L'union européenne, colonie du monde numérique ?

Click here to load reader

  • date post

    20-Oct-2014
  • Category

    Technology

  • view

    14.813
  • download

    2

Embed Size (px)

description

L'union européenne, colonie du monde numérique ? Rapport d'information de Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime, Vice-présidente de la commission des affaires européennes et présidente du groupe d'études "Médias et Nouvelles Technologies" Rapport n° 443 (2012-2013) - publié en mars 2013

Transcript of L'union européenne, colonie du monde numérique ?

  • N 443

    SNATSESSION ORDINAIRE DE 2012-2013

    Enregistr la Prsidence du Snat le 20 mars 2013

    RAPPORT DINFORMATION

    FAIT

    au nom de la commission des affaires europennes (1) sur l'Union europenne,colonie du monde numrique ?,

    Par Mme Catherine MORIN-DESAILLY,

    Snatrice.

    (1) Cette commission est compose de : M. Simon Sutour, prsident ; MM. Alain Bertrand, Michel Billout, Jean Bizet, Mme Bernadette Bourzai, M. Jean-Paul Emorine, Mme Fabienne Keller, M. Philippe Leroy, Mme Catherine Morin-Desailly, MM. Georges Patient, Roland Ries, vice-prsidents ; MM. Christophe Bchu, Yannick Botrel, Andr Gattolin, Richard Yung, secrtaires ; MM. Nicolas Alfonsi, Dominique Bailly, Pierre Bernard-Reymond, ric Bocquet, Grard Csar, Mme Karine Claireaux, MM. Robert del Picchia, Michel Delebarre, Yann Gaillard, Mme Jolle Garriaud-Maylam, MM. Jol Guerriau, Jean-Franois Humbert, Mme Sophie Joissains, MM. Jean-Ren Lecerf, Jean-Louis Lorrain, Jean-Jacques Lozach, Mme Colette Mlot, MM. Aymeri de Montesquiou, Bernard Piras, Alain Richard, Mme Catherine Tasca.

  • - 3 -

    S O M M A I R EPages

    INTRODUCTION ...................................................................................................................... 5

    CHAPITRE I : LE NUMRIQUE, LEVIER DE CROISSANCE MAIS AUSSI ENJEU DE CIVILISATION POUR LUNION EUROPENNE .............................................. 9

    I. LE NUMRIQUE, UN GISEMENT DE CROISSANCE BIEN IDENTIFI PAR LUNION EUROPENNE ................................................................................................... 9

    A. LE NUMRIQUE, GISEMENT DE CROISSANCE ................................................................ 9

    1. Le numrique, vecteur de croissance .................................................................................... 92. Le numrique, une opportunit saisir pour toute lconomie .............................................. 11

    B. LAGENDA NUMRIQUE DE LUNION EUROPENNE : PRIORIT AU CONSOMMATEUR EN LIGNE ............................................................................................. 17

    1. Lambition de lUnion europenne : un march unique digital ............................................. 172. Un dfaut de stratgie politique ........................................................................................... 21

    II. MAIS LUNION EUROPENNE A-T-ELLE PRIS LA MESURE POLITIQUE DELENJEU DE CIVILISATION QUI SE JOUE AVEC LE NUMRIQUE ? ....................... 29

    A. LE NUMRIQUE, DFI LA VIEILLE EUROPE ................................................................ 29

    1. Le numrique branle la puissance conomique traditionnelle en bouleversantsecteurs et marchs ............................................................................................................. 29

    2. Le numrique se joue de limpt et exploite la concurrence fiscale entre tatsmembres de lUnion europenne .......................................................................................... 34

    3. Le numrique, dfi aux rgles de droit : quelle loi pour le territoire numrique ? ................. 40

    B. LA PLACE DE LUNION EUROPENNE DANS LE CYBERESPACE : UN ENJEU DE CIVILISATION ............................................................................................................... 43

    1. Les menaces pesant sur la matrise de ses donnes par lUnion europenne,condition de son indpendance et de sa libert ..................................................................... 43

    2. La difficile sauvegarde de lesprit europen dans le monde numrique ................................. 61

    CHAPITRE II : COMMENT LUE PEUT-ELLE PRENDRE SA JUSTE PLACE DANS LUNIVERS NUMRIQUE ? ........................................................................................ 67

    I. LA SOUVERAINET NUMRIQUE : UN OBJECTIF POLITIQUE POUR LUNION EUROPENNE ................................................................................................... 67

    A. POLARISER LUNION EUROPENNE EN INTERNE VERS LA RECONQUTE DE SA SOUVERAINET NUMRIQUE ..................................................................................... 67

    1. Institutionnaliser le caractre politique et transversal de lambition numrique delUnion europenne ............................................................................................................. 67

    2. Mieux intgrer lensemble des politiques europennes au service de cette ambition desouverainet numrique ....................................................................................................... 69

    3. Se donner les moyens juridiques de smanciper de la domination abusive de certainsgrands acteurs du numrique ............................................................................................... 74

    4. Scuriser nos rseaux numriques, pour diminuer la vulnrabilit de lUnioneuropenne .......................................................................................................................... 83

  • - 4 -

    B. MISER SUR LUNIT DE LUNION EUROPENNE POUR PESER DANS LE CYBERESPACE .................................................................................................................... 88

    1. Assurer une participation active de lUnion europenne la gouvernance mondialemultiacteurs de linternet pour dfendre les valeurs europennes et peser surllaboration des normes ..................................................................................................... 88

    2. Montiser laccs au march europen : restaurer le pouvoir de limpt face lamondialisation numrique ................................................................................................... 91

    3. Donner lUnion europenne et aux internautes europens les moyens de mieuxmatriser les donnes personnelles ....................................................................................... 104

    II. FAIRE DE LUNION EUROPENNE UNE OPPORTUNIT POURLINDUSTRIE NUMRIQUE EUROPENNE, SOCLE DE SOUVERAINETDANS LE CYBERESPACE .................................................................................................. 111

    A. OUVRIR DES MARCHS AUX ENTREPRISES EUROPENNES DU NUMRIQUE .......... 111

    1. Assurer aux entreprises europennes du numrique une concurrence mondiale plusloyale .................................................................................................................................. 112

    2. Utiliser le levier de lachat public pour soutenir le numrique europen : buyEurope ............................................................................................................................. 115

    B. ENCOURAGER LA MUTATION VERS LE NUMRIQUE DES ENTREPRISES EUROPENNES .................................................................................................................... 117

    1. Accompagner le dveloppement des petites entreprises dans le monde numrique ................ 1182. Dvelopper durablement la culture europenne en ligne ...................................................... 123

    CONCLUSION .......................................................................................................................... 135

    EXAMEN PAR LA COMMISSION .......................................................................................... 137

    ANNEXES .................................................................................................................................. 141

    ANNEXE I - LISTE DES 30 PROPOSITIONS ......................................................................... 143

    ANNEXE II - LISTE DES PERSONNES AUDITIONNES .................................................... 147

    ANNEXE III - GLOSSAIRE ..................................................................................................... 155

  • - 5 -

    Ce nest pas une crise, cest un changement de monde

    Michel Serres1

    Mesdames, Messieurs,

    Lhumanit a connu deux rvolutions cognitives avec lapparition de lcriture puis linvention de limprimerie. La cration de linternet, rseau des rseaux, reprsente assurment pour le monde une troisime rvolution, analogue linvention de limprimerie, avec les formidables potentialits quelle recle et en mme temps les tensions invitables qui en dcoulent. Plusieurs penseurs saccordent reconnatre la nature de cette rvolution, commencer par Michel Serres. Le smiologue italien R. Simone le confirme son tour dans son dernier livre2 qui nous rappelle que nous sommes dsormais Pris dans la Toile .

    Linternet nest pas le fruit dune interconnexion de rseaux nationaux. Sa vocation globale tient son essence mme : il sagit simplement de standards et de protocoles techniques dinterconnexion publics qui permettent la construction progressive dun espace transfrontire partag, que lon pourrait comparer locan, comme le fait M. Jol de Rosnay qui nous appelle Surfer la vie 3. Alors que la gographie politique internationale se compose dtats, dont la souverainet repose sur des frontires de conception westphalienne, le cyberespace dessine une gographie nouvelle. La domination sur le web de quelques grands acteurs privs amricains, qui deviennent des rivaux des tats, pose la question de la place qui revient lEurope dans cette nouvelle gographie.

    Car lchelon national nest assurment pas lchelon pertinent pour apprhender la rvolution numrique : seule lUnion europenne (UE) a la masse critique pour peser dans le cyberespace. Et il est frappant de constater que, mme sur ce sujet, le Gouvernement raisonne de manire tellement franco-franaise : la feuille de route dresse lors du sminaire gouvernemental du 28 fvrier 2013 semble largement ignorer le contexte europen. Ainsi, le Gouvernement annonce une prochaine loi de protection des donnes personnelles, alors mme quun rglement europen, donc dapplication directe, est en cours de ngociation sur ce mme sujet au niveau de lUnion europenne. De mme, il est surprenant que la ministre de la culture ait intitul la mission quelle a confie lt dernier M. Lescure Exception culturelle, acte II , comme si notre pays tait seul face au risque dune marchandisation

    1 Journal du dimanche, 30 dcembre 2012. 2 Pris dans la Toile, Raffaele Simone, d. Gallimard, 2012. 3 Surfer la vie, Jol de Rosnay, d. Les Liens qui Librent, 2012.

  • - 6 -

    de la culture et que lobjectif europen de diversit culturelle ne constituait pas un cadre porteur pour la culture franaise. Le numrique dborde le cadre national : cest au minimum lchelle europenne quune action publique peut utilement sorganiser en ce domaine.

    Cest avec cette conviction, acquise par plusieurs annes de travail au sein de votre commission des affaires culturelles et la tte du groupe de travail Mdias et nouvelles technologies, que votre rapporteure a rejoint votre commission des affaires europennes fin 2011. Elle se flicite que cette commission lui ait confi le soin dtablir un rapport dinformation sur la gouvernance europenne du numrique afin dexplorer la possibilit et les modalits dune rgulation publique, lchelle europenne, de la rvolution numrique. Que le prsident de la commission des affaires europennes, M. Simon Sutour, en soit ici remerci.

    Aprs six mois de travaux et plus de soixante-dix auditions de penseurs et dacteurs politiques, conomiques et culturels impliqus dans le numrique, quelle a rencontrs Paris et Bruxelles et quelle remercie pour leur prcieuse contribution, votre rapporteure est encore plus convaincue de la ncessit dappeler une prise de conscience collective de ce qui se joue pour lEurope avec la rvolution numrique : lEurope est en passe de devenir une colonie du monde numrique, la fois parce quelle devient dpendante de puissances trangres et parce quil nest peut-tre pas exagr de dire que le sous-dveloppement la guette.

