Plan Sénégal Emergent (PSE)

of 184/184
  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    238
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Plan Sénégal Emergent (PSE)

  • PLAN SENEGAL EMERGENT

    2014

  • i

    TABLE DES MATIRES

    Liste des tableaux ................................................................................................................. iv

    Liste des graphiques ............................................................................................................. iv

    Liste des abrviations, acronymes et sigles ............................................................................. v

    Rsum................................................................................................................................ vii

    Executive Summary ............................................................................................................... xi

    Introduction gnrale ............................................................................................................ 1

    Chapitre I : Diagnostic conomique et social ..................................................................... 4

    1.1. Situation sociale .............................................................................................................. 4

    1.1.1. Tendances dmographiques ................................................................................................................. 4

    1.1.2. Emploi ...................................................................................................................................................... 6

    1.1.3. Pauvret et ingalits ............................................................................................................................ 8

    1.1.4. Accs aux services sociaux de base ................................................................................................... 10

    1.1.5. Amnagement du territoire .............................................................................................................. 21

    1.2. Situation conomique et financire .................................................................................. 21

    1.2.1. Environnement sous-rgional ............................................................................................................. 21

    1.2.2. Trajectoire de la croissance ................................................................................................................. 22

    1.2.3. Secteurs productifs .............................................................................................................................. 25

    1.2.4. Finances publiques et dette ................................................................................................................ 38

    1.2.5. changes extrieurs ............................................................................................................................. 40

    1.2.6. Financement de lconomie ................................................................................................................ 42

    1.2.7. Productivit et comptitivit .............................................................................................................. 44

    1.3. Gouvernance, Institutions, Paix et Scurit .................................................................... 46

    Chapitre II : Vision et Orientations stratgiques............................................................. 48

    2.1. Vision ................................................................................................................................. 48

    2.2. Dfis, atouts et opportunits ............................................................................................. 52

    2.3. Orientations stratgiques .................................................................................................. 55

    Chapitre III : Stratgie dmergence .................................................................................. 61

    3.1. Axe 1: Transformation structurelle de lconomie et croissance ..................................... 63

    3.1.1 Agriculture, levage, pche et aquaculture, agroalimentaire ........................................................... 65

    3.1.1.1. Agriculture et agro-alimentaire .................................................................................................... 66

    3.1.1.2. levage et productions animales ................................................................................................. 67

    3.1.1.3. Pche et aquaculture ...................................................................................................................... 68

    3.1.2. conomie sociale et solidaire ............................................................................................................... 68

    3.1.3. Habitat social et cosystme de construction ................................................................................... 69

    3.1.4. Hub logistique et industriel ................................................................................................................. 70

    3.1.4.1. Plateformes industrielles intgres ............................................................................................ 70

    3.1.4.2. Pari industriel intgr .................................................................................................................... 70

    3.1.4.3. Hub logistique intgr ................................................................................................................... 71

    3.1.5. Hub multi services et touristique ........................................................................................................ 71

  • ii

    3.1.5.1. Zones ddies aux services export ............................................................................................... 71

    3.1.5.2. Business Park pour siges rgionaux .......................................................................................... 71

    3.1.5.3. Dakar Campus Rgional de Rfrence ........................................................................................ 71

    3.1.5.4. Dakar Medical City ........................................................................................................................ 72

    3.1.5.5. Zones touristiques intgres ......................................................................................................... 72

    3.1.5.6. Hub arien rgional ....................................................................................................................... 73

    3.1.6. Mines et fertilisants ............................................................................................................................... 73

    3.1.7. Culture .................................................................................................................................................. 75

    3.1.8. Sport ...................................................................................................................................................... 75

    3.2. Axe 2: Capital humain, Protection sociale et Dveloppement durable ............................. 76

    3.2.1. Population et dveloppement humain durable ................................................................................ 76

    3.2.2. Education et formation ......................................................................................................................... 77

    3.2.3. Sant et nutrition ................................................................................................................................... 79

    3.2.4. Protection sociale ................................................................................................................................... 80

    3.2.5. Eau potable et assainissement ............................................................................................................. 82

    3.2.6. Habitat et cadre de vie .......................................................................................................................... 83

    3.2.7. Prvention et gestion des risques et catastrophes ............................................................................ 85

    3.2.8. Environnement et Dveloppement durable ..................................................................................... 85

    3.3 Axe 3: Gouvernance, Institutions, Paix et Scurit ............................................................ 86

    3.3.1. Consolidation de la paix et la scurit ................................................................................................ 86

    3.3.2. Promotion de ltat de droit, des droits humains et de la justice ................................................... 87

    3.3.3. Promotion de lquit et de lgalit de genre ................................................................................... 87

    3.3.4. Rforme de ltat et renforcement de lAdministration publique .................................................. 88

    3.3.5. Amnagement du territoire, dveloppement local et territorialisation ......................................... 88

    3.3.6. Gouvernance stratgique, conomique et financire ........................................................................ 90

    Chapitre IV : Fondements de lmergence ......................................................................... 92

    4.1. Rsolution de la question vitale de lnergie...................................................................... 92

    4.2. Dveloppement du capital humain ..................................................................................... 94

    4.3. Renforcement de la base logistique et des infrastructures ................................................. 96

    4.4. Acclration de la diffusion des TIC ................................................................................... 96

    4.5. Approfondissement du secteur financier ............................................................................ 97

    4.6. Amlioration de lenvironnement des affaires ................................................................... 98

    4.7. Renforcement de la coopration internationale, de lintgration rgionale et de la

    participation de la diaspora ................................................................................................... 102

    4.8. Renforcement des capacits dimpulsion de ltat ........................................................... 103

    Chapitre V : Plan dactions prioritaires et cadrage macroconomique ............................... 105

    5.1. Plan dactions prioritaires (PAP) 2014-2018 ................................................................... 105

    5.2. Financement de la stratgie ............................................................................................. 113

    5.3. Cadrage macroconomique 2014-2018 .............................................................................. 114

    Chapitre VI : Mise en uvre et suivi-valuation de la stratgie ................................... 117

    6.1. Cadre de pilotage, de mise en uvre et de suivi-valuation ........................................... 117

  • iii

    6.1.1. Pilotage et gouvernance ...................................................................................................................... 117

    6.1.1.1. Comit dOrientation Stratgique (COS) .................................................................................. 118

    6.1.1.2. Comit de Pilotage (COP) ........................................................................................................... 118

    6.1.1.3. Bureau oprationnel de suivi du Plan Sngal Emergent (BOSSE) ...................................... 118

    6.1.1 4. Structures dexcution des projets, programmes et rformes ................................................ 119

    6.1.2. Mcanismes de partage des rsultats avec les acteurs ................................................................... 119

    6.1.3. Fonds dappui au PSE ......................................................................................................................... 119

    6.2. Excution jusqu limpact ............................................................................................... 119

    6.3.1. Gagner la bataille de la crdibilit par des rsultats tangibles rapides ........................................ 120

    6.3.2. Calendrier de mise en uvre des projets phares ............................................................................ 120

    6.3. Risques lis la mise en uvre du PSE ............................................................................ 121

    ANNEXES ........................................................................................................................... 123

    Annexe I : Impacts attendus des projets phares .......................................................................... 123

    Annexe II : Mesures ralises sur la priode rcente ................................................................... 130

    Annexe III : Mesures mettre en uvre court terme ............................................................... 131

    Annexe IV : Dix-sept mesures clefs critiques pour le succes des projets phares ............................ 132

    Annexe V : Croissance conomique et Dficit public dans le scnario tendanciel et dans le PSE ... 133

    Annexe VI : Indicateurs de suivi-valuation du PSE 2014-2018 .................................................... 134

    Annexe VII : Projets phares ........................................................................................................ 137

  • iv

    Liste des tableaux

    Tableau 1 : Emplois dans le secteur informel selon le sexe .......................................................................................... 8 Tableau 2: Indicateurs de pauvret au Sngal, 2001-2011 ......................................................................................... 8 Tableau 3 : Nombre dunits par secteur, 2010 .......................................................................................................... 36 Tableau 4 : Indicateurs dactivit dans le secteur informel, 2010 .............................................................................. 37 Tableau 5 : Structure des transferts reus selon motif conomique .......................................................................... 42 Tableau 6 : Chiffres cls du secteur de la micro finance, 2008-2012 .......................................................................... 43 Tableau 7 : Les indicateurs conomiques de pays mergents .................................................................................... 50 Tableau 8 : Les indicateurs sociaux de pays mergents .............................................................................................. 51 Tableau 9 : Le Sngal dici 10 ans .............................................................................................................................. 52 Tableau 10 : Cibles sociales, 2015-2018 ...................................................................................................................... 52 Tableau 11 : Dynamiques sectorielles au sein de la sous-rgion ............................................................................... 54 Tableau 12 : Principales mesures damlioration des affaires requises pour la ralisation des projets phares ......... 99 Tableau 13 : Image du Sngal dans 10 ans ............................................................................................................. 103 Tableau 14: Niveaux de priorit des actions ............................................................................................................. 105 Tableau 15: Critres de pondration des nouveaux projets ..................................................................................... 106 Tableau 16: Critres de pondration des PPP ........................................................................................................... 107 Tableau 17: Relation entre le cadrage macroconomique et le PAP de la stratgie ................................................ 108 Tableau 18: Rpartition du financement du PAP par axe ......................................................................................... 111 Tableau 19 : Rpartition par secteur du financement du PAP .................................................................................. 112 Tableau 20 : Scnario Stratgie dmergence, 2014-2018 ....................................................................................... 115 Tableau 21 : volution des agrgats macroconomiques entre 2014 et 2018 ......................................................... 116

