2014 Neeap Fr France

Click here to load reader

  • date post

    15-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    45
  • download

    0

Embed Size (px)

description

2014 Neeap Fr France

Transcript of 2014 Neeap Fr France

  • Ministredel'cologie,duDveloppementdurableetdel'nergie

    www.developpementdurable.gouv.fr

  • Tabledesmatires

    I.SYNTHESE........................................................................................................................7

    II.LASTRATEGIEDELAFRANCEENMATIEREDEFFICACITEENERGETIQUE...........8

    1.Uneamliorationcontinuedel'efficacitnergtique...................................................8

    2....porteparunestratgienergtiqueambitieuse......................................................9

    2.1.Unevisionlongterme.........................................................................................92.2.LesengagementsdelaFranceenmatired'efficacitnergtique....................10

    3.valuationdesconomiesd'nergie...........................................................................10

    3.1.Estimationdesniveauxdeconsommationdnergieen2020.............................103.2.valuationdesconomiesd'nergieausensdeladirectiveESD.......................113.3.valuationsdesmesuresphares.........................................................................14

    III.LespolitiquesetmesuresmisesenuvreparlaFrance..............................................16

    1.Lesecteurdursidentieltertiaire................................................................................16

    1.1.tatdeslieux.......................................................................................................161.2.Lespolitiquesetmesures....................................................................................17

    2.Lesecteurdestransports............................................................................................34

    2.1.tatdeslieux.......................................................................................................342.2.Lespolitiquesetmesures....................................................................................35

    3.Lesecteurdel'industrie..............................................................................................49

    3.1.tatdeslieux.......................................................................................................493.2.Politiquesetmesures...........................................................................................50

    4.Lesecteurdelagriculture...........................................................................................57

    4.1.tatdeslieux.......................................................................................................574.2.Lespolitiquesetmesures....................................................................................57

    5.Exemplaritdeltatetdescollectivitsterritoriales...................................................60

    5.1.LesobjectifsdelapolitiquetatexemplaireenFrance.......................................60

    6.Lamatrisedelademandeennergie........................................................................68

    6.1.LedispositifdesCertificatsd'conomiesd'nergie.............................................686.2.Lesoutienauxquipementsperformants:lesmesuresrglementairessurlesproduits......................................................................................................................696.3.Ledveloppementdumarchdesservicesdefficacitnergtique...................706.4.Laproductiond'nergierenouvelableautoconsomme.....................................766.5.Sensibilisation......................................................................................................786.6.Relevsetfacturation..........................................................................................796.7.Ledveloppementdesrseauxintelligents.........................................................806.8.Promotiondelefficacitenmatiredechaleuretdefroid/Soutienlacognration..............................................................................................................816.9.DchetsEconomiecirculaire.............................................................................836.10.LesInvestissementsdAvenir.............................................................................85

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 3

  • 6.11.Rechercheetinnovation.....................................................................................876.12.TaxeIntrieuredeConsommationsurlesProduitsEnergtiques(TICPE)AugmentationdestauxenfonctionducontenuenCO2............................................88

    IV.ANNEXES......................................................................................................................90

    1.ANNEXE1:Siglesetabrviations............................................................................90

    2.ANNEXE2:Rapportannuel.......................................................................................92

    3.ANNEXE3:Mthodesdvaluation............................................................................95

    3.1.Scnariosprospectifsairnergieclimat:mthodologieutilisepourestimerlesconsommationsdnergiehorizon2020.................................................................951.Contexteinternational............................................................................................952.TrajectoiredecroissanceconomiquepourlaFrance...........................................953.Dmographie.........................................................................................................954.Croissancessectorielles........................................................................................965.Prixdesnergies...................................................................................................966.Prixducarbone......................................................................................................967.Tauxdechangedollar/euro....................................................................................963.2.Evaluationsascendantes(BottomUp)...........................................................973.3.Evaluationsdescendantes(TopDown)........................................................107

    4.ANNEXE4:Miseenuvredelarticle7deladirective2012/27/UE......................108

    4.1.conomiesd'nergieatteindresurlapriode.................................................1084.2.Mesuresmisesenplacepourrpondreauxexigencesdel'article7................1084.3.Contributiondesmesureslobjectifdeladirective..........................................109

    5.ANNEXE5:Certificatsdconomiesdnergie.........................................................110

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 4

  • Indexdesillustrations

    Figure1.Classementdespaysdel'Unioneuropenneparintensitnergtiquefinale,en2011(source:Odysse)......................................................................................................8

    Figure2.volutiondelaconsommationd'nergiefinaledelaFranceentre1970et2012,corrigedesvariationsclimatiques,parsecteur(source:SOeS,bilandel'nergie2012). .9

    Figure3.Consommationd'nergiefinaledanslesecteurrsidentielettertiairecorrigedesvariationsclimatiques,enMtep,entre1970et2012(source:SOeS,bilandel'nergie2012)..................................................................................................................................16

    Figure4.volutiondelaconsommationdnergiefinaledestransportsentre1970et2012,enMtep(source:SOeS,bilandel'nergie2012)....................................................34

    Figure5.Consommationdnergiefinaleparmodedetransportentre1990et2012,enMtep(source:ADEME,nergieetclimat,chiffrescls,dition2013surlabasedesdonnesduSOESBilannergtiquedelaFrance2012&Comptesdestransportsen2012)...............................................................................................................................35

    Figure6.volutiondesmissionsmoyennesdeCO2engCO2/kmdesvhiculesneufsentre2003et2013(source:MEDDE)...............................................................................40

    Figure7.Consommationd'nergiefinaledansl'industriecorrigedesvariationsclimatiques,enMtep,entre1970et2012(source:SOeS,bilandel'nergie2012)..........49

    Figure8.EmissionsdeCO2dessecteurssoumisladirectiveSCEQEentre2005et2012(source:RegistredestransactionsdelUnioneuropenne).....................................51

    Figure9.Chanedevaleurdesservicesnergtiquesetdefficacitnergtique(source:ADEME/CODASTRATEGIES2013).................................................................................71

    Figure10.Etatdeslieuxetanalysedumarchfranaisdesservicesdefficacitnergtique(Source:ADEME/CODASTRATEGIES2013).............................................74

    Figure11.Synthsedesmarchslisauxservicesnergtiquesetdefficacitnergtique(enmillionsdeuros)(Source:ADEME/CODASTRATEGIES2013)............74

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 5

  • Indexdestables

    Tableau1.ObjectifsdelaFranceautitredelarticle3delaDEE......................................10

    Tableau2.Ventilationsectorielledesconsommationsdnergieen2020(Mtep)(source:MEDDE)..............................................................................................................................11

    Tableau3.Rpartitiondesconomiesdnergiesectorielles,ralissentre2007et2011(source:ADEME/Enerdata,projetOdysseMure)............................................................13

    Tableau4.Evaluationdesconomiesdnergiegnresparlesprincipalesmesuresphares(source:MEDDE)..................................................................................................15

    Tableau5.Lesfiliresvertesstratgiquesdelconomieverteentermesdepotentieldecroissanceetdemploi...................................................................................................54

    Tableau6.conomiesd'nergieannuellesengendresparledispositifdesCEE(source:MEDDE).............................................................................................................................69

    Tableau7PrvisionsdecroissanceconomiquepourlaFrance(scnariocontraintCAS)...........................................................................................................................................95

    Tableau8Prvisionsdmographiques(INSEE2010,scnariocentral)...........................95

    Tableau9Croissancedesvaleursajoutessectorielles(scnarioCAScontraint)..........96

    Tableau10Hypothsesdeprixdesnergies(AIEWEO2011).......................................96

    Tableau11Synthsedesprixcarboneretenus...............................................................96

    Tableau12NombredelogementsconcernsparleCIDD...............................................98

    Tableau13.Hypothsesderductiondufacteurd'missionmoyendeCO2del'ensembledesVPmissurlemarch.................................................................................................104

    Tableau14.conomiesd'nergieannuellesengendresparledispositifdesCEE(source:MEDDE)............................................................................................................107

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 6

  • I. SYNTHESELa France sest fix un double objectif, conformment larticle 3 de la directive 2012/27/UE relative lefficacit nergtique (DEE), de rduire sa consommation nergtique 131,4 Mtep dnergie finale et 236,3 Mtep dnergie primaire en 2020 (hors transport arien international). La France est par ailleurs sur la bonne trajectoire pour atteindre son objectif de 12 Mtep dconomies dnergie en 2016, fix par la directive 2006/32/CE relative aux services nergtiques (ESD), avec environ 6,3 Mtep dconomies dnergie entre 2007 et 2011, et 9 Mtep dconomies dnergie entre 2007 et 2012 (hors secteur tertiaire).Les principales politiques et mesures mises en uvre aujourdhui pour atteindre ces objectifs existants sont dtailles secteur par secteur.Le secteur du btiment, qui reprsente 44,5 % de la consommation dnergie finale de la France en 2012, constitue ce titre un enjeu majeur des politiques defficacit nergtique. La rglementation thermique 2012 a pour objectif damliorer la performance nergtique des btiments neufs et devrait gnrer des conomies dnergie de lordre de 1,15 Mtep en 2020. Le plan de rnovation nergtique de lhabitat (PREH) a vocation acclrer le rythme de rnovation du parc de logements existants, en sappuyant notamment sur le rseau des Points Rnovation Information Services (PRIS) et une meilleure articulation des dispositifs existants (crdit dimpt dveloppement durable, co-prt taux zro...). La lutte contre la prcarit nergtique seffectue notamment au travers des actions de lagence nationale de lhabitat (ANAH) et de son programme Habiter mieux .Le secteur des transports reprsente quant lui 31,9 % de la consommation dnergie finale de la France en 2012. Les mesures mises en uvre dans ce secteur visent principalement soutenir le report modal et lamlioration de lefficacit nergtique des modes de transport utiliss. Le bonus-malus cologique a permis la France davoir en 2013 lun des marchs de vhicules neufs les moins metteurs de CO2 en Europe (de lordre de 117 g CO2/km). La mise en uvre des mesures damlioration de la performance des vhicules neufs permettra lconomie denviron 2,2 Mtep en 2020.Dans lindustrie, la politique de la France en termes defficacit nergtique sappuie notamment sur la directive europenne 2003/87/CE tablissant un systme dchange de quotas dmissions au sein de lUnion europenne, ainsi que sur des mesures incitatives financires, des mesures rglementaires (au titre desquelles laudit nergtique obligatoire introduit par larticle 8 de la DEE), un soutien aux processus de normalisation, et un soutien au dveloppement des technologies les plus efficaces, notamment par le biais des investissements davenir.Le secteur de lagriculture met galement en uvre un nombre important de mesures damlioration de lefficacit nergtique, dont le Plan de Performance Energtique des exploitations agricoles (conomies dnergie et conversion aux nergies renouvelables) et le plan de modernisation des btiments dlevage.Les actions dexemplarit de lEtat et des collectivits territoriales portent, pour partie, sur la rnovation des btiments publics. Des actions sont galement engages en matire dachat public et de dclinaison territoriale des politiques climatiques nergtiques au travers des Plans Climat-Energie Territoriaux et des Schmas Rgionaux du Climat, de lAir et de lEnergie.Enfin, des mesures importantes permettent des conomies dnergies multi-sectorielles. Cest notamment le cas des certificats dconomies dnergie (CEE), dont la 3e priode a t annonce en application de larticle 7 de la DEE. Les mesures dcoconception ou de prvention des dchets ont galement un impact majeur en faveur de la rduction des consommations dnergie. Le march franais des services defficacit nergtique se dveloppe et a t valu environ 7,2 Md en 2013. Les enjeux ayant trait au comptage, la facturation, ou encore au dveloppement des rseaux sont galement des gisements majeurs pour lamlioration de lefficacit nergtique.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 7

