Paraissant les Mardis , Jeudis et .Saumur. par la poste ... che que tournait un petit gar§ou...

Click here to load reader

download Paraissant les Mardis , Jeudis et .Saumur. par la poste ... che que tournait un petit gar§ou assis

of 4

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Paraissant les Mardis , Jeudis et .Saumur. par la poste ... che que tournait un petit gar§ou...

  • SAMEDI 12 MARS. aV 51 .) 12E ANNE 1855.

    POLITIQUE t LITTRATURE, INDUSTRIE, COMMERCE.

    ON S'ABONNEAu bureau , place du .Marche-Noir, et cbe? M.M. DUBOSSE ..IAVAWD, GODFROY , et M"eNIVEIILET, libraires Saumur.

    Paraissant les Mardis , Jeudis et Samedis.

    JOURNAL D'ANNONCES , INSERTIONS LGALES ET AVIS DIVERS.

    ABONNEMENTS,Saumur. par la poste

    Un an. . . 18 f. 24 f. Six mois. .10 13 -Trois mois. 5 2 7 50

    A PARIS, Office de Publicit Dpartementale ( ISIDORE FONTAINE) , rue de f rvis, 22 , et l'Agence des Feuilles Politiques , Corresp. >jnralc (HAVAS), 5, rue .l.-J. Rousseau

    L'abonnement continue jusqu' rcepiion d'un avis contraire.seront compts de droit po*ir une anne.

    - l es abonnements demands, accepts, ou continus, sans indication de temps ou de tenuesLes annonces devront tre remises au bureau du journal , la veille de sa publication.

    CHRONIQUE POLITIQUE.

    Paris , 10 mars.

    M. le marchal de Saint- Arnand, ministre de la

    guerre, est souffrant depuis quelques jours. On

    assure que les mdecins, pour empcher le mal de

    s'aggraver, lui ont prescrit de s'abstenir pendant un

    certain temps de tout travail. Le marchal a d c-

    der cette imprieuse ncessit. Il s'est dcid

    aller passer un mois aux les d'Hyres, o le calmo

    et l'influence dn climat l'auront bientt rtabli.L'illustre marchal a travaill une partie de la

    journe d'hier avec chacun des directeurs de son

    ministre, et est parti aujourd'hui avec Mme la ma-

    rchale de Saint-Arnaud , pour Marseille. Un aide-

    de-camp et un mdecin accompagnent le ministre.

    Son secrtaire particulier, M. Lpine, est parti

    hier soir pour Hyres.Pendant l'absence de M. le marchal de Saint-

    Arnaud, l'intrim du ministre de la guerre sera

    confi M. le ministrede la marine. Havas.

    NOUVELLES EXTERIEUHES.

    ANGLETERRE. Lord Lyflleton vient do proposer la Chambre des Lords un bill tendant forcer de

    faire vacciner tous les enfants ns dans le royaume,

    quelque temps aprs leur naissance. Le bill porte

    que tous enfants ns aprs le 1er aoilt prochain de-

    vront tre vaccins , au plus tard , six ou sept mois

    aprs leur naissance , daus le cas d'empchement

    provenant de maladie, uncertificat devra tre donnpOUr Une priode de troia mois. V.n one d'infr-iftinna la loi , il y aurait une amende dont le maximum

    serait de 2 livres sterling. Havas.

    AUTRICHE. L'empereur Franois-Joseph est

    d'une taille leve, svelte, pleine de distinction;

    il a le front haut et dcouvert, les yeux bleus, p-

    ntrants, et un sourire dont la douceur n'exclut pas

    cependant le signe d'une grande fermet. Son geste

    est harmonieux et digne, comme il convient aux

    hommes d'lile, destins la puissance souveraine.

    Ses manires, comme sa tournure, se distinguent

    par une exquise lgance. Aimant les plaisirs ,

    comme on les aime a 29 ans, il ne leur sacrifie

    jamais les affaires. Travailleur infatigable', il s'est

    fait du devoir une loi dont il ne dvi.e jamais. 11 se

    lve rgulirement 5 heures du matin, pour seconsacrer entirement aux affaires de l'Etal. La

    chasse et l'quilation sont les seules distractions

    qu'il se permet. Chaque jour, on le voit L>heures sortir du palais, pour faire sa promenade

    accoutume; l'hiver, pied, sur les remparts de la

    ville; l't, cheval, au Prater, les Champs-Ely-

    ses de Vienne. Presque toujours, il n'est accompa-

    gn que d'un seul aide-de-camp ; il ne quitte jamais

    l'uniforme militaire. L'unjdes plus habiles cavaliers

    de l'Europe , il aime franchir les fosss et barri-res du Prater; il fatigue journellement trois che-

    vaux cet exercice prilleux. Rien de plus curieux,

    que la manire dont il voyage. La voilure qui lui

    sert franchir les distances avec une merveilleuse

    rapidit est invariablement dcouverte, l'hiver,

    par les rigoureuses variations de la saison, l't,

    par le soleil le plus ardent aj sur les roules les plus

    poudreuses. Sa main, accoutume ds son plus bas-

    ge manier une pe , n'a jamais tenu un para-

    pluie ; il se contente d'un ample caban de soldat jet

    sur ses paules. La chasse qu'il prfre est celle du

    coq de bruyre, chasse difficile , qui ne peut avoir

    lieu que la nuit, principalement au mois de fvrier.

    A celle poque, l'Empereur se rend habituellement

    dans les montagnes de la Syrie , et passe plusieurs

    nuits a la belle toile. Un lit de feuilles sches, sous

    les branches dnudes des arbres, romi!*-.-*---pour mi ra cm i. J*. . . t is\ no suie au palais im-

    prial de Vienne. Sa sant de fer brave impun-

    ment les privations de tonte nature, elle supporte

    galement bien le froid, la chaleur et la faim.

