L’importance de la Résilience (Assistée) dans le processus...

of 140 /140
Année Universitaire 2015-2016 MASTER « Métiers de l’Education et de la Formation » Mention : Pratiques et Ingénierie de Formation Parcours : Métiers de l’Intervention auprès de Publics à Besoins Educatifs Particuliers Titre du mémoire : L’importance de la Résilience (Assistée) dans le processus d’Insertion des jeunes en difficulté Directrice du mémoire : Myriam DE LEONARDIS Membres du Jury de soutenance : Florence SAVOURNIN Présenté et soutenu par: Bérangère DANIS Le 22 juin 2016

Embed Size (px)

Transcript of L’importance de la Résilience (Assistée) dans le processus...

  • Anne Universitaire 2015-2016

    MASTER Mtiers de lEducation et de la Formation

    Mention :

    Pratiques et Ingnierie de

    Formation

    Parcours :

    Mtiers de lIntervention auprs

    de Publics Besoins Educatifs

    Particuliers

    Titre du mmoire :

    Limportance de la Rsilience (Assiste)

    dans le processus dInsertion des jeunes en difficult

    Directrice du mmoire :

    Myriam DE LEONARDIS

    Membres du Jury de soutenance :

    Florence SAVOURNIN

    Prsent et soutenu par:

    Brangre DANIS

    Le 22 juin 2016

  • 2

  • 3

    REMERCIEMENTS

    Je remercie ma directrice de mmoire, Myriam de Lonardis, pour ses conseils et sa

    bienveillance,

    Ainsi que les formateurs et intervenants de lquipe enseignante du Master MEEF I.P.B.E.P

    qui mont accompagne dans ma recherche tout au long de ces deux annes de formation.

    Je remercie tout particulirement les professionnels de la Mission Locale de Toulouse,

    antenne du centre-ville, pour mavoir permis de mener bien mon tude auprs de leur public

    et pour mavoir accueillie en stage. Cette exprience ma sans aucun doute permis de mieux

    cerner les enjeux de linsertion des jeunes en difficults.

    Je tiens aussi remercier les jeunes rencontrs dans le cadre de cette recherche pour la

    confiance quils ont bien voulu maccorder et pour avoir accept de partager le rcit de leurs

    parcours de vie

    Aux tudiants de notre promotion qui par de nombreux changes, mont permis de garder le

    cap et de venir bout de mon travail, merci.

    Merci Pierre et Caro davoir pris le temps de relire mon travail et de men avoir fait un

    retour. Merci Leah pour son aide prcieuse.

    Je tiens aussi remercier mes proches qui mont accompagne et soutenue dune manire ou

    dune autre pendant cette priode de recherche.

  • 4

    RESUME

    Cres en 1982, les Missions Locales ont pour objectif de rpondre aux besoins dinsertion

    des jeunes gs de 16 25 ans, confronts des difficults spcifiques. Parvenir sinsrer en

    accdant lemploi, la sortie du systme scolaire, ncessite llaboration de stratgies

    complexes et ce processus peut-tre mis mal par une vulnrabilit dveloppe travers un

    parcours de vie jalonn de ruptures. Ces traumatismes peuvent tre surmonts par la

    rsilience, qui dsigne la capacit les dpasser et se reconstruire. La rsilience assiste,

    pratique qui cherche favoriser la rsilience par une intervention base sur les capacits et

    forces du sujet, peut dsigner les pratiques daccompagnement des professionnels des

    Missions Locales.

    Nous nous interrogerons sur le lien entre Insertion et Rsilience, et plus particulirement sur

    le fait que lInsertion puisse constituer ou non un facteur de rsilience.

    Cette recherche, ralise auprs de jeunes relevant du dispositif Garantie Jeune de la Mission

    Locale de Toulouse, sappuie sur une approche qualitative travers lcoute du public. Elle

    cherche prsenter les limites et difficults des processus dinsertion, leurs enjeux et leurs

    perspectives.

  • 5

    SUMMARY

    Founded in 1982, Missions Locales aim to meet the needs of troubled youth from ages 16 to

    25 who are now integrating into society. Involving an elaboration of complex strategies, entry

    into the professional world at the end of ones academic career could be compromised due to

    advanced vulnerability caused by a life path punctuated with ruptures. The effects of such

    psychological trauma can be overcome by resilience, which denotes the ability to go

    move beyond it and rebuild ones life. Assisted resilience, a practice that aims to foster

    resilience through intervention based on the abilities and strengths of the person, demonstrates

    the support practices of the professionals at Missions Locales.

    We examine the link between integration and resilience, more specifically whether or not

    integration constitues a factor of resilience.

    This research was carried out using a qualitative approach by listening to youth participants

    who have come out of the social service Garantie Jeune of the Mission Locale in Toulouse. It

    endeavors to show the limitations and obstacles as well as the issues and perspectives of the

    integration process.

    MOTS CLES

    JEUNES EN DIFFICULTES ; PROCESSUS DINSERTION ; MISSION LOCALE ; GARANTIE

    JEUNE ; DISPOSITIF DINSERTION ; RESILIENCE ; INSERTION ; ACCOMPAGNEMENT ;

    PROJET PROFESSIONNEL ; RESILIENCE ASSISTEE.

  • 6

    SOMMAIRE

    SIGLES ET ABREVIATIONS ...................................................................................... 9

    INTRODUCTION ........................................................................................................ 11

    PARTIE THEORIQUE ................................................................................................ 14

    CHAPITRE I : Du traumatisme la rsilience ........................................................... 15

    1.1 Traumatismes et mcanismes de dfense .................................................................. 15

    1.1.1 Entre traumatisme et rupture ................................................................................ 15

    1.1.2 Mcanismes de dfenses ...................................................................................... 16

    1.2 La rsilience ............................................................................................................. 18

    1.2.1 Facteurs de rsilience .......................................................................................... 20

    1.2.2 Limites de la rsilience ........................................................................................ 22

    CHAPITRE II : Le concept de Rsilience assiste ...................................................... 25

    2.1 De la prvention la rsilience assiste .................................................................... 25

    2.2 Pratique de la rsilience assiste ............................................................................... 27

    CHAPITRE III : La notion dInsertion ....................................................................... 29

    3.1 Linsertion ................................................................................................................ 29

    3.1.1 De la psychologie de lorientation au concept dinsertion .................................... 29

    3.1.2 Dfinition : Insertion Professionnelle ou Insertion Sociale ? ................................ 30

    3.2 Pratiques dinsertion ................................................................................................. 32

    3.2.1 Laccompagnement dans lapproche globale du sujet ........................................... 32

    3.2.2 La notion de projet............................................................................................... 34

    3. 3 Limites de lInsertion ............................................................................................... 35

    PROBLEMATIQUE .................................................................................................... 37

    PARTIE EMPIRIQUE ................................................................................................. 41

    CHAPITRE IV : Mthodologie de la recherche .......................................................... 42

    4. 1 Prsentation de la structure dinsertion : La Mission Locale ..................................... 43

    4. 1. 1 Contexte historique de la cration des Missions Locales .................................... 43

  • 7

    4. 1. 2 Modalits daccompagnement de la Mission Locale de Toulouse....................... 44

    4. 1. 2. 1 Dispositifs daccompagnements de la Mission Locale de Toulouse ................ 45

    4. 1. 2. 2 Dispositifs daccompagnement europens de la Mission Locale de Toulouse . 46

    4. 1. 2. 3 Services spcifiques de la Mission Locale de Toulouse .................................. 47

    4. 2 Population ltude ................................................................................................. 48

    4. 3 Instruments de recherche ......................................................................................... 48

    Chapitre V : Rsultats .................................................................................................. 50

    5. 1 Parcours de vie, projets professionnels et processus dinsertion................................ 51

    5. 1. 1 Prsentation individuelle des situations rencontres ........................................... 51

    5. 1. 2 Prsentation croise des situations rencontres ................................................... 61

    5. 1. 3 Synthse de la prsentation des situations rencontres ....................................... 69

    5. 2 Analyse des situations rencontres .......................................................................... 70

    5. 2. 1 Consquences de lvnement de rupture dans la construction du sujet .............. 70

    5. 2. 1. 1 Rupture dordre scolaire ................................................................................ 70

    5. 2. 1. 2 Rupture dordre social en mileu scolaire ...................................................... 72

    5. 2. 1. 3 Rupture dordre familial et social .................................................................. 73

    5. 2. 1. 4 Autre vnement de rupture ........................................................................... 75

    5. 3 Enjeux et importance de laccompagnement dans le processus dinsertion ............... 76

    5. 3. 1 Enjeux conomiques .......................................................................................... 76

    5. 3. 2 Enjeux sociaux .................................................................................................. 77

    5. 3. 3 Enjeux personnels .............................................................................................. 78

    5. 3. 4 Importance de laccompagnement dans le processus dinsertion ........................ 80

    5. 4 Du projet professionnel sa mise en uvre .............................................................. 81

    5. 4. 1 Du projet la ralit .......................................................................................... 81

    5. 4. 2 Evolution de la conception de laccompagnement dans le processus dinsertion. 84

    5. 4. 3 Importance de linsertion ................................................................................... 86

    5. 5 Synthse de lanalyse ............................................................................................... 88

    5. 6 Discussion ............................................................................................................... 90

    CONCLUSION ............................................................................................................. 97

    BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................... 100

  • 8

    ANNEXES .................................................................................................................. 105

    Annexe n1 : Grille dentretien n1 ........................................................................... 106

    Annexe n2 : Grille dentretien n2 ........................................................................... 107

    Annexe n 3 : Retranscription de lentretien n 1, Sofiane ....................................... 108

    Annexe n 4 : Retranscription de lentretien n2, Sofiane ........................................ 111

    Annexe n 5 : Retranscription de lentretien n1, Yasmina ..................................... 114

    Annexe n 6 : Retranscription de lentretien n2, Yasmina ...................................... 116

    Annexe n 7 : Retranscription de lentretien n1, Ccile .......................................... 118

    Annexe n 8 : Retranscription de lentretien n 2, Ccile ......................................... 123

    Annexe n 9 : Retranscription de lentretien n1, Barbara ..................................... 125

    Annexe n 10 : Retranscription de lentretien n2, Barbara .................................... 131

