Fonte au sable Fonte à cire perdue

of 23 /23
Fonte au sable Fonte à cire perdue La rivalité du XIXème s. Biblio.: Elisabeth Lebon, fonte au sable - fonte à la cire perdue, histoire dune rivalité, INHA, éd. Ophrys, 2012

Transcript of Fonte au sable Fonte à cire perdue

Page 1: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Fonte au sable

Fonte à cire perdue

La rivalité du XIXème s.

Biblio.: Elisabeth Lebon, fonte au sable - fonte à la cire perdue, histoire

d’une rivalité, INHA, éd. Ophrys, 2012

Page 2: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Schématiquement

Ancien Régime : cire perdue (le terme n’existe pas )

Après la révolution, au XIXème s. : perfectionnement de la fonte au sable.

Dernières décennies du XIXème s. : réhabilitation de la cire perdue

Deux idées fausses :

1 la fonte au sable n’existait pas avant le XIXème

Les fondeurs de l’ancien régime se qualifient de « fondeur en sable ou en terre »

2 la cire perdue avait disparu au XIXème s.

Page 3: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Germain Boffrand, Description de ce

qui a été pratiqué pour fondre en

bronze d'un seul jet la figure équestre

de Louis XIV, élevée par la ville de

Paris dans la place de Louis le Grand,

en 1699, Paris, Guillaume Cavelier,

1743,

Repris dans Ch. Fremont, Evolution de

la fonderie de cuivre d’après les

documents du temps, Paris, 1903.p.

312-320.

Page 4: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Balthazar Keller, gravure

d'après le tableau de

Hyacinte Rigaud,

repris dans Magasin

Pittoresque, janvier 1846, p. 1

Page 5: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Fonte à la terre

« [Les fondeurs de cloches] étaient

obligés, pour chaque cloche, de faire un

modèle particulier qui ne devait servir

qu’une fois, et qui devait être détruit dans

l’opération du moulage. Lorsqu’ensuite

l’usage des bouches-à-feu a été introduit,

on a porté dans les fonderies de canons

les procédés des fondeurs de cloches ; et

quoique, dans un même établissement, on

dût couler un assez grand nombre de

pièces de même calibre, on a toujours

conservé l’usage de former, pour chaque

canon, un modèle en terre, qu’il faut

détruire pour vider le moule, ce qui

occasionne un travail inutile et une perte

de temps considérable »

1794 Monge, Description de l’art de

fabriquer les canons, p. 60.

Page 6: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Comparaison

Cire perdue

Modèle intègre

Noyau et moule réfractaire

Cire remplacée par le bronze en fusion

Action de l’artiste sur la cire

Production limitée

Fonte au sable

Découpage du modèle

Conservation du modèle

Sable

Tiré d’épaisseur

Affranchissement de l’artiste

Production industrielle de série

Page 7: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Bouleversements révolutionnaires

Faire face à la défense nationale

Production accélérée de canons

Mise à profit des travaux du savant Gaspard Monge : application de la fonte au sable pour équiper l’artillerie, notamment au CREUSOT en 1787

= Abandon de la fonte en terre

= Modèles en cuivre ou en fer. Canons coulés d’un seul jet en plein dans des chassis empilés par assise. Les canons pleins sont ensuite forés.

Page 8: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Transformations révolutionnaires

Cours révolutionnaires de Monge en février 1794

« description de l’art de fabriquer des canons »

Envoi en région d’un délégué politique associé à un ou deux techniciens instruits

Création rapide de fonderies : fer (marine) et bronze (terre)

- à Paris (6) -> fonderie des Frères Périer à Chaillot

- et en Province (13)

Page 9: Fonte au sable Fonte à cire perdue

L’invention de la fonte d’art statuaire au sable

Jeunes fondeurs révolutionnaires et entreprenants

Reconversion après l’apaisement politique

Amélioration et développement du procédé

Encouragés par Vivant Denon directeur du Louvre et administrateur des arts sous

Napoléon 1er

Jean Baptiste Launay

Honoré Gonon

Page 10: Fonte au sable Fonte à cire perdue

HONORE GONON

1803 : statuette de 138 cm (2/3 de l’original) des

Trois Grâces d’après Germain Pilon

1804 : Jeanne d’Arc pédestre par Gois

fils pour Orléans (2m) en un seul jet pour un

coût maîtrisé et réalisé dans un délai très

court.

