Inventaire départemental des cavités souterraines de l ...€¦ · ... ce rapport sera cité de...

of 125/125
Inventaire départemental des cavités souterraines de l’Ardèche (hors mines) Rapport final Convention MEDD n° CV030000124 BRGM/RP-53911-FR décembre 2005
  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Inventaire départemental des cavités souterraines de l ...€¦ · ... ce rapport sera cité de...

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines

    de lArdche (hors mines)Rapport final

    Convention MEDD n CV030000124

    BRGM/RP-53911-FR dcembre 2005

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche (hors mines)

    Rapport final Convention MEDD n CV030000124

    BRGM/RP-53911-FR dcembre 2005

    tude ralise dans le cadre du projet de service public du BRGM 03RISB25

    VINCENT M., avec la collaboration de RENAULT O., LEFEBVRE M., PONCHANT P., FRECAUT C. et PLUSQUELLEC N.

    Vrificateur :

    Nom : J.L. Nedellec

    Date : 19 janvier 2006

    Signature : JLN

    Approbateur :

    Nom : F. Deverly

    Date : 15 fvrier 2006

    Signature : FB

    Le systme de management de la qualit du BRGM est certifi AFAQ ISO 9001:2000.

  • Mots cls : inventaire, cavits souterraines, dpartement de lArdche, cavits naturelles, carrires souterraines abandonnes, ouvrages civils, caves, galeries, tunnels, base de donnes En bibliographie, ce rapport sera cit de la faon suivante :

    VINCENT M., avec la collaboration de RENAULT O., LEFEBVRE M., PONCHANT P., FRECAUT C. et PLUSQUELLEC N. (2005) Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche hors mines. Rapport final. BRGM/RP-53911-FR, 120 p., 18 ill., 4 ann., 1 carte hors-texte BRGM, 2005, ce document ne peut tre reproduit en totalit ou en partie sans lautorisation expresse du BRGM.

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Synthse

    n vue de lalimentation de la base de donnes nationale sur les cavits souterraines, le Ministre de l'cologie et du Dveloppement Durable (MEDD), a

    charg le BRGM den raliser l'inventaire ( lexclusion des anciennes exploitations minires souterraines) dans lensemble du dpartement de lArdche, ceci dans le cadre de la convention MEDD n CV030000124.

    E

    Cette tude, dune dure de 18 mois, a permis de recenser 1 389 cavits souterraines qui ont t intgres dans la base de donnes nationale (BDCavits) disponible sur Internet ladresse www.bdcavite.net.

    Le recueil de ces lments a t effectu partir des donnes bibliographiques disponibles (archives BRGM, ouvrages, revues et sites Internet splologiques pour lessentiel) et dune enqute systmatique auprs de lensemble des communes du dpartement, de certains services techniques dcentraliss (DDE, DRAC et DRIRE notamment), du Comit Dpartemental de Splologie (dans le cadre dune convention spcifique) et de plusieurs splologues que le BRGM tient remercier pour leur prcieuse collaboration.

    En fonction de leur enjeu potentiel, quelques unes des cavits signales ont fait lobjet dune enqute de terrain qui a permis de prciser leur nature, leur superficie et dvaluer sommairement leur tat de stabilit.

    Lanalyse typologique des cavits recenses en Ardche montre que 97 % dentre elles sont des cavits naturelles, essentiellement dorigine karstique, situes pour la plupart dans les plateaux calcaires du Bas-Vivarais. Les ouvrages civils recenss (anciens tunnels ferroviaires, aqueducs, galeries captantes, etc.) sont au nombre de 18 seulement (soit 1,3 % du total), auxquels sajoutent 5 caves et 7 cavits de nature indtermine (anciennes galeries de reconnaissance minire, de captage deau ou souterrains refuges ?) . Enfin, 0,8 % des cavits recenses (soit 11 cavits au total) correspondent danciennes carrires souterraines de calcaire (dans les communes de Cruas, Viviers et Le Teil), de sable ou dargile.

