATION ENVISAGEE .................................................................................................... 3

2. SYNTHESE GEOLOGIQUE ET HYDROGEOLOGIQUE A L’ECHELLE REGIONALE ET LOCALE ....... 4

2.1. MORPHOLOGIE ET HYDROGRAPHIE ........................................................................................ 4

2.2. SYNTHESE GEOLOGIQUE ...................................................................................................... 4

2.2.1. CONTEXTE GEOLOGIQUE GENERAL ...................................................................................................... 4

2.2.2. CONTEXTE GEOLOGIQUE LOCAL .......................................................................................................... 5

2.3. CONTEXTE HYDROGEOLOGIQUE .......................................................................................... 10

2.3.1. ENSEMBLES HYDROGEOLOGIQUE REGIONAL ...................................................................................... 10

2.3.2. HYDROGEOLOGIE LOCALE ................................................................................................................. 10

2.3.3. PRODUCTIVITE DES FORMATIONS GEOLOGIQUES ................................................................................ 16

2.3.4. QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES ................................................................................................... 16

2.4. USAGE LOCAL DE L’EAU SOUTERRAINE ............................................................................... 16

2.4.1. OUVRAGES AEP ET PERIMETRES DE PROTECTION ASSOCIES .............................................................. 16

2.4.2. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR L’USAGE LOCAL DE L’EAU AU DROIT DE LA COMMUNE DE BRAS

PANON ............................................................................................................................................. 17

2.4.3. USAGES AGRICOLES ET INDUSTRIELS ................................................................................................ 18

2.4.4. CONCLUSION .................................................................................................................................... 18

3. EVALUATION DE L’IMPACT POTENTIEL DU PROJET D’EXPLOITATION SUR LES EAUX

SOUTERRAINES ET RECOMMANDATIONS ASSOCIEES .................................................. 19

3.1. EVALUATION DE L’IMPACT POTENTIEL DU PROJET EN PHASE D’EXPLOITATION SUR LES EAUX

SOUTERRAINES .................................................................................................................. 19

3.1.1. IMPACT QUANTITATIF SUR LES EAUX SOUTERRAINES .......................................................................... 19

3.1.2. IMPACT QUALITATIF SUR LES EAUX SOUTERRAINES ............................................................................ 21

3.1.3. INTERACTIONS NAPPE-RIVIERE .......................................................................................................... 22

3.2. EVALUATION DE L’IMPACT DU REAMENAGEMENT FINAL ......................................................... 23

4. CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES OPPOSABLES ....................................................... 24

5. DISPOSITIF DE SURVEILLANCE DE LA NAPPE AU DROIT DU SITE ........................................ 26

6. COMPATIBILITE AVEC LE SDAGE REUNION .................................................................. 27

7. CONCLUSIONS ............................................................................................................ 28

Page 3: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444– SEPTEMBRE 2015 PAGE B

LISTE DES FIGURES

FIGURE 1 : CARTE DE SITUATION GENERALE – COMMUNE DE BRAS PANON, LA REUNION .............................................. 2

FIGURE 2 : CARTE DE LOCALISATION DU SITE D’EXPLOITATION ENVISAGE AU LIEU-DIT PANIANDY SUR LA COMMUNE

DE BRAS PANON ......................................................................................................................................................... 3 FIGURE 3 : EXTRAIT DE LA CARTE GEOLOGIQUE DU SECTEUR (CARTE AU 1/50 000 - FEUILLE DE SAINT BENOIT, EDITION

1974) ........................................................................................................................................................................... 5

FIGURE 4 : PANIANDY - OUVRAGES AVEC INFORMATIONS GEOLOGIQUES - DONNEES DE LA BANQUE DE DONNEES DU

SOUS – SOL (BSS) ........................................................................................................................................................ 6 FIGURE 5 : CARTE DE LOCALISATION DES SONDAGES GEOLOGIQUES (CAROTTE ET DESTRUCTIFS) REALISES ENTRE

MARS ET AVRIL 2013 .................................................................................................................................................. 7

FIGURE 6 : LOCALISATION DES PROFILS GEOPHYSIQUES REALISES (P1, P2 ET P3) ............................................................. 9 FIGURE 7 : NAPPE PROFONDE (APPELEE EGALEMENT NAPPE DE BASE) .......................................................................... 11

FIGURE 8 : NAPPE SUPERFICIELLE DANS LE CONE ALLUVIAL DE LA RIVIERE DU MAT ...................................................... 12

FIGURE 9 : CARTE DE LOCALISATION DES PIEZOMETRES AVEC DONNEES PIEZOMETRIQUES DISPONIBLES (AQUIFERE

SUPERFICIEL) ............................................................................................................................................................. 13 FIGURE 10 : REPRESENTATION GRAPHIQUE DE L’EVOLUTION DES NIVEAUX PIEZOMETRIQUES AU DROIT DU SITE ...... 14

FIGURE 11 : EVOLUTION DU NIVEAU PIEZOMETRIQUE SUPERFICIEL AU DROIT DU PIEZOMETRE DU REFUGE

(12273X0016/S5) ...................................................................................................................................................... 15

FIGURE 12 : CARTE DE LOCALISATION DES CAPTAGES D’ALIMENTATION EN EAU POTABLE ET DES PERIMETRES DE

PROTECTION REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE PANIANDY .......................................................................... 17

FIGURE 13 : SECTEUR D’IMPLANTATION POUR UN NOUVEAU FORAGE AEP AU DROIT DE LA COMMUNE DE BRAS

PANON ...................................................................................................................................................................... 18 FIGURE 14 : SCHEMA DE PRINCIPE POUR L’ESTIMATION DU PHENOMENE DE BASCULEMENT ...................................... 20

FIGURE 15 : EXTRAIT DE LA CARTE IGN, AVEC POINTS COTES AU DROIT DU LIT DE LA RIVIERE BRAS PANON ................ 22

FIGURE 16 : CARTE DE LOCALISATION DES ZNIEFF DE TYPE I ET II A PROXIMITE DU PROJET........................................... 24

FIGURE 17 : CARTE DE LOCALISATION DE LA ZONE HUMIDE A PROXIMITE DU PROJET .................................................. 25 FIGURE 18: CARTE D’IMPLANTATION DES PIEZOMETRES DE SURVEILLANCE EN PHASE D’EXPLOITATION (SOURCE :

ATDX) ........................................................................................................................................................................ 26

LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1. DONNEES ISSUES DES SONDAGES GEOTECHNIQUES REALISES SUR LE SITE DE PANIANDY (MARS/AVRIL

2013) ........................................................................................................................................................................... 8

TABLEAU 2. MESURES PIEZOMETRIQUES REALISEES AU DROIT DU SITE DE PANIANDY .................................................. 14

LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : PROSPECTION PANIANDY BRAS PANON - INVESTIGATIONS GEOLOGIQUES - RAPPORT D’INTERVENTION

(FORINTECH, AVRIL 2013)

ANNEXE 2 : RAPPORT RELATIF AUX RECONNAISSANCES GEOPHYSIQUES REALISEES SUR SITE (FUGRO GEOCONSULTING

S.A, MARS 2013)

ANNEXE 3 : FICHES ZNIEFF

ANNEXE 4 : NORME AFNOR FD-X 10-999

oOo

Page 4: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 1

INTRODUCTION

La société GUINTOLI (Groupe NGE) envisage d’ouvrir un site d’exploitation de matériaux, sous forme d’extraction à ciel ouvert, sur la commune de Bras Panon à La Réunion, au lieu-dit Paniandy.

En vue du dépôt de dossier de demande d’autorisation d’exploiter et afin de fixer plus précisément les caractéristiques de l’exploitation, une synthèse géologique et hydrogéologique du site et de son environnement proche a été établie à partir des données bibliographiques existantes, des données issues des investigations réalisées sur site en 2013 ainsi que des données de suivi piézométrique disponibles.

Cette synthèse, confiée par GUINTOLI à ARTELIA Eau & Environnement et réalisée par des hydrogéologues de l’équipe Eaux Souterraines basée à Grenoble (38), permet d’évaluer, dans la limite des données disponibles, les impacts quantitatifs et qualitatifs du projet sur les eaux souterraines et de présenter les principales recommandations à observer dans le cadre de l’activité d’extraction.

oOo

Page 5: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 2

1. CARACTERISTIQUES DU PROJET D’EXPLOITATION

Les principales caractéristiques de l’exploitation envisagée sont présentées ci-après.

1.1. LOCALISATION ET SUPERFICIE

Le site d’exploitation envisagé est situé sur la commune de Bras Panon, à la Réunion.

Figure 1 : Carte de situation générale – Commune de Bras Panon, La Réunion

Page 6: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 3

Figure 2 : Carte de localisation du site d’exploita tion envisagé au lieu-dit Paniandy sur la commune de Bras Panon

La superficie d’exploitation totale demandée du site de Paniandy est d’environ 7,1 ha (pour une surface d’extraction d’environ 4,9 ha).

1.2. EXPLOITATION ENVISAGEE

Au stade actuel des études, il est prévu une exploitation à ciel ouvert sur une épaisseur moyenne de 25 m. Une installation de traitement des matériaux extraits est prévue au droit du site de Paniandy.

Site de Paniandy

Page 7: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 4

2. SYNTHESE GEOLOGIQUE ET HYDROGEOLOGIQUE A

L’ECHELLE REGIONALE ET LOCALE

2.1. MORPHOLOGIE ET HYDROGRAPHIE

Le site de Paniandy est situé sur la commune de Bras Panon, en rive gauche de la rivière Bras-Panon.

Le site, situé dans la plaine alluviale de la rivière du Mat, présente une légère pente d’Ouest en Est avec des altitudes à l’Ouest d’environ 95 m NGR et d’environ 85 m NGR en limite Est.

La rivière Bras-Panon délimite le site au Sud.

Un talweg orienté Nord-Ouest / Sud-Est traverse le site, à proximité de la limite Est, avant de rejoindre la rivière Bras Panon.

2.2. SYNTHESE GEOLOGIQUE

Les données géologiques synthétisées ici sont issues de la carte géologique au 1/50 000 du BRGM, de la Banque du Sous-Sol (BSS-INFOTERRE) du BRGM, des sondages géologiques réalisés dans le cadre du projet (mars/avril 2013), ainsi que des résultats de la campagne géophysique menée au droit du site en mars 2013.

2.2.1. CONTEXTE GEOLOGIQUE GENERAL

D’après la carte géologique 1/50 000 du BRGM (feuille de Saint Benoit, Edition 1974), la commune de Bras-Panon se situe au droit de deux entités géologiques :

• La partie supérieure de la planèze est constituée de coulées volcaniques récentes et anciennes du massif du Piton des Neiges (Phase II et IV1) ;

• La partie proche du littoral est constituée d’alluvions anciennes et récentes du cône de déjection de la rivière Mât (sables, graviers, galets, blocs basaltiques) qui reposent sur des coulées basaltiques anciennes du Piton des Neiges (Phase II). Ces formations occupent la vallée de la rivière du Mât ainsi que la plaine de Saint-André et Bras Panon.

1 Phase II : coulée basaltique datée de 430 000 à plus de 2 100 000 ans. Ces formations sont constituées de basaltes à olivines et péridots, avec coulées prismatiques en pavés. Phase IV : coulée basaltique datée de 70 000 à 230 000 ans. Ces formations sont constituées de basaltes et andésites à feldspaths et olivines, à scories grossières et coulées à surface irrégulière. On peut observer également la présence de gouttières, tunnels de laves et débits prismatiques.

Page 8: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 5

Figure 3 : Extrait de la carte géologique du secteu r (Carte au 1/50 000 - feuille de Saint Benoit, Edition 1974)

D’après la carte géologique, le site du projet GUINTOLI (Groupe NGE) est donc situé au droit des formations alluviales, en limite de coulée basaltique de phase II. Ces formations alluviales sont favorables aux écoulements des eaux souterraines.

2.2.2. CONTEXTE GEOLOGIQUE LOCAL

2.2.2.1. DONNEES DISPONIBLES SUR LES OUVRAGES DECLARES A PROXIMITE DES SITES

La banque des données du sous-sol du BRGM (BSS INFOTERRE) fournit des informations sur les forages et sondages déclarés au voisinage du site.

Quelques ouvrages en particulier présentent des données sur la géologie locale. Ces derniers sont localisés sur la carte ci-après.

Alluvions

Laves récentes (phase IV)

Basaltes anciens (phase II)

Projet

Page 9: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 6

Figure 4 : Paniandy - Ouvrages avec informations gé ologiques - Données de la Banque de données du Sous – Sol (BSS)

Sur ces 4 ouvrages renseignés, 3 ouvrages sont des sondages carottés de faible profondeur (15 m). Sur ces trois sondages, les horizons rencontrés sont homogènes, à savoir des alluvions sablo graveleuses avec présence d’éléments basaltiques plus grossiers et des indurations ponctuelles. Le 4ème ouvrage documenté, celui situé le plus au sud (12273X0010/F), est un forage d’eau, le forage Paniandy, qui atteint 280 m de profondeur. Ce dernier a été exploité jusqu’en 2007 et constitue désormais un simple piézomètre.

La coupe de ce forage profond présente une succession d’horizons d’alluvions avec des éléments basaltiques plus ou moins grossiers. Ces horizons correspondent successivement depuis la surface, tout d’abord à la série quaternaire (jusqu’à environ 50 m de profondeur), puis à des alluvions issues de la coulée de phase III (jusqu’à environ 100 m de profondeur) et enfin à des alluvions issues de la coulée de phase II.

N

Page 10: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 7

2.2.2.2. DONNEES ISSUES DES SONDAGES REALISES

Une campagne de sondages géologiques a été réalisée au droit du site de Paniandy par la société Forintech entre mars et avril 2013.

Elle a consisté en la réalisation de :

o 2 sondages à la pelle,

o 1 sondage carotté de 25 m (PC1),

o 3 sondages destructifs (P1, P2, P3) dont 1 équipé en piézomètre (P1).

Figure 5 : Carte de localisation des sondages géolo giques (carotté et destructifs) réalisés entre mars et avril 2013

Le tableau ci-après synthétise les données issues de ces quatre sondages.

N

Page 11: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 8

Tableau 1. Données issues des sondages géotechnique s réalisés sur le site de Paniandy (mars/avril 2013)

Sondage Nivellement (m NGR) Coupe lithologique (depuis la surface)

PC1 -

0 à 1 m : limons et blocs

1 à 4 m : basalte peu altéré à fracturé

4 à 23 m : horizon alluvionnaire hétérogène (grossier avec blocs et galets avec passées sableuses)

23 à 25 m : basalte gris en blocs

P1

89.8 en pied d’ouvrage

90.23 en haut du tube

0 à 1 m : limons et blocs

1 à 7.5 m : horizon alluvionnaire grossier (présences de blocs)

7.5 à 17.5 m : limons rouges

17.5 à 25 m : scories rouge

P2 -

0 à 1 m : limons et blocs

1 à 12 m : horizon alluvionnaire grossier (présences de blocs)

12 à 25 m : horizon alluvionnaire plus sableux

P3 -

0 à 2 m : limons et blocs

2 à 17 m : horizon alluvionnaire grossier (présences de blocs)

17 à 25 m : horizon alluvionnaire plus sableux

Les coupes lithologiques et techniques de ces 4 sondages sont jointes en annexe 1.

Ces reconnaissances géologiques au droit du projet d’extraction ont confirmé la géologie établie à l’échelle régionale mais ont également permis de mettre en évidence des particularités locales, telle que des basaltes gris en blocs au-delà de 23 m au droit du PC1 ou encore la présence de limons rouge à partir de 7.5 m au droit du piézomètre P1.

2.2.2.3. CAMPAGNE DE RECONNAISSANCE GEOPHYSIQUE

Une campagne de reconnaissance géophysique par panneaux électriques a été effectuée sur le site du projet en mars 2013 par la société FUGRO GEOCONSULTING (rapport joint en annexe 2).

L’objectif de ces reconnaissances était de déterminer les différents faciès lithologiques et notamment les horizons graveleux et à blocs en vue du projet d’exploitation.

Trois panneaux électriques ont été réalisés sur le site de Paniandy pour un linéaire légèrement supérieur à 1000 m.

Page 12: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 9

Figure 6 : Localisation des profils géophysiques ré alisés (P1, P2 et P3)

L’analyse globale des résultats met en évidence deux gammes de résistivités :

• < 1500 Ohm.m : terrains pouvant correspondre à des terrains sableux hors ou sous nappe, plutôt observés en partie profonde des profils.

• > 1500 Ohm.m : terrains pouvant correspondre à un faciès alluvionnaire grossier (blocs basaltiques), plutôt observés en partie superficielle des profils.

Les résultats obtenus sur les profils P1 et P3 mettent en évidence une couche alluvionnaire grossière d’une épaisseur comprise entre 10 et 15 m surmontant un horizon sableux tandis que le profil P2 est plus hétérogène, avec un horizon alluvionnaire grossier de 5 à 12 m d’épaisseur et des terrains sableux qui semblent être ponctuellement présents en surface.

Page 13: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 10

2.3. CONTEXTE HYDROGEOLOGIQUE

2.3.1. ENSEMBLES HYDROGEOLOGIQUE REGIONAL

D’après les informations recueillies auprès de l’Office de l’Eau de La Réunion (ORE), le projet d’exploitation se situe au droit de la masse d’eau souterraine répertoriée « Aquifère Saint-André Bras Panon Salazie ».

2.3.2. HYDROGEOLOGIE LOCALE

2.3.2.1. ECOULEMENTS SOUTERRAINS

La présentation sommaire de l’hydrogéologie du secteur de Bras Panon, établie lors de la réalisation du forage Paniandy fournit des éléments relatifs à l’hydrogéologie locale.

Dans ce secteur, les eaux météoriques s’infiltrent et circulent au droit des reliefs dans les formations basaltiques de phase III et IV jusqu’aux tufs et couches d’altération des terrains de phase II. Ces circulations alimentent ensuite la nappe alluviale de la plaine littorale, nappe localement libre ou captive. Ces circulations constituent une nappe que l’on qualifiera ici de superficielle.

Les eaux météoriques s’infiltrent également dans les formations basaltiques de phase II, le plus souvent au niveau des lits des cours d’eau. Dans ce cas et en zone littorale, cette circulation des eaux alimente une nappe profonde souvent captive sous des terrains imperméables.

Le forage Paniandy a fourni des informations piézométriques intéressantes lors de sa réalisation :

- En cours de foration, un premier niveau d’eau douce a été mesuré autour de 50 m NGR (à un peu plus de 30 m de profondeur). Ce niveau correspond a priori à la nappe dite superficielle.

- Lors de l’approfondissement de l’ouvrage, le niveau d’eau a été établi autour de 13 m NGR (soit autour de 70 m de profondeur). Ce niveau correspond à la nappe profonde.

Par conséquent, l’aquifère profond, ici de nature alluviale, présente une charge piézométrique très nettement différente de la nappe de surface.

Dans le cadre de l’« Etude géologique et hydrogéologique du secteur Est de la Réunion » réalisée par l’ORE (Office Réunionnais de l’Eau) au début des années 2000, des cartes piézométriques de ces deux nappes ont été établies à l’échelle du secteur. Ces cartes sont présentées ci-après.

Page 14: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 11

Figure 7 : Nappe profonde (appelée également nappe de base)

Zone d’ d’étude

Page 15: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 12

Figure 8 : Nappe superficielle dans le cône alluvia l de la rivière du Mat

Dans le secteur de Paniandy, les écoulements profonds sont orientés du Sud-Ouest vers le Nord-Est tandis que les écoulements superficiels semblent plutôt orientés Ouest- Est.

En l’absence de données complémentaires, il est difficile d’établir le gradient piézométrique qui prévaut au droit du secteur d’étude. En effet, les deux cartes piézométriques disponibles pour les deux nappes ne sont pas suffisamment précises au droit du secteur de Paniandy. Les faibles gradients hydrauliques déterminés à l’échelle régionale (entre 0.3 et 2 %) traduisent cependant la bonne transmissivité des deux aquifères identifiés dans la zone d’étude.

D’après les données bibliographiques disponibles (source BRGM2 et étude de l’ORE citée précédemment), la nappe superficielle est en continuité avec la rivière du Mât (alimentation de la rivière par la nappe), bien que cette relation ne soit pas mise en évidence sur la carte piézométrique présentée en figure 8.

2.3.2.2. DONNEES PIEZOMETRIQUES LOCALES

Les points d’accès à la nappe superficielle disponibles au droit et à proximité du site du projet sont principalement le piézomètre P1 réalisé en 2013 et le piézomètre du Refuge (12273X0016/S5), situé au Sud-Est du site d’exploitation, et qui appartient au réseau de surveillance piézométrique de l’ORE.

Ces deux ouvrages sont localisés sur la carte ci-après.

2 Cf. « Le Système d’Informations pour la Gestion des Eaux – Rapport d’avancement n°3 – Base de données des systèmes aquifères » BRGM, Juin 1996

Zone d’ d’étude

Page 16: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 13

Figure 9 : Carte de localisation des piézomètres av ec données piézométriques disponibles (aquifère superficiel)

Remarque : la densité des points de mesure disponibles ne permet pas de préciser avec certitude les directions d’écoulements de la nappe superficielle au droit du projet. Pour la suite de l’étude, ce sont les directions d’écoulements données par la carte piézométrique régionale présentée plus haut qui seront prises en compte.

Un suivi piézométrique régulier au droit du piézomètre P1 du site a débuté en juin 2013. Les résultats sont présentés dans le tableau ci-après. La durée du suivi (près de 2 ans) permet de disposer de données relativement fiables sur le niveau de la nappe en limite Ouest du site et sur son évolution au cours du temps.

Site de Paniandy

Page 17: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 14

Tableau 2. Mesures piézométriques réalisées au droi t du site de Paniandy

Figure 10 : Représentation graphique de l’évolution des niveaux piézométriques au droit du site

DATE Profondeur / Tube (m) Cote Nappe / TN (m NGF)

avr-13 DATE Profondeur / Tube (m) Cote Nappe / TN (m NGF)

12/06/2013 13,55 76,68 11/01/2014 12,52 77,71

19/06/2013 13,60 76,63 25/02/2014 13,05 77,18

25/06/2013 13,66 76,57 31/03/2014 13,23 77,00

03/07/2013 13,73 76,50 21/05/2014 13,25 76,98

11/07/2013 13,86 76,37 27/06/2014 13,13 77,10

19/07/2013 14,00 76,23 25/07/2014 13,30 76,93

26/07/2013 14,06 76,17 12/08/2014 13,34 76,89

02/08/2013 14,02 76,21 23/09/2014 13,18 77,05

10/08/2013 14,10 76,13 28/10/2014 13,06 77,17

16/08/2013 14,16 76,07 26/11/2014 14,02 76,21

23/08/2013 14,14 76,09 15/12/2014 14,40 75,83

30/08/2013 14,09 76,14 20/01/2015 10,45 79,78

06/09/2013 14,11 76,12 30/01/2015 10,37 79,86

12/09/2013 14,14 76,09 25/02/2015 12,78 77,45

23/09/2013 14,18 76,05 18/03/2015 12,84 77,39

30/09/2013 14,21 76,02

08/10/2013 14,24 75,99

15/10/2013 14,26 75,97

23/10/2013 14,29 75,94

31/10/2013 14,18 76,05

06/11/2013 14,19 76,04

10/12/2013 13,28 76,95

P1

Mise en place du piézomètre

P1

Page 18: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 15

Les mesures disponibles donnent les informations suivantes :

• Au cours des deux dernières années, la profondeur moyenne de la nappe superficielle en limite Ouest du site est de l’ordre de 13.5 m, avec des cotes piézométriques comprises, hors épisodes exceptionnels, entre 76 et 77 m NGR.

Si l’on retient la pente de la nappe issue de la carte piézométrique de la nappe superficielle présentée en figure 8 (par extrapolation des isopièzes jusqu’au site), établie à environ 1% dans le secteur d’étude, les niveaux piézométriques vont de 76 – 77 m NGR en limite Ouest de site à 71 – 72 m NGR en limite Est de site (hors épisodes climatiques particuliers).

• Le niveau de la nappe a été relativement stable entre juin 2013 et décembre 2014 (amplitude de battement inférieure à 2 m)

• En 2015, des amplitudes de niveau de nappe plus marquées ont été mesurées, avec notamment des niveaux hauts à fin janvier 2015 (79,86 m NGR) lors d’un épisode cyclonique. Ces niveaux peuvent à ce jour être retenus comme Niveau de Plus Hautes Eaux connu (NPHE).

• Sur la période de suivi disponible (juin 2013 à mars 2015), l’amplitude maximale observée est de l’ordre de 4 m.

En parallèle, le suivi du piézomètre du Refuge à Bras Panon permet de donner des informations complémentaires sur l’ordre de grandeur des fluctuations de niveau de l’eau souterraine de l’aquifère superficiel au cours du temps (variations intra et interannuelles).

Figure 11 : Evolution du niveau piézométrique super ficiel au droit du piézomètre du Refuge (12273X0016/S5)

Page 19: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 16

D’après la chronique piézométrique disponible (source ORE), la période des basses eaux semble être préférentiellement autour du mois d’octobre (cote NGR minimale de l’ordre de 48 m) et la période de hautes eaux est observée plutôt au printemps (avec une cote NGR maximale enregistrée à 54,80 m), soit un battement ou fluctuation maximale d’un peu plus de 6 m, soit légèrement supérieure aux fluctuations observées au droit du piézomètre implanté sur le site d’exploitation (P1).

2.3.3. PRODUCTIVITE DES FORMATIONS GEOLOGIQUES

Il n’existe aucune information à ce jour sur la productivité de l’aquifère superficiel au droit du site au sens strict.

Les essais de pompage réalisés sur le forage du Refuge situé au sud-est du projet d’exploitation et captant l’aquifère superficiel ont permis d’estimer la transmissivité de l’aquifère à environ 3. 10-5 m2/s, soit une productivité médiocre, dans ce secteur.

Les données disponibles pour le forage Paniandy témoignent de la présence de formations géologiques alluviales profondes qui constituent un aquifère d’excellente qualité hydrodynamique3.

2.3.4. QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES

Il n’existe pas d’informations relatives à la qualité de l’eau souterraine circulant au droit du projet d’exploitation.

Une analyse d’eau a été réalisée au droit du forage du Refuge et présente de fortes concentrations en fer et manganèse.

Au niveau des eaux captées par le forage profond de Paniandy, l’eau est de faciès bicarbonaté magnésien, avec un pH de 7,4.

2.4. USAGE LOCAL DE L’EAU SOUTERRAINE

2.4.1. OUVRAGES AEP ET PERIMETRES DE PROTECTION ASSOCIES

Le recensement des ouvrages de captage d’alimentation en eau potable (AEP) dans le secteur du projet d’exploitation met en évidence l’absence d’ouvrages à proximité immédiate du site. En effet, le captage AEP le plus proche est le forage Dioré et ce dernier se situe à 2.5 km au Nord-Ouest du site. Par ailleurs, selon les directions d’écoulements souterrains décrites plus haut, il n’existe aucun captage d’eau potable en aval hydraulique du site de Paniandy (c’est-à-dire en direction du Nord-Est).

3 Suite aux pompages d’essais réalisés sur l’ouvrage (novembre 1991) la transmissivité de l’aquifère profond est évaluée à environ 3. 10-1 m2/s.

Page 20: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 17

Figure 12 : Carte de localisation des captages d’al imentation en eau potable et des périmètres de protection réglementaires dans le sec teur de Paniandy

2.4.2. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR L’USAGE LOCAL DE L’EAU AU DROIT DE LA COMMUNE

DE BRAS PANON

Après confirmation de l’Agence Régionale de Santé, le forage S2 (cf. figure 12) fait l’objet d’un suivi de la qualité de l’eau régulier (ORE) mais n’est actuellement pas exploité pour les besoins en eau potable. Par ailleurs, d’après les informations recueillies auprès des services techniques de la mairie de Bras-Panon, cet ouvrage est relativement éloigné de toute infrastructure existante pour la distribution d’eau potable (canalisations, réservoir de stockage) et semble donc peu pertinent pour le développement futur de l’alimentation en eau potable de la commune.

