Actes sociotopes JP Ferrand

Click here to load reader

  • date post

    29-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    616
  • download

    4

Embed Size (px)

Transcript of Actes sociotopes JP Ferrand

1. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 9 Partie 1 : intervention de Jean-Pierre Ferrand conseil en environnementDiapo 1 7 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 2. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 10Partie 1 : intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 3 Bonjour mesdames et messieurs. A lheure o, en France, on com- mence dbattre beaucoup de la trame verte et bleue, et de la ma- nire de la mettre en place, du contenu lui donner, de ses objec- tifs aussi, il est certainement trs in- tressant pour nous de nous ouvrir des ralisations trangres en la matire puisquil y a des pays en Eu- rope qui ont dj acquis une exp- rience et, de ce fait, nous pourrons certainement nous en inspirer, tirer profit de leur retour dexprience. Diapo 4 Parmi ces pays, il y a videmment, vous vous en doutez, la Sude. Ce nest pas le seul pays tre en pointe, mais cest lun deux, et il y a donc un certain nombre de raisons pour lesquelles il est utile, au- jourdhui, de sintresser lexemple sudois lorsque lon travaille sur la trame verte et bleue. Alors pourquoi parler de la Sudeaujourdhui ? 8 3. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 11Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementDiapo 5 Tout dabord, parce que cest un pays qui a une tradition ancienne de planification de lurbanisme, donc qui a dj eu le temps dintgrer ces choses l dans sa planification. Mais cest aussi un pays qui a une tradi- tion culturelle un peu diffrente de la ntre, tradition culturelle que lon appellera germano-nordique si vous voulez, traditiondans laquelle la na- ture nest pas lantithse de la ville, mais la nature est considre comme un lment constitutif de la ville. Et videmment, cest une donne qui change un certain nombre de choses par rapport la tradition latine dans laquelle nous sommes, qui est une tradition dantagonisme entre la ville et la nature. 9 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 4. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 12Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 6 Une autre raisonde sintresser la Sude, cest que dans ce pays, il y a depuis 1996 -donc a fait dj 13 ans- une loi qui oblige les collectivi- ts locales intgrer une trame verte - l-bas on appelle cela, une structure verte- dans tous leurs documents de planification urbaine. Cest une politique qui est laisse linitiative des communes, mais dans laquelle les rgions ont une possibi- lit ce nest quune possibilit dintervenir. Ltat, lui, nintervient pas dans la mise en place de la struc- ture verte en Sude. Dans le cas de Stockholm, la structure verte a t identifie lchelle rgionale cest le document que lon voit en bas droite et cette structure verte a t affine, prcise, argumente finement, lchelle de la com- mune. Cest ce que nous allons voir dans quelques instants.10 5. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 13Partie 1 : Intervention de Jean-PierreFerrAnD, conseil en environnementDiapo 7Une autre raison encore de sintres-ser la Sude, cest que la politiquedes structures vertes est, ds le d-part, mais de plus en plus au-jourdhui, conue comme tantindissociable des politiques de den-sification urbaine. Et a, cest unsujet qui bien sr nous concerne di-rectement aujourdhui. Cest unsujet sur lequel, en Sude, on tra-vaille beaucoup actuellement. Et jesignale au passage - on y reviendratoute lheure - quAlexanderSthle vient de soutenir une thseentirement tourne vers les liensentre la densification urbaine et laprservation despaces ouverts onreviendra sur ce concept aussi. Donccest une question dune brlanteactualit, la fois en Sude et cheznous. 11 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 6. actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:10 Page 14Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre Ferrand, conseil en environnement Diapo 8 Et enfin, en ce qui concerne non pas la Sude de faon gnrale mais plus prcisment le cas de Stockholm, cest un territoire sur le- quel depuis longtemps, grce au travail men par Alexander Sthle et son collgue Anders Sandberg, les services de lurbanisme ont d- velopp une approche multifonc- tionnelle de la structure verte.12 7. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 15Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementDiapo 9 Je tiens insister sur ce point, parce que la structure verte en Sude, et spcialement Stockholm, nest pas conue comme tant uniquement de lcologie : il y a aussi des utilisa- tions par les gens et a cest trs im- portant et, pour ce qui me concerne, cest quelque chose qui ma sduit depuis longtemps et qui ma paru suffisamment intressant pour tre lorigine de tout un travail de for- mation sur ce sujet. 13 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 8. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 16Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 10 Alors nous allons regarder rapidement com-biotope devait, pour ces chercheurs, trouverment on travaille aujourdhui la structure verteson pendant lgard de la population. Et Stockholm. Et je rappellerai pour commencer cest pour cette raison qua t labor, par que, pour AlexanderAnders Sandberg et Alexander Sthle, le Sthle et Anders Sand- concept de sociotope. Le concept de socio- berg, dans les annestope, appliqu notre domaine, a vritable- 90, la structure verte ment pris naissance en Sude, grce aux dune agglomrationtravaux de ces deux personnes. Et le sociotope, ne pouvait certaine- donc le pendant du biotope mais pour les ment pas se limiter gens qui vivent l, dans une rgion dtermi- des fonctions colo- ne, se dfinit comme tant un lieu, quelle giques, mme si vi- que soit sa taille, tel quil est vcu et pratiqu demment les aspectsquotidiennement par les gens qui y vivent, cologiques prsen-dans un environnement culturel donn. Sa- tent une importancechant que, bien entendu, la nature des rela- primordiale. Ils ont tions que les gens entretiennent avec leur considr que, dansenvironnement est conditionne aussi par des une grande ville, la facteurs culturels, parce que les habitants de structure verte devait Stockholm nont pas la mme manire dutili- aussi pouvoir jouer et ser les espaces naturels que des gens despaces continuer durable- ruraux ou dautres villes dans le pays et - a for-ment jouer un rle au bnfice de lensembletiori - dans notre pays, nous navons pas lede la population, parce que la structure vertemme rapport quotidien avec ce que lon ap-permet les contacts entre les villes et la nature pelle la natur, qui dailleurs peut faire lob-et offre dinnombrables services aux gens. Cestjet dinterprtations diffrentes.la raison pour laquelle la notion cologique de14 9. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 17Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementAlors, le sociotope, ce nest pas forcment un es-cest--dire: Est-ce un espace public? En fait enDiapo 11pace vert. Le sociotope peut tre aussi un espace Sude, la question primordiale nest pas de savoirdur, un espace construit puisquil peut sagir aussisi cest public, la question est de savoir si les gens ybien de places urbaines, de quais le long dune ri- vont. Donc on fait prvaloir lusage effectif par lesvire, ou biengens par rapport au statut juridique, ce qui estentendu de la aussi une autre diffrence culturelle, on peut peut-mer a nous in- tre voir une diffrence entre un certain pragma-tresseaussitisme nordique et un certain juridisme bien debeaucoup Lo-chez nous. Ce qui est intressant, cest danalyserrient. En fait, lela manire dont les gens utilisent un espace, quelsociotopeestque soit son statut, analyse qui seffectue par unfond sur une travail dobservation, denqute qui est bas sur lenotion qui porteprotocole trs labor, faisant intervenir des socio-un nomenlogues, le cas chant, et sadressant diffrentesSude, mais qui catgories dusagers. Donc on va sintresser lanest pas vi-manire dont enfants, adolescents, adultes, per-dente traduiresonnes ges utilisent ou nutilisent pas un espace,en franais et l en fonction de leurs besoins propres, de leurs at-on voit bien lestentes et aussi de leurs contraintes, de leurs diffi-petits problmescults spcifiques. Je voudrais dailleurs dire de dcalage cul-propos de cette question de statut juridique et deturel quil peut yralit des usages, que a peut nous amener avoir. Le sociotope est bas sur la notion de considrer en France quun terrain priv, qui estfriyta, qui se traduit en anglais par la notion emprunt - de fait - par des gens dun quartierdopen space, que lon traduit en franais parHLM pour aller faire leurs courses au centre com-espace ouvert. Le problme cest que quand en mercial le plus proche, cet espace-l, mme tantFrance, on parle despace ouvert, on ne voit paspriv, peut avoir beaucoup plus dintrt socialforcment directement quoi cela correspond. quun itinraire de randonne dment balis, of-Tout simplement parce quen France, on a ten- ficiel etc sur lequel passent une demi-douzainedance privilgier lapproche juridico-foncire, de personnes tous les dimanches.15Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 10. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 18Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 12Alors ces travaux dobservation,Diapo 11danalyse, didentification des socio-topes se traduisent videmment encartographie par la production decartes sur lesquelles il peut tre pos-sible de superposer la fois les va-leurs cologiques des espacesouverts, ici sous forme de teintesverte et jaune, et les valeurs sociales,qui sont indiques par des hachuresainsi que des lettres codes, qui per-mettent didentifier, au premiercoup dil, quels sont les usages so-ciaux prdominants pour un espaceurbain ou priurbain dtermin. Cetravail de synthse entre les aspectscologiques et les aspects sociauxdes espaces naturels ou semi natu-rels, peu importe, urbains ou priur-bains, est quelque chose de trsefficace et qui me semble particuli-rement intressant.16 11. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 19Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementUne fois que ces cartes sont labores, on dis-tours. Cela na lair de rien, mais a demandepose alors dun matriau dune trs grande uti-quand mme un travail danalyse et de r-Diapo 13lit, la fois pour flexion. Cela permet aussi de faire des tudeslaborer des plans dimpact plus efficaces et plus intelligentesdurbanisme, pour la- parce quintgrant la dimension des vocationsborer des projets ur-sociales des espaces de nature, notamment au-bains, pour mettre entour des villes, avec le problme des effets deplace des plans de ges-coupure qui peuvent tre gnrs par destion pour des espacesamnagements, qui dbordent des continuitsnaturels, qui peuventnaturelles. Et je dois dire que cest quelquetre aussi des grandschose qui mriterait dtre mieux trait par lesespaces naturels pu- tudes dimpact aujourdhui en France. Et leblics ou encore destravail des sociotopes permet, par la dmarcheparcs et des jardins.pralable danalyse, dassocier les habitants Lesquelsdailleurs des dcisions qui concernent leur environne-sont conus pour ment de tous les jours. Et a, cest trs intres-sadapter au mieux sant aussi, parce que cela permet deaux besoins des habi-redynamiser la dmocratie locale, en faisanttants, besoins qui vo-participer les gens, tous les gens, quels queluent, par exemple,soient leur statut social et leur ge, des dci-avec la dmographie. sions qui les concernent de prs.Ce travail permet dadapter un jardin public lvolution de la population qui vit aux alen- 17 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 12. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 20Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 14La mthode de travail sur les socio-Diapo 13topes est prsente dans un docu-ment trs clair qui sappelle lemanuel des sociotopes. Il a tcrit en sudois par AlexanderSthle et Anders Sandberg, puisdit par les services durbanisme dela ville de Stockholm. Cest un ou-vrage dune trs grande richesse quinous a paru mriter dtre traduit.Et qui vient dtre traduit grce autalent de Franoise et de Tom Heide.Cest un document qui prsente uneextrme utilit pratique pour que,dans chaque commune, il soit juste-ment possible de mettre en uvrela mthode des sociotopes.18 13. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 21Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementDiapo 15 Et bien sr, dans nimporte quelle commune, chacun peut commencer cartographier, par exemple, ce que sont les espaces ouverts. Et pour ma part, mes moments perdus, jai commenc faire ce travail dans ma propre commune et regarder ce que sont ces espaces auxquels les gens peuvent aujourdhui accder. Et si sur une carte, vous mettez les espaces ouverts et sur une autre carte les principales coupures qui empchent les gens daccder com- modment ces espaces ouverts - tels que les grands axes routiers dif- ficiles traverser, par les enfants par exemple - vous vous apercevez que, quand on trace un rayon de 500m autour dun gros quartier HLM, il peut y avoir des difficults pratiques daccs de la population qui vit l des espaces ouverts de qualit et a, cest un travail trs simple faire et qui pose des tas de questions trs in- tressantes, parce que cela nous amne aussi avoir envie de pren- dre des dcisions pour contrebalan- cer les situations ngatives que lon peut ainsi constater. 