    Lconomie numrique connat une croissance spectaculaire mais elle constitue aussi un levier de croissance dsormais identifi. Cest pourquoi lUnion europenne sest dote dune stratgie numrique, dont lobjectif principal est la constitution dun march unique numrique. Mais qui se soucie de savoir si lUnion europenne sera consommatrice ou productrice sur ce march ? LUnion europenne a-t-elle pris la mesure politique de lenjeu de civilisation qui se joue dans le numrique ?

    Effectivement, le numrique dfie la vieille Europe : il branle la puissance conomique traditionnelle en captant la valeur et en bouleversant secteurs et marchs ; il se joue de limpt et exploite la concurrence fiscale entre tats membres de lUnion europenne ; il dfie les rgles de droit et fait advenir dans le cyberespace des rgles concurrentes aux rgles tatiques. Ces dfis sont dune importance majeure pour lUnion europenne car ils la menacent de perdre la matrise de ses donnes, lment pourtant central de son indpendance et de sa libert, et car ils mettent en pril la survie de lesprit europen dans le monde numrique, posant finalement la question de lavenir de la civilisation europenne.

  • - 7 -

    Cest donc un sursaut quappelle ce rapport : lUnion europenne doit se polariser autour de lobjectif politique de reconqute de sa souverainet numrique. Cest en misant sur son unit quelle pourra peser de tout son poids dans le cyberespace, orienter la gouvernance mondiale de linternet, montiser laccs son march de 500 millions de consommateurs et reprendre la main sur les donnes personnelles des Europens. Mais il faut aussi, et paralllement, faire de lUnion europenne une opportunit pour lindustrie numrique europenne, seul socle vritablement solide de souverainet dans le cyberespace o la puissance nat de la synergie entre acteurs publics et privs : pour cela, il convient douvrir des marchs nos start-up numriques et dencourager la transition vers le numrique des entreprises europennes.

    Ce rapport nest assurment pas exhaustif tant le numrique rvolutionne tout et offre un champ immense dinvestigation et de rflexion. Il ne vient pas alimenter les peurs ni occulter tout le bien-tre social qui rsulte du net : simplification de la vie quotidienne, dmocratisation du savoir, tablissement de nouveaux liens sociaux, acclration de la recherche demploi, potentiel daccompagnement des personnes handicapes... Mais il vise prendre un point de vue politique sur les mutations en cours en les abordant de manire transversale et globale et en les resituant dans une perspective gopolitique. De ce point de vue, il vient sonner le tocsin avant quil ne soit trop tard.

  • - 9 -

    CHAPITRE I : LE NUMRIQUE, LEVIER DE CROISSANCE

    MAIS AUSSI ENJEU DE CIVILISATION POUR LUNION EUROPENNE

    Assurment, le numrique reprsente un enjeu majeur pour lconomie de lUnion europenne, en qute de nouveaux relais de croissance lheure o celle-ci est freine par le redressement concomitant des finances publiques dans de nombreux tats membres.

    I. LE NUMRIQUE, UN GISEMENT DE CROISSANCE BIEN IDENTIFI PAR LUNION EUROPENNE

    Le potentiel de croissance que recle le numrique est aujourdhui bien document, y compris par la Commission europenne elle-mme qui en fait lun des facteurs de succs de la stratgie Europe 2020.

    A. LE NUMRIQUE, GISEMENT DE CROISSANCE

    1. Le numrique, vecteur de croissance

    LUnion europenne, dont les tats membres se concentrent sur la remise en ordre de leurs finances publiques, peine dgager une croissance suffisante: limpact restrictif de politiques daustrit budgtaire menes concomitamment dans plusieurs tats europens a t sous-estim par le Fonds montaire international (FMI) lui-mme. Le Fonds a reconnu que le multiplicateur budgtaire retenu pour ses prvisions tait visiblement trop lev dans un contexte o la Banque centrale ne peut compenser les restrictions budgtaires, tant les taux dintrt sont dj bas, et o les mnages et entreprises cherchent en mme temps que ltat se dsendetter.

    Cest pourquoi le numrique, qui offre la perspective dun nouveau levier de croissance, apparat comme une opportunit conomique majeure.

    Les dernires tudes disponibles en France attestent effectivement de limpact dInternet sur lconomie : ainsi, dans un rapport de mars 20111, le cabinet de conseil Mac Kinsey a rvl le poids, dans lconomie franaise, du secteur numrique, entendu comme regroupant les services et infrastructures de tlcommunications via IP, les matriels et logiciels informatiques lis 1 http://www.economie.gouv.fr/files/rapport-mckinsey-company.pdf

  • - 10 -

    Internet, et les activits conomiques ayant le web pour support. Le rapport1de lInspection gnrale des Finances (IGF) publi en 2012 a estim ce poids de lconomie numrique 5,2 % du PIB franais et 1,15 million demplois en 2009 : ainsi, en France, la filire Internet pse dores et dj plus lourd que lnergie, les transports ou lagriculture, en valeur ajoute !

    cette contribution directe de la filire numrique lconomie, sajoutent ses effets indirects (achats raliss dans les rseaux physiques de distribution mais prpars en ligne). Si bien que, selon Mac Kinsey comme pour lIGF, Internet a contribu au quart de la croissance en 2010 et, dans les mmes proportions, la cration nette demplois en France sur la priode 1995-2010. Cette cration de valeur par le web repose sur la forte corrlation constate entre lintensit dutilisation du web et la performance des entreprises, en termes de croissance, dexportation et de rentabilit.

    Surtout, Mac Kinsey anticipe un doublement de la contribution dInternet au PIB franais dici 2015, notamment grce lapparition de nouveaux services dont le cloud computing qui permet laccs via Internet, la demande et en libre-service, des services de stockage, dutilisation et de traitement de donnes informatiques accessibles distance. De mme que le web met linformation la disposition de tous et partout, linformatique en nuage rend la puissance de calcul disponible tout un chacun o quil se trouve : en mutualisant ainsi infrastructures et comptences, les utilisateurs du cloud nont plus consentir de gros investissements pour satisfaire leurs besoins propres et peuvent accder leurs donnes de partout avec une simple connexion Internet. Selon la Commission europenne, une stratgie europenne permettant dexploiter le potentiel de linformatique en nuage gnrerait des bnfices de lordre de 160 milliards deuros par an pour lconomie2. Le dveloppement du cloud offre donc un potentiel dconomie pour les entreprises, notamment les plus petites, et il fera sans doute apparatre des services nouveaux et des modles daffaires nouveaux, comme le paiement lusage.

    Ainsi, la filire Internet devrait permettre en France la cration nette demplois denviron 450 000 emplois directs et indirects lhorizon 2015.

    Les perspectives de lconomie Internet de lOCDE 2012 confirment que, non seulement en France mais dans toute la zone OCDE, linternet est devenu un secteur dactivit part entire de plusieurs milliards de dollars, mais que cest aussi une infrastructure indispensable une part importante de lconomie mondiale : ce qui est clair, cest que linternet devient une 1 Rapport n 2011-M-060-02, Le soutien lconomie numrique et linnovation, janvier 2012 2 Cf. communication de la Commission europenne COM(2012) 529 : Exploiter le potentiel de

    linformatique en nuage en Europe, septembre 2012 : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0529:FIN:FR:PDF

  • - 11 -

    infrastructure essentielle, qui rvolutionne lactivit conomique et sert de plateforme pour linnovation .

    2. Le numrique, une opportunit saisir pour toute lconomie

    Selon le rapport de lIGF, prs de 80 % de lconomie franaise sont concerns par lconomie numrique : ce chiffre impressionnant est obtenu en cumulant les entreprises qui forment le cur de lconomie numrique (le premier cercle), les secteurs transforms par la numrisation de lconomie (tels ldition, la presse, la finance, la publicit, le tourisme...) et enfin les secteurs dont la productivit a cr significativement grce aux TIC (ce troisime cercle englobant 60 % de lconomie). Votre rapporteure juge trs parlante cette reprsentation en cercles concentriques qui vont chacun en slargissant. Conue en France, cette reprsentation vaut galement pour lensemble de lUnion europenne, qui connat une volution analogue quoique mal quantifie. Cest pourquoi elle est reproduite ci-aprs:

  • - 12 -

  • - 13 -

    Cette diffusion du numrique dans toute lconomie se constate de la mme manire lchelle europenne : selon la Commission europenne, dans sa communication de 2010 sur la stratgie numrique pour lEurope, les TIC reprsentent une part non ngligeable de la valeur ajoute totale dans des secteurs industriels qui font la puissance de lEurope, tels que lautomobile (25 %), les appareils lectriques (41 %) ou la sant et la mdecine (33 %) .

    Il se confirme ainsi que la cration de valeur issue dInternet ne vient pas tant des entreprises dont lactivit se cantonne la Toile que des entreprises de tous les secteurs traditionnels qui se dveloppent grce aux technologies de linternet : selon le rapport Mac Kinsey dj cit, 75 % de la valeur ajoute dInternet a t cre dans des entreprises qui ne sont pas des pure players du web. Ainsi, la contribution dInternet au PIB excde largement la valeur ajoute de la seule Net-conomie.

    La rvolution numrique reprsente donc, pour toute lconomie europenne, une opportunit extraordinaire saisir. Votre rapporteure a t particulirement sensibilise cet enjeu pour deux domaines, lnergie et la sant, qui concident avec deux grands dfis venir pour lUnion europenne : la lutte contre le rchauffement climatique et le vieillissement de la population.

    M. Jol de Rosnay, qui conseille la prsidente de la Cit des sciences et de lindustrie, a particulirement attir lattention de votre rapporteure sur les perspectives ouvertes par le mariage entre le numrique et les rseaux lectriques. lheure o lUnion cherche lutter contre le changement climatique en amliorant son efficacit nergtique et en rduisant ses missions de CO2, le numrique appelle repenser notre systme nergtique.

    Aujourdhui, lalimentation nergtique dans lUnion europenne est subie et largement issue des nergies fossiles, principalement le ptrole et le nuclaire : nous sommes ainsi soumis un pouvoir nergtique que lon pourrait dire descendant ou top-down. Nous ne pouvons pas changer dnergie entre nous. Et nous raisonnons filire nergtique par filire nergtique. Ce schma est aujourdhui dpass.