    Lejolivet.

    Il n'y a aucune nouvelle do la frontire du

    Tessin. Mais les mesures prises par le gouverne-

    ment autrichien contre les Tessinois deviennent de

    plus en plus svres. Le cordon-frontire a t ren-

    forc par l'artillerie. Des palrouilles , venant do

    Constance et de Loerrach , longent la frontire

    prussienne.

    On redoute dans le Grand-Duch de Bade des

    menes dmagogiques, et il est certain queleGou

    vernemenl badois souponne vivement la Suisse..

    Havas.

    ITALIE. Nous avons parl de l'expulsion do

    la Toscane, d'un officier anglais, M. George Craw

    ford, frre du membre du Parlement, et venu des

    les Ioniennes, o il est en garnison. Ce jeune of-

    ficier a t lev Florence o il a beaucoup de con-

    naissances et d'amis. A peine arriv , la police lui

    intima l'ordre de quitter immdiatement laToscane.

    Il demanda le motif de celte injouclion exceptionnelle, jura qu'il ne partirait pas, et recourut au

    reprsentant d'Angleterre qui s'entremit pour fairervoquer l'ordre de dpart el connailre la cause de

    celle mesure. Le ministre des affaires trangres lui

    rpondit que le Gouvernement Toscan avait reu de

    son consul de Corfou, l'avis que M. Crawford se

    rendait Flore nce 'pour organiser, en Toscane, un

    comitde propagandervolulionnaire. M. Crawford

    a protest que c'tait une calomnie; mais il n'en a

    pas moins d partir. Havas.

    MEXIQUE. La principale cause delachulcdu pr

    sident Cevallos, au Mexique , provient de ce que la

    population des ports n'a pas voulu le reconnatre. Il

    s'est trouv ainsi priv de ressources, el, ne pouvant

    rien faire pour payer les cranciers de la dlie in-trieure, il s'est vu oblig do frapper des empruntslUItCS 3UI ILJ jyio.i a > < S iiullliuil la u ^ ru Ksi.

    de se faire ainsi beaucoup d'ennemis. Les ports

    orientaux du Mexique veulent l'abolition des prohi-

    bitions du tarif qui enchane le commerce. Havas.

    CHISE. L'Empereur de la Chine a rendu, le 1"

    novembre, un d. ciel en vertu duquel Sen Komangt-

    sin est nomm haut commissaire imprial cl charg

    de la direction des annes chinoises contre les r-

    volts. Sen el ses gnraux sont rendus responsa-

    bles de la sret de Canton. Havas.

    3 3 B2i &3 Sr

    LA TOUR DE CASTILLAC.'Suite.)

    Et comme l'htesse le regardait toujours , la bouche

    bante, le borgne frona le sourcil. Cap de saint CluMoly ! reprit-il , ne m'enlendcz-

    vous pas ? Qu'avez-xous donc me dvisager ainsi ? Ou-vrez bien vos yeux , la mre , et vous verrez un vraigentilhomme ; oui , je le suis , quoique je vienne d'unpays o l'on ne parai-sait pas s'en soucier beaucoup. I nrevanche, voyez-vous bien , bonne femme, les diamantset les perles sont si communs dans ce pays-l , qu'on lesdonne aux petits enfants pour jouer la fos=etlc ; les sc-quins d'or tombent tout seuls dans la poche du premiervenu, et... Mais, par le diable ! me servirez-vous bientt,

    vieille folle?L'htesse finit par se remettre de l'impression que lui

    avait cause cette figure htroclite. Hlas! Monsieur , reprit-elle humblement, nous

    n'avons rien qui soil digne de vous tre offert. Du fro-mage , des ufs , et voil tout.

    L'inconnu fixa son il unique sur un chapon la bro-che que tournait un petit garou assis au coin du foyer.Le rti avait dj une belle couleur dore et exhalait un

    parfum dlicieux. Ouais ! reprit-il eu caressant sa moustache pendante,

    et qui donc cette apptissante bte-l ? Avec votre permission , mon bon Monsieur , cette

    volaille appartient un voyageur qui est dans la cham-

    bre d'en-baut ; il l'a paye d'avance. Ah ! et qu'est ce que c'est que ce voyageur jf

    Il a la louriiure d'un militaire. port bien. Allez porter mes compliments ce cava-

    lier; dites-lui qu'un gentilhomme , ancien officier dansla marine rje Sa Majest , lui demande l'houiieuv de diner

    en sa compagnie. Mais , Mon-icur... Allez donc, infernale bavarde! je ne souffre pas

    qu'on rplique lorsque je donne un ordre.Et il poussa l'hlsse par les paules vers l'escalier

    criard qui conduisait l'tage suprieur. La vieille montaen rechignant , et sans doute sa mauvaise humeur influasur la manire dont elle transmit le message, car elle re-

    vint bientt avec un refus. Le voyageur d'en liant, disait-elle , assurait qu'il

    ne saurait faire bonne compagnie M. l'officier de ma-rine , tant lui-mme trs-presse de partir ; en cons-

    quence , il le priait d'agrer ses excuses.Puis elle se remit prparer le souper de son premier

    hte. Sa compagnie ! rpta le borgne furieux ; par Dieu !

    je me serais bien pass de sa compagnie , pourvu que lechapon ft de la mienne... Ah ! c'est ainsi qu'on metraite ! J'envoie un message poli ce militaire des grandschemins et d me rpond par un refus ! Vu refus , moi !Mille bombes ! nous allons voir... Bonne femme , conli-nua-t-il rudement , vous allez