    Lanalyse gologique de la rpartition des cavits montre que leur grande majorit correspond des cavits naturelles dorigine karstique, situes principalement au sud-est du dpartement dans des formations sdimentaires et en particulier sur les plateaux calcaires jurassiques et crtacs du Bas-Vivarais. Les calcaires du Jurassique suprieur couvrent une bande SW/NE le long du socle cristallin du Massif Central, tandis que les calcaires du Crtac et en particulier du Barrmo-bdoulien sont prsents lextrme sud-est du dpartement dans la valle de lArdche. Ces deux formations totalisent 88,3 % des cavits recenses en Ardche alors quelles ne couvrent que 25,9 % de la superficie dpartementale.

    Une valuation de la densit des cavits a t effectue pour chaque commune du dpartement. Ce travail a permis de dterminer les communes les plus exposes au risque li la prsence de cavits souterraines. Il ressort de cette analyse quune trentaine de communes situes sur les formations calcaires jurassiques et crtaces

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 3

    http://www.bdcavite.net/

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    du Bas-Vivarais sont concernes par des densits de cavits connues, moyennes fortes. Sur ces communes, une approche prventive sur le risque li leffondrement de cavits naturelles connues ou non (dbourrage de karst, fontis) doit tre encourage afin de limiter les surprises dans le cadre de nouveaux projets de construction.

    Cependant, linventaire des mouvements de terrain de lArdche (en cours de finalisation) montre que les effondrements de cavits souterraines dorigine karstique restent rares en Ardche. Labsence denjeu (urbanisation faible) peut galement expliquer le peu dintrt des populations pour ce phnomne.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 4

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Sommaire Synthse .........................................................................................................................3

    1. Introduction..................................................................................................................9

    2. Mthodologie de ltude ............................................................................................11

    2.1. OBJECTIFS DE LETUDE .................................................................................11

    2.2. CADRE CONTRACTUEL ..................................................................................12

    2.3. BASE DE DONNEES NATIONALE BDCAVITES..............................................12 2.3.1. Prsentation.............................................................................................12 2.3.2. Architecture et champs de la base de BDCavits....................................13 2.3.3. Acquisition des donnes..........................................................................16 2.3.4. Mise disposition de linformation...........................................................16

    2.4. PRINCIPALES ETAPES DE LA METHODOLOGIE DES INVENTAIRES.........17 2.4.1. Recueil des donnes ...............................................................................17 2.4.2. Validation sur le terrain Valorisation des donnes et saisie..................18 2.4.3. Valorisation des donnes et saisie ..........................................................18 2.4.4. Synthse des donnes ............................................................................19

    3. Nature et droulement des investigations .................................................................21

    3.1. RECUEIL DES DONNEES ................................................................................22 3.1.1. Donnes bibliographiques .......................................................................22 3.1.3. Recensement auprs des organismes concerns par les cavits...........25

    3.2. VALIDATION DES SITES..................................................................................27 3.2.1. Validation des donnes sur le terrain.......................................................27 3.2.2. Valorisation des donnes saisies.............................................................27

    3.3. ANALYSE CRITIQUE DE LA REPRESENTATIVITE DES DONNEES.............29 3.3.1. Fiabilit des donnes recenses .............................................................29 3.3.2. Exhaustivit des donnes recenses ......................................................29

    4. Analyse des rsultats ................................................................................................33

    4.1. CADRE DEPARTEMENTAL..............................................................................33 4.1.1. Contexte gographique ...........................................................................33 4.1.2. Contexte gologique................................................................................35

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 5

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    4.2. ANALYSE TYPOLOGIQUE DES CAVITES REPERTORIEES......................... 39 4.2.1. Les cavits naturelles.............................................................................. 39 4.2.2. Les carrires souterraines....................................................................... 41 4.2.3. Les caves ................................................................................................ 43 4.2.4. Les ouvrages civils .................................................................................. 44 4.2.5. Les ouvrages militaires............................................................................ 46 4.2.6. Les cavits dorigine indtermine .......................................................... 46