    De plus en plus, llectricit rsultera dun mix nergtique faisant intervenir, outre le nuclaire, une dizaine dnergies (photovoltaque, gothermie, biomasse, hydrolectrique, olien, nergie des vagues, des courants, des mares ). Or nombre de ces nergies renouvelables sont intermittentes et llectricit ne peut gure tre stocke. Si les moyens de production dlectricit sont de plus en plus variables et que la production dcentralise se dveloppe, il faut ncessairement faire communiquer entre eux les multiples sites de production. Alors que lquilibre en temps rel est aujourdhui assur en adaptant la production la consommation, nous devons

  • - 14 -

    voluer vers un systme o lajustement se fera davantage par la demande, faisant ainsi du consommateur un vritable acteur. Le numrique le permet.

    Les technologies de linformation et de la communication ont dabord permis au rseau tlphonique de transporter des donnes. Dsormais, ce sont les rseaux lectriques qui peuvent, en intgrant ces technologies numriques, devenir communicants donc intelligents, devenant des smart grids. Cette communication entre les diffrents points des rseaux permet de prendre en compte les actions des diffrents acteurs du systme lectrique, et notamment des consommateurs. Lobjectif est dassurer lquilibre entre loffre et la demande tout instant avec une ractivit et une fiabilit accrues et doptimiser le fonctionnement des rseaux.

    Actuellement le rseau de transport dlectricit est dj communicant, notamment pour des raisons de scurit dapprovisionnement. En revanche, les rseaux de distribution sont faiblement dots en technologies de la communication, en raison du nombre trs important douvrages (postes, lignes, etc.) et de la quantit de consommateurs raccords ces rseaux. Lenjeu des smart grids se situe donc principalement au niveau des rseaux de distribution. La gestion des rseaux lectriques, jusqu prsent centralise et unidirectionnelle, allant de la production la consommation, sera demain rpartie et bidirectionnelle.

    Cette rvolution numrique du systme nergtique est pleine de promesses : elle permettra de prendre en compte les actions des acteurs du systme lectrique, tout en assurant une livraison dlectricit plus efficace, conomiquement viable et sre. Ainsi, sannoncent la fois une rduction des consommations, une matrise du prix de lnergie, une plus grande autonomie europenne en ce domaine et une forme nouvelle de dmocratie nergtique, o lensemble des acteurs seront en interaction.

    Ds 2008, le prsident Obama a mis sur un investissement massif dans les smart grids pour relancer lconomie amricaine. LUnion europenne commence elle aussi se mobiliser : en novembre 2011, a en effet t lanc le programme GRID4EU (grid for EU) qui rassemble un consortium de six distributeurs europens (ERDF, ENEL, Iberdrola, CEZ, Vattenfall et RWE) pour prparer le dveloppement des rseaux lectriques de demain. Financ hauteur de 25 M par la Commission Europenne, ce programme, dont le cot est valu 54 M, est le plus important financ par lUnion Europenne dans le domaine des rseaux intelligents.

    Dores et dj, ERDF, dont votre rapporteure a entendu la prsidente, Mme Michle Bellon, a planifi le dploiement de 35 millions de compteurs

  • - 15 -

    communicants dans les dix prochaines annes1. Cest en septembre 2011 qua t dcide, par le prcdent gouvernement, la gnralisation de ces compteurs, qui permettront notamment le pilotage des appareils de la maison pour matriser les consommations et le budget et pour programmer leffacement de certains appareils en cas de pointe de production lectrique. Si la France dispose dune avance technologique en ce domaine, cest toute lUnion europenne qui tirerait profit de la gnralisation de ces compteurs intelligents : en effet, cest au niveau de la plaque lectrique europenne que se joue le potentiel considrable quoffre la complmentarit entre lectricit et numrique. La prsidente dERDF prside dailleurs lassociation des distributeurs europens dlectricit pour les smart grids (EDSO for smart grids) qui runit 31 oprateurs de 17 tats membres de lUnion europenne dtermins cooprer pour faire des smart grids une ralit.

    Le programme GRID4EU

    Le programme GRID4EU contribuera exprimenter le potentiel des smart grids dans le domaine de lintgration des nergies renouvelables, du dveloppement des vhicules lectriques, de lautomatisation des rseaux, du stockage de lnergie, de lefficacit nergtique et des solutions deffacement.

    Il repose sur six projets qui seront tests pendant quatre ans dans chaque pays europen reprsent dans le consortium. Des actions transverses de recherche et de partage des rsultats sont aussi prvues entre les diffrents distributeurs concerns.

    GRID4EU sappuie galement sur les comptences dautres partenaires industriels et scientifiques : il fdre ainsi une trentaine de partenaires en provenance dune dizaine de pays de lUnion europenne.

    Cest notamment dans le cadre de ce programme quERDF participe NiceGrid, projet pilote men Nice.

    De mme, les technologies numriques ouvrent des perspectives particulirement prometteuses dans le domaine de la sant. Leur utilisation peut en effet amliorer la qualit et lefficience des soins, rduire les dpenses de fonctionnement et renouveler entirement les modes de dlivrance des soins. Par exemple, la tlsant peut permettre la dlivrance de soins dans des zones, comme les zones rurales, o les ressources et lexpertise en soins de sant font dfaut. Les dossiers de sant lectroniques sont censs permettre un accs rapide et une meilleure transmission de linformation mdicale dans tout le spectre des soins de sant, ce qui devrait accrotre la ractivit et lefficience des soins qui sont dispenss aux patients.

    1 Dores et dj, avec Watt & Moi, Grand Lyon Habitat et ERDF testent un dispositif pdagogique daccs aux donnes de consommation pour un millier de locataires.

  • - 16 -

    Mais, si la mise en place du dossier mdical personnalis souffre en France dune dmarche trop centralise et dun manque de pilotage politique1, la sant mobile (ou m-sant ) offre encore plus de potentialits : de nouvelles gnrations dobjets (tensiomtre, glucomtre, balance, capteurs, babyphone) connects au tlphone mobile permettent de recueillir en temps rel des donnes mdicales ou paramdicales et de les transmettre ventuellement aux professionnels de sant. Votre rapporteure a elle-mme eu loccasion, lors du dernier forum Netexplo qui sest tenu Paris, de remettre le grand prix 2013 une jeune chercheuse chinoise, Mme Nanshu Lu, ayant mis au point une forme de timbre transdermique lectronique (electronic tatoo) rsistant leau et capable de mesurer des donnes biologiques humaines (temprature, rythme cardiaque, humidit, activit des muscles). M. Bernard Benhamou, dlgu aux usages de linternet, a indiqu votre rapporteure que ces objets de la m-sant sont, avec ceux lis la matrise de lnergie (comme le thermostat intelligent commercialis aux tats-Unis), les deux catgories dobjets qui connaissent la plus forte croissance. Ces objets mdicaux connects, dont le dveloppement est beaucoup moins onreux que celui des dispositifs mdicaux actuels, contribueront la prvention des pathologies, diminuant ainsi le cot des traitements, et permettront la surveillance distance des malades, ce qui vitera les dplacements jusquau laboratoire et allgera les dpenses dhospitalisation. Ainsi, toute lconomie de la sant pourrait tre reconfigure, des laboratoires jusquaux assureurs. Ces innovations nourrissent lespoir dune matrise des dpenses publiques de sant.

    Pour amliorer le potentiel de contribution du numrique lconomie europenne, il convient donc la fois de renforcer le poids du cur de lconomie numrique et damliorer leffet de diffusion du numrique dans les secteurs utilisateurs.

    Nanmoins, comme le souligne opportunment lIGF dans son rapport, approfondir la diffusion du numrique dans lconomie () sans renforcer les secteurs du cur de lconomie numrique reviendrait creuser le dficit commercial en augmentant la demande de biens produits aux tats-Unis ou en Asie .

    Cette remarque pertinente implique, lchelle europenne, de ne pas seulement promouvoir lusage des TIC dans lUnion europenne mais aussi de chercher ardemment consolider la place des entreprises europennes dans le cur de lconomie numrique, qui est constitu de composantes htrognes recenses ainsi par lIGF : technologies de base et

    1 Ce nest pas le cas aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni o les dossiers mdicaux lectroniques sont gnraliss (cf. Perspectives de lconomie Internet de lOCDE 2012).

  • - 17 -

    infrastructures, services de tlcommunications, applications et services informatiques, conomie du net.

    Quelle stratgie lUnion europenne dveloppe-t-elle en matire numrique ?

    B. LAGENDA NUMRIQUE DE LUNION EUROPENNE : PRIORIT AU CONSOMMATEUR EN LIGNE

    1. Lambition de lUnion europenne : un march unique digital

    LUnion europenne a bien identifi le secteur numrique comme lun des piliers de la croissance de demain et lune des rponses aux dfis venir. Elle en a fait lun des sept axes majeurs constitutifs de la stratgie Europe 2020 qui a t lance en mars 2010 pour promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive . En effet, selon la Commission, le secteur des TIC gnre directement 5 % du PIB europen mais contribue laugmentation de la productivit dans des proportions bien suprieures, hauteur de 20 %.

    La stratgie numrique pour lEurope a t formalise en mai 2010 dans une communication1 de la Commission europenne dont lambition principale est de mettre fin la fragmentation des marchs numriques au sein de lUnion europenne : la Commission estime que les Europens ne peuvent accepter quun march unique, conu avant lavnement de linternet, soit encore aussi incomplet en ligne . Effectivement, le fondement juridique principal de laction de lUnion europenne en ce domaine reste larticle 26 du TFUE qui tablit les quatre liberts de circulation (marchandises, personnes, services et capitaux), et, subsidiairement, son article 1702 qui prvoit le dploiement de rseaux transeuropens de tlcommunications.

    1 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2010:0245:FIN:fr:PDF2 Article 170 du TFUE :

    1. En vue de contribuer la ralisation des objectifs viss aux articles 26 et 174 et de permettre aux citoyens de lUnion, aux oprateurs conomiques, ainsi quaux collectivits rgionales et locales, de bnficier pleinement des avantages dcoulant de la mise en place dun espace sans frontires intrieures, lUnion contribue ltablissement et au dveloppement de rseaux transeuropens dans les secteurs des infrastructures du transport, des tlcommunications et de lnergie. 2. Dans le cadre dun systme de marchs ouverts et concurrentiels, laction de lUnion vise favoriser linterconnexion et linteroprabilit des rseaux nationaux ainsi que laccs ces rseaux. Elle tient compte en particulier de la ncessit de relier les rgions insulaires, enclaves et priphriques aux rgions centrales de lUnion.