    Annexe n11 : Retranscription de lentretien n1, Patricia ...................................... 134

    Annexe n12 : Retranscription de lentretien n2, Patricia ...................................... 138

  • 9

    SIGLES ET ABREVIATIONS

    ASE Aide Sociale lEnfance

    ASH Agent de Service Hospitalier

    ASP Accompagnement Social et Professionnel

    BAFA Brevet dAptitudes aux Fonctions dAnimateur

    BEP Brevet dEtudes Professionnelles

    BTS Brevet de Technicien Suprieur

    CAF Caisse dAllocations Familiales

    CAP Certificat dAptitudes Professionnelles

    CCAS Centre Communal dAction Sociale

    CDD Contrat Dure Dtermine

    CDI Contrat Dure Indtermine

    CIO Centre dInformation et dOrientation

    CIP Conseiller dInsertion Professionnelle

    CIVIS Contrat dInsertion dans la Vie Sociale

    CPFSE Centre de Placement Familial Socio-ducatif

    CQP Certificat de Qualification Professionnelle

    CV Curriculum Vitae

    DAA Dispositif dAccueil et dAccompagnement

    DATIC Dispositif d'Accompagnement aux Technologies de l'Information et de la

    Communication

    GEIQ Groupement dEmployeurs pour lInsertion et la Qualification

    GEMEAU Gestion et Matrise de lEau

    GJ Garantie Jeune

    GRH Gestion des Ressources Humaines

  • 10

    IEJ Initiative Europenne de la Jeunesse

    MECS Maison dEnfants Caractre Social

    NEET Not in Education, Employement or Training.

    (Ni tudiant, ni employ, ni stagiaire)

    PAIO Permanence dAccueil dInformation et dOrientation

    PJJ Protection Judiciaire de la Jeunesse

    PME-PMI Petites et Moyennes Entreprises - Petites et Moyennes Industries

    POI Parcours Orientation Insertion

    PPAE Projet Personnalis dAccompagnement lEmploi

    RAJ Relais Accompagnement Jeunes

    SPIP Service dInsertion et de Probation Pnitentiaire

    SP3S Service et Prestation des Secteurs Sanitaire et Social

    STG Sciences et Technologies de la Gestion

    STL Sciences et Techniques de Laboratoire

  • 11

    INTRODUCTION

    Lors de lanne 2013-2014, jai effectu une mission de service civique la Protection

    Judiciaire de la Jeunesse, au sein du Dispositif Accueil Accompagnement, Toulouse.

    Ce dispositif, cr par la circulaire du 25 fvrier 2009, vise proposer des jeunes (gs de

    15 21 ans), sous main de justice et sortis de tout dispositif de droit commun, un

    accompagnement personnalis et adapt leur situation afin de favoriser leur insertion ou

    rinsertion.

    Cet accompagnement global est articul autour de plusieurs thmatiques (Sant, Citoyennet,

    Sport et Culture, Insertion Scolaire et Professionnelle) a, dune part, lobjectif de permettre

    ladolescent de reprendre un rythme de vie relativement structur, de construire son parcours

    et de prparer son entre dans la socit. Dautre part, et cest lun des lments majeurs du

    dispositif, de travailler lestime de soi du jeune. En effet, le public prsent au sein du

    dispositif est ou a t confront diverses difficults : analphabtisme, illettrisme, franais

    langue trangre, dscolarisation et chec scolaire, marginalit, troubles et handicaps, etc.

    Les checs rcurrents quont connus ces jeunes ont profondment entam leur estime de soi,

    et la confiance envers les adultes et les institutions, quelles quelles soient.

    Avant damorcer tout travail avec le public du Dispositif Accueil Accompagnement, il est

    primordial dinstaurer une vritable relation de confiance entre le jeune et lducateur qui

    laccompagne. Ce lien, de manire gnrale, se construit et acquiert une relative solidit aprs

    environs trois mois de travail de revalorisation du jeune, travers des activits individuelles et

    collectives, des entretiens, des rencontres et des prises de contact rptes.

    Une fois la relation de confiance tablie, lquipe ducative doit la fois approfondir le travail

    relatif lestime de soi, et peut commencer un travail dinsertion en envisageant avec le jeune

    un projet de vie.

    Mme si la relation jeune-ducateur est fragile, si elle est suffisamment solide et construite,

    elle peut permettre une vritable avance dans le projet dinsertion sociale et professionnelle

    du jeune. Nanmoins, dans le cas de mouvement des professionnels (arrive et dpart des

  • 12

    professionnels dans le dispositif dinsertion), le travail antcdent entrepris avec le jeune peut

    tre mis mal. Le processus dinsertion du jeune peut donc tre mis mal.

    La mission de service civique que jai ralis durait neuf mois. Un mois avant sa fin, jai

    inform rgulirement les jeunes avec qui je travaillais de mon dpart afin quils puissent se

    prparer travailler avec de nouvelles personnes, (de nouveaux volontaires en service

    civique), et quils nassimilent pas mon dpart un nouvel abandon, dont leur parcours de vie

    en est bien souvent jalonn.

    Fort heureusement, chez certains jeunes, ces alles et venues des professionnels ne posent

    aucuns problmes. Cependant, jai pu observer que cette question de rupture du lien pouvait-

    tre problmatique pour certains sujets plus fragiles : Arthur a demand pendant plusieurs

    semaines la chef de service du Dispositif Accueil Accompagnement si elle allait aussi le

    laisser tomber . Amir, dstabilis par le dpart et de nouvelles arrives a de nouveau adopt

    le comportement quil avait mon arrive : provoquant, enfantin, fuyant.

    Il a fallu reconstruire, rtablir un lien de confiance qui avait t pniblement tabli.

    Cette constatation a fait merger dans mon questionnement de nombreuses interrogations

    relatives aux enjeux de laccompagnement de publics besoins ducatifs particuliers mais

    aussi au rle que joue linstitution dans ces liens qui gravitent entre quipes ducatives et

    publics pris en charge.

    Si le lien jeune-accompagnateur est brutalement rompu, (malgr les prcautions prises et la

    prparation ralise pour rendre la fin de laccompagnement acceptable et entendu), de quels

    autres outils le sujet peut-il se saisir afin de se rparer et davancer ? Si le travail entrepris par

    le sujet, soutenu par les professionnels qui laccompagnent, est mis mal par le

    fonctionnement de linstitution, dans quelle mesure cette dernire favorise-t-elle la rsilience

    du jeune ? Ny a-t-il pas un risque que ce processus soit mis mal et ne constitue pas un

    nouvel chec dans le parcours du sujet?

    Cest en rflchissant ces questions, que je souhaitais traiter dans le cadre du mmoire de

    recherche, que jai dcouvert la notion de rsilience.

    On appelle la rsilience "La capacit russir vivre et se dvelopper positivement, de

    manire socialement acceptable, en dpit du stress ou d'une adversit qui comporte

    normalement le risque grave d'une issue ngative (Cyrulnik, 1999, p.10).

  • 13

    Je souhaitais dans un premier temps aborder la rsilience chez les adolescents suivis au sein

    dinstitutions. En effet, jtais fortement intresse par la capacit des sujets, confronts des

    parcours de vie difficiles, faire preuve de rsilience et se reconstruire.

    Je me suis intresse aux prsupposs facteurs de rsilience pouvant permettre un individu

    de passer dun tat de sujet en souffrance un tat de sujet rsilient malgr un

    parcours de vie traumatique et source de souffrances importantes.

    Cest en essayant de rpondre ces questions, travers de nombreuses lectures et recherches

    qui mont permis dapprofondir mes connaissances sur le concept de rsilience, que jai

    finalement choisi deffectuer ma recherche auprs dun public de jeunes en difficult qui a

    commenc entamer un processus dinsertion au sein dune structure dinsertion, plus

    particulirement la Mission Locale.

    Ma rflexion relative la thmatique de recherche de linsertion des jeunes en difficult a vu

    merger plusieurs questions :

    Dans le cas de parcours de vie parfois jalonns de ruptures familiales, sociales et

    institutionnelles, de quels outils peuvent se saisir les sujets pour amorcer un processus de

    rsilience ?

    Quels liens y a-t-il entre lInsertion et la Rsilience ?

    Un processus de rsilience doit-il dj tre entam pour quun sujet puisse sinvestir dans un

    projet dinsertion ?

    Ou au contraire, simpliquer dans un projet dinsertion peut-il permettre au sujet de

    dvelopper un processus de rsilience ?

    Dans quelle mesure un professionnel du champ de linsertion sociale et professionnelle peut-il

    accompagner un sujet dans le but de dvelopper et / ou entretenir un processus de rsilience ?

  • 14

    PARTIE THEORIQUE

  • 15

    CHAPITRE I : Du traumatisme la rsilience

    1.1 Traumatismes et mcanismes de dfense

    1.1.1 Entre Traumatisme et Rupture

    Le terme traumatisme est gnralement employ lorsque lon cherche dsigner limpact

    psychique dun vnement (une sparation, un deuil, un accident, une maladie, etc.) qui a

    douloureusement marqu lexistence dune personne.

    Traumatisme vient du grec, trauma qui signifie blessure , dommage , dsastre .

    Dans le champ mdical, le traumatisme dsigne les consquences de lsions sur lorganisme

    provoqu par une action violente externe.

    En psychanalyse, pour dsigner ce terme, on utilisera les mots traumatisme psychique. Dans

    ce cadre, le traumatisme est dcrit comme un vnement qui par sa violence et sa

    soudainet, entrane un afflux dexcitation suffisant mettre en chec les mcanismes de

    dfense habituellement efficaces, le traumatisme produit le plus souvent un tat de sidration

    et entrane plus ou moins long terme une dsorganisation dans la vie psychique (Mijolla,

    2002, Traumatisme). Par ailleurs, lessence dune situation traumatique tient la dtresse

    prouve par le Moi en face de laccumulation de lexcitation quelle soit dorigine interne ou

    externe (A, Freud, 1976, p. 205).

    Le traumatisme peut tre assimil la commotion psychique : La commotion psychique

    survient toujours sans prparation. Elle a d tre prcde par le sentiment dtre sr de soi

    dans lequel, par suite des vnements, on sest senti du : avant, on avait trop confiance en

    soi et dans le monde environnant : aprs, trop peu ou pas du tout. On aura surestim sa propre

    force et vcu dans la folle illusion quune telle chose ne pouvait pas arriver (Ferenczi, 2006,

    p.33).