    Liste des graphiques Graphique 1 : Schma de transition dmographique ................................................................................................... 4 Graphique 2: Pyramide des ges de la population sngalaise (2013)......................................................................... 5 Graphique 3 : Taux de pauvret par rgion en 2011 .................................................................................................. 10 Graphique 4 : Portrait de la formation professionnelle .............................................................................................. 12 Graphique 5 : Portrait de lenseignement suprieur .................................................................................................. 13 Graphique 6 : Evolution de lesprance de vie ........................................................................................................... 16 Graphique 7 : Accs des populations aux services sociaux de base ........................................................................... 20 Graphique 8 : Phases de la croissance conomique au Sngal, 1960-2011 .............................................................. 23 Graphique 9 : Investissement et croissance conomique au Sngal, dans lUEMOA et la CEDEAO, 2004-2018 ...... 25 Graphique 10 : Valeur ajoute par secteur conomique, 2000-2013 (en milliards de FCFA courants) ...................... 26 Graphique 11 : Cot et qualit compars de llectricit ........................................................................................... 32 Graphique 12a : volution en % du PIB du solde budgtaire global .......................................................................... 38 Graphique 12b : volution de la pression fiscale (recettes fiscales /PIB) ................................................................... 38 Graphique 13 : Endettement du Sngal, 2000-2012 ................................................................................................. 39 Graphique 14a : Solde commercial et solde compte courant (% PIB) ........................................................................ 40 Graphique 14b : Evolution des transferts reus des migrants (en milliards de FCFA) ................................................ 40 Graphique 15 : Evolution de la balance courante, 200-2011 ...................................................................................... 41 Graphique 16 : Financement du secteur priv ............................................................................................................ 42 Graphique 17 : Classements environnement des affaires et comptitivit ................................................................ 45 Graphique 18 : Stabilit dans la sous-rgion ouest-africaine ..................................................................................... 47 Graphique 19 : Articulation du PSE ............................................................................................................................. 49 Graphique 20 : Mthodologie densemble du diagnostic ........................................................................................... 53 Graphique 21 : Opportunits de coopration rgionale ............................................................................................. 55 Graphique 22 : Implantation des projets sur ltendue du territoire ......................................................................... 58 Graphique 23 : Structure du Plan Sngal Emergent .................................................................................................. 62 Graphique 24 : Portefeuille de 27 projets phares ....................................................................................................... 65 Graphique 25 : Hub rgional de services .................................................................................................................... 74 Graphique 26 : Principes de la gouvernance dans le PSE ........................................................................................... 91 Graphique 27 : Structure du mix de production en 2017 (capacits installes) ......................................................... 93

    Liste des encadrs

    Encadr 1 : Mesure et indicateurs de pauvret ............................................................................................................ 9 Encadr 2 : Focus sur les OMD .................................................................................................................................... 17

  • v

    Liste des abrviations, acronymes et sigles

    AFD: Agence franaise de dveloppement

    AGOA: African Growth and Opportunity Act

    ANSD: Agence nationale de la Statistique et de la Dmographie

    AIBD: Aroport international Blaise Diagne

    APPI: Accords de Promotion et de Protection des Investissements

    ANDI: Accords de non double imposition

    BCEAO: Banque centrale des tats de lAfrique de louest

    BHS: Banque de lHabitat du Sngal

    BNDE: Banque nationale de Dveloppement conomique

    CDC: Caisse des Dpts et Consignations

    CEDEAO: Communaut conomique des tats de lAfrique de louest

    CENTIF: Cellule nationale de Traitement de lInformation financire

    CESE: Conseil conomique, social et environnemental

    CMU: Couverture Maladie universelle

    CNAES: Concertation nationale sur lAvenir de lEnseignement suprieur

    COS: Comit dOrientation stratgique

    COP: Comit de Pilotage

    CRES : Consortium pour la Recherche conomique et sociale

    DAC: Domaines agricoles communautaires

    DIPE: Dveloppement intgr de la Petite Enfance

    DPEE: Direction de la Prvision et des tudes conomiques

    DRS/SFD: Direction de la Rglementation et de la Supervision des Systmes financiers dcentraliss

    DSRP: Document de Stratgie de Rduction de la Pauvret

    EDS: Enqute dmographique et de Sant

    EDS-MICS: Enqute dmographique et de Sant indicateurs multiples

    EMSILD: tude monographique sur les Services immobiliers du Logement Dakar

    ENF: ducation non formelle

    ENSIS: Enqute nationale sur le Secteur de linformel au Sngal

    EPT: ducation pour tous

    ESPS: Enqute de Suivi de la Pauvret au Sngal

    FCFA: Franc de la Communaut francophone dAfrique

    FMI : Fonds montaire international

    FONGIP: Fonds national de Garantie et dInvestissements prioritaires

    FONSIS: Fonds souverain des Investissements stratgiques

    HDS: Hydrodesulfurization

    HIMO: Haute Intensit de Main-d'uvre

    IADM: Initiative dAllgement de la Dette multilatrale

    IDE: Investissement direct tranger

    IFI: Investissement fort impact

    IHME: Institute for Health Metrics and Evaluation

    IGE: Inspection gnrale dtat

    IRM: Imagerie Rsonance magntique

    IPM: Instituts de Prvoyance Maladie

    IPPTE: Initiative en faveur des Pays pauvres trs endetts

    INPS: Initiative nationale de Protection sociale

    ISEP: Instituts suprieurs dEnseignement professionnel

    ISPE: Instrument de Soutien la Politique conomique

    ITIE: Initiative pour la Transparence dans les Industries extractives

  • vi

    LA: Ligne daction

    LIB: Low Income Banking

    NASAN: Nouvelle Alliance pour la Scurit alimentaire et la Nutrition

    OCDE: Organisation de Coopration et de Dveloppement conomiques

    OFNAC: Office national anti corruption

    OHADA: Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires

    OMD: Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement

    OMS: Organisation mondiale de la Sant

    OMVG: Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie

    OMVS: Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sngal

    PAP: Plan dActions prioritaires

    PAQUET: Programme d'Amlioration de la Qualit, de l'quit et de la Transparence

    PAPNBG: Programme d'Appui au Programme national de Bonne Gouvernance

    PDESER: Plan de Dveloppement de lEnseignement suprieur et de la Recherche

    PDU: Plans directeurs dUrbanisme

    PEPAM: Programme Eau Potable et Assainissement du Millnaire

    PME/PMI: Petites et moyennes Entreprises/Petites et moyennes Industries

    PME/TPE: Petites et moyennes Entreprise/Trs petites Entreprises

    PNDS: Plan national de Dveloppement sanitaire

    PNIA: Programme national d'Investissement agricole

    POS: Plan doccupation des sols

    PPP: Partenariat public priv

    PRAESC: Programme de Relance des Activits conomiques en Casamance

    PREAC: Programme de Rformes de lEnvironnement des Affaires et de la Comptitivit

    PRECABG: Projet de Renforcement des Capacits de Bonne Gouvernance

    PSE: Plan Sngal Emergent

    PTIP: Programme triennal dInvestissements publics

    PTF: Partenaires techniques et financiers

    RCCM: Registre du commerce et du crdit mobilier

    SAR: Socit africaine de Raffinage

    SCA: Stratgie de Croissance acclre

    SFD: Systmes financiers dcentraliss

    SDAU: Schmas directeurs dAmnagement urbain

    SENELEC: Socit nationale dlectricit

    SICAP: Socit immobilire du Cap-Vert

    SIGI: Indice des institutions sociales et du genre

    SN HLM: Socit nationale des Habitations Loyers modrs

    SNPS: Stratgie nationale de Protection sociale

    SPS: Socle de Protection sociale

    SRAT: Schmas rgionaux damnagement du territoire

    SYSCOA: Systme Comptable Ouest Africain

    TBS: Taux brut de Scolarisation

    TIC: Technologies de lInformation et de la Communication

    UPI: Unit de Production informelle

    UCAD: Universit Cheikh Anta Diop

    UEMOA: Union conomique et montaire ouest africaine

    VIH/SIDA: Virus de lImmunodficience humaine/Syndrome dImmunodficience acquise

    WAPP: West African Power Pool

  • vii

    Rsum

    1. Depuis plus de cinq dcennies, le Sngal a connu des taux de croissance

    conomique proches du crot dmographique. Ces contreperformances nont pas

    permis une rduction durable de la pauvret. Dans lensemble, la baisse de lincidence

    de la pauvret sest avre particulirement faible en milieu rural. Cette situation

    contraste avec les objectifs affichs dans les documents de politique conomique et

    sociale jusquici adopts.

    2. Seule la dcennie 1995-2005 a permis de maintenir lconomie sngalaise sur

    une bonne trajectoire de croissance qui a valoris le revenu par tte. Depuis 2006, le

    sentier de croissance sest inflchi avec lessoufflement des moteurs traditionnels (BTP,

    tlcommunications, services financiers), le faible dynamisme du secteur priv, la forte

    progression des dpenses publiques et la persistance du dficit du compte courant de

    la balance des paiements (7,9% du PIB).

