Séquence Nº3 Natures mortes - Arts plastiques · PDF file2015-09-20 ·...

Click here to load reader

  • date post

    06-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    218
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Séquence Nº3 Natures mortes - Arts plastiques · PDF file2015-09-20 ·...

  • Squence N3

    Natures mortes

    DAVID CAHILL, Vanitas, 2010. Huite/toile. New York, Collection prive

    Les images et leur relation au rel Niveau : Quatrimes

    Prof.: Oriol Vaz-Romero Trueba

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !2!

    La moindre nature morte est un paysage mtaphysique.

    FRANCIS PONGE1 Czanne a rendu une tasse de th vivante, ou plutt, dans une tasse de th, il sest aperu de lexistence de quelque chose de vi-vant. Il levait la vie immobile un tel point quelle cessait dtre inanime. Il a peint ces choses comme des tres humains parce quil avait reu le don de deviner la vie intrieure de toute chose. Ses couleurs et ses lignes conviennent lune comme lautre une har-monie spirituelle.

    WASSILY KANDINSKY2

    PAUL CEZANNE (1839-1906) Nature morte aux pommes, c. 1890. Huile/toile, 35.2 x 46.2 cm.

    Saint Ptersbourg, Muse de lErmitage !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!1 Francis Ponge, De la nature morte de Chardin, Gallimard, 1977, 2 Wassily Kandinsky, Concerning the Spiritual in Art and Painting in Particular (1911), trans. M. Sadleir. New York, Wittenborn, The Documents of Modern Art, 1970, p. 36.

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !3!

    La nature morte ou la fuite du temps Le terme franais nature morte dsigne gnralement une peinture reprsentant un ensemble dobjets, de fleurs, de fruits, de lgumes, de gibier ou de poissons.

    On pourrait penser que la Nature Morte existe dans lhistoire de lart depuis les temps les plus reculs. Certes, on connat de nombreuses reproductions dobjets inanims dans la peinture ancienne (gyptienne, grecque et surtout romaine).

    Dans la Grce antique, on sait que le peintre Piraikos vendait fort cher ses dessins de provisions de cuisine et que Zeuxis rivalisait avec la Nature au point que des oiseaux voulurent picoter ses raisins peints. Ralisme et illusionnisme taient les conditions de lclosion dun genre nouveau. Les premires natures mortes connues du monde occiden-tal sont les fresques et mosaques provenant dHerculanum, Pompi, Rome et des mai-sons aristocratiques dHispanie : excutes dans un style illusionniste, fruits velouts, poissons et volailles poss sur une marche de pierre ou sur deux tagres, en trompe lil, parfois avec des ombres portes voquent le xenion, prsent de vivres qu'un hte offre ses invits.

    Nature morte ou Xenion dans une tombe gyptienne. poque romaine, II s. ap. J.-C.

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !4!

    Un nouveau souci de naturalisme en images arrive en Italie entre la fin du XIVe et tout le XVe s. par le biais de lillusionnisme spatial de Giotto et des frres Lorenzetti, mais aussi dans les enluminures des manuscrits flamands (plantes et oiseaux, coquillages, animaux marins, fleurs et fruits). Ces objets sortent progressivement des miniatures des livres manuscrits pour coloniser les portes darmoires, les dcors et marqueteries aristocrati-ques (ex. : les Cassoni italiens), mais aussi les panneaux et triptyques reprsentant des sc-nes religieuses et, finalement, vers la fin du XVIe s., acquirent un statut particulier : ils forment un genre isol grce la synthse entre la puissance de la peinture en Italie et au poids accord aux objets par les artistes de lEurope du Nord.

    Nanmoins, cest surtout au XVIIe s. que ce genre acquiert une autonomie et une prsence trs particulires, surtout partir des crations de Pieter Aertsen. Cette datte est lie la diffusion dans toute lEurope de la peinture de chevalet. Cest dans ce sicle que ses prin-cipes se manifestent le plus nettement et possdent des affinits avec lapparition des au-tres genres picturaux : le portrait, les scnes dhistoire, ou le paysage).