  • II. LA STRATEGIE DE LA FRANCE EN MATIERE DEFFICACITE ENERGETIQUE

    La directive 2012/27/UE relative lefficacit nergtique (DEE) tablit un cadre commun de mesures pour la promotion de lefficacit nergtique dans lUnion europenne. Elle contribue latteinte de lobjectif daccrotre de 20 % lefficacit nergtique dici 2020 et prpare la voie pour de nouvelles amliorations de lefficacit nergtique au-del de cette date.Les Etats membres se sont ainsi fix un objectif en niveau absolu de consommation dnergie primaire et de consommation dnergie finale lhorizon 2020 (article 3)1. Lobjectif dconomies dnergies de 9 % horizon 2016, fix par la prcdente directive 2006/32/CE relative aux services nergtiques (dite ESD), reste galement valable (article 27 de la DEE).Le prsent rapport a pour objet de dtailler les politiques et mesures mises en uvre afin datteindre ces diffrents objectifs conformment larticle 24 de la DEE. Latteinte des volumes dconomies dnergie fixs dans le cadre des directives ESD et DEE sera particulirement dtaille.

    1. Une amlioration continue de l'efficacit nergtique...

    La France possde une intensit nergtique finale2 parmi les plus faibles de l'Union europenne. La Figure1 prsente la position de la France au sein des pays de l'Union europenne en termes d'intensit nergtique finale en 2011.

    Figure 1. Classement des pays de l'Union europenne par intensit nergtique finale, en 2011 (source : Odysse)

    La Figure 2 rcapitule l'volution de la consommation d'nergie finale de la France entre 1970 et 2012, par secteur. Aprs deux dcennies de croissance, la consommation d'nergie finale de la France (corrige des variations climatiques) a t quasiment stable entre 2001 et 2008, autour de 160 Mtep par an, traduisant l'efficacit des politiques publiques en faveur de l'amlioration de l'efficacit nergtique de la France. Depuis 2009, cette consommation a baiss un niveau denviron 155 Mtep, traduisant leffet des politiques defficacit nergtique mais galement leffet conjoncturel de la crise conomique.

    1 Objectifs fixs pour la France dans son premier rapport annuel remis en 2013, disponible sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/Directive-efficacite-energetique.html

    2 L'intensit nergtique est le rapport entre la consommation dnergie et le produit intrieur brut (PIB).

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 8

  • Figure 2. volution de la consommation d'nergie finale de la France entre 1970 et 2012, corrige des variations climatiques, par secteur (source : SOeS, bilan de l'nergie 2012)

    Le rapport annuel (cf. Annexe 2) dtaille lvolution des consommations dnergie par secteur.

    2. ... porte par une stratgie nergtique ambitieuse

    2.1. Une vision long termeLes orientations de la politique nergtique figurent l'article L.100-1 du code de l'nergie :

    Assurer la scurit d'approvisionnement ; Maintenir un prix de l'nergie comptitif ; Prserver la sant humaine et l'environnement, en particulier en luttant contre l'aggravation de l'effet

    de serre ; Garantir la cohsion sociale et territoriale en assurant l'accs de tous l'nergie.

    Il sagit dobjectifs de long terme, qui fixent un cap laction de la politique nergtique pour les 30 ans venir. Pour les atteindre, quatre axes majeurs ont t dfinis :

    Matriser la demande dnergie ; Diversifier le bouquet nergtique ; Dvelopper la recherche et linnovation dans le secteur de lnergie ; Assurer des moyens de transport et de stockage adapts aux besoins.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 9

  • 2.2. Les engagements de la France en matire d'efficacit nergtique

    a Objectifs pris en applications des directives europennes ESD et DEEPour rpondre aux exigences de la directive ESD, la France s'est fix comme objectif indicatif d'atteindre un volume d'conomies d'nergie finale d'environ 12 Mtep3 en 2016. La cible intermdiaire pour 2010 fixe dans le premier Plan national d'action en matire d'efficacit nergtique (PNAEE) de la France en 2008 est d'environ 5 Mtep.De plus, conformment larticle 3 de la DEE, la France sest fix les objectifs prsents dans le tableau 1 ci-dessous en matire de consommation dnergie horizon 2020 (hors arien international).

    Cible

    Consommation d'nergie finale en 2020 (en Mtep) 131,4Consommation d'nergie primaire en 2020 (en Mtep) 236,3

    Tableau 1. Objectifs de la France au titre de larticle 3 de la DEE

    b Objectifs sectorielsDes objectifs trs ambitieux dans tous les secteurs de lconomie ont t fixs par la loi n 2009-967 du 3 aot 2009, notamment (cf. Partie btiment et transports) :

    Matrise de la demande en nergie dans le btiment, travers un programme de ruptures technologiques dans le btiment neuf et un chantier de rnovation nergtique radicale dans lexistant. Dans le neuf, les btiments basse consommation sont gnraliss depuis 2012, et les btiments nergie positive seront la norme partir de 2020. Dans lexistant, un objectif de rduction de 38 % des consommations dici 2020 a t fix ;

    Dveloppement acclr des modes de transport non routier et non arien. Un ensemble de mesures est mis en place pour encourager les reports de trafic vers les modes de transport les moins metteurs de gaz effet de serre et de polluants atmosphriques et pour amliorer lefficacit des modes de transport utiliss.

    3. valuation des conomies d'nergie

    3.1. Estimation des niveaux de consommation dnergie en 2020Le Ministre de lEcologie, du Dveloppement Durable et de lEnergie (MEDDE) a actualis en 2013 les Scnarios Prospectifs , pilots par la Direction Gnrale de lEnergie du Climat (DGEC), le Commissariat Gnral au Dveloppement Durable (CGDD) et lAgence de lEnvironnement et de Matrise de lEnergie (ADEME). Un rappel de la mthodologie utilise figure en Annexe 3.Ces scnarios ont permis de conforter la cible prise par la France au titre de larticle 3 de la DEE. Le tableau 2 ci-dessous, issu du travail de modlisation, dcrit la ventilation sectorielle des consommations dnergie finale en 2020 (en Mtep).

    3 Ce chiffre correspond 9% de la moyenne de la consommation en nergie finale de la France, dduction faite du secteur arien, des soutes maritimes internationales et des consommateurs d'nergie finale soumis la directive SCEQE. L'incertitude apporte par ce dernier terme fait que la cible de 12 Mtep en 2016 est un majorant de l'objectif indicatif tel que dfini par la directive ESD.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 10

  • Secteur Consommation (Mtep)

    Energie finale Rsidentiel 31,9

    Tertiaire 16,8

    Transports4 42,5

    Industrie 35,9

    Agriculture 4,3

    Sous-total 131,4

    Consommation de la branche Energie Raffinage 2,83

    Production dlectricit thermique 0,72

    Usages internes de la branche 5,20

    Pertes et ajustements 79,72Sous-total 88,5

    Consommation finale non nergtique 16,4

    Consommation totale dnergie primaire 236,3

    Tableau 2. Ventilation sectorielle des consommations dnergie en 2020 (Mtep) (source : MEDDE)

    Latteinte effective de ces objectifs ambitieux reste conditionne au traitement adquat de plusieurs points de vigilance, et notamment :

    Le rythme rel sur lensemble de la priode de la rnovation du parc des btiments existants. Pour ce qui concerne les btiments publics, le contexte de rduction des dpenses publiques est susceptible d'accrotre ce risque ;

    Le maintien sur lensemble de la priode doutils incitatifs soutenant ce rythme de rnovation ; Le renforcement du report modal de marchandises : un objectif trs ambitieux dune part modale du

    non-routier et du non-arien de 25 % lchance 2022 (contre 12,4 % actuellement) a t fix. Son atteinte ncessitera un effort accru ;

    La capacit effective dadaptation des filires et des secteurs (innovation, ruptures technologiques, etc.) ;

    Le niveau de mobilisation de lensemble des acteurs et lefficacit du dispositif daccompagnement (formation, changement des comportements, etc.) ;

    3.2. valuation des conomies d'nergie au sens de la directive ESDa Mthodologie

    Afin dvaluer ltat davancement par rapport aux cibles fixes par la directive ESD (montants dconomies dnergie atteindre en 2010 et 2016), des indicateurs ont t calculs sur la base des mthodes descendantes recommandes par la Commission europenne. Seules les donnes 2011 tant disponibles pour lensemble des secteurs dactivit, ltat davancement de latteinte de la cible ESD a t calcul entre