Enfin, toujours d’après les services de la commune de Bras Panon, une réflexion est en cours actuellement afin de créer un nouveau forage pour les besoins en eau potable dans le secteur de Paniandy : bien que la réflexion sur ce sujet soit encore tout à fait préliminaire, les zones envisagées pour une possible implantation de forage AEP sont situées entre la route nationale (N2) et le projet d’exploitation de Paniandy4 (cf. figure ci-après). Au vu des directions régionales d’écoulements souterrains (d’Ouest en Est) et du fait que ce nouveau forage devrait capter l’aquifère profond à des fins d’eau potable, il n’y a a priori aucune incompatibilité entre ces deux projets (pas d’interaction des écoulements souterrains).

4 Les Services de la commune de Bras Panon contactés dans le cadre de la présente étude ont initialement transmis ces informations à l’automne 2014. La localisation prévisionnelle du nouveau forage a été reconfirmée par ces mêmes Services au cours du mois d’août 2015.

Forage Dioré

Forage Harmonie

Forage Ravine Creuse

Forage S2 (non exploité)

Page 21: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 18

* information confirmée par les Services de la commune de Bras Panon en août 2015

Figure 13 : Secteur d’implantation pour un nouveau forage AEP au droit de la commune de Bras Panon

2.4.3. USAGES AGRICOLES ET INDUSTRIELS

Après consultation des banques de données du sous-sol (BSS), de l’Office de l’Eau de La Réunion et de la police de l’Eau, il n’existe aucun ouvrage à usage agricole ou industriel déclaré dans le secteur du projet.

2.4.4. CONCLUSION

Au vu des données recueillies, le projet d’exploitation au droit du site de Paniandy est tout à fait compatible avec les usages de l’eau (AEP, agricole, industriel) dans le secteur.

Site de Paniandy

Secteur approximatif d’implantation d’un nouveau forage AEP*

Page 22: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 19

3.EVALUATION DE L’IMPACT POTENTIEL DU PROJET

D’EXPLOITATION SUR LES EAUX SOUTERRAINES ET

RECOMMANDATIONS ASSOCIEES

La réalisation d’une synthèse géologique et hydrogéologique du site sur la base des données bibliographiques disponibles et complétées par des investigations de terrain permet d’évaluer en première approche l’impact potentiel du projet d’exploitation sur les eaux souterraines au droit et à proximité du site.

Cette évaluation d’impact repose notamment sur les plans de phasage d’exploitation ainsi que de réaménagement final du site disponibles à ce jour. Des recommandations sont associées à cette évaluation afin de limiter au maximum les impacts potentiels (quantitatif et qualitatif) du projet sur les eaux souterraines.

3.1. EVALUATION DE L’IMPACT POTENTIEL DU PROJET EN PHASE D’EXPLOITATION SUR

LES EAUX SOUTERRAINES

Le projet actuel d’exploitation tel qu’il est défini prévoit une exploitation des ressources partiellement sous eau. En effet, d’après les données disponibles le fond de fouille de l’exploitation, prévu à 58 m NGR, se situe entre 13 et 18 m de profondeur par rapport au niveau actuel de la nappe superficielle (respectivement d’est en ouest).

Afin de réduire au maximum l’impact de l’activité d’extraction sur les eaux souterraines au droit du site de Paniandy, GUINTOLI prévoit un phasage d’exploitation qui a pour résultat de limiter l’emprise des plans d’eau créés au cours de l’exploitation (avancement coordonné de l’extraction et du remblaiement). D’après les données transmises par GUINTOLI, les plans d’eau résultant de l’extraction sous eau ne devraient pas excéder 100 m dans le sens des écoulements (Ouest-Est au droit du site).

3.1.1. IMPACT QUANTITATIF SUR LES EAUX SOUTERRAINES

3.1.1.1. PHENOMENE DE BASCULEMENT DE NAPPE

En terme d’hydrodynamique souterraine, la création d’un plan d’eau dans le cadre de l’activité d’extraction va entrainer un phénomène de basculement de nappe. Ce phénomène consiste en un rabattement de nappe en amont immédiat du bassin associé à une rehausse de nappe en aval immédiat du bassin. Au droit du site de Paniandy, ces phénomènes vont donc se produire respectivement à l’Ouest et à l’Est des bassins.

L’impact sur les écoulements souterrains sera négligeable dans la direction Nord-Sud (c’est-à-dire perpendiculairement aux écoulements souterrains).

Bien que les données hydrogéologiques locales soit limitées, il est possible à ce stade de procéder à un calcul approximatif de l’amplitude de basculement de nappe afin d’évaluer l’impact de l’activité sur les écoulements souterrains au droit du site.

Page 23: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 20

Figure 14 : Schéma de principe pour l’estimation du phénomène de basculement

Le schéma ci-dessus (échelles verticale et horizontale non respectées) présente de façon sommaire le principe de calcul retenu dans le cadre de l’estimation de l’amplitude du phénomène de basculement de nappe au droit du site de Paniandy.

Cette estimation repose sur la mise à l’équilibre des débits amont et aval calculés à partir de la loi de Darcy, avec des hypothèses de simplification (en particulier écoulements horizontaux, plan d’eau considéré comme rectangulaire, milieu poreux homogène), ainsi qu’en prenant l’hypothèse d’un substratum (horizon moins perméable voire imperméable) à la cote d’environ 30 m NGR, constitué ici d’un horizon alluvionnaire limoneux rougeâtre identifié sur plusieurs sondages du secteur et en particulier le forage du refuge.

La largeur du bassin a été fixée à 100 m afin de rester sécuritaire par rapport aux données disponibles à ce jour (bassins successifs plutôt de l’ordre de 80 m d’extension maximale dans le sens Est-Ouest).

Dans le cadre de l’estimation réalisée ici, une perméabilité de 1 m/s a été retenue pour le plan d’eau (Keau)5. Une perméabilité de l’ordre de 1.10-5 m/s a été retenue pour les sols (Ksol). Bien qu’il existe des incertitudes sur la perméabilité des sols au droit du site, il est à noter que ce paramètre influe seulement sur les débits amont et aval calculés mais n’a pas d’impact sur les valeurs de rabattement et de rehausse de niveau de nappe.

Sur la base des hypothèses retenues, l’estimation du phénomène de basculement de nappe donne des variations de niveau inférieures à 1 m en aval et amont immédiat du bassin d’extraction. L’impact de ces phénomènes (c’est-à-dire une modification du niveau supérieure à 0,1 m) est par ailleurs limité à 150 m maximum en amont et aval hydrauliques du bassin.

3.1.1.2. FORAGE D’EXPLOITATION

Dans le cadre du projet d’exploitation du site de Paniandy, GUINTOLI envisage la création d’un forage d’exploitation à l’extrémité Ouest du site, à proximité du piézomètre P1. Ce forage doit servir à alimenter en eau les installations de traitement des matériaux.

5 En théorie, la perméabilité de la masse d’eau est infinie. Afin de mener à bien les calculs, on retient classiquement une perméabilité de 1 m/s, c’est-à-dire très largement supérieure à celle des sols.

Page 24: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 21

A ce jour, le volume prévisionnel annuel d’exploitation de ce forage est de 20 000 m3. L’ouvrage sera donc soumis au régime de déclaration6.

Ce volume annuel prévisionnel d’exploitation correspond approximativement à un débit moyen d’exploitation de l’ordre de 5 m3/h (sur la base d’un fonctionnement journalier de 10h). Ce débit d’exploitation prévisionnel réduit n’est pas de nature à modifier le fonctionnement de la nappe superficielle dans le secteur d’étude.

Par ailleurs, ce forage, prévu pour capter l’aquifère superficiel, n’interagira pas avec l’aquifère profond, exploité à des fins d’alimentation en eau potable.

Une attention particulière devra être portée aux conditions d’implantation de l’ouvrage, qui devra être réalisé dans le strict respect de la norme AFNOR FD-X-10-999, qui régit les conditions de réalisation de forages d’eau (jointe en annexe 4 du présent rapport).

3.1.2. IMPACT QUALITATIF SUR LES EAUX SOUTERRAINES

Dans le cadre du projet, la disparition partielle ou totale de la couverture naturelle de l’aquifère aura pour conséquence une augmentation significative de la vulnérabilité de la nappe superficielle circulant au droit du site. En effet, toute pollution accidentelle en surface sera susceptible d’atteindre immédiatement les eaux souterraines.

L’activité d’exploitation des horizons lithologiques proprement dite ne présente pas de risque vis-à-vis d’une éventuelle dégradation de la ressource en eau souterraine.

Dans le cadre de la gestion des eaux internes du site, un réseau de fossés est prévu afin de rediriger les eaux pluviales vers les bassins d’extraction successifs. Cette mesure aura pour conséquence d’augmenter la teneur en matières en suspension (MES) au droit des bassins. Ces MES peuvent être faiblement chargées en hydrocarbures (pollution chronique issue des engins de chantier). Cependant, ces teneurs potentielles en hydrocarbures apportées par les MES restent en principe négligeables au regard de la qualité de l’aquifère à l’échelle du secteur d’étude. De plus, les MES apportées dans les bassins d’extraction participent au colmatage des berges de ces derniers, limitant ainsi les transferts vers l’aquifère.

Recommandation relative à l’apport en MES dans la nappe superficielle

Dans le cadre du projet d’exploitation, il est nécessaire de prévoir des bassins de décantation par lesquels doivent transiter les eaux pluviales afin de limiter au maximum l’apport en MES au droit des bassins d’extractions successifs.

A ce jour, le projet d’exploitation GUINOTLI prévoit bien l’installation de ces bassins de décantation.

6 Cf. Arrêté interministériel du 11 septembre 2003 portant application du décret no 96-102 du 2 février 1996 et fixant les prescriptions générales applicables aux sondage, forage, création de puits ou d'ouvrage souterrain soumis à déclaration en application des articles L. 214-1 à L. 214-3 du code de l'environnement et relevant de la rubrique 1.1.1.0 de la nomenclature annexée au décret no 93-743 du 29 mars 1993 modifié.

Page 25: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 22

Dans le cadre de l’extraction de matériaux, le risque principal d’atteinte à la nappe réside dans les installations annexes (stockage de produits dangereux etc.) ainsi que l’entretien des engins de chantier (hydrocarbures, huile de vidange etc.) qui peuvent générer des pollutions accidentelles.

Recommandations relatives aux pollutions accidentelles

Afin de ne pas entraîner d’effets dommageables sur les caractéristiques de la nappe, des mesures pour prévenir tout risque de défaillance devront être instaurées pour limiter l’impact des travaux sur la qualité des eaux souterraines, et en particulier :

� Les installations de chantier, notamment celles relatives à l’entretien des engins, devront être protégées de tout risque d’infiltration. Les produits usés seront récupérés et évacués (recueil des huiles de vidange, aménagement d’aires étanches avec cuvette de rétention au niveau de stationnement des engins et sous le stockage de produits potentiellement polluants, etc.) ;

� Les rejets ne se feront jamais de façon directe, ils seront limités et suivant leur nature, traités (décanteur, déshuileur, etc.).

Par ailleurs, des moyens d’intervention spécifiques devront être prévus en cas de déversement d’hydrocarbures (ou tout autre fluide) :

� dans l’eau (type boudins absorbant flottants) ;

� dans le sol (kits anti-pollution et feuilles absorbantes).

3.1.3. INTERACTIONS NAPPE-RIVIERE

D’après les données de la carte IGN du secteur, il existe deux points de la rivière Bras Panon nivelés en amont et en aval du site. Ces deux points nivelés dans le lit de la rivière, respectivement à 85 m NGR et 73 m NGR, donnent une pente du cours d’eau au droit du site de 1,2%.

Figure 15 : Extrait de la carte IGN, avec points co tés au droit du lit de la rivière Bras Panon

Page 26: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 23

A partir de ces données, il est possible de déduire que le lit de la rivière Bras Panon est approximativement compris entre 81,6 et 74,6 m NGR pour le linéaire concerné par la limite Sud du site. La hauteur d’eau étant réduite au droit du cours d’eau, on peut, en première approche, assimiler le fil d’eau à la cote du fond du lit.

D’après l’ensemble de ces informations, la rivière Bras Panon apparait localement surélevée par rapport à la nappe superficielle d’environ 3 à 5 m. Cette différence de niveaux d’eau permet de penser que le colmatage du lit de la rivière Bras Panon est relativement important et que les échanges nappe-rivière (en l’occurrence, l’alimentation de la nappe par la rivière) sont ainsi réduits au droit du secteur d’étude.

Par ailleurs, le phasage d’exploitation évoqué aux paragraphes précédents réduit l’emprise des bassins successifs d’exploitation sous eau et limite ainsi le phénomène de basculement de nappe au voisinage des bassins.

La combinaison d’échanges réduits entre nappe et rivière et de phénomènes limités de basculement de nappe permet d’affirmer qu’il n’y aura pas d’impact significatif de l’activité d’exploitation sur les interactions entre la nappe superficielle et la rivière Bras Panon.

3.2. EVALUATION DE L’IMPACT DU REAMENAGEMENT FINAL

D’après les données transmises par GUINTOLI, l’ensemble du site d’extraction sera remblayé à l’issue de l’exploitation. Il n’y aura donc aucun plan d’eau résiduel.

Par ailleurs, le remblaiement est prévu à ce jour au moins 2 m au-dessus du niveau de plus hautes eaux (NPHE) soit environ 82 m NGR. Cette cote permet donc de conserver au minimum 5 m de couverture entre la cote sol et le niveau moyen de la nappe observé hors épisodes exceptionnels, ce qui correspond aux recommandations d’usage en la matière.

Recommandations relatives au remblaiement du site

Les matériaux de remblai issus du site seront privilégiés et correspondront aux terres de découverte et aux niveaux non valorisables. Afin de remblayer les zones exploitées proches du niveau de la nappe, la priorité devra être donnée aux matériaux de types limons, afin de limiter la perméabilité des premiers mètres sus-jacents à la nappe.

Si des matériaux externes au site devaient être utilisés, il conviendra d’utiliser des matériaux inertes7, en privilégiant des matériaux de perméabilité voisine des matériaux initialement en place (de l’ordre de 1.10-5 m/s). Ces matériaux devront servir à remblayer les zones hors d’eau uniquement.

En l’état, et sous réserve du respect des recommandations concernant la nature des matériaux de remblai, le réaménagement final du site n’aura pas d’impact sur les eaux souterraines dans le secteur d’étude.

7 Cf. Arrêté ministériel du 22 septembre 1994 modifié relatif aux exploitations de carrières et aux installations de premier traitement des matériaux de carrières

Page 27: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 24

4.CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES OPPOSABLES

Le recensement des zones environnementales protégées sur l’ile de la Réunion a mis en évidence la présence dans le secteur du projet des zones de type ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) suivantes :

- « Cours et Embouchure de la rivière des Roches » - ZNIEFF type I n°001 0193, située au sud du site;

- « Bas et mi-pentes de l’Est » - ZNIEFF type II n° 0089, située au sud du site;

- « Cours et Delta de la rivière du Mât » - ZNIEFF type I n°001 0192, située au nord du site ;

- « Salazie et vallée » - ZNIEFF type II n° 0085, située au nord du site.

Figure 16 : Carte de localisation des ZNIEFF de typ e I et II à proximité du projet

Pour les quatre zones recensées, les fiches ZNIEFF sont présentées en annexe 3.

Par ailleurs, le projet d’exploitation se trouve au Sud-Ouest de l’embouchure de la rivière du Mat, classée aujourd’hui en Zone Humide. La zone classée se situe à environ 1,5 km du projet.

Page 28: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 25

Figure 17 : Carte de localisation de la Zone Humide à proximité du projet

D’après l’évaluation des impacts quantitatifs et qualitatifs présentée au paragraphe 3, l’exploitation du site de Paniandy n’aura aucun impact sur la zone humide recensée, ni sur les ZNIEFF I et II situées au droit de la rivière du Mât (n° 001 192 et 0085 resp.) en raison de leur éloignement par rapport au secteur d’étude.

Concernant les ZNIEFF I et II situées en limite Sud de site, la fiche relative à la ZNIEFF I située en limite Sud du site (Cours et embouchure de la rivière des Roches) indique que le secteur présente un intérêt écologique. L’examen de la fiche ZNIEFF II associée (Bas et mi pentes de l’Est) permet de préciser cet intérêt, qui s’avère principalement faunistique (mammifères, oiseaux et reptiles).

Il n’existe a priori pas d’interaction entre la faune locale et la nappe superficielle circulant au droit du site de Paniandy. En revanche, la faune locale peut être concernée par la modification de la qualité de l’eau dans la rivière Bras Panon et en particulier par l’apport de matières en suspension. Or il a été montré plus haut que les eaux pluviales internes au site, susceptibles d’être chargées en MES transiteraient d’abord par un dispositif de décantation avant d’être réinfiltrées directement en nappe via les bassins d’extraction successifs. (Le détail de la gestion des eaux pluviales du site et notamment des eaux externes, déviées afin de ne pas transiter par la zone d’extraction, est abordée dans l’étude hydraulique également réalisée par ARTELIA).

Au vu de l’évaluation des impacts quantitatifs et qualitatif relatifs aux eaux souterraines présentée ci-avant, il en ressort que le projet d’exploitation au droit du site de Paniandy n’est pas de nature à compromettre l’intérêt écologique des zones environnementales classées identifiées en limite sud du site.

Site de Paniandy

Page 29: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 26

5. DISPOSITIF DE SURVEILLANCE DE LA NAPPE AU

DROIT DU SITE

Afin de surveiller la nappe superficielle circulant au droit du projet, et d’alerter l’exploitant en cas de dégradation de la qualité de la nappe, un suivi piézométrique devra être mis en œuvre au droit du site. Ce suivi à la fois quantitatif et qualitatif devra être réalisé au droit de piézomètres implantés en amont ainsi qu’en aval hydraulique du site. Le piézomètre actuel P1 fera office de piézomètre amont tandis qu’un nouveau piézomètre devra être réalisé à l’extrémité Est du site afin de faire office de piézomètre aval. La figure ci-après présente une implantation possible du réseau piézométrique de surveillance en phase d’exploitation, constitué de deux piézomètres :

Figure 18: Carte d’implantation des piézomètres de surveillance en phase d’exploitation (Source : ATDX)

Remarque : La présence d’un piézomètre en amont hydraulique du site permet de comparer la qualité de l’eau entre l’amont et l’aval du site d’exploitation et d’interpréter plus finement les résultats obtenus au droit des piézomètres aval (impact de l’activité d’exploitation proprement dite ou simple dégradation régionale de la qualité de l’eau).

Ce suivi piézométrique, préconisé pendant toute la durée de l’exploitation, consistera à :

• Mesurer les niveaux d’eau de façon hebdomadaire;

• Réaliser des prélèvements d’eau pour analyse physico-chimique (incluant odeur, couleur, turbidité, pH, conductivité et hydrocarbures totaux) à fréquence trimestrielle.

La synthèse de ce suivi pourra faire l’objet d’une note annuelle transmise aux Services de l’Etat concernés (DEAL).

Piézomètre amont

Piézomètre aval

N

Page 30: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 27

6. COMPATIBILITE AVEC LE SDAGE REUNION

Créé par la loi sur l’Eau de 1992, le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) est un outil de planification décentralisé, fixant pour une période de 6 ans les grandes orientations d’une gestion équilibrée de la ressource en eau et les objectifs à atteindre en termes de qualité et de quantité des eaux.

Les SDAGE de 1996 ont été révisés en 2009 pour intégrer les nouveautés du contexte réglementaire, et notamment celles apportées par la directive cadre sur l’eau de 2000. Ils couvrent désormais la période 2010-2015.

La zone d’étude est concernée par le SDAGE Réunion. Ce dernier identifie la rivière Bras Panon comme un cours d’eau en état médiocre et fixe un objectif de bon état pour 2015. Il en est de même pour la masse d’eau souterraine ‘Aquifère Saint André Bras Panon Salazie’, identifiée au droit du site.

Les orientations et les préconisations du SDAGE en lien avec les eaux souterraines sont les suivantes :

o Gérer durablement la ressource en eau dans le respect des milieux aquatiques et des usages ;

o Assurer à la population de façon continue, la distribution d’une eau potable de qualité ;

o Lutter contre les pollutions ;

o Préserver, restaurer et gérer les milieux aquatiques continentaux et côtiers ;

o Préserver les aquifères et masses d’eau.

Sur la base de l’évaluation de l’impact potentiel du projet d’exploitation sur les eaux souterraines au droit et à proximité du site de Paniandy qui a démontré un impact qualitatif faible dans le cadre de l’activité normale d’exploitation, et sous réserve du strict respect de l’ensemble des recommandations émises au paragraphe 3 (en phase d’exploitation ainsi que dans le cadre du réaménagement final), le projet d’exploitation est compatible avec le SDAGE concernant le volet eaux souterraines.

oOo

Page 31: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015 PAGE 28

7. CONCLUSIONS

La synthèse géologique et hydrogéologique du secteur concerné par le projet d’exploitation de GUINTOLI au lieu-dit Paniandy a mis en évidence la présence de deux nappes souterraines circulant au droit du projet dans des horizons relativement transmissifs : une nappe profonde (dite de base) et une nappe superficielle circulant dans les alluvions quaternaires, cette dernière alimentant la rivière du Mât en aval hydraulique. Le suivi piézométrique réalisé sur le site de Paniandy par la société GUINTOLI donne un niveau de nappe moyen à environ 14 m de profondeur au droit du site retenu.

A ce jour, le projet envisagé consiste à excaver à environ 25 m de profondeur, soit partiellement sous eau. Afin de limiter au maximum l’impact de l’extraction sur les eaux souterraines, GUINTOLI prévoit une exploitation en 3 phases successives, chaque phase ne présentant qu’un unique bassin d’extraction de dimension limitée (emprise dans le sens des écoulements inférieure à 100 m). Cette limitation du nombre et de la taille des bassins d’extraction successifs est rendue possible par le remblaiement progressif du site.

D’après les données disponibles à ce jour, l’évaluation des impacts quantitatifs de l’activité d’extraction sur la nappe superficielle circulant au droit du site, réalisée par l’équipe d’hydrogéologues d’ARTELIA Eau & Environnement, a montré que les impacts seraient à la fois modérés en terme d’amplitude (variations de niveau de nappe inférieures à 1 m, soit faible au regard des variations naturelles locales de la nappe) mais également limités à l’emprise du site (impact négligeable au-delà de 150 m des bassins d’extraction).

Concernant l’impact qualitatif du projet sur les eaux souterraines, une attention particulière devra être portée afin de réduire au maximum les risques de pollution accidentelle (hydrocarbures en particulier) et des procédures devront être prévues pour limiter au maximum l’atteinte à la nappe en cas d’incident (kits anti-pollution etc.).

A l’issue de l’exploitation, l’ensemble du site sera remblayé en respectant une épaisseur minimale de matériaux de 5 m au-dessus du niveau moyen de nappe (et a minima 2 m au-dessus du niveau de plus hautes eaux), ce qui permettra de restituer une couverture naturelle en tête de nappe, limitant ainsi sa vulnérabilité. Par ailleurs, les matériaux de remblai utilisés seront soit directement issus du site, soit en conformité avec les prescriptions réglementaires en vigueur relatives à l’utilisation de matériaux inertes en provenance de l’extérieur, permettant ainsi une remise en état du milieu qui n’aura pas d’impact qualitatif négatif sur les eaux souterraines locales.

Sous réserve du respect de l’ensemble des recommandations d’exploitation et de surveillance émises dans le cadre de ce rapport, le projet d’exploitation du site de Paniandy par la société GUINTOLI apparait compatible, concernant le volet hydrogéologique, avec les contraintes environnementales, les usages de l’eau dans le secteur ainsi qu’avec les préconisations du SDAGE Réunion en vigueur.

Page 32: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015

ANNEXE 1 : PROSPECTION PANIANDY BRAS PANON - INVESTIGATIONS GEOLOGIQUES - RAPPORT D’INTERVENTION (FORINTECH, AVRIL 2013)

Page 33: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

Rapport d’intervention. Indice 00 du 24/04/13 Page 1 / 4

GUINTOLI – DIRECTION SUD / CARRIERES

***

PROSPECTION - PANIANDY

BRAS PANON

INVESTIGATIONS GEOLOGIQUES

***

RAPPORT D’INTERVENTION Indice 00

DDIIFFFFUUSSIIOONN Société / Personne Téléphone

Fax Nombre d’exemplaires

Pour application

Pour approbation

Pour information

GUINTOLI MM BERNARD & GAUTIER

1 X

FORINTECH Bureau (RT)

02.62.45.29.82 02.62.45.29.83

1 X

Rédacteur Cindy GAETAN Visa CG

Approbateur Cécile LESAGE Visa CL

Page 34: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

Rapport d’intervention. Indice 00 du 24/04/13 Page 2 / 4

SSOOMMMMAAIIRREE

DIFFUSION ............................................................................................................................................................ 1

GRILLE DE MODIFICATIONS ............................................................................................................................ 3

INTRODUCTION .................................................................................................................................................. 3

MOYENS MIS EN OEUVRE : .............................................................................................................................. 4

INTERVENTION : ................................................................................................................................................. 4

ANNEXES .............................................................................................................................................................. 4

Page 35: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

Rapport d’intervention. Indice 00 du 24/04/13 Page 3 / 4

GGRRIILLLLEE DDEE MMOODDIIFFIICCAATTIIOONNSS N° de Page

Indice N°01 du Indice N°02 du Indice N°03 du Remarques

1 2 3 4

IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN

Dans le présent document, nous décrivons les moyens humains et matériels que FORINTECH a mis en œuvre pour l’exécution des reconnaissances géotechniques. Les prestations du dossier relatif à la reconnaissance géotechnique ont compris :

- 2 sondages à la pelle - 1 sondage carotté de 25m (PC1), - 3 sondages destructifs de 25m (P1, P2 et P3) - Equipement piezometrique du sondage P1

Page 36: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

Rapport d’intervention. Indice 00 du 24/04/13 Page 4 / 4

MMOOYYEENNSS MMIISS EENN OOEEUUVVRREE :: MATERIELS Les moyens mis en œuvre sont les suivants :

- Camion VOLVO 32 tonnes avec grue hydraulique et porte char pour l’amenée et le repli du matériel (foreuse et pelle)

- Midi Pelle KUBOTA KX-080 pour la réalisation des sondages à la pelle - Foreuse SEDIDRILL 750, carottier à câble type SQ à couronne diamantée - Cuve de stockage pour l’eau - Foreuse MUSTANG A52, Marteau Fond de Trou avec tubage à l’avancement

PERSONNELS Le personnel affecté au chantier est le suivant :

- 1 foreur - 1 à 2 aides foreur - 1 pelliste pour la réalisation des sondages - 1 chauffeur de camion pour l’amenée et le repli du matériel de forage

IINNTTEERRVVEENNTTIIOONN :: L’intervention in situ s’est déroulée du 18 Mars au 8 Avril 2013. Les conditions météorologiques nous ont toutefois empêchées de travailler les 21/03, 3 et 5/04. Les sondages destructifs ont fait l’objet de prélèvements de cutting rigoureux (tous les 0,5m), mis ensuite à disposition de M. Marc Cruchet, Mascareigne Géologie. Ce dernier a également suivi les sondages à la pelle.