    Notons que lide de traumatisme nincarne pas forcment une ide de violence extrme ou

    de dsastre. Elle peut simplement renvoyer une ide de rupture, rupture qui a profondment

    marqu le sujet et qui est intervenue au cours du parcours de vie du sujet. Elle induit la notion

    davant et celle daprs.

    Le traumatisme peut tre li des situations simples voire insignifiantes , dont personne ne

    peut anticiper et prvoir les effets (Boukobza, 2001, p. 12).

  • 16

    Par ailleurs, le cours dune vie se droule par tapes successives dont chacune fait lobjet

    dune scansion aux consquences parfois profondment troublantes (Boukobza, 2001, p.

    12). Cette scansion peut tre dues plusieurs vnements de la vie du sujet la naissance, le

    sevrage, le passage la station verticales, les contraintes, et renoncements imposs par les

    apprentissages ducatifs ou scolaires, lobligation duser de la parole pour communiquer, la

    dcouverte de la sexualit et de la diffrence sexuelle, les multiples sparations et cassures qui

    jalonnent lexistence () (Boukobza, 2001, p.12). Selon les individus, la scansion,

    reprsenterai potentiellement une rupture caractre traumatisant ou non. Aussi, comme pour

    la notion de traumatisme, on peut supposer que certains individus vivront relativement bien

    une rupture donne et auront linverse de grandes difficults en surmonter une autre.

    La notion de rupture, comme celle du traumatisme entend un bouleversement dans la vie du

    sujet. Pour faire face cet vnement, le sujet va tre amen mettre en uvre des

    mcanismes de dfenses et des stratgies dfensives, en sappuyant sur des ressources internes

    et externes qui lui permettront ventuellement de faire preuve de rsilience.

    1.1.2 Les Mcanismes de dfenses

    Il parat vident que face un traumatisme, lindividu va avoir recours des mcanismes de

    dfenses, pour se protger, faire face et pour pouvoir continuer se dvelopper.

    Dans un merveilleux malheur, Cyrulnik (1999) explique comment lenfant maltrait ou

    victime de traumatismes extrmes peut-tre amen les surmonter, voire les symboliser

    jusqu ce quils puissent tre considrs comme un merveilleux malheur .

    Notons que La notion de mcanisme de dfense englobe tous les moyens utiliss par le moi

    pour matriser, contrler, canaliser les dangers internes et externes (Braconnier, 1998, in

    Ionescu, 2001, p.24).

    On peut supposer que certains mcanismes de protection, relatifs au psychisme du sujet,

    favoriseraient le travail de rsilience, car ragissant un danger, ils contribueraient dfendre

    lindividu et lui donnerait un moyen de rpondre, ou du moins de se protger de ce premier.

    Daprs Anaut (2005), le fonctionnement psychique de la rsilience se dcomposerait en deux

    phases : La premire phase concerne la confrontation au traumatisme et la rsistance la

    dsorganisation psychique. Le sujet a recours des mcanismes dfensifs durgence , pour

    se protger de leffraction psychique. Par exemple le dni, le clivage, lisolation, le refuge

  • 17

    dans la rverie, etc. Le dni permet dliminer une reprsentation gnante en niant, en refusant

    la ralit dune perception traumatisante. Le clivage, clivage du moi et clivage de lobjet,

    entre deux attitudes face une situation traumatique : Lune va la nier alors que lautre va

    tenter de faire face la situation. Lisolation se caractrise par l'absence daffect manifeste du

    sujet une reprsentation. Elle peut aussi dsigner la sparation artificielle entre deux penses

    ou comportements bien quils soient lis mais ne pouvant tre reconnus comme tels sans

    angoisse. Le refuge dans la rverie, daprs Lafon (1973), est un tat dinattention et de

    dissipation, relatifs la situation prsente, durant laquelle se poursuit une activit mentale qui

    nest pas non plus anime par la rflexion et qui est plus ou moins suggre par linconscient.

    La deuxime phase reprsente lintgration du choc et la rparation. Elle suppose labandon

    de certaines dfenses durgence pour privilgier des ressources dfensives plus matures, plus

    souples et plus adaptes long terme, (Anaut, 2005). Ces ressources peuvent dsigner,

    laltruisme, lhumour ou la sublimation, entre autres. Lintellectualisation consiste mettre

    distance une situation conflictuelle ou traumatique en tentant de lisoler de faon supprimer

    toutes les charges motionnelles qui lui sont associes. Laltruisme permet au sujet de se

    soustraire un conflit en se dvouant autrui. La sublimation permet la drivation de

    lnergie dune pulsion sexuelle ou agressive vers des activits valorises socialement. La

    pulsion est dtourne de son but primitif mais nest pas refoule. Lhumour, ici appliqu soi-

    mme, consiste prsenter une situation vcue comme traumatisante de manire en dgager

    les aspects plaisants, ironiques, insolites.

    Ces diffrents facteurs de protections favorisent la rsilience. Ils se mettent en place en

    raction un traumatisme et permettent au sujet de surmonter sa souffrance, pour lui

    permettre de continuer vivre et se dvelopper.

    Les mcanismes de dfense, selon Tychey (2001), doivent ncessairement tre valus selon

    la manire que le sujet a de les employer : Utiliss de manire souple, ils contribuent

    attnuer le choc, limpact des reprsentations et affects perturbants associs la situation

    traumatique. Ils constituent une tape prliminaire ncessaire pour autoriser le travail ultrieur

    dlaboration mentale des excitations et de liaison entre affects et reprsentations propre la

    mentalisation. () Utiliss de manire rigide, ils vont par contre interdire toute possibilit de

    traitement mental effectif des tensions relies la situation traumatique initiale (Tychey,

    2001, p.58-59).

    Cette forme de rponse face un vnement traumatisant, influencera le dveloppement

    initial du sujet et celui-ci, malgr sa capacit triompher de sa souffrance, se verra

  • 18

    marqu, modifi par lvnement. Cette notion rejoint le concept de rsilience. La rsilience

    peut dsigner la capacit russir vivre, se dvelopper positivement de manire

    socialement acceptable, en dpit du stress ou dune adversit qui comportent normalement

    une issue ngative (Cyrulnik, 1999, p.10). Cependant, le jugement du degr de limportance

    et de gravit de lvnement appartient au sujet. En effet, ce quun sujet X va dterminer

    comme vnement traumatisant ne le sera pas forcment pour un sujet Y. Par ailleurs, ce

    quun sujet X ou Y va vivre comme un vnement traumatisant une priode donne ne

    constituera pas forcment un vnement traumatisant une autre tape de sa vie.

    1.2 La Rsilience

    Ltymologie du terme rsilience vient de langlais resilience , issu du latin resilire qui

    signifie rebondir, rejaillir. On relve que le mot rsilience est prsent en de nombreux

    domaines scientifiques et que dans chacun des champs o il est utilis, sa signification est

    relativement similaire.

    En physique, la rsilience est une caractristique mcanique dfinissant la rsistance aux

    chocs dun matriau et dsigne la capacit du matriau rsister aux chocs ou retrouver sa

    forme initiale aprs avoir t comprim ou dform.

    En zoologie, la rsilience reprsente la capacit de reproduction inemploye dune espce

    animale en raison dun environnement hostile, mais susceptible dune brusque expansion si

    cet environnement devient plus favorable.

    Dans le champ de la psychologie, on peut tre amen trouver plusieurs dfinitions de la

    rsilience. La rsilience peut-tre envisage comme un processus, une capacit ou un rsultat

    faire preuve dune adaptation efficace malgr des circonstances, des dfis ou des menaces

    survenant dans la vie du sujet. (Garmezy, 1983).

    On peut aussi parler de la rsilience comme de la capacit russir vivre, se dvelopper

    positivement de manire socialement acceptable, en dpit du stress ou dune adversit qui

    comportent normalement le risque grave dune issue ngative (Cyrulnik, 1999, p.10).

    Ces dfinitions laissent merger deux lments importants : la fois la capacit du sujet

    surmonter un traumatisme mais aussi la capacit construire et continuer de vivre sa vie

    face ladversit.

  • 19

    Ladversit peut dsigner les conditions environnementales pouvant interagir de faon

    nfaste et menacer la ralisation dactivits dveloppementales adaptes lge.

    (ODougherty Wright, Masten, 2005).

    Levi crivit la facult qua lhomme de se creuser un trou, de scrter une coquille, de

    dresser autour de soi une fragile barrire de dfense, mme dans des circonstances

    apparemment dsespres, est un phnomne stupfiant qui demanderait tre tudi de prs.

    Il sagit l dun prcieux travail dadaptation, en partie passif et inconscient, en partie actif.

    (Levi, 1987, p. 84). Cette facult de lhomme instaurer cette barrire de dfense dont parle

    Levi peut tre assimile au concept de rsilience. Les thories relatives ce sujet suscitent

    la fois intrts et questionnements.

    La littrature, sans utiliser le concept de rsilience, sest empare trs tt de quelque chose qui

    sen rapproche: Olivier Twist, de Charles Dickens paru en 1838, Sans famille, dHector Malot

    en 1878, sont autant de rcit denfants rsilients, rsistant dans une moindre mesure et faisant

    preuve dune grande facult dadaptation face aux traumatismes qui jalonnent leur parcours

    de vie.

    Werner et Smith (1992) ont contribu a lmergence du concept de rsilience : En 1955, elles

    ont men une recherche sur lle de Kauai Hawa auprs de 698 enfants qui avaient la

    particularit dtre ns avec de lourds facteurs de risques, identifis lors de la priode

    prnatale et prinatale. Il est apparu que des 200 enfants reconnus vulnrables par les

    chercheuses, 72 dentre eux ont volus favorablement et atteint une situation stable lge

    adulte. Lobjectif de ces travaux tait de cerner la ralit clinique complexe denfants

    russissant saccommoder dun environnement dfaillant en faisant preuve dune adaptation

    sociale importante et dune capacit rebondir. Elles qualifirent ces sujets de rsilients. Ici,

    la rsilience tait due un quilibre entre plusieurs facteurs : la fois due la confrontation

    un environnement stressant, la vulnrabilit et aux ressources interne du sujet et enfin la

    relation aux facteurs externes favorable.