19 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 14. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 22Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 16Alors nous sommes alls Stockholm, nousen avons dj parl. Nous sommes au moins17 personnes dans cette salle avoir fait ledplacement et nous avons pu visiter de trsintressantes ralisations concrtes dans dessituations trs diverses, aussi bien des grosquartiers HLM avec une importante popula-tion dimmigrs, que des quartiers plus chics,un peu bobos ventuellement On a vrai-ment eu un aperu trs vaste des choses. Diapo 1720 15. actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:14 Page 23Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Grce ce dplacement en Sude, nous avons euCest une dmarche aussi qui ne renie pas les am-Diapo 18 loccasion de faire connaissance avec Alexander biances urbaines, cest--dire que Alexander Sthle Sthle, dapprcier son travail, non seulement sur le est quelquun qui aime la ville, qui aime la ville fond, mais aussi dans la forme, dans la capacit de dense, la ville avec de lanimation. Sa dmarche ne conviction, dans la consiste pas vouloir verdir la ville artificiellement, simplicit des argu-si on peut dire, en y apportant de la verdure pour ments utiliss, dontfaire joli et pour la ddensifier. Au contraire, sa d- vous allez avoir unemarche est de dire que si lon veut avoir une vraie ide dans quelquesville compacte, dense et vivante, il faut aussi avoir instants. Alexander ct du vert. Son travaildbouche aussi sur une mul- Sthle, en dpit de titude dapplications pratiques, nous allons le voir et son jeune ge, ason travail permet, enfin, de redynamiser la dmo- dj une exprience cratie locale. Il y a beaucoup dlus ici. Jai la convic- trs riche puisquil ation que son travail permet aussi de donner un coup travaill au sein des de fouet quelquefois des projets communaux, services durbanismedes projets municipaux, qui seraient un peu vacil- de la ville de Stock- lants, a peut arriver. Donc je pense que se remettre holm pour mettredans ces choses l peut donner de nouvelles ambi- en place la structure tions, de nouvelles nergies pour travailler locale- verte et les socio- ment. Et enfin, et ce sera ma conclusion, le travail topes. Il a cr et di- dAlexander Sthle nous rappelle quil y a des valeurs rige un bureauuniverselles. Parce que je sais bien quon pourra dire dtudes qui sappelle Spacescape, qui est un bu- que cest loin la Sude, la gographie nest pas la reau dtudes en urbanisme et en paysage, qui tra-mme, il y a plus de nature, les cultures ne sont pas vaille aujourdhui sur des grosses oprations les mmes Tout a, cest bien gentil, mais pour durbanisme en Sude, y compris avec des quipesnous, en France, ce nest pas pour nous Je ne m- internationales. Son travail mrite, mon avis, dtre connais pas lintrt de ces objections, mais je vou- davantage connu en France, bien sr, parce quil estdrais rappeler que tous les gens sur cette terre ont dune grande actualit, aussi parce que je trouve les mmes aspirations: des besoins de bouger, des quil repose sur des conceptions humanistes et gn-besoins de sant, des besoins de se rencontrer, des reuses, qui consistent tout simplement penser aux besoins de dcouvrir, de smerveiller, de faire des gens, au confort, au bien-tre quotidien des gens.galipettes dans lherbe, que sais-je21Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009 16. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:48 Page 24Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 19Et le travail dAlexander Sthle nousrappelle le caractre universel de cesvaleurs et nous rappelle quune po-litique durbanisme intelligentepeut avoir pour objectif, tout sim-plement, doffrir de meilleuresconditions pour que les gens soientcontents.22 17. actes:Mise en page 1 12/11/2009 14:14 Page 25Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnementDiapo 20 Je ne commenterai pas la chanson de Pierre Perret, mais je trouve que cette chanson a beaucoup de choses nous dire sur le sujet qui nous oc- cupe aujourdhui. Merci de votre at- tention. 23 Russir la Ville dense en louvrant sur la nature - Les Actes - Dcembre 2009