AANNNNEEXXEESS Le présent document comprend :

- Plan d’implantation de principe - Coupes des sondages destructifs - Coupes du sondage carotté - Photographies des caisses à carotte

Page 37: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

PLAN D’IMPLANTATION DE PRINCIPE

Page 38: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

Page 39: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

COUPES DES SONDAGES DESTRUCTIFS

Page 40: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

EXGTE 2.30/LB1EPF460FR

Chantier N°: 13-09PANIANDY - BRAS PANON

Client : GUINTOLI

Forage : P1

Cote NGR : m

Machine : MUSTANG A52

Dates : Du 02/04 au 03/04/2013

Profondeur : 0,00 - 25,20 m

X : m

Y : m1/150

Prof

onde

ur

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

1,00 m1,00 m

7,50 m7,50 m

17,50 m17,50 m

25,20 m

Lithologie

Limon + petits blocs

sable, graviers et blocs plus ou moins

gros

Limon rouge

Scrories rouge

Out

ilM

arte

au F

ond

De

Trou

ave

c tu

bage

a l'

avan

cem

ent

Tuba

geTu

bage

Ø 1

40 m

m

Flui

deA

ir

Niv

eau

d'ea

u

6,00 m

Arr

ivée

d'e

au

11,40 m

Niv

eau

d'ea

u st

abili

Equi

pem

ent

1P

.V.C

ple

in Ø

64/

75 m

m

P.V

.C c

répi

né Ø

64/

75 m

m -

Slo

t 1 m

m -

Bou

chon

en

pied

Equi

pem

ent

2C

imen

tatio

nG

ravi

ers

Ø 4

/6 m

m p

or m

assi

f filt

rant

Obs

erva

tions

Tête

de

prot

ectio

n en

aci

er Ø

94

mm

fer

met

ure

par b

oulo

ns B

TR d

ans

mas

sif d

e bé

ton

30 X

30X

10

cm

Pression de poussée

(bar)

0 5025

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Couple de rotation

(bar)

0 2512,5

Vitesse d'avancement(m/h)

0 500250

Logi

ciel

JEA

N L

UTZ

S.A

- w

ww

.jean

lutz

sa.fr

Page 41: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

EXGTE 2.30/LB1EPF460FR

Chantier N°: 13-09PANIANDY - BRAS PANON

Client : GUINTOLI

Forage : P2

Cote NGR : m

Machine : MUSTANG A52

Dates : Du 03/04 au 04/04/2013

Profondeur : 0,00 - 25,20 m

X : m

Y : m1/150

Prof

onde

ur

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

1,00 m1,00 m

12,00 m12,00 m

25,20 m

Lithologie

Limon + blocs

Blocs, sable et graviers

Sable et graviers

Out

ilM

arte

au F

ond

De

Trou

ave

c tu

bage

a l'

avan

cem

ent

Tuba

geTu

bage

Ø 1

40 m

m

Flui

deA

ir

Niv

eau

d'ea

u

3,00 m

Arr

ivée

d'e

au

11,20 m

Niv

eau

d'ea

u st

abili

Pression de poussée

(bar)

0 5025

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Couple de rotation(bar)

0 5025

Vitesse d'avancement(m/h)

0 500250

Logi

ciel

JEA

N L

UTZ

S.A

- w

ww

.jean

lutz

sa.fr

Page 42: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

EXGTE 2.30/LB1EPF460FR

Chantier N°: 13-09PANIANDY - BRAS PANON

Client : GUINTOLI

Forage : P3

Cote NGR : m

Machine : MUSTANG A52

Dates : Du 05/04 au 08/04/2013

Profondeur : 0,00 - 25,45 m

X : m

Y : m1/150

Prof

onde

ur

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

2,00 m2,00 m

17,00 m17,00 m

25,45 m

Lithologie

Limon + blocs

Blocs, sable et graviers

Sable et graviers

Out

ilM

arte

au F

ond

De

Trou

ave

c tu

bage

à l'

avan

cem

ent

Tuba

geTu

bage

Ø 1

40 m

m

Flui

deA

ir

Niv

eau

d'ea

u

3,00 m

Arr

ivée

d'e

au

11,40 m

Niv

eau

d'ea

u st

abili

Pression de poussée

(bar)

0 5025

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Couple de rotation(bar)

0 5025

Vitesse d'avancement(m/h)

0 500250

Logi

ciel

JEA

N L

UTZ

S.A

- w

ww

.jean

lutz

sa.fr

Page 43: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

COUPE DU SONDAGE CAROTTE

Page 44: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

EXGTE 2.30/GTE

CHANTIER N°: 13-09PANIANDY - BRAS PANON

Client: GUINTOLI

Forage : PC 1

Cote NGR : m

Machine : SEDIDRILL 750

Dates : Du 22/03 au 28/03/2013

Profondeur : 0,00 - 25,00 m

X : m

Y : m1/150

Prof

onde

ur

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

1,00 m1,00 m1,50 m1,50 m2,00 m2,00 m

3,00 m3,00 m

4,00 m4,00 m

8,00 m8,00 m

10,00 m10,00 m

11,80 m11,80 m12,00 m12,00 m

15,00 m15,00 m

18,00 m18,00 m

21,00 m21,00 m

22,50 m22,50 m23,00 m23,00 m

25,00 m

Lithologie

Limon marron + blocs gris à marron

Basalte grisBasalte gris peu altéré et peu fracturé

Basalte fracturé +sable

Basalte fracturé, limon + sable

Blocs, graviers + sable

Blocs, sable + graviers

Sable, limon, galets + graviers

Bloc

Galets, graviers, sable + blocs

Galets, blocs, graviers et sable

Galets, graviers + sable

Blocs, graviers + sable

Sable

Basalte gris bloc?

Out

ilC

arot

tier a

u câ

ble

Ø S

Q

Tuba

geTu

bage

pro

viso

ire S

Q

Cai

sses

CN 1

CN 2

CN3

CN 4

CN 5

CN 6

CN 7

CN 8

CN 9

CN 10

CN 11

% de Récupération

0 10050

90

80

100

80

70

100

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

Logi

ciel

JEA

N L

UTZ

S.A

- w

ww

.jean

lutz

sa.fr

Page 45: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Prospection Paniandy – BRAS PANON

Chantier N° 13-09

PHOTOGRAPHIES DES CAISSES A CAROTTES

Page 46: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 47: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 48: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 49: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 50: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 51: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...
Page 52: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015

ANNEXE 2 : RAPPORT RELATIF AUX RECONNAISSANCES GEOPHYSIQUES REALISEES SUR SITE (FUGRO GEOCONSULTING S.A, MARS 2013)

Page 53: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

FUGRO GEOCONSULTING S.A. Département Géophysique

FUGRO Géoconsulting - Département Géophysique - Agence de Chambéry Savoie Technolac – BP 230 - 73375 Le Bourget du Lac cedex - France

Téléphone : +33-(0)4-79253580 - Fax : +33-(0)4-79253590 - Site Internet : www.fugro.fr

AVANT PROJET DE CARRIERE BRAS PANON (974)

Sites de Paniandy et ma Pensée

RECONNAISSANCE GEOPHYSIQUE

PAR PANNEAUX ELECTRIQUES

Dossier n°13-62-0004-a00 Doc n°13-62-0004.CR.001.01

Mission réalisée à la demande et pour le compte de

: GUITOLI Parc d’Activité de Laurade 13103 SAINT ETIENNE DU GRES

Chef de Projet : Audrey LAFON Chef Projets Géophysique

Rapport rédigé par : Audrey LAFON Chef Projets Géophysique

Version Date Pages Modifications Rédacteur Relecteur Validation du Chef de projet

A 21/03/2013 17 1ére émission ALF SGR

Page 54: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 2 sur 17

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS ET PROGRAMME 3

2. PRESENTATION DU SITE 3

2.1. CADRE DE L’ETUDE 3

2.2. CONTEXTE GEOLOGIQUE 4

3. PRINCIPE DE LA METHODE ELECTRIQUE 5

4. RESULTATS 5

4.1. METHODOLOGIE MISE EN ŒUVRE SUR SITE 5

4.2. RESULTATS 7

FIGURES ET ILLUSTRATIONS FIGURE 1 : LOCALISATION DU SECTEUR D’ETUDE – SECTEUR PANIANDY 3 FIGURE 2 : LOCALISATION DU SECTEUR D’ETUDE – SECTEUR MA PENSEE 4 FIGURE 3 : EXTRAIT DE LA CARTE GEOLOGIQUE 4 PHOTOGRAPHIE 1 : MATERIEL D’ACQUISITION 6 PHOTOGRAPHIE 2 : INSTALLATION DE PROFIL 6 TABLEAU 1 : COORDONNEES DES EXTREMITES DE PROFILS 7 PHOTOGRAPHIE 3 : COUPE GENERALE 8 PHOTOGRAPHIE 4 : FACIES ALLUVIONNAIRE A BLOCS 8

PLANCHES PLANCHES 1 ET 2– IMPLANTATION DES PANNEAUX ELECTRIQUES 11 PLANCHES 3 ET 4– PROFILS ELECTRIQUES 13 PLANCHE 5– SCAN ECRAN DES RESULTATS D’INVERSION 15 PLANCHES 6 ET 7– PROFILS ELECTRIQUES INTERPRETES 16

Page 55: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 3 sur 17

1. OBJECTIFS ET PROGRAMME

A la demande et pour le compte de GUINTOLI, la société FUGRO GEOCONSULTING – DEPARTEMENT GEOPHYSIQUE a réalisé une campagne de mesures géophysiques par panneaux électriques sur les lieux-dits « Paniandy » et « ma Pensée » situées sur la commune de Bras Panon (974). L’objectif de cette étude est de déterminer les différents faciès lithologiques et notamment les horizons graveleux et à blocs dans le cadre d’un avant projet de carrière. Ce document correspond au compte-rendu factuel de l’intervention réalisée du 7 au 12 mars 2013. Les investigations de terrain ont été réalisées par A.LAFON, chef projets géophysicienne et R.VELIA, maître sondeur. Le traitement des mesures a été réalisé par A.LAFON. Les données papier et en version informatisée des mesures sont propriétés intellectuelles du client; elles peuvent être envoyées sur simple demande. Notre mission est une prestation d’investigations géotechniques au sens de la norme NF P 94-500 révisée en 2006. Du fait du caractère indirect des mesures géophysiques, les résultats des traitements effectués ne constituent qu’une analyse possible des caractéristiques du sous-sol en fonction des données ou paramètres connus au moment de l’étude et suivant les limites des méthodes mises en œuvre.

2. PRESENTATION DU SITE

2.1. CADRE DE L’ETUDE Situé sur la commune de Bras Panon (974), le projet est localisé sur des parcelles agricoles où sont cultivés de la canne à sucre sur les lieux-dits « Paniandy » et « ma Pensée » (cf Figures 1 et 2).

Figure 1 : Localisation du secteur d’étude sur Paniandy– source : client.

Page 56: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 4 sur 17

Figure 2 : Localisation du secteur d’étude sur ma Pensée– source : client.

2.2. CONTEXTE GEOLOGIQUE

Selon la carte géologique du BRGM de l’Ile de la Réunion, les terrains seraient constitués par des alluvions modernes constituées par des blocs basaltiques métriques à pluri-métriques et de sable. Au niveau de la Rivière du Mât, des zones d’accumulation de matériaux ont été observées et seraient liées aux glissements de grande ampleur qui ont eu lieu dans le cirque de Salazie en 1980, lors des très fortes pluies de la dépression tropicale Hyacinthe.

Figure 3 : Extrait de la carte géologique BRGM (source Infoterre)

Zone d’étude

Page 57: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 5 sur 17

3. PRINCIPE DE LA METHODE ELECTRIQUE Le principe d’acquisition des mesures électriques est la mise en œuvre d’un quadripôle ABMN. Les électrodes AB permettent l’injection du courant et les électrodes MN mesurent le potentiel induit. La résistivité apparente est calculée suivant la formule :

I

VK

∆×=ρ

Avec : � ρ : résistivité apparente, � K : coefficient géométrique du quadripôle, � V∆ : différence de potentiel mesurée, � I : intensité du courant injectée.

Le panneau électrique est basé sur la mesure de la coupe géoélectrique du sol au droit du profil. Sur ce profil est installé un certain nombre d’électrodes qui permettent la mesure de plusieurs quadripôles. Le quadripôle de mesure est élargi pour accroître la profondeur d’investigation en combinant les différentes électrodes du panneau pour créer un nouveau dispositif. La valeur mesurée est décalée par rapport au quadripôle précédent de plus petite taille. L’ensemble des mesures effectuées aux extrémités du panneau s’inscrit sur une diagonale dont l’extrémité inférieure correspond à la profondeur d’investigation maximale. Limites de la méthode électrique: Les résultats des panneaux électriques sont issus d’un calcul mathématique fondé sur un algorithme dont l’objet est de déterminer un modèle de terrain optimisé par rapport aux données. En conséquence les valeurs de résistivités et les profondeurs indiquées doivent être corrélées avec un étalonnage direct (sondages, puits à la pelle,…) afin de déterminer la nature exacte et de vérifier la profondeur des différentes interfaces.

4. RESULTATS

4.1. METHODOLOGIE MISE EN ŒUVRE SUR SITE Réalisation des profils électriques Le système d’injection de courant et d’acquisition mis en œuvre sur le terrain a été le Lund SAS4000 d’ABEM (n° de série 2089531) avec un espacement inter-élec trode de 5 m (cf Photographies 1 et 2). Le protocole d’acquisition mis en œuvre a été le Wenner-Schlumberger. Ce protocole a été choisi du fait que le Wenner-Schlumberger présente une sensibilité accrue pour la détection de structures tabulaires. 6 panneaux électriques ont été réalisés avec un linéaire total de 2495 mètres. Leur implantation est présentée sur les Planches 1 et 2. Les longueurs respectives de chaque profil sont les suivantes :

o PE1 : 365m ; o PE2 : 375m ; o PE3 : 235m ; o PE4 : 475m ; o PE5 : 410m ; o PE6 : 635m.

Il est à noter que le profil 5 initialement prévu a été réalisé suivants 2 profils (PE5A et PE5B), car les conditions de terrain ne permettaient pas une implantation rectiligne.

Page 58: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 6 sur 17

Photographie 1 : Matériel d’acquisition.

Photographie 2 : Installation de profil.

Géo-référencement et mesures topographiques Les extrémités de chaque panneaux électriques ont fait l’objet de relevé GPS (cf tableau 1). Les coordonnées GPS sont en WGS84 UTM40. La précision en X et Y est de +/- 5m.

Page 59: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 7 sur 17

Nom X début Y début X fin Y fin

PE1 360806 7678181 361153 7678062

PE2 360672 7678045 361007 7677878

PE3 360589 7677981 360716 7677717

PE4 364140 7678327 364617 7678375

PE5A 363746 7678215 363871 7678209

PE5B 363876 7678176 364160 7678187

PE6 364205 7678072 364844 7678064

Tableau 1 : Coordonnées en WGS84 UTM 40 des extrémités de profils.

Les fichiers de données sont transférés et convertis pour être ensuite traités par inversion avec le logiciel RES2DINV mis au point par M. H. LOKE. Les coupes d’iso-résistivité apparente, modèle calculé de terrain et les résultats d’inversion avec les RMS sont fournis en annexes (planche 5).

4.2. RESULTATS Les résultats des panneaux électriques sont représentés sur les planches 3 et 4 sous forme de coupes d’iso-résistivités. Les planches 6 et 7 présentent une interprétation et analyse possible des résultats. L’analyse globale des résultats montrent deux grandes gammes de résistivités:

• Inférieures à 1500 Ohm.m Cette gamme est plus particulièrement présente en sous-bassement des profils mais également sur certains profils en partie superficielle. Ces gammes de résistivités électriques pourraient correspondre à des terrains sableux hors ou sous nappe. • Supérieures à 1500 Ohm.m

Cette gamme de résistivités électriques est présente sur la l’ensemble des profils électriques et située dans les terrains superficiels. Ces valeurs de résistivités électriques pourraient correspondre à un faciès alluvionnaire grossier (blocs basaltiques).

Globalement, ces profils électriques montrent une structure générale apparaissant comme telle:

o une couche d’alluvions à blocs d’une dizaine de mètres de basalte superficielle, o une couche sous-jacente sableuse.

Les photographies 3 et 4 ont été prises sur l’exploitation HOLCIM, proche du secteur de ma Pensée et montrent la coupe générale des sites investigués.

Page 60: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 8 sur 17

Photographie 3 : Coupe générale.

Photographie 4 : Faciès alluvionnaire à blocs.

Page 61: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 9 sur 17

L’interprétation de chaque panneau serait la suivante :

o PE1 : ce profil montre une couche dont les valeurs de résistivité électrique sont très fortes en tête sur l’ensemble du profil et qui pourraient être liées à la présence du faciès alluvionnaire à blocs sur une quinzaine de mètres. Cet horizon surmonte un faciès probablement sableux.

o PE2 : sur ce profil se dessine une discontinuité entre les PM190 à 270 qui pourrait être le signe d’une partie sableuse en tête au sein du faciès à blocs. La couche alluvionnaire à blocs semble plus hétérogène en termes d’épaisseur, passant d’environ 12m à 5m.

o PE3 : ce profil électrique montre une couche superficielle électriquement résistante pouvant correspondre aux alluvions à blocs. La puissance de cette couche est plus faible que sur PE1, et est d’environ 10m.

o PE4 : ce profil montre des terrains majoritairement à blocs en surface du PM0 à 360 sur une dizaine de mètres puis passe à un faciès sableux sur la partie orientale.

o PE5 : ce profil montre des terrains homogènes en tête, un faciès alluvionnaire à blocs sur les 10

premiers mètres.

o PE6 : cette coupe d’iso-résistivité montre une variation de la nature alluvionnaire, en effet nous passons d’un faciès à blocs en partie occidentale à un faciès sableux lorsque nous nous rapprochons de l’Océan. Ce cas de figure est identique à PE4, et est du au fait que la granulométrie des alluvions décroît en fonction de sa position par rapport à l’embouchure.

Ces coupes d’iso-résistivité électrique et les hypothèses d’interprétation émises devront être confirmées par une campagne de sondages géotechniques.

Page 62: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 10 sur 17

PLANCHES

Page 63: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 11 sur 17

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur Paniandy

Implantation des profils électriquesSource Google Earth

PE1 début

PE1 fin

PE3 début

PE3 fin

PE2 débutPE2 fin

Page 64: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 12 sur 17

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur ma Pensée

Implantation des profils électriquesSource Google Earth

PE4 début

PE4 fin

PE5 A début

PE5 A fin

PE6 début

PE6 fin

PE5 B début

PE5 B fin

Page 65: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 13 sur 17

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

43 58 78 104

139

185

247

331

442

590

788

1052

1405

1876

2505

3345

5162

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360

-30

-20

-10

0

-30

-20

-10

0

PE1

PE2

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

PE3

Echelle 1/1250

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur de Paniandy

Coupes d'iso-résistivité électriquePE1, PE2 et PE3

Echelle 1/1250

Echelle 1/1250

Page 66: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 14 sur 17

140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

020 40 60 80 100

-20

-10

0

-20

-10

0

50 100 150 200 250 300 350 400 450 500 550 600

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

PE4

PE5 A PE5 B

PE6

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400 420 440 460

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

43 58 78 104

139

185

247

331

442

590

788

1052

1405

1876

2505

3345

5162

Echelle 1/1250

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur de ma Pensée

Coupes d'iso-résistivité électriquePE4, PE5 et PE6

Echelle 1/1250

Echelle 1/1750

Page 67: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 15 sur 17

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras PanonRésultats des inversions

PE1 PE2

PE3 PE4

PE5A PE5B

PE6

Page 68: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 16 sur 17

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

43 58 78 104

139

185

247

331

442

590

788

1052

1405

1876

2505

3345

5162

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360

-30

-20

-10

0

-30

-20

-10

0

PE1

PE2

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

PE3

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur de Paniandy

Interprétation des profilsPE1, PE2 et PE3

Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions à blocs basaltiques? Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Page 69: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Doc n° 13-62-0004.CR.001.01 Version A du 21/03/2013 Page 17 sur 17

140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

020 40 60 80 100

-20

-10

0

-20

-10

0

50 100 150 200 250 300 350 400 450 500 550 600

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

PE4

PE5 A PE5 B

PE6

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400 420 440 460

-40

-30

-20

-10

0

-40

-30

-20

-10

0

43 58 78 104

139

185

247

331

442

590

788

1052

1405

1876

2505

3345

5162

FUGRO GEOCONSULTING S.A.Département Géophysique

Reconnaissance géologique parpanneaux électriques sur Bras Panon

Secteur de ma Pensée

Interprétation des profilsPE4, PE5 et PE6

Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Alluvions à blocs basaltiques? Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions à blocs basaltiques?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Alluvions sableuses plus ou moins saturées?

Page 70: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015

ANNEXE 3 : FICHES ZNIEFF

Page 71: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

INVENTAIRE DES ZONES NATURELLES D’INTÉRÊT

ECOLOGIQUE, FAUNISTIQUE, FLORISTIQUE

Ministère de l’Environnement Secrétariat Faune - Flore

1. Région administrative

Réunion

2. Numéro de zone

0001-0192

3. Auteur de la description DELACROIX PIERRE

4. DATE DE DESCRIPTION année (s) mois

1998 ........... ……

4 bis : mise à jour :

5. LOCALISATION a) département (s) et commune (s) concernant la zone

− Réunion

− Communes de Saint-André, Salazie, Bras-Panon

b) altitude (s) : 0 - 700 c) superficie (en ha) : 242,9

d ) Joindre une photocopie référence de la carte IGN avec contour et n° de la zone

6. DESCRIPTION a) nom de la zone b) source de la description : voir § 9

COURS ET DELTA DE LA RIVIERE DU MAT ET

COURS DU BRAS DE FLEURS JAUNES

1. A l’intérieur de la zone 2. En périphérie de la zone c) TYPOLOGIE DESCRIPTIVE GÉNÉRALE ......................................... 24 10 24 20

d) LITHOLOGIE GÉNÉRALE ............ 23 25

e) ACTIVITÉS HUMAINES ............... 04 07 16

f) MESURES D’AMÉNAGEMENT DE GESTION ET PROTECTION ............. 00

g) STATUT DE PROPRIÉTÉ .............. 63

h) DESCRIPTION ECOLOGIQUE

Type (s) de milieux : secteurs écologiques :

nomenclature phytosociologique :

étage et série de végétation (avec ref. de la carte de la vég. CNRS) :

autre classification ou typologie (noter la référence) :

i) AUTRES ÉLÉMENTS DESCRIPTIFS DE LA ZONE : lit mineur depuis l'embouchure

Page 72: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

7. INTÉRÊT Synthèse précisant le niveau d’intérêt : aspects biologiques (voir liste d’espèces), écologique, géologique, pédologique, géomorphologique, hydrobiologique, climatique , paysager, spéléologique, pédagogique etc...

La Rivière du Mat est le cours d'eau pérenne le plus long de la Réunion. A son embouchure de type delta se développe la pêche traditionnelle des bichiques la plus importante de l'île.

Potentialités de la zone :

8. DEGRADATIONS ET MENACES : PROTECTIONS SOUHAITÉES.

− Dégradations réalisées, en cours ou prévisibles :

Cette embouchure est néanmoins perturbée par une activité importante d'extraction de sédiments.

La pression humaine (urbaine et agricole) est forte sur l'ensemble des deux cours d'eau.

Un vaste projet d'irrigation des hauts de l'Ouest de l'île va entrainer le captage d'une bonne partie des eaux de la rivière du Mat et du Bras de Fleurs Jaunes. Les populations piscicoles subiront les effets négatifs des diminutions de débits induites par ces captages -Utilité et urgence d’une protection, forme souhaitable ; protection en cours :

9. BIBLIOGRAPHIE Référence bibliographique complètes concernant la zone.

BOSC P., DELACROIX P., FERRAND P., MABILLE A. - 1996 - Inventaire piscicole des cours d'eau pérennes de l'île de la Réunion - ARDA - DIREN, 135 p.

C.E.R.T.U., 1998 - Délimitation des zones sensibles (Loi sur l'eau) Ile de la Réunion - Rapport d'expertise - 53 p.

DELACROIX P., 1987 - Ecologie des milieux d'eau douce de la Réunion - Fiches pédagogiques, 82 p. - Conseil Général de la Réunion.

DELACROIX P., 1987 -Etude des "bichiques", juvéniles de Sicyopterus lagocephalus (Pallas), poisson Gobiidae des rivières de la Réunion (Océan Indien): exploitation, biologie de la reproduction et de la croissance. Thèse de Doctorat en Ecologie. 144 p.

DELACROIX P., BOSC P., 1994 - Inventaire piscicole des milieux aquatiques d'eau douce de la Réunion. 1er volet: état des données disponibles. ARDA, 16 p. + annexes.

I.A.R.E., 1995 - Sensibilité et vulnérabilité des milieux continentaux de l'Ile de la Réunion. Rapport. 88 p.

10.ANNEXES a) nombres d’annexes b) numéro d’annexe

Page 73: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique,Floristique et Faunistique (ZNIEFF)

DEUXIÈM E GÉNÉRATION

SALAZIE ET SA VALLÉE ZNIEFF de type II

Numéro régional : 0085

Nom des rédacteurs������������ ������

Année de description��������������

Année de mise à jour��������������

Actualisation de l'inventaire 2002�����������������������������������������

DONNÉES GÉNÉRALES

Communes concernées�������������������������� �!���"�����#������

Superficie"��$���%�� ����������%�� ��&���''� ���()����

Altitude���������*

DESCRIPTION

+��,��-��� ��������� �� �,�������� !����))�*���� �*)������ ��� � �� ��!.!���������������� ����#�*���������)��#�-���)���,�)���*����#�����#���*)���#/�0�#�����-��#� ��1��2�#��� �.3��#��4������ �# � �#)3,�# � ��*��-��4��# � � � �56�� ���##� � 4��� � 5�� �)���� � � ���� �1����#��-�� �-�� �1����#��-�� )�!#��,�������)�� �,����� ��)�##�����7��� !*�-��8�#���#� ���� �1�,������ ����11��� ����������/+5��#�*4��� ��,��-���)�!#��������� ����#��!�1����#��-����*)�������� ��#!���#�)%(��!,���.�-��#��������.��� �� ����#��!������,%� !�#/�+��#����,����6�� ��)��#���� !����))�*���������#��-�������!.��.��4��/�""�&���''� ���()��"� ��#�,�����&���''� ���()���/

CRITÈRES DE DÉLIM ITATION

01 Répartition des populations d'espèces de faune et de flore���9�.�!� 5����1�,����#���������)��##���� 5�#�.�

9�,�*�����!���#!����#�)��*4�������

Page 74: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��:����; �+&����<���=++�� &���11������#���� ���()����

Commentaire+���!)��������� �#�)�)�������#� 5�#)3,�#��#��1����*����,���!�!��>����1��*�� �� !����))�*���� �,��-���?� ��#���#�����!�#����#�����#�)������7/

CRITÈRES D'INTÉRÊT

Patrimoniaux�$��%��!��.�*�#�$�@�#���7"��A,���.�-���;���!�� �)%(��

Fonctionnels$��&����)����,���3��� 5���*��������$��&����)����,���3�����!��>������)�� �,����$"�0���� ���!,���.�-��8������ ��)�##�.�#8������ 5!,%��.�#

Complémentaire���B!�*��)%���.�-��

PRESSIONS, M ENACES ET RECOM MANDATIONS

��/��C ����*���� ���������;"/��9!4��#�*���#""/��D�4�����%�*���8��������4���#!��"/��C �#�����,������"$/��A-��)�*���� �����#��#

SOURCES

Informateurs��,�!�!� 5A�� �#�@����%���.�-��#� �����!�����8������ �+C@+98�C/�

Bibliographie

0@�<��9/8����*�����*!��.�*���� �����1��2�� ������������ �#�+����#����$���";8�@11�,����������� �#'��2�#8�!�����8����$8���)�.�#/

9E�@�<�F/������������&���''�)��*�3���.!�!������/

��0@<�'/8�0�*)�!*��� � G��1��*����� �>� ��#�� � �# � ��7��# � 1���� ���#,������� � �# � &���''� � �"3��

.!�!������8� �7)��������� � � �C �#,�����8� #(#�3*� � G��1��*����� � � � �� �1���� � �� � �# �%�4����# � � � ��!�����8�0�����4������>����*� ����#������ ���G����������� �#�����#����������#� G���!�2��!,���.�-��1����#��-�� � �� � 1����#��-��8�0��#��������� � ������-�� ��������� � � � C �#,����8� ������+�� � !������8����8"��)�.�#/

Cartographie

</�09�<8�F/�9E�@�<8�C/�@EB�<8�9/� �<���B8��/���<8�9/��0D9�@�8�/[email protected] +��B8�F/�0/��@<<�8��/�+B���++�8�9���!�#���B/

9�,�*�����!���#!����#�)��*4�������

Page 75: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��:����; �+&����<���=++�� &���11������#���� ���()����

RICHESSE PATRIM ONIALE

Habitats indigènes (selon le code CORINE Biotope DOM TOM)

��/"""� '��2��%(.��)%���� ��4�##�������� �8��������� ������*����/""�� '��2��%(.��)%���� ��*�(����������� �8��������� ��������*����/�""� '��2��%(.��)%���� ��*����.�������������/�"�� '��*�����#�>��������������� ����/"""�� '��2��%(.��)%���� ��4�##�������� �� 1�,�3#�#�����*)�������/�""� '����!#� ��*����.���>�������������������/�"�;� '��2��>��������������� �����������������������/�"�� '����!#� ��*����.���%()��%�*� �#�>��������������������/�""�� '����!#� ��*����.���>����������������� ���()���������#���,�2�����/�"��� .���)�*����)��������>�� �����������������

Flore déterminante

���!�����

Faune déterminante

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����

�� �����

� ��������� ������������� ���

������*���##��� !*�-��!��������C ����,�

����!.!��������� ���5���2�!� ��"�1!������"����I

=���!��4�� �

����� � �������� �� ����������

�����.���� �#C �#,����.��#

�� !*�-��!��������C ����,�

����!.!��������� ���5���2�!� ��"�1!������"����

J��#�*���,!

