CONTAMINATIONS FONGIQUES EN MILIEUX INTERIEURS • M. Enric ROBINE, CSTB, 4 rue du recteur...

download CONTAMINATIONS FONGIQUES EN MILIEUX INTERIEURS • M. Enric ROBINE, CSTB, 4 rue du recteur Poincarأ©,

of 101

  • date post

    19-May-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of CONTAMINATIONS FONGIQUES EN MILIEUX INTERIEURS • M. Enric ROBINE, CSTB, 4 rue du recteur...

  • CONSEIL SUPERIEUR D’HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE

    Groupe de travail « Moisissures dans l’habitat »

    Septembre 2006

    CONTAMINATIONS FONGIQUES EN MILIEUX INTERIEURS

    DIAGNOSTIC EFFETS SUR LA SANTE RESPIRATOIRE

    CONDUITES A TENIR

  • 2

    INTRODUCTION

    La pollution de l’air intérieur par les moisissures est une réalité mal connue du public et du corps médical.

    Ce rapport produit par un groupe de travail mis en place par le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, Section Milieux de Vie, tente de répondre aux questions que l’on peut se poser dans ce domaine aujourd’hui.

    Les deux premiers chapitres décrivent successivement les principales moisissures rencontrées dans l’habitat et l’environnement intérieur et revoient la notion d’humidité et l’intérêt de sa quantification.

    Le troisième chapitre présente les techniques d’échantillonnage et d’analyse des moisissures dans l’habitat. Ces techniques sont complexes et diversifiées. Néanmoins, un consensus minimal d’analyse a été trouvé entre les différents experts du groupe pour essayer d’harmoniser les résultats et les rendre comparables d’un laboratoire à l’autre.

    L’état des connaîssances des effets des moisissures sur la santé respiratoire distingue la simple sensibilisation aux moisissures dans la population générale, qui traduit une exposition aux moisissures, des pathologies respiratoires proprement dites induites par l’exposition aux moisissures. On distingue classiquement les réactions allergiques : certaines rares, sont quasiment spécifiques d’une exposition aux moisissures : aspergillose broncho-pulmonaire allergique, alvéolite allergique extrinsèque. D’autres en revanche, comme l’asthme et la rhinite, sont fréquentes, mais ne sont pas spécifiques d’une exposition aux moisissures. D’où l’importance d’y penser, de pratiquer des tests cutanés aux moisissures suspectées, et de rechercher par l’interrogatoire une exposition à un environnement humide ou à des moisissures. On s’aidera utilement dans cette recherche du questionnaire présent dans cette brochure. En cas de suspicion forte, une analyse spécialisée pourra être préconisée en liaison avec un personnel expert sur le sujet. Des effets simplement irritatifs, induits notamment par les composés organiques volatils sont également décrits (fièvre d’inhalation, syndrôme des bâtiments malsains). Enfin, les risques infectieux chez les immunodéprimés font l’objet d’un sous chapitre.

    Le chapitre V s’intéresse aux moisissures dans le cadre de l’insalubrité et quantifie notamment l’importance de la contamination.

    Le dernier chapitre donne les recommandations du groupe de travail pour remédier à une exposition excessive aux moisissures.

    En conclusion, ce document reflète l’état actuel des connaissances sur la contamination fongique en milieu intérieur et la conduite à tenir pour y remédier.

    Ce document est susceptible d’améliorations ultérieures au fur et à mesure de l’évolution des connaissances et de l’expérience accumulée sur ce sujet.

  • 3

    Le groupe de travail chargé d’élaborer ce rapport au sein de la section des milieux de vie du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, créé par arrêté du 22 mai 2003 (Journal officiel de la République française du 11 juin 2003) est constitué des membres suivants :

    Pr Denis CAILLAUD, Président, Dr Isabella ANNESI-MAESANO Dr Nadia BENNEDJAI Mme Valérie BEX Pr Frédéric de BLAY Pr Denis CHARPIN démissionnaire Dr Jean-Charles DALPHIN Dr Christine FABRE M. Max GARANS

    Dr Michel JOYEUX Dr Olivier MEUNIER Mme Annie MOUILLESEAUX Dr Françoise NEUKIRCH Dr Nicole NOLARD Dr Coralie RAVAULT M. Gabriel REBOUX M. Enric ROBINE Pr Marie-France ROQUEBERT

    Ont participé à la rédaction de ce document :

    • Mme Valérie BEX, Laboratoire d’Hygiène de la Ville de Paris, 11 rue George Eastman, 75013 PARIS, Tel : 01 44 97 87 70, Mél : valerie.bex@paris.fr