    Au XVIe s., le peintre et thoricien Vasari parle des cose naturali de Giovanni da Udine (un autre peintre italien qui reprsentait souvent des massifs floraux ou de fruits). Le mot nerlandais stilleven (= vie tranquille , nature immobile ), dont lemploi est at-test au Pays-Bas en 1650, nentra dans lusage qu la fin du XVIIe s. Plus tard, langlais et lallemand lempruntrent leur tour, avant que le franais ne fasse usage de lexpression nature morte ou repose , non sans une certaine perte de sens par rapport son sens originel. En 1667, Flibien place au bas de la hirarchie les peintres de choses mortes et sans mouvement . Ainsi, une multitude duvres plastiques et dexpressions linguisti-ques furent classes dans cette catgorie :

    Cose naturalli (Italie) : Choses naturelles Stilleven (Flandres) : La vie tranquille Still Life (Angleterre) : Vie arrte ou inanime Bodegn (Espagne) : Objets des caves et des cuisines Djeuner, fleures (Franais) : peintures florales, etc. Vanitas (Latin) : Objets de la vanit humaine

    La Vanitas ou Vanit est une catgorie particulire de nature morte dont la composi-tion allgorique suggre que lexistence terrestre est pleine de distractions inutiles, vai-nes : que la vie humaine est prcaire, courte et que nous ne pouvons pas gaspiller le temps en btises La jeunesse, la beaut, les trsors et richesses, le pouvoir, les grands exploits de lhomme ne sont que des choses passagres Seul lamour, la religion et la qute de Bont et de Vrit sont les vritables piliers de la vie humaine. Cest pourquoi tous les objets que le peintre reprsente dans une Vanitas voqueront cette morale.

    Au XVIIe s., en Espagne, les natures mortes se prsentent surtout sous la forme de Vanitas, illustrant ainsi la morale catholique de la Contrerforme. Cette vision de la nature morte sinitie avec Juan Snchez Cotn et Francisco de Zurbarn. Cest lpoque du Siglo de Oro espagnol. Au-del du message pieux prodigu par ces bodegones , laspect esthtique est aussi trs important : dans ces uvres, lartiste a loccasion de prouver sa virtuosit reprsenter les objets (rcipients, fleurs, animaux, etc.). Comme chez les grecs et romains de lAntiquit, il y a un grand souci de ralisme, de mimtisme avec la Nature.

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !5!

    JUAN SNCHEZ COTN (1561-1627) Nature morte de chasse, fruits et lgumes, 1603.

    Huile/toile, 68 x 88.2 cm. Madrid, Museo Nacional del Prado

    FRANCISCO DE ZURBARN (1598-1664) Agnus Dei ( LAgneau de Dieu ), 1635-1640.

    Huile/toile, 37.3 x 62 cm. Madrid, Museo Nacional del Prado

    Source : Jean 1 : 29 : Agnus Dei, qui tollis peccta mundi, miserere nobis ( Voici lAgneau de Dieu [le Christ] qui enlve le pch du monde )

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !6!

    JUAN DE VALDES LEAL (1622-1690) In Ictu Oculi ( En un clin dil ), c. 1671.

    Huile/toile, 220 x 216 cm. Sville, Hospital de la Caridad

    Source: Corinthiens 15 : 52 : In momento, in ictu oculi, in novissima tuba

    Dans les textes de Diderot sur Chardin, le plaisir mimtique pur (sous-jacent comme dans les Vanits espagnoles et flamandes du XVIIe s.) saffirme pleinement au Sicle des Lu-mires (XVIIIe sicle) : le genre manifestait alors le dsir de transformer la nature morte en nature vivante . Cest grce Chardin que la nature morte, ces choses imitant des modles admirables mais trangers, ces cratures muettes se mirent enfin parler fran-ais , notait Diderot en 1765. Ainsi, la nature morte se situe la croise de deux che-mins convoits : la mimsis et le symbolisme. Ce dbat nourrira dailleurs un des plus grands traits esthtiques de la Modernit: Le Jugement du Got, dEmmanuel Kant (1790).

  • NIVEAU: QUATRIME / SQ. 3 PROF. ORIOL VAZ-ROMERO TRUEBA

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !7!

    JEAN-BAPTISTE SIMON CHARDIN (1699-1779) Les Attributs de la peinture et la sculpture, c. 1728. Huile/toile, 64 x 92 cm. Collection Prive

    Ignore par les artistes romantiques (Turner, Otto Runge, Friedrich, Goya, J. L. David, De-lacroix), encore repousse par les ralistes (Courbet), la nature morte tait considre au XIXe s. un genre mineur cause justement de son rapport au rel, la tradition et au mi-mtisme pictural. La nature morte ntait pas assez investie des significations et des aspi-rations potiques ou politiques que les romantiques, dun ct, et les ralistes, de lautre, voulaient introduire dans des genres comme la peinture dhistoire ou le paysage.

    En revanche, cest vers la fin du XIXe s., avec lImpressionnisme que se produit une nou-velle transition, faisant de la nature morte non plus un genre mineur mais un outil plasti-que essentiel pour tester les recherche sur la couleur, la lumire et la libert dans le choix du sujet (ex. : Manet et son tableau dasperges). Cette rvolution connat ses jours de gloi-re chez le regard de Czanne, qui l