    Dans les annes 70, Garmezy a ralis une tude auprs denfants ns de parents

    schizophrnes. Il repra que parmi les sujets auprs de qui ont ts mens ses travaux, 90%

    dentre eux russirent grandir avec un bon quilibre psychique. Afin de proposer une

    explication cette rsilience, il proposera en 1991 la triade, qui regroupe plusieurs facteurs

    permettant un processus de rsilience. Le sujet, confront un vnement traumatisant, value

    la situation et met en uvre une stratgie dadaptation partir dune combinaison entre trois

    facteurs, la fois individuels, familiaux et de soutien. Ce modle est le modle de la triade,

  • 20

    modle que nous aborderons plus en dtail dans le cadre du dveloppement des facteurs de

    rsilience.

    A la mme priode, Rutter (1993) identifia plusieurs facteurs de risques familiaux chez les

    enfants prsentant des dsordres mentaux. Le fait de dfinir ces facteurs de risques lui ont

    permis didentifier des facteurs de protection. Ces facteurs de protection peuvent

    contrebalancer les facteurs de risque.

    En 1993, il proposa donc une srie de caractristiques dont lassociation pouvait permettre le

    processus de rsilience, et plus particulirement :

    - Diminuer limpact du risque

    - Rduire la probabilit de ractions en chaine

    - Entrainer des opportunits positives

    - Renforcer lestime de soi et la confiance en sa propre comptence.

    Dautres chercheurs ralisrent des tudes relatives la rsilience chez les enfants, aux

    capacits dadaptation chez les survivants de lholocauste, etc.

    Il est intressant de souligner que les travaux raliss ont pris en compte les facteurs de

    protection luvre dans le phnomne de rsilience et que ceux-ci en permettent la

    comprhension.

    En France, Cyrulnik est le premier avoir mdiatis le concept de rsilience et lavoir

    vulgaris travers la publication de ses ouvrages. Faisant usage de mtaphores et de langage

    accessible, il a donn la possibilit un grand public de comprendre et de sapproprier le

    concept de rsilience.

    1.2.1 Facteurs de rsilience

    Il semble complexe de dfinir ce quest la rsilience. Cest un concept subjectif qui demande

    tre utilis avec prudence. Cependant, en admettant le concept de rsilience, il est

    indispensable de sintresser aux facteurs pouvant favoriser ce processus. Nous allons retenir

    deux modles que nous dsignerons comme facteurs de rsilience. Nous insistons toutefois

    sur la rcessivit denvisager le caractre subjectif et relatif des facteurs de rsilience peuvent

    avoir un caractre subjectif et relatif, tout comme le concept de rsilience.

    Le premier modle, le modle de la triade propos par Masten et Coastworth (1998) qui

    repose sur le mme modle initialement propos par Garmezy (1991) comprend trois

  • 21

    catgories de facteurs de protection, comme nous lavons vu prcdemment1. Ces trois

    catgories correspondent la fois aux ressources internes de lindividu, aux facteurs de

    protection familiaux et aux facteurs de protection extra-familiaux. Les ressources internes de

    lindividu dsignent le fonctionnement intellectuel, de lestime de soi, des comptences

    relationnelles, dun temprament facile associ un sentiment de scurit et la capacit

    utiliser les mcanismes de dfense disponible. Les facteurs de protection

    familiaux reprsentent lexistence de relations chaleureuses avec des parents structurants et

    soutenants, dune bonne entente parentale, de relations de soutien manant des autres

    membres de la famille. Lenfant a dvelopp au sein de sa famille un attachement scuris.

    Les facteurs de protection extra-familiaux lis la socit et la culture sont illustrs par les

    bonnes relations avec des adultes lextrieur de la famille, par lexistence de rapports avec

    diverses organisations sociale, par la bonne frquentation dun tablissement scolaire, etc.

    Le second modle dsigne le tuteur de rsilience, ou la figure dattachement comme pouvant

    constituer un facteur de rsilience. Le tuteur de rsilience peut tre considr comme un

    facteur absolument indispensable au phnomne de rsilience : il permettrait au sujet

    traumatis de restaurer une estime de soi fragilise et dentamer ainsi un processus de

    rsilience. Une main tendue lui offrira une ressource externe, une relation affective, une

    institution sociale ou culturelle lui permettra de sen sortir (Cyrulnik, 2001, p. 259-260).

    Cette dernire phrase propose par Cyrulnik (2001) nous permet dlargir la reprsentation de

    la figure dattachement ou de tuteur de rsilience : en effet, elle nest ventuellement plus

    seulement un individu part entire, elle peut aussi prendre la forme dune institution, dun

    groupement de professionnels et daccompagnants du sujet.

    Lecomte (2004) repre plusieurs caractristiques au tuteur de rsilience, savoir la capacit

    manifester de lempathie et de laffection envers le sujet face ce quil traverse ou a travers.

    Il va sintresser principalement aux aspects positifs de la personne ce qui peut permettre de

    restaurer une estime de soi fragilise. Le tuteur de rsilience va faire preuve de modestie et

    sera en mesure de laisser la libert lautre de sexprimer ou non. Il va tre en mesure de ne

    pas se dcourager face aux checs apparents et va respecter le parcours de rsilience dautrui.

    Dans son rle, le tuteur va remplir une fonction tique voire dontologique en ayant la facult

    dassocier le lien et la loi: C'est--dire quil vitera linstabilit en miroir en maintenant un

    cadre (instabilit que le sujet pourrait retrouver la fois dans sa vie et la fois dans son

    accompagnement). Par ailleurs, il vitera les gentilles phrases qui font mal (Lecomte,

    1 Cf. La rsilience, p. 14.

  • 22

    2004, p. 56). Comme nous lavions abord au dbut de notre prsentation des facteurs de

    rsilience, il est ncessaire de les considrer avec prudence car un facteur peut tre

    difficilement dfinit comme de protection ou de risque absolu. Il nest pas toujours facile de

    dterminer si un facteur est de protection ou de risque, car le mme facteur peut participer au

    risque ou la protection selon les cas. () Certains facteurs, considrs comme protecteurs et

    contribuant la rsilience, peuvent avoir un effet contraire dose lev (Anaut, 2008, p.

    117).

    En effet, dans le cas des ressources internes de lindividu, si lon prend lexemple de lestime

    de soi, celle-ci peut la fois tre un vritable outil de rsilience mais peut aussi porter

    prjudice lindividu si elle est excessive (mise en danger, estimation errone de ses

    capacits, gnration de conflit avec ses pairs). Dans le cas des facteurs de protection

    familiaux, si lon prend lexemple de la maltraitance familiale, ce facteur ne peut plus tre

    envisag comme facteur de rsilience. Cependant, la maltraitance peut provenir dun des

    membres de la cellule familiale tandis qu linverse, dautres membres peuvent tre

    soutenant et permettre une ventuelle rsilience. Des exemples de cet ordre peuvent aussi tre

    trouvs dans le cas des facteurs de protection extra-familiaux.

    Il est donc ncessaire de les envisager dans leur dimension qualitative et de parvenir faire

    preuve dune certaine subjectivit.

    1.2.2 Les limites du concept de Rsilience

    Le concept de rsilience peut prsenter certaines limites et Tisseron (2007) alerte sur le

    caractre merveilleux de ce concept. En effet, le succs de ce terme pourrait tenir en lespoir

    quil suscite et serait d plusieurs tendances de notre socit.

    En effet, tout dabord, il proviendrait de la proccupation principale qui est celle de la

    prservation de la vie humaine ou de la limitation des effets du traumatisme lorsquil y en a eu

    un. Par ailleurs le succs de ce concept trouverait sa place par la volont de lindividu tre

    reconnu pour ses projets, son exprience et ses centres dintrts plutt que pour son pass ou

    son origine. La rsilience permettrait denvisager la vie sous ses aspects positifs plutt que

    ngatifs. Enfin, elle donnerait la possibilit, au sujet traumatis, de se soigner sans thrapie :

    le concept de rsilience dmontre que le sujet ayant subi un traumatisme peut sen sortir seul.

    Par ailleurs, il est important de prendre en considration laspect merveilleux auquel renvoie

    la notion de rsilience : cependant, celle-ci nest pas acquise, gnr automatiquement la

  • 23

    suite dun malheur et elle peut au contraire tre coteuse pour le sujet. La rsilience doit-tre

    une manire de ragir aprs un traumatisme et non pas dy rsister. Aussi, le risque est que le

    terme de rsilience ne soit pas forcment associ de forts traumatismes, mais quil puisse

    tre utilis pour de petits traumatismes. Comment alors fixer le critre de traumatisme

    grave ? Est-ce que la notion mme de traumatisme nest-elle pas entirement subjective ?

    Avant de rpondre ces interrogations, nous allons nous pencher sur la dfinition de la notion

    de Traumatisme.

    Le Larousse propose la dfinition suivante Evnement qui, pour un sujet, a une forte porte

    motionnelle et qui entrane chez lui des symptmes psychopathologiques ou des

    somatisations par suite de son incapacit y rpondre adquatement sur le champ .

    Il semble important de garder en tte la subjectivit relative au traumatisme. En effet, tous les

    individus ne ragissent pas de la mme manire et de nombreux facteurs entrent en jeu. Un

    individu peut ragir de faon rsiliente face un vnement traumatisant alors quun autre

    ragira peut tre bien plus violemment et son parcours de rsilience lui demandera plus de

    temps et de ressources mobiliser (ressources internes et externes). Enfin, si la rsilience

    sapplique des traumatismes graves , on doit supposer quelle reprsente un cot pour le

    sujet rsilient qui va mettre en place un mcanisme de dfense pour se protger.

    Un individu dit rsilient nest pas pour autant un individu invincible ou invulnrable ; il

    nest pas intouchable ou inaccessible aux motions, aux sentiments, la souffrance. () De

    mme, le sujet rsilient nest pas un surhomme, il peut rencontrer des limites sa rsilience.

    Ainsi, rien nindique que le sujet qui se montre rsilient un moment donn de son parcours

    de vie le sera tout le temps et face tout (Anaut, 2008, p. 116).

