LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

of 12 /12
LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE. La visite de la fonderie d’art Ducros Ateliers Christofle, Saint-Denis

Embed Size (px)

description

LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE. La visite de la fonderie d’art Ducros Ateliers C hristofle, Saint-Denis. REALISATION D’UN MOULE. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript of LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

Page 1: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

La visite de la fonderie d’art Ducros

Ateliers Christofle, Saint-Denis

Page 2: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

REALISATION D’UN MOULE.

• L’élastomère (matière souple…) est passée liquide sur la sculpture. En séchant il forme une pellicule souple. Une chape de plâtre est coulée et permet de le maintenir rigide

Page 3: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.
Page 4: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

FABRICATION DE L’EXEMPLAIRE EN CIRE

• Une couche de cire teintée en noir est appliquée sur l’élastomère. Puis on rassemble les deux parties du moule et pour souder les deux on fait passer de la cire chaude à l’intérieur.

Page 5: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

• On obtient un exemplaire de la sculpture en cire (l’artiste peut alors modifier et signer son œuvre). L’artisan fondeur rajoute les évents (pour que l’air et les gaz puissent sortir du moule lorsque le bronze en fusion (métal chaud et liquide) sera versé.

Page 6: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

LE MOULE REFRACTAIRE.

• Le plâtre réfractaire (qui résiste à 800°C) est ajouté autour de la cire. Dans un grand cylindre troué (cela permet l’évaporation de l’eau)

• Le cylindre est chauffé. La cire fond c’est l’étuvage (c’est l’origine du nom de cette

technique : « à la cire perdue »). En réalité on récupère la cire, mais l’exemplaire de la sculpture en cire est perdu.

• On sort les cylindres du four et on les retourne.

Page 7: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

LA COULEE.

• Le métal est chauffé dans un creuset à 1100°C. C’est la température qu’il faut atteindre pour qu’il soit liquide. Le bronze en fusion est versé dans le moule

Page 8: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.
Page 9: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

L’exemplaire brut de fonte

• LE DECOCHAGE : Le moule est brisé et laisse apparaître la sculpture brute de fonte.

• LE CISELAGE: La sculpture en bronze est brute de fonte. Elle doit être débarrassée des évents, des chemins de coulée et de la croûte de fonte puis polie

• Il faut souder les abatis (morceaux de la sculpture fondus séparément, ici les jambes du cheval)

• Et boucher les trous qu’ont laissés les clous qui servaient à maintenir le noyau en plâtre réfractaire à l’intérieur.

Page 10: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

LA PATINE :

• Du nitrate de cuivre (liquide bleu) est appliqué sur le bronze préalablement chauffé. Ce qui permet en ajoutant différents acides de colorer le bronze.

• Et enfin on ajoute une couche de cire pour protéger le métal de l’oxydation

Page 11: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

• Le bronze permet de conserver une sculpture très longtemps. • Il permet d’avoir plusieurs exemplaires identiques d’une œuvre.• Il permet aux œuvres crées dans des matériaux fragiles de

devenir pérennes. Ci dessus l’œuvre d’Arman: à gauche la photographie permet de garder un témoignage de son action. A droite le fauteuil calciné tiré en bronze. Le bronze permet de garder l’objet tel qu’il était juste avant de finir en cendres.

Arman, "The day after pompei's syndrome", 1984

Page 12: LA FONTE DU BRONZE A LA CIRE PERDUE.

C’est finit! Un grand merci à Frédéric.