    • Mme Marjorie BOISSIER, Centre Scientifique et technique du Bâtiment, Département Développement Durable, Division Santé Bâtiment, BP02, 77421 MARNE LA VALLEE cedex2, Tel : 01 64 68 88 06, Mél : m.boissier@cstb.fr

    • Dr Christine FABRE, Comité Départemental contre les Maladies Respiratoires et la Tuberculose du Gard, Hôpital Carémeau de Nîmes, av du Pr Debré, 30900 NÎMES, tel : 04 66 68 32 21, Mél : christine.fabre@chru-nimes.fr

    • Dr Olivier MEUNIER, laboratoire d’Hygiène hospitalière, CHU de Strasbourg, 1 place de l’hôpital, 67091 STRASBOURG cedex, Tel : 03 90 24 38 10, Mél : olivier.meunier@chru- strasbourg.fr

    • Mme Annie MOUILLESEAUX, 12/18 rue Montbrun, 75014 PARIS, Mél : annie.mouilleseaux@noos.fr

    • Dr Nicole NOLARD, Institut Scientifique de Santé Publique, Service de mycologie, 14 rue Wytsman, 1050 BRUXELLES, Belgique, Tel : 0032 2 642 55 18, Mél : n.nolard@iph.fgov.be

    • Mme OTT, CHU de Strasbourg, 1 place de l’Hôpital, 67000 STRASBOURG, Tel : 03 88 11 58 26, Mél : martine.ott@chru-strasbourg.fr

    • M.Gabriel REBOUX, CHU de Besançon, Service de parasitologie et mycologie, 2 bd Fleming, 25030 BESANCON, Tel : 03 81 66 82 86, Mél : gabriel.reboux@ufc-chu.univ-fcomte.fr

    • M. Enric ROBINE, CSTB, 4 rue du recteur Poincaré, 75782 PARIS cedex 16, Tel : 01 64 68 85 49, Mél : robine@cstb.fr

    • Pr Marie-France ROQUEBERT, Muséum National d’Histoire Naturelle, département Systématique et Evolution, Unité Taxonomie – Collections, 12 rue Buffon, 75005 PARIS, Tel : 01 40 79 31 94, Mél : roqueber@mnhn.fr.

    ♦♦♦♦

  • SOMMAIRE

    CHAPITRE I. PRINCIPALES MOISISSURES RENCONTRÉES DANS L’HABITAT ET L’ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR. CONNAISSANCE DES ESPÈCES IMPLIQUÉES. .7

    A. INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉS...........................................................................................................7

    B. MÉTHODES D’IDENTIFICATION DES ESPÈCES DE MOISISSURES.................................................9

    C. DESCRIPTION ET ILLUSTRATION DES PRINCIPALES ESPÈCES DE MOISISSURES DE L’HABITAT................................................................................................................................................10

    CHAPITRE II. HUMIDITE ET ENVIRONNEMENTS INTERIEURS ...........................................................19

    A. INTRODUCTION ET DÉFINITIONS .......................................................................................................19

    B. SOURCES D'HUMIDITÉ...........................................................................................................................20

    C. HUMIDITÉ D'UN LOCAL.........................................................................................................................21

    D. INTERACTIONS HUMIDITÉ - MATÉRIAUX ........................................................................................22

    1. Structure des produits de construction.....................................................................................................22

    2. Mécanismes mis en jeu.............................................................................................................................22

    3. Disponibilité de l'eau (Aw).......................................................................................................................23

    4. Commentaires et propositions..................................................................................................................24

    E. COLONISATION DES PRODUITS DE CONSTRUCTION ET DE DÉCORATION PAR LES MOISISSURES ...........................................................................................................................................24

    1. Matériaux vulnérables et souches fongiques associées ...........................................................................25

    2. Mécanismes de biodégradation................................................................................................................27

    3. Matériaux : source de pollution d’origine biologique .............................................................................27

    4. Aspect normatif et réglementaire .............................................................................................................28

    CHAPITRE III. TECHNIQUES D’ÉCHANTILLONNAGE ET D’ANALYSE DES MOISISSURES DE L’HABITAT .................................................................................................................................35

    A. INTRODUCTION.......................................................................................................................................35

    B. GÉNÉRALITÉS SUR LES MÉTHODES DE MESURE...........................................................................35

    C. MÉTHODE D’ÉCHANTILLONNAGE .....................................................................................................37

    1. Dans l’air .................................................................................................................................................37 a) La sédimentation...................................................................................................................................37 b) L’impaction...........................................................................................................................................37 c) Les impacteurs en milieu liquide ou impingers .................................