Pratiques de coopération et éthique du partage à l ...· Pratiques de coopération et éthique

download Pratiques de coopération et éthique du partage à l ...· Pratiques de coopération et éthique

of 21

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Pratiques de coopération et éthique du partage à l ...· Pratiques de coopération et éthique

  • Pratiquesdecooprationetthiquedupartagelintersectiondedeuxmondessociaux:militantsdulogiciellibreetgroupescommunautairesauQubec1

    SergeProulxetStphaneCoutureLaboratoiredecommunicationmdiatiseparordinateur(LabCMO)

    coledesmdias,UniversitduQubecMontralhttp://cmo.uqam.ca

    partir dumilieudesannes1990, avec l'explosiond'Internet, nousavonsvuapparatre de

    nombreuses initiatives visant lutter contre la fracture numrique et l'exclusion, c'estdire des

    initiativessocialeset politiquesvisant permettreauxplusdmunisdes'approprier, tout commele

    restedelapopulation,lestechnologiesdel'informationet delacommunication(TIC).AuQubec,

    alorsquelorganismepionnier LaPuceCommunautaire avaitvulejouren1984(Proulx1989),des

    groupes naissent plus nombreux partir de 1995 qui se donnent pour mission de favoriser

    l'appropriationdesTICauseindesgroupespopulairestelCommunautique,organisationneen1995

    etquiassureaujourdhuiunleadershipsurcesquestions(ProulxetLecomte2005).Dansunemme

    perspectivemaisvisantcettefoislespaysenvoiededveloppement,laUnitedNationsInformationand

    CommunicationTechnologiesTaskForce est constitue en 2001 avec pour objectif de stimuler les

    initiativesvisant rduirelafracturenumriquedanslemonde.Empruntantlaformedesancesde

    formationpdagogiqueoudesupportstechniquesoffertsauxgroupes,ouencoredelobbyingpolitique

    auprsdesgouvernements, cesdiversesinitiativesvisent mieuxidentifierlesconditionspermettant

    que lappropriation des TIC ne soit pas exclusivement laffaire de segments de population dj

    conomiquementprivilgis.

    Depuisquelquesannes,nousavonsremarquunintrtallantparfoisjusqulenthousiasme

    delapartdecesacteurscommunautairespourluniversdulogiciellibrequiproposequelecode

    source dulogiciel soit librement lisible, modifiable et rutilisable par tous. Le logiciel libre free

    software ou opensource estmarqu parunmodlededveloppementcoopratif etenligne.Il a

    suscit cesderniresannesunmouvementimportantdecoopration l'chelleinternationalequia

    permis la production de nombreux logiciels dont quelquesuns, tels Firefox et OpenOffice, sont

    aujourd'huilargementdiffuss.Cetintrtpourlelogiciellibredelapartdesgroupescommunautaires2

    1 Cetexteatpublisous:Proulx,SergeetStphaneCouture.2006.Pratiquesdecooprationetthiquedupartagel'intersectiondedeuxmondes

    sociaux : militants du logiciel libre et groupes communautaires au Qubec . In J.M. Penalva, d., IntelligenceCollective.Rencontres2006,p.137152.Paris:LesPressesdel'coledesMinesdeParis.

    2 Nousutilisonsiciletermegroupescommunautairespourdsignerdesorganismesqubcoisbutnonlucratifoudesorganisationsnongouvernementalesinternationalesdontlamission(orienteverslaideaux

    http://cmo.uqam.ca/

  • 2

    peuts'expliquerparlaproximitentrelesvaleursassociescemodlecoopratifdedveloppement

    des logiciels libres et les valeurs portes par ces acteurs communautaires. Ces derniers se sentent

    galementconcernsparlacritiquedurgimedelapropritintellectuelleformuleparlesmilitants

    du logiciel libre, rgime qui contribuerait selon eux gnrer des formes d'ingalit sociale et

    conomique.D'unpointdevuepragmatique,plusieursdecesacteurscommunautairesvoientdansle

    logiciellibreloccasionduneconomiedecotdanslesinfrastructuresinformatiques,uneplusgrande

    facilit pour adapter les logiciels leurs besoins spcifiques et, en particulier pour les groupes

    travaillantdanslesecteurdelaprotectiondesdroitshumains,lapossibilitdunemeilleurescuritdes

    systmesinformatiques(Coleman2005).

    Toutefois,l'appropriationdulogiciellibreparlesgroupescommunautairesnevapasdesoiet

    entranesonlotdedifficultsdontl'unedesprincipalessembletredefaireinteragirdirectementles

    dveloppeursdulogiciellibreetlesusagerscommunautaires(Coleman2005;Luke,Clement,Teradaet

    al.2004;Ziga2005).Cesdifficultsettensionsdansl'appropriationdulibrepeuvents'expliquerpar

    lesmodlesd'usageetlanaturedurapportlatechniquequidiffrentselonquilsagitdesorganismes

    communautairesoudesgroupesdemilitants(hackersougeeks)impliqusdansledveloppementdu

    libre.Parailleurs,bienquel'onpuissenoterunengagementthique,voirepolitique,chezdenombreux

    acteursdulibre(Coleman2005,Auray2002,Escher2004),ladfinitionpremiredulogiciellibreest

    dabordlil'accsaucodesource,enjeupluttabstraitetrelativementloigndesproccupationsdes

    acteurscommunautaires,davantageorientsversdesluttesetdesactionspromouvantlajusticesociale.

