Lamarck, premier ©volutionniste ?. Mythe du pr©curseur Evolutionniste ? Place de...

download Lamarck, premier ©volutionniste ?. Mythe du pr©curseur Evolutionniste ?  Place de lhistoricit©?

of 25

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    105
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of Lamarck, premier ©volutionniste ?. Mythe du pr©curseur Evolutionniste ? Place de...

  • Page 1
  • Lamarck, premier volutionniste ?
  • Page 2
  • Mythe du prcurseur Evolutionniste ? Place de lhistoricit?
  • Page 3
  • Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829) 1779 : Flore Franoise An II - 1794 : Recherches sur les causes des principaux faits physiques An IX - 1801 : Systme des animaux sans vertbres An X - 1802 : Hydrogologie ou recherches sur linfluence quont les eaux sur la surface du globe terrestre An X - 1802 : Recherches sur lorganisation des corps vivants 1809 : Philosophie zoologique 1815-1822 : Histoire naturelle des animaux sans vertbres. 1820 : Systme analytique des connaissances positives de lhomme
  • Page 4
  • Lamarck fixiste
  • Page 5
  • Hydrogologie an X - (1802) Les corps vivants sont la cause premire de l'existence de tous les composs ... tous les composs qu'on observe dans notre globe sont dus, soit directement, soit indirectement, aux facults organiques des tres dous de la vie
  • Page 6
  • Systme des animaux sans vertbres an XI 1801 Classes danimaux sans vertbres Mollusques Crustacs Arachnides Insectes Radiaires Polypes : Animaux au corps dpourvu de tte, et nayant dautre organe interne apparent quun canal intestinal dont lentre sert de bouche et danus. Polypes rayons Polypes rotifres Polypes amorphes : Les plus simples, dpourvus dorganes Vibrions, Protes, Monades Monas termo : Voil pour nous le plus petit et le plus simple de tous les animaux, le terme apparent de l'animalit, celui que les Naturalistes sont enfin parvenus dcouvrir dans le rgne animal, et classer mthodiquement.
  • Page 7
  • Formulation de la thorie Modification de lorganisation avec perfectionnement
  • Page 8
  • Chapitre VII de la Philosophie zoologique De linfluence des Circonstances sur les actions et les habitudes des Animaux, et de celle des actions et des habitudes de ces Corps vivants, comme causes qui modifient leur organisation et leurs parties.
  • Page 9
  • Recherches sur lorganisation des corps vivants et particulirement sur son origine, sur la cause de ses dveloppemens et des progrs de sa composition, et sur celle qui, tendant continuellement la dtruire dans chaque individu, amne ncessairement sa mort ; Prcd du Discours douverture du cours de Zoologie, donn dans le Musum National dHistoire Naturelle, lan X de la Rpublique. 27 floral de lan X 12 mai 1802 de lancien style
  • Page 10
  • Ouverture du Discours : Des progrs de la composition de l'organisation des corps vivans, mesure que les circonstances les favorisent. Sous-partie : Dgradation de lorganisation dune extrmit lautre de la chane des animaux. prendre l'ordre en sens inverse de celui de la nature Srie danantissements : Mamaux, oiseaux, reptiles, poissons Disparition colonne vertbrale Mollusques, annlides, crustacs Disparition du coeur Arachnides, insectes Disparition de la fcondation Vers Disparition de la vue Radiaires Polypes Reste le toucher et la prsence dun canal alimentaire Dernier ordre des polypes : animalcules : ne sont plus que des points animaliss, que des corpuscules glatineux, transparens, d'une forme trs-simple, et contractiles dans tous les sens.
  • Page 11
  • C'est parmi eux sans doute que se trouvent les premires bauches de l'animalit opres directement par la nature, en un mot, les gnrations spontanes.
  • Page 12
  • Insensiblement cette fossette, par lhabitude de se remplir, et par lusage plus frquent de ses pores, se sera augmente graduellement en profondeur ; elle aura bientt pris la forme d'une poche, ou d'un enfoncement tubuleux, poreux en ses parois, ou aveugle et n'ayant qu'une issue. Voil le premier canal alimentaire cr par la nature, l'organe le plus simple de la digestion. [...] c'est en effet ainsi que se trouve conform le canal alimentaire de tous des animaux de la classe des polypes. Les fluides contenables dposent de la matire et provoquent des dplacements qui participent l'organisation. Acquisition de la contraction et de la distension. "Ainsi les fluides incontenables tracent d'abord les premiers traits de la plus simple organisation, et ensuite les fluides contenables par leurs mouvemens et leurs autres influences la dveloppent, et avec le temps et toutes les circonstances favorables la compliquent et la perfectionnent." ...rpandus et toujours en mouvement dans les milieux qui l'environnent, pntrant sans cesse et s'en dissipant de mme, [les fluides incontenables] rgularisent en traversant cette masse, la disposition intrieure de ses parties, et la rendent propre absorber