����������� ������������������

D!����#���!�K�����

�� �.3������!.!�)�����2�!� ��"�1!�������"���

��!�,,�)������*������

��������� �����#�� � �C ������ �K��)��.��

�� !*�-��!�����

����!.!��������� ���5���2�!� ��"�1!������"����

��� ��.�� ����

�� ��� ��� ��������

B��������)����� 5���

�� �.3������!.!�)�����2�!� ��"�1!�������"���

��!�,,�)������*������

�����������������

���4��� ����!������KC �����)!L

�� !*�-��!�����

����!.!�)�����2�!� ��"�1!������"���

��!�,,�)������*������

�������������!����� ������

�� !*�-��!������

����!.!��������� ���5���2�!� ��"�1!������"����

��� ��.�� �

������� ������

�%�!����>4���#�4���,#�K����������-����

�� �.3������!.!��������� ���5���2�!� ��"�1!������"����

��!�,,�)������*������

�������� ��11��� � �� !*�-�� ����!.!�)�� ��!�,,�)��� �

9�,�*�����!���#!����#�)��*4�������

Page 76: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��:����; �+&����<���=++�� &���11������#���� ���()����

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����

�� �����

������������ �� ������� !��������2�!� ��"�1!�������"���

���*������

��������������������11��� ���,�1�-���

�� �.3������!.!�)�����2�!� ��"�1!�������"���

��!�,,�)������*������

�� �� ��������<������ ����!������K<�,���,

�� !*�-��!�����

����!.!�)�����2�!� ��"�1!������"���

��!�,,�)������*������

!������������������

<��)#�)%��� ������4���K@�#����������.�

�� !*�-��!�����

����!.!�)�����2�!� ��"�1!�������"���

��!�,,�)������*������

����0

"������ �#���� @�#���������� !*�-��!�����

����!.!�)�����2�!� ��"�1!������"���

��!�,,�)������*������

��������� ����������

+!��� ������� !*�-��!�����

����!.!�)�����2�!� ��"�1!������"���

����!����! ����

9�,�*�����!���#!����#�)��*4�������

Page 77: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��:����; �+&����<���=++�� &���11������#���� ���()����

9�,�*�����!���#!����#�)��*4�������

Page 78: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

INVENTAIRE DES ZONES NATURELLES D’INTÉRÊT

ECOLOGIQUE, FAUNISTIQUE, FLORISTIQUE

Ministère de l’Environnement Secrétariat Faune - Flore

1. Région administrative

Réunion

2. Numéro de zone

0001-0193

3. Auteur de la description DELACROIX PIERRE

4. DATE DE DESCRIPTION année (s) mois

1998 ........... ……

4 bis : mise à jour :

5. LOCALISATION a) département (s) et commune (s) concernant la zone

− Réunion

− Communes de Bras-Panon et Saint-Benoît

b) altitude (s) : 0 - 400 c) superficie (en ha) : 75,4

d ) Joindre une photocopie référence de la carte IGN avec contour et n° de la zone

6. DESCRIPTION a) nom de la zone b) source de la description : voir § 9

COURS DE LA RIVIERE DES ROCHES ET DU BRAS PANON

1. A l’intérieur de la zone 2. En périphérie de la zone c) TYPOLOGIE DESCRIPTIVE GÉNÉRALE ......................................... 24 10 22 10 24 20 24 40 24 50 44 00

d) LITHOLOGIE GÉNÉRALE ............ 23 25 31

e) ACTIVITÉS HUMAINES ............... 04 07

f) MESURES D’AMÉNAGEMENT DE GESTION ET PROTECTION ............. 00

g) STATUT DE PROPRIÉTÉ .............. 63

h) DESCRIPTION ECOLOGIQUE

Type (s) de milieux : secteurs écologiques :

nomenclature phytosociologique :

étage et série de végétation (avec ref. de la carte de la vég. CNRS) :

autre classification ou typologie (noter la référence) :

i) AUTRES ÉLÉMENTS DESCRIPTIFS DE LA ZONE : Lit mineur des deux cours d'eau depuis l'embouchure. L'amont de la Rivière des Roches s'intègre dans la zone n° 0001-0114: Hauts de la Rivière des Roches.

Page 79: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

7. INTÉRÊT Synthèse précisant le niveau d’intérêt : aspects biologiques (voir liste d’espèces), écologique, géologique, pédologique, géomorphologique, hydrobiologique, climatique , paysager, spéléologique, pédagogique etc...

La Rivière des Roches et son principal affluent, la Rivière Bras-Panon, sont toutes les deux des "entités écologiques" intéressantes car encore relativement préservées des impacts des facteurs anthropiques (pollution, prélèvements…) dans leurs cours moyen et supérieur.

Potentialités de la zone :

8. DEGRADATIONS ET MENACES : PROTECTIONS SOUHAITÉES.

− Dégradations réalisées, en cours ou prévisibles : En revanche, l'embouchure est soumise à la pression d'une forte fréquentation humaine (pêche, activités nautiques) qui la rend très vulnérable -Utilité et urgence d’une protection, forme souhaitable ; protection en cours :

9. BIBLIOGRAPHIE Référence bibliographique complètes concernant la zone.

BOSC P., DELACROIX P., FERRAND P., MABILLE A. - 1996 - Inventaire piscicole des cours d'eau pérennes de l'île de la Réunion - ARDA - DIREN, 135 p.

C.E.R.T.U., 1998 - Délimitation des zones sensibles (Loi sur l'eau) Ile de la Réunion - Rapport d'expertise - 53 p.

DELACROIX P., 1987 - Ecologie des milieux d'eau douce de la Réunion - Fiches pédagogiques, 82 p. - Conseil Général de la Réunion.

DELACROIX P., 1987 -Etude des "bichiques", juvéniles de Sicyopterus lagocephalus (Pallas), poisson Gobiidae des rivières de la Réunion (Océan Indien): exploitation, biologie de la reproduction et de la croissance. Thèse de Doctorat en Ecologie. 144 p.

DELACROIX P., BOSC P., 1994 - Inventaire piscicole des milieux aquatiques d'eau douce de la Réunion. 1er volet: état des données disponibles. ARDA, 16 p. + annexes.

I.A.R.E., 1995 - Sensibilité et vulnérabilité des milieux continentaux de l'Ile de la Réunion. Rapport. 88 p.

10.ANNEXES a) nombres d’annexes b) numéro d’annexe

Page 80: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique,Floristique et Faunistique (ZNIEFF)

DEUXIÈM E GÉNÉRATION

BAS ET M I-PENTES DE L'ESTZNIEFF de type II

Numéro régional : 0089

Nom des rédacteurs������������ ������

Année de description��������������

Année de mise à jour��������������

Actualisation de l'inventaire 2002�����������������������������������������

DONNÉES GÉNÉRALES

Communes concernées�������������������������� �����!

Superficie����"��#�� $�� �����%��#��$��&���''�$�� ()����

Altitude������*

DESCRIPTION

+� ��&���''�,�*)���$�������-���$����,#��.�������-���$���/ ���������������0���0���0�����������0������ �$���,��������� ����1��)�������������2�*�������3���$����4�4�������,�� ���$���5!����6������������)��$�, ���7��������,�������5����$���3��*� �����$��3��8 �$��*�� �4��������� �$���)������ ���� �*���2�,������1��.�������0�5����3��8 �#�*�$��$��*�(������� � �$�������� 7�+���3��8 ��,,������� � �� �0���� � � ��� 1 �$���������2�3���� ���� � ��$�4-��� �$�� �5!��7�9��(��:����������� ���*�������)1,�3�0���;�,� ��)�� ���$���5!���� ��:�����:��������*�� �����$������3�,����1$�� ����$����5�� �$���5!���<�����3����1��#�*�$���;����$����7�=��4��$��� ��� � �$�����,����� �)���,� ��&���''$�� ()� � �� �)��*� � 14���*�� �$� � ��,����� �$�� ��141 � ���� �$� ���, ��� �*14� #��*�7�=� �����,����! ��������#����*�� ��*)�� �� �)������>�*������ ����4�(�����7����&���''�$�� ()������� $1,�� ���$�����������7

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 81: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

CRITÈRES DE DÉLIM ITATION

�"�'��, �����*�� �� ����� ����$���1,��(� -*����� �����2���1)�� � ����$���)�)��� �����$5��)-,���$��3������ �$��3�����%�+�� ���� ���$��*������)#(��0���B�9,,�)� ����$�����

Commentaire=���,�� ���� ���$��*������)#(��0����� ����)�� �����*� 1��5�2)�������$����, ��� 1���4��,������ $��,�)��*������*��� ����$��*�����2�*�����$14��$1�7�=��:������$��3��,����)������ �� �3�������,�� ��������������*�����2��� ������*��4�1���������37

CRITÈRES D'INTÉRÊT

Patrimoniaux"%��#��1��4�*���%�9�����2�B��) ����

Fonctionnels%��+����$���1,���4�0��.������$��)����4�.������$51,#��4��%��C �)���*�4�� �����.�������$��� � �����*�� .�$�� ����

Complémentaires�����(��4������1$�4�4�0��

PRESSIONS, M ENACES ET RECOM MANDATIONS

�%7��C0��)�*�� ��)�� �3�� �$�����������7��/ �������,�� ���%�7��+#����%"7���8,#���7������#����*�� �$5������)-,�

SOURCES

Informateurs��,�1 1�$5C �$���9��� #���4�0����$�����1�����.������ �=/ 9=?.�/ 7�

Bibliographie+9�A� � ?7.� '��8 � $1)�� �*�� ��� � $� � �� �� � ��)��4�� � D� ���*��� � �*1��4�*�� � 3���� ������%����B.�933�,���� ������$���'��8 �.�1�����.����%�.�B��)�4��7

+9�A��?7.����*�����*1��4�*�� �$�����3��8 �$������������$���=���������%����B.�933�,���� �����$���'��8 �.�1�����.����%:.����)�4��7

?E'9E�+7.�/ ����3�3���� ��� �?1)�� �*�� ��$�*����� � � �?1)�� �*�� �� �$� �F���$�C ��4�D

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 82: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

+�� -��7����*�����*1��4�*�� ����%�D����B.�933�,���� ������$���'��8 �.�1�����.����B.�B"�)�4��7

����, ����*�$�����1�����.������ �����$����� #��)�$����0�� �0����$���������-���$���*��������.?����1�����.�����.�BB�)�4��7

=�F=?��'7.������$��F�� ����$�����3��8 �$1)�� �*�� ����$������ ��/ ��4���� �.�E������� 1�$����1�����.�?1)�� �*�� �$�����1�����.�����.��%�)�4��7

=�F=?��'7.������$��F�� ����)��������� ��$��?���1.�?1)�� �*�� �$������1�����.�����.�"�)�4��7�

��+9A�'7.�+�*)�1*�� �$5��3��*� ����;������� ��$��� �2���� 3��������,��������$���&���''�$����)��*�-�� �41�1�� ��� �G� �2)��� � ��� �$� �/ ��,�����.� �(� -*� �$5��3��*� ��� �$� � �� �3���� � � �$��#�:� � ��$�����1������D�+�� ��:� ����;����*�$������ ����$���5����� �����$����������� �������$5�� 1�8 �1,���4�0��.�3����� �0���� �3����� �0��.�+������� ������� ���0����� ������$��/ ��,����.���� ����� 1������.�����.��"�)�4��7

Cartographie

A7�+?�A.�H7�?E�9�A.�/ 7�9EF�A.�?7� �A���F.��7���A.�?7��+I?�9�.�7+9J =��F.�H7�+7��9AA�.��7�=F���==�.�?���1�����F7

RICHESSE PATRIM ONIALE

Habitats indigènes (selon le code CORINE Biotope DOM TOM)

��7"��� '��8 �#(4��)#����$��*�� �4��������� ��7���� '��8 �#(4��)#����$��*�(������� � �$�.������� � ��������*���7���� '��8 �#(4��)#����$��:������� � �$�.������� � ������*���7"��� '��*� ����;��������������� �"�7���� '����1��$��*�� �4���#()��#�*�$���;�����������������"�7���� '����1��$��*�� �4���;����������������B�7���� K141 � ����*��1,�4�����$��*�(������ �#�� ���� � �$�"�7���� K141 � ����*14� #��*��#(4��)#����)�����-���$��,�� ����

Flore déterminante

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����� �� �����

����������� ��������������������������� �

���*�� ����4�

��$1*�0��1������/ ����,�

����$��4��,�� �0��

$5�2 ��, ����

��������������������

�4��,�$�+�$� �

��$1*�0��1������/ ����,�

� ����1����1 ����

������������ ���������

���$1*�0��

1������/ ����,�� ����1����1 ����

���� �����������������

�����$�������� ��$1*�0��1�����

� ����1����1 �

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 83: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����� �� �����

��������������� �

�1�1��,��33��1��

��$1*�0��1������

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

�� ���� ���������� �������������

���:�)#(����;4���$��3��� ��

��$1*�0��1������

� ����1����1 �

��������� ������������!��� �

F����3�#�*��$1*�0��

1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

"������ ���� ���� ������������

/ �#� �:���,���$1*�0��1������

� ����1����1 �

"�������� ���������

/ �#� �:���,���$1*�0��1������

� ����1����1 �

���� ���������������"�������"��

�*:1����;)� � ���3������

��$1*�0��1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

������������ �����!���

�����$���-3���;�4���$��3��������

��$1*�0��1������

� ����1����1 �

������������!���

=�����$��,��3���$1*�0��

1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

#��� ������$���������%�� ��

���$1*�0��

1������/ ����,�� ����1����1 ����

#��� ��������� ��� �������������%�� ��

���$1*�0��1������

� ����1����1 �

&������������#� ��'�� �

�����>�������$1*�0��

1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

���$��4�� �

���������� $��������

�� � ���,��

�����������������������(�����)�

�#�>�� 1 ��4����

��$1*�0��1������/ ����,�

� ����1����1 ����

��������������#� ��'�� �

�����,����� ���$1*�0��

1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

%����� ����*����� ��'������������

�����$��3��:���,�

��$1*�0��1�����

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

����1����1 �

�����������������������!���

�����$����� ���$1*�0��

1������/ ����,�� ����1����1 �

���������������#��%���

���$1*�0��1������

� ����1����1 �

������$������$�������

�� � �0�������$1*�0��

1������/ ����,�� ����1����1 �

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 84: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����� �� �����

+� �������������$��������� �

�����$�:������

��$1*�0��1������/ ����,�

��� 141���� � ���$��5���8 1�$��%31����������

K���1��:�� �

���������� ��������������������

���$1*�0��

1������/ ����,�� ����1����1 �

Faune déterminante

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����

�� �����

� ����� ��,������������� ���

�� � �*��������$1*�0��1������� / ����,�

��� 141���� � ��$���5���8 1�$����31�����������L

K���1��:�� �

!���� " �������� �� ���)������

�����4����$��/ ��,����4���

��$1*�0��1������� / ����,�

��� 141���� � ��$���5���8 1�$����

31�����������

M����*���,1

����������� ������������������

I1����� ��1�N�� ��

��$�4-����� 141���� � ��$���5���8 1�$����

31�����������

��1�,,�)� ����*������

��������� ��������$�$�/ ������$�N��)��4��

��$1*�0��1�����

��� 141���� � ��$���5���8 1�$����

31��������������$��4�� ����

'� ��� ��� ��������

F��������)�����$5���

��$1*�0�����$�9��� �9,1��

��$���

��� 141���� � ��$���5���8 1�$����

31�����������

��1�,,�)� ����*������

�����������������

���:���$����1������N/ �����)1O

��$1*�0��1�����

��� 141�)�����8 1�$����31����������

��1�,,�)� ����*������

�������������1 ����$������

��$1*�0��1������

��� 141���� � ��$���5���8 1�$����

31��������������$��4�� �

��))���� ������������ ��

��33���$��������

��$1*�0��1�����

��� 141�)�����8 1�$����31����������

��1�,,�)� ����*������

%���� ��������A������$����1������NA�,� �,

��$1*�0��1�����

��� 141�)�����8 1�$����31����������

��1�,,�)� ����*������

�������������������

A��)��)#���$������:���N9������������4�

��$1*�0��1�����

��� 141�)�����8 1�$����31�����������

��1�,,�)� ����*������

����+

-������ �$���� 9��������� ��$1*�0��

1�����

��� 141�)�����8 1�$����31����������

��1�,,�)� ����*������

#�������� ����������

=1���$���� ��$1*�0��

1�����

��� 141�)�����8 1�$����31����������

����1����1 ����

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 85: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

������������ � �������� �����

�� �� ����������

�� ����

�� �����

������ ���������������������

���$1*�0��

1������ ����1����1 �

�����������������������.���

K�������$�����:���NK�������$��59:1 ��

��$1*�0��1�����

��� 141���� � ��$���5���8 1�$��������*:�������

����1����1 �

��� ��������������$�

��)��1��$�F��$�

��$1*�0��1�����

� ����1����1 �

/������������������$�

�(������$�?�*� �N�(������$����1�����

��$1*�0��1�����

� ����1����1 �

���� ���������!���0

��)���������P ���

��$1*�0��1�����

��� 141���� � ��$���5���8 1�$��������*:�������

K���1��:�� �

���� ���� ������

� �L � ����1����1 �

���� �������� �� � �L � ����1����1 �

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 86: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

&���''��@����� ����A�/ �����A���?��=5��A &���33� ����� ���$�� ()����

?�,�*�� ��1����1������) �*:�������

Page 87: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

GUINTOLI - GROUPE NGE

PROJET DE CARRIERE A BRAS PANON – SITE DE PANIANDY- LA REUNION

ETUDE HYDROGEOLOGIQUE – ETAT INITIAL ET EVALUATION D’IMPACT

ARTELIA E&E – REM-ES– 8 41 0444 – SEPTEMBRE 2015

ANNEXE 4 : NORME AFNOR FD-X-10-999

Page 88: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

AFNORAssociation Françaisede Normalisation

www.afnor.fr

Diffusé par

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans le présent document, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d'autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'œuvre dans laquelle elles sont incorporées. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant et toutes personnes responsables aux poursuites pénales et civiles prévues par la loi.

NF X10-999

Avril 2007

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients Normes en ligne.Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR Webshop(Standards on line) customers. All network exploitation, reproduction and re-dissemination,even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

Boutique AFNOR

Pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS

Client 4873600

Commande N-20070731-226324-TA

le 31/7/2007 11:13

Page 89: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

© AFNOR 2007 AFNOR 2007 1er tirage 2007-04-F

© A

FN

OR

200

7 —

Tou

s dr

oits

rés

ervé

sFA142540 ISSN 0335-3931

NF X 10-999Avril 2007

Indice de classement : X 10-999

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, rue Francis de Pressensé — 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.org

ICS : 13.060.10 ; 93.160

Forage d'eau et de géothermie

Réalisation, suivi et abandon d'ouvrages de captage ou de surveillance des eaux souterraines réalisés par forages

E : Water wells and geothermal drilling — Construction, monitoring and dismantling of catchworks and wells to tap into underground water

D : Wasserbohrung — Bau, Verfolgung und Aufgabe der Bewirtschaftung einer Grundwassergewinnungs- bzw. -überwachungsanlage

Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 mars 2007 pour prendre effetle 20 avril 2007.

Correspondance À la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux européensou internationaux traitant du même sujet.

Analyse Le présent document décrit les bonnes pratiques de conception, de réalisation, desuivi, de fermeture de forages d’eau et de géothermie et tient compte des exigencesréglementaires. Tous les types d’usages sont concernés ; de même ce documents’adresse à tous les types d’acteurs (particuliers, professionnels, administrations).

Descripteurs Thésaurus International Technique : forage, puits d'eau, géothermie, ouvrage,contrat, eau souterraine, sécurité, protection de l'environnement, matériel dechantier, matériel de forage, tube de forage, crépine, injection, ciment, profondeur,contrôle, mise en œuvre, pompage, mesurage, niveau, eau, débit, essai des eaux,qualité, protection, réception, conditions d'exploitation, maintenance.

Modifications

Corrections

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 90: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

Forages d'eau AFNOR X10G

Membres de la commission de normalisation

Président : M COUDERC

Secrétariat : MME GUEGAN — AFNOR

Et la contribution de :

MME LAMY et M LE FANIC (NESTLE WATERS), M VAUTHRIN (VAUTHRIN FORAGES), M ARCHAMBEAU(ARCHAMBEAU CONSEILS), M DUPUY (INSTITUT EGID UNIVERSITE DE BORDEAUX), M PRADURAT(PRADURAT FORAGES — A.S.E.F), M REYNAERT (FORAGES MASSE), M BLIGNY (DANONE EAUXFRANCE), M ESPINEL (SEDIF), M RICO (CONSEIL GENERAL DE SARTHE)

MME AUPERT DIREN BRETAGNE

MME BORNE CALLIGEE

M BRETTE ANTEA

M BRIES BRIES ET FILS

M BRULE SARL BRULE LATHUS FORAGE

M CALLIER BRGM

M COHEN-SKALI HYDROMINES

M COUDERC SFE

M DURAND AQUASSYS DOL FORAGE

M GOBICHON AQUASSYS DOL FORAGE

M GRIERE GEOENERGIE

M LE BIDEAU TERRE ET HABITAT

MME LEGRAND MEDD-DIRECTION DE L’EAU

M LEGROUX AREF — CGGREF

M MARGUET CALLIGEE

M MINO FORACO MANAGEMENT

M POINTET BRGM

M QUERBES SFE

M REMY AFNOR

M SQUARCIONI HYDRO INVEST SA

M VAN INGEN VAN INGEN FORAGES

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 91: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 3 — NF X 10-999

Avant-propos ....................................................................................................................................................... 5

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 5

2 Références normatives ..................................................................................................................... 5

3 Termes et définitions ......................................................................................................................... 6

4 Préparation contractuelle et administrative .................................................................................. 194.1 Procédures administratives ............................................................................................................... 194.2 Contrat/Marché .................................................................................................................................. 194.3 Revue de contrat ............................................................................................................................... 20

5 Installation de chantier .................................................................................................................... 205.1 Sécurité et protection de l’environnement ......................................................................................... 205.2 Réception des matériaux ................................................................................................................... 20

6 Forage ............................................................................................................................................... 216.1 Techniques de forage ........................................................................................................................ 216.2 Fluides de forage ............................................................................................................................... 22

7 Matériaux et équipements ............................................................................................................... 227.1 Tubes ................................................................................................................................................. 227.2 Raccords des tubages ....................................................................................................................... 227.3 Crépine .............................................................................................................................................. 237.4 Colonnes de tubes pleins .................................................................................................................. 237.5 Colonne captante ............................................................................................................................... 237.6 Massif de graviers .............................................................................................................................. 237.7 Ciment ............................................................................................................................................... 24

8 Cimentation ...................................................................................................................................... 248.1 Objectif de la cimentation .................................................................................................................. 258.2 Définition de la partie à cimenter ....................................................................................................... 258.3 Le laitier ............................................................................................................................................. 268.4 L’injection ........................................................................................................................................... 26

9 Contrôles en cours de réalisation de l’ouvrage ............................................................................ 279.1 Les différents contrôles ...................................................................................................................... 279.2 La mise en œuvre .............................................................................................................................. 28

10 Développement ................................................................................................................................ 2910.1 Généralités ........................................................................................................................................ 2910.2 Méthodes de développement ............................................................................................................ 29

11 Pompage d’essai ............................................................................................................................. 3111.1 Généralités ........................................................................................................................................ 3111.2 La mise en œuvre .............................................................................................................................. 3111.3 Protocole de suivi .............................................................................................................................. 3211.4 Réalisation et interprétation des pompages d’essai .......................................................................... 33

12 Protection ......................................................................................................................................... 3712.1 Protection vis à vis des eaux superficielles (ruissellement ou inondation) ........................................ 3812.2 Protection de la tête de forage ........................................................................................................... 3812.3 Protection physique de l'ouvrage ....................................................................................................... 4012.4 Protection contre les eaux de remontées artésiennes ....................................................................... 40

SommairePage

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 92: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 4 —

Sommaire (fin)Page

13 Réception ......................................................................................................................................... 40

14 Rapport de fin de travaux ............................................................................................................... 4114.1 Contenu du document de fin de forage remis par l’entreprise au maître d’ouvrage ......................... 4114.2 Pièces à conserver par le maître d’ouvrage ...................................................................................... 4114.3 Rapport de fin de travaux pour les forages abandonnés .................................................................. 42

15 Exploitation ..................................................................................................................................... 4315.1 Respect absolu du débit d'exploitation .............................................................................................. 4315.2 La pompe immergée ......................................................................................................................... 4315.3 Suivi des volumes prélevés ............................................................................................................... 4315.4 La colonne d'exhaure ........................................................................................................................ 43

16 Surveillance et maintenance de l’ouvrage d’exploitation ........................................................... 4416.1 Généralités ........................................................................................................................................ 4416.2 Mesures spécifiques à certains ouvrages ......................................................................................... 45

17 Réhabilitation .................................................................................................................................. 4517.1 Les contrôles préalables ................................................................................................................... 4517.2 La réhabilitation ................................................................................................................................. 46

18 Fermeture temporaire ou définitive (abandon) ............................................................................ 4718.1 Arrêt temporaire d’exploitation .......................................................................................................... 4718.2 Fermeture définitive (abandon) ......................................................................................................... 47

Annexe A (informative) Liste non exhaustive des contrôles de l’ouvrage ................................................ 49

A.1 Diagraphie CBL (Ciment Bond Logging) ........................................................................................... 49

A.2 Diagraphie thermique ........................................................................................................................ 49

A.3 Diagraphie gamma ray ...................................................................................................................... 49

A.4 Diagraphie de résistivité .................................................................................................................... 49

A.5 Diagraphie de Polarisation Spontanée : ............................................................................................ 49

A.6 Profil au micro-moulinet .................................................................................................................... 49

A.7 Diagraphie à Neutrons ...................................................................................................................... 50

A.8 Diagraphie diamétreur ....................................................................................................................... 50

A.9 Diagraphies physico-chimiques ........................................................................................................ 51

A.10 Diagraphie de verticalité ou sonde gyroscopique ............................................................................. 52

A.11 Examen vidéo ................................................................................................................................... 52

Annexe B (informative) Exemple de feuille de pompage ............................................................................ 53

Annexe C (informative) Exemple de formulaire de réception de travaux .................................................. 54

Bibliographie .................................................................................................................................................... 55

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 93: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 5 — NF X 10-999

Avant-propos

Il s’agit de mettre à disposition des acteurs concernés : Maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, bureaux d’études etentreprises un référentiel sous forme d’une norme française homologuée.

