Granit maquette

download Granit maquette

of 48

  • date post

    06-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    2

Embed Size (px)

description

maquetteejeljlejlej

Transcript of Granit maquette

  • SommaireThtre

    La vie va o ?Le Recours au FortsSous les VisagesOde maritimeMme si cest faux, cest vrai

    468

    1012

    Musique

    Le Pont Sonore BeljuBarry AdamsonDaniel MelingoChralotte etc. & Babx

    e14161820

    Danse

    ZeitungComte ComixSolo #2 Frquences

    222426

    Humour

    La Ferme des ConcombresEllesCocorico

    283032

    Et aussiAteliersRenseignements pratiques

    TarifsBuletins dabonnement

    Faites votre programme

    Lquipe

    343840424446

  • De et par : Michle Guigon - Cocriture : Susy Firth - Mise en scne : Susy Firth - Collaboration artistique : Anne Artigau - Chansons, musiques : Michle Guigon - Lumires : Marie Vincent - Plateau : Bruno Arnould

    La Vie va o ?De Michle Guigon

    Sam. 5 Sep. 20h30entre Libre La maiSon du peupLe

  • Michle Guigon mne sa vie comme une (en)qute. Lair de rien, ou dun accordon, par petites touches pleines de lucidit et de posie, elle sinterroge, seule en scne, et ses questions nous emmnent dans un voyage drle et bouleversant. Avec cette nouvelle escale, elle dploie des trsors de dlicatesse, de subtilit, de drlerie. Comme au sommet dun art quelle peaufine depuis des an-nes, elle saisit ces brins de vie pleines dents, tire lextraordinaire de lordinaire, met du soleil dans ses interrogations, ses indignations, ses motions. Et elle nous fait passer du rire aux larmes. Elle ne cesse de mler les mots et les notes, le mouvement et la parole, limage et le son pour des spectacles inclassables et hors des sentiers battus lesquels, par leur souriante rflexion, touchent luniversel. Une grande part de la vie sagit de la mort ; cest in-vitable. La prestation de Michelle Guigon vole bien au-del de toutes les faons de parler de la fin de nous tous. Elle parle de nous, condamns vivre et pleurer et mourir aussi, en attendant mieux.

    th

    tr

    e

  • Un spectacle de : Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Michel Onfray, Carolyn Carlson, Franois Royet - Voix : Fargass Assand, Stphane Pelliccia, Elsa Hourcade, Laure Wolf - Danseur : Juha-Pekka Marsalo - Direction : Jean Lambert-wild - Musique : Jean-Luc Therminarias - Texte : Michel Onfray - Chorgraphie : Carolyn Carlson - Images : Franois Royet - Pictoglyphe : Mark Alsterlind - Mnmographe : Aurlia Marin - Lumires : Renaud Lagier - Conception scnique : Jean Lambert-wild, Thierry Varenne - Costumes : Franoise Luro - Direction technique : Claire Seguin - Son : Christophe Farion - Programmation: Lopold Frey - Rgie vido : Quentin Descourtis, Julien Delmotte - Storyboard : Patrick Demire - Constructeurs : Patrick Le Mercier, Bruno Banchereau, Patrick Demire, Grard Lenoir, Hubert Rufin, Serge Tarral - Ralisation des costumes : Antoinette Magny

    Le Recours aux FretsDe Jean Lambert-Wild

    Jeu. 28 Jan. 19h30Ven. 29 Jan. 20h30 La maiSon du peupLe

  • th

    tr

    e

    Auteur, metteur en scne et directeur de la Comdie de Caen, Jean Lambert-wild poursuit sa dmarche convoquant des artistes de diffrentes disciplines pour constituer sa nouvelle cration, compose cette fois dun pote, dun philosophe de renom, dune chorgraphe mondialement reconnue, dun compositeur associ et dun cinaste. Dmocrite fut dans la Grce antique un philosophe matrialiste ft qui parcourut le monde. Lors de son priple jusquen Inde, il a constat la vilenie des hommes, la suite de quoi il fit construire une petite cabane au fond de son jardin pour y finir en sage le restant de ses jours. Je nomme tentation de Dmocrite et recours aux forts, ce mouvement de repli sur son me dans un monde dtestable. Le repli sur son me consiste retrouver le sens de la terre, autrement dit se rconcilier avec lessentiel : le mouvement des astres, la logique de la course des plantes, la concidence avec les lments, le rythme des saisons qui apprennent bien mourir, linscription de son destin dans la ncessit de la nature.

  • Mise en scne : Julie Brs - Scenario, dramaturgie, textes : Julie Brs, Elsa Dourdet, Nicolas Richard, David Wahl - Cr et interprt par : Olivier Coyette, Virginie Frmaux, Lucas Manganelli, Gilles Ostrowsky, Julie Pilod, Guillaume Rannou, Delphine Simon - Scnographie : Goury - Cration sonore : David Segalen - Composition musicale : Frdric Gastard - Cration lumires : Jean Marc Sgalen - Cration vido : Christian Archambeau - Costumes : Aurore Thibout - Perruques : Catherine St Sever - Regard sur le corps : Lucas Manganelli - Plasticienne : Juliette Barbier - Construction du dcor : Stphane Lemari et lquipe du Quartz - Direction technique : Nicolas Minssen - Rgie gnrale : Didier Le Barrazer - Rgie son : Roland Auffret - Rgie lumires : Jean Marc Sgalen - Rgie vido : Loic Lecadre - Rgie plateau : Stphane Lemari - Production : Compagnie Les Cambrioleurs

