Philosophes - fnac-static.com

of 23 /23
PHILOSOPHES DE BACHELARD À DERRIDA Louis Monier Marc Le Ny Préface de Monique Dixsaut © Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-54835-8

Embed Size (px)

Transcript of Philosophes - fnac-static.com

PhilosophesPHILOSOPHES D E B A C H E L A R D À D E R R I D A
Louis Monier Marc Le Ny
Préface de Monique Dixsaut
© Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-54835-8
Émil Michel CIORAN 40
Gaston BACHELARD 12
Gabriel MARCEL 14
Jean GUITTON 16
Vladimir JANKÉLÉVITCH 18
Raymond ARON 20
Jean-Paul SARTRE 22
Gilles DELEUZE 82
Jean-Pierre FAYE 84
Michel FOUCAULT 86
Robert MISRAHI 88
Jean BAUDRILLARD 90
Bernard BOURGEOIS 92
Pierre BOURDIEU 94
Jacques DERRIDA 96
Michel SERRES 98
Alexis PHILONENKO 100
Paul VIRILIO 102
Monique DIXSAUT 104
Raymond BOUDON 106
“ ”
JACQUES MARITAIN
• Primauté du spirituel (1927) • De la philosophie chrétienne (1933) • Humanisme intégral (1936) • De Bergson à Thomas d’Aquin. Essais de métaphysique et de morale (1944)
• Court Traité de l’existence et de l’existant (1947)
• Le Paysan de la Garonne (1966) • L’Impossible antisémitisme (2003)
Chef de file du « néothomisme » qui renouvelle le thomisme,
la doctrine officielle de l’Église, avec Étienne Gilson, il s’est proposé
d’unir la philosophie de saint Thomas d’Aquin, la foi catholique
et l’époque moderne. Professeur d’histoire de la philosophie à l’Institut
catholique de Paris, au Canada et aux États-Unis, Jacques Maritain
participa également à la fondation de l’Unesco. Son œuvre
étudie le rapport de la foi et de la croyance religieuse aux apports
des sciences contemporaines.
Non seulement l’état d’esprit démocratique vient de l’inspiration évangélique, mais il ne peut pas subsister sans elle. (Christianisme et Démocratie)
10
( 1882-1973)
BIBLIOGRAPHIE POUR DÉCOUVRIR
GASTON BACHELARD
• Le Nouvel Esprit scientifique (1934) • La Formation de l’esprit scientifique (1938)
• L’Eau et les Rêves. Essai sur l’imagination de la matière (1942)
• La Flamme d’une chandelle (1961)
Gaston
BACHELARD
( 1884 -1962)
“ ” Gaston Bachelard, après avoir été reçu à l’agrégation de philosophie,
fut professeur des sciences à Dijon puis à la Sorbonne. Son œuvre
est parmi les plus importantes de la philosophie française du XXe siècle.
Elle a profondément marqué l’épistémologie française, qu’il a engagée
dans la voie de l’épistémologie historique. Il s’est consacré à la réflexion
sur la science en en proposant une compréhension renouvelée.
Autour de la notion d’« obstacle épistémologique », il défend l’idée que
la science progresse de manière discontinue, par crise, et que la raison
doit lutter non seulement contre la complexité des phénomènes
à comprendre mais contre les notions figées qu’elle produit elle-même.
Cependant, le génie bachelardien est plus large. Il embrasse aussi
l’activité poétique et l’imaginaire, qui s’y déploie sous forme d’images
fondamentales dont il propose la description.
12
Quand il se présente à la culture scientifique, l’esprit n’est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l’âge de ses préjugés. (La Formation de l’esprit scientifique)
philo1.qxd:Mise en page 1 9/09/11 15:23 Page 12
philo1.qxd:Mise en page 1 13/09/11 9:35 Page 13
14
“ ”
GABRIEL MARCEL
• Journal métaphysique (1927) • Être et Avoir (2 volumes, 1935) • Homo viator (1944) • Le Mystère de l’Être (1951) • Position et approches concrètes du mystère ontologique (1967)
Gabriel Marcel renonça au professorat pour se consacrer au journalisme,
à la philosophie et à une carrière de dramaturge (il publia une trentaine
de pièces). Sa pensée refuse les doctrines philosophiques abstraites
pour s’attacher à la vie concrète, à l’existence telle qu’elle se déploie
effectivement dans l’expérience. À ses yeux de philosophe chrétien,
l’existence se donne à l’homme comme un mystère que l’on ne peut
réduire ou conceptualiser sans le manquer tel qu’il est vécu. Ainsi,
l’existence précède la connaissance. Ce qui est premier ce sont donc les
rencontres avec autrui, le monde, la vie, et non les certitudes rationnelles.
La philosophie de Gabriel Marcel, de notoriété internationale
après la Seconde Guerre mondiale, annonce le courant existentialiste
en France, porté par Sartre, même s’il refusa de porter l’étiquette
d’ « existentialisme chrétien ».
Le problème est quelque chose qui barre la route. Il est tout entier devant moi. Au contraire, le mystère est quelque chose où je me trouve engagé, dont l’essence est, par conséquent, de n’être pas tout entier devant moi. (Être et Avoir)
15
” Disciple de Maurice Blondel, de Jacques Chevalier et de Léon
Brunschvicg, professeur à l’université de Montpellier et à la Sorbonne,
élu à l’Académie française en 1961, Jean Guitton puise son inspiration
philosophique dans le catholicisme et dans l’œuvre de Bergson.
Sa thèse, publiée en 1933, portait déjà sur la question du temps
chez Plotin et saint Augustin. Mais sa réflexion s’ouvre plus largement
aux questions morales et vise une réconciliation et une compréhension
de la modernité et du catholicisme. Penseur catholique, il tenta d’unir
la raison et la foi. Il participa ainsi au concile Vatican II.
Jean
GUITTON
( 1901-1999)
“Toutes les époques ont leurs lacunes et leurs erreurs. Si l’on me demandait quel est le défaut majeur de la nôtre, je répondrais que c’est la confusion et le renversement des valeurs. (Mon testament philosophique)
16
JEAN GUITTON
• Le Temps et l’Éternité chez Plotin et saint Augustin (1933)
• L’Existence temporelle (1949) • Pascal et Leibniz (1950) • Le Travail intellectuel (1951) • Dialogues avec Paul VI (1967) • Dieu et la Science (avec Igor et Grichka Bogdanoff, 1991)
• Mon testament philosophique (1997)
17