1806 Fonte en plomb des figures de Lemot

pour le Carrousel du louvre (?)

Page 11: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Jean-Baptiste LAUNAY

Jeune capitaine d’artillerie

cours révolutionnaires

Fonderie ambulante

1794 nommé tête fonderie de Breteuil

1801 nommé par Emmanuel Cretet pour

prendre la direction des fontes des premiers

ponts en fers parisiens (Pont des arts)

Page 12: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Jean-Baptiste LAUNAY et « L’affaire VENDOME »

Commande fonte de fer (gloire sidérurgie française)

1805 contrat Launay - Denon

Académie -> fonte de bronze

Rationnalise l’organisation de l’atelier de sa fonderie

1806 et 1809 guirlandes de la base et statue de l’empereur

par Chaudet

Mais nombreux problèmes techniques

- titrage de l’alliage

- Déformation des reliefs

- Derniers reliefs livrés tâchés et soufflés = refusés

=> réquisition de son atelier par l’état en 1809 pour

dédommagement

« fonderie de la foire saint Laurent »

Manuel du fondeur 1827

Page 13: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Les Bourbons (à partir de 1815)

et la cire perdue

Retour aux valeurs de l’ancien régime

Commande idéologique d’une statue équestre d’Henri IV

au sculpteur François-Frédéric Lemot

La fonte à la cire perdue s’est imposée pour les mêmes raisons idéologiques

Assistance du fondeur Getti puis Piggiani (son gendre)

En réalité seul le cheval fondu à la cire perdue (au roule) et fort mal venu. Le cavalier au sable sans publicité par Honoré Gonon dès le début des opérations (à saint-Laurent).

Deux erreurs communément admises :

- Sous l’ancien régime, les bronzes sortaient d’un seul jet et sans défauts = voir la mauvaise qualité de fonte des esclaves de Louis XIV par Desjardins (1682)

- La technique de la cire perdue était oubliée = notamment le Napoléon destiné à couronner la colonne de la grande armée à Boulogne-sur-mer : modèle commandé à Houdon, Fonte par Getti entre 1806 et 1812.

+++ Honoré Gonon dans un revirement opportun s’établira comme fondeur à la cire perdue en 1829

Aquarelle de Lemot 1818

Page 14: Fonte au sable Fonte à cire perdue

1830 à 1871

suprématie de la fonte au sable

Amélioration constante de la technique

Ex 1817, colonel Dussaussoy (artilleur polytechnicien) : mise au pooint d’un moyen d’aérer les moules

au sable en créant de micro-évents par percement du moule par de fines aiguilles => meilleure

répartition du métal en fusion : faible épaisseur, fidélité du modèle, rapidité, maîtrise des coûts.

- Dès début du 19ème s., Développement d’un marché de la statuette, dessus de cheminée, horlogerie

= établissements de bronziers.

- Secret d’atelier fait place aux brevets.

- Ouvrages de diffusion :

Publications de la société d’encouragement à l’industrie nationale à partir de 1802.

Manuels d’atelier en édition bon marché (manuels Roret dès 1825).

- Expositions : produits de l’industrie 1827 - Crystal Palace à Londres en 1851.

=> on se passe même des ciseleurs chargés de la réparure. Cf ligue contre le fondeur Soyer et ses bronzes

de haute qualité commandés par le sculpteur animalier Barye.