  • - 18 -

    Dans la perspective dun march unique numrique dont elle estime que la ralisation pourrait faire crotre le PIB de lUnion europenne de 5 % dici 2020, la Commission europenne a identifi plusieurs obstacles et, pour y remdier, recens 100 actions-clefs qui composent lAgenda numrique :

    le cloisonnement des marchs numriques : pour mieux fairecirculer les contenus et services en ligne, il importe de faciliter les paiements, la facturation lectronique, lauthentification lectronique et le rglement des litiges, de donner confiance par une amlioration de la protection des donnes personnelles, mais aussi de simplifier la gestion des droits dauteur et dvelopper des services paneuropens daccs aux contenus (notamment culturels) en ligne. Dici 2015, la part des adultes ayant effectu en ligne des achats auprs dun autre pays de lUnion europenne devrait passer de 8 % en 2009 20 % et 33 % des PME devraient effectuer du commerce en ligne (contre 12 % en 2008 vendant en ligne) ;

    le manque dinteroprabilit : pour rendre interoprables services etproduits travers lUnion, un effort de coordination doit permettre de dployer des normes et des plateformes communes et ouvertes ;

    la dfiance ne de la cybercriminalit : il sagit de scuriser lesrseaux face aux nouveaux risques, depuis lexploitation des enfants jusquaux attaques informatiques, en passant par la fraude en ligne ;

    le manque dinvestissement dans les rseaux : lambition afficheest le haut dbit pour tous ds 2013, laide de rseaux filaires et sans fil, ainsi que le dploiement des rseaux trs haut dbit de nouvelle gnration (selon les chiffres de la Commission dats de juillet 2009, le taux de pntration de la fibre optique jusqu labonn tait de 1 % en Europe, contre 15 % en Core). La Commission a fix lobjectif dassurer, dici 2020, laccs de tous les Europens des connexions un dbit suprieur 30 mgabits par seconde (mbps), et laccs de la moiti des foyers des connexions de plus de 100 mbps ;

    linsuffisance des efforts de recherche et innovation : il sagit pourlUnion europenne de mieux transformer lavantage intellectuel confr par la recherche en avantage concurrentiel procur par des innovations axes sur le march. Les dpenses consacres la R&D lie aux TIC taient en 2007 deux fois moindres dans lUnion europenne quaux USA. Lobjectif fix est de doubler les dpenses publiques de R&D dans les TIC pour les porter 11 Mds deuros ;

  • - 19 -

    le manque de comptences numriques : les tats membres doiventremdier la pnurie de qualifications professionnelles en TIC1 et au dficit de culture numrique, particulirement chez les plus gs, les moins qualifis ou les plus dfavoriss ;

    les occasions manques de relever des dfis socitaux : il sagitdexploiter le potentiel quoffre le numrique pour adresser les dfis tels que le changement climatique, le poids croissant des dpenses de sant li au vieillissement de la population, linsertion des personnes handicapes, ladministration en ligne, la mise disposition du patrimoine culturel europen...

    Depuis ladoption de cette stratgie numrique, le Conseil europen2et le Parlement europen3 ont appel renforcer le rle prpondrant de lUnion europenne dans le secteur numrique et achever le march unique numrique dici 2015. Un rexamen de cette stratgie a ainsi donn lieu son actualisation en dcembre 2012. Pour 2013, la commissaire Mme Neelie Kroes, vice-prsidente de la Commission europenne en charge de la stratgie numrique, entend mettre laccent sur deux priorits : augmenter les investissements dans le haut dbit et maximiser la contribution du secteur numrique la relance de lEurope.

    Les actions mener relvent essentiellement de comptences partages entre lUnion europenne et ses tats membres. Dans la mesure o lUnion europenne est comptente, les actions identifies peuvent bnficier du soutien de fonds europens :

    les fonds structurels (notamment le Fonds europen dedveloppement rgional ou FEDER) et le fonds europen agricole pour le dveloppement rural (FEADER) contribuent au dveloppement des technologies de linformation et de la communication sur le territoire europen, mme sil reste difficile de chiffrer prcisment cette contribution ;

    le 7me programme-cadre de recherche et dveloppement, dot deplus de 50 milliards deuros pour la priode 2007-2013, finance spcifiquement la recherche en matire de TIC, et son successeur aprs 2014, le programme budgtaire Horizon 2020, pourrait tre dot encore plus largement4 ;

    1 Plus de 700.000 emplois dans les TIC pourraient ne pas tre pourvus en Europe dici 2015. 2 Dans ses conclusions des 1er-2 mars 2012 et surtout des 28-29 juin 2012. 3 Rsolution du Parlement europen du 11 dcembre 2012 sur lachvement du march unique

    numrique, 2012/2030 (INI). 4 Le compromis obtenu lors du Conseil europen du 8 fvrier 2013 prvoit prs de 70 milliards

    deuros pour ce programme Horizon 2020.

  • - 20 -

    le programme-cadre pour la Comptitivit et Innovation (PCI),auquel est alloue une enveloppe de 3,6 milliards deuros pour la priode 2007-2013, comprend une ligne spcifique au secteur des TIC destine encourager une plus grande adoption des services fonds sur des TIC innovantes et lexploitation des contenus numriques dans toute lEurope par les citoyens, les gouvernements et les entreprises, en particulier les PME. Ce programme sera bientt fondu dans le nouveau programme COSME pour la comptitivit des PME, dans le futur cadre financier pluriannuel 2014-2020 ;

    la Banque Europenne dInvestissement peut galement tresollicite pour octroyer des prts en appui des projets dinvestissement dans les rseaux numriques europens ;

    enfin, pour la priode 2014-2020, un nouveau mcanisme pourlinterconnexion en Europe doit contribuer, par un systme de garantie apporte aux projets privs, au dploiement des rseaux, notamment de tlcommunications ; mais le compromis obtenu au Conseil europen du 8 fvrier 2013 ne prvoit quune enveloppe dun milliard deuros sur sept ans pour les rseaux numriques, les tats membres tant convenus de donner la priorit aux rseaux de transport (qui recevront 23 milliards deuros sur la priode)

    En tout tat de cause et malgr ce soutien financier, lavancement de nombreuses actions-clefs de lagenda numrique nest pas aussi rapide que le souhaiterait Mme Neelie Kroes. Il faut reconnatre que cet avancement dpend largement des politiques nationales et que le rythme de progression diffre dans chaque tat membre. Par exemple, chaque tat membre nest pas prt consentir le mme effort de recherche publique pour favoriser, par effet multiplicateur, une hausse des dpenses prives dans les TIC. De ce fait, malgr dincontestables progrs enregistrs en termes dusage du web travers lUnion europenne, la Commission reconnat quil reste beaucoup faire pour enclencher le cercle vertueux liant infrastructures, contenu, services, march et innovation. Elle rappelle quune pleine mise en uvre de lAgenda numrique augmenterait de 5 % le PNB de lUnion europenne sur les huit ans venir1.

    1 In Communication de la Commission au Parlement europen, au Conseil, au comit conomique et social europen et au comit des rgions du 18 dcembre 2012, Une stratgie numrique pour lEurope: faire du numrique un moteur de la croissance europenne, COM(2012) 784 final.

  • - 21 -

    2. Un dfaut de stratgie politique

    En crant partir de 2004 un poste de commissaire en charge du numrique, la Commission europenne a fait uvre de pionnier : sont ainsi manifests la fois limportance du changement quinduit le numrique et son caractre transversal. Les administrations nationales des tats membres rsistent encore ce mouvement de dcloisonnement. En France notamment, laction publique en matire numrique est particulirement morcele, comme la regrett ds 2007 notre collgue M. Bruno Retailleau dans son rapport1 sur la rgulation lre numrique : comme il la rappel votre rapporteure lors de leur rencontre, M. Retailleau proposait la cration dun Commissariat au numrique, ple dexpertise et dinitiative, rattach au Premier ministre et ayant lautorit sur de nombreux services ministriels pour crer entre eux une synergie dynamique et sortir des logiques ministrielles antagonistes, notamment entre les ples industrie et culture. Ce nest pas loption qua retenue le Gouvernement puisque la Ministre dlgue en charge de lconomie numrique a t place auprs du ministre du Redressement productif. En revanche, la composition de la Commission europenne rpond, au moins facialement, cette ncessit.

    Malgr lexistence de ce commissaire en charge de la stratgie numrique, hier Mme Reding, aujourdhui Mme Kroes, limpulsion reste en fait difficile donner pour concrtiser les ambitions affiches par lUnion europenne dans sa stratgie numrique. La disparit des ralits nationales complique dailleurs latteinte de certains objectifs chiffrs ; ainsi, les pays dEurope de lOuest sont plus lents dployer les rseaux de nouvelle gnration, en raison des trs bonnes performances de la technologie ADSL sur le rseau tlphonique qui maille leur territoire. Au regard de cette diversit des situations nationales, il nest pas sr que les modalits de la gouvernance de lAgenda numrique europen permettent dassurer son succs.

    Le schma de gouvernance initialement imagin par la Commissaire Kroes repose sur limplication collgiale de la Commission et des tats membres. Une coordination interne au sein de la Commission doit permettre un groupe de commissaires dajuster efficacement les politiques en jeu pour la mise en uvre des actions programmes. Par ailleurs, une coopration troite avec les tats membres est prvue, au travers dun groupe haut niveau . Cette collaboration avec les tats membres est complte par un dialogue rgulier avec les reprsentants du Parlement europen et par lengagement des parties intresses sur certaines mesures

    1 Rapport dinformation n 350 (2006-2007) de M. Bruno RETAILLEAU, fait au nom de la commission des affaires conomiques, dpos le 27 juin 2007.

  • - 22 -

    concrtes. Un bilan rgulier des progrs raliss donne lieu dbat chaque anne, au sein dune Assemble numrique en juin. Enfin, la Commission soumet un rapport davancement annuel au Conseil europen, conformment la structure de la gouvernance dEurope 2020.

    Le schma ci-dessous tabli par la Commission europenne dans sa communication de 2010 formalise cette gouvernance ad hoc :

    Le cycle de la gouvernance dans le cadre de la stratgie numrique europenne

    Source : Communication de la Commission europenne sur Une stratgie numrique pour lEurope , COM (2010) 245 final/2.

    lusage, il apparat que le mcanisme de coordination interne la Commission fonctionne mal et que des cloisonnements persistent au sein de la Commission, empchant dapprhender les enjeux numriques de manire transversale. M. Robert Madelin, qui dirige la Direction gnrale des rseaux de communication, contenu et technologies de la Commission europenne, a voqu devant votre rapporteure lexistence, au sein du collge des commissaires, de sous-comits pour chaque chapitre de lagenda Europe 2020 et a reconnu la difficult quil y avait crer une synergie entre toutes les directions gnrales de la Commission concernes par le numrique, qui soulve des questions rglementaires mais aussi culturelles, diplomatiques... Par ailleurs, limplication des tats membres semble mal assure au sein du groupe de haut niveau . Selon les informations recueillies par votre rapporteure auprs de la Reprsentation permanente de la France auprs de lUnion europenne, ce groupe de haut niveau, prsid par M. Robert Madelin, offre juste la Commission loccasion de prsenter ses avant projets et de susciter des premires ractions des tats membres. Ces derniers y sont thoriquement reprsents au niveau de leurs Directeurs gnraux, mais en fait un niveau infrieur1.