    3. Avec prs de 14 millions dhabitants en 2014, le Sngal connat encore une forte

    dynamique de croissance dmographique (2,7%) mme sil a entam sa transition

    dmographique. La population dominante jeune est confronte aux possibilits

    limites daccs aux services sociaux de base et dinsertion dans le march du travail. La

    question de lemploi demeure actuellement la premire priorit des mnages et des

    politiques publiques.

    4. La perspective datteindre les Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement

    (OMD) lhorizon 2015 sloigne de plus en plus, notamment en matire de rduction

    de la pauvret, de baisse de la mortalit maternelle et infantile, damlioration du taux

    dachvement du cycle lmentaire et daccs lassainissement.

    5. De mme, la politique d'amnagement du territoire applique jusque-l sest

    avre inapproprie au regard de lingale rpartition spatio-temporelle des

    populations, des activits conomiques, des infrastructures et des quipements,

    entranant ainsi une macrocphalie de la rgion de Dakar et une concentration de

    lessentiel des activits sur la frange ouest et le centre du pays.

    6. La faiblesse de la croissance du PIB est explique en partie par les niveaux

    insuffisants de productivit, ceux des infrastructures de soutien la production, les

    difficults daccs aux facteurs de production (eau, intrants de qualit), la vulnrabilit

    de lagriculture face aux alas climatiques, la faible structuration des chanes de valeur

    agro-pastorales, les problmes daccs au foncier et des financements adapts, et des

    problmes de gouvernance.

    7. La morosit de lconomie est galement imputable aux retards dans la mise en

    uvre des rformes dans les secteurs de lnergie et de lenvironnement des affaires,

  • viii

    linsuffisante capacit dimpulsion de ltat et des problmes defficacit de la dpense

    publique ainsi que la rsistance de certains acteurs au changement.

    8. Le Sngal a dcid dadopter un nouveau modle de dveloppement pour

    acclrer sa marche vers lmergence. Cette stratgie, dnomme Plan Sngal

    mergent (PSE), constitue le rfrentiel de la politique conomique et sociale sur le

    moyen et le long termes.

    9. Le Gouvernement engagera, cet effet, les ruptures qui permettront dinscrire le

    Sngal sur une nouvelle trajectoire de dveloppement. Ces ruptures se traduiront par

    des actions hardies pour relever durablement le potentiel de croissance, stimuler la

    crativit et linitiative prive afin de satisfaire la forte aspiration des populations un

    mieux-tre.

    10. Cette aspiration un mieux-tre se dcline en une vision qui est celle dUn

    Sngal mergent en 2035 avec une socit solidaire dans un tat de droit. Les

    orientations stratgiques qui guideront les initiatives prendre pour traduire cette

    vision en actions et rsultats tangibles pour le bnfice des populations, sappuient sur

    trois axes visant :

    une transformation structurelle de lconomie travers la consolidation des

    moteurs actuels de la croissance et le dveloppement de nouveaux secteurs

    crateurs de richesses, demplois, dinclusion sociale et forte capacit

    dexportation et dattraction dinvestissements. Cet axe sinscrit dans une option

    de dveloppement plus quilibr, de promotion de terroirs et des ples

    conomiques viables afin de stimuler le potentiel de dveloppement sur

    lensemble du territoire ;

    une amlioration significative des conditions de vie des populations, une lutte

    plus soutenue contre les ingalits sociales tout en prservant la base de

    ressources et en favorisant lmergence de territoires viables ; et

    le renforcement de la scurit, de la stabilit et de la gouvernance, de la protection

    des droits et liberts et de la consolidation de ltat de droit afin de crer les

    meilleures conditions dune paix sociale et de favoriser le plein panouissement

    des potentialits.

    11. Les trois axes de la Stratgie permettront, par leurs synergies et leurs effets

    convergents et cumulatifs, de crer les conditions de lmergence.

    12. Pour atteindre les objectifs du PSE, il est impratif de runir les conditions

    pralables ou les fondements de lmergence, lies au rglement de la question vitale de

    lnergie, la mise en place dinfrastructures de dernire gnration pour le soutien la

    production, lamlioration de lenvironnement des affaires, au renforcement du

    capital humain ainsi qu la satisfaction des besoins de financement de lconomie. La

  • ix

    russite du PSE exige de fortes capacits dimpulsion de ltat et un leadership affirm.

    Le Gouvernement engagera, cet effet, un programme acclr de rformes pour la

    modernisation de lAdministration publique pour ladapter aux exigences de

    performance induites par la Stratgie.

    13. De manire urgente, des rformes cls seront menes dici 2016 pour amliorer

    substantiellement lenvironnement des affaires. Elles porteront, en particulier,

    sur lautomatisation des procdures administratives, la mise en place dun dispositif

    fiscal et juridique incitatif et simplifi, lamlioration de la comptitivit des facteurs de

    production et la promotion de linvestissement fort impact. Ces rformes devront

    galement tre accompagnes par une diplomatie conomique proactive, un

    approfondissement de lintgration pour renforcer la stabilit rgionale et saisir les

    opportunits offertes par les marchs extrieurs. Le Gouvernement favorisera une plus

    forte implication des sngalais de la diaspora dans les efforts de dveloppement

    national.

    14. LAdministration publique internalisera tous les niveaux la culture de la

    transparence et lobligation de rendre compte, de la gestion axe sur les rsultats,

    travers la mise en place de structures de planification et de suivi-valuation ddies, le

    renforcement des capacits des personnels, lappropriation des politiques par toutes les

    couches de la socit et lexercice dun contrle citoyen.

    15. Le PSE est ralis travers un Plan dActions prioritaires (PAP) quinquennal

    adoss aux axes stratgiques, aux objectifs sectoriels et aux lignes dactions de la

    Stratgie. Le PAP se dcline travers des projets et programmes de dveloppement

    inscrits dans un cadre budgtaire sur la priode 2014-2018.

    16. Le PAP est construit sur la base du scnario optimiste du PSE qui est valu

    9685,7 milliards de FCFA. Son financement est acquis pour 5737,6 milliards de FCFA,

    soit 59,2% tandis que le gap de financement rechercher est de 2964 milliards de FCFA,

    soit 30,6% et celui couvrir par des recettes additionnelles et des conomies sur les

    dpenses est de 984 milliards de FCFA, correspondant 10,2%.

    17. La mise en uvre diligente des rformes cls et des projets du PAP permettra

    datteindre un taux de croissance annuel moyen de 7,1% sur la priode 2014-2018, de

    rduire le dficit budgtaire de 5,4% en 2013 3,9% en 2018. Le dficit du compte

    courant serait ramen sous la barre des 6% en 2018 et le taux de linflation, mesur par

    le dflateur du PIB resterait en dessous du seuil communautaire fix 3%.

    18. Le cadre institutionnel permettant la mise en uvre du PSE comprend : un

    Comit dOrientation stratgique (COS), plac sous lautorit du Prsident de la

    Rpublique, un Comit de Pilotage (COP) prsid par le Premier Ministre, un Bureau

  • x

    oprationnel de suivi du Plan Sngal mergent (BOSSE) ainsi que des structures

    dexcution.

    19. Les principaux facteurs de risques pour la russite du PSE concernent linstabilit

    institutionnelle, les rsistances aux changements, la faible appropriation, la faible

    mobilisation des ressources budgtaires, labsence des ressources humaines requises

    pour conduire les rformes et les projets, les retards dans la mise en uvre des rformes

    sur lenvironnement des affaires et la modernisation de lAdministration publique, les

    dpenses sociales imprvues, les alas climatiques (inondations, scheresse), la capacit

    d'absorption limite des ressources ainsi quun suivi-valuation insuffisant.

  • xi

    Executive Summary

    20. For more than fifty years, Senegal has experienced rates of economic growth

    close to the rate of population growth. This poor performance has not permitted a

    sustainable reduction in poverty. Overall, the reduction in poverty incidence has been

    especially weak in rural areas. This situation stands in contrast with the stated

    objectives of the economic and social policy papers so far adopted.

    21. Only the ten-year period 1995-2005 allowed the Senegalese economy to sustain a

    strong growth trajectory which improved income per capita. Since 2006, the growth

    path weakened with the exhaustion of the traditional engines of growth (construction,

    telecommunications, financial services), the lack of dynamism in the private sector, the

    rapid rise in public expenditures, and the persistence of a current account deficit in the

    balance of payments (7.9% of GDP).

    22. With almost 13 million inhabitants in 2014, Senegal continues to experience

    strong population growth (2.5%) even if it has begun the demographic transition. The

    predominantly young population is confronted with limited access to basic social

    services or jobs. The question of employment remains the top priority for households

    and public policy.

    23. The likelihood of achieving the Millennium Development Objectives (MDGs) by

    2015 is diminishing, notably concerning poverty reduction, reduced maternal and

    infant mortality, improving primary school completion, and access to sanitation.

    24. Similarly, the regional development policy pursued to date has proven

    inappropriate given the unequal geographic distribution of the population, economic

    activity, and infrastructure, which has resulted in an excessive weight in the region of

    Dakar and a concentration of most activity in the west and center of the country.

    25. The weakness of GDP growth is explained in part by the insufficient level of

    productivity, economic infrastructure, difficult access to factors of production (water,

    quality inputs), the vulnerability of agriculture to climatic shocks, the weak structure of

    agro-pastoral value chains, problems with access to land and appropriate finance, and

    governance issues.

    26. The sluggishness of the economy is also due to delays in the implementation of

    reforms in the energy sector and the investment climate, the inadequate capacity of the

    state, and problems with the efficiency of public spending, as well as the resistance to

    change by certain actors.