    4.3 IDENTIFICATION DES ZONES EXPOSEES AU RISQUE DE CAVITES SOUTERRAINES .............................................................................................. 46 4.3.1. Par horizons gologiques........................................................................ 46 4.3.2 Par communes ......................................................................................... 50 4.3.3. Effondrements de cavits recenss ........................................................ 52

    5. Conclusion ................................................................................................................ 53

    6. Bibliographie ............................................................................................................. 55

    Liste des illustrations

    Illustration 1 - Entit surfacique / entit ponctuelle - Source : Module local de gestion

    des cavits souterraines (mode demploi de lapplication) .................. 16

    Illustration 2 - Modle Conceptuel de Donnes des entits ponctuelles ou surfaciques -

    ..................................................................... 17Source : Module local de gestion des cavits souterraines (mode

    demploi de lapplication)

    Illustration 3 - Interface graphique de BD Cavits sur Internet (source : www.bdcavite.net) ................................................................ 18

    Illustration 4 - Donnes bibliographiques et donnes d'archives collectes .............. 26

    Illustration 5 - Carte de synthse des rponses au questionnaire communal............ 33

    Illustration 6 - Principales units morphologiques du dpartement de lArdche.......... 34

    Illustration 7 - Carte gologique simplifie du dpartement de lArdche..................... 40

    Illustration 8 - Bilan de linventaire par type de cavit................................................... 41

    6 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 9 Exemples dentres de cavits naturelles de lArdche (photos BRGM) ....................................................................................42

    Illustration 10 Aspect des anciennes carrires souterraines du Teil (photos BRGM) 43

    Illustration 11 Aspect des anciennes carrires souterraines de Cruas (photos BRGM) ....................................................................................44

    Illustration 12 Entre de lancienne carrires souterraines de Joncas, dans la monte du Chteau, commune du Teil (photos BRGM)...................................45

    Illustration 13 Entre dabris semi enterrs sur la commune de Satillieu (photo BRGM) .................................................................................................46

    Illustration 14 Entre danciens tunnels ferroviaires sur la commune de Saint-Dsirat (photo BRGM)......................................................................................47

    Illustration 15 Galerie des Hellys sur la commune de Viviers (photo BRGM) ..........457

    Illustration 16 Ancien four chaux le long de la RN 86, commune du Teil (photo BRGM) .................................................................................................48

    Illustration 17 Rpartition des cavits recenses en fonction de la gologie .............49

    Illustration 18 Densits de cavits rpertories par commune..................................53

    Liste des annexes

    Annexe 1 : Extrait du Code Minier...............................................................................57

    Annexe 2 : Courrier envoy aux mairies .....................................................................61

    Annexe 3 : Tableaux de synthse ................................................................................65

    Annexe 4 : Caractristique des cavits recenses : tableau de synthse ...................73

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 7

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    1. Introduction

    ans le cadre de ses activits de service public, le BRGM a t charg par le Ministre de lcologie et du Dveloppement Durable (MEDD) de raliser un

    inventaire des cavits souterraines abandonnes dorigine anthropique (hors anciennes exploitations minires) ou naturelle sur lensemble du territoire mtropolitain. Cette convention, signe en dcembre 2001 et renouvelable pour une dure de six ans, comprend des inventaires dpartementaux suivant un cahier des charges gnral dfini en accord avec le MEDD. Lensemble des informations collectes doit ensuite tre intgr une base de donnes nationale consultable sur Internet (BDCavits, accessible ladresse www.bdcavite.net), gre par le BRGM en collaboration avec lINERIS, le rseau de lquipement et les services RTM.

    D

    Le dpartement de lArdche, dont le territoire comprend un nombre important de cavits souterraines, fait partie des dpartements slectionns pour faire lobjet dun inventaire spcifique. Ainsi, le recensement des cavits souterraines (hors mines) du dpartement est inscrit au programme 2003-2005 et a pour objectif principal de recenser, caractriser et localiser les principales cavits du dpartement.