    1 En France, il sagit de M. Xavier Merlin, sous directeur de la rglementation et des affaires europennes et multilatrales la DGCIS (Direction Gnrale de la Comptitivit, de

  • - 23 -

    On compte en gnral quatre runions annuelles et la dernire runion sest tenue en dcembre 2012 et la prochaine est prvue en mars. Et rien ne garantit que la rcente initiative de la commissaire de crer un rseau de champions du numrique ( raison dun par tat1) pour faire le lien entre les entreprises numriques et les gouvernements soit mme damliorer la mobilisation des 27 tats membres.

    Aux yeux de votre rapporteure, la mobilisation du collge de la Commission et celle des tats membres sont visiblement insuffisantes, au regard de lenjeu que reprsente le numrique pour lUnion europenne.

    En ce qui concerne le diagnostic pos par la Commission europenne dans son Agenda numrique, votre rapporteure reconnat volontiers sa justesse : le march unique doit tre compltement actualis pour pouvoir entrer dans lre de linternet. La fragmentation du march europen du numrique empche les conomies dchelle, ralentit linvestissement dans les nouvelles infrastructures et les nouveaux services et, finalement, rduit le potentiel de croissance. Il est de fait ncessaire de mener la plupart des actions que la Commission a planifies. Toutefois, le parti retenu est essentiellement celui du consommateur du march unique : la priorit est de lui donner accs au rseau le plus performant et le plus sr, de lui donner confiance et de le former pour utiliser Internet, de lui offrir en ligne des services nouveaux, y compris culturels. Lagenda numrique europen vise dabord dvelopper une conomie autour des usages du numrique. Cette vision que lon pourrait qualifier dutilitariste est-elle la hauteur des enjeux ?

    Lors de son audition par votre rapporteure, le prsident de lARCEP (autorit de rgulation des communications lectroniques et des postes), M. Jean Ludovic Silicani, a de mme regrett que le discours europen soit principalement ax sur le dploiement des infrastructures : ses yeux, ce sujet nest pas bloquant, la vraie question tant la captation de valeur par les fournisseurs de contenus et dapplications sur ces infrastructures, souvent dsigns par lacronyme anglais OTT (over the top : delivery of content or services over an infrastructure).

    Mme sil faut reconnatre que la Commission voque la ncessit de donner une dimension internationale la stratgie europenne du numrique, il est difficile dy trouver une vision politique de la place que lUnion europenne devrait occuper dans le monde numrique. La Commission ne sattarde pas sur un point, quelle signale tout de mme dans sa

    lIndustrie et des Services du Ministre de lconomie et des finances), que votre rapporteur a rencontr.

    1 Pour la France, il sagit de M. Gilles Babinet, entrepreneur et ancien prsident du Conseil national du numrique. Dautres tats membres, comme lItalie, ont choisi de nommer leur ministre en charge des tlcommunications.

  • - 24 -

    communication de 2010, mais par une simple note de bas de page, malheureusement : sur les neuf socits dapplications TIC figurant sur la liste Financial Times Global 500, une seule est europenne ; et sur les 54 sites web les plus visits en Europe, seulement quatre sont dorigine europenne. Cet tat de fait nest visiblement pas au cur des proccupations de la Commission europenne : il est cet gard significatif quaucune donne statistique ne figure sur la part de march de lindustrie europenne du numrique1, compare celle de ses concurrents, ou sur la pntration des biens et services numriques non europens sur le territoire de lUnion europenne.

    M. Jean-Michel Hubert, ancien prsident de lAutorit franaise de Rgulation des Tlcommunications (ART), lavait dj relev en octobre 2010, dans son rapport au Premier ministre Perspectives pour une Europe numrique, publi quelques mois aprs ladoption par le Conseil europen de la stratgie numrique europenne. Ce rapport sappuie sur une tude de linstitut Rexecode parue en 2011, qui analyse lvolution des rapports de force mondiaux sur le march du numrique. Se fondant sur la structuration en couches du march numrique, des rseaux jusquaux contenus, les schmas suivants permettent de visualiser immdiatement lerecul que connat lUnion europenne par rapport aux autres grandes zones mondiales, recul surtout marqu sur deux segments de lconomie numrique : les quipements dune part, secteur o lUnion europenne cde du terrain face la concurrence asiatique ; les services intermdiaires ensuite, pour lesquels lUnion europenne se fait trs largement distancer par les tats-Unis et qui offrent en moyenne les taux de marge nette les plus levs.

    1 Selon ses diffrents segments : composants, quipementiers, oprateurs, logiciels, plateformes de services, contenus.

  • - 25 -

    Taux de marge par couches toutes zones confondues

    Source Coe-Rexecode, Les oprateurs de rseaux dans lconomie numrique, document de travail n 16, janvier 2010.

  • Source : Rapport au Premier ministre de J.-M. Hubert, Perspectives pour une Europe numrique, octobre 2010.

    - 26 -

  • - 27 -

    Appelant resituer la stratgie numrique de lUnion europenne dans le contexte de la mondialisation, il y soulignait que la Chine avait dcid de concrtiser la convergence des trois domaines tlcoms, audiovisuel et Internet dans un mme programme technologique et industriel, soutenu par une politique renforce, fiscale, financire et dachat public. Pour dfendre une telle vision stratgique, il sappuyait sur le rapport1 que M. le professeur Mario Monti avait remis en mai 2010 au prsident de la Commission europenne J.-M. Barroso proposant Une nouvelle stratgie pour le march unique : Ce nest plus un tabou. Les dirigeants europens dbattent de nouveau des avantages et des limites dune politique industrielle active. Le regain dintrt manifest lgard de la politique industrielle va de pair avec une volution parallle consistant en une nouvelle prise de conscience de limportance de lindustrie manufacturire pour lconomie europenne et lexpression dune large inquitude au sujet de la profonde transformation que la crise fait subir la base industrielle europenne.

    Il faut reconnatre une certaine volution de la Commission europenne depuis lors : le discours2 de la Commissaire Kroes sest progressivement inflchi. Elle commence voquer publiquement la ncessit dun projet industriel en matire numrique. La communication sur la politique industrielle3 publie en octobre 2012 linitiative du commissaire Tajani, en charge de lindustrie, illustre cette inflexion. Dans la communication de la Commission europenne du 18 dcembre 2012 qui actualise la stratgie numrique, on peut aussi lire : LEurope a besoin dune base industrielle solide dans le domaine des TIC car ces dernires constituent la fois un secteur dactivit part entire et un vecteur dinnovation et de productivit pour de nombreux autres secteurs, de lindustrie manufacturire lnergie, aux transports et aux soins de sant. Dailleurs, M. Robert Madelin a fait montre dune grande lucidit cet gard, indiquant votre rapporteure que la survie de la prsence europenne sur la place de march mondiale tait en jeu.

    Il est vrai que limpact de la faiblesse europenne sur le net dpasse largement lenjeu dune guerre conomique sectorielle car lindustrie numrique nest pas une industrie comme les autres dans la mesure o elle reprsente aussi lavenir de nos industries traditionnelles : derrire la domination dInternet par dautres acteurs queuropens, se profile le risque dune Union europenne en voie de sous-dveloppement dans le monde numrique, monde dans lequel tout ce qui relve aujourdhui du monde physique bascule progressivement. 1 http://ec.europa.eu/internal_market/strategy/docs/monti_report_final_10_05_2010_fr.pdf2 Shouldnt we be looking for an Airbus of Chips?, discours (en anglais) de la vice-prsidente Neelie

    Kroes le 24 mai 2012, http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-12-382_en.htm. 3 COM(2012)582 final.

  • - 28 -

    Certes, la Commission estime, dans sa stratgie numrique pour lEurope de 2010, que le dveloppement de rseaux haut dbit aujourdhui est aussi rvolutionnaire que le dveloppement des rseaux lectriques et de transport il y a un sicle . Mais il nest pas sr que cette comparaison soit la plus juste pour apprhender la nature et lampleur de la rvolution numrique. Sans doute le parallle tabli par certains1 avec linvention de limprimerie est-il plus pertinent pour mesure lampleur de la mutation en cours. Plus profonde quune rvolution industrielle, la rvolution numrique vient transformer non seulement notre conomie mais aussi notre socit, nos modes de communication, de diffusion du savoir, daccs la mmoire, de divertissement ; elle modifie jusqu lorganisation politique et la gographie de la puissance au niveau mondial. La gouvernance dcevante de lAgenda numrique nest assurment pas la mesure de lenjeu.

    LUnion europenne ne peut se rsigner devenir une colonie du monde de demain, dpendant de services et de contenus matriss voire produits par dautres.

    A-t-elle pris la mesure politique de ce nouvel enjeu de civilisation ?

    1 Michel Serres par exemple, dans le Journal du dimanche du 30 dcembre 2012 : La premire rvolution se situe quand on est pass du stade oral au stade crit. La deuxime, quand on est pass du stade crit au stade imprim. Maintenant, dans la troisime rvolution, on bascule du stade imprim au stade numrique .

  • - 29 -

    II. MAIS LUNION EUROPENNE A-T-ELLE PRIS LA MESUREPOLITIQUE DE LENJEU DE CIVILISATION QUI SE JOUE AVECLE NUMRIQUE ?

    LUnion europenne prend-elle suffisamment en compte ce que la rvolution numrique implique pour lavenir du modle europen de civilisation ?

    Le numrique chappe largement la souverainet tatique, en dfiant la fois la puissance conomique traditionnelle et la capacit de ltat percevoir limpt et appliquer sa rgle de droit.

    Derrire cette perte de contrle des tats europens sur lconomie numrique, se profilent des enjeux fondamentaux pour lUnion europenne : la matrise de ses donnes, condition de son indpendance et de sa libert ; et, plus largement, la survie de la civilisation europenne lre numrique.

    A. LE NUMRIQUE, DFI LA VIEILLE EUROPE

    1. Le numrique branle la puissance conomique traditionnelleen bouleversant secteurs et marchs

    Lconomie numrique nest pas un simple secteur industriel: non seulement cest un vecteur dinnovation pour toute lconomie, mais cest un facteur de renversement des modles daffaires existants. Cest dj vrai pour les tlcommunications, le tourisme, la banque, mais bientt aussi lautomobile, et toutes les industries qui font lUnion europenne aujourdhui. En stendant toute lconomie, le numrique dvore le monde ( software is eating the world ) : cest la conviction de Marc Andreessen, cofondateur de Netscape, lun des premiers moteurs de recherche, et acteur important du capital risque via le fonds Andreessen-Horowitz. Dans un article publi en 20111 dans le Wall Street Journal, auquel se rfre le rapport sur la fiscalit numrique, remis au Gouvernement en janvier 2013 par MM. Colin et Collin, M. Andreesen juge que nous vivons un changement considrable: la disruption la fois technologique et conomique conduit de plus en plus dindustries majeures asseoir leur fonctionnement sur le numrique et se transformer en services en ligne. Cest dj le cas aux tats-Unis, cest en cours en Europe.