    27. Senegal has decided to adopt a new development model to accelerate its progress

    toward emerging market status. This strategy, entitled the Emerging Senegal Plan

  • xii

    (ESP), now constitutes the reference for economic and social policy in the medium and

    long term.

    28. To this end, the Government commits to a break with the past which will enable

    Senegal to embark on a new development trajectory. This break will result in bold

    actions to raise sustainably the growth potential, stimulate the creativity and initiative

    of the private sector in order to satisfy the high aspirations of the population for a better

    life.

    29. This ambition is summarized in a vision which is An emerging Senegal in 2035

    with social solidarity and the rule of law. The strategic orientations, which will guide

    the initiatives needed to translate this vision into actions and tangible results for the

    benefit of the population, are based on three pillars :

    a structural transformation of the economy through the consolidation of current

    engines of growth and the development of new sectors to create wealth, jobs, and

    social inclusion, with a strong capacity to export and attract investment. This

    pillar is based on a more balanced approach to development, with the promotion

    of regions and economic poles in order to stimulate the potential for development

    across the entire territory ;

    a significant improvement in the well-being of the population, a more sustained

    struggle against social inequality, while preserving the resource base and

    supporting the emergence of viable regions ; and

    the reinforcement of security, stability, governance, the protection of rights and

    liberties, and the consolidation of the rule of law in order to create better

    conditions for social peace and the fulfilment of potential.

    30. The three pillars of the strategy will enable, through their synergies and

    cumulative effects, the creation of the conditions for emergence.

    31. To achieve the objectives of the ESP, it is essential to combine the prior conditions

    or foundations for emergence, tied to the core issue of energy, the establishment of the

    most modern infrastructure to support production, improvements in the investment

    climate, a reinforcement of human capital, and the satisfaction of financing needs. The

    success of the ESP requires strong promotional capacity from the State and clear

    leadership. To this end, the Government is committed to an accelerated program of

    reforms to modernize the public administration to adapt it to the performance

    requirements of the strategy.

    32. As a matter of urgency, the key reforms will be undertaken by 2016 to improve

    substantially the business environment. They will focus, in particular, on

    computerization of administrative procedures, establishment of a fiscal and legal

    framework which is simple and motivating, improvement in the competitiveness of

  • xiii

    factors of production, and the promotion of high-impact investment. These reforms

    should also be accompanied by a proactive economic diplomacy, and deeper regional

    integration, to strengthen regional stability and take advantage of the opportunities

    offered by external markets. The Government will support a greater involvement by the

    Senegalese diaspora in national development.

    33. The public administration will internalize at all levels the culture of transparency

    and accountability, and results-based management, through the creation of mechanisms

    for planning and dedicated monitoring and evaluation, the reinforcement of the

    capacity of human resources, the ownership of policies by all levels of society, and the

    exercise of control by the citizenry.

    34. The ESP will be achieved through a five-year Priority Action Plan (PAP) built on

    the strategic pillars, sector objectives, and main directions of the strategy. The PAP is

    elaborated through development projects and programs incorporated in the 2014-2018

    budget framework.

    35. The PAP is built on the basis of an optimistic scenario evaluated at CFAF 9685.7

    billion. Financing is in place for CFAF 5737.6 billion, or 59.2%, while the financing gap

    is CFAF 2964 billion, or 30.6%, and that to be covered by additional revenues and

    savings on spending is CFAF984 billion, corresponding to 10.2%.

    36. The diligent implementation of key reforms and the PAP projects will permit the

    achievement of annual growth rates averaging 7.1% during the period 2014-2018, and

    the reduction of the fiscal deficit from 5.4% in 2013 to 3.9% in 2018. The current account

    deficit will be brought below 6% in 2018 and the rate of inflation, measured by the GDP

    deflator, will remain below the WAEMU threshold of 3%.

    37. The institutional framework for the implementation of the ESP will consist of : a

    Strategic Orientation Committee, under the authority of the President of the Republic, a

    Steering Committee chaired by the Prime Minister, an operational Bureau for the

    monitoring of the ESP (BOSSE), and executing structures.

    38. The principal risk factors for the success of the ESP are institutional instability,

    resistance to change, weak ownership, inadequate resource mobilization, lack of the

    necessary human resources to conduct the reforms and projects, delays in the

    investment climate reforms and the modernization of public administration,

    unexpected social spending, climatic shocks (flooding, drought), limited absorptive

    capacity, and insufficient monitoring and evaluation.

  • 1

    Introduction gnrale

    39. Depuis lindpendance, en 1960, le Sngal a connu, en moyenne, des taux de

    croissance voisins du crot dmographique. Ces contreperformances nont pas permis

    une rduction significative de la pauvret qui a atteint 67,9% de la population1 au

    lendemain de la dvaluation du franc CFA de 1994. Cest seulement durant la priode

    1995-2005 que lconomie sngalaise sest inscrite sur une bonne trajectoire de

    croissance qui a permis une valorisation du revenu par tte.

    40. Dans lensemble, la baisse de lincidence de la pauvret sest avre

    particulirement faible en milieu rural. Cette situation a eu pour effet dentretenir, voire

    daccentuer lexode rural. Cest dans ce contexte que le Sngal a mis en uvre la

    stratgie de rduction de la pauvret qui a fait lobjet dun document intrimaire en

    2000-2002 et de trois gnrations de Document de Stratgie de Rduction de la Pauvret

    (DSRP) sur la priode 2005-2012. Toutefois, la croissance est reste faible (1,7% en 2011)

    et la tendance la reprise affiche en 2012 a t trs limite (3,6%). Lambition dclare

    dans les DSRP et reprise dans la Stratgie de Croissance acclre (SCA), de doubler le

    PIB en dix (10) ans et le PIB par tte en quinze (15) ans, tait difficilement ralisable sans

    une restructuration de lappareil de production.

    41. Lagenda conomique international post crise prfigure une recomposition des

    rapports conomiques avec lapparition de nouveaux ples de croissance dans les pays

    du Sud et la constitution de grands ensembles.

    42. Le maintien sur plusieurs annes des performances conomiques, les progrs en

    matire de gouvernance politique et lmergence dune classe moyenne renforcent

    lattractivit du continent africain.

    43. En Afrique de lOuest, une bonne dynamique de croissance est engage depuis

    une dcennie. Au sein de la Communaut conomique des tats de lAfrique de lOuest

    (CEDEAO), le taux de croissance en moyenne annuelle sest tabli 6,4% sur la priode

    2008-2012. Dans lUnion conomique et montaire ouest africaine (UEMOA), une

    croissance moyenne de 3,8% a t enregistre sur les cinq dernires annes. Les

    perspectives annoncent une croissance de lordre de 6,4% dans lUEMOA et de 7,4% au

    niveau de la CEDEAO pour les cinq prochaines annes.

    44. Le Sngal, avec une croissance moyenne de 3,1% entre 2008 et 2012, reste encore

    en retrait par rapport cette tendance, avec un secteur priv relativement modeste. La

    bonne trajectoire de croissance post dvaluation sest inflchie depuis 2006 avec

    lessoufflement des moteurs traditionnels. En dpit de ses potentialits naturelles,

    lconomie a galement souffert de labsence de nouveaux leviers de croissance. Le

    1 La part des mnages pauvres est de 61,4% en 1994-1995.

  • 2

    poids du secteur informel, qui reprsente plus de la moiti du PIB, constitue une

    contrainte la transformation structurelle de lconomie.

    45. Le pays connat une dynamique de croissance dmographique soutenue, avec

    une importante population jeune confronte aux possibilits limites dinsertion dans le

    march du travail. De mme, le Sngal fait face une forte demande en services

    sociaux de base.

    46. La pauvret, les ingalits sociales et les disparits territoriales restent

    proccupantes, mettant en vidence lurgence damliorer de manire durable les

    conditions de vie des populations. Ainsi, la perspective datteindre les Objectifs du

    Millnaire pour le Dveloppement (OMD) lhorizon 2015 sloigne de plus en plus,

    notamment en matire de rduction de la pauvret, de baisse de la mortalit maternelle

    et infantile, damlioration du taux dachvement du cycle lmentaire et daccs

    lassainissement.

    47. Cest donc travers un changement de cap que lconomie sngalaise, qui

    dispose dun cadre macroconomique stable et dnormes potentialits, pourrait

    sinscrire dans une nouvelle dynamique de croissance forte, durable et inclusive, de

    plus de 7% lan.

    48. Le Sngal a par consquent dcid dadopter un nouveau modle de

    dveloppement, travers une stratgie qui vise lmergence dans la solidarit

    lhorizon 2035. Cette stratgie constitue le rfrentiel de la politique conomique et

    sociale sur les moyen et long termes. Elle met laccent sur une plus forte impulsion dans

    la cration de richesse et demplois, le renforcement de la gouvernance, le

    dveloppement des secteurs stratgiques ayant des impacts significatifs sur

    lamlioration du bien-tre des populations, la protection des groupes vulnrables et la

    garantie de laccs aux services sociaux de base.

    49. La Vision Sngal 2035 va au-del de latteinte des OMD et cible une insertion

    russie dans les chanes de valeur mondiales.