    De la Compagnie des Cambrioleurs

    Sous les Visages

    au Granit

    mer. 21 aVr. 20h30 Jeu. 22 aVr. 19h30 Ven. 23 aVr. 20h30

  • Sous les visages est une invitation dans lespace mental dune femme, fragilise par la prcarit, qui pour fuir sa propre ralit se laisse absorber par un monde virtuel : les mdias. Cette femme va fan-tasmer lintimit des personnes quelle voit la tlvi-sion, simaginant parfois tre des leurs, sidentifiant certains dentres eux. Elle se rinvente ainsi une identit. Sous la forme dun certain surralisme, pou-vant aller jusquau burlesque, Sous les visages met en jeu quelques-uns des drglements psychiques et comportementaux que secrte une socit contem-poraine o le culte de la performance prolifre sur le dos dune prcarit grandissante, et qui invente de nouvelles formes daddiction pour refouler langoisse de la mort.

    th

    tr

    e

  • Texte : Fernando Pessoa - Texte franais : Dominique Touati - Mise en scne : Claude Rgy - Scnographie : Sallahdyn Khatir - Lumire : Rmi Godfroy, Sallahdyn Khatir, Claude Rgy - Son : Philippe Cachia - Avec : Jean-Quentin Chtelain - Assistant mise en scne : Alexandre Barry - Dramaturgie : Sbastien Derrey - Fabrication du costume : Julienne Paul

    Comme dans un conte, loeuvre de Pessoa a dormi dans un coffre o sentassaient les feuillets quil crivait chaque jour. Toute reconnaissance lui ayant t refuse tant quil vivait, la dcouverte dun des plus grands potes des temps daujourdhui sest faite par le classement et lorganisation de ces pages. Cet homme occup dans des bureaux dexport-import traduire des lettres commerciales ne trouvait de r-alit quaux seuls produits de son imagination. Cest l, en imagination, quil a vcu. Ma relation avec un texte, si je puis dire, est une relation dhomme

    De Claude Rgy

    Odemaritime

    Centre ChorGraphique nationaL de FranChe-Comt beLFort

    mar. 27 aVr. 19h30 mer. 28 aVr. 20h30 Jeu 29 aVr. 19h30

  • homme. Et jessaie de faire que le spectacle reste une relation de cet ordre entre lcrivain et le public. Je cherche au maximum mettre le spectateur en rela-tion avec lcriture, lui proposer un rle actif, o il ne sagit pas de voir passivement, mais de crer en mme temps, partir de ce qui est propos. Le thtre est un lieu o des hommes vivants parlent des hom-mes vivants. a devient extrmement rare. Il faudrait toujours que le public se sente en tat de cration. Jai renonc ce quon appelle la dcoration, le dcor. Je fais un dispositif scnique qui vise surtout mettre le public le plus en relation possible avec lcriture travers lacteur. Cest un systme de rapprochement et de grossissement. La lumire a lintrt dtre un lment immatriel, donc spirituel, donc dune cer-taine manire religieux, bien que nappartenant au-cune religion ! Je pense que la lumire est llment essentiel pour travailler sur ces choses mobiles de linconscient qui sont dposs dans loeuvre et qui se mettent transparatre, circuler travers lcriture. Dans mon travail, il reste donc essentiellement le texte, lacteur et la lumire. Ce qui mintresse chez Jean-Quentin Chtelain, cest quil a vraiment la fac-ult physique et mentale de dpasser les frontires et daller linfini, au-del de toute limite.

    th

    tr

    e

  • Conu et interprt par : Thierry Collet - Avec des extraits de : Crise dAsthme dEtgar Keret et Le Rel, trait de lIdiotie de Clment Rosset - Collaboration la dramaturgie et la mise en scne : Michel Cerda - Effets magiques : Thierry Collet - Lumire : TOto - Son : Thierry Balasse - Scnographie et collaboration au costume : Pascale Hanrot - Rgie gnrale et construction : Patrick Muzard - Rgie son : Bernard Lvjac ou Fany Schweitzer -

    De Thierry Collet

    Mme si cest faux, cest vrai

    au paLot montbLiard

    mar. 11 mai 21hmer. 12 mai 21h

  • Quest-ce que la ralit et sommes-nous libres de la percevoir ? Mme si cest faux, cest vrai est un spectacle interactif, jubilatoire et inquitant, con-frontant thtre et magie, textes littraires et paroles personnelles, virtuosit du geste et manipulation mentale. Questionnant constamment les processus de perception et dapprciation du rel, la magie est le code central du spectacle de Thierry Collet. Mais le magicien se fait aussi acteur et au fil danecdotes qui interrogent son rapport la magie, de textes lit-traires qui traitent de la fragilit et du doute li la perception, la frontire entre fiction et ralit devient floue et ce sont nos penses, nos croyances, notre jugement qui se trouvent questionns : suis-je fou si je vois rouge un objet que tous les autres spectateurs voient blanc ? Mes perceptions sont-elles manipula-bles ? Un son peut-il teindre une bougie ? Quest-ce qui est faux, quest-ce qui est vrai ?

    th

    tr

    e

  • Des voisines... Le Territoire de Belfort et le Canton du Jura sont deux entits politiques qui parta-gent une portion de frontire commune, la frontire franco-suisse. Elles sont voisines, cest arbitraire. Tenez, vous prenez le Doubs... si tous les matins, vrai-ment, des centaines de jeunes filles, ayant chauss leur Ipod, accouraient des alentours sur