    Les cavits concernes par cet inventaire sont :

    - les carrires souterraines abandonnes, savoir les exploitations de substances non concessibles et dont lexploitation est dsormais arrte (annexe 1) ;

    - les ouvrages civils enterrs tels que les tunnels, les aqueducs, les caves usage industriel ;

    - les ouvrages militaires souterrains (fortifications et sapes des dernires guerres) ;

    - les cavits naturelles.

    Le prsent rapport de synthse prcise notamment les sources dinformation exploites, les principales difficults rencontres au cours de ltude, ainsi que les caractristiques et notamment la rpartition gographique des cavits identifies et recenses.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 9

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    2. Mthodologie de ltude

    2.1. OBJECTIFS DE LETUDE Le prsent chapitre prsente le cadre gnral dfini dun commun accord entre le MEDD et le BRGM pour les inventaires des cavits lchelle dpartementale. Ladaptation de ce cadre au contexte spcifique de lArdche est prsente dans les chapitres qui suivent.

    Il sagit de recenser, localiser et caractriser les principales cavits souterraines (hors anciennes exploitations minires) prsentes dans le dpartement, puis dintgrer lensemble de ces donnes factuelles dans la base de donnes nationale sur les cavits souterraines (BDCavits) gre par le BRGM la demande du MEDD et librement accessible sur Internet. Les organismes extrieurs associs sont ce jour l'INERIS (Institut National de lEnvironnement Industriel et des Risques), le LCPC (Laboratoire Central de Ponts et Chausses) et lensemble du rseau de lquipement, ainsi que les services RTM (Restauration des Terrains en Montagne).

    Le but de cette opration est multiple.

    lchelle dpartementale, il sagit en premier lieu de conserver la mmoire des cavits souterraines, en particulier celles creuses de la main de lhomme et dsormais pour la plupart abandonnes. Les archives crites concernant les anciennes exploitations sont gnralement incompltes et disperses. Linformation est le plus souvent transmise oralement par des tmoins concerns des titres divers (propritaires fonciers, lus communaux, anciens carriers, champignonnistes, ), ce qui la rend fragile et difficilement accessible. Les mouvements de populations et la pression foncire conduisent construire ou amnager dans des sites autrefois dlaisss, car sous-cavs, mais dont lhistorique nest plus connu. Il est donc primordial, pour prvenir les accidents qui pourraient rsulter de tels amnagements, de maintenir la mmoire de ces carrires souterraines abandonnes et de diffuser aussi largement que possible une information fiable et homogne les concernant.

    Une telle information concernant la localisation et lextension des cavits souterraines, lorsquelle est disponible, permet une meilleure connaissance du risque, et donc sa prvention, et lorganisation des secours en cas de crise. Elle peut en particulier permettre llaboration de cartes de lala associ la prsence des cavits souterraines, et ainsi participer en tant que telle celle de documents usage rglementaire, de type PPR (Plan de Prvention des Risques naturels), comme linformation prventive du public.

    lchelle nationale, il sagit dinitier une dmarche globale de recensement des cavits souterraines, quelles soient dorigine anthropique ou naturelle, ce qui suppose de raliser ce travail dinventaire dpartemental sur lensemble du territoire (ou au moins sur les secteurs potentiellement les plus concerns). La connaissance des zones sous-caves est jusqu prsent diffuse, htrogne et incomplte. Il sagit donc de rassembler la totalit des informations disponibles (sans quil soit possible de prtendre lexhaustivit en la matire) et de la stocker, sous forme homogne, dans

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 11

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    une base unique et fdrative de donnes gorfrences : la Base de Donnes nationale dont les dveloppements informatiques ont t cofinancs par le MEDD de 1999 2001.

