LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS .• Copies de fiches de paie ... les informations portaient sur les

download LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS .• Copies de fiches de paie ... les informations portaient sur les

of 14

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS .• Copies de fiches de paie ... les informations portaient sur les

  • DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 octobre 2013

    Une tude Fellowes / CSAMene en septembre 2013

    LES FRANAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIV EN 2013

  • RAPPEL CHIFFRE DE LA CRIMINALIT

    IDENTITAIRE EN 2013 :

    8% des Franais dclarent avoir t victimes dusurpation didentit au cours des 10 dernires annes. Un chiffre qui ne dcrot pas par rapport 2012, malgr les cam-pagnes de sensibilisation et les mises en garde.

    LES FRANAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS EN 2013 : Prs de 8 millions de Franais laissent trainer des informations confidentielles au bureau ou chez eux

    UN SONDAGE EXCLUSIF CSA POUR FELLOWES

    Ces papiers confidentiels traitent de revenusPour plus de la moiti dentre elles, les informations dcouvertes portent sur les revenus, ou les fonds dont la personne connue dispose.

    Au total, 21% des Franais (soit 6 millions) ont dcouvert des informations sur les salaires au bureau (de leurs collgues, de leur employeur...).

    Pourtant, paradoxalement, cest le papier qui inspire confiance pour la confidentialitPrs de 70% des Franais considrent que le courrier papier est le plus apte conserver la confidentialit contre 7% pour lemail !

    Mais 1 Franais sur 2 conserve ses documents les plus sensibles sans protection particulire49% des Franais jettent sans dchirer ou conservent sans protection leurs documents administratifs (avis dimposition, docu-ments dtat civil.). Malgr cette trs grande confiance dans le support papier, la moiti des Franais nadoptent aucune protection particulire de leurs papiers confidentiels (copies de papiers didentit, factures, avis dimposition), alors que le geste le plus sr pour garantir cette protec-tion est de dtruire ces documents avant de les jeter ou de les laisser traner une fois utiliss

    En 2013, Fellowes poursuit sa campagne de sensi-bilisation sur les risques dusurpation didentit et se concentre, pour ce 5me volet, sur lattitude et le comportement des Franais vis--vis des papiers confidentiels, dans la vie professionnelle comme en priv. Une cl essentielle pour mieux comprendre lampleur du flau.

    Les Franais ne sont pas vigilants ! 8 millions de Franais (plus dun Franais sur 7) laissent trainer des papiers confidentiels par inadvertance, chez eux, sur une photocopieuse ou une imprimante, sur leur lieu de travail, dans un train ou un bus, au cafEt pourtant, environ 7 millions de Franais ont dj vu un document contenant des informations confi-dentielles sur une personne quils connaissaient

  • 1. Quest-ce que la criminalit identitaire ? Rappel dfinition.

    Laction de Fellowes depuis 2005.

    La criminalit identitaire en 2013.

    2. La progression de la perception du risque : La perception du risque de criminalit identitaire lchelle individuelle en 2013 est en hausse : 68% (vs 63% en 2012).

    3. Lattitude et les comportements des franais a lgard des papiers confidentiels, au bureau ou en priv en 2013 : rsultats de ltude Fellowes/CSA (Septembre 2013) Prs de 8 millions des Franais laissent trainer des informations confidentielles.

    Pour plus de la moiti dentre elles, les informations portaient sur les revenus dune personne connue.

    Au bureau, cest encore pire ! 21% des Franais actifs ou anciens actifs ont dj vu traner au bureau des documents confidentiels, soit environ 6 millions de Franais.

    Pour prs de 70% des Franais, le papier inspire davantage confiance aux franais que lemail, mais ils persistent conserver leurs documents papier sensibles sans protection.

    Une attitude qui a peu de chance dvoluer : plus de la moiti des entreprises nont aucune consigne connue sur le traitement des documents confidentiels.

    4. Les bonnes pratiques a adopter pour limiter les risques dusurpation didentit

    AnnexesQui est Fellowes ? Un pionnier des accessoires de bureau.

    Rfrences de Christophe Naudin et du CSA.

    Sommaire

  • La dfinition La criminalit identitaire et documentaire regroupe les infractions touchant lidentit des individus comme des entreprises. Lusurpation didentit est le fait de prendre dlibr-ment lidentit dune autre personne vivante, gnralement dans le but de raliser des actions frauduleuses commerciales, civiles ou pnales, accder aux finances de la personne usurpe, ou de commettre en son nom un dlit, ou daccder des droits de faon indue.

    Selon Christophe Naudin, criminologue, la criminalit identitaire est, en 2012, la deuxime infraction en France devant les cambriolages (333 338 en 2011) et derrire le vol de vhi-cule (552 125 en 2011) Source : Etat annuel 2001 DCPJ Ministre de lintrieur.

    Contrairement la cration dune fausse identit, la substitution didentit (change volontaire et symtrique didentit) ou au vol didentit (qui touche lidentit dune per-sonne dcde), lusurpation didentit conduit la victime devoir prouver quelle est bien elle-mme ! Ses consquences morales, financires et sociales sont normes et mconnues.