    Il apparait comme tant impossible de prvoir la rsilience avant un traumatisme et il comme

    tant difficile den juger aprs, car le sujet la dj surmont

    Tisseron, (2007), face au concept de rsilience, invite la prudence. Il est important selon lui

    de pouvoir proposer une dfinition de la rsilience avant de semparer de ce terme, et de

    convenir quil ny a pas une, mais des rsiliences. On peut admettre lide de la pluralisation

    de cette notion car en effet, en raison des divers champs qui semparent du concept, de la

    diversit des traumatismes, et de la diffrence dapproche utiliser le concept avant ou aprs

    un traumatisme, il apparat que ce terme englobe un ensemble de cas de figure.

    Lapproche de la rsilience en termes de trait vient principalement des recherches inities par

    J et J. Block (1980) sur la rsilience du soi (ego-resiliency). Ce concept dsigne une

  • 24

    caractristique personnelle de lindividu. Cette approche peut prsenter le risque de figer le

    concept de rsilience, notamment en distinguant et en tablissant une claire opposition entre

    les individus rsilients et les autres. Cest pourquoi Luthar, Cicchetti et Becker (2000) ont

    tenu faire la distinction suivante : lego-resiliency est une caractristique de personnalit,

    tandis que la rsilience est un processus dynamique dveloppemental.

    La conception de la rsilience en terme de rsultats permet doprationnaliser le concept.

    Cependant, oprationnaliser, on sexpose ventuellement au risque de figer une situation et

    den faire une gnralit. Enfin, plusieurs auteurs estiment que la rsilience se dfinit moins

    par le rsultat que par le ou les processus (Luthar, Cicchetti et Becker, 2000 ; Egeland,

    Carlson et Sroufe, 1993). Cette approche autorise modifier la dfinition de la rsilience

    selon le stade de dveloppement. Elle considre aussi que le dveloppement de lindividu

    nest pas restreint lenfance et ladolescence, mais se poursuit tout au long de la vie. La

    rsilience peut-tre envisage comme un tout dynamique et interdpendant. Il semble donc

    tout fait possible de concevoir la rsilience la fois comme un trait (ou ego-resiliency), un

    processus et un rsultat. Selon Cyrulnik, la rsilience est un ensemble de phnomnes

    harmoniss o le sujet se faufile dans un contexte affectif, social et culturel.

    Nous retiendrons finalement la dfinition de la rsilience suivante : La rsilience est un

    processus multifactoriel issu de linteraction entre lindividu et son environnement,

    comprenant des variables internes au sujet (structure psychique, personnalit, mcanismes

    dfensifs) et des variables externes (caractristiques de lenvironnement socio affectif). Il

    en rsulte des formes de rsiliences spcifiques rsultant dun processus dynamique et

    volutif qui est propre chaque sujet (Anaut, 2005, p. 7).

  • 25

    CHAPITRE II : Rsilience Assiste

    2.1 De la prvention la rsilience assiste

    La prvention concerne lensemble des mesures pour prvenir un risque, c'est--dire ce qui est

    entrepris dans le but dempcher totalement quil survienne, ou, du moins, dviter ses

    rpercussions, en diminuer les effets ou sa rptition.

    On distingue trois types de dmarches visant la prvention, adoptes dans le champ mdical,

    de la sant ou autres champs professionnel : La prvention primaire, la prvention secondaire

    et la prvention tertiaire.

    - La prvention primaire, qui a pour but de prvenir lapparition des maladies ou troubles.

    Elle dsigne tous les actes destins limiter lincidence afin de diminuer le nombre de

    cas nouveaux.

    - La prvention secondaire, qui est centre sur lapparition prcoce des premires

    manifestations des maladies et des troubles. Elle vise stopper leur dveloppement avant

    linstallation des symptmes caractrisant leur forme concrte.

    - La prvention tertiaire, qui a pour objectif dempcher laggravation ou la rapparition

    des maladies ou des troubles.

    Dans les annes 1960-1970, de nombreux programmes de rsilience assiste ont ts

    expriments aux Etats-Unis.

    Voici quelques uns des ces programmes que nous pourrions dfinir comme favorisant la

    rsilience, soit de rsilience assiste : Le projet prscolaire Perry de Weikart, Rogers, Adcock

    et McClelland (1960), Le programme de formation des mres, de Karnes, Teska, Hodgins et

    Badger (1970), Le projet Milwaukee, de Heber, Garber, Harrington, Hoffman et Falender

    (1972), Le projet abcdaire de Ramey et Smith (1976).

    Le projet prscolaire Perry a dmarr dans les annes 1960 et a concern 123 enfants. Ce

    projet sadressait des enfants gs de trois six ans dont la plupart des structures familiales

    taient monoparentale et issues de milieu socio culturel dfavoris. Dans le cadre du projet

    prscolaire tait offert des soins, un suivi scolaire et un accompagnement ducatif

    personnalis. Il est apparu quarrivs lge de 27 ans, les sujets concerns par le programme

    faisaient preuve dune meilleure insertion sociale et professionnelle (Diplms, payants des

    impts, possdants leur propre maison, nayant pas connu de procdures judiciaires) en

  • 26

    comparaison du groupe de contrle. Le projet Perry est prsent comme favorisant au mieux

    la rsilience des enfants de familles dfavorises et exposs de nombreuses difficults.

    Le programme de formation des mres sadressait des mres denfants gs de treize

    vingt-sept mois, issus de milieux dfavoriss et visait enseigner ces premires les

    techniques dducation de leurs enfants.

    Le projet Milwaukee avait consistait assurer la prvention du retard mental lger chez les

    enfants de milieux dfavoriss de la ville de Milwaukee.

    Le projet abcdaire avait pour objectif de dmontrer que le retard mental pouvait tre vit.

    Etait alors propos dans le cadre du projet un accompagnement consacr au dveloppement de

    lenfant et un suivi familial adapt la situation de la famille concerne.

    Il apparat que ces programmes taient plus particulirement des programmes de prvention et

    pas des programmes cherchant promouvoir la rsilience en particulier. Cest partir des

    annes 1990 que les notions de () promotion , la construction , la stimulation ,

    lamlioration ou laugmentation de la rsilience des enfants et des adultes vivant

    des situations pouvant avoir des consquences sur leur sant mentale firent leur apparition

    (Ionescu, 2011, p. 11). Cest en admettant quil tait possible de favoriser et accompagner la

    rsilience qua merg le concept de rsilience assiste. Ladjectif assiste, utilis pour

    qualifier la construction ou le renforcement de la rsilience en bnficiant de

    laccompagnement de professionnels de la sant mentale chez des personnes vivant des

    traumatismes ou de ladversit chronique, souligne le fait que ces professionnels ne dont que

    seconder, accompagner, le sujet dans ce processus. Il montre aussi que cest le sujet lui-mme

    qui reste aux commandes (Ionescu, 2011, p.11).

    On observe que la notion de rsilience assiste, par sa dimension daccompagnement, rejoint

    dans une certaine mesure celle de la prvention. En effet, en cherchant renforcer la

    rsilience, on peut admettre lide quil sagit de permettre au sujet de surmonter une

    difficult et de pallier des faiblesses pour parvenir semparer de ressources la fois

    internes et externes et les mobiliser de faon ce quelles constituent des forces pour la

    construction (ou reconstruction) du sujet. Afin de vrifier cette hypothse, nous allons nous

    intresser lapproche par laquelle est envisage la pratique de la rsilience assiste.

  • 27

    2.2 Pratique de la rsilience assiste

    La rsilience assiste se diffrencie de lapproche clinique traditionnelle qui aurait tendance

    se baser sur les dysfonctionnements ou troubles du sujet. La rsilience assiste est considre

    comme une intervention base sur les forces (Hodges et Clifton, 2004, in Ionescu, 2011). Cela

    signifie que le professionnel, laccompagnant qui va chercher dvelopper la rsilience chez

    autrui doit lamener valoriser ses comptences et potentialits.

    Cette intervention base sur les forces a, plusieurs spcificits (Matin, Dodgen, Leadbeater,

    Sandler, Schellenbach et Solarz, 2004, in Ionescu, 2011). Lintervention va tre centre la

    fois sur la comprhension du dveloppement en sant et sur la construction de la rsilience

    mais aussi sur le dveloppement des comptences et des capacits pour prvenir lapparition

    ultrieure de difficults. Ce faisant, lintervention vise permettre lamlioration de la qualit

    de vie du sujet dans son environnement. Elle va tre centre autour des motions, des

    comportements estims positifs des sujets et chercher, reprer et valoriser les forces et les

    ressources relatives lenvironnement du sujet et des familles. Cette intervention va chercher

    valoriser, considrer riche dventuelles diffrences culturelles, et offrir un soutient au

    public travers la confiance et la mise en place d'actions. (Promotion de la sant et du bien-

    tre chez les jeunes, habilitation et renforcement des groupes impuissants, etc.) Il est donc

    question de valoriser, dvelopper et mobiliser les ressources et potentialits interne (propres

    au sujet) et externe (propres son environnement) de lindividu afin de favoriser un processus

    de rsilience.

    A propos de la rsilience assiste, Ionescu prcise qu il sagit de remplacer le caractre

    souvent directif, contraignant, intrusif mme, des interventions classiques par un vritable

    accompagnement qui, en facilitant lactualisation des comptences de la personne et leur

    utilisation pour faire face ladversit, faonne la rsilience (Ionescu, 2011, p.15).

    Anaut se situe dans la mme perspective : Si lon part de lhypothse que les facteurs

    constituant la rsilience peuvent tre travaills, stimuls ou dvelopps (Anaut, 2003,

    p.113). On peut chercher accompagner et pratiquer la rsilience, notamment dans les

    domaines de laction ducative, clinique et psychothrapique. Les mthodes et pratiques

    daccompagnement de la rsilience concernent trois domaines : A la fois lindividu dans ses

    dimensions intrapsychiques et sa personnalit, mais aussi dans le domaine de ses

    comportements et enfin dans son environnement relationnel. Cette approche rejoint dans une

    certaine mesure une approche systmique du sujet. Lauteur propose une liste dlments

  • 28

    dvelopper dans le but daider les sujets trouver et mobiliser des ressources internes qui

    leurs sont propre afin de faire face des situations difficiles et complexes (Anaut, 2003).

