Le blogue : du journal intime aux réseaux sociaux

download Le blogue : du journal intime aux réseaux sociaux

of 10

  • date post

    06-Jun-2015
  • Category

    Documents

  • view

    547
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Le blogue et les communauté d'apprentissage virtuelles, un potentiel éducatif. Article publié dans la revue Le Français dans le Monde, mai-juin 2007, n°351.

Transcript of Le blogue : du journal intime aux réseaux sociaux

[TITRE] Les blogues communautaires Claude Springer, universit Marc Bloch, Strasbourg, France [Sous titre] Du journal intime aux communauts de blogueurs LOffice qubcois de la langue franaise (OQLF) dfinit le blogue comme un site web ayant la forme dun journal personnel, dat, au contenu antchronologique (ordre chronologique inverse) et rgulirement mis jour, o linternaute peut communiquer ses ides et ses impressions sur une multitude de sujets, en y publiant, sa guise, des textes informatifs ou intimistes, gnralement courts, parfois enrichis dhyperliens, qui appellent les commentaires du lecteur 1. Un certain nombre de termes sont galement utiliss pour parler de cette ralit : carnet web, cybercarnet, weblog, blog, journal web, webjournal, joueb, jourel et bloc-notes. Mme si, comme la dfinition le dit, dun point de vue visuel et technique, un blogue nest en fait quun site internet, il y a une approche la fois technique et philosophique qui va bien au-del. [insrer image 1 + lgende] En opposition cette dfinition originelle et reconnue, qui ne tient compte en fait que de laspect individuel inhrent au journal intime, nous souhaitons montrer que les blogues aujourdhui ont pris une dimension prontaire (voir plus loin) et communautaire remarquable. Le blogue rpond avant tout un certain besoin dexister. Cependant, exister sur internet nest pas suffisant, il faut tre reconnu et intgr dans une communaut virtuelle. Bloguer nest pas uniquement parler de soi, de sa vie, donner son opinion, cest aussi et surtout interagir avec les autres internautes, crer quelque chose plusieurs, changer et partager ce qui a t cr. Lespace priv du dbut sest transform en espace dchange. Les diaristes du dbut, auteurs de journaux intimes, continuent bien sr crire publiquement leur vie. Les deux modes dexpression coexistent et correspondent des besoins diffrents. [Sous titre] Agir ensemble : lesprit communautaire Le Cadre europen dfinit ce que lon nomme une perspective communicationnelle et actionnelle (pour reprendre lexpression de Daniel Coste), qui met sur le devant de la scne lagir social, laction commune pour parvenir un but partag dans un contexte prcis. Selon De Rosnay, le fait marquant de ces dernires annes est lexplosion de la cration collaborative ou intercrative, qui fait appel des rseaux dintelligence collective et non plus des organisations humaines pyramidales . Les blogues des jeunes, comme lexplique Anna Koenig-Winiewska dans le prochain article, sont le ferment de ce nouvel esprit. Les blogues communautaires constituent ainsi un contexte

1

http://www.clic.ntic.org/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=1001

particulirement favorable cet agir communicationnel et actionnel qui nous intresse pour les langues. Le besoin social de lhomme, celui de faire partie dun groupe existe sans aucun doute, quil soit exprim explicitement ou pas. Une communaut virtuelle est avant tout un groupe interagissant sur internet. [insrer image 2 + lgende] Ce qui caractrise plus fondamentalement la communaut virtuelle, comme tout type de communaut, cest le fait davoir un but ou des intrts communs (Dillenbourg, 2003). Construire collectivement une exprience, partager des motions ensemble, est une qute qui vaut la peine dtre vcue. partir de ces lments, il nest pas difficile de reconnatre comment cette intelligence collective se dveloppe, ni de comprendre pourquoi on voit se dvelopper une allure phnomnale tous ces artefacts, outils cognitifs virtuels, ncessaires ces communauts. On peut, de ce fait, parler de communaut dapprentissage informel, brisant ainsi la frontire entre action et apprentissage. Le blogue offre la communaut un espace informel et peu hirarchis avec des outils dinteraction et de partage faciles utiliser, invitant mme lapprentissage informel. Les interactions et changes suivent une forme narrative et ouverte , fortement contextualise et charge motionnellement, permettant ainsi une co-construction de savoirs, savoir-faire et savoir-faire sociaux. [Sous titre] Les nouveaux atouts du blogue communautaire Le gnie technologique des blogues, qui leur a assur un succs universel (blogues de jeunes, blogues de citoyens, blogues des politiques, ) repose sur une recette simple : ils sont faciles crer et utiliser et offrent la possibilit darriver rapidement un trs joli site internet performant, qui permet tous ceux qui le souhaitent dinteragir. Toutes les formes dexpression sont aujourdhui possibles et font des blogues de fabuleux outils multimdia : crit, vido, audio, photo, dessin. Limportant est de librer lexpression et la fantaisie de Monsieur tout le monde travers un nouveau mdia de masse ouvert et gratuit qui soppose aux mass mdias traditionnels ferms et payants (De Rosnay, 2006). Latout majeur est linteractivit que lon trouve dans le systme des billets. La valeur et la rputation dun blogue se fait gnralement par la popularit illustre par le nombre de commentaires et de visites. Le deuxime atout est assur par la technique de la syndication, ce quon appelle les fils rss intgrs au blogue et qui permettent aux lecteurs de sabonner comme sils sabonnaient un journal. Il est de ce fait possible de rcuprer automatiquement, et ds leur parution, les contenus recherchs. Les blogues constituent ainsi un vaste rseau social de publication et de distribution de contenus.