    4 Hors arien international, estim 5,8 Mtep en 2020

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 11

  • 2007 et 2011. Un volume dconomies dnergie a nanmoins pu tre calcul entre 2007 et 2012, mais il exclut le secteur tertiaire pour lequel les donnes ntaient pas disponibles au moment de la finalisation des calculs. Lensemble des donnes mobilises dans le cadre de cette valuation sont disponibles en Annexe 3.Les conomies dnergie ont t calcules de la mme manire que pour le PNAEE 2011, avec les mmes options de calcul privilgiant les indicateurs dits prfrs . Conformment aux recommandations de la Commission europenne5, seuls les indicateurs positifs, traduisant le rsultat des efforts faits en matire d'efficacit nergtique, sont comptabiliss.Ces indicateurs ont t calculs grce laide des quipes du projet Odysse-Mure (ADEME et Enerdata) et du service statistique du MEDDE (SOeS).

    b Rsultats : Etat davancement par rapport la cible ESD 2016Les conomies dnergie entre 2007 et 2011 (cf.dtail ci-dessous) sont estimes 6,293 Mtep. Les conomies dnergie entre 2007 et 2012 sont quant elles estimes 9,039 Mtep (hors secteur tertiaire). Compte tenu de la cible intermdiaire 2010 fixe 5 Mtep et de la cible 2016 fixe 12 Mtep, il apparat que la France est en avance par rapport la trajectoire permettant datteindre lobjectif fix au titre de la directive ESD.Le dtail des conomies dnergie est dcrit dans le tableau 3 ci-dessous secteur par secteur.

    Le calcul de ces indicateurs appelle quelques prcisions mthodologiques : Concernant le secteur rsidentiel, lindicateur P2 (climatisation) ne peut pas tre calcul en

    labsence de donnes sur lnergie consomme pour la climatisation, et les degr-jours chauds. Dans le secteur tertiaire, lindicateur P7 relatif la consommation dlectricit na pas montr

    dconomies dnergie. Dans le secteur des transports, concernant la consommation dnergie des poids lourds et vhicules

    utilitaires, deux indicateurs sont proposs dans les mthodes recommandes : Indicateur P9 (consommation dnergie des poids lourds et vhicules utilitaires ramene aux

    tonnes kilomtres). Cet indicateur est fortement ngatif. P9 = -0,870 Mtep Indicateur alternatif A2 (consommation dnergie des poids lourds et vhicules utilitaires par

    vhicule). Cet indicateur est fortement positif : A2 = 1,280 MtepCette incohrence entre les indicateurs P9 et A2, montre un manque de robustesse quant la prise en compte de la crise conomique (vhicules globalement plus performants, mais roulant sans tre chargs de manire optimale, du fait de la baisse de lactivit). Afin de prendre en compte le mieux possible limpact de la crise conomique, les conomies dnergie ont t rparties entre les poids lourds et les vhicules utilitaires, comme cela est pratiqu dans le cadre du projet Odysse. Pour les poids lourds, lindicateur de consommation spcifique par tonne kilomtre est utilis, car ils sont responsables de lessentiel du trafic marchandise (calcul de lindicateur P9 pour les camions seulement). Pour les vhicules utilitaires, un indicateur de consommation spcifique (en tep/vhicule) est calcul ; il na pas montr dconomies dnergie.

    Dans le secteur des transports, les indicateurs P10 (consommation dnergie du transport ferroviaire de voyageurs), P11 (consommation dnergie du transport ferroviaire de marchandises), P12 (part des transports en commun dans le transport de voyageurs), P13 (part du transport ferroviaire et fluvial dans le transport de marchandises) et M7 (consommation dnergie du transport fluvial) sont ngatifs.

    Dans le secteur de lindustrie, lestimation de la part du secteur SCEQE (exclus de la directive ESD), secteur par secteur, repose sur du dire dexperts.

    Chaque sous-total sectoriel a t calcul selon loption a) des mthodes recommandes par la Commission europenne

    5 Rponse du NEEAP HELPDESK du 15 avril 2011

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 12

  • Secteur Indicateur Economies dnergies entre 2007 et 2011

    Economies dnergies entre 2007 et 2012

    Rsidentiel Indicateur P1 (chauffage) 3,801 Mtep 5,810 Mtep

    Indicateur P3 (eau chaude) 0,241 Mtep 0,319 Mtep

    Indicateur P4 (appareils lectriques) 0,155 Mtep 0,201 Mtep

    Indicateur P5 (clairage) 0,178 Mtep 0,249 Mtep

    Sous-total 4,377 Mtep 6,581 Mtep

    Tertiaire Indicateur P6 (consommation non lectrique) 0,127 Mtep non disponible

    Sous-total 0,127 Mtep non disponible

    Transport Indicateur P8 (consommation dnergie des vhicules lgers ramene aux passagers kilomtres)

    0,418 Mtep 0,682 Mtep

    Indicateur P9 (relatif la consommation dnergie des poids lourds)

    0,364 Mtep 0,493 Mtep

    Sous-total 0,782 Mtep 1,175 Mtep

    Industrie Indicateur P14 (consommation dnergie par unit de production) - Chimie

    0,395 Mtep 0,336 Mtep

    Indicateur P14 - Industrie extractive 0,001 Mtep -

    Indicateur P14 - Acier 0,009 Mtep -

    Indicateur P14 - Bois- 0,277 Mtep

    Indicateur P14 - Papier 0,057 Mtep -

    Indicateur P14 - Alimentation 0,302 Mtep 0,328 Mtep

    Indicateur P14 - Textile 0,025 Mtep 0,009 Mtep

    Indicateur P14 - Equipements de transport 0,098 Mtep 0,013 Mtep

    Indicateur P14 - Construction 0,116 Mtep 0,083 Mtep

    Indicateur P14 - Autres industries- 0,233 Mtep

    Sous-total 1,004 Mtep 1,282 Mtep

    Tous secteurs Total gnral 6,293 Mtep 9,039 Mtep

    Tableau 3. Rpartition des conomies dnergie sectorielles, raliss entre 2007 et 2011 (source : ADEME/Enerdata, projet Odysse-Mure)

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 13

  • 3.3. valuations des mesures-pharesAfin de disposer dun outil daide la dcision et dtre capable dvaluer dans quelle mesure les politiques proposes participeront latteinte des objectifs de rduction dmissions de gaz effet de serre de la France, le MEDDE a dvelopp un outil de quantification des rductions dmissions de gaz effet de serre permettant une valuation de limpact des principales politiques et mesures de manire individuelle. Cet outil, appel SceGES6 pour Scnarisation des Emissions de Gaz Effet de Serre, a galement pour vocation de favoriser une homognisation et une cohrence mthodologique des valuations dans la dure, en dotant l'tat dun cadre de paramtrisation unique et en fournissant des sorties de calcul conformes au format demand par les instances europennes et internationales. Cet outil permet galement d'obtenir en sortie de calcul les conomies d'nergie finale engendres par la mesure value. SceGES a t utilis pour estimer l'impact des politiques et mesures phares la fois en termes d'conomies d'nergie finale, dans le cadre du prsent plan d'action, et en termes de rduction des missions de gaz effet de serre, dans le cadre du rapport sur les mcanismes de surveillance7. La mthodologie utilise, de type ascendante, est dtaille en Annexe 3.

    Les mesures suivantes ont t values grce cet outil : Btiment : rglementation thermique 2012, co-prt taux zro (Eco-PTZ), crdit dimpt

    dveloppement durable, co-prt logement social (Eco-PLS) ; Transports : mesures concernant la performance des vhicules neufs (bonus-malus, rglements

    europens), co-taxe poids-lourds ; Agriculture : mise en place de bancs d'essais mobiles de rglage des tracteurs8. nergie : rglement de la directive coconception sur les lampes (interdiction des ampoules

    incandescence), taxe intrieure sur la consommation de produits nergtiques.

    Les rsultats de chaque valuation sont prsents la fin de la description de chaque mesure, dans le chapitre III du plan, sous forme d'encadrs.Une mthode d'valuation spcifique de type ascendante a t utilise pour estimer l'impact du dispositif des certificats d'conomies d'nergie (CEE) en termes d'conomies d'nergie finale. L'valuation ex-post des conomies d'nergie finale engendres par les actions mises en uvre au 31 novembre 2013 s'appuie sur l'analyse des CEE mis dans le cadre des principales oprations standardises ralises. Elle est complte par une valuation ex-ante de la troisime et de la quatrime priode du dispositif (2015-2017 puis 2018-2020) fonde sur lhypothse dun mme objectif de 220 TWhcumac/an. Le dtail de la mthodologie et des hypothses utilises est prsent en Annexe 3.Une mthode spcifique a galement t utilise pour valuer les conomies dnergie gnres par le recyclage des dchets (cf.partie Energie ).Il convient de souligner que les mesures phares ont t values individuellement. La stratgie de la France en matire d'efficacit nergtique est fonde sur un ensemble de mesures ciblant un mme secteur tout en adressant des barrires diffrentes (aides l'investissement, information et mobilisation du consommateur, rglementations, ...). Une mme action d'conomie d'nergie9 a donc pu tre engendre par plusieurs mesures en mme temps (co-prt taux zro, CEE, crdit d'impt, accompagnement par les Espaces Info-Energie, ) et nepeuventtreagrgessansdoublecompte. Ces recoupements tant trs difficiles valuer, les valuations de mesures individuelles prsentes dans le plan doivent tre considres sparment. L'analyse de l'impact de chaque programme de mesures, ciblant chacun un secteur de l'conomie, a t ralise par le biais des scnarios prospectifs nergie-Climat-Air dcrits prcdemment.

    6 Loutil SceGES a t dvelopp, sous le pilotage de la Direction Gnrale de lEnergie et du Climat (DGEC) du MEDDE par un groupement de consultants extrieurs spcialiss (Centre Energtique des Procds - Armines, nergies Demain, CITEPA, INRA et Solagro) .