VLADIMIR JANKÉLÉVITCH
• La Mauvaise Conscience (1933) • L’Ironie (1936) • Le Traité des vertus (1949) • Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien (1957)
• La Musique et l’Ineffable (1961) • La Mort (1966) • La Musique et les Heures (1988) • Cours de philosophie morale (2006)
Vladimir Jankélévitch peut être légitimement considéré comme un
grand professeur de philosophie qui proposa également une œuvre
de philosophie morale originale. Après s’être passionné pour la culture
et l’art allemand (il était notamment musicien et musicologue prolixe),
il fut brisé par le nazisme : il renonça à lire la moindre ligne d’un auteur
allemand et à jouer une seule note d’un compositeur allemand après
la Seconde Guerre mondiale. Professeur, en particulier à la Sorbonne
pendant près de trente ans, Jankélévitch voit l’essentiel de notre existence
morale dans les actes, ponctuels et créateurs, où nous effectuons
un choix authentique. Dans de nombreux ouvrages il proposa des
descriptions phénoménologiques des vertus et des conduites humaines.
Ce sont dorénavant des classiques.
Vladimir
JANKÉLÉVITCH
( 1903-1985)
“Il n’y a que le vrai qui ne soit pas vraisemblable, il n’y a que le romanesque artificiel qui soit en tous points convaincant. (L’Ironie)
18
“ ”Raymond
RAYMOND ARON
• Démocratie et Totalitarisme (1965) • Les Étapes de la pensée sociologique (1967)
• La Révolution introuvable. Réflexions sur les événements de mai (1968)
• Les Dernières Années du siècle (1984)
Raymond Aron, qui eut une brillante carrière universitaire (étudiant
à l’École normale supérieure, professeur à la Sorbonne et au Collège
de France, directeur d’études à l’École des hautes études), fut également
un journaliste prolixe (L’Express, Le Figaro) et un essayiste inspiré. Sa
pensée est engagée dans son siècle. Il prend position, philosophiquement,
contre toute philosophie de l’histoire, et politiquement, contre le
totalitarisme et la colonisation. De ses principales œuvres se dégage
une philosophie de la liberté politique qui inspirera la tradition libérale
française (Manent, Boudon, Kriegel, Gauchet).
La liberté, possible pour la théorie, affective dans et par la pratique, n’est jamais entière. Le passé de l’individu délimite la marge dans laquelle joue l’initiative personnelle. La situation historique fixe les possibilités de l’action politique. (Démocratie et Totalitarisme)
21
( 1905-1983)
“ ” Jean-Paul
SARTRE
JEAN-PAUL SARTRE
• L’Être et le Néant (1943) • Huis clos (1944) • Les Chemins de la liberté (3 volumes, 1945)
•L’existentialisme est un humanisme (1945) • Saint Genet, comédien et martyr (1952) • Critique de la raison dialectique (1960) • Sartre. L’Âge des passions (un film de Claude Goretta, avec Denis Podalydès et Anne Alvaro, 2006)
Figure intellectuelle de premier plan au XXe siècle, par son œuvre
comme par son engagement dans les combats politiques de son temps
(anticolonialiste, socialiste critique, fondateur des Temps modernes
avec Albert Camus) aux côtés de Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre
est tout à la fois un écrivain, un philosophe et un dramaturge prolixe.
Il a développé une philosophie phénoménologique et existentialiste.
En rupture avec la conception classique du sujet et de la nature humaine,
il pense l’existence à partir de la notion de condition humaine.
En refusant l’idée d’une nature humaine qui déterminerait à l’avance
ce que nous devons être, il pense l’homme comme un être libre,
qui doit devenir ce qu’il n’est pas encore, et que seuls ses actes peuvent