    50. La nouvelle dynamique de croissance doit sappuyer sur lamlioration de la

    gouvernance dans tous les domaines de la vie conomique et sociale, avec notamment

    le renforcement de la transparence et du principe de reddition des comptes. La forte

    croissance sera galement soutenue par les fondements de lmergence que sont les

    rformes de lenvironnement des affaires et la modernisation de lAdministration

    publique, la disponibilit de lnergie un cot comptitif, la diffusion du numrique et

    la qualit des infrastructures de soutien la production et du capital humain ainsi

    quun financement appropri de lconomie.

    51. Le premier chapitre du prsent document dresse le diagnostic conomique et

    social. La vision, les atouts et opportunits, ainsi que les orientations stratgiques

  • 3

    sectorielles sont ensuite dclins au deuxime chapitre. Le Plan Sngal mergent (PSE)

    est prsent au troisime chapitre travers ses trois axes stratgiques. Le quatrime

    chapitre traite des fondements de lmergence. Le plan dactions prioritaires et le

    cadrage macroconomique sont exposs dans le cinquime chapitre. Enfin, le dispositif

    de mise en uvre et de suivi-valuation est dvelopp au dernier chapitre.

  • 4

    Chapitre I : Diagnostic conomique et social

    1.1. Situation sociale

    1.1.1. Tendances dmographiques

    52. La population du Sngal est estime 12,874 millions dhabitants2 et elle

    connat un taux de croissance annuel de 2,5%. La population totale serait de 15,7

    millions en 2020 et 18,9 millions en 2030, selon les Nations unies. Les moins de 15

    ans reprsentent 42,6% alors que les personnes ges de 60 ans et plus comptent

    pour 5,2% de la population totale, ce qui implique un rapport de dpendance de

    lordre de 86%. Par ailleurs, les moins de 25 ans reprsentent 62% de la population

    totale.

    53. La structure par ge prsente les caractristiques dune population trs

    jeune, linstar des pays traversant la premire phase de la transition

    dmographique. La jeunesse de la population pose avec acuit le problme de la

    formation et de lemploi. La structure par ge ouvre galement une fentre

    dopportunit en termes de bonus dmographique utiliser au mieux dans la

    recherche du dveloppement.

    Graphique 1 : Schma de transition dmographique

    54. Le Sngal a entam sa transition dmographique. Du fait de la baisse

    constate de la fcondit (6,4 en 1986 contre 5,0 enfants par femme en 2011) et de

    limportance de la population en ge de travailler, le pays dispose dune relle

    opportunit travers le dividende dmographique, pour acclrer sa croissance

    conomique.

    2 LANSD a ralis, en fin 2013, un recensement gnral de la population et de l'habitat, de l'agriculture et

    de l'levage ; les premiers rsultats ont t publis en mars 2014.

  • 5

    55. En vue de raliser ce dividende, plusieurs mesures seront ncessaires pour

    accompagner et soutenir les changements dmographiques (baisse de la mortalit

    et de la fcondit), amliorer les conditions sanitaires des populations et relever le

    niveau dducation et de formation afin de disposer des ressources humaines de

    qualit, capables de stimuler la productivit et la croissance de lconomie,

    travers les secteurs forte intensit de main-duvre.

    56. Plus de la moiti de la population sngalaise rside en milieu rural (56%)

    et plus de la moiti des citadins (53,7%) vit dans lagglomration urbaine de

    Dakar.

    Graphique 2: Pyramide des ges de la population sngalaise (2013)

    Source : ANSD

    57. Avec le processus durbanisation, laccroissement de la population non

    agricole se poursuivra lavenir.

    58. La croissance des villes est un puissant moteur du progrs agricole ; elle

    offre aux agriculteurs un dbouch leur production. La promotion de systmes

    alimentaires rsilients passe par une gestion des villes efficace et respectueuse des

    activits qui sy dveloppent, notamment lagriculture urbaine et priurbaine.

    Celle-ci peut assurer aux familles une source de revenu supplmentaire ainsi

    quune meilleure scurit alimentaire, tout en permettant de raccourcir la chaine

    alimentaire en direction du consommateur.

    59. Une urbanisation non maitrise peut, toutefois, se traduire par un transfert

    de pauvret des campagnes vers les villes. Dans leur majorit, les no-urbains,

    confronts aux nouveaux besoins de dpenses induits par la vie en milieu urbain,

    sont exposs la pauvret. Cependant, une majorit dentre eux voit ses

    conditions de vie progressivement samliorer au fil des annes pendant que

    dautres nouveaux venus les remplacent dans la sphre la plus dfavorise de

    lconomie populaire.

  • 6

    1.1.2. Emploi

    60. Lemploi demeure la premire proccupation des mnages (26,8%) devant

    lapprovisionnement en eau potable (18,7%) et la promotion des activits

    productivits (12,6%) ; il est au centre des priorits de la politique de ltat.

    Lemploi des jeunes est considr comme la principale priorit de la

    communaut Dakar (41,9%) et dans les autres villes (36,1%)3.

    61. Lvaluation des lasticits emploi-production laisse apparaitre un niveau

    modeste de la cration demplois la suite dune volution favorable de lactivit

    conomique. Les activits du tertiaire (commerce, services) demeurent les plus

    pourvoyeuses demplois ainsi que les industries manufacturires et extractives.

    62. Le taux de chmage est de 10,2% sur le plan national4. Ce taux est de 7,7%

    chez les hommes et de 13,3% chez les femmes, 12,2% pour les jeunes actifs de 15

    35 ans, contre 7,8% pour la tranche 35-65 ans. En considrant la tranche de la

    population instruite, le chmage est plus frquent chez les personnes du niveau

    dtudes secondaires.

    63. Le taux de chmage des diplms de lenseignement suprieur est

    particulirement lev, et se situe 31% en 2011 contre 16% en 2005. Le

    pourcentage des jeunes en situation de chmage de longue dure5 est de 74%

    pour les diplms du suprieur, 52% chez les diplms du secondaire, 62% pour

    ceux qui ont le niveau primaire et 41% pour ceux qui nont aucun niveau

    dinstruction.

    64. Prs de 46% des jeunes la recherche de leur premier emploi nont reu

    aucune instruction tandis que 24% de leffectif des jeunes ont un niveau

    dinstruction qui ne dpasse gure le primaire.

    65. Dune manire gnrale, une personne sur cinq travaille plein temps au

    Sngal. En plus du sous-emploi important relev dans le secteur agricole, le

    secteur non agricole est galement affect par ce phnomne, mais un degr

    moindre. En 2011, le taux de sous-emploi sest tabli 32% pour lensemble de la

    population en activit, avec une lgre disparit chez les femmes actives (37%). Le

    sous-emploi est plus faible pour les jeunes, de lordre de 28% contre 30% chez les

    adultes.

    66. Cette situation laisse entrevoir un taux lev de dpendance qui se

    traduit, entre autres, par une pression constante sur les individus qui travaillent

    et qui courent, ainsi, le risque de basculer dans la pauvret montaire. Elle

    constitue galement une menace srieuse pour lquilibre social et peut

    3 Enqute sur la perception de la pauvret au Sngal (ANSD, 2011).

    4 Enqute de suivi de la pauvret au Sngal ralise en 2011 (ESPS II).

    5 Attente dun emploi depuis plus dun an.

  • 7

    hypothquer la ralisation du dividende dmographique.

    67. En milieu rural, lexode des jeunes et des femmes actives vers les villes est

    un signe manifeste du dficit demplois productifs. La population active,

    majoritairement agricole, souffre dun taux lev danalphabtisme et de sous-

    emploi en plus de lexposition de ses activits aux alas climatiques.

    68. En milieu urbain, loffre de formation nest pas en adquation avec les

    besoins du march du travail. Globalement, les niveaux de formation

    professionnelle sont faibles et limits.

    69. La faible articulation entre le march du travail, la formation

    professionnelle et la politique daccompagnement pour lemploi, ainsi que le

    manque de transparence du march, constituent des facteurs peu favorables la

    baisse du chmage et du sous-emploi. Le systme dinformation sur lemploi reste

    galement trs peu performant.

    70. La problmatique de lemploi se prsente galement sous langle des

    disparits gographiques et de genre. Les femmes reprsentent plus de la moiti

    de la population totale et 65% de la population active. Elles constituent un

    segment dterminant dans la dynamisation de lconomie. Dans les zones rurales,

    elles sont principalement engages dans l'agriculture et l'levage. En milieu

    urbain, le secteur informel constitue souvent la seule opportunit pour linsertion

    conomique.

    71. Le secteur informel permet de capter la plupart des initiatives de cration

    demplois. Lemploi informel qui reprsente plus de 60% des emplois non

    agricoles, saccentue avec lurbanisation.

    72. Le secteur informel6 non agricole emploie en 2010 un effectif de 2 216 717

    personnes, soit 48,8% de la population active occupe.

    73. La majorit des employs du secteur informel est forme par un patron

    (57,5%), tandis que seuls 4,2% ont suivi une formation technique. Prs de deux

    tiers (64,1%) des travailleurs ont au plus le niveau primaire et 26% parmi eux ne

    disposent daucun niveau dinstruction.

    74. Les employs du secteur informel ont en moyenne 35 ans (34 ans pour les

    hommes et 36 ans pour les femmes) ; deux tiers des travailleurs sont gs de 15

    35 ans. Plus dun travailleur sur deux (55,3%) est li son employeur par un

    contrat par entente directe. Les permanents font 88,2% des effectifs. En termes de

    statut au travail, 19,1% des travailleurs sont leur propre compte, 33,3% sont des

    salaris, 37,2% des apprentis, 6,4% des aides familiaux et 4,2% des associs.