    7 Au titre du paragraphe 2 de larticle 3 de la dcision n280/2004/CE du Parlement europen et du Conseil du 11 fvrier 2004.8 Cette mesure a fait l'objet d'une valuation ascendante directe n'utilisant pas l'outil SceGES, mais dont la mthodologie est

    prsente dans le mme chapitre (cf. Annexe 3).9 Par exemple, le remplacement d'un quipement de chauffage par un quipement plus performant.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 14

  • Mesure PartieEconomies dnergie finale

    2010 2013 2016 2020

    RT 2012 Rsidentiel-Tertiaire - - 0,41 Mtep 1,15 Mtep

    CIDD Rsidentiel-Tertiaire - 0,78 Mtep 0,93 Mtep 1,08 Mtep

    Eco-PTZ Rsidentiel-Tertiaire - 0,18 Mtep 0,19 Mtep 0,19 Mtep

    Eco-PLS Rsidentiel-Tertiaire - 0,35 Mtep 0,65 Mtep 1,03 Mtep

    Eco-taxe poids lourds Transports - - 0,165 Mtep 0,168 Mtep

    Amlioration de la performance des vhicules neufs

    Transports 0,1 Mtep - 1,1 Mtep 2,2 Mtep

    Bancs dessais moteur mobiles Agriculture 3,5 ktep - 23,2 ktep 36 ktep

    CEE Energie - 2,5 Mtep 5,17 Mtep 9,29 Mtep

    Ecoconception (ampoules) Energie - 0,46 Mtep 0,76 Mtep 0,75 MtepEcoconception (tlviseurs) Energie - - - 0,3 MtepPrvention des dchets Energie 2,53 Mtep - - -

    TICPEGazole

    Energie- 4,9 Mtep 4,3 Mtep 4,1 Mtep

    Essence - 0,5 Mtep 0,4 Mtep 0,3 Mtep

    Tableau 4. Evaluation des conomies dnergie gnres par les principales mesures-phares (source : MEDDE).

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 15

  • III. LES POLITIQUES ET MESURES MISES EN UVRE PAR LA FRANCE

    1. Le secteur du rsidentiel-tertiaire

    1.1. tat des lieuxLe secteur rsidentiel-tertiaire reprsente 44,5 % de la consommation d'nergie finale de la France en 2012, soit 68,7 Mtep. C'est le principal secteur consommateur d'nergie finale, devant les transports et l'industrie.Les mix nergtiques des secteurs rsidentiel et tertiaire sont assez diffrents. Les nergies renouvelables reprsentent 20 % de la consommation finale nergtique du rsidentiel, essentiellement du bois, mais seulement 4 % dans le tertiaire. La part de llectricit est beaucoup plus importante dans le tertiaire (53 %) que dans le rsidentiel (30 %), en raison de son utilisation intensive pour la bureautique et pour la climatisation.L'volution de la consommation d'nergie finale du secteur rsidentiel-tertiaire entre 1970 et 2012, par type d'nergie, est prsente en Figure 3. Le bouquet nergtique du secteur rsidentiel-tertiaire s'est fortement transform depuis les annes 70. L'usage du charbon a quasiment disparu ; les produits ptroliers sont en baisse rgulire. La consommation de gaz naturel et d'lectricit s'est trs fortement dveloppe.

    Figure 3. Consommation d'nergie finale dans le secteur rsidentiel et tertiaire corrige des variations climatiques, en Mtep, entre 1970 et 2012 (source : SOeS, bilan de l'nergie 2012)

    Par rapport 2011, la consommation de produits ptroliers en 2012 est en chute de -7,0 % dans le secteur rsidentiel et de -7,9 % dans le secteur tertiaire, y confirmant le dclin rgulier des produits ptroliers depuis le dbut des annes 1980. Les hausses de 2011 (+ 3,2 % dans le rsidentiel et surtout + 9,4 % dans le tertiaire), tiennent pour une large part au fait que les consommations d'nergies stockables (fioul, charbon, GPL) sont approches dans le bilan de l'nergie par les achats, sans correction de la variation des stocks entre le dbut et la fin de la priode. Les agents conomiques peuvent avancer ou retarder leurs achats, selon ltat de leurs stocks et de leurs besoins, et leurs anticipations de lvolution des prix. La volatilit des prix comme de la mtorologie tant forte, les achats peuvent fortement fluctuer dune anne sur lautre, ce

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 16

  • qui rend difficile linterprtation des volutions annuelles. Nanmoins, sur longue priode, la baisse de la consommation de produits ptroliers ne fait aucun doute : -3,1 % chaque anne en moyenne entre 2007 et 2012.La consommation de gaz naturel a volu de faon parallle dans les deux secteurs : - 1,7 % en 2012, aprs + 4,4 % en 2011 dans le rsidentiel et + 4,2 % dans le tertiaire. Lanne 2012 sinscrit ainsi dans la continuit de baisse des annes antrieures 2011.En 2012, la consommation lectrique de lensemble rsidentiel-tertiaire est repartie la hausse : + 4,0 % dans le rsidentiel et + 1,1 % dans le tertiaire, soit + 2,6 % sur lensemble rsidentiel-tertiaire. Elle avait diminu en 2011 pour la premire fois depuis 1970, date dorigine des sries du bilan de lnergie. Ce rebond se situe dans la tendance de long terme : + 2,3 % par an en moyenne entre 1997 et 2012. Il peut sexpliquer en partie par un t plus chaud quen 2011, ce qui a favoris lusage de la climatisation, notamment dans le secteur tertiaire. La correction des variations climatiques ne neutralise pas cet effet, car elle ne porte actuellement que sur les effets des tempratures froides sur la consommation d'nergie.Les nergies renouvelables ont continu de progresser en 2012 : + 4,6 % dans le rsidentiel et + 9,3 % dans le tertiaire. La consommation de bois, qui reprsente 80 % des nergies renouvelables dans le rsidentiel, a lgrement progress, en raison du succs des nouveaux appareils au bois performants. Le dveloppement des pompes chaleur sest poursuivi : celles-ci ont atteint 12 % de la consommation dnergies renouvelables des mnages. Ces volutions fortes des nergies renouvelables sont dans la continuit des annes prcdentes : + 4,5 % dans le rsidentiel et + 6,7 % dans le tertiaire en moyenne annuelle depuis 2007.

    1.2. Les politiques et mesuresLamlioration des performances nergtiques des btiments est incontournable pour atteindre les objectifs fixs en termes d'efficacit nergtique, de rduction de gaz effet de serre et de dveloppement des nergies renouvelables. La France sest ainsi fix des objectifs trs ambitieux :

    Gnraliser les btiments basse consommation (BBC) en 2013 pour les constructions neuves et des btiments nergie positive lhorizon 2020 ;

    Rnover 500 000 logements anciens par an d'ici 2017.Si les potentiels de rduction de consommation nergtique et dmissions sont levs, il sagit essentiellement de sources diffuses et donc de gisements plus difficiles mobiliser. Ainsi, afin datteindre ces objectifs, la France mobilise une palette doutils diversifis : rglementations, incitations financires (budgtaires et fiscales), formations, information et sensibilisation.

    1.2.1. Une rglementation ambitieuse pour les btiments neufs anticipe par des mesures de soutien

    Le niveau de performance nergtique exig des constructions neuves est contraint par lintroduction progressive de rglementations thermiques. Celles-ci sont accompagnes par la prparation des acteurs de la construction au travers de lintroduction pralable de labels de qualit auxquels sont adosses des mesures incitatives.Ainsi, la rglementation thermique (RT) 201210 a renforc les exigences concernant la performance thermique des btiments neufs : tous les btiments dont le permis de construire a t dpos aprs le 1er janvier 2013 y sont soumis. Ces btiments doivent avoir une consommation dnergie primaire infrieure un seuil de 50 kWhep/m/an en moyenne sur les 5 usages rglementaires (chauffage, eau chaude sanitaire, clairage, refroidissement et auxiliaires). Cette obligation a t applique par anticipation depuis le 28 octobre 2011 pour les btiments de bureaux, denseignement primaire et secondaire et pour les tablissements daccueil de la petite enfance, tandis que les logements construits en zone ANRU11 y sont soumis sils ont fait l'objet d'une demande de permis de construire ou d'une dclaration pralable postrieure au 1er mars 2012. Lexigence de 50 kWhep/m/an est par ailleurs module selon la localisation

    10 Dcret n 2010-1269 du 26 octobre 2010 relatif aux caractristiques thermiques et la performance nergtique des constructions et arrt du 26 octobre 2010 relatif aux caractristiques thermiques et aux exigences de performance nergtique des btiments nouveaux et des parties nouvelles de btiments

    11 Logements construits dans des zones rserves laccession la proprit pour des revenus modestes et bnficiant dun taux de TVA de 7 % au lieu de 19,6 % (ANRU : agence nationale pour la rnovation urbaine).

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 17

  • gographique, laltitude, le type dusage du btiment, la surface moyenne des logements. Les btiments utilisant le bois-nergie et les rseaux de chaleur les moins metteurs de CO2 bnficient galement dune modulation du seuil de consommation en nergie primaire, limite 30 % au maximum. Par ailleurs, afin dassurer une mise en uvre renforce de cette nouvelle rglementation thermique, le matre douvrage est tenu de :

    Dlivrer un document attestant que la rglementation thermique a bien t prise en compte et que ltude de faisabilit sur les approvisionnements en nergie a bien t faite lors du dpt du permis de construire ;

    Transmettre au service instructeur une attestation de la conformit du btiment la rglementation thermique lors de la dclaration dachvement des travaux.

    En outre, les btiments neufs doivent faire l'objet d'une tude de faisabilit des diverses solutions d'approvisionnement en nergie, et notamment du recours aux nergies renouvelables et aux systmes les plus performants.

    Avant lentre en vigueur de la RT 2012, lensemble des constructions dont le permis de construire avait t dpos aprs le 1er septembre 2006 devaient respecter la rglementation thermique 2005. La RT 2012 avait t prpare par la possibilit pour les matres douvrages qui souhaitaient construire des btiments neufs plus performants que la RT 2005 de se faire dlivrer un label nergtique. En particulier, le label Btiment Basse Consommation (BBC) a permis de prparer lintroduction de la RT2012.Les constructions le respectant ont pu bnficier de diffrentes aides :

    La modulation du prt taux zro renforc (PTZ+), qui s'adresse aux personnes souhaitant acqurir leur premire rsidence principale neuve, tait renforce en 2011 et 2012. La loi de finance pour 2012 a prvu que lobtention du taux de base soit conditionne au respect de performances nergtiques (RT2012 ou BBC) partir du 1er janvier 2013.