    Les lments dvelopper afin de faire face ces situation concernent lestime de soi, la

    confiance, loptimisme et le sentiment despoir, lautonomie et lindpendance, lendurance et

    la capacit combattre le stress, la sociabilit, les relations sociales existantes (mme si elles

    sont prcaires), la capacit dexprimenter une gamme dmotions varies, des attitudes

    positives permettant de faire face des problmes et de les rsoudre, de prvoir les

    consquences et enfin llaboration de la culpabilit et de la honte chez le sujet.

    Nous constatons donc que la notion de rsilience assiste repose dune part sur la capacit du

    sujet faire preuve de rsilience et entamer ce processus, et dautre part, celle de

    laccompagnant qui va laider en faire la pleine exprience en lamenant mobiliser des

    ressources internes.

    Au vu de ce que nous comprenons du concept de la pratique de la rsilience assiste, on peut

    supposer quil a son entire place dans les pratiques daccompagnement relevant du champ de

    linsertion. En effet, linsertion est un processus socialement construit dans lequel sont

    impliqus des acteurs sociaux et des institutions (historiquement construites), des logiques

    (socitales) dactions et des stratgies dacteurs, des expriences (biographiques) sur le

    march du travail et des hritages socio-scolaires (Bordigoni, Demazire et Mansuy, 1994,

    in Dubar, 2001, p. 34).

  • 29

    CHAPITRE III : La notion dInsertion

    3.1 LInsertion

    3.1.1 De la psychologie de lorientation au concept dinsertion

    La psychologie de lorientation est ne au dbut du 20me

    sicle. Au dpart elle reposait sur le

    diagnostique de laptitude du sujet rpondre aux exigences dune profession donne. Cette

    conception de lorientation est () fonde sur le modle qui est celui de lappariement entre

    sujets et professions et la notion d aptitude (Capdevielle, 2011, p. 17-18).

    Cette vision apporte une approche dterministe de lorientation des sujets. Elle offre une

    apprhension fige, la fois des individus mais aussi de la socit.

    Or, vers la fin des annes 70, lorientation a connu une certaine volution et est passe dune

    conception diagnostique une conception ducative, qui privilgie la question du choix

    professionnel. En fonction des aspirations et des capacits du sujet, il sagit de favoriser un

    processus dlaboration et de ralisation dun projet professionnel donn. Les aspirations du

    sujet sont au centre de son projet dorientation (Capdevielle, 2011).

    Port par les politiques publiques et lintervention sociale, le concept dinsertion est apparu

    dans les annes 60 et sest fortement rpandu dans les annes 70 face laugmentation du

    chmage et la prcarisation de la population jeune en particulier. Au dpart, devant tre

    temporaires et rpondre un besoin momentan, les dispositifs et services dinsertion se sont

    finalement multiplis et institutionnaliss.

    Cette notion, son apparition, concernait principalement la jeunesse et plus particulirement

    le processus dadquation de ce public la sortie du systme scolaire et leur compatibilit (ou

    incompatibilit) avec le monde du travail. Linsertion renvoie limaginaire dune

    adaptation fonctionnelle des pr-requis cognitifs personnels des types demplois (Eme,

    Laville, 1994, p. 167). Cette conception entend une certaine stabilit du systme conomique

    de la socit dans laquelle elle est conceptualise. Or, Les pratiques des professionnels de

    linsertion ont tout au long de ces dcennies t considrablement influences par lvolution

    du contexte conomique. On est dabord pass de pratiques fondes par la psychologie

    diffrentielle, qui taient des pratiques essentiellement de testing des pratiques de

    tasting , visant la prise en compte des intrts professionnels. Puis dans un troisime

  • 30

    temps, ces approches ducatives ont t remplaces par les modles de la comptence et de la

    formation tout au long de la vie (Capdevielle, 2011, p. 17).

    Cette dernire approche de lorientation est confirme notamment par la rcente entre en

    vigueur de la loi n 2014-288 du 5 mars 2014 relative la formation professionnelle,

    lemploi et la dmocratie sociale. Cette loi, a pour but de permettre chaque salari dtre

    en mesure de dvelopper ses comptences et qualifications et connaissances tout au long de sa

    carrire.

    3.1.2 Dfinition : Insertion Professionnelle ou Insertion Sociale ?

    La dfinition de linsertion est une dfinition dont les contours peuvent paraitre relativement

    flous. En effet, elle dsigne la fois un processus et un rsultat dont la finalit peuvent viser

    une ralisation sociale et / ou professionnelle.

    Selon Castra (2003), le processus voque un passage, une transition dun tat lautre, qui

    ne concernent plus seulement le temps sparant la sortie du systme scolaire de lentre dans

    la vie professionnelle, mais plus gnralement toutes les occurrences daccs ou de retour

    cette vie professionnelle : insertion des jeunes, des handicaps, rinsertion des chmeurs de

    longue dure, des prisonniers ou des malades mentaux tendent donc constituer, en pratique,

    une catgorie unifie. Par ailleurs, le rsultat dsigne () une participation normale

    la vie de la cit, et tout particulirement au plan des rles conomiques (production et

    consommation) et sociaux, voire mdico-sociaux (habitat, sant, citoyennet) (Castra, 2003,

    p.15).

    Linsertion peut aussi tre dfinie comme le processus qui conduit une personne sans

    exprience professionnelle occuper une position stabilise dans le systme de lemploi

    (Fourcade, Paul, Vernires, 1994, p. 727).

    A travers ces visions et dfinitions de linsertion, on repre la notion de transition et de

    processus : ici, si lon simplifie la dfinition dinsertion, elle peut dsigner le passage de

    lcole lentreprise et lensemble des stratgies entreprendre pour y parvenir. Notons que

    les transitions sarticulent dune part avec des institutions et organisations (entreprise,

    famille, association, cole...) et dautre part avec les trajectoires sociales des

    individus (rle et projet) (Dupuy, 1998, p. 47).

  • 31

    Au vu de nos recherches et lectures, il apparat une controverse autour de la notion

    dinsertion. Faut-il parler dinsertion professionnelle, dinsertion sociale ou dinsertion socio-

    professionnelle ?

    Le rapport de Bertrand Schwartz (1981), sur linsertion professionnelle et sociale des

    jeunes , lorigine des crations des Missions Locales, utilise dabord le terme

    professionnelle puis sociale . On peut supposer que linsertion passe tout dabord par

    ce que le travail offre aux membres dune socit occidentale, de reconnaissance sociale, de

    participation la vie en socit, dautonomie et de perspectives. En effet, sans emploi, un

    sujet peut se voir, par les reprsentations et attentes socitales, soumis une forme

    dexclusion, relle ou symbolique. En nous basant sur les cinq fonctions latentes du travail

    dveloppes par Jahoda en 1979, (in Ionescu, 2001), il apparat quil permet de structurer le

    temps, de favoriser les contacts sociaux, datteindre un but collectif, de bnficier dun statut

    et enfin, de satisfaire un besoin dactivit. Notons galement que naturellement, le travail

    assure aussi une source de revenus et par consquent un certain bien tre matriel. Dautre

    part, Dubar (1998) insiste sur limportance de la dimension professionnelle dans la

    construction identitaire qui constitue un lment majeur de la socialisation chez lindividu.

    En effet, on peut considrer laccs lemploi comme tant un outil de normalisation et de

    socialisation: en travaillant, le sujet intgre un nombre de rgles et de valeurs mais il accde

    aussi un statut social, rel et symbolique. Le tout va contribuer la construction de son

    identit.

    Nanmoins, parler seulement dinsertion professionnelle, restreint la porte et la dimension de

    la notion dInsertion ainsi que ses enjeux pour le sujet. En effet, dans le cas dun candidat

    linsertion dont la situation globale est prcaire (absence de logement stable, problmatiques

    de sant, absence de formation et de qualification, mconnaissance des attentes du march du

    travail, etc.) on peut supposer que son insertion professionnelle sera difficilement mise en

    uvre si lensemble des thmatiques sociales le concernant sont nies ou inconsidres, dans

    ce quelles peuvent reprsenter de limitations ou freins lemploi.

    Peut-on donc parler uniquement dinsertion sociale ? Tout comme la question dinsertion

    professionnelle, cette notion semble limite et restreindre par elle-mme lInsertion, son

    processus et son rsultat. Car si le sujet est prendre dans sa globalit, le rsultat de

    linsertion est et reste laccs lemploi, dans la mesure des capacits du sujet.

  • 32

    Nous retiendrons donc la notion dInsertion, pour dsigner linsertion sociale et

    professionnelle des jeunes. Selon la Direction de linformation lgale et administrative,

    linsertion est un processus qui conduit une personne trouver une place reconnue dans la

    socit. Linsertion peut prendre plusieurs figures : insertion professionnelle, sociale, globale.

    Linsertion professionnelle est la remise en contact avec le milieu de travail ou la radaptation

    au march du travail. Linsertion sociale concerne laccompagnement social de la personne.

    Linsertion sociale globale dsigne un ensemble dactions daccompagnement personnalis

    visant un effet global dinterventions croises (emploi, soins, logement, culture, ducation)

    (Insertion, 2005, in Glossaire de la Direction de linformation lgale et administrative).

    3.2 Pratiques dinsertion

    3.2.1 Laccompagnement dans lapproche globale du sujet

    Selon Labb (2010), () dans la mesure o il considre la personne dans sa globalit,

    l'accompagnement humanise la mise l'emploi .

    Arrtons-nous sur la signification de la notion daccompagnement. Accompagner vient de

    accum-pagnis, ac (vers), cum (avec), pagnis (pain). Accompagner signifie donc tre avec et

    aller vers, sur la base de la dimension symbolique du partage, ici le partage du pain. Ce mot

    entend la fois une horizontalit, un cheminement commun et un partage dans la relation

    entre laccompagnant, et laccompagn. Cependant, on peut supposer que bien que

    laccompagnant est celui qui accompagne laccompagn dans sa trajectoire, cest ce dernier

    qui est le principal dcideur de sa propre destination.