    6 Enqute nationale sur le secteur de linformel au Sngal (ENSIS) ralise en 2011 par lANSD.

  • 8

    Tableau 1 : Emplois dans le secteur informel selon le sexe

    Secteur et branches d'activits Hommes Femmes Total

    Effectif Part Effectif Part Effectif Part

    Industries et BTP 538 381 29,5% 112 697 28,6% 651 078 29,4%

    Industries extractives 16 112 0,9% 2 712 0,70% 18 824 0,8%

    Industries alimentaires 104 478 5,7% 84 814 21,5% 189 292 8,5%

    Autres industries 167 455 9,2% 24 975 6,3% 192 430 8,70%

    Btiments et travaux publics 250 336 13,7% 196 0,0% 250 532 11,3%

    Commerce 558 151 30,6% 125 174 31,8% 683 325 30,8%

    Services 726 258 39,8% 156 058 39,6% 882 316 39,8%

    Restaurants et htels 17 460 1,0% 28 749 7,3% 46 209 2,1%

    Transport 80 464 4,4% 3 074 0,8% 83 538 3,8%

    Autres services 628 334 34,5% 124 235 31,5% 752 569 33,9%

    Total 1 822 790 100% 393 929 100% 2 216 719 100%

    Source : ENSIS, 2011

    75. Les donnes sur lemploi renseignent sur les enjeux en matire

    dinsertion socio-conomique des jeunes ainsi que sur la ncessit doprer des

    ajustements dans les filires de formation et de promouvoir les secteurs fort

    potentiel ainsi que lentreprenariat et lauto-emploi.

    1.1.3. Pauvret et ingalits

    76. Lincidence de la pauvret montaire reste leve, en dpit des politiques

    qui ont t entreprises durant la dernire dcennie. Elle est passe de 55,2% entre

    2001-2002, 48,7% en 2005-2006 et 46,7% en 2011. La pauvret est plus accentue

    en milieu rural avec une incidence de 57,1% contre 26,1% Dakar et 41,2% dans

    les autres villes. Entre 2005 et 2011, la pauvret a lgrement recul, Dakar et en

    milieu rural, et sest stabilise dans les autres centres urbains.

    77. Le caractre faible et erratique de la croissance conomique a compromis les

    chances datteindre lobjectif de rduction de moiti de lincidence de la pauvret

    (34% pour 2015).

    Tableau 2: Indicateurs de pauvret au Sngal, 2001-2011

    Dakar Autres Urbains Rural National

    2001/2002

    Incidence de pauvret 38,1 45,2 65,2 55,2

    Ecart de pauvret 10,2 13,4 21,2 17,3

    Svrit de la pauvret 3,8 5,5 9,2 7,3

    2005/2006

    Incidence de pauvret 28,1 41,4 59,0 48,3

    Ecart de pauvret 6,8 11,6 20,2 15,5

    Svrit de la pauvret 2,4 4,8 9,5 7,0

    2010/2011

    Incidence de pauvret 26,2 41,3 57,3 46,7

    Ecart de pauvret 5,8 13,1 18,7 14,6

    Svrit de la pauvret 2,1 5,9 8,7 6,6

    Source : ANSD

  • 9

    Encadr 1 : Mesure et indicateurs de pauvret

    La pauvret est mesure travers une estimation de la consommation totale dun mnage que

    lon divise par le nombre des membres du foyer, sur la base des quivalents adultes ,

    sachant que les enfants ne consomment pas autant que les adultes. Cela donne la consommation

    par tte. Un seuil de pauvret est ainsi calcul, reprsentant un niveau de vie minimum

    acceptable et incluant une composante alimentaire et une autre non-alimentaire. Une personne

    est considre comme pauvre lorsque sa consommation est en de du seuil de pauvret. Le

    seuil de pauvret alimentaire reprsente le niveau minimal de consommation dont une

    personne a besoin pour satisfaire ses besoins minimaux en calories en vue dassurer sa

    subsistance.

    Au Sngal, il est estim quun adulte a besoin de 2.400 kilocalories par jour. Ceux qui ne

    parviennent pas atteindre ce niveau de consommation alimentaire, mme si leur

    consommation totale est consacre lalimentation, sont considrs comme tant dans une

    situation de pauvret extrme ou de pauvret alimentaire .

    Seuils de pauvret en 2011 en FCFA par mois

    adulte seul

    parents avec 2 enfants

    parents avec 6 enfants

    Seuil de pauvret global

    Dakar 30 829 92 487 154 145

    Autres urbains 24 603 73 808 123 013

    Rural 18 434 55 303 92 171

    Seuil de pauvret alimentaire (ou extrme pauvret)

    Dakar 13 474 40 422 67 370

    Autres urbains 12 736 38 208 63 680

    Rural 11 548 34 645 57 742

    Source: ANSD et Banque mondiale

    78. En 2011, les rgions de Kolda (76,6%), Kdougou (71,3%), Sdhiou (68,3%),

    Fatick (67,8%) et Ziguinchor (66,8%) ont prsent les niveaux de pauvret les plus

    levs. Par ailleurs, lincidence de la pauvret montaire est de 34,7% chez les

    personnes vivant dans des mnages dirigs par des femmes, contre 50,6% chez les

    personnes vivant dans les foyers dirigs par des hommes. Ltat matrimonial du

    chef de mnage implique une diffrenciation : lincidence de la pauvret est de

    36,3% chez les personnes vivant dans des mnages dirigs par des clibataires,

    46,7% chez les mnages monogames et 50,1% chez les mnages polygames. Le

    taux de pauvret des personnes vivant dans des mnages dirigs par des

    clibataires est de 16,4% Dakar, 39,0% dans les autres villes et 49,4% en milieu

    rural. Les mnages dirigs par des personnes ges de plus de 60 ans, souvent

    inactives ou retraites, sont plus touchs par la pauvret.

  • 10

    Graphique 3 : Taux de pauvret par rgion en 2011

    Source : ANSD

    79. Lindice des ingalits lies au genre, qui est de 0,57% en 2011, traduit la

    persistance de grandes disparits sociales entre hommes et femmes au Sngal. En

    2012, lindice des institutions sociales et le genre (SIGI) de lOCDE a class le

    Sngal au 41me rang sur 86 pays, avec une valeur de 0,23 (0 reprsentant

    lgalit). La violence contre les femmes, les ingalits des droits dans le mariage

    et dans la famille et les normes sociales discriminatoires contre les femmes

    constituent des dfis majeurs pour lgalit de genre.

    80. Les disparits entre les rgions portent sur laccs aux infrastructures de

    base : eau potable et assainissement, infrastructures de transport, de stockage, de

    conservation et de transformation des produits locaux, lectricit et

    amnagements hydro-agricoles.

    1.1.4. Accs aux services sociaux de base

    81. Linsuffisance du capital humain demeure un des facteurs explicatifs de la

    faiblesse de la productivit. Les niveaux dducation et de comptence sont encore

    relativement bas et les domaines couverts assez limits. Il en dcoule une

    productivit faible en raison dune insuffisante matrise et dune application

    limite de la science et de la technologie. Cette situation conduit lutilisation de

    techniques de production rudimentaires, notamment dans le secteur de

  • 11

    lagriculture et de lartisanat. Les statistiques7 ont montr que 72,4% des chefs de

    mnage nont aucun niveau dinstruction.

    82. Au niveau de l'ducation, des efforts importants ont t consentis pour

    accrotre le niveau dinstruction de la population et dvelopper les comptences.

    Cest ainsi que le taux brut de prscolarisation est pass de 8,0% en 2006 12,1%

    en 2013. Le taux brut dadmission au cours dinitiation a gagn environ 6 points

    entre 2006 et 2013, en passant de 103,2% 108,9%. Le taux brut de scolarisation au

    primaire sest tabli 93,0% en 2013 (1,8 million dlves), contre 83,4% en 2006

    (1,5 million dlves), avec dimportantes disparits rgionales : Dakar (115,9%) et

    Ziguinchor (98,0%) enregistrent les niveaux les plus levs tandis que Kaffrine

    (53,0%) et Diourbel (61,9%) affichent de moins bonnes performances.

    83. Lobjectif du millnaire pour le dveloppement relatif lducation pour

    tous (EPT) nest cependant pas encore atteint puisque le taux net de scolarisation

    au primaire en 2011 est de 59,6% contre 54,6%, en 2005. Cette situation se traduit

    par un retard scolaire pour un nombre important denfants ayant dpass lge

    normal dinscription au primaire. Le taux dachvement du cycle primaire nest

    pas encore satisfaisant mme sil a connu une volution positive, depuis 2006, en

    passant de 49,7% 65,9%, en 2013. Ainsi, plus dun tiers des enfants en ge

    scolaire nachve pas le cycle primaire.

    84. La demande de scolarisation non satisfaite dune part, et limportance des

    abandons, 9,8% en 2013 dautre part, limitent les progrs. Aussi, les ratios lves-

    enseignants sont rests levs au primaire : 51 lves par enseignant en 2000,

    contre 36,6 en 2013. Ces ratios reprsentent plus du double des rsultats

    enregistrs dans la plupart des pays mergents o ils se situent aujourdhui entre

    15 et 25 lves par enseignant.

    85. Les efforts en matire dalphabtisation ont t faibles malgr leur

    importance pour latteinte des objectifs du millnaire pour le dveloppement.