Il est rappelé qu’un forage est envisagé pour répondre à certains objectifs et que sa conception commence doncpar une réflexion préalable sur l’usage et la fonction dévolue à ce point d’eau (exploitation, échantillonnage pourune surveillance, piézométrie, etc.). Quel que soit l’usage du forage à réaliser, le maître d’ouvrage doit préciserses besoins, lesquels conditionnent les caractéristiques de l’ouvrage.

Les objectifs de ce référentiel sont :

— de faire en sorte que les ouvrages mis en place pour connaître ou exploiter les eaux souterraines y comprisles ouvrages pour usage thermique soient réalisés dans les règles de l'art visant à la protection des eauxsouterraines tant en terme de qualité que de quantité ;

— d'afficher des spécifications en termes de performance ; à charge pour tous les acteurs de mettre en œuvreles moyens adéquats ;

afin :

— d’énumérer les démarches administratives à suivre et les organismes à qui s’adresser ;

— de rassembler les règles à appliquer pour réaliser un forage de qualité : spécifications, conception, réalisation ;

— de donner les préconisations dans la phase de rédaction du marché ;

— d’assurer l’exploitation et le maintien de l’ouvrage ;

— de procéder à son abandon dans des conditions respectueuses de la qualité de la ressource.

Ces objectifs pourront être référencés dans les pièces du marché pour décrire les besoins du maître d’ouvrageen terme de niveau de prestations liées à la réalisation d’un ouvrage, sans pour autant créer d’obstacles injustifiésà la concurrence entre les entreprises.

Le présent document vient en complément de la réglementation en vigueur.

1 Domaine d’application

Le présent document décline des préconisations techniques et des méthodes à employer pour la conception, laréalisation, l'exploitation, le suivi, la maintenance, la réhabilitation et l'abandon d'ouvrages de reconnaissance,d'exploitation et de surveillance (qualité et quantité) des eaux souterraines, réalisés par forage.

NOTE Il est accompagné d'un guide d'utilisation des ouvrages d'exploitation et de surveillance des eaux souterraines etd'un guide rappelant également les démarches administratives auxquelles il convient de se conformer.

Il s'applique à tous types d’ouvrages de reconnaissance, de surveillance et d’exploitation (captage ou ré-injection)des eaux souterraines, y compris, les captages thermiques verticaux tels que définis dans l’Article 3 et couvre tousles types d'usages (publics, Alimentation en Eau Potable (AEP), domestiques, agricoles et industriels).

Ce document est destiné aux maîtres d’ouvrage publics ou privés (particuliers, exploitants agricoles, industriels,collectivités locales/territoriales, etc.), aux maîtres d'œuvres, aux bureaux d'études, aux hydrogéologues, auxforeurs, aux fournisseurs de matériel et d'équipement de forage, aux associations de consommateurs et auxpouvoirs publics.

2 Références normatives

Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour lesréférences datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition dudocument de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

FD X 31-614:1999, Qualité du sol — Méthodes de détection et de caractérisation des pollutions — Réalisationd'un forage de contrôle de la qualité de l'eau souterraine au droit d'un site potentiellement pollué.

FD X 31-615:2000, Qualité du sol — Méthodes de détection et de caractérisation des pollutions — Prélèvementset échantillonnage des eaux souterraines dans un forage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 94: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 6 —

NF EN 60068-2-74, Essais d’environnement — Partie 2 : Essais — Essai Xc : Contamination par des fluides(indice de classement : C 20-774).

ISO 14951-13, Systèmes spatiaux — Caractéristiques des fluides — Partie 13 : Air respirable.

ISO 14951-10, Système spatiaux — Caractéristiques des fluides — Partie 10 : Eau.

3 Termes et définitions

Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s'appliquent.

Les Figures sont uniquement données à titre indicatif.

Légende

1 Niveau de la nappe au repos

2 Ciment (injecté par la base)

3 Niveau de l’eau dans le forage

4 Tube dépassant du sol (50 cm au minimum)

5 Margelle en ciment en pente vers l’extérieur (hauteur de 30 cm minimum)

6 Centreur

7 Tubage de protection

8 Centreur (obligatoire)

9 Crépine adaptée à la formation aquifère et sous le niveau de l’eau en pompage

10 Tube plein à la base de la crépine

11 Aquifère

12 Massif filtrant (gravier calibré)

13 Joint d’étanchéité (argile) évite l’invasion de l’aquifère et du gravier par le ciment

14 Cône de rabattement du forage en production

15 Terrain dénoyé

Figure 1 — Exemple de forage en nappe libre (réalisé en une étape, en un diamètre unique)(Source documentaire : BRGM)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 95: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 7 — NF X 10-999

3.1adjuvantadditif modifiant les caractéristiques chimiques ou physiques d’un produit ou d’une substance

3.2air liftméthode qui consiste à descendre un tube d'exhaure vertical immergé dans le forage puis à injecter de l'aircomprimé par un second tube de plus faible diamètre. L'émulsion ainsi créée s'élève dans le tube d'exhaurevertical à partir duquel il se déverse en surface, entraînant avec elles les fines

Légende

1 Presse étoupe

2 Air

3 Eau

4 Niveau statique

5 Niveau pompage

6 Crépines

7 Pied du tube d’air

8 Longueur d’immersion

9 Rabattement

10 Casing

11 Hauteur de refoulement

Figure 2 — Exemple de schéma à l’air lift(Source documentaire : BRGM)

3.3atelier de forageensemble du matériel permettant de réaliser les travaux

3.4annulaire (espace)au niveau d’un forage équipé, l’annulaire concerne la zone située entre le tubage et le terrain naturel

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 96: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 8 —

3.5aquifèremilieu souterrain qui contient de l’eau en partie mobilisable par gravité. Ce milieu, constitué de roches perméableset/ou fissurées ou fracturées est suffisamment conducteur d’eau souterraine, pour permettre l’écoulementsignificatif d’une nappe souterraine et le captage de quantités d’eau appréciables. Un aquifère comporte une zonesaturée en eau et peut comporter une zone non saturée en eau (zone du sous-sol comprise entre la surface dusol et la surface de la zone saturée pour une nappe libre)

3.6battageconsiste, par des mouvements alternatifs, à soulever un outil lourd (trépan) et le laisser retomber pour briser laroche. Consiste également à remonter les déblais avec une curette et à descendre de façon concomitante untubage provisoire. La hauteur de chute et la fréquence des mouvements dépendent de la dureté de la roche

3.7captage thermique verticalforage équipé de sondes permettant d’extraire des calories du sous-sol

3.8caractéristiques rhéologiquesdans le domaine des forages, il s’agit des propriétés liées à l’écoulement des boues de forage.Les caractéristiques mesurées couramment sont la viscosité, la densité, la teneur en sable

3.9cimentationopération consistant à remplir de coulis de ciment un espace déterminé

Légende

1 Sol 8 Joint de décrochage des tiges

2 Pompe 9 Sabot de cimentation

3 Coulis de ciment 10 Bille anti-retour

4 Centreur 11 Formation aquifère

5 Tubage de protection 12 Banc imperméable

6 Tige d’injection du ciment 13 Formation à occulter

7 Remontée de ciment dans l’espace annulaire

Figure 3 — Exemple de cimentation sous pression par le pied de tubage(Source documentaire : BRGM)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 97: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 9 — NF X 10-999

3.10circulation directele fluide de forage injecté à l’intérieur des tiges remonte par l’espace annulaire

3.11circulation inversele fluide de forage, alimenté par l’annulaire, remonte les cuttings par l’intérieur des tiges ou du tube central

3.12coefficient d’emmagasinementvaleur sans dimension notée S qui représente le rapport du volume d’eau libéré par unité de surface de l’aquifèresous une charge hydraulique égale à l’unité. Il détermine, avec la porosité efficace, la fonction capacitivedu réservoir

3.13complétionopération de mise en place dans un forage des équipements destinés à assurer sa pérennité et la mise enproduction des niveaux aquifères souhaités (voir Article 7). Ces équipements sont d’une part le bouchon de fondet le tube décanteur de fond d’ouvrage, d’autre part les crépines, le gravier filtre et les tubes pleins. Dans certainscas particuliers, les parties captantes des ouvrages sont laissées en « trou nu », et exploitées telles quelles et nefont l’objet d’aucune complétion

3.14corrosion galvanique (pile électrochimique)une pile électrochimique est créée lorsque deux métaux de natures différentes sont mis en contact. Un desmétaux s'oxyde et se dissout (anode), tandis que sur l'autre métal a lieu une réduction (cathode), etéventuellement formation d'une couche de produits de réaction (des espèces chimiques de la solution seréduisent et se déposent). On parle de corrosion galvanique. Pour avoir une corrosion galvanique, trois conditionssont nécessaires :

— des métaux de nature différente : c’est la différence de potentiel de dissolution entre les deux métaux quiprovoque le phénomène. L'expérience montre qu'il faut une différence de potentiel de 100 mV pour voirapparaître la corrosion ;

— la présence d'un électrolyte en général aqueux : la présence d'ions dans le milieu aqueux (exemple : eauminéralisée), accélère le phénomène ;

— la continuité électrique entre les deux métaux : le phénomène diminue très rapidement en éloignant les deuxmétaux. Il faut qu'il y ait transfert de charges électriques pour avoir le phénomène de corrosion

3.15crépinetube ajouré mis en place dans un forage lors des opérations de complétion. La crépine (ou tubage crépiné) permetle passage de l’eau tout en maintenant la formation productrice

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 98: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 10 —

Figure 4 — Exemples d’ouverture de crépine(Source documentaire : SFE)

3.16cuvelagerevêtement généralement en tubes acier ou PVC ou PEHD (parfois en béton), constituant le soutènement desparois des forages en partie supérieure

3.17débit critiquedébit pompé au-delà duquel le rabattement n’augmente plus en fonction linéaire du débit

3.18débit spécifiquele débit spécifique définit le débit pompé dans un ouvrage rapporté à la hauteur de rabattement dans celui-ci dansdes conditions définies. Le calcul du débit spécifique est fait par réalisation d’un essai de débit relatif à un pompagede courte durée opéré dans un ouvrage (en général en fin d’exécution), avec mesure du rabattement final

NOTE Il convient d’être très prudent sur l’interprétation d’une mesure de débit spécifique. En effet, s’agissant d’unevaleur obtenue sur un essai ponctuel très limité dans le temps, l’extrapolation à un comportement sur la longue durée esttrès délicate.

3.19degré sexagésimalunité de mesures scientifiques des angles, le terme sexagésimal est utilisé par opposition au degré centésimal(grade) ; 360° sexagésimal équivaut à 400° centésimal (grade)

a) Crépines à fentes b) Crépines à persiennes

c) Crépines à fentes continues d) Crépines pontées

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 99: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 11 — NF X 10-999

3.20développementaction de développer un forage, c’est-à-dire augmenter la perméabilité du milieu aquifère à proximité de la paroide l’ouvrage par divers procédés appropriés (pistonnage, etc.) en vue de réduire les pertes de charge etd’améliorer l’efficacité de l’ouvrage, en général avant sa mise en exploitation. Pratiquement le développement,réalisé pour des valeurs de débit supérieures au débit d’exploitation, permet par la mise en place des massifs degraviers et du terrain autour de l’ouvrage, avec évacuation des fines, d’assurer des conditions d’exploitationoptimales. Dans le cas de l’acidification et de la fracturation, on parle également de stimulation de l’aquifère

Légende

1 Air

2 Eau

3 Casing

4 Tube d’air

5 Tube d’eau

6 Crépine

7 Position de pompage

8 Position de chasse d’air

9 Presse étoupe

Figure 5 — Exemple de développement à «forage ouvert»(Source documentaire : SFE)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 100: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 12 —

Légende

1 Robinet de décharge

2 Robinet 3 voies

3 Air

4 Eau

5 Joint plein

6 Casing

7 Tube d’air

8 Tube d’eau

9 Extension

10 Crépine

Figure 6 — Exemple de développement à «forage fermé»(Source documentaire : SFE)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 101: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 13 — NF X 10-999

Légende

1 Jeu : 20 mm maxi

2 Jet

3 Formations

4 Gravier additionnel

5 Crépine

Figure 7 — Exemple de développement par lavage au jet(Source documentaire : SFE)

3.21diagraphiemesures de la distribution d'un paramètre sur le long et à l’intérieur d'un forage (équipé ou non). Le domained'application des diagraphies est très large :

— hydraulique (vitesse, etc.) ;

— physico-chimique (température, conductivité, oxygène, etc.) ;

— électrique (polarisation spontanée, image électrique, etc.) ;

— radioactivité (gamma-ray, neutron, etc.) ;

— acoustique (vitesse d'onde, imagerie acoustique, etc.) ;

— technique (diamètre, inclinaison, cimentation, vidéo, etc.) ;

Les mesures sont réalisées à l'aide de sondes descendues dans le forage.

Une liste non-exhaustive de diagraphie est donnée en Annexe B.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 102: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 14 —

3.22diamètre de foration/équipementdiamètre du forage réalisé par la machine de forage et du tubage mis en place. Le choix du diamètre dépend del'objectif fixé pour l'ouvrage à réaliser et des risques géologiques encourus lors de la foration. En effet, le diamètrede foration initial doit permettre la mise en place d'un tubage de maintien des niveaux forés en cas d'avarie(éboulement, etc.)

À titre indicatif les diamètres usuels employés pour des ouvrages n'excédant pas quelques centaines de mètressont :

3.23équipement d’exploitationconstitué de la pompe et de ses accessoires, de la colonne d’exhaure, des sondes thermiques, d'un tube guidesonde, etc.

3.24forageouvrage réalisé, c’est-à-dire le trou et son équipement

3.25forage artésienforage captant une nappe dont le niveau d’eau est supérieur au niveau du sol

3.26forage pour ré-injectionforage destiné à ré-injecter l’eau prélevée dans un autre forage mais dans le même aquifère

3.27forationaction (stricte) de forer un trou avec un outil adapté, sans connotation avec l’ouvrage réalisé

3.28havageméthode qui consiste à mener en parallèle, le creusement des terrains au moyen d’une benne preneuse ou d’unhammer-grab, et leur soutènement au fur et à mesure de l’avancement

Le soutènement peut être réalisé :

— soit au moyen de tubages acier descendus sous l’effet de leur propre poids ou par pression ou parlouvoiement ;

— soit au moyen de cuvelages béton descendus par leur propre poids.

3.29hammer-grabbenne preneuse circulaire susceptible d’être utilisée avec battage (coquilles bloquées) pour foration en terrainsalluvionnaires meubles ou compacts pouvant comporter des blocs

Diamètre de foration Diamètre extérieur du tubage

17"3/8 = 441 mm 13"3/8 = 340 mm

12"1/8 = 308 mm 9"5/8 = 244 mm

8"1/2 = 216 mm 6"5/8 = 168 mm

6" = 152 mm 4"1/2 = 144 mm

3"7/8 = 96 mm

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 103: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 15 — NF X 10-999

3.30marteau Fond de Trou (MFT)méthode de foration à l’air qui utilise la percussion assortie d’une poussée sur l’outil qui se trouve lui-même enrotation ; le marteau étant placé à la base du train de tige

Légende

1 Embout supérieur

2 Clapet ant-retour

3 Tube central

4 Bouchon d’étranglement

5 Piston

6 Douille

7 Douille d’entraînement

Figure 8 — Exemple de marteau fond de trou(Source documentaire : SFE)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 104: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 16 —

3.31nappe captivenappe ou partie d'une nappe soumise en tous points à une pression supérieure à la pression atmosphérique,et dont la surface piézométrique est supérieure à la cote du toit de l’aquifère, à couverture moins perméable, quila contient

Légende

1 Source 5 Eaux artésiennes

2 Drainance descendante 6 Nappe captive

3 Nappe perchée 7 Nappe libre

4 Surface piézométrique 8 Écoulement souterrain

Figure 9(Source documentaire : SFE)

3.32nappe librenappe dont la surface piézométrique est à la pression atmosphérique (surface libre). Le niveau de cette nappepeut fluctuer et on distingue ainsi une zone saturée et une zone non saturée

3.33nappe superficiellela notion de nappe superficielle ou nappe phréatique, imprécise au plan hydrogéologique, caractérisegénéralement une nappe peu profonde atteinte par les puits ordinaires. En pratique, il s’agit d’une nappegénéralement libre à surface proche du sol dont l’alimentation et la qualité sont influencées par les activités desurface

3.34niveau dynamiqueniveau piézométrique influencé — rabattu ou relevé — par opposition au niveau naturel au même point ; plusparticulièrement, plan d’eau rabattu ou relevé, stabilisé ou non, dans un puit de pompage ou un ouvrage d’injection

3.35niveau piézométriqueniveau libre de l’eau mesuré dans un ouvrage en communication avec un aquifère

3.36niveau statique (niveau naturel)niveau piézométrique dans un forage non influencé par un prélèvement

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 105: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 17 — NF X 10-999

3.37numéro BSSle numéro de la Banque du Sous-Sol (BSS) est celui attribué par le BRGM qui gère la banque du sous-sol. Ilpermet de localiser l’ouvrage sur le fond topographique au 1/50000

3.38perméabilité (coefficient de)propriété d’un corps, d’un milieu solide — notamment un sol, une roche — à se laisser pénétrer et traverser parun fluide, notamment l’eau, sous l’effet d’un gradient de potentiel. Paramètre exprimant quantitativement cettepropriété, relativement aux caractéristiques du fluide, notamment l’eau : flux pouvant passer à travers une sectionunitaire du milieu considéré, sous l’effet d’une unité de gradient de charge hydraulique, dans des conditionsdéterminées de pression et de température (grandeur homogène à une vitesse, notée K)

3.39piézomètreau sens strict, un piézomètre est un dispositif servant à mesurer la hauteur piézométrique en un point donné d’unsystème aquifère, qui indique la charge hydraulique en ce point, en permettant l’observation ou l’enregistrementd’un niveau d’eau libre ou d’une pression. Il sert entre autres à connaître l'état quantitatif de la ressource eneau souterraine

3.40point d’eauaccès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits, etc.) aux eaux souterraines

3.41pompage d’essaipompage opéré dans un ouvrage, avec contrôle de l’évolution du débit pompé et des rabattements déterminésdans l’aquifère, pendant et après le pompage, pour évaluer les paramètres de l’aquifère, d’après l’analyse deces données

3.42qualitomètrepoint d’eau où l’on peut effectuer des mesures ou des prélèvements en vue de définir la qualité des eauxsouterraines

3.43rabattementbaisse du niveau d’eau dans un ouvrage sous l’effet d’un pompage dans la nappe (= niveau statique – niveaudynamique)

3.44rechemisageaction de mettre en place un nouveau tubage à l’intérieur d’un ancien tubage qui reste en place

3.45réhabilitationaction de redonner à l’ouvrage sa fonction initiale

3.46rotaryméthode de foration qui utilise un outil (tricône), animé d’un mouvement de rotation par les tiges de forage et detranslation verticale sous l’effet du poids de la garniture de forage (tiges et masses tiges)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 106: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 18 —

Légende

1 Bloc de tête 9 Tiges

2 Plateforme d’accrochage 10 Masses-tiges

3 Mouffle-crochet 11 Outil

4 Tête d’injection 12 Tamis vibrant

5 Tige carrée 13 Pompe à boue

6 Table de rotation 14 Dynamomètre

7 Treuil 15 Colonne montante

8 Moteurs 16 Flexible

Figure 10 — Exemple schématique d’un atelier de forage rotary «grande profondeur»(Source documentaire : SFE)

NOTE L’exemple proposé est une version avec table de rotation et tour pour manœuvre de tiges de grande longueur.Un modèle plus compact (sur camion) est utilisé pour des profondeurs moyennes. La disposition est alors la suivante :

— train de tiges actionné soit par table, soit par tête de rotation ;

— circuit boue avec pompe à l’amont et unité de séparation des cuttings à l’aval.

3.47transmissivitéparamètre régissant le débit d'eau qui s'écoule par unité de largeur, L, d'un aquifère, sous l'effet d'une unité degradient hydraulique, i. Elle est le produit de la perméabilité par la hauteur mouillée de l'aquifère

3.48tricôneoutil de forage à trois molettes, à dents ou à picots, spécifique à la technique du rotary

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 107: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 19 — NF X 10-999

Figure 11 — Exemple de tricône(Source documentaire : SFE)

3.49tubage pleintubage non ajouré (à l'opposé d'un tubage crépiné) mis en place dans un forage. Ce type de tubage peut permettred'obturer un niveau aquifère particulier non souhaité (avec cimentation de l'espace annulaire). Il peut être utiliséégalement pour maintenir la stabilité des terrains traversés

4 Préparation contractuelle et administrative

4.1 Procédures administratives

Tous les acteurs doivent se conformer à la réglementation en vigueur (tant nationale que locale) et en particulieraux obligations en matière de protection de l’environnement (nomenclature loi sur l’eau rubriques 1.1.1.0 pour leforage et 1.1.2.0 pour les prélèvements issus du forage) et de conditions de travail.

Avant la réalisation de tout forage, le maître d'ouvrage doit engager les démarches administratives en conformitéavec la législation applicable en France.

Il doit s'assurer de la présence ou non de réseau(x) par l'intermédiaire d'une Déclaration d'Intention deCommencement de Travaux (DICT). Un repérage des réseaux doit être fait avant l'engagement des travaux.

Le maître d'ouvrage doit veiller notamment à obtenir les autorisations nécessaires (le cas échéant) et à déclarerces travaux conformément au Code Minier.

Le maître d'ouvrage doit se rapprocher du service en charge de la Police de l’Eau, ou du service qui gère soninstallation classée, pour connaître les démarches à entreprendre. Les services de la préfecture peuvent utilementêtre consultés pour préciser le service compétent.

En fin de travaux et pour les forages relevant de la Loi sur l’Eau, un rapport conformément aux textes en vigueurdoit être transmis à la préfecture dans les deux mois (après la fin des travaux).

NOTE Une liste des obligations réglementaires est donnée à titre indicatif dans le fascicule de documentationFD X 10-980.

4.2 Contrat/Marché

Deux situations peuvent se présenter selon que le maître d’ouvrage dispose des compétences techniques ou pasen matière de travaux de forage.

a) Dans le premier cas, un contrat doit être rédigé par le maître d'ouvrage précisant les modalités de réalisationde l’ouvrage. Ce contrat doit comprendre au minimum :

- un cahier de clauses techniques avec l'usage et la description des travaux à réaliser ;

- un cahier des clauses administratives fixant les obligations, les contraintes environnementales, les délaiset les relations contractuelles ;

- un bordereau des prix et un détail estimatif.

Le contenu des prescriptions doit être conforme au présent document.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 108: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 20 —

b) Dans le second cas, l’entreprise de forage sollicitée a une obligation de conseil et d’information. Elle doitimpérativement proposer des travaux conformément aux règles de l’art et au présent document. Le devis doitcomporter un descriptif des moyens que l’entreprise met en œuvre pour atteindre les objectifs assignés.

4.3 Revue de contrat

La proposition de l'entreprise de forage est établie après avoir pris connaissance de la demande du client (typed’utilisation, débit espéré, localisation du forage, etc.) et/ou des conditions techniques du marché (qualité desmatériaux, délai, contraintes diverses techniques/environnementales, etc.).

La proposition de l'entreprise de forage doit :

— prendre en considération le programme de forage et de pompage en vue de définir les conditionsd’exploitation, ainsi que le détail des prestations comprises dans le contrat ;

— préciser les spécifications des matériaux entrant dans la composition du forage (nature, qualité etdimensionnement des crépines, tubages, ciment, massif filtrant, etc.) et en conséquence assurer lesapprovisionnements des matériaux répondant aux exigences. Le cas échéant, vérifier que la résistance àl’écrasement du tubage et des crépines a été prise en compte.

Les différentes parties doivent se concerter en vue de réaliser les travaux et :

— prévoir un moyen d’accès au chantier (passage, plate-forme) ;

— sélectionner le diamètre des outils de forage selon le diamètre des tubes, afin d’assurer l’espace annulaire decimentation et gravillonnage (si nécessaire) suffisant et des équipements d’exploitation ;

— définir les moyens pour la mise en œuvre ;

— définir les conditions du devenir des déblais (par exemple : régalage, évacuation, etc.), du fluide de forage, del’eau résultant de la foration quand celle-ci est réalisée au marteau fond de trou et du pompage d’essai ;

— prévoir des graisses et produits respectant l’environnement et la santé publique (par exemple : graissebiodégradable, etc.) ;

— prévoir du matériel adapté tant au cahier des charges, qu'au site.

5 Installation de chantier

5.1 Sécurité et protection de l’environnement

Le chantier doit être clôturé ou balisé pour en interdire l'accès aux personnes extérieures.

Les consignes de sécurité en relation avec la Propreté, l'Hygiène et la Sécurité du chantier doivent êtrerespectées, pour ce faire, mettre en place :

— une signalétique de chantier (entrée interdite, port du casque, consignes de sécurité, etc.) ;

— un dispositif de stockage, de protection et de collecte des éventuelles fuites d’hydrocarbures et autres produitspotentiellement polluants ;

— un dispositif de neutralisation des additifs chimiques utilisés lors du développement du forage ;

— les moyens d’une évacuation éventuelle des déblais, des fluides de forage, des eaux des essais de pompage.

L'ouvrage doit être implanté à distance de toute source de pollution conformément à la réglementation en vigueur(cf. notamment à l'arrêté du 11 septembre 2003).

Du matériel conforme CE (ou mis en conformité) doit être utilisé, entretenu et en bon état de propreté.

Un cahier de chantier doit être ouvert pour consigner les évènements et/ou incidents survenus pendant la duréedes travaux.

5.2 Réception des matériaux

Les livraisons doivent être conformes aux besoins du chantier (bon de livraison conforme au bon de commande,vérification des dimensions, des quantités, etc.).

Les conditions de stockage doivent permettre d'éviter toute dégradation (pollution, dommage par engin, etc.).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 109: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 21 — NF X 10-999

6 Forage

La méthode de forage doit être adaptée à la nature géologique du terrain.

6.1 Techniques de forage

Le foreur a obligation de conseil dans le choix de la technique de forage.

NOTE Dans certains cas, il est possible d’associer plusieurs techniques de forage pour la réalisation d’un ouvrage enfonction de la nature géologique du terrain et/ou des compétences de l’entreprise.

L'entreprise de forage doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires et appliquer la méthode de forageadéquate afin que, pour chaque tranche de 30 m, la déviation de la colonne de tubes mesurée par rapport à laverticale ne dépasse pas un angle de 1° sexagésimal, sauf disposition particulière énoncée dans le cahier descharges pour respecter cette exigence.

