Point de situation sur Ebola au lundi 15 septembre 2014 OOAS/SFMC/StratAdviser

Click here to load reader

  • date post

    21-May-2015
  • Category

    Healthcare

  • view

    257
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Commentaire analytique de l'épidémie d'Ebola issue du partenariat entre l'Organisation Ouest Africaine de Santé, la Société Française de Médecine de Catastrophe et StratAdviser Ltd, société de conseil en stratégie dans le domaine la santé et sanitaire et le pilotage de crise

Transcript of Point de situation sur Ebola au lundi 15 septembre 2014 OOAS/SFMC/StratAdviser

  • 1. Le point sur bola au lundi 15septembre 2014Drs Jan-Cdric* et ivind** Hansen* Mdecin Coordonnateur Hpital Asselin-Hdelin Consultant Senior StratAdviser Ltd agence spcialise encommunication stratgique de crise dans le domaine de la sant ; ** Mdecin Anesthsiste-RanimateurLpidmie de fivre hmorragique virale (FHV) lie au virus bola, souche"Zare" qui svit actuellement depuis le 22 mars 2014 sest dclare enGuine puis sest presque immdiatement propage au Liberia et en SierraLeone, pays voisins.Dsormais 5 pays sont officiellement touchsEn Guine 885/568 cas/dcs. La guine compte 19% des cas dbola.Lpicentre de lpidmie est situ en zone forestire, au sud-est du paysGuekedou (frontalier avec la guine), Macenta, Kissidougou et Nzrkor(frontalier avec la Cte dIvoire) ou se trouve la 2me plus grande ville du pays,mais dautres districts sont touchs : trois districts du Haut-Guine Diabola,Dinguiraye et Kouroussa, Conakry, capitale du pays, en Guine maritime etles prfectures de Tliml et Boffa, enfin, Fria et Pita au nord-ouest du pays,Siguiri au nord-est (frontalier avec le Mali).Au Libria 2 415/1 307 cas/dcs. Le Libria compte 50% des casdbola. La totalit des 13 districts du pays ont signals des cas : Grand CapeMount, Bomi, Bong, Lofa (frontalier avec la Guine), Margibi, Montserrado(incluant la capitale Monrovia), Nimba, Grand Bassa et River Cess.En Sierra Leone 1 478/484 cas/dcs. La Sierra Leone compte 31%des cas dbola. Depuis larrive de lpidmie par le district de Kailahun,1