    86. Les taux bruts de scolarisation dans les cycles moyen et secondaire sont

    respectivement de 58% et 28% en 2013. La forte progression de la scolarisation

    dans les cycles denseignement moyen et secondaire a eu pour consquence

    mcanique une augmentation proportionnelle de la demande potentielle

    denseignement suprieur. La tendance la baisse de la proportion des bacheliers

    des sries scientifiques et techniques amorce partir de 2005 sest poursuivie.

    87. Dans le domaine de lenseignement technique et de la formation

    professionnelle, les efforts consentis restent insuffisants. Seuls 5% des lves

    voluent dans ces filires. Les donnes sur lenseignement technique et la

    formation professionnelle montrent des disparits rgionales importantes. La

    7 Enqute de suivi de la pauvret au Sngal ralise en 2011 (ESPS II).

  • 12

    rgion de Dakar concentre toujours la majorit des effectifs inscrits (62,5%) et

    lessentiel de loffre prive (79,3%) tandis que les rgions de Louga, Matam et

    Fatick comptent les effectifs les plus faibles. Les rsultats en matire

    denseignement professionnel et technique sont trs en de de lobjectif

    dabsorption de 25% des sortants de lcole fondamentale, prconis dans les

    diffrentes lettres de politique gnrale du secteur.

    Graphique 4 : Portrait de la formation professionnelle

    Source : Banque mondiale, Programme de dveloppement de lducation et de la formation

    88. Lenseignement suprieur est marqu par la croissance rapide des effectifs

    valus 122 970 tudiants en 2012 et projets 223 800 tudiants en 2018. Le

    nombre de nouveaux bacheliers est de 33 831 en 2012. Laccueil de ce flux

    important dans les universits publiques constitue un problme aigu, malgr la

    contribution croissante du priv dans le renforcement de loffre. Les coles prives

    denseignement suprieur absorbent prs de 30% de la demande et ce pourcentage

    est appel croitre.

    89. Malgr la cration de nouvelles universits publiques (Bambey, This,

    Ziguinchor), lmergence dinstitutions denseignement suprieur prives et la

    monte en puissance de luniversit Gaston Berger, luniversit Cheikh Anta Diop

    reste engorge. La rgion de Dakar concentre 80% des universits et coles

    suprieures publiques et prives- et 80% des effectifs dtudiants du public. Le

    dveloppement de loffre publique tarde couvrir la demande annuelle

    grandissante. Le taux daccs lenseignement suprieur reste limit et lessentiel

    des tudiants, au moins 80%, sont dans les filires littraires.

  • 13

    Graphique 5 : Portrait de lenseignement suprieur

    Source : Annuaire statistique de lenseignement suprieur 2009-2010 ; Banque mondiale, CNAES et

    PDSER 2013

    90. La problmatique de lengorgement des tablissements denseignement

    suprieur publics subsistera aussi longtemps que loffre restera peu dveloppe et

    que des alternatives de formation diffrentes de luniversit ne soffriront pas aux

    bacheliers. En mme temps, laccent devra tre mis sur les possibilits de

    formations professionnelles courtes, initiales et continues tout au long du cursus

    scolaire.

    91. De manire gnrale, le principal problme du systme ducatif rside

    dans son inefficacit interne (taux dachvement faible, taux dabandon lev,

    taux net de scolarisation faible) et sa gouvernance (pertinence dans lallocation

    et la gestion des ressources). Linefficacit se traduit par la faible qualit des

    enseignements du fait de linsuffisance du matriel didactique et des capacits

    daccueil, de la disparit dans la rpartition des infrastructures, du dficit

    denseignants dans les filires scientifiques et techniques. En outre, les impacts

    ngatifs des perturbations rcurrentes du systme influent sur le calendrier

    scolaire et rduisent le quantum horaire.

    92. Le financement du systme ducatif est tributaire des efforts de ltat, des

    collectivits locales et des mnages. Les crdits vots en faveur de lducation dans

    le budget de ltat ont connu une forte volution entre 2000-2011, passant de 105

    432 milliards, soit un taux daccroissement moyen annuel de 12,5%. La part de

    lducation dans les dpenses publiques totales sur financement interne et hors

  • 14

    intrts de la dette est, en moyenne, pour la dcennie 2000-2011, de 21%. Par

    rapport la richesse nationale, le Sngal dpense plus du double de la moyenne

    des pays dAfrique subsaharienne.

    93. Le Sngal dpense galement, de faon absolue, plus par tudiant que tous

    les autres pays d'Afrique de l'ouest. Les dpenses par tudiant8 sont deux fois plus

    importantes compares lInde, Madagascar et la Cte dIvoire. Elles sont restes

    relativement constantes en termes nominaux, atteignent en moyenne 883 091

    francs CFA (3 402 dollars US PPA9) par an. Ce qui fait figurer le pays parmi ceux

    qui accordent le plus de ressources pour une esprance de vie scolaire faible.

    94. La contribution du secteur priv dans llargissement de loffre pour tous

    les ordres denseignement, notamment dans la cration de centres dexcellence

    vocation sous-rgionale reste faible.

    95. Laccs la technologie se dveloppe travers des activits continues de

    recherche et dveloppement. Toutefois, le Sngal a encore des efforts importants

    faire en matire de recherche et dutilisation des nouvelles technologies, surtout

    dans la coordination des activits de recherche, la production scientifique et

    technologique et le financement des institutions de recherche.

    96. Au niveau de la sant, le Sngal na pas encore atteint les normes

    prconises par lOrganisation mondiale de la Sant (OMS), en termes de

    couverture en infrastructures sanitaires et de personnel qualifi. Pour ces deux

    indicateurs, la rpartition reste trs ingale sur le territoire, au dtriment de

    plusieurs zones rurales. Il en est de mme de la disponibilit et de la qualit des

    plateaux mdicaux. Laccessibilit des soins se pose avec acuit, notamment pour

    les segments les plus pauvres de la population, qui ne bnficient pas dune

    couverture par rapport au risque maladie. Aujourdhui, seul un sngalais sur

    cinq a accs une couverture maladie publique ou prive.

    97. Le secteur priv de la sant contribue pour 0,2% du PIB en 2010. La sant

    prive au Sngal gnre de nombreux emplois indirects: para mdecine

    (kinsithrapie, cabinets dinfirmiers, etc.), pharmacies, laboratoires danalyses. La

    mdecine prive a largement contribu au relvement du plateau technique avec

    lintroduction du scanner, de lImagerie Rsonance magntique (IRM), des

    analyses de laboratoire de pointe, la procration mdicalement assiste, la

    chirurgie clioscopique, lassurance qualit dans le domaine de la sant, la

    numrisation et le dossier mdical informatis.

    98. Le paludisme demeure la premire cause de morbidit au Sngal.

    Toutefois, les efforts consentis ces dernires annes se sont traduits par une baisse

    8 Revue des dpenses dans lducation, CRES.

    9 Parit de pouvoir dachat

  • 15

    spectaculaire de la morbidit proportionnelle palustre qui est passe de 39,7%, en

    2000, 3%, en 2009.

    99. Par ailleurs, les maladies cardiovasculaires sont devenues un vritable

    problme de sant publique du fait de laugmentation de leur incidence.

    Longtemps ngliges face lampleur des maladies transmissibles, elles

    constituent dsormais la deuxime cause de mortalit, aprs le paludisme, dans les

    structures de sant. Il sagit de maladies chroniques, coteuses avec un taux lev

    de morbidit et de mortalit. Parmi les facteurs de risque associs aux maladies

    cardiovasculaires, on peut noter lhypertension artrielle (50%), le tabagisme

    (47%), lobsit (23%), le cholestrol (12,5%) et le diabte (11,6%). Linsuffisance

    cardiaque constitue un sujet de proccupation majeure car tant la premire cause

    dhospitalisation dans les services de cardiologie des hpitaux avec un taux qui

    varie entre 37 et 40%.

    100. Le taux de prvalence du VIH/SIDA est de 0,7%, en 2010-11. Il est rest

    invariable par rapport 2005. Les femmes des rgions de Kdougou (2,5%) et de

    Kolda (2,4%), et celles ayant atteint un niveau dinstruction primaire (1,2%) ont

    des taux de sroprvalence plus levs que les autres. Chez les hommes, cest dans

    la rgion de Kolda (2,4%) et, dans une moindre mesure, Tambacounda (1,2%) et

    Ziguinchor (0,9%) que le niveau de la sroprvalence est le plus lev. Cette

    maitrise du taux de prvalence au niveau national rsulte des efforts de ltat qui a

    mis en place des programmes efficaces de lutte contre la propagation du

    VIH/SIDA et la prise en charge des sropositifs, travers la gratuit des anti-

    rtro-viraux.

    101. Un examen de lvolution de la mortalit des enfants au cours des quinze

    dernires annes montre que, quel que soit le type de mortalit, le niveau a

    sensiblement flchi dans la priode. Ainsi, de 68 en 1997 (EDS III), elle est

    passe 61 en 2008 (EDS IV) et 47 en 2011 (EDS-MICS), soit une baisse

    globale de 45,6%. La diminution de la mortalit juvnile dans la priode a t plus

    forte : le taux est tomb de 70 26, soit une chute de 63% et un niveau 2,7 fois

    plus bas en 2009 quen 2001. Comme pour la mortalit infantile, la baisse de la

    dernire priode est plus importante (46% entre 2005 et 2009 contre 31% entre 2001

    et 2005).