    Lexonration de la taxe foncire sur les proprits bties (TFPB) concurrence de 50 ou de 100 % pour les constructions de logements neufs acheves compter du 1er janvier 2009 dont le niveau lev de performance nergtique globale, dtermin dans des conditions qui devront tre fixes par dcret, est suprieur celui qu'impose la lgislation en vigueur12.

    Sur le mme modle, des labels seront crs afin de prparer progressivement lintroduction de la future RT qui doit permettre la gnralisation des btiments nergie positive lhorizon 2020.

    Enfin, si un particulier investisseur acquiert ou fait construire un logement neuf entre le 1er janvier 2013 et le 31 dcembre 2016, il pourra bnficier dune rduction dimpt slevant 18 % du prix dachat du logement (dans la limite de 300 000 et dun plafond dachat fix 5 500 /m), tale sur neuf ans. Le bnfice de cette rduction dimpt est soumis au respect de certaines conditions :

    Le logement devra tre mis en location pendant une priode minimale de neuf ans, Le loyer appliqu sera plafonn et infrieur au prix du march denviron 20 %, Les locataires devront prsenter un niveau de ressources plafonn, La performance nergtique du logement neuf devra possder le label BBC, ou respecter la RT

    2012

    La mise en uvre de la rglementation thermique 2012 permettra une rduction des consommations d'nergie finale annuelles de 0,41 Mtep en 2016 et de 1,15 Mtep en 202013 ; cette valuation ne porte que

    sur le rsidentiel, sans prendre en compte les gains dans le secteur tertiaire.

    Des rglementations spcifiques aux collectivits dOutre-merEn Guyane, en Martinique et la Runion, tous les logements neufs dont les demandes de permis de construire ou dclarations pralables ont t dposes compter du 1er mai 2010 doivent tre conformes 12 Article 1383-0 B bis du code des impts13 Source : valuation SceGES (cf. Annexe 3)

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 18

  • la Rglementation Thermique, Acoustique et Aration applicable (RTAA DOM), ensemble de trois nouvelles rglementations spcifiques en thermique, en acoustique et en aration. La conception de ces logements doit, entre autres, permettre une consommation nergtique limite en privilgiant une conception bioclimatique et en limitant le recours la climatisation, notamment grce aux dispositifs de protection solaire et au recours la ventilation naturelle. En outre, ces logements doivent tre quips dun systme de production deau chaude sanitaire par nergie solaire couvrant 50 % des besoins au minimum. En Guyane, le recours leau chaude sanitaire nest pas obligatoire. En revanche, si le matre douvrage choisit dinstaller leau chaude, elle doit tre produite par lnergie solaire.En Guadeloupe, depuis le 21 mai 2011, sapplique la rglementation thermique Guadeloupe (RTG). La RTG a pour objectif damliorer lefficacit nergtique des btiments en tenant compte des spcificits locales. Elle sarticule autour de quatre axes que sont la construction de btiment, avec des exigences en termes de performance globale du btiment, le Diagnostic de Performance Energtique, la performance des quipements et ltude de faisabilit de fourniture dnergie.A la Runion, depuis le 1er juillet 2010, la certification Habitat & Environnement DOM, dveloppe par lorganisme certificateur Cerqual (filire de Qualitel), est susceptible, de rpondre aux critres de qualit environnementale permettant aux matres d'ouvrage de logements locatifs sociaux s'engageant dans le respect de certains profils du rfrentiel dobtenir une exonration prolonge de cinq ans de taxe foncire sur les proprits bties, l'instar de la certification BBC Habitat & Environnement valable en mtropole partir de 2009.

    1.2.2. L'amlioration de la performance nergtique des btiments existants

    Le plan de rnovation nergtique de lhabitat (PREH) annonc le 21 mars 2013 traduit l'engagement du Prsident de la Rpublique de rnover 500 000 logements par an d'ici 2017. Il contient de nombreuses mesures qui concernent tous les aspects de la rnovation : la prise de dcision (guichets uniques, ambassadeurs de la rnovation thermique), le financement (crdit d'impt dveloppement durable, co-prt taux zro et co-prt logement social, certificats d'conomies d'nergie, prime exceptionnelle, mise en place de tiers-financement), et la structuration de la filire pour rpondre correctement et avec qualit la demande (formation et qualification des professionnels).De plus, la stratgie de rnovation des btiments, ralise conformment larticle 4 de la directive efficacit nergtique, prsente plus largement le cadre gnral dans lequel sinscrivent les politiques et mesures dcrites en dtail ci-dessous. Cette stratgie comprend notamment :

    Une prsentation du parc national de btiments ; Une identification des approches rentables de rnovation ; Une description dtaille du PREH, ainsi quun rsum des autres mesures mises en uvre ; Une description des mesures de sensibilisation des industriels et des professionnels ; Un tour dhorizon des financements mobilisables.

    a Les mesures rglementairesPerformance nergtique des btiments existantsLa rglementation thermique (RT) des btiments existants a pour objectif dassurer une amlioration significative de la performance nergtique dun btiment existant lorsquun matre douvrage entreprend des travaux susceptibles dapporter une telle amlioration. Les mesures applicables, la RT globale et la RT lments par lments, diffrent selon l'importance des travaux entrepris. Pour les rnovations lourdes14 de btiments de plus de 1000 m, la RT globale15 dfinit un objectif de performance nergtique globale pour les btiments rnovs, lexception de ceux construits avant 1948. Pour les logements, la rglementation introduit une valeur maximale de consommation : la consommation dnergie du btiment rnov pour le chauffage, le refroidissement et leau chaude sanitaire doit tre infrieure une valeur limite qui dpend du type de chauffage et du climat. Cette consommation maximale 14 Rnovation dont le cot est suprieur 25 % de la valeur, dfinie rglementairement, du btiment hors foncier.15 Arrt du 13 juin 2008 relatif la performance nergtique des btiments existants de surface suprieure 1000 m, lorsquils font

    lobjectif de travaux de rnovation importants.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 19

  • est situe entre 80 et 195 kWhep/m/an selon les cas. Pour les btiments non rsidentiels, les travaux doivent conduire un gain de 30 % sur la consommation dnergie par rapport ltat antrieur.Pour les btiments de moins de 1000 m ou pour les btiments de plus de 1000 m objets dune rnovation lgre, la RT lments par lments16 dfinit une performance minimale pour les lments remplacs ou installs : elle porte notamment sur les quipements disolation, de chauffage, de production deau chaude, de refroidissement, de ventilation.Une modification de la RT existant est en cours afin de rendre obligatoire la prise en compte de la performance nergtique lors de travaux importants sur le btiment (ravalement de faade par exemple).

    Un label haute performance nergtique rnovation 17 a par ailleurs t cr. Il inclut deux niveaux pour les btiments usage dhabitation : le label haute performance nergtique rnovation, HPE 2009 pour les btiments atteignant une consommation dnergie primaire infrieure 150 kWhep/m/an sur les 5 usages rglementaires (chauffage, eau chaude sanitaire, clairage, refroidissement et auxiliaires) et le label btiment basse consommation nergtique rnovation, BBC 2009 pour les btiments atteignant une consommation dnergie primaire infrieure 80 kWhep/m/an sur ces mmes usages. Ce label inclut galement un niveau pour les btiments usage autre que dhabitation. compter du 1er janvier 2013, la fourniture dune attestation de prise en compte de la RT par lun des quatre professionnels suivants est obligatoire : architecte, diagnostiqueur pour la maison, bureau de contrle, organisme de certification si le btiment fait lobjet dune certification. Le formulaire dattestation est une pice constitutive de la dclaration attestant de lachvement et de la conformit des travaux (article R.462-4-2 du code de lurbanisme).Enfin, depuis le 1er janvier 200818, tout btiment de plus de 1 000 m soumis une rnovation lourde doit faire l'objet d'une tude de faisabilit d'approvisionnement en nergie, de faon inciter le matre d'ouvrage recourir une source d'nergie renouvelable ou un systme trs performant.

    Dans les btiments publics, conformment larticle 5 de la directive 2012/27/UE relative lefficacit nergtique, la France a choisi davoir recours lapproche alternative afin de diminuer la consommation dnergie des btiments publics (cf.partie Exemplarit de lEtat et des collectivits ).Par ailleurs, une obligation de ralisation de travaux d'amlioration de la performance nergtique a t introduite dans les btiments existants usage tertiaire ou dans lesquels s'exerce une activit de service public dici 202019. Les textes dapplication de cette mesure, dfinissant ses modalits de mise en uvre, seront publis au cours de lanne 2014. Pour initier la dmarche, la charte pour lefficacit nergtique des btiments tertiaires a t labore et signe le 31 octobre 2013 par 30 acteurs publics et privs qui sengagent agir pour diminuer les consommations nergtiques de ces btiments.

    Extinction nocturne des enseignes et publicits lumineusesDepuis le 1er juillet 2012, les nouvelles enseignes et publicits lumineuses doivent tre teintes entre 1 heure et 6 heures du matin20. Cette nouvelle rglementation sapplique progressivement lensemble des installations existantes dici 2018. La mise en uvre de cette mesure constitue une source dconomies dnergie consquente et permettra dconomiser environ 800 GWh chaque anne pour les enseignes et plus de 200 GWh pour les publicits.Le 1er juillet 2013 est entr en vigueur larrt encadrant les dures de fonctionnement de certaines installations dclairage afin de supprimer les gaspillages nergtiques et de rduire les nuisances lumineuses21. Larrt fixe une rgle gnrale dextinction qui se dcline de diffrentes manires selon le type dclairage concern :

    les clairages intrieurs de locaux usage professionnel doivent tre teints une heure aprs la fin doccupation desdits locaux ;

    16 Arrt du 3 mai 2007 relatif aux caractristiques thermiques et la performance nergtique des btiments existants.17 Dcret du 29 septembre 2009 crant un label haute performance nergtique rnovation pour certains btiments existants et

    larrt du 29 septembre 2009 relatif au contenu et aux conditions dattribution du label haute performance nergtique rnovation .