    Lopration dinventaire dpartemental des cavits naturelles et des ouvrages anthropiques souterrains abandonns permettra dalimenter cette base avec lensemble des lments connus la date de ltude. Lorganisation de cette connaissance sous forme dune base de donnes informatique gre par un organisme public prenne permettra de la mettre rgulirement jour au fur et mesure de lacquisition de nouvelles donnes (lexistence de certaines cavits non mentionnes dans les archives et inconnues des acteurs locaux peut tre rvle fortuitement loccasion dun effondrement en surface). Laccs cette base de donnes tant libre et gratuit, par le biais dInternet, une large diffusion de cette connaissance sera ainsi possible, ce qui facilitera les politiques dinformation et de prvention du risque.

    2.2. CADRE CONTRACTUEL Cette tude sinscrit dans le cadre dun programme pluriannuel (2001 2006), initi par le MEDD et visant raliser un bilan aussi exhaustif que possible de la prsence de cavits souterraines sur le territoire mtropolitain.

    La programmation, concernant tant le choix des dpartements inventorier que le calendrier de leur traitement, rsulte dune dmarche logique sappuyant sur linventaire national de 1994 et la cartographie de lala qui en a dcoule, ainsi que sur divers pisodes vnementiels en matire deffondrement de terrain.

    La mthodologie de ces inventaires est dtaille dans le cahier des charges. Celle-ci permet dhomogniser la qualit et le mode de reprsentation des rsultats obtenus. Ce recensement faisant partie dun programme national, il est primordial que les diffrentes tapes de son laboration soient dfinies prcisment, mme s'il apparat quelques diffrences entre les dpartements en fonction de la nature du contexte local et du degr dimplication des diffrents acteurs concerns (notamment les services dcentraliss de ltat) pour le recueil des donnes.

    2.3. BASE DE DONNEES NATIONALE BDCAVITES

    2.3.1. Prsentation En parallle des inventaires dpartementaux, se finalise le dveloppement par le BRGM de loutil informatique BDCavits. Cette base est gre par le BRGM en collaboration avec lINERIS, le LCPC et les services de RTM (en ce qui concerne la fourniture des donnes), avec le soutien du Ministre de lducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie (MENRT) et le Ministre de lcologie et du Dveloppement Durable (MEDD).

    Afin de pouvoir mettre la disposition du public des donnes fiables, homognes et rutilisables, il est apparu ncessaire que lensemble des informations rcoltes soit structur sous forme dune base de donnes nationale. Cest dans cette optique que le

    12 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    BRGM a t amen dvelopper un outil permettant le recueil, lanalyse et la restitution des informations sur les cavits souterraines.

    Pour cela, trois outils informatiques ont t dvelopps par le BRGM : - une base de donnes nationale de rfrence, dveloppe sous Oracle et gre au

    niveau national par le comit de gestion du projet ; - un applicatif lger, dvelopp en Visual Basic, avec une base de donnes Access,

    appel "module local" et disponible dans chaque Service Gologique Rgional du BRGM ;

    - une interface Internet, disponible sur le site www.bdcavite.net.

    Mme si elles sont distinctes, ces trois interfaces sont complmentaires. En effet, chaque service gologique rgional du BRGM possde un exemplaire du module local par lintermdiaire duquel se fait la saisie informatique rgionale des informations recueillies.

    Une fois cette base de donnes locale complte, la base de donnes nationale peut tre mise jour. Enfin, cest par lintermdiaire de cette dernire que lensemble des donnes rassembles sont mises en ligne sur Internet.

    Ces trois outils offrent la possibilit de mmoriser de faon homogne l'ensemble des informations disponibles en France sur des situations rcentes et sur des vnements passs et donnent facilement laccs cette information via Internet. Par ces derniers, les objectifs de diffusion et de centralisation des connaissances concernant les cavits souterraines sont donc appliqus.

    2.3.2. Architecture et champs de la base de BDCavits La base de donnes cavits, gre au niveau rgional et de laquelle dcoule la base nationale, possde une architecture relativement complexe. Cette dernire dcoule de la multitude de champs renseigner sur les cavits et de leurs nombreuses relations, afin de permettre des requtes complexes.