2. frontalier avec celui de Guekedou en Guine via un voyageur ayant sjourn Guekedou, ce sont tous les districts qui sont touchs, y compris la capitaleFreetown.Au Nigeria 15/6 cas/dcs1. Les cas suspects et les dcs sont pourlinstant limits aux 59 contacts identifis dun passager en provenance duLiberia (via Lom au Togo et Accra au Ghana) arriv le 31 juillet a Lagos parlaroport international Murtala-Muhammed. Les 59 contacts identifis cejour sont 15 personnels de laroport et 44 de lhpital ou le passager a tsoigne et est dcd. En ce qui concerne les sujets contacts de lavion, lesautorits du Ghana, du Nigria et du Togo collaborent avec lOOAS et lOMSpour les identifier. Cependant, depuis prs dun mois, aucun progrssignificatif na t signal.Au Sngal 1/0 cas/dcs. Le cas princeps est d'un tudiant qui s'estsoustrait la surveillance des autorits sanitaires Guinennes (il tait identificomme cas contact) qui sest rendu de manire illgale au Sngal. Lorsquila dvelopp les premiers symptmes il a cach son exposition bola auxprofessionnels de sant qui lon pris en charge ce qui a retard d'autant unestratgie thrapeutique cohrente.NB : En RDC on annonce 15 cas qui ne sont pas ce jour comptabiliss carrputs relever dun foyer de contamination distinct. Il existerait 1 cas dclarau Venezuela mais pas de prcision si cest un cas import ou non ni de saprovenance.Cette pidmie est atypique tant du point de vue du nombre de casrapports (le seuil psychologique du doublement du nombre de cas dclarsdepuis 1976 est largement franchi : 2 387 cas cumuls entre 1976 et 2013,4794 cas pour 2014 ce jour), de la zone gographique touche (Afrique de1 LOOAS dnombre 15/6 cas/dcs alors que le CDC en annonce 21/7 cas/dcs au 31 aot2 3. lOuest vs Afrique Centrale) et de son tendue (plusieurs districts de plusieurspays limitrophes et sauts de puce de plusieurs centaines de kilomtres 1141 km entre Conakry et Dakar via Tambacounda) enfin, de la transmissionavre en zone urbaine (vs zone forestires ou rurales exclusives despisodes prcdents) en suivant apparemment les axes commerciaux de lazone (terrestres, maritimes et ariens).Point de situation au 15 septembre 2014Au total, au 15 septembre 2014, 4 794 cas et 2 365 dcs ont t rapports lOOAS pour la CEDEAO. Le temps de doublement actuel est de lordre de 27jours ce qui signifie que selon toute vraisemblance et en labsencedvnement venant modifier significativement la cintique de lpidmie, leseuil des 6 000 cas sera franchit la fin du mois de septembre. La ltalitobserve est de 49,3 % dans les 5 pays affects (Figure 1). On notera quecette ltalit permet paradoxalement une plus grande diffusion de lpidmiepuisque la moiti des malades ne dcdant pas, ils sont potentiellementcontaminant plus longtemps pour un plus grand nombre de contacts. Onnotera aussi que le nombre de cas pauci-symptomatiques est inconnu cejour. Ce paramtre est pourtant essentiel car il permettrait de savoir si unepartie de la population des pays touchs dveloppe bas bruit uneimmunisation qui aboutirait in fine lendmisation de lpidmie dans largion.Pour mmoire, les autres maladies a potentiel pidmiques svissantactuellement en Afrique de lOuest (cholra, Mningite, Rougeole, FivreJaune et Fivre de Lassa) avaient cumuls 67 307 cas dclars (dont 29 777pour le seul cholra) et 1 338 dcs (dont 606 pour la seule mningite) au 17aot 2014 contre 2 565 cas dclars et 1 365 dcs pour bola la mmedate. En 5 mois lpidmie dbola a donc tu autant que les 6 autres en 83 4. mois. Pour les 4 pays directement concerns le nombre de dcsdocuments pour les 6 maladies potentiel pidmique surveilles est deseulement 767. Lpidmie dbola a donc tripl le nombre de dcs doriginepidmique pour ces 4 pays.8,0007,0006,0005,0004,0003,0002,0001,00015/09/14 Infographie : Dr Jan-Cedric Hansen4 774 : seuil dedoublement dunombre de cascumuls en 20133 180 : seuil dedoublement dunombre de dcscumuls en 2013Fig1. Nombre cumul de caset de dcsCumula ve number of cases& deaths0197619771978197919801981198219831984198519861987198819891990199119921993199419951996199719981999200020012002200320042005200620072008200920102011201220132014AxisTitleCasDcsAu niveau de la cintique on ne constate pas de modification significative descomportements : lpidmie Guinenne a