    18 Article L.111-9 du code de la construction et de l'habitation introduit par la loi du 13 juillet 200519 Article 3 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement20 Dcret n 2012-118 du 30 janvier 201221 Arrt du 25 janvier 2013 relatif l'clairage nocturne des btiments non rsidentiels afin de limiter les nuisances lumineuses et les

    consommations d'nergie

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 20

  • les clairages des faades des btiments sont teints au plus tard 1 heure ; les clairages des vitrines de magasins de commerce ou dexposition sont teints au plus tard 1h

    ou une heure aprs la fin doccupation desdits locaux si celle-ci intervient plus tardivement.Les rgles qui encadrent lhoraire de rallumage de ces clairages sont galement spcifies :

    Les clairages des vitrines de magasins de commerce ou dexposition peuvent tre allums partir de 7 heures ou une heure avant le dbut de lactivit si celle-ci sexerce plus tt ;

    les clairages des faades des btiments ne peuvent tre allums avant le coucher du soleil.Selon lADEME, les conomies dnergie attendues reprsentent 2 TWh par an, soit lquivalent de la consommation lectrique annuelle (hors chauffage et eau chaude) denviron 750 000 mnages. Cette disposition permet galement dviter le rejet chaque anne de 250 000 tonnes de CO2.

    Leve de freins la rnovation ou des usages vertueux dans les logements Diffrents dispositifs ont t mis en place afin de lever certains des freins22 la rnovation des logements ou au recours des usages vertueux :Modifications des rgles de dcisions sur les travaux, qui pouvaient auparavant tre trs contraignantes dans les coproprits, dans le code de la construction et de lhabitation :

    1. Vote la majorit des voix des copropritaires de lexcution de travaux dintrt collectif dans les parties privatives aux frais du copropritaire concern ;

    2. Vote la majorit des voix des copropritaires de linstallation de compteurs dnergie thermique ou de rpartiteurs de frais de chauffage ;

    3. Inscription obligatoire, lordre du jour de lassemble gnrale des copropritaires qui suit ltablissement dun Diagnostic de Performance nergtique ou le cas chant d'un audit nergtique dans tout btiment quip dune installation collective de chauffage ou de refroidissement, de la question dun plan de travaux dconomies dnergie ou dun contrat de performance nergtique.

    Individualisation des frais de chauffage23 : depuis 197424, tout immeuble quip dun chauffage commun doit tre muni dappareils permettant lindividualisation des frais de chauffage. Le dcret n 2012-545 du 23 avril 2012 a modifi le code de la construction et de lhabitation afin de faciliter la mise en uvre de cette obligation en redfinissant les impossibilits techniques dinstaller des appareils de mesure et en rvisant les conditions de rentabilit conomique de la mesure.

    Participation financire du locataire aprs la ralisation de travaux dconomie dnergie par le propritaire pour tablir une relation gagnant-gagnant entre les propritaires-bailleurs, qui supportent la charge des travaux, et les locataires, qui bnficient des conomies dnergie induites : la loi n2009-323 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion vote le 25 mars 2009 prvoit que le propritaire pourra faire participer le locataire hauteur de la moiti de lconomie de charges ralise. Cette participation prend la forme dune nouvelle ligne inscrite sur la quittance de loyer qui perdurera pour une dure de 15 ans. Cette participation nest nanmoins possible que si le bailleur ralise un bouquet de travaux performants comportant a minima deux actions ou permettant datteindre un niveau de performance minimal25 et qu'il a engag une dmarche de concertation avec son locataire.

    Amlioration de la performance des chaudires et des systmes de climatisation

    Chaudires entre 4 et 400kWEn application de la directive 2002/91/CE sur la performance nergtique des btiments, la France a mis en uvre une obligation dentretien annuel des chaudires26. Elle concerne toutes les chaudires (gaz, 22 Article 19 de la directive efficacit nergtique23 Article 9 de la directive efficacit nergtique. 24 Loi du n74-908 du 29 octobre 1974 (article 4).25 Loi n2009-323 et dcrets 2009-1438 et 2009-1439 du 23 novembre 2009.26 Dcret n2009-649 du 9 juin 2009 relatif lentretien annuel des chaudires dont la puissance nominale est comprise entre 4 et

    400 kilowatts, article L.111-9 du Code de la construction et de l'habitation, introduit par la loi du 13 juillet 2005, et arrt du 15

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 21

  • fioul, biomasse, multi-combustibles) dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kW. Lentretien doit tre ralis chaque anne et une attestation d'entretien doit tre remise au commanditaire, au plus tard 15 jours aprs sa visite et tre conserve 2 ans par le commanditaire de l'entretien pour prsentation en cas de contrle. Cette attestation permet dinformer le commanditaire de lentretien sur ltat de sa chaudire et de son systme de chauffage. Lentretien doit tre ralis par un professionnel qualifi. Par ailleurs, afin dexpliquer la nouvelle rglementation au grand public, un guide destin aux particuliers, prpar conjointement par le ministre et lADEME, a t publi en dcembre 200927. Les professionnels du secteur se sont galement coordonns pour laborer un guide de fiches techniques destination des professionnels afin dassurer la bonne application de la rglementation28.Enfin, les chaudires et les chauffe-eau sont soumis au rglement 813/2013 et 814/2013 dans le cadre de la directive Ecoconception (cf. partie nergie).

    Chaudires entre 400kW et 20 MWLes chaudires de puissance de 400 kW 20 MW sont soumises des rendements nergtiques minimaux29. L'exploitant a galement l'obligation de mettre en place des appareils de contrle et de mesure du rendement et d'apprciation de la qualit de la combustion.Par ailleurs, elles sont soumises un contrle obligatoire, au minimum bisannuel, de faon s'assurer qu'elles respectent les rendements minimaux rglementaires et que les exploitants procdent aux oprations de contrle et de rglage auxquels ils sont astreints.

    Systmes de climatisationLa directive 2002/91/CE prvoyait galement que les tats membres mettent en uvre une inspection priodique des systmes de climatisation d'une puissance nominale suprieure 12 kilowatts. En France, cette obligation a t transpose dans le cadre dun dcret en date du 31 mars 201030. Il dfinit les grandes tapes de linspection : inspection documentaire, valuation du rendement du systme, valuation du dimensionnement du systme par rapport aux exigences en matire de refroidissement du btiment, fourniture des recommandations ncessaires portant sur le bon usage du systme en place, les amliorations possibles de linstallation, lintrt ventuel de son remplacement et les autres solutions envisageables. Linspection aura lieu tous les 5 ans. Elle concerne 300 000 installations en France (10 % du parc install). Fin 2013, quatre organismes accrdits par le COFRAC ont certifi environ 300 inspecteurs.

    b Les mesures de soutienDans le rsidentiel priv, de nombreux dispositifs incitatifs en faveur des particuliers ont t mis en uvre afin dinciter lamlioration de la performance nergtique des logements : Le crdit dimpt dveloppement durable (CIDD) : depuis 2005, les particuliers peuvent bnficier

    dun crdit dimpt pour lachat et linstallation de matriaux ou dquipements les plus performants en matire dconomies dnergie (dans lexistant uniquement) ou de production dnergie dorigine renouvelable (dans le neuf jusquau 31 dcembre 2012 et dans lexistant). Ce dispositif a t prorog jusqu la fin 2015. Depuis sa cration, la liste des quipements ligibles au CIDD ainsi que les taux dont ils bnficient sont rgulirement rviss afin dacclrer le rythme des rnovations thermiques par tapes et de favoriser le recours aux technologies les plus performantes. De 2005 201131, plus de 9 millions de travaux ont t dclars au titre du CIDD en France mtropolitaine sur un ensemble de 27 millions de logements utiliss comme rsidence principale. Plus de 7 millions de logements ont t rnovs grce ce dispositif. La dpense fiscale sur cette mme priode s'lve 13 milliards d'euros

    septembre 2009 relatif l'entretien annuel des chaudires dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts. 27 Tlchargeable sur les sites de l'ADEME et du ministre : www.ademe.fr ou www.developpement-durable.gouv.fr28 Disponibles sur http://www.energies-avenir.fr/.29 Articles R. 224-20 R. 224-30 du code l'environnement30 D cret n 2010-349 du 31 mars 2010 relatif linspection des systmes de climatisation et des pompes chaleur rversibles ,

    complt par larrt du 16 avril 2010 relatif linspection priodique des systmes de climatisation et des pompes chaleur rversibles dont la puissance frigorifique est suprieure 12 kilowatts et larrt du 16 avril 2010 dfinissant les critres de certification des comptences des personnes physiques ralisant linspection priodique des systmes de climatisation et des pompes chaleur rversibles dont la puissance frigorifique nominale est suprieure 12 kilowatts et les critres daccrditation des organismes de certification.

    31 Les annes cites correspondent celles de ralisation des travaux, la dduction fiscale intervient l'anne suivante.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 22

  • pour 46 milliards d'euros de dpenses dclares par les mnages. En 2012, 1,23 millions de mnages ont bnfici d'un crdit dimpt slevant 1 107 en moyenne pour un montant dclar moyen de 5 549 .Dans le cadre du Plan de rnovation nergtique de lhabitat, il a t dcid de simplifier le CIDD en ne maintenant que deux taux applicables et en le rorientant vers les rnovations lourdes. Les taux sont les suivants compter du 1er janvier 2014 : Un taux de 15 % en cas d'action seule, sous condition de ressources ; Un taux de 25 % en cas de bouquet de travaux, sans condition de ressources.Par ailleurs, des exigences de qualification des installateurs seront introduits partir du 1er janvier 2015, dans le prolongement de la charte RGE (cf. plus bas)

    La mise en uvre du CIDD sur la priode 2009-2012 permet une rduction des consommations d'nergie finale annuelles de 0,78 Mtep en 2013, 0,93 Mtep en 2016 et 1,08 Mtep en 202032.