— Un relevé des avancements, des arrivées d’eau, des incidents de forage (chute d’outils, perte de fluide,éboulement, etc.) et un relevé de la coupe géologique (foreur) avec prise d’échantillons tous les mètres et àchaque changement de faciès doivent être effectués.

— Les déblais de forage ne doivent en aucun cas avoir un impact sur l’environnement ; en cas d'un quelconquerisque, une évacuation des matériaux doit être entreprise conformément à la législation en vigueur.

6.1.1 Rotary

Le rotary est recommandé pour des terrains peu consolidés.

Le choix du tricône est fonction des formations géologiques (cf. classification IADC) et les tiges, les masses tigesainsi que les stabilisateurs doivent être adaptés en conséquence.

6.1.2 Marteau fond de trou

Cette technique est recommandée pour les terrains durs, mais est à proscrire dans le cas de terrains nonconsolidés ou plastiques.

La pression d’air nécessaire au fonctionnement du marteau est de 10 bars au minimum ; une fois dans la nappe,il faut augmenter la pression d’air pour compenser le poids de la colonne d’eau.

6.1.2.1 Marteau fond de trou tubé à l’avancement

Cette technique est recommandée pour les terrains non cohérents.

Les mêmes indications que dans le cas précédent sont à appliquer ; mais jusqu’à une profondeur de l’ordrede 50 m (en général) en raison du frottement sur le tubage.

6.1.3 Battage et havage

6.1.3.1 Battage à paroi nue (trépan)

Pour forage en gros diamètre et n’excédant pas 100 m de profondeur. Méthode réservée à la traversée de terrainscompacts ne nécessitant pas de soutènement en dehors de la tête de forage.

6.1.3.2 Havage (benne ou hammergrab)

Pour forage en gros diamètre exécuté en terrains alluvionnaires et nécessitant un soutènement des terrains soitprovisoire (tubes acier récupérés), soit définitif (tubes acier ou cuvelages béton).

6.1.3.3 Havage/battage (bennes + trépan)

Pour forage de gros diamètre exécuté en terrains mixtes, meubles et compacts et nécessitant un soutènementprovisoire ou définitif au droit des zones instables.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 110: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 22 —

6.2 Fluides de forage

Les fluides (eau, air, boue, etc.) utilisés doivent répondre aux exigences de la sauvegarde et de la protection del’environnement et également être conformes aux normes en vigueur.

6.2.1 Forage à la boue

La remontée des sédiments dans l’espace annulaire est assurée par la boue dont la vitesse préconisée est del'ordre de 1 m/s.

De plus, la viscosité qui régit les conditions d’écoulement doit être maintenue à environ 60 s Marsh, pardessablage (pourcentage de fines inférieur à 1 %) et adjuvants en cas de dégradation des caractéristiquesrhéologiques de la boue par le terrain.

L'utilisation des boues avec polymères ne doit pas induire de risques bactériologiques.

6.2.2 Forage à l’air

Afin d’évacuer les déblais dans l’espace annulaire, la vitesse ascensionnelle préconisée est de l'ordre de 15 m/s.

6.2.3 Forage à la mousse

En présence de cavités, de karst ou lorsque la remontée d’air est insuffisante (inférieure à 15 m/s).

6.2.4 Circulation directe ou inverse

En général, la circulation directe est utilisée.

Lorsque le diamètre du forage est important ou en terrain karstique, la circulation inverse permet de conserverune vitesse ascensionnelle suffisante, sans augmenter la puissance de la pompe à boue ou du compresseur.

7 Matériaux et équipements

Le matériel, les matériaux et les produits entrant dans la composition des ouvrages doivent être conformes auxnormes françaises en vigueur et doivent répondre aux exigences du cahier des charges.

7.1 Tubes

La qualité (matériau compris) des tubages doit être appropriée à l’usage de l’ouvrage ainsi qu’au contexte où ilest réalisé.

Le tubage provisoire ou définitif doit résister aux efforts thermiques et mécaniques :

— de traction lors de sa mise en place ; c'est l'élément le plus haut qui subit l'effort maximal dû au poids del'ensemble de la colonne ;

— d'écrasement ;

— de flexion ;

— et au flambage.

7.2 Raccords des tubages

Les raccords des tubages doivent répondre aux exigences suivantes :

— étanchéité lors de la cimentation ;

— le raccord entre deux tubes de même diamètre ne doit pas être constitué par un manchon intérieur ;

— la résistance à la rupture du raccord doit être au moins égale à celle du corps des tubes ;

— pour les tubes PVC, seuls sont admis les raccords filetés.

— pour les tubes en inox, il est recommandé de prévoir une technique spécifique pour la soudure.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 111: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 23 — NF X 10-999

7.3 Crépine

Le type de crépine, la forme et la dimension des fentes doivent être adaptés au terrain pour permettre le passagede l'eau sans entraînement de particules fines du terrain après développement du forage. La dimension desouvertures peut être utilement déterminée par interprétation de l'analyse granulométrique du terrain.

La mise en place d'arceaux de centrage le long des crépines est obligatoire dans le cas de massif de graviers,sauf dans le cas de tubage à l'avancement. L'écartement entre deux centreurs doit être au maximum de 10 m.

7.4 Colonnes de tubes pleins

Le diamètre intérieur des tubes doit être fonction du débit d’exploitation et de la vitesse de circulation d’eau autourdu moteur de la pompe immergée (cf. les données constructeur).

7.5 Colonne captante

Dans le cas où une colonne captante est requise, celle-ci comprend un ensemble composé de :

— une crépine, continue ou discontinue lorsqu'elle alterne avec un ou plusieurs éléments de tube plein, sousréserve de ne mobiliser qu’un seul et même aquifère ;

— une colonne de tubes pleins ;

— un bouchon de fond (sauf en cas de tube suspendu) ;

— un massif de graviers éventuellement.

Le massif de graviers constitue un massif filtrant autour de la crépine et/ou un massif de soutènement autourdu tube.

7.6 Massif de graviers

7.6.1 Massif filtrant autour de la crépine

Sa mise en place est indispensable dans le cas de terrain non consolidé, voire dans certains cas deterrains consolidés.

Le massif filtrant doit être constitué de graviers (de préférence siliceux roulés), calibrés, lavés et de plusdésinfectés pour les usages alimentaires et le thermalisme.

La dimension des grains est définie en tenant compte de l'analyse granulométrique du terrain et de l'ouverture descrépines. Le volume théorique de gravier nécessaire doit être calculé et affiché dans le cahier des charges.

Pour être efficace, l'épaisseur du massif filtrant ne doit pas être inférieure à 75 mm. Dans le cas des piézomètreset des tubages inférieurs à 160 mm de diamètre extérieur, l’épaisseur du massif filtrant peut être réduite à 50 mm.

La mise en œuvre du massif doit garantir une répartition homogène du gravier sur le périmètre et sur toute lahauteur de la colonne captante, en maintenant une circulation de fluide constante et en contrôlant la remontée dugravier à la sonde.

Le massif doit être placé de telle manière que son niveau supérieur soit nettement au-dessus du toit de la coucheaquifère exploitée (plusieurs mètres).

Le volume réel du gravier mis en place doit être comparé au volume théorique ; il ne doit pas être inférieur à 5 %du volume théorique.

7.6.2 Massif de soutènement autour des tubes

Le massif de soutènement doit être constitué de graviers, calibrés, lavés et de plus désinfectés pour les usagesalimentaires et le thermalisme.

Sa mise en place est indispensable lorsqu’il y a des risques d'éboulement.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 112: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 24 —

7.7 Ciment

Les ciments commercialisés sont de nature et d’aptitude très variables selon leur utilisation.

Les ciments doivent être choisis en fonction de leurs aptitudes à résister aux éventuelles agressions tantchimiques que mécanique du terrain et des formations des eaux souterraines traversées, tout en assurant lameilleure étanchéité annulaire du tubage.

8 Cimentation

Légende

A 1re étape

B 2e étape

1 Tube dépassant du sol

2 Ciment (injecté sous pression par le bas), il assure l’étanchéité entre les deux aquifères

3 Niveau de la nappe au repos

4 Margelle en pente vers l’extérieur

5 Tube plein à la base de la crépine

6 Massif filtrant (gravier calibré si nécessaire)

7 Crépine (adaptée à la formation aquifère)

8 Espace annulaire ≥ 5 cm

9 Tubage de protection

10 Centreur (obligatoire)

11 Nappe inférieure captive à capter

12 Toit de l’aquifère captif

13 Formation imperméable

14 Nappe supérieure à occulter (par exemple eau polluée)

15 Terrain dénoyé

Figure 12 — Schéma type en présence de deux nappes(Source documentaire : BRGM)

La cimentation consiste à remplir l'espace annulaire entre le tubage et le terrain foré, avec un laitier de ciment, surtoute la partie supérieure du forage et jusqu’au niveau du terrain naturel. Elle est obligatoire pour tous les ouvragescouverts par le présent document.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 113: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 25 — NF X 10-999

8.1 Objectif de la cimentation

La cimentation a pour objectif :

— de préserver la qualité des eaux de la nappe en empêchant :

- les infiltrations des eaux de ruissellement de surface vers la nappe ;

- les communications entre nappes d'eau de qualités différentes ;

— d'assurer la stabilité du forage par le scellement du tubage au terrain ;

— d'assurer la durée de vie du forage en le protégeant des eaux agressives.

8.2 Définition de la partie à cimenter

La hauteur à cimenter est définie par les conditions rencontrées, nature et état des terrains traversés, qualité desdifférentes arrivées d'eau.

Un avant-tubage, en tête de forage, est mis en place sur au moins 5 m afin d'éviter les risques d'éboulement oude cavitation par les fluides de forages. Il convient de prévoir une cimentation à l'extrados de ce tubage pour évitertoute percolation des eaux de surface, excepté lorsque cet avant-tubage est mis en place par battage. Lors de laconception de l'ouvrage, il convient de tenir compte de cet avant tubage et de sa cimentation dans le choixdes diamètres.

L'espace annulaire doit avoir une épaisseur minimale de 5 cm afin de permettre la mise en oeuvre de lacimentation, la colonne de laitier doit reposer au-dessus du toit de la nappe captée soit :

— sur un bouchon d'étanchéité en argile gonflante au-dessus du massif de gravier filtre ;

— sur une ombrelle en l'absence de gravier filtre.

Les forages doivent être cimentés à partir du toit de la nappe captée sur toute la hauteur jusqu'au niveau du sol .En région de socle, où parfois le toit de la nappe ne peut être déterminé avec précision, il faut cimenter sur toutela hauteur altérée, pour éviter toute percolation des eaux de surface et afin d’occulter les arrivées d’eau demauvaise qualité ; la hauteur minimum est de 10 m. En cas de présence de nappes intermédiaires captives ou dequalité différente ou polluée, il est indispensable de les isoler en général en procédant à un ou plusieurstélescopages de diamètre avec cimentations successives.

Ces dispositions sont complétées pour les cas suivants.

8.2.1 Captage de la première nappe libre

Il convient de prévoir une cimentation au minimum de 2 m (plus en fonction de la nature géologique du terrain).

8.2.2 Captage d'une nappe captive

Il est indispensable d'isoler par cimentation la partie supérieure depuis le toit de la nappe captive jusqu'en surfaceou jusqu'au chevauchement entre tubages.

Si un tubage est descendu il devra s'arrêter avant le toit de l'aquifère captif afin de permettre une cimentationremontant au sommet du chevauchement.

En présence d'aquifère(s) au dessus de la nappe captive, il(s) devra(ont) être isolé(s) correctement parcimentation afin d’interdire tout mélange.

8.2.3 Nappe libre en présence d'un aquifère superficiel ou d’arrivées d’eau de mauvaise qualité au droitde failles supérieures dans le socle

Il est nécessaire d'isoler par cimentation l'aquifère à capter de l'aquifère superficiel (ou de la dernière arrivée d’eaude mauvaise qualité), soit par :

a) pose d'un tubage descendu légèrement en dessous du mur de l'aquifère superficiel, et cimentation à l'extradosde ce tubage avant poursuite de la foration (télescopage) ;

b) par cimentation à l'extrados du tubage (forage mono-diamètre) après pose du massif de gravier et du bouchond'étanchéité, ou sur ombrelle.

Cette solution nécessite de disposer de suffisamment de place pour descendre les cannes de cimentation à laprofondeur voulue (dans la pratique cette solution est limitée aux ouvrages peu profonds).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 114: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 26 —

8.2.4 Utilisation de la technique du tubage à l'avancement

a) En vue du captage d'une nappe captive :

Le sabot du tubage de soutènement ne sera pas descendu jusqu'au mur de l'aquifère, afin de permettre ainsiune isolation par cimentation.

b) En vue du captage d'une nappe libre :

Il est alors nécessaire de retirer le tubage de soutènement de façon concomitante à la mise en place du gravier,du bouchon en argile gonflante ou de l'ombrelle, et de la cimentation de la partie supérieure.

REMARQUE : L'utilisation de la technique du tubage à l'avancement, lorsqu'il existe plusieurs niveaux aquifères, nécessitela mise en place de cimentations successives pour interdire tout mélange d'eau. Dans ce cas il est alors nécessaire deprocéder par télescopage.

8.2.5 Cas des capteurs thermiques verticaux

Le forage doit être correctement isolé par :

— du sable et/ou du gravier roulé sur toute la hauteur des zones aquifères ;

— un mélange bentonite-ciment sur tout le reste y compris entre deux couches aquifères, le coulis étant injectésous pression par la base en remontant le tube d'injection au fur et à mesure que le coulis rempli l'annulaire etenveloppe les sondes thermiques et obligatoirement sur les 10 m supérieurs.

8.3 Le laitier

Le laitier est composé d’eau et de ciment soigneusement mélangés. La densité est supérieure à 1.7, sauf pour lecas particulier des forages profonds.

Exemple pour obtenir une densité de 1.8 : 100 kg de ciment et 50 l d’eau et peut être complété d'éventuelsadjuvants neutres par rapport à l'eau ; donne 80 l de laitier.

L’utilisation du ciment à «prise rapide» est déconseillée.

Les mélanges ciment-bentonite peuvent être utilisés, sous réserve d’utiliser des produits commercialisés prévusà cet effet . La bentonite doit être hydratée 24 h avant la cimentation et dans le but d’assurer une bonne fluiditéde la cimentation. La proportion de bentonite ne doit pas dépasser 5 % de la masse de ciment. Dans le cas despiézomètres, la proportion de bentonite peut atteindre 10 % de la masse de ciment.

Le volume du laitier à fabriquer est calculé en ajoutant un coefficient minimum de 30 % par rapport au volumethéorique. Ce coefficient doit être modulé suivant la connaissance des terrains plus ou moins faillés.

8.4 L’injection

L’injection est à effectuer sous pression par le bas dès l’achèvement de la mise en place du tubage définitif eten continu.

Le temps de prise est de 24 h minimum, avec contrôle de la dureté du ciment sur un échantillon de laitier prélevéà l'injection ; un temps d'au moins 48 h est souhaitable avant de continuer les travaux.

Afin d’éviter tout mélange d’eau entre les différentes formations aquifères rencontrées, lorsqu’un forage, puits,sondage ou ouvrage souterrain traverse plusieurs formations aquifères superposées, sa réalisation doit êtreaccompagnée d’un aveuglement successif de chaque formation aquifère non exploitée par cuvelage etcimentation.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 115: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 27 — NF X 10-999

8.4.1 Pour une profondeur de cimentation < 40 m :

a) avec des cannes de 1‘’ à 2’’ voire plus suivant l’annulaire : elles sont placées de chaque côté du tube etdescendues à la cote requise pour l’injection et retirées par tranche de 5 m à 6 m. Ce procédé ne peut pasexcéder 40 m sans pompe.

b) sur collerette : la collerette étanche est posée soit sur gravier, soit sous tube de complétion. Assurerl’étanchéité avec des produits appropriés (argile gonflante, etc.) et exécuter l’injection avec des cannes dansl’annulaire par volumes successifs avec un temps de prise de 2 h minimum entre chaque injection.

8.4.2 Pour une profondeur de cimentation ≥ 40 m :

a) Par bouchon de laitier : profondeur ≤ 100 m. Prévoir un bouchon de 2 m de hauteur au fond du forage déposépar des cannes de diamètre adapté puis planter le tube de soutènement d’une profondeur d’au moins 1 m dansle laitier. Attendre la prise et le complément est fait suivant la méthode décrite au 8.4.1 a).

b) Par l’intérieur du tube avec bouchon destructible : tubage étanche avec une tête d’injection (amovible) munied’une vanne et d’un manomètre (coté forage). Pose du tubage en suspension d’environ 1 m du fond. Injecterdans le tube le volume de laitier calculé auparavant puis envoyer le bouchon destructible. Poser la têteétanche. Injecter le volume d’eau correspondant au volume intérieur et à la nature du tube et à sa longueuravec une pompe à pression. Bloquer la vanne et vérifier la pression du manomètre qui ne doit pas chuterde 15 % en 1 h. Attendre la prise du laitier au moins 24 h. Cette méthode peut être employée pour des volumesmoyens et une profondeur ≤ 100 m. Si le laitier n'est pas remonté à la cote souhaitée, il est conseillé decompléter par gravité avec des cannes d'injection descendues dans l'espace annulaire.

c) Injection avec pose sur sabot de cimentation à bille : souder ou visser au bout du tube de soutènement unsabot à bille approprié au diamètre du tube. Descendre le tubage à la cote désirée. Descendre et poser sursabot la canne d’injection (tige de forage) en continuité. Confectionner et injecter le laitier en continu le plusrapidement possible. Assurer l’étanchéité du sabot et sortir la canne. Attendre la prise du laitier au moins 24 h.Cette méthode est recommandée pour les grands volumes et les grandes profondeurs (au-delà de 100 m).Si le laitier n'est pas remonté à la cote souhaitée, il est conseillé de compléter par gravité avec des cannesd'injection descendues dans l'espace annulaire.

8.4.3 Pour une profondeur de cimentation au-delà de 500 m

Pour des cimentations d’un forage à très grande profondeur, il convient d’employer les techniques pétrolières.

9 Contrôles en cours de réalisation de l’ouvrage

Le maître d’ouvrage, ou son représentant, est tenu de signaler au préfet dans les meilleurs délais tout incident ouaccident survenu lors du chantier susceptible de porter atteinte à la qualité des eaux souterraines, et de luipréciser les mesures mises en œuvre pour y remédier.

Il convient de distinguer les contrôles en cours de réalisation effectués en continu, de ceux spécifiquementeffectués à certaines phases de la réalisation.

Les données mesurées sont portées sur le rapport journalier de chantier et dans le rapport de forage.

9.1 Les différents contrôles

Les principaux points nécessitant un contrôle portent sur :

— l’appareillage de forage et matériel annexe qui doivent être en adéquation avec les objectifs prévus ainsiqu’avec la proposition élaborée par l’entreprise de forage ;

— la nature des terrains traversés ;

— les profondeurs forées ;

— la conformité des équipements (tubes pleins, crépines, etc.) ;

— l’exécution et la nature du développement ;

— l’exécution et les résultats des pompages d’essai.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 116: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 28 —

a) Contrôles en continu de la réalisation de l’ouvrage :

- la profondeur ;

- le diamètre de foration ;

- le prélèvement d’échantillon des terrains ;

- la vitesse d’avancement ;

- la rhéologie des boues ;

- les pertes ;

- les arrivées d’eau, débit cumulé.

b) Contrôles spécifiques réalisés lors de certaines phases d’exécution de l’ouvrage, lors :

- de la pose des tubages : longueur et diamètre des tubes, qualité des soudures, ouverture des crépines,certificat des fournisseurs. Voir 7.1 ;

- de la cimentation : Contrôle des volumes, prise d’échantillon de laitier. Voir article 8 ;

- du développement. Voir article 10 ;

- du pompage d’essai. Voir article 11 ;

- de la réception des travaux. Voir article 13.

c) Contrôles supplémentaires éventuels :

Il est possible de prévoir des contrôles supplémentaires portant sur :

- la verticalité du forage et des colonnes de tubes ;

- l’étanchéité des tubages pleins ;

- la qualité de la ou des cimentations ;

- l’analyse qualitative (in-situ) de l’eau (par exemple : conductivité, température, nitrates, fer, etc.) ;

- des diagraphies.

d) Cas des capteurs thermiques verticaux :

Une épreuve de pression est réalisée suivant les recommandations du constructeur ou au minimumpendant 1 h, avant la cimentation, sous la pression de 6 bar. Un contrôle du débit est effectué à titrecomplémentaire.

9.2 La mise en œuvre

En matière de forage d’eau, la direction des travaux nécessite une parfaite connaissance des techniques deforage, d’équipement ainsi que des connaissances hydrogéologiques et géologiques. De plus, des adaptationsen cours de forage peuvent se révéler nécessaires notamment d’un point de vue géologique.

Un suivi continu des travaux est souhaitable ; en cas d’impossibilité, il est néanmoins nécessaire de suivre lesphases importantes telles que pose des tubages et des crépines (après vérification du calage géologique),cimentation, développement.

Pendant les travaux de forage :

NOTE En cas de forage à la boue, il convient de contrôler les caractéristiques rhéologiques de la boue (viscosité,densité, teneur en sable, etc.) et de noter les pertes partielles ou totales (profondeur et volume).

Des échantillons des terrains traversés doivent être prélevés, avant passage dans un éventuel dessilteur oudessableur, à chaque mètre de forage et à chaque changement de terrain.

Le volume de chaque échantillon sera, sauf spécifications mentionnées dans le cahier des charges, de l’ordrede 0,5 dm3 à 1 dm3.

Ces échantillons doivent être entreposés sans avoir été préalablement lavés, à l’abri des intempéries soit dansdes sacs étanches ou des casiers fermés portant l’indication des profondeurs forées et des références du forage(ces indications doivent être indélébiles).

L’entrepreneur est responsable de ces échantillons jusqu’à la remise de ceux-ci au maître d’ouvrage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 117: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 29 — NF X 10-999

L’entrepreneur doit consigner dans un rapport journalier les avancements, les outils utilisés ainsi que leurscaractéristiques dimensionnelles et tout fait significatif, tels que :

— la cote de la perte de circulation et son importance ;

— la ou les venue(s) d’eau avec une estimation des débits et de la qualité, en particulier de la teneur en nitrates ;

— les tubages mis en place : nature, diamètre intérieur et extérieur ;

— les cimentations : volume, densité, méthode de mise en place ;

— la complétion (colonne captante : crépines, massif filtrant, etc.) ;

— les travaux de développement ;

— les pompages d’essai, type de pompe, profondeur d’installation, point de rejet, méthode de contrôle des débitset des niveaux d’eau.

10 Développement

10.1 Généralités

Le développement a pour objet de :

— stimuler voire améliorer la perméabilité naturelle de la formation en accentuant la capacité spécifique ;

— éliminer le restant des fluides de forage (cake) et les éléments fins et, si besoin après contrôle, compléter lemassif de gravier ;

— produire une eau exempte de matières solides avec un débit optimal. En fin de développement, la teneur ensédiment ne doit pas dépasser 10 mg/l en cas d'usage pour consommation humaine.

Pour les forages à la boue, le développement d’un forage ne peut être réalisé qu’une fois l’ouvrage équipé de sacrépine et de son massif de gravier.

Pour les autres forages en terrain consolidés, le développement peut être réalisé avant l’équipement des forages.

Le gain de chaque phase de développement doit être calculé à partir du débit et du rabattement dans desconditions expérimentales identiques entre chaque phase.

10.2 Méthodes de développement

Préalablement, la mise en eau claire est nécessaire.

De très nombreux protocoles techniques permettent de procéder au développement d’un forage. Le choix duprotocole suppose une bonne connaissance du contexte hydrogéologique et technique du forage.

a) AIR LIFT.

b) DÉVELOPPEMENT À LA POMPE : une des méthodes courantes consiste à réaliser des paliers de pompageà débit constant jusqu'à l'obtention d'eau claire : démarrer impérativement à petit débit puis augmenterprogressivement le débit jusqu'à une valeur légèrement supérieure au débit d'exploitation envisagé.

c) POMPAGE ALTERNÉ : différentes méthodologies peuvent être mises en œuvre pour obtenir de brefs etpuissants chocs de pression.

d) PISTONNAGE : création d’un mouvement de «va et vient» par l’emploi d’un piston actionné verticalement.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 118: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 30 —

Dimensions en millimètres

Légende

1 Filetage API 6 Plaque en caoutchouc (épaisseur 6-8 mm)

2 Tube ou tige 7 Rondelle

3 Manchon 8 Manchon

4 Rondelle 9 Disque soudé

5 Corps en bois 10 Diamètre intérieur du casing

Figure 13 — Exemple de piston de développement(Source documentaire : SFE)

e) JETTING : projection d’un puissant jet d’eau (éventuellement d’air) horizontal à travers la crépine,généralement associé à l’Air Lift.

f) SURPOMPAGE : à utiliser par tranche successive de crépines ou pour des débits d’exploitation beaucoup plusfaibles que le débit de surpompage.

g) AGENTS CHIMIQUES : utilisation de différents agents chimiques (acide, polyphosphates etc.) sélectionnés enfonction des caractéristiques lithologiques des formations.

h) SURFRACTURATION : dans le cas de forage en terrain consolidé (granite, calcaire, grès, etc.) —hydrofracturation, fracturation à l’explosif.

Chaque développement doit donner lieu au contrôle régulier de trois paramètres :

— la teneur en fines ;

— le contrôle du débit spécifique ;

— la comparaison des rabattements pour un même débit avant et après développement.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 119: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 31 — NF X 10-999

11 Pompage d’essai

11.1 Généralités

Le pompage d’essai concerne tous les ouvrages en vue d’une exploitation des eaux souterraines et notammentceux nécessitant la connaissance des paramètres hydrodynamiques ; il consiste en deux phases :

— essai de puits ;

— essai de nappe.

Les objectifs des pompages d’essai sont les suivants :

— établir la fiche d’identité de l’ouvrage et évaluer ses capacités de production : par un pompage par paliersde débit ;

— évaluer la capacité de production de l’ouvrage et évaluer l’influence des prélèvements sur les ressources eneau : par un pompage longue durée ;

— apprécier la qualité de l’eau : par une analyse appropriée selon le lieu et l’usage.

11.2 La mise en œuvre

11.2.1 Équipement minimum de l’ouvrage à soumettre à essai

— Chambre de pompage tubée pour sécuriser la pompe en cas d’éboulement de terrain ;

— tube(s) guide sonde (de diamètre approprié aux outils de mesure et de préférence solidaire(s) de la colonned'exhaure).

11.2.2 Dispositif de pompage

Le dispositif de pompage comporte :

— une pompe adaptée au débit d’exploitation souhaité avec un clapet anti-retour si nécessaire. Elle doit prendreen compte les pertes de charges liées au refoulement, à la profondeur du niveau statique sous le sol et aurabattement dans le forage ;

— une colonne d’exhaure devant être adaptée au débit, à la profondeur et au refoulement ;

— une vanne de réglage du débit.

Par ailleurs, il faut veiller à :

— conserver, si besoin, une marge par rapport au fond de l’ouvrage lors de mise en place de la pompe ;

— positionner l'aspiration de la pompe au-dessus de la cote à ne pas dénoyer ; par exemple le toit d’un aquifèrecaptif, ou conserver 1/3 de l’épaisseur mouillée pour une nappe libre, etc. ;

— nettoyer voire désinfecter tout équipement descendu dans le forage ;

— rejeter les eaux pompées à une distance suffisante en aval hydraulique de la nappe et hors du cône d'appeldu forage pour éviter tout recyclage de l'eau ;

— éviter toute nuisance par les rejets de l’eau pompée (température, turbidité, pollution) en prévoyant undispositif adapté ;

— éviter, si l’alimentation de la pompe se fait par un groupe électrogène, toute pollution par déversementd’hydrocarbures. Il faut mettre en place une cuve de rétention sous le groupe, permettant de confiner en casd'incident l'ensemble du carburant contenu dans le groupe et le réservoir associé. A titre de précaution, il estrecommandé de placer le groupe en aval topographique du forage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 120: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 32 —

11.2.3 Matériel

— Sonde graduée lumineuse et/ou sonore pour le suivi des niveaux piézométriques.