toujours un comportement (affine)qui contraste avec celle (exponentielle) de deux des pays touchs par un cassource voyageur en provenance de lpicentre, le Libria et la Sierra-Lone.Les deux courbes suggrent une contamination interhumaine autonomiseque rien ne vient contredire ce jour (figure 2). Lamorce du comportementexponentiel de la courbe Guinenne note dans le point de situationprcdent semble se confirmer. suivre. Pour ce qui concerne le Nigeria et leSngal qui eux aussi ont reus un cas source en provenance de lpicentre,4 5. cest une dynamique affine qui prvaut pour linstant mais il y a trop peu decas pour conclure.Fig2. Cin que descasEbola - Ebola caseskine c30002500200015001000500022-Mar29-Mar5-Apr12-Apr19-Apr26-Apr3-May10-May17-May24-May31-May7-Jun14-Jun21-Jun28-Jun5-Jul12-Jul19-Jul26-Jul2-Aug9-Aug16-Aug23-Aug30-Aug6-Sep13-SepAxisTitle15/09/14 Infographie : Dr Jan-Cedric HansenGuineLibriaSierra-LeoneNigriaSngalLorsque les ressources en moyens de sant sont saturs par le nombre devictimes, on se trouve en situation de mdecine de catastrophe. Se posealors la ncessit de mettre en place les mthode de triage adapte. Pour cefaire, il conviendrait davoir des elements cliniques prdictifs de levolution descas dbola. Par exemple la dure de la priode de latence ou la temprature J4 de lirruption des premiers signes sont-ils prdictifs de lissue ? Ilconviendrait de reprer de tels facteurs prdictifs, sils existent, pour identifierles morituri et concentrer les efforts de prise en charge sur ceux qui ont unebonne probabilit de survie. Symtriquement, il conviendrait de reprer lesformes bnignes ou pauci-symptomatiques pour limiter, l aussi, uninvestissement disproportionn en moyens ou en soignants, compte tenu dun5 6. pronostic favorable dembl, mme si cela allonge la dure de la maladie oude la convalescence. Il convient de colliger les donnes cliniques disponibleset de les analyser pour identifier les facteurs pronostic pertinents.Pour ce qui est de la dynamique des nouveaux cas (figure 3), aprs un netralentissement durant la premire quinzaine daot, lepidemie reprendexplicitement son cours et connait une accelleration sans prcdent. Lafiabilit des donnes notamment les difficults operationelles du reportingpeuvent expliquer, elles seules, les variations du nombres de nouveaux casconstates en aot.Fig3. Dynamique desnouveauxcas- Trendof new cases40003500300025002000150010005000-50025-Mar1-Apr8-Apr15-Apr22-Apr29-Apr6-May13-May20-May27-May3-Jun10-Jun17-Jun24-Jun1-Jul8-Jul15-Jul22-Jul29-Jul5-Aug12-Aug19-Aug26-Aug2-Sep9-Sep15/09/14 Infographie : Dr Jan-Cedric Hansendelta casdelta dcsAu niveau du rapprochement entre les corridors de communication, les voiesmaritimes et ariennes avec les zones des districts touchs on constatetoujours une corrlation assez forte (figure 4). Lobservation de la carte laisseentrevoir des cas non dclars en Guine-Bissau et en Cte dIvoire. Ils sont6 7. ce stade probablement classs en cas de Paludisme ou dautres fivrestropicales si ce sont des formmes cliniques pauci-symptomatiques.Fig4. PrincipauxCorridorset CentresUrbainsMainCorridors& UrbanArea3 0 0 k m2 0 0 m i D a n i e lD a l e tLibriaGuineCte dIvoire07/09/14 Infographie : Dr Jan-Cedric HansenNigriaTogoMaliMauritanieSngalGambieGuine-BissauBurkina FasoBninNigerGhanaSierra-LeoneLes discussions au sein du groupe francophonehttps://www.linkedin.com/groups/Groupe-Expert-Ebola-SFMC-8156465/aboutet au sein du groupe anglophone https://www.linkedin.com/groups/Ebola-outbreak-management-Group-8150382/about regroupants prs de 200spcialistes en medecine de catastrophe, en prevention de pandmie, enconception de vaccin, en rponse sanitaire oprationnelle, issus degouvernements, dagences ou de services publics, dentreprises spcialisespubliques ou prives europens, africains de louest et Nord-Americains,portent essentiellement sur :1. le risque de contamination aroporte ce jour non formellementdocument mais thoriquement possible, ne serait-ce que par les7 8. goutelettes de Pflgge, et pouvant rendre compte du nombre de casimportant parmis les soignants2. la cintique inhomogne des 5 pays concerns avec une cintiqueaffine pour la Guine et le Nigeria et une cintique exponentielle pourla Sierra-Leone et le Libria p