    Lco-prt taux zro (co-PTZ)33 : disponible depuis le 1er avril 2009, il est destin aux particuliers propritaires occupants ou bailleurs pour le financement de travaux de rnovation lourds. Il se dcline en trois options :

    1. mise en uvre dun bouquet de travaux ;2. atteinte dun niveau de performance nergtique globale minimal du logement ;3. rhabilitation dun systme dassainissement non collectif par un dispositif ne consommant pas

    dnergie.Ce prt finance jusqu 30 000 de travaux damlioration de lefficacit nergtique dun logement sur une dure de 10 ans (pouvant tre tendue jusqu 15 ans par la banque, qui ne bnficie alors pas du crdit dimpt au titre des intrts non perus entre la dixime et la quinzime anne). Depuis 2012, il peut nouveau tre cumul avec le crdit dimpt dveloppement durable, sous rserve de respecter le plafond de ressources. La loi de finances initiale pour 2012 a mis en uvre la possibilit dallonger la dure de remboursement 15 ans pour les rnovations les plus lourdes (ralisation dun bouquet dau moins trois travaux ou option performance globale minimale).Paralllement, des documents dinformation destination des particuliers et des professionnels du btiment ont t produits afin damliorer la qualit technique des dossiers de prt et faciliter leur instruction par les tablissements de crdit. Enfin, afin de faciliter la ralisation de travaux en coproprit, la loi de finances rectificative pour 2011 du 28 dcembre 2011 a prvu l'ouverture de l'co-PTZ aux syndicats de propritaires. La loi du 22 mars 2012 relative la simplification du droit et l'allgement des dmarches administratives, dite Warsmann et son dcret dapplication (dcret n2013-205 du 13 mars 2013) ont permis de dfinir le cadre juridique pour la souscription dun emprunt bancaire pour financer des travaux au nom du syndicat des copropritaires. Le dcret n 2013-1297 du 27 dcembre 2013 dfinit les modalits de lco-PTZ collectif.Depuis juin 2011, les bouquets de travaux ligibles lco-PTZ ainsi que les exigences de performances nergtiques globales ont t adapts au contexte ultramarin. Lco-PTZ permet ainsi de financer une partie des travaux de rnovation raliss en Guadeloupe, en Martinique, La Runion, en Guyane et St Martin.Au total, le nombre dco-PTZ mis depuis lorigine est estim plus de 235 000 au 30 septembre 2013 pour des dpenses moyennes de travaux slevant 19 200 euros. Le cot de la mesure pour l'Etat est estim 75 M sur 2009-2011.

    La mise en uvre de l'co-PTZ permet une rduction des consommations d'nergie finale annuelles de 0,18 Mtep en 2013, et de 0,19 Mtep en 2016 et en 2020.34

    Le dispositif des certificats dconomies dnergie (CEE) (cf. partie nergie) a pour but de mobiliser le 32 Source : valuation SceGES (cf. Annexe 3)33 Cf. article 99 de la loi de finances pour 2009 et les dcrets dapplications du 30 mars 2009 relatif aux avances remboursables sans

    intrts destines au financement de travaux de rnovation afin damliorer la performance nergtique des logements anciens.34 Source : valuation SceGES (cf. Annexe 3)

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 23

  • gisement d'conomies d'nergie, notamment dans les secteurs o il est le plus diffus comme le secteur du btiment. Au 30 novembre 2013, 90 % des CEE mis provenaient d'oprations ralises dans le secteur du btiment.

    Lexonration de taxe foncire btie : la loi de finances rectificative pour 2006 a introduit la possibilit pour les collectivits locales dexonrer de taxe foncire btie pendant 5 ans, avec un taux dexonration de 50 ou 100 %, les constructions acheves avant le 1er janvier 1989 pour lesquelles dimportants travaux ligibles au CIDD ont t raliss. Cette possibilit a depuis t tendue toutes les constructions acheves avant le 31 dcembre 2008. Les constructions de logements neufs acheves depuis le 1er janvier 2009 peuvent galement en bnficier si elles sont titulaires du label BBC.

    La TVA taux rduit pour les travaux de rnovation35 : partir du 1er janvier 201436, les travaux de rnovation nergtique des logements de plus de 2 ans bnficient dun taux de TVA rduit (5,5 %). Sont concerns les travaux ouvrant droit au crdit dimpt dveloppement durable ainsi que les travaux induits et indissociablement lis ces travaux principaux. Cela concerne les travaux annexes indispensables (dplacement de radiateurs ou dpose de sols par exemple) conscutifs aux travaux defficacit nergtique proprement dits. De ce fait, ils ne visent ni les autres travaux de rnovation, ni les travaux dordre esthtique (habillage dun insert, pose de papiers peints, par exemple).

    Le livret de dveloppement durable (LDD) : depuis le 1er janvier 2007, le CODEVI (compte pour le dveloppement industriel) a t remplac par le livret de dveloppement durable (LDD), dont les emplois ont t largis. Il tait auparavant rserv au financement des petites et moyennes entreprises et permet dsormais doctroyer des prts taux avantageux pour le financement de travaux dconomies dnergie dans les logements construits depuis plus de 2 ans. Les travaux finanables sont ceux ligibles au CIDD. Son plafond de dpt a t port 12 000 euros au 1er octobre 2012.

    Dans le cadre du programme des investissements davenir, un programme de soutien de 500 M pour la rnovation nergtique des btiments pour les propritaires occupant revenus modestes, intitul Habiter mieux a t mis en uvre (cf. paragraphe sur la lutte contre la prcarit nergtique).

    1.2.3. La rnovation du parc social locatif

    Dans le parc locatif social, un objectif de rnovation des 800 000 logements sociaux les plus nergivores dici 2020 a t fix37. L'atteinte de cet objectif s'appuie sur les mesures suivantes : Lco-prt logement social est un prt au taux fixe bonifi distribu par la Caisse des dpts et

    consignations depuis 2009. La premire version de ce prt, distribue de 2009 juin 2011, tait taux fixe de 1,9 % sur 15 ans et 2,35 % sur 20 ans. Il a permis dengager la rnovation de 100 000 logements sociaux et reprsentait une enveloppe de 1,2 Md.Le dispositif de lco-prt logement social est dsormais prennis jusque fin 2020 et a pour objectif la rnovation de 70 000 logements sociaux/an. Une convention a t signe le 4 mai 2012 entre lEtat et la Caisse des dpts. Le prt dsormais distribu est taux variable, adoss au taux du livret A, et sa dure maximum est porte 25 ans. Le taux du prt dpend de sa dure, pour avoir un quivalent-subvention quivalent quelle que soit la dure : au taux du livret A, sur une dure de 5 15 ans ; au taux du livret A + 0,15 %, sur une dure de 16 20 ans ; au taux du livret A + 0,25 %, sur une dure de 21 25 ans. Concernant les conditions dligibilit, les organismes emprunteurs doivent dsormais sengager sur un programme dintervention quinquennal contenant au maximum 70 % de logements de classe nergtique

    35 Article 279-0 bis du code gnral des impts. 36 Article 9 de la loi de finances pour 201437 Loi n 2009-967 du 3 aot 2009 (article 5)

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 24

  • D. Il est accessible notamment aux organismes HLM, aux SEM ou aux communes possdant ou grant des logements sociaux dans le cadre de la rnovation nergtique de logements nergivores : le prt finance les travaux dconomies dnergie permettant un logement de passer dune consommation dnergie primaire suprieure 230 kWhep/m2/an une consommation infrieure 150 kWhep/m2/an. Les logements achevs avant le 1er janvier 1948 sont soumis un rgime alternatif. Ils peuvent bnficier du prt ds lors quils sont situs en classe nergie E, F ou G du diagnostic de performance nergtique (DPE) et quune combinaison dactions damlioration de la performance nergtique aux caractristiques dfinies dans un menu de travaux est mise en place. Les logements situs en classe nergie D peuvent galement en bnficier, sous certaines conditions, depuis septembre 2010, dans la limite de 14 000 logements par an partir de 2012. Au 1er janvier 2013, 23 000 logements taient concerns par une demande dco-PLS. Depuis lannonce des mesures constituant le plan de rnovation nergtique de lhabitat par le Prsident de la Rpublique le 21 mars 2013, des amliorations ont t apportes afin datteindre un rythme de rnovation nergtique annuel de 120 000 logements sociaux lhorizon 2017 : La diminution du taux du prt, gal au taux du livret A diminu de 75 points de base pour une dure

    infrieure ou gale 15 ans (avec un taux similaire en termes dquivalent subvention sur 20 ans et 25 ans) ;

    Lassouplissement des conditions dligibilit de la classe D, en autorisant un quota national de 50 000 logements de classe D par an. Par ailleurs les programmes de rnovation quinquennaux nauront plus garantir un minimum de 30 % de logement de classe E, F ou G,

    Les critres dligibilit techniques restent cependant inchangs.

    La mise en uvre de l'co-PLS permet une rduction des consommations d'nergie finale annuelles de 0,35 Mtep en 2013, 0,65 Mtep en 2016 et 1,03 Mtep en 202038.

    Depuis 2005, les organismes dHLM (habitation loyer modr) ou les SEM (socit dconomie mixte) immobilires qui font raliser des travaux dconomies dnergie conformes la rglementation thermique en vigueur, peuvent bnficier dun dgrvement de taxe foncire sur les proprits bties (TFPB) gal un quart des dpenses engages au cours de lanne prcdant celle au titre de laquelle limposition est due39. Ce dgrvement est imputable sur la TFPB due pour le btiment ayant fait lobjet de ces travaux mais galement pour tous les autres btiments appartenant au mme bailleur social imposs dans la mme commune ou dans dautres communes ds lors quils dpendent tous du mme centre des impts40.