Page 15: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Catalogue Susse 1855 = Catalogue des modèles en bronze et plastiques, anciens

et modernes, édités par la maison Susse Frères, fabrique

de bronzes d’art pour pendules et ameublement :

Œuvres de Pradier, Cumbervorth, Mélingue, Antonin

Moine, Duret, Comte de Nieuverkerke, Marochetti,

Lequesne, Coinchon,

Moignez, etc…, exposition publique au 1ère étage /

éditeur Maison Susse Frères (Paris) – 1855

Lien : notice du catalogue :

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40354206m

Page 16: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Portes en bronze de l’église de La Madeleine, Paris

Fonte au sable dans le domaine monumental

1834 Commande au sculpteur Le baron Henri de Triquéti,

sculpteur proche de la famille d’Orléans

1836-37 Réalisation modèles avec H. Maindron

Scènes des dix commandements

Modèle : Porte de Ghiberti à Florence

Fondeur Louis Richard, ciseleur Eck et monteur Durand

Légères et plus grandes que les portes de St Pierre de Rome, 4

fois plus grandes que celles du Baptistère

=> Sculpteur officiel de Louis Philippe

Page 17: Fonte au sable Fonte à cire perdue

UN SEUL JET !!!

Fonte au sable par Soyer

Du chapiteau monumental (26m de circonférence) et du génie de la

liberté

Modèle d’A. Dumont

Colonne de juillet, Place de la Bastille

1836

Un des nombreux exemples de fonte au sable

monumentale d’un seul jet

Page 18: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Hiérarchisation

Fonte au sable Petite bourgeoisie

Fontes de qualité constante = Objet de série

Industrialisation et concurrence

commerciale avec la diffusion des

machines à réduire

Nombreux entrepreneurs :

Maison Barbédienne

Maison Siot-Decauville

Maison Susse

Fonte à la cire perdue Elite

Fontes uniques différenciées

Gonon Père et fils à partir des années 1830

Ex magistral : le surtout de table commandé au sculpteur Barye et fondu pour une partie par H Gonon

Page 19: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Après 1870, Le retour de la fonte à la cire perdue

Concours pour le monument à la République

Le sculpteur jules Dalou propose une œuvre refusée par le jury mais retenu par le conseil municipal pour orner la Place de la Nation.

Commande 1880

L’insoumis, le communard propose la cire perdue

Choix politique de rivaliser avec les grandes réalisations et

le rayonnement de l’ancien régime, véritable emblème à la dignité ouvrière

Confié en 1885 au fondeur Lorrain Bingen « ce triste personnage » Nombreux retards => deux inaugurations :

1889 (centenaire) plâtre patiné

Reprise par Thiébault en 1895

Et donc finalement fondue au sable

1899 pour la version définitive.

Page 20: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Et dans le même temps, par Eugène GONON

Bas-relief de Mirabeau répondant à Dreux-Brézé (2,5m x 6,50 m)

« 23 juin 1789 « nous sommes ici par la volonté du peuple et n’en sortirons que par la force des baïonnettes »

Commandé en 1881 par l’état à travers Gambetta au même Aimé-Jules Dalou pour la chambre des députés

Seconde commande idéologique

Fonte confiée à Gonon en 1883 et terminée en 1889

Rapports difficiles entre les deux hommes

Page 21: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Fonderie Hébrard 1902-1937

Aurélien-Adrien Hébrard (1865-1937)

Ingénieur chimiste de formation

Collectionneur fortuné issu de la presse

Chef d’entreprise avisé

1ère entreprise efficace et rentable, gand luxe, qualité

époustouflante … Cire perdue

Stratégie commerciazle : numérotation des épreuves

Fait venir Marcello Valsuani, puis Albino Palazzolo,

fondeur italien.

Réintroduit folklore et moulage au pinceau

Cercle de fortunés

Page 22: Fonte au sable Fonte à cire perdue

La cire perdue est relancée

2ème entreprise

Claude VALSUANI, fils du précédent

Issu du milieu ouvrier

Travail à la commande

Sans faux-semblant

Numérotation rigoureuse

Page 23: Fonte au sable Fonte à cire perdue

Aujourd’hui

Fonderie Coubertin (Vallée de chevreuse) crée en 1963 (cire perdue)

Améliorations techniques nombreuses : élastomères, coques en céramique

Et la fonte au sable ?

le sable est devenu synthétique mais la main-d’œuvre spécialisée a disparu.