    1 In The Wall street Journal, 20 aot 2011.

  • - 30 -

    Cette rvolution numrique a dabord touch le secteur de la publicit dont le march en ligne sest dvelopp la faveur de la gratuit des contenus : ainsi, Google est devenu oprateur global sur le march publicitaire ; Facebook et Twitter y dveloppent une activit complmentaire, assise sur les interactions entre les membres du rseau; Amazon, qui sest dabord structur autour de la vente en ligne, est dsormais actif sur le march de la publicit, qui offre plus de marge que la vente de dtail. La vente de dtail en ligne et le dveloppement dAmazon, dont linfrastructure logistique rduit toujours plus les dlais de livraison, menacent mme la grande distribution : Amazon se lance prsent dans la distribution de meubles en ligne. Cette rupture numrique npargne quasiment aucun secteur, depuis le cinma jusqu lagriculture en passant par la dfense nationale .

    Lillustration la plus spectaculaire, selon M. Andreesen, en est donne par la fermeture de la chane amricaine de librairies Borders en 2011 et la monte en puissance parallle dAmazon, qui Borders avait prcdemment cd son commerce en ligne de livres, jug non stratgique... Dsormais, mme les livres sont numriques : laccord conclu entre Google et le secteur de ldition permet la numrisation de nombreux livres sans ignorer les droits dauteur. Le succs rencontr par la liseuse propritaire dAmazon, la Kindle, puis par les tablettes (iPad dApple, Nexus de Google, Surface de Microsoft, Kindle Fire dAmazon), prcipitent aujourdhui le dveloppement du march du livre numrique.

    En matire de musique, le march en ligne est domin par Apple qui, grce son logiciel iTunes, dtenait 64 % du march au deuxime trimestre 2012 : les maisons de disque traditionnelles ne servent le plus souvent qu leur fournir du contenu...

    Dans le domaine de la vido, cest--dire du cinma et de laudiovisuel, le bouleversement est arriv plus rcemment, avec laugmentation des capacits en bande passante des rseaux et va sacclrer avec le dveloppement de la tlvision connecte: ainsi, Youtube, acquise par Google, est aujourdhui la principale plateforme de vido sur Internet ; et le service amricain de vido la demande, Netflix, a oblig des acteurs traditionnels amricains comme Comcast ou Time Warner se transformer aussi en socits du net.

    Dans le secteur des jeux vido, Zynga, qui ne fournit que des jeux en ligne, est lentreprise qui connat la plus forte croissance aux tats-Unis, quand les traditionnels Electronic Arts et Nintendo voient leurs revenus stagner.

    Dans le monde de la photographie, boulevers par la gnralisation des appareils photos sur les tlphones mobiles, des entreprises comme Flicker

  • - 31 -

    se sont imposes face Kodak. LinkedIn a dvor lindustrie du recrutement. Skype, en permettant de tlphoner par Internet sans infrastructure autre que les ordinateurs des deux interlocuteurs, est venu concurrencer les oprateurs tlcoms et assure aujourdhui le tiers du trafic voix mondial1.

    Mme dans lautomobile, le logiciel commande les moteurs, contrle la scurit, divertit les passagers, guide le chauffeur vers sa destination et connecte le vhicule aux systmes de positionnement par satellites. Il se substituera bientt au chauffeur, comme dans la voiture dj produite par Google (Google car)... Le succs des compagnies ariennes dpendra de leur capacit tirer parti du numrique pour optimiser leurs routes et le prix des billets. Le tourisme galement sorganise de plus en plus en ligne, de la rservation de billets davion celle de chambres dhtel. Les services financiers sont transforms par le numrique : banque distance, paiement lectronique, maintenant par tlphone mobile... Facebook lui-mme se lance aujourdhui dans les cartes de paiement prpayes2.

    Bientt lagriculture sera de plus en plus gouverne par lconomie du logiciel, par exemple pour lanalyse des sols par satellite afin de slectionner les meilleures semences. Le soldat contemporain sappuie galement sur le numrique pour le renseignement, les transmissions, la logistique ou le guidage des armes.

    Lducation sera sans doute lun des secteurs appel connatre les plus grands changements du fait de sa transformation numrique : dores et dj, des cours en lignes sont proposs, enrichis par les tudiants et leurs interactions. Selon les informations transmises votre rapporteure par M. Bernard Stiegler, ce sont dj plus dun million dabonns qui sont inscrits cette anne aux cours en ligne proposs par Coursera, consortium de 25 universits amricaines3. LUnion europenne est encore trs timide en la matire. M. Stiegler lui-mme a fond il y a trois ans une cole de philosophie dans le Cher, Epineuil le Fleuriel, ouverte tous : sa classe virtuelle runit des tudiants de diffrents pays, plusieurs milliers de personnes suivent ses cours en streaming. Un sminaire rassemble tous les quinze jours, par vidoconfrence, des doctorants du monde entier.

    1 Selon le rapport publi en 2013 par TeleGeography, disponible cette adresse : http://www.telegeography.com/page_attachments/products/website/research-services/telegeography-report-database/0003/6770/TG_executive_summary.pdf

    2 In Facebook teste une carte prpaye aux tats-Unis , Le Monde, 5 fvrier 2013. 3 LEcole polytechnique a rcemment annonc quelle rejoignait cette plateforme :

    http://orientation.blog.lemonde.fr/2013/02/27/bientot-des-cours-de-lecole-polytechnique-gratuitement-sur-internet-lenseignement-superieur-de-demain-se-fera-t-il-a-distance/

  • - 32 -

    Enfin, mme les industries traditionnelles du logiciel comme Oracle ou Microsoft sont menaces par les nouvelles offres de logiciels comme le systme dexploitation Android produit par Google.

    Lindustrie manufacturire elle-mme pourrait se trouver transforme lavenir, avec la possibilit pour chacun dimprimer des objets en trois dimensions : des ateliers de fabrication Fab lab (contraction de langlais FABrication LABoratory) permettent dj de fabriquer ou modifier rapidement et la demande des biens de nature varie (livres, objets dcoratifs, outils...) grce des machines-outils pilotes par ordinateur ou des imprimantes 3D. Lors de son audition par votre rapporteure, M. Jol de Rosnay a soulign limportance que pourrait prendre ce nouvel artisanat industrialis quil qualifie dindustrie 2.0.

    Linternet des objets, prochaine tape du dveloppement dInternet, va encore bouleverser un peu plus tous les secteurs de lconomie. Si les informations aujourdhui changes sur le net sont essentiellement issues des ordinateurs et donc des individus, demain les informations transitant sur le net proviendront majoritairement des terminaux mobiles et des objets connects linternet. Selon la Commission europenne1, le nombre moyen dobjets connects par habitant devrait passer de 2 7 dici 2015, date laquelle la plante comptera 25 milliards de dispositifs avec une connexion sans fil. Dici 2020, ce chiffre pourrait doubler pour atteindre 50 milliards dobjets connects . Ainsi, linternet des objets intgrera lintelligence dans les objets de tous les jours, qui seront dots de puces RFID2connectes aux terminaux mobiles ; terme, ces capteurs mis en rseau pourront mme communiquer entre eux, avec ou sans intervention humaine3. Avec les objets connects, lconomie numrique sancre dans le monde rel. On parle alors de ralit augmente . Un rcent objet illustre parfaitement cette fusion entre le monde physique et le monde virtuel : la Google glass, lunette invente par Google et dote dune camra et dune connexion wifi, permettra le partage immdiat sous forme de photos et vidos des scnes qui sont sous nos yeux.

    Ainsi, la rvolution numrique absorbe lconomie, tous secteurs confondus : mme si elle vient parfois des entreprises en place, elle grandit avec de nouvelles start-up, pour la plupart issues de la Silicon Valley, qui envahissent et retournent les industries existantes. Le processus de destruction cratrice, identifi par Schumpeter, est luvre: ainsi, linnovation apporte par les entrepreneurs entrane la croissance conomique de long terme, mme si cela implique une destruction de valeur, assimile un

    1 Consultation sur linternet des objets, 12 avril 2012. 2 Identification par radio-frquence. 3 Cf. Bernard Benhamou, Les mutations conomiques, sociales et politiques de linternet des

    objets, Cahiers franais, Documentation franaise, 4 dcembre 2012

  • - 33 -

    ouragan perptuel par Schumpeter, pour les entreprises tablies en position dominante.

    Les effets de rseau ou de traction , facilits par la stratgie de gratuit des services en ligne, conduisent naturellement une forte concentration au profit des grands acteurs du numrique : la position dominante de ces entreprises ne concerne pas des marchs bien identifis mais englobe le plus souvent diffrents marchs connexes.

    Le numrique brouille les frontires : ainsi, une seule entreprises peut fournir des services complmentaires. Cest le cas de Google, qui est prsent sur des marchs connexes : il propose ainsi un bouquet de services dans une offre unique, plus attractive pour le consommateur. On le voit sur la page daccs au moteur de recherche Google qui propose aussi le service de courrier lectronique GMail ou le navigateur Google Chrome, mais galement sur la page de rsultats du moteur de recherche Google qui agrge des rsultats venant aussi bien du web que dautres services de Google (Youtube pour la vido, Google maps, Google Hotel finder). Par ailleurs, Google est dj devenu distributeur dnergie en raison du savoir-faire acquis en matire de refroidissement des serveurs dans le cadre des data center ; et Google est en passe de devenir un acteur du transport avec sa Google car.

    Apple a dvelopp un modle dintgration diffrent, vertical plutt quhorizontal, consistant transformer une application en plateforme logicielle, sur laquelle se raccordent des applications peu coteuses dvelopper et accessibles tous les utilisateurs de tlphones ou tablettes Apple. Ainsi nat un cosystme propritaire permettant dasseoir une position dominante. Apple fabrique des terminaux, les quipe de son propre systme dexploitation, propose sa plateforme des dveloppeurs mais y exploite aussi ses propres applications (iTunes pour couter de la musique ou Safari comme navigateur Web).

    Amazon avance sur les deux tableaux, conjuguant activits connexes et modle de plateforme : Amazon dveloppe un cosystme autour de sa liseuse Kindle mais exploite aussi une application de vente au dtail ainsi quune place de march ouverte tout vendeur et offre en plus des services de Cloud computing.