    Comme nous lavons abord dans la partie prcdente, Labb (2010) prsente

    laccompagnement social (comprenant le logement, la sant, la culture) et laccompagnement

    professionnel (concernant lemploi et la formation) comme tant indissociables lun de

    lautre. Ce quil nomme Accompagnement Social et Professionnel (ASP) se concentre sur

    lindividu, cherche sappuyer sur ses ressources la fois internes et externes et vise rduire

    ou supprimer les freins lemploi et prend ainsi une certaine dimension de socialisation

    secondaire.

    Ce type daccompagnement se veut global et doit permettre au sujet, travers une approche

    globale, dtre envisag la fois dans sa singularit et sa complexit. Lapproche globale

    peut-tre envisage comme une approche systmique de lintervention sociale. En effet, afin

  • 33

    daborder une situation problmatique, le travailleur social doit aussi bien observer les

    facteurs de lenvironnement du sujet que sintresser aux divers aspects de sa vie personnelle

    et ne peut en aucun cas se concentrer sur lun ou lautre. Cette approche globale permet

    dviter de fractionner les problmatiques et difficults rencontres par le sujet et doffrir une

    vision densemble de sa situation.

    Daprs Labb (2010), la socialisation secondaire travers lASP est ngocie en Mission

    Locale, car elle se fait avec . Cela semble indispensable un accompagnement

    humanisant . En effet, le sujet doit rester le principal acteur de la construction de son projet

    dinsertion. Dans chaque situation daccompagnement, lASP va sappuyer sur six lments

    fondamentaux :

    Tout dabord, il va sappuyer sur le rfrent unique, qui permet la garantie dun suivi de

    parcours et dviter les ruptures daccompagnement et qui va aussi faciliter la recherche de

    solutions adaptes pour llaboration et la construction du projet professionnel. Le projet est

    llment qui va permettre de dfinir les stratgies privilgier afin de parvenir linsertion

    du sujet, et permettre de se voir se dessiner une ligne darrive, un point atteindre. Pour sa

    part, lentretien a pour objectif de faire un point quant aux avances et aux difficults

    rencontres par le sujet. Par lentretien, on peut rguler le processus dinsertion. Le contrat

    est llment de contractualisation de laccompagnement. Chacune des parties a un rle et il

    sagit de faire avec . Il va permettre de signifier les limites et les conditions de

    laccompagnement. Aussi, les apports instrumentaux, qui concernent les ateliers collectifs ou

    individuels afin de favoriser la recherche demploi, travers des Techniques de Recherche

    dEmploi (TRE), la rdaction de CV, ont pour objectif de favoriser la mobilisation du jeune

    mais aussi et surtout, de favoriser et optimiser sa recherche demploi. Enfin, la mobilisation

    des liens faibles, qui dsigne le recours au partenariat, va permettre laccompagnant de

    sappuyer sur des partenaires possdants de plus grandes connaissances ou tant spcialiss

    dans certains champs inhrents lapproche globale du sujet (par exemple en ce qui concerne

    le logement, la sant, la formation, etc.)

  • 34

    3.2.2 La notion de projet

    On constate que la rfrence la notion de projet est omniprsente au sein des structures

    daccompagnement, y compris dans celles dont la vocation concerne les champs de

    linsertion. Castra parle mme de dictature du projet (Castra, 2003, p. 82). Selon lui, le

    projet, bien quayant un aspect fdrateur et humaniste, ne doit pas tre prsent dans toutes les

    pratiques daide linsertion. De plus, si le projet permet de dfinir et reprer les objectifs

    socioprofessionnels du sujet, il ne suffit pas obtenir un emploi. Les pratiques daide

    linsertion ne peuvent donc tre limites la dfinition dun projet.

    Nanmoins, la construction du projet professionnel du sujet au sein des structures dinsertion

    reprsente la fois le fil conducteur de laccompagnement du sujet et lobjectif final vis par

    les acteurs (structure dinsertion et public accompagn). On doit reconnatre, dans une

    certaine mesure, la dimension non dterministe du projet : Peu importe lorigine

    socioculturelle du sujet, il va en faire lui-mme llaboration et smanciper ainsi des facteurs

    sociaux qui auraient pu initialement dterminer son parcours. La notion de projet vise

    ltude de la part qui revient au sujet dans la construction de sa trajectoire et consacre la

    conception dun individu, rationnel, libre et responsable de ses choix. Elle vient ainsi faire

    cho la fois aux valeurs de lidologie librale qui organisent le monde politique et aux

    valeurs humanistes des professionnels de linsertion (Capdevielle, 2011, p. 18).

    Malgr tout, il semble invitable que les structures daccompagnement peuvent participer

    induire dune certaine manire, un prototype du projet professionnel chez des jeunes.

    Dabord, la mission locale joue le rle de retranscription de la ralit sociale en imposant ses

    rgles. Il arrive, par exemple, quun projet exprim par un jeune soit estim irralisable (De

    La No, Piault, 2007, p. 45- 48). Dans le mme sens, les formes de relgation pour ces

    population prennent la tournure dorientation strotypes, dans une logique de genre. Les

    garons sont ddis vers les activits du btiment, des espaces verts, du transport, de la

    restauration et de la manutention. Les filles sont envoyes vers celles du nettoyage, des

    services subalternes auprs des personnes ges et galement de la restauration (Brgeon,

    2013, p. 22).

    Toutefois, malgr lomniprsence de la notion de projet dans les pratiques dinsertion et ses

    ventuelles limites, celle-ci peut rejoindre nanmoins lide dune approche globale du jeune

    travers une dmarche idologique et humaniste, qui cherche permettre tout un chacun de

    bnficier du droit lorientation et la formation tout au long de la vie et dtre le principal

  • 35

    dcideur de son projet. De plus, le projet induit une projection globale du sujet car les

    projets sont interconnects entre eux. Les projets professionnels ne sont pas indpendants des

    autres projets dans la vie dune personne ou dans la vie des groupes sociaux dans lesquels les

    projets sont enchsss, par exemple, la famille (Young, Valach, 2006, p. 501).

    En effet, travers le projet professionnel, le sujet va tre amen indniablement concevoir

    un projet de vie (logement, famille, loisirs), dont la ralisation sera soit influence ou rendue

    possible par la mise en uvre du projet professionnel.

    3.3 Limites de lInsertion

    Linsertion peut prsenter certaines limites, la fois au niveau de difficults prsentes dans

    lenvironnement du sujet mais aussi au niveau des sujets et de la complexit de leurs parcours

    de vie. Il semblerait donc que linsertion namne pas forcment les individus accompagns

    vers lemploi sinsrer. Le contexte conomique actuel est fragile et il est vrai que les

    perspectives demploi restent limites. En ce sens, Brgeon (2013), alerte sur la transmission

    de dterminismes sociaux par les structures dinsertion auprs des populations peu ou pas

    qualifies. Selon lui, les structures alternent entre deux messages parfois contradictoires, la

    fois le libre choix par le sujet de son orientation, mais aussi le rappel de son manque

    dexprience et de qualifications face un environnement social et complexe offrant peu de

    perspectives, et par consquent, le peu de choix qui soffre lui.

    De plus, pour certains, les pratiques des professionnels des dispositifs dinsertion sont trop

    centrs sur la personne, pas assez sur les contextes et situations o elle volue (Castra, 2003,

    p. 230). La fonction dintermdiaire, de mdiateur ou de facilitateur (celle de laccompagnant)

    entre le march du travail et linsertion du sujet peut tre par consquent court-circuite par

    cette orientation exclusive. En ce qui concerne les pratiques de laccompagnement vers

    lemploi, Castra (2003) estime que les professionnels dinsertion mettent en place une

    psychologisation de leur public. Le problme viendrait donc du demandeur demploi qui

    ne trouve pas de travail, qui ne sinsre pas, et non pas dun environnement conomique

    fragile, qui offre peu de perspectives dembauche. Il sagit donc de travailler sur ce manque

    provenant du sujet, et non pas sur lenvironnement dans lequel il volue.

    De plus, les problmatiques rencontres par les jeunes en difficult sont parfois nombreuses et

    ont marqu et contribu la vulnrabilit du sujet, jusqu pouvoir compromettre son

    insertion. Les conseillers peuvent tre en difficult face des problmatiques ne relevant pas

  • 36

    de leur ressort, tout en tant nanmoins soumis la ncessit dinsrer. Par ailleurs, face la

    difficult de sinsrer, les sujets peuvent osciller entre dune part, un idal de carrire, un

    panouissement professionnel travers un projet professionnel choisi et construit et dautre

    part, entre la ncessit daccder lemploi afin de subvenir ses besoins et tre autonome.

    En effet, dans les annes qui suivent la sortie du systme scolaire, le processus dorientation

    est le plus souvent laborieux. Labsence de qualification et la faiblesse des capitaux familiaux

    rendent les tentatives dorientation fragiles, sans tayage fiable : tantt ils sont dans lide de

    prendre un peu nimporte quoi pour faire face la prcarit, tantt ils tentent de hirarchiser

    des activits, partir de leurs expriences, dans lespoir dexprimer leur personnalit et de

    spanouir (Brgeon, 2013, p. 151).

  • 37

    PROBLEMATIQUE

    Lobjectif de notre recherche est de dterminer limportance de la rsilience assiste dans le

    processus dinsertion sociale des jeunes en difficult et plus particulirement suivis en

    Mission Locale.

    Avant de dvelopper notre rflexion, il nous semble ncessaire de dfinir la notion de jeunes

    en difficults . Selon un rapport de lInspection gnrale des affaires sociales (2005), Dresser

    une typologie des jeunes en difficult constitue un exercice difficile, voire artificiel, la

    jeunesse tant par dfinition un tat transitoire au cours duquel la situation des intresss est

    appele connatre dimportants changements. Nanmoins, en gardant lesprit le caractre

    transitoire et phmre du qualificatif de jeune et en difficult , on peut distinguer trois

    catgories de jeunes en difficult. Ces trois catgories prsentent les jeunes en danger au

    sens juridique du terme, qui relvent de la protection de lenfance, les jeunes prcariss et en

    danger dexclusion et les jeunes prsentant des troubles du comportement (dsigns aussi sous

    lappellation border line ). Ces catgories ne sont videmment pas fermes et les jeunes en

    difficult peuvent passer de lune lautre de ces catgories ou relever de plusieurs dentre

    elles la fois. Le fait dtre en difficult induit lide que face un vnement ou une

    situation difficile, voire traumatique (maltraitance, carence affective, prcarit, exclusion,

    marginalit, troubles, etc.), lindividu est vulnrable et doit mobiliser des ressources afin de

    faire face ladversit. Ces ressources sont la fois internes, (propres lindividu) et externes

    (propres son environnement).