    Dans la plupart des cas, les usurpations didentit sont commises des fins financires (ouvertures de crdit par exemple), dobtentions daides sociales (chmage, allocations familiales), ou de faux papiers.

    Laction de Fellowes depuis 2005 Fellowes est une socit amricaine, spcialiste de lenvironnement du poste de travail, qui fabrique des destructeurs de documents et des systmes darchivage de donnes pour le bureau ou pour la maison.

    Aux Etats-Unis, dtruire ses donnes personnelles ou sensibles est un geste courant, que ce soit au bureau ou chez soi, en raison du risque de vol ou de piratage. Cependant, les europens sont nettement moins sensibles ce risque.Cest pourquoi Fellowes a dmarr des campagnes de sensibilisation au risque dusurpa-tion didentit depuis 2005 en Europe et 2008 en France. Ce flau, trs rpandu dans le monde et en France, a des consquences, morales, financires et sociales importantes et mconnues.

    En 2013, Fellowes ouvre le cinquime volet de son enqute et dresse, en partenariat avec CSA, un tat des lieux complet sur lattitude des Franais face aux papiers confidentiels, en priv et dans la vie professionnelle.

    QUEST-CE QUE

    LA CRIMINALIT IDENTITAIRE ?1.

  • LA CRIMINALIT IDENTITAIRE EN 2013

    En 2013, pour la premire fois, on observe une relative stabilit des donnes criminologiques dans ce domaine.

    Les donnes empiriques nont pas connu daugmentation significative entre 2011 et 20121 :

    82 000 consultations lIdentit Judiciaire en 2012 : +2,5% (2012, vs 2011)

    15 000 procdures judiciaires : +3,5% (2012, vs 2011)

    5% de fraude sur les ouvertures de comptes bancaires : +0,7% (2012, vs 2011)

    80% des victimes dposent plainte entre 2 et 20 ans aprs les faits (estimation).

    8% des Franais (+ de 15 ans) dclarent avoir t victimes dusurpa-tion didentit au cours des 10 dernires annes. Ce chiffre a t obtenu par un sondage exclusif CSA / FELLOWES2, ralis par internet les 24 et 25 septembre 2013.

    Ce chiffre ne dcrot donc pas par-rapport 2012, malgr les campagnes de sensibilisa-tion.*

    1. Les statistiques officielles 2013 seront publies au printemps 2014.

    2. Sondage ralis auprs dun chantillon national reprsentatif de 1031 personnes ges de 15 ans et plus, constitu daprs la mthode des quotas (sexe, ge, profession de la personne interroge), aprs stratification par rgion et taille dagglomration.

  • Mthodologie de ltude :

    Sondage exclusif Fellowes / CSA ralis par tlphone les 3 et 4 septembre 2013 au domicile des personnes interroges.

    Echantillon national reprsentatif de 1053 personnes ges de 15 ans et plus, constitu daprs la mthode des quotas (sexe, ge, profession du chef de mnage), aprs stratifi-cation par rgion et catgorie dagglomration.

    CE QUI CHANGE

    De nouveaux modes opratoires sont luvre : des vrais/faux la dlivrance indue

    Si les documents didentit centraux (carte didentit, passeport, permis de conduire) taient auparavant les plus convoits, pour la plupart frauduleusement crs, ce sont dsormais les copies des documents connexes qui sont aujourdhui cibls :

    Actes de naissance

    Copies de fiches de paie

    Copies de pices didentit

    Copies de factures

    Sur le parc actuel de 30 millions de cartes didentit en France, on estime environ 10% dentre elles douteuses .

    La perte de confiance se concentre dsormais sur lidentit numriqueLaugmentation exponentielle des attaques de lidentit numrique (code de carte bleue, tlphonie, comptes dachats, etc...), inquitent les Franais.

    Il ny a aucune confiance dans les documents dmatrialiss : toutes les donnes sur le net (cloud) peuvent y rester, mme si on souhaite les dtruire.

    Dans une rcente tude publie en septembre 2013 par BVA pour le Syntec numrique, 80% des Franais ne croient pas la confidentialit de leurs donnes personnelles sur Internet. Un score crasant observ dans toutes les catgories sociodmographiques et politiques de la population.

    3 Baromtre de lInnovation BVA-Syntec numrique publi le 19/09/13.

  • La perception du risque de criminalit identitaire lchelle individuelle en 2013 est en hausse.68% (vs 63%) des Franais estiment que le risque dtre victime dune usurpa-tion didentit est lev.

    A linverse, 34% des Franais interrogs en 2012 percevaient ce risque comme pas lev, vs 30% en 2013.

    LA PROGRESSION DE LA PERCEPTION DU RISQUE 2.

  • En 2013, pour mieux comprendre la monte du risque, Fellowes a souhait se pencher sur lattitude et les comportements des Franais avec les papiers dits confidentiels , et leur degr de protection vis--vis de ces documents.

    Combien sont-ils avoir lu un papier confidentiel sur un proche ou un collaborateur ?Que laissent-ils la vue des autres par inadvertance ?Que protgent-ils vraiment ?Que font aujourdhui les entreprises ce sujet ?

    1er enseignement