et exhaler continuellement les autres fluides environnans qui peuvent pntrer dans son intrieur et qui sont susceptibles d'tre contenus. Etat glatineux : l'tat le plus voisin de l'tat fluide, ayant par consquent la plus grande des souplesses, et seulement une consistance suffisante pour tre susceptible de constituer les parties contenantes. Tel est l'tat des corps organiss les plus glatineux. Orgasme vital : une tension particulire dans tous les points des parties molles de ces corps vivans, qui tient leurs molcules dans un certain cartement entr'elles, [...] qu'elles sont susceptibles de perdre, par le simple effet de l'attraction, lorsque la cause qui l'entretient cesse d'agir. La vie : un ordre et un tat de choses dans les parties de tout corps qui la possde, qui permettent ou rendent possible en lui l'excution du mouvement organique, et qui, tant qu'ils subsistent, s'opposent efficacement la mort
  • Page 13
  • Gnrations spontanes et recommencement permanent
  • Page 14
  • Philosophie zoologique - 1809
  • Page 15
  • Premire loi Dans tout animal qui na point dpass le terme de ses dveloppements, lemploi plus frquent et soutenu dun organe quelconque, fortifie peu peu cet organe, le dveloppe, lagrandit, et lui donne une puissance proportionne la dure de cet emploi ; tandis que le dfaut constant dusage de tel organe, laffaiblit insensiblement le dtriore, diminue progressivement ses facults et finit par le faire disparatre.
  • Page 16
  • Deuxime loi Tout ce que la nature a fait acqurir ou perdre aux individus par linfluence des circonstances o leur race se trouve depuis longtemps expose, et, par consquent, par linfluence de lemploi prdominant de tel organe, ou par celle dun dfaut constant de lusage de telle partie ; elle le conserve par la gnration aux nouveaux individus qui en proviennent, pourvus que les changements acquis soient communs aux deux sexes, ou ceux qui ont produit ces nouveaux individus.
  • Page 17
  • Limpossible matire originelle Quels sont dans les Recherches les termes d'une ventuelle rponse la question de l'origine primordiale des tres vivants ? Les gnrations spontanes sont-elles cette rponse ? Dans les Recherches Lamarck soutient toujours la mme thorie chimique. Rfrences aux Mmoires de Physique d'Histoire Naturelle. Appendice sur les espces parmi les corps vivans , phrases explicites montrent qu'il conoit toujours que les dtritus des corps vivants subissent des altrations qui fournissent les matriaux de toutes les matires minrales .
  • Page 18
  • Philosophie zoologique : toutes les matires minrales composes, telles que les terres et les pierres, les substances mtalliques, sulfureuses, bitumineuses, salines, etc., proviennent des rsidus des corps vivants . Conclusion de Lamarck : Il sera mme trs vrai de dire que les corps vivans sont la source premire o toutes les matires composes connues ont pris naissance. Contradiction : possibilit des gnrations spontanes / ide que la matire vivante soit l'origine de toute la matire.
  • Page 19
  • Quelle est l'origine des corps glatineux ? Autre contradiction : Selon les principes de sa chimie, ils ne peuvent tre le rsultat d'une organisation de la matire minrale sans qu'il y ait une intervention du vivant ! 1 ) accepter cette incohrence. 2 ) considrer que les corps glatineux sont le produit un certain stade de l'altration de corps vivants et que cette matire peut tre de nouveau mobilise dans le cadre des gnrations spontanes.
  • Page 20
  • Le commencement lhistoire ? ... qui est-ce qui ne sent pas que c'est par cette extrmit de l'chelle, soit animale, soit vgtale, que la nature a commenc et recommence sans cesse les premires bauches de ses productions vivantes ? 1802
  • Page 21
  • Certaines lignes reclent une teneur historique : ... vous concevez qu'en vous reportant l'extrmit de la chane animale o se trouvent les organisations les plus simples, et qu'en considrant parmi ces organisations celles dont la simplicit a pu tre si grande, qu'elle s'est trouve la porte de la puissance cratrice de la nature ; alors cette mme nature, c'est dire, l'tat des choses qui existent a pu former directement les premires bauches de l'organisation ; elle a pu ensuite par l'emploi de la vie et l'aide des circonstances qui favorisent sa dure perfectionner progressivement son ouvrage, et l'amener au point o nous la voyons maintenant. Lieu de lorigine : Lamarck sappuie sur des faits zoologiques pour affirmer que cest dans leau que le rgne animal a pris son origine .
  • Page 22
  • Traces dhistoricit plus ambigus : Les premires bauches de la vie, les molcules glatineuses, en quelque sorte vitalises par la fcondation de la nature, et le stimulus si rpandu partout dans les temps chauds, auront [...] reu ds les premiers temps la facult d'absorber, par les pores de leur surface externe, les fluides propres les alimenter. Il nest pas prcis ici si ces p