révéler. Par ailleurs, il a tenté de mettre sur pied une morale et une
pensée politique en accord avec ses conceptions.
Nous sommes condamnés à être libres. (L’existentialisme est un humanisme)
23
( 1905-1980)
” BIBLIOGRAPHIE POUR DÉCOUVRIR
MAURICE DE GANDILLAC
• Philosophie de Nicolas de Cues (1941)
• Dante (1968) • « La Philosophie de la Renaissance » (in Histoire de la philosophie, tome II, « Encyclopédie de la Pléiade », 1973)
• Genèses de la modernité (1992) • Le Siècle traversé. Souvenirs de neuf décennies (1998)
Maurice de Gandillac fut l’étudiant de Gilson, Marcel et Brunschvicg.
Professeur émérite à la Sorbonne, où il occupa pendant près
de quarante ans la chaire d’Histoire de la philosophie du Moyen Âge
et de la Renaissance, il fut l’un des spécialistes mondiaux de la
philosophie médiévale. Ses études sur Nicolas de Cues ou Plotin
font autorité. Mais il fut aussi un connaisseur de la philosophie
moderne. Il dirigea la publication des œuvres complètes de Nietzsche
et fut un traducteur historique de la philosophie allemande (Scheler,
Brentano, Bloch, Benjamin, Lukács). Il fut ainsi une figure importante
de la vie philosophique française du XXe siècle et professeur de nombreux
auteurs des générations suivantes : Michel Foucault, Jacques Derrida,
Jean-François Lyotard, Louis Althusser et Gilles Deleuze.
Maurice
DE GANDILLAC
“Alors que la “modernité” est déjà rejetée dans le passé par les “post-modernes”, ne faut-il pas s’interroger sur les modernités successives ou les “renaissances” qui se sont affirmées en Europe depuis la fin de l’Antiquité ? (Genèses de la modernité)
24
25
“ ”
• En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger (1967)
• Difficile Liberté (1976) • Le Temps et l’Autre (1980) • Éthique et Infini (1982)
Emmanuel Lévinas introduisit en France, par ses traductions et ses
études, l’œuvre de Husserl et Heidegger (dont il fut l’étudiant).
Professeur à l’université de Nanterre et à la Sorbonne, il enrichit la
phénoménologie d’une profonde et originale réflexion sur la dimension
éthique de l’existence humaine. Le visage d’autrui est en effet
à ses yeux une injonction morale qui précède toute attitude cognitive.
Cette préséance de la relation à l’autre dans la description de l’existence
humaine qu’il fournit se décline dans les analyses inspirées qu’il donne
du visage, de la rencontre, de l’amour ou encore de la filiation.
Autrui, qui vous est étranger ou indifférent, qui n’appartient ni à l’ordre de vos intérêts ni à celui de vos affections, cependant vous regarde. (Totalité et Infini)
27
28
“ ” Claude
• Les Structures élémentaires de la parenté (1949)
• Race et Histoire (1952) • Tristes Tropiques (1955) • La Pensée sauvage (1962) • Mythologiques (4 volumes, 1964-1971)
Cet anthropologue et ethnologue de formation philosophique est
unanimement reconnu pour son œuvre. Figure majeure du structuralisme
en France dans les années 1960, Claude Lévi-Strauss tint la chaire
d’Anthropologie sociale au Collège de France pendant plus de vingt ans
et fut membre de l’Académie française. Sa pensée tend à fonder la science
ethnologique. À partir de ses études de terrain (notamment au Brésil),
il propose une réflexion théorique d’importance, notamment une critique
décisive de l’ethnocentrisme et la révélation de superstructures régissant
les sociétés. Ses études interprètent la signification culturelle des mythes.
L’ensemble de ses travaux dessine les traits d’une philosophie de la culture.
Le barbare, c’est d’abord celui qui croit à la barbarie. (Race et Histoire)
29