    102. Malgr les progrs enregistrs, la mortalit infanto-juvnile demeure leve.

    Elle est passe de 139 en 1997 72 en 2011. Cette baisse sexplique, en partie,

    par une amlioration significative de la couverture vaccinale, au niveau national,

    qui est passe de 59% 63% denfants de 12-23 mois. Ainsi, latteinte de lobjectif

    de rduire la mortalit infanto-juvnile 44 dcs pour mille naissances vivantes,

    lhorizon 2015, peut tre compromise.

  • 16

    103. Le taux de malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans a diminu

    de moiti, en passant de 30% en 2000 16% en 2011. En revanche, en 2011, prs

    dun enfant sur six (18%) contre 17% en 2005, souffrent d'insuffisance pondrale et

    5% d'insuffisance pondrale svre contre 3%, en 2005. En milieu rural, 21% des

    enfants sont atteints de cette forme de malnutrition contre 12%, en milieu urbain.

    La prvalence de linsuffisance pondrale est leve dans les rgions de Sdhiou

    (27%), Kolda (26%), Saint-Louis (25%), Matam (25%), Kaffrine (24%), Louga (23%),

    Tambacounda (22%) et Kdougou (21%) o plus dun enfant sur cinq sont atteints

    par ce phnomne. Dakar est la rgion o la prvalence de l'insuffisance pondrale

    est la plus faible (9%).

    104. La mortalit maternelle slve 392 dcs pour 100 000 naissances vivantes

    en 2010-11 soit une baisse de 2%, en 6 ans. Son rythme de rduction est trop lent

    pour atteindre la cible de lOMD, qui est de 127 dcs pour 100 000 naissances

    vivantes, lhorizon 2015. Toutefois, des efforts ont t consentis dans le domaine

    de la sant maternelle avec la proportion daccouchements assists par un

    personnel qualifi, qui est passe de 49% en 1999 65,1% en 2010-11 (EDS-MICS).

    Le taux de consultation prnatale est pass 93,3%, en 2010-11, contre 74%, en

    2007. Parmi les causes de la mortalit maternelle, on trouve les pathologies

    obsttricales directes telles que les hmorragies, lhypertension artrielle et ses

    complications, les dystocies et les infections mais aussi les causes obsttricales

    indirectes domines par lanmie et le paludisme.

    Graphique 6 : Evolution de lesprance de vie

    Source : OMS et base de donnes IHME

  • 17

    105. Depuis vingt-ans, le Sngal a amlior lesprance de vie des populations

    (prs de 60 ans) mais reste en retrait par rapport au Maroc (prs de 70 ans), au

    Ghana (plus de 60 ans) et au Costa Rica (prs de 80 ans).

    106. Des progrs notables ont t constats dans laccs leau potable alors que

    les rsultats pour laccs lassainissement demeurent encore faibles. Les taux

    daccs leau potable sont de 99,6% en milieu urbain et 81,2% en milieu rural en

    2012. Si les tendances actuelles se maintiennent, lobjectif daccs leau potable

    pour 100% des populations urbaines et 82% des populations rurales pourrait tre

    atteint. Ces rsultats sont obtenus grce aux importants investissements consentis

    dans le cadre du Programme Eau Potable et Assainissement du Millnaire

    (PEPAM). Toutefois, le principal dfi demeure aujourdhui la fourniture rgulire

    en eau potable de qualit pour toutes les rgions.

    107. Le taux daccs lassainissement en milieu urbain est pass de 62,0%, en

    2005, 62,4%, en 2012. En milieu rural, ce taux est pass de 26,2%, en 2006,

    35,6%, en 2012. Beaucoup defforts restent encore faire pour renforcer laccs des

    populations un systme dassainissement adquat des eaux uses.

    Encadr 2 : Focus sur les OMD

    Par rapport latteinte des OMD en 2015, le Sngal enregistre des performances au niveau de certains secteurs et des retards sur dautres indicateurs :

    le niveau dincidence de la pauvret qui est de 46,7% en 2011 est encore loin de la cible fixe 34% ;

    le rythme de progression du taux dachvement du cycle primaire de 66,7% demeure faible par rapport lobjectif qui est de 90% ;

    la mortalit des moins de cinq ans est passe de 121 pour mille (2005) 72 pour mille (2011) mais le Sngal a de faibles chances datteindre la cible qui est de 44 pour mille ;

    la rduction de la mortalit maternelle est galement lente avec un taux de 392 dcs pour 100000 naissances vivantes contre une cible de 127 dcs 100000 naissances vivantes ;

    les performances pour lassainissement restent encore en de de lobjectif fix 76% aussi bien en zone urbaine (63,3%) que rurale (34,3%) ;

    les tendances en matire dgalit des sexes et dautonomisation des femmes sont bonnes au niveau de la parit dans lenseignement primaire mais devront se prolonger dans les autres cycles. Il en est de mme de la reprsentativit des femmes dans les instances totalement ou partiellement lectives avec un taux de 43% au Parlement ;

    les taux de prvalence du paludisme et du VIH/Sida (0,7%) sont maintenus des niveaux trs faibles avec de relles chances datteindre les cibles fixes ;

    les rsultats en matire daccs leau potable sont en ligne avec les objectifs des OMD avec un taux de 98,7% en milieu urbain et 80,1% en zone rurale ; et

    les efforts faits en matire de conservation de la biodiversit et de gestion et des ressources environnementales concourent la ralisation des objectifs dfinis dans la politique de dveloppement durable.

    108. Les zones urbaines et rurales font face un manque important

    dinfrastructures dassainissement. En outre, la rcurrence des inondations, au

  • 18

    cours de ces dernires annes (2005 et 2013), met en vidence le dficit de

    planification urbaine et de gestion de loccupation de lespace, entranant la

    prolifration de quartiers dans des zones non aedificandi, linstallation anarchique

    des populations sur des voies deau, dans des zones mal amnages, inondables et

    dpourvues de systmes adquats dassainissement et dvacuation des eaux.

    109. Le Sngal nchappe pas galement aux problmes poss par

    laugmentation continue de la production de dchets solides dont les principaux

    effets sont linsalubrit du cadre de vie, la pollution de lenvironnement, et la

    recrudescence des maladies diarrhiques, infectieuses et parasitaires qui portent

    atteinte la sant publique.

    110. En matire dhabitat et de cadre de vie, le Sngal reste confront aux effets

    dune urbanisation rapide et mal matrise. Dans la plupart des villes, les zones

    insalubres et impropres lhabitat reprsentent 30 40% de lespace occup et

    concentrent une proportion importante de la population. Ainsi, loccupation

    anarchique de lespace, lhabitat prcaire, les problmes dhygine et de sant

    publique entrans par les inondations, linscurit lie la mal-urbanisation sont

    un ensemble de facteurs qui ont amplifi la vulnrabilit des populations et

    favoris la dgradation du cadre de vie dans les quartiers populaires.

    111. Laccs au logement reste une forte proccupation pour la majorit des

    sngalais, du fait des difficults daccs au crdit pour les populations faibles

    revenus et irrguliers (difficults de fournir des hypothques sur le titre de

    proprit, crdit promoteur pratiqu des taux peu avantageux 9 12% pour du

    court terme), du dficit de foncier viabilis, de la faiblesse des rserves foncires,

    en particulier Dakar.

    112. Selon les rsultats de ltude monographique sur les services immobiliers

    du logement Dakar (EMSILD) de 2010, 51,6% des chefs de mnage sont des

    locataires. Avec un poids moyen de 25%, la charge locative du logement constitue

    un des principaux postes de dpenses mensuelles en biens et services des

    mnages. Ces chiffres rvlent les fortes tensions sur laccs au logement des

    populations et les consquences sociales qui en dcoulent, au regard des charges

    sur les ressources budgtaires de la majorit de la population, en particulier des

    segments les moins favoriss.

    113. A ces contraintes, sajoutent : i) la faiblesse des moyens publics consacrs

    lamnagement et la viabilisation des terrains ; ii) une fiscalit peu incitative

    pour les promoteurs ; et iii) la complexit des procdures et les surcots lis

    lacquisition des parcelles et lamnagement des voiries et rseaux divers. On

    note aussi la trs faible participation des socits concessionnaires la viabilisation

    primaire des tablissements humains planifis et labsence dinstruments de

    financement adapts pour lhabitat social.

  • 19

    114. Ces difficults sont exacerbes par un cosystme de construction

    insuffisamment dvelopp, avec un grand nombre de petites entreprises

    informelles peu structures, des cots levs de la construction tirs par des prix

    de matriaux levs notamment dus leur importation massive et la forte

    spculation sur le foncier due la raret des terrains et parcelles.

    115. Les mesures en matire de protection sociale restent encore limites. Les

    filets de scurit sociale ne sont pas capables de ragir rapidement et, encore

    moins, daugmenter lchelle et lenvergure des rponses aux crises. Les systmes

    formels dassurance maladie noffrent lopportunit de couverture du risque

    maladie quaux familles dont le chef est employ dans le secteur moderne. Ce

    dispositif ne prend en compte que 20% de la population et exclut la majorit des

    sngalais (80%) employs dans les secteurs ruraux et informels. Cette situation a

    amen ltat mettre en place le programme de Couverture Maladie Universelle

    (CMU) pour garantir, travers la mutualisation, laccs de la population un

    paquet minimum de soins. Ainsi, le nombre de mutuelles de sant f