[insrer image 3 + lgende] Une autre prouesse technique est la facilit de classification, darchivage et de navigation. Les blogues rcents ont adopt une nouvelle philosophie de classement des billets, savoir par mots-cls intuitifs (tags). Cette indexation populaire (on parle de folksonomie) permet une reprsentation graphique sous forme de nuage de tags hyperliens qui rend possible une navigation thmatique, et non plus uniquement chronologique. Cette navigation a ceci de remarquable quelle ouvre la possibilit dentrer en relation avec dautres internautes en utilisant le mme tag. Ce systme a fait tche dhuile et est utilis par la plate-forme darchivage de photos (Flickr), mais bien dautres encore comme par exemple la plate-forme darchivage de signets (del.icio.us.) [insrer image 4] Enfin, les blogues facilitent lintgration dextensions (plugins) mais aussi lintgration directe de photos (Flicrk - application de gestion de photos en ligne), de vidos (Youtube - application de gestion de vido en ligne). Il est galement facile de tlcharger et couter des podcasts. Les blogues intgrent aussi les services de communication comme le chat communautaire et le tlphone (meebo, skype,). [ Sous titre] La rvolte du prontariat : auto-publication et droits libres La blogosphre est devenue en peu de temps un territoire de communication, dchange, dinventivit, de crativit, unique en son genre. Ce rseau social communautaire a pris la place du systme de production et de diffusion capitalistique classique. De Rosnay parle de rvolte du pronetariat . Ainsi, grce au blogue, lautopublication est aujourdhui une ralit. Nul besoin de rechercher un diteur et de payer ses services. [insrer image 5 + lgende] La publication est immdiate, gratuite, de qualit, sans frein ou obstacle ditorial. La distribution des uvres crites et multimdia, comme nous lavons expliqu, est immdiate et gratuite. Il serait faux, et vain, dintenter un mauvais procs es qualit en jugeant ngativement ces contenus. Cette tentative existe et a touch le frre jumeau du blogue, le wiki. Lencyclopdie gratuite Wikipdia se voit rgulirement dnigrer toute qualit scientifique. Or, le contrle de la qualit existe et se fait en rseau, sous des formes diverses dont les commentaires et autres apprciations et votations. Tout se publie donc, la slection se fait naturellement au sein mme de la blogosphre et non pas par limination pralable ou financire. On retrouve, comme dans ldition classique, des valeurs sres, des effets de mode et des dous du marketing. Une nouvelle forme dcriture : crire plusieurs mains Dans ce blogue du Monde, lauteur se pose la question de lcriture blog (http://argoul.blog.lemonde.fr/2005/03/04/2005_03_rflexion_chaud). Ce blogueur, plutt classique, a cr un blogue sur le site du Monde (autre plate-forme possible) et

reconnat tre prt, dans son carnet de voyages, tenter lexprience de lcriture blogue quil dfinit de la manire suivante : Jai dans lidde (sic) daugmenter la part des photos, de rdiger des textes plus courts, de centrer chaque note sur un seul thme. Telle une mosaque, la suite des notes prendra alors sa dimension. Elle perdra ce ct "construit", trop rdig" qui indispose certains. Peut-tre. Aprs tout, un blog nest pas "grav dans le marbre" mais demeure une trace phmre qui doit inciter aux liens, lavance - toujours - de la pense, mme embryonnaire Parfois, il suffit de si peu de choses.

Lcriture blogue nest pas construite comme un texte acadmique et littraire que lcole cherche transmettre. Le texte est court, il ressemble une suite de notes, une pense qui se droule, une mosaque qui doit tre agrable, mais pas trop formalise. Il faut accrocher et plaire en peu de mots. Lide de la trace phmre est jolie, le texte, la parole relve plus de la culture orale que de la culture crite, rien nest grav dans le marbre. Lauteur dit justement quelle est un prtexte des liens, dautres traces qui permettent la pense collective de se construire et davancer. Lcriture blogue est une criture plusieurs mains, les commentaires ne sont pas que de simples ractions, mais poussent la rflexion, la dvient, la renforcent, louvrent. Les remarques et conseil dun autre blogueur, Jean-Franois Ruiz, (http://www.webdeux.info/8-astuces-pour-crire-des-articles-pour-un-blog) montrent que la blogosphre rgit dune certaine faon la vie des communauts et des blogueurs isols. Certaines rgles de publication sont indispensables la popularit et la renomme. Ne jouons pas aux vierges effarouches contre ce besoin de popularit de la blogosphre. Cest vieux comme lhumanit et les hommes politiques sont les premiers de la cla