— Si besoin, centrale d’acquisition automatique et capteurs de niveaux adaptés aux rabattements escomptés etcontrôle périodique de la fiabilité des mesures à la sonde manuelle.

— Échelle limnimétrique pour les eaux de surface proches du pompage et susceptibles de participer àl’alimentation du forage.

— Principaux dispositifs utilisables pour la mesure du débit :

- bac étalonné et chronomètre : adapter le volume du réservoir pour obtenir un débit précis, soit un temps deremplissage > 15 s et conserver une hauteur de refoulement constante pour l’alimentation du réservoir ;

- compteur volumétrique, débitmètre électromagnétique ou tube de Pitot en veillant à ce que l’écoulementsoit laminaire selon les prescriptions du fabricant du compteur. S'assurer de la validité des mesures à l'aided'une capacité jaugée ;

- bac de jaugeage avec déversoir en V ou rectangulaire ;

- dans le cas de forage artésien pour la mesure de pression : rehausse si P < 0,2 bar, manomètre siP > 0,2 bar

11.3 Protocole de suivi

La profondeur du niveau d'eau dans le forage sera mesurée au centimètre près par rapport à un repère fixe,référencé par rapport au sol.

— Niveau statique à mesurer sur tous les points à suivre avant le démarrage du pompage (forage, éventuelspiézomètres et repères en eau de surface).

— Mesures de niveaux en cours de pompage sur l'ouvrage pompé suivant la cadence précisée au Tableau 1 :

La remontée de l'eau dans le forage après l'arrêt du pompage est également suivie avec la même cadence.

NOTE En cas d’utilisation d’enregistreur, le pas de temps d’acquisition peut être réduit. Le débit est contrôlérégulièrement en cours de pompage à la même fréquence que les mesures de niveaux pour t > 15 min. Si le dispositif demesure consiste en une simple lecture (compteur volumétrique, débitmètre électromagnétique ou tube de Pitot, bac jaugé),on adopte les mêmes fréquences que pour les mesures de niveau dès le début du pompage.

Des caractéristiques physiques sont observées visuellement (turbidité, venue de sable, etc.) par exemple parprélèvements dans des bouteilles transparentes, que l’on comparera à un échantillon témoin (eau potable), puisque l’on quantifie après décantation (taille des grains et mesure de la taille de la pastille résultant d’un vortexappliqué dans la bouteille).

Suivant le type de nappe, une surveillance chimique peut être demandée dans le protocole de pompage(conductivité, nitrate, fer, turbidité, etc.).

Tableau 1

Temps (t) écoulé depuis le début du pompage ou de la remontée

Fréquence des mesures

de 0 min à 15 min

de 15 min à 30 min

de 30 min à 60 min

de 1 h à 2 h

de 2 h à 4 h

de 4 h à 8 h

> 8 h

1 min

5 min

10 min

15 min

30 min

1 h

2 h

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 121: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 33 — NF X 10-999

Les cadences des suivis des piézomètres et des eaux de surface seront adaptées en fonction du type de nappe(une nappe libre réagit par exemple moins vite qu’une nappe captive) et de la distance forage pompé/piézomètreselon le modèle présenté au Tableau 2 à titre indicatif :

11.4 Réalisation et interprétation des pompages d’essai

Les pompages d’essais doivent être réalisés une fois le forage correctement développé, de préférence en basseseaux, et après une période de repos minimale de 12 h.

Le contenu des essais est fonction du débit d’exploitation. Les menus types sont définis dans le Tableau 3.Les limites des classes s’appuient sur la Loi sur l’eau.

Le pompage longue durée doit être réalisé à un débit supérieur ou égal au débit de prélèvement envisagé.

Selon les contextes régionaux spécifiques (par exemple : socle), des modalités d’essais en termes de duréedoivent être adaptées.

Tableau 2

Distance du piézomètre par rapport au forage pompé

Temps (t) écoulé depuis le début du pompage ou de la remontée

Fréquence des mesures

Nappe libre < 25 m

Nappe captive < 500 m

de 0 min à 10 min

de 10 min à 30 min

de 30 min à 60 min

de 1 h à 4 h

> 4 h

2 min

5 min

10 min

20 min

idem forage

Nappe libre 25 m — 100 m

Nappe captive 500 m — 1 000 m

de 0 min à 60 min

de 1 h à 4 h

> 4 h

15 min

30 min

idem forage

Nappe libre > 100 m

Nappe captive > 1 000 m

de 0 min à 60 min

de 1 h à 4 h

> 4 h

30 min

1 h

idem forage

Tableau 3

Classe de débits Essai par paliers a) Essai longue durée

Nombre de piézomètres

à suivre s’ils existent (à titre indicatif)

Suivi de la remontée à l’issue

du pompagede longue durée

> 80 m3/h ≥ 4 paliers de 2 h ≥ 72 h 3 ≥ 24 h

de 8 m3/h à 80 m3/h ≥ 4 paliers de 1 h ≥ 24 h 2 ≥ 8 h

de 0 m3/h à 8 m3/hà usage professionnel

≥ 4 paliers de 1 h ≥ 12 h 1 ≥ 6 h

< 1 000 m3/an(usage domestique)

≥ 3 paliers de 1 h (enchaînés sans remontée)

≥ 3 h enchaîné — ≥ 3 h

a) Les paliers seront non enchaînés sauf stipulation contraire au cahier des charges.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 122: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 34 —

11.4.1 Avant le démarrage des essais pour les forages non domestiques

— Réaliser un inventaire des ouvrages, déclarés ou connus du maître d’ouvrage, alentours dans un rayonde 500 m en nappe libre, de 1 km en nappe captive, pour sélectionner les piézomètres à inclure dans le suivien précisant si ce ou ces points d’eau sont utilisés.

— Préparer un programme de pompage en fixant les débits à tester en fonction des résultats obtenus en fin dedéveloppement, en s’appuyant sur les menus type définis dans le Tableau 3.

— En présence d’autres ouvrages exploitants la même ressource, il convient de connaître le régime d’exploitationde chacun de ces ouvrages notamment pendant la durée de l’essai. Pour la définition du débit d’exploitationdu forage soumis à essai, il convient de tenir compte des débits des forages environnants pour estimerl’incidence sur la nappe.

11.4.2 Au démarrage

Un réglage du débit est admis pendant les cinq premières minutes du pompage.

Ensuite, le débit baisse naturellement en fonction du rabattement croissant. Il faut corriger le débit pour coller audébit théorique du programme de pompage. La pompe doit être choisie afin de limiter cette chute de débitinhérente à l’augmentation de la hauteur manométrique totale (HMT).

11.4.3 En cours d’essai

Le débit et les niveaux sont suivis à la fréquence précisée aux Tableaux 1 et 2 et notés sur une feuille de pompageprévue à cet effet dont on trouve un modèle en annexe.

Il convient d’y consigner également toute modification survenue en cours de pompage (manipulation de vanne deréglage du débit, pluie importante, qualité de l’eau, pompage sur un ouvrage voisin, etc.).

Si les niveaux sont stabilisés, on s’assurera que le niveau dynamique n’est pas rabattu à la cote d’aspiration dela pompe. Si tel est le cas, il convient de modifier le programme d’essai avec un débit plus faible, ou de descendrela pompe en respectant les cotes à ne pas dépasser (voir 11.2.2).

11.4.4 À la fin de l’essai

Suivre la remontée des niveaux selon le programme défini dans les Tableaux 1 et 2.

11.4.5 Les essais par paliers ou essai de puits

L’essai par paliers constitue une véritable fiche d’identité de l’ouvrage, qui atteste de ses performances et qu’il estrecommandé de renouveler tous les ans pour apprécier le vieillissement de l’ouvrage.

Un palier constitue une phase de pompage, à débit constant, limitée dans le temps. Chaque palier est suivi d’unephase d’arrêt de durée identique (essai par paliers non enchaînés). Dans le cas où le niveau statique initial estrecouvré, on peut passer au palier suivant.

Les pompages seront réalisés à débits constants (avec une tolérance de 10 % pour les débits inférieurs à 8 m3/hou avec une tolérance de 5 % pour les débits supérieurs à 8 m3/h) par paliers croissants de durée constante,espacés d’un temps d’arrêt de durée identique. Les débits de l’essai seront fixés en fonction des résultats obtenusen fin de développement, avec au moins 2 paliers réalisés à un débit inférieur et 1 à 2 paliers à un débit identiqueou supérieur.

Les essais par paliers permettent de dessiner la courbe caractéristique du forage en reportant sur du papierarithmétique le débit moyen de chaque palier en abscisses et le rabattement final de chaque palier en ordonnées(voir exemple de graphique ci-après).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 123: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 35 — NF X 10-999

Légende

X Débit en m3/h

Y Rabattement en m

A Débit d’exploitation non calculable Courbe concave : développement en cours d’essai : (à recommencer)

B Débit d’exploitation > 10 m3/h Courbe linéaire : débit critique non dépassé

C Débit critique 9 m3/h — Débit d’exploitation 8 m3/h Courbe convexe : débit critique dépassé

Figure 14 — Exemple de courbes caractéristiques

Si on obtient une courbe caractéristique concave, l’ouvrage est en cours de développement, et l’essai par paliersn’est pas recevable. Il convient de le recommencer, après avoir mené à son terme le développement.

Si la courbe est linéaire, le débit d’exploitation pourra être pris comme étant égal au débit maximal testé.

Si la courbe est convexe, le débit critique est dépassé. Il est alors déterminé graphiquement comme étantl’intersection des tangentes de la première et de la seconde partie de la courbe (point d’inflexion).

Il est recommandé d’exploiter l’ouvrage à un débit inférieur ou égal au débit critique.

11.4.6 Le pompage longue durée ou essai de nappe

Le pompage est réalisé à débit constant. Ce débit est la plus petite des deux valeurs :

— débit maximal des installations de pompage à mettre en place (et non en fonction des capacités maximales deproduction de l’ouvrage) ;

— 90 % du débit critique.

NOTE 1 Pour les forages non domestiques (prélèvement > 1 000 m3/an), l’arrêté d’autorisation ou le récépisséde déclaration fixe un débit d’exploitation donné et toute modification doit faire l’objet au préalable d’une nouvelle demandede déclaration ou d’autorisation.

Cet essai permet entre autres de quantifier l’influence réelle du nouveau forage sur la ressource en eau, enobservant directement la baisse des niveaux sur les points d’eau avoisinants.

En cas de baisse significative, il convient d’apprécier l’incidence du nouveau forage sur l’utilisation normale desouvrages alentours (eau de surface également).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 124: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 36 —

Enfin, le pompage d’essai de longue durée permet également de s’assurer, dans les conditions de l’essai, de laprésence d’une réserve en eau suffisante pour couvrir les besoins demandés. L’interprétation des donnéespermet de déterminer le débit d’exploitation, voir l’exemple de graphique ci-dessous.

NOTE 2 Il est conseillé de reporter les valeurs (rabattement, temps de pompage) sur un graphique semi logarithmiquepour attester d’une évolution satisfaisante des niveaux (voir l’exemple de graphique ci-dessous).

Légende

X Temps de pompage, en min

Y Rabattement, en ???

Figure 15 — Exemples de courbes caractéristiques

Si les niveaux se stabilisent (cas 1) ou si la pente est constante (cas 2), le forage peut être exploité audébit souhaité, sous réserve que l’interférence générée sur les autres ouvrages reste compatible avec leurutilisation usuelle.

Si la pente augmente en cours de pompage (cas 3), la ressource est limitée. Dans ce cas, il faut adapter le débitd‘exploitation en tenant compte des rabattements plus importants générés par la présence d’une ou plusieurslimites étanches ou ne pas dépasser la durée de pompage correspondant à l’apparition de la rupture de pente.

Le calcul des paramètres hydrodynamiques de l’aquifère à partir d’un pompage d’essai n’est pas développé ici(transmissivité et coefficient d’emmagasinement, etc.).

NOTE 3 Il n’existe pas de méthode d’interprétation universelle pour les déterminer et les données pourront toujours êtreinterprétées ultérieurement par un hydrogéologue si besoin est (interférence avec des ouvrages voisins notamment).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 125: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 37 — NF X 10-999

11.4.7 Prélèvements d’eau et analyses

L’objectif des prélèvements d’eau et de leurs analyses est de vérifier la compatibilité de l’eau avec l’usage prévu.Les eaux destinées à la consommation humaine telle que définie par le Code de la Santé Publique sont soumisesà des analyses réglementaires.

NOTE Il est recommandé de procéder à l’analyse minimum suivante : Conductivité, pH.

Le Tableau 4 préconise une liste indicative et non exhaustive d’analyses.

12 Protection

La protection d’un forage concerne quatre objectifs principaux :

1) empêcher les eaux de surface, de ruissellement ou d’inondation, éventuellement polluées, de s'infiltrer le longde la face extérieure du tube ou de pénétrer à l’intérieur du tubage et d'entrer ainsi en contact avec la nappe ;

2) dissuader le vandalisme, en évitant l’introduction d’objets divers ou de substances dans le tube intérieur ;

3) protéger physiquement l'ouvrage pour éviter sa destruction et ainsi garantir, notamment, l'intégrité du tubeintérieur ;

4) contenir les phénomènes d’artésianisme, le cas échéant.

NOTE La protection peut aussi servir à repérer le forage.

Quelle que soit la protection retenue, il faut veiller à ce qu’elle soit compatible avec le type d’usage envisagé pourle forage et notamment que la tête du forage soit adaptée à l'outil d’exploitation ou de prélèvement ou de mesureenvisagé des eaux souterraines (pompes mobiles, préleveur automatique à poste fixe, sonde piézométriqueélectrique ou sonde à air avec manomètre, etc.).

Tableau 4 — Types d’analyses en fonction de l’usage

Usage de l’eauAnalyse recommandée ou obligatoire

Recommandée Obligatoire

Jardin, lavage voirie, etc. Conductivité, pH

Chasse d’eau, machine à laver, etc. Conductivité, pH, Fe, Mn, dureté

Piscine à usage familial Conductivité, pH, Fe, Mn, matières organiques, nitrate

Pompe à chaleur Conductivité, pH, Fe, Mn, dureté

Alimentation en eau potable pour l’usage personnel d’une famille

Code de la Santé Publique

Agroalimentaire Code de la Santé Publique

Alimentation en eau potable collectif Code de la Santé Publique

Irrigation Bilan ionique (Peu de sels dissous)

Maraîchage Bilan ionique (Peu de sels dissous), organismes pathogènes et parasites

nuisibles pour les humains,

Pisciculture Code de l’environnement

Usage industriel Différent suivant l’activité

(à minima se conformer à l’arrêté du 2 février 1998 modifiérelatif aux installations classées pour la protection de l’environnement

ou à l’arrêté ministériel relatif à l’activité concernée)

Élevage Microbiologie, nitrates

Diagnostic de site potentiellement pollué Analyses spécifiques selon les activités actuelles et passées du site

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 126: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 38 —

12.1 Protection vis à vis des eaux superficielles (ruissellement ou inondation)

Il s'agit ici d'empêcher les eaux superficielles de rejoindre la nappe, soit par le tube lui-même, soit par l'espaceannulaire. Il faut donc veiller à ce que la tête du forage ne constitue pas un point bas de la topographie où les eauxde ruissellement pourraient se rassembler. Cet aspect doit être pris en compte dès l'implantation de l'ouvrage, quine sera pas placé dans un creux topographique, sauf si sa protection de tête est prévue en fonction de cetteimplantation (tube dépassant, etc.).

Dans tous les cas, le tube devra être correctement étanché et cimenté.

12.1.1 Cas général :

Le tubage du forage doit être étanche, et scellé correctement dans une margelle bétonnée (dalle de propretéétanche). Cette dalle a une dimension de 3 m2 minimum et une hauteur minimum de 30 cm au-dessus du terrainnaturel. La dalle doit être sans fissure et présenter des faces dont les pentes permettent d’évacuer l’eau de pluievers l’extérieur du tubage.

La hauteur du tubage au-dessus du sol est telle que la tête de forage ne pourra se trouver sous le niveaud'une lame d'eau superficielle due à un orage ou à une inondation (plus hautes eaux connues). La tête deforage est au moins de 50 cm au-dessus du terrain naturel et le capot en tête de forage est alors constitué d’unbouchon étanche.

Dans le cas de forage dont la tête de forage est située dans un local : la margelle en béton reste nécessaire.L’accès au local est cadenassé. Les autres recommandations présentées en 12.1.1 sont applicables.

12.1.2 Cas des ouvrages domestiques :

Les têtes de forage peuvent être installées dans un regard de pompage dont le couvercle est au ras du sol.

La tête du forage sera à 0,20 m au-dessus du fond de la chambre dans laquelle elle débouche. La protection deseaux souterraines repose à la fois sur la qualité du regard, sur l'étanchéité du forage (bouchon d'argile,cimentation) et de sa tête qui doivent être particulièrement soignées.

12.2 Protection de la tête de forage

Afin d’éviter l’introduction d’objets divers, de substances ou des actes de vandalisme, il est indispensable deverrouiller les protections en tête de forage de telle sorte qu'elles ne puissent être ouvertes sans l'aide d'une cléou d'un outil spécial.

Lorsque des cadenas sont utilisés pour la fermeture des capots métalliques, il faut retenir les cadenas de type«artilleur», mais aussi prévoir le même type de cadenas pour l'ensemble des forages et piézomètres implantéssur un même site. Les cadenas à molettes ou à codes sont fragiles et peu fiables.

Pour les forages en phase d’exploitation, la totalité de la tête de forage doit être recouverte par un dispositif deprotection étanche et équipé des passages nécessaires (colonne d’exhaure, câble électrique, etc.) munis depresse étoupe. Une ouverture doit être prévue pour le passage du guide sonde et munie d’un bouchon vissé.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 127: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 39 — NF X 10-999

Figure 16 — Exemple de protection de la tête de forage(Source documentaire : BRGM)

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 128: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 40 —

12.3 Protection physique de l'ouvrage

Le but est d'éviter que le tube ne soit endommagé lors d'un choc. Ce risque dépend hautement de l'implantationdu forage, et de la possibilité d'accès du site. En règle générale, on ne peut se satisfaire de laisser simplementle tube du forage dépasser du sol, car même un tube métallique robuste et solidement ancré dans le sol peuts'avérer insuffisant.

Les solutions suivantes peuvent être retenues, selon le contexte du lieu d’implantation du forage :

a) Tube métallique scellé, à l’intérieur duquel se trouve la tête du forage : il doit être d'un diamètre largementsupérieur au tube du forage et doit être ancré profondément dans le sol sur une profondeur au moins égaleà 50 % de sa hauteur hors sol.

b) Barrières de protection : il est souhaitable d'entourer la tête de l'ouvrage d'une barrière de protection, surtoutsi elle dépasse de la surface du sol ; cela implique de prévoir suffisamment de place autour du forage pour cefaire. On implante alors solidement dans le sol, à une distance de 2 m de la tête de l'ouvrage, une barrière entube métallique robuste ou tout autre dispositif équivalent indéformable, signalant l’existence d’un forage.Ce type de protection se rajoute à une protection décrite précédemment (point a), mais ne s'y substitue pas.Il convient aussi d’empêcher l’accès au bétail.

Ces protections doivent être désolidarisées au maximum de la tête du forage. Elles doivent être scellées dans unmassif en béton qui n'a pas de liaison rigide avec le tube, afin que le forage ne soit pas déformé en cas de choccontre les protections périphériques.

12.4 Protection contre les eaux de remontées artésiennes

En cas d’artésianisme, le tubage de tête sera équipé d’un capot étanche sur brides comprenant un manomètre etune vanne de décharge, ainsi qu’un guide sonde.

Dans tous les cas, les recommandations décrites en 12.1, 12.2 et 12.3 sont applicables.

13 Réception

La réception de l’ouvrage est un acte impératif car elle marque le transfert de propriété de l’ouvrage réalisé duforeur au maître d’ouvrage.

Il convient donc au terme des travaux tel que prévu dans le contrat que la réception soit prononcée et enregistréepar écrit après avoir vérifié la concordance des travaux avec le programme initial.

L’entreprise doit remettre un descriptif des travaux réalisés (voir article 14) avec notamment l’origine :

— des tubages mis en place ;

— du massif de graviers (si existant).

Il peut être procédé à un examen de l’état du forage par caméra immergée, dans le cas où cela est prévu dansle contrat.

Il convient au moins de vérifier :

— la cote de fond de l’ouvrage ;

— la cote du sommet du massif de graviers (si accessible) ;

— le diamètre intérieur et extérieur du tubage de tête (et sa nature) ;

— que le terrain a été remis en état conformément au contrat ;

— que le forage est équipé d’un système de fermeture empêchant tout acte malveillant et empêchantl’introduction d’objets divers ou de substances.

Dans le cas de forages destinés à la production d’eau, la clarté de l’eau (teneur en sable) doit être vérifiée lors dupompage d’essai et consignée dans le rapport.

Un modèle de formulaire de réception de travaux est donné en Annexe C. Ce formulaire ne se substitue pas aurapport de fin de travaux. Néanmoins, selon le type de forage, ce formulaire peut être cumulatif avec le rapport defin de travaux.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 129: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 41 — NF X 10-999

14 Rapport de fin de travaux

Un compte rendu circonstancié des travaux effectués et un descriptif de l'ouvrage réalisé sont nécessaires afin deformaliser la fin des travaux et de réceptionner les ouvrages.

Les informations à produire par le foreur ou par le bureau d’étude conseil doivent être au moins celles indiquéesdans les paragraphes suivants. Par ailleurs, un compte rendu de travaux de comblement d’un forage abandonnédoit aussi être réalisé.

14.1 Contenu du document de fin de forage remis par l’entreprise au maître d’ouvrage

Les informations du dossier à produire obligatoirement doivent être au moins celles ci-dessous (points a à f), àdéfaut d’un format imposé par le maître d’ouvrage.

Le maître d’ouvrage doit demander à l’entreprise de forage de préparer une deuxième copie de ce dossier minimalpour l’envoyer directement à l’administration compétente.

a - Identification et adresse de l’entreprise de forage, du maître d’ouvrage, et du maître d’œuvre s’il y en a un.

b - Adresse de l’ouvrage, plan de localisation général sur carte topographique IGN à 1/25 000 et/ou coordonnéesLambert (en précisant le système retenu), altitude appréciée selon le plan disponible (en précisant l’origine dela mesure : IGN à 1/25000 ou nivellement par un géomètre) et références cadastrales de la parcelle del’implantation de l’ouvrage.

c - Un compte rendu du déroulement des opérations, comportant notamment :

c1 - les dates de début et fin du chantier ;

c2 - la méthode de forage ;

c3 - l’organisation du chantier, notamment celles relatives aux précautions mises en oeuvre pour éviterd'éventuelles pollutions ;

c4 - le rapport d’avancement des travaux précisant les dates de chaque phase importante des travaux, leséventuels incidents survenus et les solutions engagées pour y remédier ;

c5 - les caractéristiques techniques du forage : avant trou, tubage provisoire, diamètre de foration, diamètre,volume, dimensions et caractéristiques physico-chimiques des matériaux utilisés pour l'équipement de lacolonne de captage (tubages, crépines, massif filtrant, cimentation, etc.), leur mode de mise en place etcontrôles réalisés à chaque étape, etc. (pour les forages géothermiques, la colonne de captage est remplacéepar «une boucle thermique de captage») ;

c6 - le mode de développement du forage (mise à l'eau claire, type de pompage, éventuels traitements à l'acideou à l'hexamétaphosphate, etc.) ;

c7 - les modes de gestion des déblais, des boues et fluides usagés et des eaux pompées.

d - Une coupe technique du forage réalisé, ainsi que la coupe terrain foreur associée, les profondeurs ou cotesNG (si possible) des venues d’eau et des pertes de fluides, les cotes des différents équipements dans leforage et la profondeur totale.

e - En cas d’absence de bureau d’étude conseil pour interpréter les données des pompages d’essais, parexemple pour les usages domestiques : une note du foreur préconisant les conditions d’exploitation du forage.

f - Le système de protection et de repérage adopté s’il y en a un.

Pour les ouvrages spécifiques tels que les usages de thermalisme, les installations classées, les ouvrages desurveillance : Les types et références des machines mis en œuvre sur le chantier (foreuse, pompes, outils divers,compresseur, etc.), nature et caractéristiques physico-chimiques des fluides utilisés (eau de ville ou autre, boues,carburants, huiles hydrauliques, lubrifiants, etc.) peuvent être également indiqués.

14.2 Pièces à conserver par le maître d’ouvrage

Le maître d’ouvrage doit conserver, pour toutes éventuelles interventions ultérieures relatives au forage(expertise, maintenance, réhabilitation, intervention sur pollution éventuelle, contentieux, abandon, etc.), tous lesdocuments ci-après, pendant toute la vie de l’ouvrage jusqu’à son abandon déclaré (voir article 18).

Tous les éléments du rapport du foreur (points a à f) présenté en 14.1, ainsi que tout ce qui peut permettred’apprécier la pertinence des travaux engagés en fonction de l’objectif du forage, et d’interpréter les résultats desanalyses doivent figurer dans le dossier à conserver.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 130: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 42 —

Outre le dossier remis par le foreur, la liste des informations à conserver et/ou à produire en complément despoints a à f précédents, doit être la suivante :

g - les factures de tous les intervenants sur l’ouvrage ;

h - l’historique des pompes d’exploitation, des colonnes d’exhaure et des interventions successives surl’ouvrage ;

i - les objectifs de l'ouvrage réalisé et l’usage envisagé de l’eau (exploitation agricole, industrielle, AEP collectifou privatif, surveillance, etc.) ;

j - le cahier des charges défini par le bureau conseil et/ou le maître d'ouvrage, ainsi que l'argumentaire justifiantles ajustements, modifications en cours de chantier et les choix retenus in fine ;

k - une fiche signalétique comportant : numéro d'identification du forage, cote NG (NGF ou autre référentiel localpour les DOM-TOM) du rebord du tube repère et du sol, lorsque le forage a fait l’objet d’un nivellement ;

l - le dossier administratif préalable à la réalisation des travaux de forage et de pompage ;

m - pour les forages sur sites relevant de la réglementation des ICPE, un plan de localisation précis à grandeéchelle (type cadastre par exemple), prenant en compte les accès et tous les aspects d'occupation du sol etdu sous-sol dans l'environnement proche de l'ouvrage ;

n - les éventuelles mesures de déviations du forage si elles ont été souhaitées et réalisées ;

o - le profil géologique, lorsqu’il a été établi par un géologue, associé à la coupe technique, ainsi que le(s) type(s)d’aquifère(s) traversé(s) ;

p - les profils de productivité au micro-moulinet et des éventuelles diagraphies, instantanées ou différées, si ellesont été réalisées (voir Annexe B) ;

q - les mesures des pompages d’essais (selon le type d’ouvrage) et leurs interprétations et l’évaluation del’incidence du nouveau forage sur la ressource des eaux souterraines et sur la productivité des forages lesplus proches ;

r - si elle a été établie par un bureau d’étude conseil du maître d’ouvrage, une note argumentée précisant lesconditions à respecter pour l’exploitation du forage ;

s - les résultats d'une éventuelle inspection par vidéo caméra, si elle a été réalisée ;

t - la liste des substances et paramètres analysés et les résultats analytiques faisant état de la qualité des eauxsouterraines lors de la remise du forage ;

u - toutes autres informations qui pourraient être utiles.