    Lhybridation des modles daffaires et la souplesse avec laquelle les acteurs du numrique font voluer leur offre rendent lconomie numrique difficile apprhender du point de vue de lanalyse conomique. Les dformations profondes des marchs existants quinduit Internet rendent notamment la dtermination du march pertinent particulirement complexe pour lapplication du droit de la concurrence.

  • - 34 -

    2. Le numrique se joue de limpt et exploite la concurrence fiscale entre tats membres de lUnion europenne

    Malgr une intense activit sur le territoire des tats membres de lUnion europenne, les grandes entreprises du numrique ny paient quasiment pas dimpts. Pourtant ces entreprises captent une part croissante de la valeur ajoute, au dtriment des autres acteurs de la chane de valeur. Dans un contexte daustrit budgtaire oblige, ce phnomne soulve une indignation croissante des opinions publiques europennes, particulirement en France et au Royaume-Uni. Selon le Conseil national du numrique1, dont votre rapporteure a entendu le prsident, les revenus gnrs par la bande de GAFA (Google, Apple/iTunes, Facebook et Amazon) seraient de lordre de 2,5 3 milliards deuros, et limpt sur les socits acquitt en France par ces quatre socits serait seulement de 4 millions deuros en moyenne par an, alors quelles pourraient tre redevables denviron 500 millions deuros si le rgime fiscal franais leur tait pleinement appliqu.

    Le graphique ci-dessous permet de visualiser, dans le cas dApple, le dcalage entre le rythme de croissance de ses bnfices et celui de ses impts lchelle mondiale :

    Impts et bnfices dApple en 2011

    Source : Quand les firmes du net chappent limpt , C. Duhhig et D. Kocieniewski, in The New York Times, paru dans Problmes conomiques n 3062, fvrier 2013.

    De surcrot, ce phnomne drosion fiscale va sacclrer la faveur de la bascule progressive des industries traditionnelles dans la sphre numrique.

    1 Chiffres issus de lavis rendu par le CNN le 14 fvrier 2012 relatif aux pistes de rflexion en

    matire de fiscalit du numrique, cit par MM. Colin et Collin dans leur rapport sur la fiscalit du numrique p.65.

  • - 35 -

    Il y a plusieurs raisons cela. Certaines relvent de lvasion fiscale internationale, qui est le fait de nombreuses multinationales, pas seulement numriques. Le rcent rapport de la commission denqute du Snat sur lvasion fiscale1 en a minutieusement dcrit les mcanismes.

    Dautres tiennent la nature spcifique de lconomie numriquequi lui donne plus de facilit tirer parti de la concurrence fiscale laquelle se livrent les tats, y compris au sein de lUnion europenne.

    Dabord, parce quil est en rapide et perptuelle mutation, le numrique offre peu daccroches stables pour la fiscalit: les technologies, les services rendus, les modles daffaires sont volutifs. Linnovation est en effet intense en ce domaine, du fait du progrs technique dabord, mais aussi du fait quaucun prix marginal nest payer par lutilisateur final ou par le prestataire de service pour lutilisation de la bande passante. Directement li la faiblesse des cots marginaux dexploitation, le modle dominant de la gratuit des services proposs en ligne, qui vise faciliter lacquisition de nouveaux utilisateurs pour en tirer profit par ailleurs, rend aussi lconomie numrique particulirement difficile apprhender pour la fiscalit.

    De plus, par la nature de leur activit, une large part des actifs des socits de la net-conomie sont incorporels, comme les brevets, les marques, les licences et autres actifs de la connaissance. La valorisation de ces actifs en comptabilit est particulirement dlicate et les prix de transfert lis lutilisation de ces actifs incorporels sont difficilement contrlables. Ainsi, les entreprises numriques rmunrent largement ces actifs localiss ltranger, redevance qui est une charge dductible venant en diminution du bnfice dclar : ceci leur permet daspirer une grande part de leurs bnfices vers des tats fiscalit privilgie o ces bnfices sont le plus souvent thsauriss (quand ils ne sont pas rinvestis, lconomie numrique ne distribuant quasiment pas de dividendes).

    Ensuite, la valeur ajoute cre dans lconomie numrique est difficile localiser du fait du dcouplement quelle opre aisment entre lieu dtablissement et lieu de consommation. Ainsi, les utilisateurs du moteur de recherche Google peuvent tre localiss dans un tat dEurope continentale, mais les contrats signs entre la rgie publicitaire de Google et les annonceurs sont signs par le sige europen de la socit, tabli en Irlande o le taux dimpt sur les socits est lun des plus bas de lUnion europenne.

    1 Rapport du Snat (2011-2012) n 673 de M. ric Bocquet, fait au nom de la Commission denqute sur lvasion des capitaux et des actifs hors de France et ses incidences fiscales, 17 juillet 2012.

  • - 36 -

    Taux dimposition lgaux maximaux1 sur les revenus des socits, en %

    2000 2011 2012** Union europenne 27* 31,9 23,4 23,5 ZE 17* 34,4 25,9 26,1 Belgique 40,2 34,0 34,0 Bulgarie 32,5 10,0 10,0 Rp. tchque 31,0 19,0 19,0 Danemark 32,0 25,0 25,0 Allemagne 51,6 29,8 29,8 Estonie 26,0 21,0 21,0 Irlande 24,0 12,5 12,5 Grce 40,0 30,0 30,0 Espagne 35,0 30,0 30,0 France 37,8 34,4 36,1 Italie 41,3 31,4 31,4 Chypre 29,0 10,0 10,0 Lettonie 25,0 15,0 15,0 Lituanie 24,0 15,0 15,0 Luxembourg 37,5 28,8 28,8 Hongrie 19,6 20,6 20,6 Malte 35,0 35,0 35,0 Pays-Bas 35,0 25,0 25,0 Autriche 34,0 25,0 25,0 Pologne 30,0 19,0 19,0 Portugal 35,2 29,0 31,5 Roumanie 25,0 16,0 16,0 Slovnie 25,0 20,0 20,0 Slovaquie 29,0 19,0 19,0 Finlande 29,0 26,0 24,5 Sude 28,0 26,3 26,3 Royaume-Uni 30,0 26,0 24,0 Norvge 28,0 28,0 28,0 Islande 30,0 20,0 20,0

    Source : Eurostat, 2012

    * Moyenne arithmtique** La date butoir pour la prise en compte des changements

    des taux dimposition tait fixe au 30 avril 2012.

    1 Le taux dimposition lgal ajust des revenus des socits prend en compte limpt sur les revenus des socits (IRS) et, le cas chant, les surtaxes, les taxes locales, voire les taxes supplmentaires prleves sur des bases dimposition similaires, mais souvent non identiques celles de lIRS.

  • - 37 -

    Or, selon le droit fiscal international, le pouvoir dimposer les bnfices revient ltat dans lequel lentreprise a son sige et non pas celui o elle exerce son activit, moins que lentreprise ne dispose dans ce dernier tat dun tablissement stable 1. Cest sur ce principe, destin viter la double imposition des bnfices, que se fonde le modle OCDE de convention fiscale bilatrale.

    Ds leur cration, les jeunes entreprises du numrique se structurent autour de ce principe de droit fiscal pour optimiser leur fiscalit, par exemple quand elles choisissent le pays o tablir leur sige. Cest le cas pour Google, Amazon, Facebook ou Apple: le rapport de MM. Colin et Collin2 dcrit en dtail le mcanisme du double irlandais et du sandwich nerlandais exploit par de nombreuses socits du numrique.

    De mme, le dcouplement que le numrique facilite entre lieu de consommation et lieu dtablissement est mis profit pour minimiser limposition sur la valeur ajoute. Mme si les rgimes de TVA ont t progressivement harmoniss au sein de lUnion europenne pour ce qui concerne leur assiette, les taux de TVA dans lUnion europenne ne sont pas harmoniss. La directive de 2006 relative au systme communautaire de TVA3se limite fixer des taux maximums et minimums.

    1 Ltablissement stable se dfinit par la prsence de locaux et de personnels, ce qui est plus

    adapt lconomie du "brick and mortar" qu lconomie numrique, comme lont fait observer votre rapporteur Mme Gauthier et M. Llorca, respectivement chef du service de la gestion fiscale et chef du bureau des affaires internationales la Direction gnrale des finances publiques du Ministre de lconomie et des finances.

    2 Cf. page 21. 3 La directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au systme commun de taxe

    sur la valeur ajout laisse une certaine latitude aux tats membres dans le choix des taux : chaque tat adopte un taux normal qui ne peut tre infrieur 15 %. Un ou deux taux rduits sont possibles, qui ne peuvent tre infrieurs 5 %, pour certains biens et services dsigns. Mais des dispositions particulires autorisent les tats appliquer divers taux en vigueur au 1er janvier 1991 qui drogent ces rgles : taux zro, taux super-rduits (infrieurs 5 %), taux parking compris entre 12 et 15 %.

  • - 38 -

    Liste des taux de TVA appliqus dans les tats membres (Situation au 14 janvier 2013)

    tats membres Sigles Taux super rduit Taux rduit

    Taux normal

    Taux parking

    Belgique BE - 6 / 12 21 12 Bulgarie BG - 9 20 - Rpublique tchque CZ - 15 21 - Danemark DK - - 25 - Allemagne DE - 7 19 - Estonie EE - 9 20 - Grce EL - 6,5 / 13 23 - Espagne ES 4 10 21 - France FR 2,1 5,5 / 7 19,6 - Irlande IE 4,8 9 / 13,5 23 13,5 Italie IT 4 10 21 - Chypre CY - 5 / 8 18 - Lettonie LV - 12 21 - Lituanie LT - 5 / 9 21 - Luxembourg LU 3 6 / 12 15 12 Hongrie HU - 5 / 18 27 - Malte MT - 5 / 7 18 - Pays-Bas NL - 6 21 - Autriche AT - 10 20 12 Pologne PL - 5 / 8 23 - Portugal PT - 6 / 13 23 13 Roumanie RO - 5 / 9 24 - Slovnie SI - 8,5 20 - Rpublique slovaque SK - 10 20 - Finlande FI - 10 / 14 24 - Sude SE - 6 / 12 25 - Royaume-Uni UK - 5 20 -

    Source : Commission europenne - Rf. Ares(2013)60692 - 18/01/2013

    N.B. : Les cas dexonration avec droit remboursement (taux 0) ne sont pas repris ci-dessus

    Aujourdhui, mme si la vente de biens matriels distance est taxe dans ltat de consommation, les prestations de services lectroniques rendues par une entreprise tablie dans un tat membre une personne non assujettie

  • - 39 -

    et domicilie dans un autre tat membre sont, elles, soumises la TVA dans ltat du prestataire. Plusieurs entreprises du numrique spcialiss dans la vente de dtail, comme Amazon ou la plateforme iTunes dApple, ont ainsi lu domicile au Luxembourg, qui pratique les taux de TVA les plus bas dEurope.