    Laprsencedulogiciellibreauseindesorganismescommunautairesrenvoielaconfrontation

    entredeuxmondesaufonctionnementbiendiffrent.Pourrunircesdeuxmondes,ilestncessairede

    construireun cadrefrontire incluantunensemblede traductions3 pouvantprendrelaformesoitde

    nouvellespratiques,soitdenouveauxdispositifstechniques,soitd'acteursporteparoleagissantentant

    que mdiateurs entre les deux mondes. Il n'est donc pas surprenant de remarquer que certaines

    chercheures comme Ziga (2005) et Coleman (2005) suggrent dobserver dabord les usagers

    communautaires ayant de fortes comptences techniques plutt que les concepteurs pour mieux

    identifierlesconditionsfacilitantl'appropriationdulogiciellibreauseindesgroupespopulaires.

    dmunis)estavanttoutd'ordresocialpluttqu'conomique.Expressionssynonymes:groupesassociatifs,groupespopulaires,organisationsporteparoledelasocitcivile.

    3 PourlessociologuesdelatraductiondontBrunoLatour,latraductionconsisterelierdesnoncsetdesenjeuxaprioriincommensurables(Latour1995).Elletablitunlienentredesactivitshtrognesetrendlerseauintelligible.Voir:http://fr.wikipedia.org/wiki/Sociologie_de_la_traduction

  • 3

    Aprsunebrveprsentationdequelqueslmentsthoriques,nousanalyseronspartirdune

    rechercheempiriqueencours,lesconditionspermettantlarencontreentrecesdeuxmondessociaux,

    celuidesmilitantsdulogiciellibreetceluidecertainsgroupescommunautairesqubcois.

    Mondessociauxetcadrederfrencesociotechnique4

    Les concepts d'objet frontire et de mondes sociaux constituent des lments thoriques

    pertinentspouvantaidercernerlesenchevtrementsdepratiquesetdereprsentationsl'intersection

    dumondecommunautaireetdeceluidel'informatiquelibre.Leconceptdemondesocialatutilis

    par la sociologie interactionniste pour saisir comment les acteurs de mondes sociaux distincts

    russissentcoopreralorsquelesobjetsdontilsfontusagesontdfinisdiffremmentparchacundes

    acteurssociaux.Ceconceptestdistinctdeceluid'organisation carlesmondessociauxtraversentles

    organisations:lesfrontiresdecellescisontplusfloues,moinsstables.Chacundesmondessociaux

    estluimmecompos de sousmondes interagissantl'unvisvisl'autre.Ainsi, YuweiLin(2004)

    ayantutilislapprochedesmondessociauxpourtudierlemouvementdulogiciellibresoutientque

    le mondedu libre ne formepas une entit homogneet stable. Cette chercheure invite plutt les

    observateurs considrer le rle spcifique des diffrents acteurs prenant part la construction

    sociotechniquecomplexedumodledulibre.

    Pourorganiserlacooprationentredeuxmondessociauxdistincts,ildoityavoiruneidologie

    communeouuncadrederfrencecommunappelcadrefrontireparlesinteractionnistes:Ils'agit

    d'uncadrefrontirepropreauxdiffrentsacteursquicollaborentdansuneactivittechnique(...).Ildoit

    tresuffisammentrigidepourmaintenirlacohrencedesacteursetsuffisammentflexiblepourtenir

    comptedesprojetsspcifiquesdechacun.(Flichy1995).Reprenantcesconceptspourl'analysede

    l'activit technique, Patrice Flichy propose de dsigner par cadre de rfrence sociotechnique

    l'ensembledeslmentsdonnantsensunoutil.Nilefonctionnementdel'outilnisonusagenesont

    comprhensibles hors de ce cadre de rfrence: par exemple, un artefact prsent dans un muse

    technique et dont on ignore tout du fonctionnement, n'est simplement pas utilisable. Le cadre de

    rfrencenedterminepasl'actiontechnique,ilenconstitueplutt l'ancrage,cestdirel'ensemble

    descontraintesquilimitentl'actiontechnique(Flichy1995).

    4 Lathoriedesmondessociauxestdiffrentedelathoriedelacteurrseau(ANT)parl'importancequelleaccordeauxpratiquessimilairespluttqu'auxngociationsquisenouenttraverslamdiationentrelesdeuxmondes.Lathoriedesmondessociauxestparfoiscritiquepourlemanquedestabilitempiriquedesonconceptd'objetfrontire.Ainsi,Fujimurasoutientquecettethorie,aucontrairedel'ANT,neportequetrspeud'attentionlafaondontlesfaitssontstabiliss(Fujimura,1992,citparLin,2004).

  • 4

    Noustenteronsdedcrirelescadresderfrencerespectifsdesdeuxmondessociauxtudis

    (militantsdulibreetgroupescommunautaires).Enparticulier,nousconsidreronsleursrapportsla

    technique.Nousseronsainsiamenstracerleslignesducadrefrontirestablissantl'intersection

    desdeuxmondessociaux.

    thiquedepartageetpratiquedecooprationauseindulibre:l'innovationparl'usage

    DsleurspremierstravauxenFrancedanslesdcennies1960et1970,leschercheursayant

    pratiqu lestudesd'usagesesont employs sortir lesapprochesduphnomnetechniqued'une

    vision trop largement dterministe n'octroyant aucune libert l'usagerdanssonappropriationdes

    technologies(Jout2000;BretonetProulx2006,chapitre11).Lestudesd'usageonttnotamment

    influencesparletravailprcurseurdeMicheldeCerteau (Certeau1980). PourCerteau,lesusagers

    (quilappellelespratiquants)neseraientpassoumisaveuglmentladynamiquedel'offredansleur

    utilisationdestechniques.Lacrativitdesgensordinaireslesamneraientpluttbraconnerparmi

    lesobjetstechniquesoffertsparlemarch. Cespremiresapprochesdestudesdusageontensuite

    donn naissance des modles plus complexes prenant en compte plusieurs niveaux danalyse.

    Notamment: les intera