14.3 Rapport de fin de travaux pour les forages abandonnés

Un rapport de fin de travaux relatif à l’abandon définitif (article 18) d’un forage existant devant être abandonné estcommuniqué au préfet, pour chaque ouvrage concerné, deux mois maximum après les travaux de comblement.La liste des informations à produire par le maître d’ouvrage est la suivante :

— la référence de l’ouvrage abandonné (numéro BSS fourni par le BRGM et sa date de création) et salocalisation précise ;

— la date de la réalisation des travaux de comblement ;

— le ou les aquifères précédemment exploités ou surveillés, ainsi qu’une coupe géologique des formationslithologiques traversées par le forage ;

— une coupe technique du forage et des informations sur l’état des cuvelages, tubages, crépines, cimentation,etc., avant son abandon ;

— les techniques et les méthodes qui ont été utilisées pour le comblement ainsi que l’argumentaire deschoix retenus ;

— une coupe technique montrant le forage après comblement.

Les forages qui ne sont pas conservés immédiatement après les travaux de foration et donc non équipés,doivent être comblés dès la fin de travaux. Les modalités de comblement figurent cependant dans le rapport defin de travaux.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 131: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 43 — NF X 10-999

15 Exploitation

Le propriétaire de l’ouvrage ou son exploitant doit veiller à :

— conserver les documents caractérisant l’ouvrage (cahier des charges, rapport de réception, de fin de travaux,etc.) et rendant compte de son mode d’exploitation (registre, cahier de bord) ;

— exploiter l’ouvrage conformément aux préconisations (débit, rabattement, etc.) déterminées à l’issue despompages d’essai ;

— positionner la pompe en dessous du rabattement final en prenant une marge de sécurité tenant compte desvariations pluriannuelles de la nappe ;

— maintenir l’aspiration au-dessus de la cote à ne pas dénoyer ;

— éviter la création de courant de corrosion par mise en contact d’alliages différents entre le forage et leséquipements de pompage ; à cet effet, un joint diélectrique doit être placé dans les zones à risque de contact ;

— éviter les utilisations «saccadées» en privilégiant des plages de pompage plus étendues (débit moindre sur untemps plus long).

15.1 Respect absolu du débit d'exploitation

Chaque forage est livré avec un débit d'exploitation qu’il ne faut jamais dépasser, même très temporairement. Il ya risque de détérioration à la fois de la pompe et de la colonne d'exhaure, mais aussi des crépines et du foragelui-même.

Il convient de tenir compte de ce débit d’exploitation pour la position et le dimensionnement de la pompe. Si lesconditions d’exploitation de la nappe changent de façon significative, soit naturellement soit à la suite deprélèvements au voisinage, le débit d’exploitation peut être revu à la baisse.

15.2 La pompe immergée

Il est impératif de respecter les préconisations du constructeur, notamment :

— ne pas dépasser le nombre maximal de démarrages par heure ;

— ne pas chercher à se placer sous le débit minimal de fonctionnement préconisé ni, bien sur, au-delà du débitmaximal ;

— ne pas faire fonctionner en eau trop chargée de particules.

Il est préconisé également d'effectuer les contrôles suivants :

— bon fonctionnement du clapet anti-retour de la pompe, au moins une fois par an ;

— paramètres électriques de la pompe, qui sont de bons indicateurs indirects de dysfonctionnements(consommation électrique, puissance, tension, intensité absorbée, résistance entre phases, fréquence ensortie de variateur, isolation électrique du câble et du moteur), au moins tous les trimestres ;

— bon fonctionnement des électrodes de niveau (basse et haute), au moins annuellement.

NOTE Dans le cas où la pompe est raccordée à un réservoir de pression (anti-bélier), il convient de vérifier le volumed’air, au moins tous les trimestres.

15.3 Suivi des volumes prélevés

L'exploitant doit noter sur un registre les volumes mensuels et annuels prélevés. Le suivi des volumes prélevésdoit respecter les prescriptions du 16.1.

15.4 La colonne d'exhaure

L’exploitant doit contrôler visuellement l'état de la tête de colonne et à chaque remontée de pompe l'état destubages (traces de corrosion, de dépôts intérieurs ou extérieurs), des brides ou des filetages. Le contrôle régulierde la pression en tête de forage peut permettre de déceler d’éventuels percements de la colonne d’exhaure.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 132: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 44 —

16 Surveillance et maintenance de l’ouvrage d’exploitation

La surveillance de l’ouvrage appartient au maître d’ouvrage.

Les forages et sondages, qu'ils soient utilisés pour des prélèvements d'eau ou de chaleur ou pour effectuer lasurveillance des eaux souterraines (en termes de qualité et de quantité) doivent être régulièrement surveillés etmaintenus en bon état.

16.1 Généralités

L’ouvrage doit être surveillé et entretenu pour :

— garantir la protection de la ressource en eau souterraine vis à vis du risque de pollution par les eauxde surface ;

— empêcher le mélange des eaux de différents aquifères ;

— éviter tout gaspillage d’eau.

L’ouvrage doit être équipé d’un compteur volumétrique, ne disposant pas de possibilité de remise à zéro.Le gestionnaire de l’ouvrage doit consigner dans un registre, les données suivantes :

— les périodes d’exploitation si les prélèvements n’ont pas lieu en continu (dates de début et de fin pour chaquepériode d’exploitation) ;

— les volumes prélevés mensuellement et annuellement, ainsi que le relevé de l’index du compteur volumétrique.

Ce compteur doit être régulièrement entretenu, contrôlé et si nécessaire, remplacé, de façon à fournir enpermanence une information fiable.

Chaque ouvrage d’exploitation doit faire l’objet de contrôles périodiques, portant sur les points suivants :

a) Le contrôle de la productivité du forage :

Effectuer régulièrement une mesure du débit et du niveau d'eau en pompage (ou pression lue sur unmanomètre placé en tête du forage), dans des conditions de test identiques (même durée de pompage, mêmedurée d'arrêt préalable). La fréquence est à adapter si une diminution de la productivité est constatée.

Si la ressource diminue, naturellement ou à cause de prélèvements au voisinage, l'exploitant doit en tenircompte dans la gestion de son installation.

Dans le cas où la baisse de productivité est imputable à l’ouvrage, il doit être effectué des opérationsréparatrices.

b) Le pompage d’essai par paliers annuellement et comparaison avec l’ensemble des essais antérieurs.

c) Le contrôle du sommet du gravier :

Si la configuration du forage le permet, effectuer au moins une fois par semestre le contrôle du sommet dugravier additionnel. Si ce niveau diminue régulièrement cela traduit soit la création de cavités dans le terrain,soit un entraînement de particules du terrain et/ou du massif filtrant.

d) Le contrôle de l’intégrité de la tête de forage :

Il est recommandé de vérifier tous les ans l'état, la stabilité, l'étanchéité de la tête du forage ou de la cave dela tête du forage.

e) Le contrôle du fond du forage :

À l'occasion de chaque remontée de pompe ; il est recommandé d’effectuer ce contrôle au moins tous lestrois ans. Un comblement brutal ou progressif du forage traduit un dysfonctionnement qu'il faudra traiter.Le contrôle se fait généralement avec une sonde lestée.

Le gestionnaire de l’ouvrage doit tenir à jour un cahier de bord précisant pour chaque opération de contrôle : ladate d’intervention, le type de contrôle effectué et les constats réalisés. Pour les interventions confiées à un tiers,il doit consigner en plus la raison sociale de l’entreprise.

Dans le cas où le contrôle révèle la nécessité d’effectuer une opération d’entretien, le cahier de bord doitégalement comporter les informations suivantes : la date d’intervention pour l’entretien, le type d’intervention.

Ce cahier doit également faire état de toute anomalie survenue en phase d’exploitation.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 133: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 45 — NF X 10-999

16.2 Mesures spécifiques à certains ouvrages

Cas particulier des forages inclus dans un périmètre de protection d’un captage servant à l’alimentation en eaupotable ou de forages traversant plusieurs aquifères superposés :

Le contrôle de l’état intérieur du forage se fait par une inspection par caméra immergée et/ou par toute autreméthode adaptée. Il porte en particulier sur l'état et la corrosion des matériaux tubulaires. La périodicité ducontrôle dépend de la situation et du type d'ouvrage. Elle est au minimum de 10 ans pour les forages situés dansun périmètre de protection de captage AEP ainsi que pour les forages traversant plusieurs aquifères superposés.Le préfet peut imposer d'autres périodicités.

Ces inspections doivent être enregistrées dans le cahier de bord.

Conformément à l’Article 11 de l’arrêté du 11 septembre 2003, un compte-rendu de chaque inspection doit êtreadressé au préfet dans un délai de trois mois à compter de la date d’intervention.

17 Réhabilitation

17.1 Les contrôles préalables

Avant toute intervention de réhabilitation de forage, il convient de définir précisément l'état de l'ouvrage, lesproblèmes dont il souffre et leurs causes.

Les rapports de chantier, les coupes géologiques et techniques, comme tout autre document pouvant apporter deprécieux renseignements doivent être consultés et analysés.

Plusieurs techniques de diagraphie permettent de réaliser une fiche signalétique d'un forage existant.

17.1.1 Le contrôle par caméra (obligatoire)

Le contrôle du forage par caméra immergée couleur représente l'étape préliminaire indispensable à touteintervention de réhabilitation.

Cette intervention permet de :

— définir l'état général du forage ;

— relever les cotes précises des différents éléments constitutifs de l'ouvrage ;

— repérer les zones fragilisées ou posant problème ;

— observer un développement de micro-organismes ;

— vérifier l’absence d’obstruction et/ou d’écrasement du tubage.

17.1.2 Les autres diagraphies (non systématiques)

De nombreux contrôles peuvent être effectués afin de connaître la structure d'un forage existant. Ces diagraphiesdoivent être effectuées lorsqu'elles permettent de lever un doute concernant l'origine de problèmes rencontrés surun ouvrage.

Le contrôle de flux en pompage peut s’avérer utile notamment dans les régions à aquifères superposés.

Notons, de façon non exhaustive, les éléments contrôlables sur un forage existant :

— le diamètre intérieur de l'ouvrage ;

— la qualité et les cotes de la (ou des) cimentation(s) ;

— la nature des terrains traversés ;

— la position des différentes arrivées d'eau ;

— le débit et la qualité de chaque arrivée d'eau ;

— etc.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 134: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 46 —

17.2 La réhabilitation

Suivant l'état et la conception d'origine du forage, plusieurs types de réhabilitation peuvent être proposés :

17.2.1 Réhabilitation sans modification de la structure du forage

Au cours du temps, différents phénomènes peuvent engendrer des problèmes sanitaires ou/et des baisses dedébits sur des forages :

— développement de micro-organismes et de gels bactériens ;

— encroûtement des tubes (crépines et pleins) par dépôt de métaux tels que les hydroxydes de Fer et/ou demanganèse, etc. ;

— obturation des crépines par dépôts ;

— corrosion légère des tubages ;

— etc.

Traités à temps, ces problèmes peuvent être résolus avant que la structure du forage ne soit en danger.

Dans cette situation, la démarche de réhabilitation consiste en un traitement chimique, adapté à chaque cas,associé à un traitement mécanique (brossage et curage air lift).

L'efficacité des opérations devra être contrôlée par un test de pompage comparatif avant et après traitement, avecanalyse d'eau pour le cas d'un développement de micro-organisme. La réception des travaux par caméraimmergée couleur est recommandée.

17.2.2 Réhabilitation avec modification de la structure du forage

a) Rechemisage

Certains problèmes graves peuvent subvenir sur des forages mal conçus, mal entretenus, ou vieillissants :

— corrosion importante des tubages ;

— perforation de tubages pleins ou crépinés ;

— défaut de cimentation ;

— nécessité de séparer les aquifères mis en relation ;

— etc.

La résolution de ces problèmes nécessite la modification de la structure du forage.

Dans ce cas de figure, la démarche de réhabilitation peut consister (notamment lors de dépôts corrosifs) dans unpremier temps à traiter la cause du problème avec un traitement chimique adapté à chaque cas, associé à untraitement mécanique (brossage et curage air lift).

En général, la réhabilitation proprement dite consiste à effectuer le rechemisage de l'ouvrage avec des tubagespleins et crépinés de diamètre inférieur à ceux existants. Ces nouveaux équipements permettront notamment lamise en place de nouveaux massifs de gravier et la réalisation de nouvelles cimentations.

L'efficacité des opérations peut être utilement contrôlée par caméra immergée couleur et par diagraphies,notamment de flux.

b) Rééquipement

Dans certains cas extrêmes l'ensemble de la structure du forage doit être remplacé, notamment lors :

— d'une impossibilité de réduire le diamètre utile du forage existant ;

— d'un état général trop critique ;

— etc.

Après avoir mis en sécurité le forage (protection de l’aquifère et assurer la stabilité du forage), on procède alorsau surforage et/ou au fraisage et/ou à l’extraction du ou des tubages.

Le forage trou nu est ensuite reconditionné pour être rééquipé avec de nouveaux tubages.

Dans ce cas de figure, le contrôle des travaux s'effectue à chaque étape de façon similaire aux contrôles réaliséslors d'un nouveau forage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 135: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 47 — NF X 10-999

18 Fermeture temporaire ou définitive (abandon)

Tout forage d'eau est un axe potentiel de pollution creusé dans le sol vers une nappe.

Au fil du temps, la structure d'un ouvrage abandonné va se détruire notamment par corrosion des tubages etmettre en communication toutes les formations géologiques au droit du forage. On risque des mélanges d'eauxde qualités différentes ainsi que des apports d'eaux de surface potentiellement polluées.

Lorsqu'un forage cesse d'être utilisé (arrêt du pompage pour les forages de prélèvement, arrêt d'exploitation dessondes géothermiques verticales, arrêt de la surveillance pour les piézomètres ou les qualitomètres) que ce soitpour des raisons techniques ou économiques, il doit être mis en sécurité.

18.1 Arrêt temporaire d’exploitation

18.1.1 Si l’arrêt temporaire d’exploitation est inférieur à deux ans :

La fermeture consiste à étancher et à sécuriser la tête de l'ouvrage, après si possible un retrait de la pompe etdes accessoires placés dans le forage. Les carburants nécessaires au pompage et autres produits susceptiblesd'altérer la qualité des eaux sont évacués du site ou stockés dans un local étanche.

Le dispositif est conservatoire et permet la reprise ultérieure de l'exploitation et/ou la pose ou l'utilisationd'appareils de mesures (piézomètres) ou de contrôle (prélèvements d'échantillons d'eau).

18.1.2 Si l’arrêt temporaire d’exploitation est supérieur à deux ans :

Après s’être conformé aux prescriptions du 18.1.1, l’intégrité de l’ouvrage devra être vérifiée par des moyensappropriés. En cas d’anomalie, le maître d’ouvrage devra procéder à la mise en conformité de son ouvrage. Encas d’arrêt supérieur à cette nouvelle période, l’intégrité de l’ouvrage devra être vérifiée au moins tous les 10 ans.

L’arrêt temporaire d’exploitation ne peut pas être envisagé si :

— l'ouvrage est endommagé (perforations du tubage par corrosion, écrasement des crépines, etc.) ;

— l'ouvrage n'est pas conforme à la réglementation : infiltration d'eaux de surface, mélange de deux nappesdistinctes.

Dans ces deux cas, soit les ouvrages seront réhabilités, soit ils feront l’objet d’une fermeture définitive.

Le compte rendu de fin de travaux relatif à la fermeture temporaire d’un forage est à conserver par lemaître d’ouvrage.

18.2 Fermeture définitive (abandon)

Si l'arrêt est définitif (abandon) ou si le forage est non conforme à la réglementation, son propriétaire doit le fairecombler par des techniques appropriées, dont l'efficacité n'est pas remise en cause avec le temps et quipermettent de garantir l'absence de circulation d'eau et l'absence de transfert de pollution.

Le comblement vise à pérenniser l'étanchéité initiale entre les différents aquifères traversés ainsi qu'à prévenirtoute pollution de ces aquifères à partir de la surface.

Les modalités de comblement varient avec la géométrie (profondeur, diamètre) et le type de forage, y compris lesforages/sondages de reconnaissance.

18.2.1 Dispositions communes

Dans tous les cas, les pompes et tous accessoires situés dans le forage sont définitivement évacués du site, ainsique tous les carburants et autres produits situés près de la tête du forage, susceptibles d'altérer la qualité des eaux.

Lorsque des présomptions existent sur des dégradations existantes de l'ouvrage ou sur la présence de produitsou matériaux potentiellement polluants dans le forage, il est préconisé d'effectuer des contrôles :

— contrôle du fond afin de vérifier dépôts et éboulements ;

— contrôle vidéo afin de vérifier l'état des tubages et crépines ainsi que la présence éventuelle d'objets dansle forage ;

— vérification de la qualité de la cimentation annulaire par diagraphie (de type CBL).

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 136: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 48 —

Si des objets sont tombés dans le forage, ils devront être extraits. De même pour les dépôts, s'ils peuventprésenter un risque environnemental.

Le ciment doit être compatible avec la qualité chimique de l'eau.

L'exploitant informe le préfet et l’agence de l’eau concernée, le BRGM au plus tard dans le mois suivant la décisionde cessation définitive des prélèvements.

Pour les forages situés à l'intérieur d'un périmètre de protection de captage d'eau potable, les travaux prévus pourla remise en état des lieux sont portés à la connaissance du préfet trois mois avant leur démarrage.

Pour tous les forages, un rapport de travaux est adressé au préfet dans un délai de deux mois suivant la fin destravaux de comblement, avec les références de l’ouvrage comblé, l’aquifère précédemment surveillé ou exploitéà partir de cet ouvrage, les travaux de comblement effectués. Cette formalité met fin aux obligations d’entretienet de surveillance de l’ouvrage.

Il faut néanmoins conserver un repérage de la localisation de l’ouvrage abandonné

18.2.2 Comblement d’ouvrages conformes au présent document

Les ouvrages réalisés selon les prescriptions du présent document doivent être comblés sur toute la hauteuraquifère avec des sables et graviers siliceux, désinfectés, surmontés d'un bouchon d'argile gonflante ou d’un litde sable puis d'une cimentation jusqu'à au moins 1 m de la surface.

La hauteur du bouchon de cimentation ne doit pas être inférieure à 5 m ou à la hauteur du tube plein s’il fait moinsde 5 m.

18.2.3 Comblement d’ouvrages non conformes au présent document

Dans ce cas, leur comblement doit permettre de respecter la protection de la ressource et éviter toute pollution ;par exemple pour séparer durablement les aquifères entre eux pour les ouvrages captant plusieurs nappes.

Le programme d’abandon sera définit selon les résultats du diagnostic (voir 18.2.1).

18.2.4 Comblement d’un captage thermique vertical

Le captage thermique vertical doit dans un premier temps être purgé. Le fluide doit être évacué par une filièreadaptée et il doit être remplacé par de l’eau.

Ensuite, il faut obturer les sondes et les condamner définitivement.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 137: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 49 — NF X 10-999

Annexe A

(informative)

Liste non exhaustive des contrôles de l’ouvrageInit numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

A.1 Diagraphie CBL (Ciment Bond Logging)

Celle-ci permet de préciser l’état de la cimentation. Elle peut être réalisée plusieurs jours après la cimentation.Pour fonctionner, cet outil doit être dans un fluide (eau, boue) et dans un tubage acier ne dépassant pas 13’’3/8de diamètre.

A.2 Diagraphie thermique

Le principe consiste à réaliser un profil thermique dans les 24 h suivant une phase de cimentation.Pour fonctionner le forage doit être en eau ou en boue. La cimentation étant une réaction exothermique, lesmesures permettent de localiser le sommet de la zone cimentée.

Cette diagraphie permet également de localiser des venues d’eau si la différence de température est significative.

A.3 Diagraphie gamma ray

L’outil utilise les propriétés des roches en matière de radioactivité naturelle. Cette diagraphie peut être réalisée entrou nu, tubé, sec ou en eau. Il permet de déterminer les zones argileuses et de réaliser des corrélations avecd’autres forages (calage stratigraphique).

L’utilisation de cette diagraphie peut se révéler nécessaire pour un calage fin avant mise en place des tubagespar exemple.

A.4 Diagraphie de résistivité

L’outil mesure les différences de potentiel créées par un courant continu injecté dans les formations.Cette diagraphie ne peut être réalisée qu’en trou nu et en eau.

Elle permet la délimitation des couches ainsi que la détermination approximative de la porosité.

A.5 Diagraphie de Polarisation Spontanée :

L’outil mesure des différences de potentiel. Cette diagraphie ne peut être réalisée qu’en trou nu et en eau.

Elle permet la délimitation des couches.

A.6 Profil au micro-moulinet

Cet outil mesure la vitesse verticale de l’eau à l’intérieur du forage. Cette diagraphie peut être réalisée en trou nuou bien tubé (dans ce cas, la localisation des venues d’eau peut être faussée).

Elle permet de localiser les venues d’eau. Généralement, cette diagraphie est réalisée sous pompage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 138: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 50 —

Légende

1 Fil électrique auto-porteur

2 Carcasse en acier

3 Électrodes de mesures

4 Hélice

5 Paroi du forage

Figure A.1 — Exemple de micro-moulinet(Source documentaire : SFE)

A.7 Diagraphie à Neutrons

Cet outil détermine l’activité gamma issue de l’absorption de neutrons (créés par l’outil) par les noyauxd’hydrogène. Cette diagraphie peut être réalisée en trou nu ou tubé mais uniquement sur la partie en eau.

Elle permet la détermination de la porosité totale des formations investiguées.

Il convient de noter que cet outil utilise une source radioactive. Son utilisation peut s’avérer délicate notammenten cas de perte dans l’ouvrage.

A.8 Diagraphie diamétreur

Il s’agit d’un outil disposant au minimum d’un bras. Ce bras s’ouvre au diamètre du forage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 139: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 51 — NF X 10-999

Légende

1 Câble électrique auto-porteur

2 Forage

3 Palpeur électrique

4 3 lames ressort

5 Partie coulissante

Figure A.2 — Exemple de diamétreur(Source documentaire : SFE)

Cette diagraphie permet donc de vérifier les diamètres de l’ouvrage soit en trou nu ou tubé.

Son utilisation peut être recommandée pour :

— vérifier les diamètres intérieurs des tubages mis en place ;

— vérifier l’intégrité des tubages (absence d’écrasement par exemple) ;

— caler les mesures de micro moulinet.

A.9 Diagraphies physico-chimiques

Il existe différentes sondes permettant de mesurer différents paramètres physico-chimiques. Il s’agit par exemplede la conductivité, le pH, le potentiel d’oxydo réduction, l’oxygène dissous ainsi que de certains éléments telsles nitrates.

La réalisation de profils au repos et en pompage peut être utile pour comprendre les circulations d’eau et localiserdifférentes venues d’eau pouvant avoir des caractéristiques différentes.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 140: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 52 —

A.10 Diagraphie de verticalité ou sonde gyroscopique

Cet outil permet de mesurer la déviation du forage. La mesure peut être réalisée en trou nu ou tubé. Elle permetde vérifier la verticalité de l’ouvrage.

A.11 Examen vidéo

Il s’agit d’une caméra immergée descendue dans le forage. Généralement, la tête de la caméra est orientable.Les images sont retransmises sur une régie. Cet examen permet de vérifier la conformité de l’ouvrage et dedéceler d’éventuelles anomalies (percement du tubage, présence de dépôts, etc.).

La réalisation d’un examen vidéo est souhaitable à la réception de l’ouvrage. Au cours du temps, une nouvelleinspection peut être réalisée pour vérifier l’intégrité de l’ouvrage.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 141: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 53 — NF X 10-999

Annexe B(informative)

Exemple de feuille de pompageInit numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

POMPAGE D'ESSAI : FICHE DE DESCENTE FEUILLE N°

Entreprise : Profondeur forage :

Nom du forage ou du client : Type de pompe :

Lieu du forage : Profondeur aspiration :

Commune : Longueur refoulement :

Ouvrage pompé Piézomètre 1 Piézomètre 2 Dispositif de mesure du débit :

Nature du repère :

Hauteur du repère/sol : m

Niveau statique/repère : m

Distance/ouvrage pompé :

Date et heure Tps pompage

en minute Niveau/repère Débit Piézomètre 1 Piézomètre 2 Observation

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

20

25

30

40

50

60

1h15 = 75

1h30 = 90

1h45 = 105

2h = 120

2h30 = 150

3h = 180

3h30 = 210

4h = 240

5h = 300

6h = 360

7h = 420

8h = 480

10h = 600

12h = 720

14h = 840

16h = 960

18h = 1080

20h = 1200

22h = 1320

24h = 1440

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 142: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

NF X 10-999 — 54 —

Annexe C

(informative)

Exemple de formulaire de réception de travauxInit numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!Init numérotation des équations d’annexe [C]!!!

DÉNOMINATION ENTREPRISE

ADRESSECode Postal — Ville

COORDONNÉES

FORAGE ou SONDAGE

BON DE RÉCEPTION TRAVAUX

N° BSS :

Réalisé pour le compte de :

Nom et adresse complète du Maître d’ouvrage

Adresse de l’ouvrage :

Date de réalisation — début :

Date de réalisation — fin :

DESCRIPTIF TECHNIQUE DE L’OUVRAGE

Utilisation prévue :

Besoins estimés : .............................. m3/j

Débit : ............................................... m3/h

Profondeur totale : ................................m

Fluides utilisés :

Autres outillages :

Chef de chantier :

Référence foreuse :

Référence compresseur :

Préforage 1 φ = ....... mm Méthode Pré tubage 1 L = ................m φ Int/Ext = ...... mm Nature

Préforage 2 φ = ....... mm Méthode Pré tubage 2 L = ............... m φ Int/Ext = ...... mm Nature

Forage φ = ........mm Méthode Tubage 1 L = ................m φ Int/Ext = ...... mm Nature

Position Plein Observations Position Crépines Observations Ouverture de fentes (mm)

de ...... à ..... m de ..... à ..... m

de ...... à ..... m de ..... à ..... m

de ...... à ..... m de ..... à ..... m Niveau statique (m)

de ...... à ..... m de ..... à ..... m

de ...... à ..... m de ..... à ..... m

Cimentation H ........ m Volume injecté : ......

Densité : ..………….

Méthode Nature

Gravier H ........ m Volume injecté...... Méthode Nature

GÉOLOGIE Terrains rencontrés (profondeur, nature, couleur, observations)

Profondeur Nature/couleur Observations Profondeur Nature/couleur Observations

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

HYDROGÉOLOGIE Terrains rencontrés (profondeur, débit total, observation de NO3-)

Profondeur Débit total Observation NO3-

Profondeur Débit total Observation NO3-

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

de ..... à ...... m de ..... à ..... m

BON DE RÉCEPTION DES TRAVAUX DE FORAGE

Observations particulières Représentant Maître d’ouvrage Signature

Nom :

Prénom :

Date :

Précédé en manuscrit :«Bon pour réception»

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13

Page 143: PROJET DE CARRIERE A CIEL OUVERT A BRAS PANON /LA ...

— 55 — NF X 10-999

Bibliographie

[1] FD X 10-990 1), Forage d’eau et de géothermie — Réalisation, suivi et abandon d’ouvrage de captage ou desurveillance des eaux souterraines par forage — Utilisation des ouvrages d'exploitation et de surveillancedes eaux souterraines.

[2] FD X 10-980, Forage d’eau et de géothermie — Réalisation, suivi et abandon d’ouvrage de captage ou desurveillance des eaux souterraines par forage — Démarches administratives.

1) En préparation.

Boutique AFNOR pour : SOGREAH CONSULTANTS SAS le 31/7/2007 11:13