    Dans ce cadre, nous nous demandons dans quelle mesure la pratique de la rsilience assiste

    permet-elle au sujet de favoriser voire de russir son processus dinsertion et par consquent

    de faire preuve de rsilience ? Ou bien la pratique de la rsilience assiste par laccompagnant

    permet-elle au sujet qui sest dj inscrit dans un processus dinsertion, voire de rsilience, de

    concrtiser et daboutir son projet ? Mais encore, peut-il y avoir rsilience si le sujet,

    laccompagn, nest pas prt (de manire consciente ou inconsciente) sinvestir dans son

    processus dinsertion ? Si le sujet nest pas prt, laccompagnant peut-il, par le biais de la

    rsilience assiste, amener laccompagn russir sinscrire dans son projet dinsertion

    voire le russir ? Finalement, la rsilience (assiste), pratique dans le cadre de linsertion

    est-elle le fruit de lintervention dun accompagnant ou est-elle propre aux ressources internes

  • 38

    de laccompagn qui un moment donn de son existence va tre en mesure de mobiliser ces

    ressources pour faire preuve de rsilience et ici, de sinsrer socialement ?

    Pour comprendre le concept de rsilience, nous nous intressons dans un premier temps la

    notion de traumatisme et aux mcanismes de dfenses employs par le sujet lorsquil y est

    expos. Plus prcisment, nous essayons de dterminer dans quelle mesure le traumatisme

    peut constituer un lment central dans la construction du sujet et dans une moindre mesure

    complexifier son processus dinsertion. Anna Freud (1976) envisage lexprience traumatique

    partir de la dfinition freudienne de S. Freud en 1926 : des excitations internes ou externes

    fragilisent le sujet et mettent le Moi en dtresse. Ferenczi (2006), qui a t oppos S. Freud,

    propos de la notion de traumatisme, distingue les notions traumatisme, traumatique et

    traumas. Selon lui, les traumas perturbent gravement lorganisation de lconomie

    pulsionnelle, la symbolisation et lautonomie du Moi et nont pas quune action

    dsorganisatrice. Le traumatisme nest pas forcment de nature spectaculaire mais au

    contraire, il peut voir son origine dans un vnement simple, mme banal (Boubozka, 2001).

    Face au traumatisme, le sujet va tre amen ragir dans le but de le dpasser. La raction au

    traumatisme se dcoupe en deux phases, tout dabord une premire phase qui sillustre par

    une raction durgence qui consiste intgrer le choc et chercher se rparer, ensuite

    travers une seconde phase par lemploi de moyens dfensifs plus mrs, plus souples et plus

    appropris sur la dure. (Anaut, 2005). Par ailleurs, un ensemble de mcanismes de dfenses

    relevant la fois de ressources internes et externes peuvent tre mobiliss par le sujet pour

    dpasser lvnement de rupture (Tychey, 2001, Lafon, 1973, Braconnier, 1998). La

    symbolisation du traumatisme peut aussi contribuer son dpassement (Cyrulnik, 1999).

    Dans ces perspectives, nous accordons une place importante aux vnements de ruptures

    relats par les sujets, leurs manires dy rpondre par le recours des mcanismes de

    dfenses. En effet, le recours des mcanismes de dfenses et plus prcisment, la manire de

    se reconstruire positivement la suite dun traumatisme ou dun vnement de rupture donn,

    nous amnent nous intresser au concept de rsilience qui dsigne entre autres, la capacit

    faire face ladversit (Cyrulnik, 1999).

    La rsilience sexplique par un quilibre entre plusieurs facteurs : dune part, la confrontation

    un environnement stressant, dautre part, la vulnrabilit et les ressources internes du sujet

    et enfin, la relation aux facteurs externes favorable (Werner et Smith, 1992). Cette explication

    rejoint le modle de la Triade. Le sujet, confront un vnement traumatisant, value la

    situation et met en uvre une stratgie dadaptation partir dune combinaison entre trois

  • 39

    facteurs, individuels, familiaux et de soutien (Garmezy, 1991). De plus, la rsilience doit tre

    envisage comme un processus dynamique et volutif interagissant avec un ensemble de

    facteurs internes et externes au sujet (Anaut, 2005). Cela signifie quun sujet qui a fait preuve

    de rsilience un moment donn de son existence, ne sera pas forcment rsilient un autre

    moment, et inversement. De plus, ce quun sujet vivra comme vnement traumatisant, ne

    sera pas vcu comme tel pour un autre. (Anaut, 2008). On peut donc admettre que le

    processus de rsilience est incertain car dpendant dun ensemble de facteurs relatifs au sujet

    et son environnement et est, par consquent, non prvisible (Tisseron, 2007).

    Afin dinterroger limportance de linsertion pour le sujet, nous nous intressons la notion

    de rsilience assiste. Ce concept consiste mettre en vidence et dvelopper les

    potentialits du sujet, reprer les ressources prsentes dans son environnement et prvenir

    les risques afin de favoriser la rsilience (Ionescu, 2011, Anaut 2003, 2005). Le trait de

    rsilience assist, publi sous la direction de Ionescu, (2011) est le seul ouvrage sur la

    rsilience bas sur la pratique clinique. Dans ce cas de figure, la rsilience repose sur la

    capacit du sujet faire preuve de rsilience et entamer ce processus, et celle de

    laccompagnant qui va laider en faire la pleine exprience en lamenant mobiliser des

    ressources internes. Nous envisageons lventualit que linsertion puisse tre favorise par la

    pratique de la rsilience assiste, notamment dans le cadre dun accompagnement vers

    linsertion.

    Linsertion est un processus qui dsigne le passage dune priode dinactivit une priode

    dactivit professionnelle stable ou plus gnralement toutes les formes daccs ou de retour

    lemploi (Castra, 2003, Fourcade, Paul Vernire, 1994). A travers cette vision et dfinition de

    linsertion, on repre la notion de transition et de processus : ici, si lon simplifie la dfinition

    dinsertion, elle peut dsigner le passage de lcole lentreprise et lensemble des stratgies

    entreprendre pour y parvenir (Dupuy, 1998).

    Jusquici, il nexiste pas notre connaissance de travaux relatifs limportance de la

    rsilience dans le processus dinsertion des jeunes en difficults. On relve des recherches

    relatives linstitution scolaire comme pouvant constituer un facteur de rsilience (Anaut,

    2006, Cyrulnik, Pourtois, 2007), ou linsertion professionnelle, nanmoins ces dernires

    concernent un public spcifique. En effet, Julien-Gauthier, Jourdan-Ionescu, et Hroux

    (2012) ont ralis une tude relative linsertion sociale et professionnelle des jeunes adultes

    ayant des incapacits intellectuelles. Cette tude, bien quelle sappuie sur le cadre thorique

    de la rsilience, diffre de notre recherche car vise identifier la contribution des parents de

  • 40

    jeunes en situation de handicap (ici lincapacit intellectuelle) leur insertion sociale et

    professionnelle. Par ailleurs, une recherche a t ralise propos de la rsilience dlves

    dcrocheurs inscrits en Mission Locale (Petit, 2014). Cette recherche, bien quelle mobilise le

    concept de rsilience au sein de la Mission Locale, le public auquel elle sintresse diffre du

    ntre car concerne des lves en situation de dcrochage. Une autre recherche se rapproche de

    la ntre par la notion de rsilience, de laccompagnement par une structure associative et de

    personnes en grande difficult dinsertion (Charreire-Petit, S., Cusin, J. ,2014). Nanmoins,

    cette tude qui interroge le rle de tuteur de rsilience travers le cas dune structure

    associative, par laccs lemploi durable de personnes en grandes difficults dinsertion

    professionnelle est centre sur le rle de lentreprise dans son statut de tuteur de rsilience, en

    cela elle se distingue de notre tude. Anaut (2015) admet que linsertion sociale puisse tre

    considre comme un lment de russite et de dpassement de ladversit. Elle envisage son

    approche sous le terme de comptence sociale qui englobe les activits socialises, les

    relations sociales, les rsultats scolaires et linsertion professionnelle. Comme nous lavons

    abord prcdemment, le terme social semble limiter et restreindre la notion dInsertion, son

    processus et son rsultat. Car si le sujet est prendre dans sa globalit, le rsultat de

    linsertion est et reste laccs lemploi, dans la mesure des capacits du sujet.

    Lensemble des thmatiques abordes et les liens que nous venons dtablir entre elles nous

    amnent chercher et tudier limportance de lInsertion pour les jeunes en difficult. Nous

    chercherons donc reprer un ventuel lien entre Rsilience et Insertion et nous tenterons de

    rpondre lhypothse suivante :

    LInsertion, dans le cadre de la pratique de la rsilience assiste,

    peut constituer un facteur de Rsilience chez le sujet en difficult.

  • 41

    PARTIE EMPIRIQUE

  • 42

    CHAPITRE IV : Mthodologie de la Recherche

    Afin de rpondre cette hypothse, le choix du public de jeunes en difficult 2, ayant dj

    entam un processus de rsilience en simpliquant dans un processus dinsertion, sest fait

    auprs de jeunes suivis en Mission Locale, et plus prcisment au sein du dispositif de la

    Garantie Jeune.

    Afin daborder la question de limportance de laccompagnement des jeunes dans un

    processus dinsertion, qui puisse ventuellement favoriser un processus de rsilience, nous

    avons choisi de raliser une tude qualitative et longitudinale, dune part en nous appuyant sur

    lanalyse de la retranscription dentretiens semi-directifs et dautre part, en ralisant deux

    entretiens semi directifs sur deux priodes distinctes (le dernier trimestre de lanne 2015 et le

    second trimestre de lanne 2016). Cette approche a pour but de reprer une ventuelle

    volution des sujets dans la ralisation de leurs projets et leur processus dinsertion.

    La dimension longitudinale de cette tude qualitative a pour objectifs de mesurer u