    Depuis le 10 juin 2009, les investissements en efficacit nergtique et en nergies renouvelables dans le secteur du logement sont ligibles au fonds europen de dveloppement rgional (FEDER). Le montant mobilisable pour les travaux de rhabilitation nergtique est de 4 % de lenveloppe nationale du FEDER, ce qui correspond environ 230 M pour la mtropole et 90 M pour les DOM, sur toute la priode 2007 2013 et sans plafond de dpense annuel. Une circulaire a t publie le 22 juin 2009 afin dapporter aux autorits rgionales gestionnaires des recommandations sur lutilisation de ces fonds : ces recommandations visent essentiellement assurer une cohrence avec les dispositifs financiers actuels en faveur des travaux dconomies dnergie. Ainsi, il a t recommand de calquer les conditions dattribution de cette subvention sur celles ouvrant droit lco-prt logement social. Dans les DOM, il est recommand que les interventions visant amliorer le confort dt ou utiliser les nergies renouvelables puissent tre finances par le FEDER sous rserve quelles soient innovantes ou aient un cot important justifiant dun besoin de sources de financement complmentaires. Les aides doivent tre concentres sur des oprations structurantes regroupant un nombre significatif de logements et visant une performance nergtique exemplaire, afin de donner de la visibilit lintervention des crdits europens sur ces mesures. A partir daot 2012, les prfets de rgions ont t autoriss dplafonner le taux de 4 % lchelle de chaque rgion, sous rserve que le taux de 4 % ne soit pas dpass lchelle nationale.

    38 Source : valuation SceGES (cf. Annexe 3)39 Cf.loi POPE40 Cf. loi 2009-323 du 25 mars 2009

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 25

  • Au niveau europen, pour la priode 2014-2020, le nouveau rglement FEDER41 prvoit dans son article 4, une obligation de concentration des fonds sur lobjectif thmatique 4 (OT4) : soutenir la transition vers une conomie faible mission de carbone dans l'ensemble des secteurs . Cet objectif inclut en particulier lefficacit nergtique et lutilisation des nergies renouvelables dans les infrastructures publiques et dans le secteur du logement. Cette concentration thmatique sur lOT4 se dcline comme suit, par catgorie de rgion :

    Dans les rgions les plus dveloppes : au moins 20 % des ressources au niveau national Dans les rgions en transition : au moins 15 % des ressources au niveau national Dans les rgions les moins dveloppes : au moins 12 % des ressources au niveau national

    A lchelon national, les priorits dinvestissements des fonds europens structurels et dinvestissement (dont le FEDER) sont encadrs par lAccord de Partenariat42. Ce document, labor aprs une large concertation, a t transmis la Commission europenne le 31 dcembre 2013 et fera lobjet dune ngociation entre la France et la Commission qui devrait sachever au printemps 2014. A ce stade, pour ce qui concerne lOT4, il insiste entre autres sur la place de lefficacit nergtique dans le btiment qui constitue [] laxe daction prioritaire en vue dune mutation vers une conomie bas carbone , avec une focalisation sur le secteur rsidentiel et le secteur tertiaire public.Au niveau rgional, lAccord de Partenariat prvoit, dans sa version actuelle, que chaque programme rgional FEDER appliquera les rgles de concentration thmatique mentionnes ci-dessus. A titre provisoire, il fait tat dun soutien indicatif total aux priorits de lobjectif thmatique 4 de :

    1 703 M pour le FEDER 343 M pour le FEADER (Fonds Europen Agricole et de Dveloppement Rural)

    noter que, les programmes rgionaux ntant ce jour pas finaliss, cette rpartition nengage ni lEtat membre ni les autorits de gestion. Par ailleurs, lAccord de Partenariat prvoit galement que tous les programmes oprationnels (FEDER, FSE, FEDER/FSE) devront contribuer latteinte des objectifs de lUnion de rduction des missions de gaz effet de serre dans tous les secteurs et tre valus en ce sens .

    1.2.4. La lutte contre la prcarit nergtique

    La France entend renforcer la lutte contre la prcarit nergtique au moyen d'actions spcifiques.Larticle de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement a introduit une dfinition juridique de la prcarit nergtique Est en situation de prcarit nergtique au titre de la prsente loi une personne qui prouve dans son logement des difficults particulires disposer de la fourniture dnergie ncessaire la satisfaction de ses besoins lmentaires en raison de linadaptation de ses ressources ou de ses conditions dhabitat .Un observatoire de la prcarit nergtique a t cr en mars 2011 afin de mieux mesurer les phnomnes de prcarit nergtique et dassurer le suivi des aides financires publiques et prives apportes aux mnages prcaires, ainsi que le suivi des actions, des initiatives locales ou nationales, pour en mesurer les impacts et en partager les expriences.L'agence nationale de l'habitat (Anah) aide les propritaires occupants sous plafond de ressources et les propritaires bailleurs pour la ralisation de travaux d'amlioration de l'habitat, ainsi que les syndicats de copropritaires pour des travaux sur les parties communes et quipements communs. Les aides de l'Anah permettent de financer des travaux lourds sur des logements achevs depuis plus de 15 ans. La rnovation et lamlioration thermique des logements sont au centre des interventions de lAnah avec une articulation forte sur le traitement de lhabitat indigne et ladaptation des logements la perte dautonomie des personnes. L'Anah fournit galement des aides pour l'accompagnement des travaux.Les actions de lAnah portent sur les situations les plus aigus. Sur la priode 2007-2009, les aides apportes par lagence ont permis de rhabiliter 45 945 logements indignes ou trs dgrads sur lensemble du territoire.Depuis 2013, le budget de l'Anah est abond par les revenus des enchres dans le cadre du march 41 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:347:0289:0302:FR:PDF 42 http://www.europe-en-france.gouv.fr/Centre-de-ressources/Etudes-rapports-et-documentation/Accord-de-partenariat-2014-2020

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 26

  • europen de quotas qui couvre les secteurs de lnergie et de lindustrie (cf.partie Energie), dans la limite de 590 M par an.Le programme Habiter mieux , gr par lAnah, est dot de 1,35 Md sur la priode 2010-2017 dont 500 M de l'Etat par le biais des investissements d'avenirs (cf. partie nergie), 600 M de l'Anah et 250 M des fournisseurs d'nergie dans le cadre du dispositif des certificats d'conomies d'nergie. Le programme Habiter mieux permettra d'ici 2017 de rnover 300 000 logements en amliorant leur performance nergtique d'au moins 25%.Au 30 novembre 2013, 39 638 mnages se sont engags dans un projet de rnovation thermique de leur logement grce Habiter mieux . Le gain nergtique moyen conventionnel obtenu lissue des travaux est de 38 % pour un montant moyen des travaux de 17 000.Dans le cadre du Plan de rnovation nergtique de lhabitat annonc par le Prsident de la Rpublique le 21 mars 2013, des mesures ont t prsentes afin de lutter contre la prcarit nergtique :

    Le programme Habiter mieux est modifi afin d'acclrer la monte en puissance de ce dispositif. Il est dsormais mobilisable par les propritaires occupants avec des ressources majores (environ 26 000 pour un couple en province), les propritaires bailleurs, et les coproprits dgrades. La subvention complmentaire du programme est augmente : elle passe de 1 600 3 000 .

    Des ambassadeurs de la rnovation nergtique seront recruts pour aider davantage les mnages prcaires entamer une rnovation de leur logement. 1 000 ambassadeurs devraient tre recruts d'ici 2015, notamment par le biais des emplois d'avenir. Une convention entre l'Etat et l'Anah a t signe ce titre le 20 fvrier 2013 et vise crer 800 emplois d'avenir. Ces ambassadeurs auront pour missions principales de reprer les mnages prcaires, de les sensibiliser aux conomies d'nergie et de les orienter vers les aides existantes.

    Le 13 mars 2013, le conseil d'administration de l'Anah a vot des modifications du rgime des aides qui seront applicables tous les dossiers dposs partir du 1er juin 2013. Tout d'abord, ces dlibrations prvoient un largissement des personnes ligibles aux aides : le nombre de propritaires occupants concerns sera ainsi doubl, et les propritaires bailleurs pourront galement avoir accs aux aides uniquement pour les travaux de rnovation thermique condition d'un conventionnement du loyer par la suite. Par ailleurs, le montant des aides alloues aux propritaires occupants les plus modestes sera augment. Un diagnostic thermique devra tre ralis pour tous les logements qui bnficient d'aides de l'Anah. Un dernier axe est ddi l'accompagnement des travaux lourds.

    Dautres programmes de lutte contre la prcarit nergtique ont pu tre engags dans le cadre des certificats dconomies dnergie et contribuent ainsi au financement dactions selon dautres modalits dintervention, en faveur dautres types de publics. Il sagit notamment :

    Du programme Toits d'abord : port par la Fondation Abb Pierre, ce programme vise la production d'une offre locative loyers trs sociaux destine aux mnages les plus dfavoriss, par la construction et la rnovation de 600 700 logements par an.

    Du programme Pacte Energie Solidarit : la socit CertiNergy porte ce programme. L'objectif d'ici fin 2013 est d'amliorer la performance nergtique de plus de 1 000 logements dont les occupants, qu'ils soient propritaires ou locataires, sont en situation de prcarit nergtique.

    Du programme Rnovation solidaire - Bordeaux : au travers de ce programme, la ville de Bordeaux s'est donn comme objectif d'accompagner chaque anne sur la priode 2012-2014 les travaux d'conomies d'nergie de logements de 50 propritaires occupants en situation de prcarit nergtique en centre-ville.

    Du programme SLIME : port par le CLER, il vise la dtection et le premier contact avec les mnages pour pouvoir envisager des pistes durables de sortie de la prcarit nergtique. Ce conseil personnalis, ralis in situ, sera l'occasion de la fourniture de petits quipements conomes et de l'orientation ventuelle vers des programmes plus lourds de rnovation adapts au mnage.

    Plan National dAction Efficacit Energtique 2014 27

  • 1.2.5. Information, sensibilisation, formation

    a Le guichet unique et les PRISLe plan de rnovation nergtique de lhabitat vise faciliter la prise de dcision des propritaires, par la mise en place dun guichet unique national, et dun rseau de proximit de la rnovation nergtique de lhabitat priv, vritable service public de proximit au service de la rnovation nergtique, constitu de 450 Points Rnovation Information Services (PRIS), prsents sur lensemble du terr