    Un accord entre les tats membres est grand peine intervenu en 2008 pour mettre fin cette situation de concurrence fiscale, dloyale pour les entreprises localises dans des tats facturant une TVA taux plus lev : la directive 2008/8/CE1 prvoit que la TVA applique aux services lectroniques sera dtermine selon les rgles de ltat de consommation. Toujours liquide et collecte dans ltat du sige du prestataire, la TVA sera reverse ltat de consommation. Cette rgle commencera tre applique au 1er janvier 2015, mais le reversement des recettes restera partiel (70 % puis 85 %) jusquen 2019 : ces nouvelles rgles de territorialit pour la TVA permettront ainsi chaque tat de se rapproprier progressivement des recettes fiscales assises sur la consommation en ligne de ses rsidents.

    Enfin, le modle daffaires dominant lconomie numrique est celui de lintermdiation, qui capte la marge au dtriment des acteurs traditionnels. Ce phnomne est prcisment analys dans le rapport dj cit de MM. Colin et Collin2 : il peut sagir dintermdiation entre des particuliers et des professionnels, comme la publicit en ligne (les bannires ou les liens sponsoriss redirigent lutilisateur vers des applications marchandes et sont rmunrs ce titre par des commissions dapport daffaires). Le mme type dintermdiation est au cur des modles daffaires de places de march (comme Amazon), de comparateurs de prix, dagences de voyage en ligne (Expedia), dachats groups (Groupon)... Il peut aussi sagir dintermdiations entre particuliers: enchres sur des biens de grande consommation (eBay), location de voitures ou de logements voire prts entre particuliers...

    Leffet de pouvoir de march quacquiert lintermdiaire lui permet de forcer la baisse des prix au profit du consommateur, mais au dtriment des bnfices des entreprises imposes en France: mesure que la place de march devient incontournable, il devient indispensable pour tout fournisseur dy tre rfrenc et cet largissement de la plateforme accrot lintensit concurrentielle. Le taux de marge de ces fournisseurs traditionnels diminue donc tandis que le pouvoir de march acquis par lintermdiaire lui permet de facturer plus cher sa prestation (dapport daffaires) et de capter ainsi une part croissante de la marge. La dynamique de place de march aggrave donc limpact de lvaporation fiscale des bnfices des entreprises du net.

    1 Directive 2008/8/CE du Conseil, du 12 fvrier 2008, modifiant la directive 2006/112/CE en ce

    qui concerne le lieu des prestations de services. 2 Cf. p. 91 sq.

  • - 40 -

    De tous ces lments, il rsulte que les rgles fiscales sont inadaptes la faon dont la valeur est cre dans lconomie numrique. Si bien que le numrique chappe largement au pouvoir dimposer des tats, pris individuellement.

    3. Le numrique, dfi aux rgles de droit : quelle loi pour le territoire numrique ?

    Internet, qui connecte entre eux des milliers de rseau rendus interoprables par lutilisation dun mme protocole technique (TCP/IP), a demble t conu comme global et non gographique. De par sa nature originale, cette infrastructure entre invitablement en tension avec les souverainets tatiques et les rgles de droit.

    Lors de son audition par votre rapporteure, M. Bertrand de La Chapelle, de lAcadmie diplomatique internationale, a insist sur la diffrence substantielle entre linternet et le rseau tlphonique : alors que le rseau tlphonique repose sur des indicatifs de pays et connecte entre eux des rseaux initialement nationaux, les terminaux daccs Internet sont identifis par une adresse numrique non gographique (dite adresse IP).

    Pour mmoriser plus facilement ces adresses, un systme de nommage (Domain Name System, DNS) est organis autour dextensions de premier niveau (.com, .org, .net, ou bien .fr, .uk, ou .eu) et de noms de domaine de second niveau, comme senat dans senat.fr. Il existe donc deux catgories despace de nommage: les espaces gnriques (gLD : generic level domains) crs lorigine dInternet, dont les plus connus sont les .com, .net et .org, et les espaces dits gographiques (ccLD : country code level domains) car ils reprsentent un territoire. Lenregistrement dun nom de domaine dans des extensions se rfrant un territoire nest pas exclusivement rserv aux ressortissants de ce territoire.

    La deuxime caractristique de larchitecture dInternet est sa conception en couches : la couche des infrastructures physiques (cbles, pylnes) sur lesquelles repose la couche logique (logiciels) qui assure le transport ou routage des paquets qui sont rassembls destination pour reconstituer le message1 ; et la couche des applications (email, tlphonie IP) qui est elle aussi spare. Chaque couche ignore ce que fait lautre.

    1 Contrairement au rseau tlphonique qui tablit, le temps de la communication, une liaison

    permanente entre les deux destinataires.

  • - 41 -

    Selon B. de La Chapelle1, ce choix dune topologie de rseau logique et non pas gographique est la source principale du succs dInternet et sa capacit de croissance unique .

    Cest aussi ce qui explique la difficult dune rgulation nationale dune telle infrastructure, techniquement sans frontires. Sa gouvernance technique est assure par la communaut Internet elle-mme, qui sappuie sur des structures indpendantes et complmentaires les unes des autres, dveloppant leurs standards et ouvertes lensemble des acteurs : le World wide web consortium (W3C) pour les standards du web, lIETF (Internet Engineering Task Force) pour lactualisation du protocole IP, lICANN2 qui assure la coordination du systme de nommage et dadressage et runit plus de 100 gouvernements dans son comit gouvernemental.

    En revanche, conformment la structuration en couches dInternet, aucune de ces institutions ne traite du contenu qui circule sur le net : quelles rgles appliquer en matire de libert dexpression ou de proprit intellectuelle ? Transposant aux contenus en ligne le principe multiacteurs qui prvaut pour la gestion de linfrastructure, un Forum sur la gouvernance de linternet (FGI) a t cr en 2005 au sommet de Tunis qui cltura quatre ans de ngociations intenses au sein du sommet mondial sur la socit de linformation : runi annuellement linvitation du secrtaire gnral des Nations unies, le FGI permet des changes entre tous les acteurs intresss sur les politiques publiques mais na pas de pouvoir de dcision.

    Anims du souci lgitime de remdier aux abus constats dans lusage du rseau ou mme dune volont dencadrer lexpression de leur population, les tats ne sont pas en mesure de saccorder sur des rgles communes. dfaut, ils adoptent des lgislations nationales. Lquilibre est souvent dlicat trouver entre la protection des citoyens et latteinte aux droits fondamentaux, commencer par la libert dexpression et le respect de la vie prive.

    Surtout, les lgislations nationales peuvent tre difficilement compatibles et conduire des conflits de juridiction ou, linverse, laisser des espaces de non-droit.

    M. de La Chapelle a indiqu votre rapporteure que cette imbrication des souverainets dans le cyberespace avait trouv une illustration rcente avec la suspension dun site Internet espagnol par les autorits amricaines : un dpartement du Homeland Security amricain charg des infractions la proprit intellectuelle a saisi en 2011 les noms de domaine du site de

    1 In Gouvernance Internet : tensions actuelles et futurs possibles , Politique trangre, 2/2012. 2 Association californienne but non lucratif. La nationalit de cette association qui contrle les

    noms de domaine contribue alimenter le dbat international sur la gouvernance de linternet.

  • - 42 -

    rediffusion de matchs sportifs Rojadirecta.com, pourtant reconnu lgal par la justice espagnole, du fait que ces noms de domaine avaient t acquis auprs dun registrar1 tabli aux tats-Unis.

    De surcrot, les clauses dutilisation de nombreux rseaux sociaux ou plateformes Internet prcisent la juridiction applicable en cas de litige, qui est gnralement le lieu de constitution de la socit : ainsi, les citoyens europens qui figurent parmi le milliard dutilisateurs de Facebook sont de fait soumis la juridiction amricaine. Ils se soumettent galement lensemble des clauses dutilisation de ce service en ligne, en matire de protection des donnes personnelles par exemple, si bien que ces clauses font finalement office de loi du territoire numrique 2 reprsent par la plateforme.

    Il faut observer que si, linverse, les lois nationales ou les dcisions de justice sappliquaient au contenu de tout site ou application accessible sur un territoire donn, toute plateforme Internet se verrait contrainte de respecter plus de 190 lgislations nationales, parfois contradictoires

    Le numrique met donc mal la souverainet, entendue comme lautorit effective dun gouvernement sur un territoire gographique. Ainsi, la souverainet de certains pays se trouve tendue, et celle dautres rduite, en proportion de limplantation respective des oprateurs Internet : les tats-Unis peuvent faire levier de la multitude doprateurs Internet ns chez eux et bnficier ainsi dune extension extra-territoriale de leur souverainet. Comme lanalyse M. de La Chapelle, se dessine alors une forme de nouvelle gographie du cyberespace , dont on peroit lenjeu pour lUnion europenne.

    Cette remise en cause de la souverainet fragilise galement la rgulation publique. Il en est ainsi, pour la France, de la rgulation de la diffusion audiovisuelle, conue dans un contexte de raret des frquences, attribues gratuitement en change du respect de certaines obligations, notamment de production. La diffusion en ligne dstabilise compltement ce paradigme : au contexte de raret (li aux limites physiques du spectre radiolectrique), le numrique substitue un contexte dabondance de moyens de diffusion, en complment de la voie hertzienne. Il en est dailleurs de mme pour le droit de la proprit intellectuelle, conu pour un monde physique dans lequel la reproduction des uvres tait matriellement plus difficile. Lors de son audition par votre rapporteure, M. Pierre Lescure, charg par le Gouvernement dune mission sur la politique culturelle lheure numrique, est convenu de la difficult daccorder le droit avec les usages

    1 Plusieurs centaines de registrars assurent travers le monde la distribution, auprs des utilisateurs finaux, des noms de domaine.

    2 Pour reprendre lexpression de M. de La Chapelle.

  • - 43 -

    numriques. Dans le rapport dtape remis par la mission en dcembre 2012, on peut ainsi lire : Des quotas dexposition de crations europennes et francophones ont certes t imposs, comme dans le monde linaire , aux diteurs de services de vido la demande, mais ils ne sappliquent quaux diteurs franais et nassurent quune diversit de principe dans le monde dlinaris . Le prolongement en ligne de la rgulation audiovisuelle historique provoque un incontestable dsavantage concurrentiel pour les plateformes franaises de vido la demande ; mais son efficacit pour promouvoir la cration europenne sur le rseau sans frontires quest Internet est douteuse, les internautes ayant en effet accs lensemble de loffre en ligne. La possibilit dune rgulation nationale sur le net est donc questionne.

    B. LA PLACE