    De prime abord, contrairement ce que lon pourrait envisager, le contenu de la base de donnes ne fait pas la distinction entre les cavits naturelles et les cavits anthropiques. En effet, dans un premier lieu, le Modle Conceptuel de Donnes (MCD) dgage deux entits (illustration 1) :

    - une entit localise par lenveloppe simplifie de son emprise au sol : sa surface (comme il est souvent le cas pour les carrires) ou son rseau de segments (rseau de cavits naturelles) ;

    - une entit localise par un seul point (entre de tunnels, puits, bouche de cavage, etc.).

    Lutilisation de ces deux notions, faisant intervenir lemprise gographique au sol de la cavit, permet une identification et une localisation par entit, indpendamment du type de cavit.

    Par la suite, chaque type de cavit est dcrit en dtail grce un ventail de liens (illustration 2). Mais cette fois le contenu thmatique de ces liens sera variable en fonction du type de cavit (naturelle ou anthropique). En effet, les renseignements fournir tant largement dpendants de la nature de la cavit, le modle fait la distinction entre ces deux origines.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 13

    http://www.bdcavite.net/

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 1 - Entit surfacique / entit ponctuelle Source : Module local de gestion des cavits souterraines (mode demploi de lapplication)

    14 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 2 - Modle Conceptuel de Donnes des entits ponctuelles ou surfaciques Source : Module local de gestion des cavits souterraines (mode demploi de lapplication)

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 15

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Enfin ce Modle Conceptuel de Donnes (MCD) est traduit en schma relationnel (sous Access) compos de 159 tables diffrentes afin de reprsenter les informations du MCD tout en vitant les redondances et en limitant les valeurs absentes. Du fait de ce nombre important de tables, des requtes concernant plusieurs critres (slection multicritres) peuvent tre poses au niveau de linterface Web de la base de donnes.

    2.3.3. Acquisition des donnes Lacquisition des donnes se fait essentiellement partir dinventaires effectus par le BRGM, avec terme la collaboration de lINERIS, du LCPC ( travers le rseau des laboratoires rgionaux de lquipement) et les services RTM.

    Lorigine des informations est diverse, leur provenance pouvant aller dun simple dpouillement darchives plus ou moins compltes, aux types dinventaires dpartementaux actuels dont la mthodologie est dcrite dans le chapitre suivant.

    La saisie des donnes lchelle dpartementale est ralise au niveau rgional soit par les diffrents services gologiques rgionaux (SGR) du BRGM, soit par le service Amnagement et Risques Naturels (ARN) du BRGM. Dans le cas du dpartement de lArdche, ce travail a t ralis par lunit Risque de Mouvements de Terrain du service ARN bas Marseille, en collaboration troite avec le SGR Rhne-Alpes.

    2.3.4. Mise disposition de linformation

    Mtropole

    Tableau

    Prsentation de la base

    Caractristiques : donnes et site

    Etat davancement

    de lacquisition

    Accs direct la carte

    Accs direct par commune Cartes

    Slection Multicritres

    Synthse

    Slection

    Illustration. 3 - interface graphique de BDCavits sur Internet (source : www.bdcavite.net)

    16 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    2.4. PRINCIPALES ETAPES DE LA METHODO OGIE DES INVENTAIRES

    2.4.1. Recueil des donnes

    La collecte des donnes comprend la recherche denqute auprs des communes et le recueil organismes et interlocuteurs locaux.

    - Recherche bibliographique

    Le but de cette phase est de rassembler toute(ouvrages, revues, archives, coupures de presse, etc.) concernant des cavits souterraines doriginedpartement tudi, sachant que dans certainsdinventaires sont dissocis.

    Les sources suivantes sont gnralement exploites

    Documentation interne du BRGM ;

    Banque de donnes du sous-sol (B.S.S.) ;

    Revues et publications des splologues ;

    Indices de cavits sur les cartes IGN 1/25 0

    Indices de cavits sur les cartes gologiques

    - Questionnaire denqute auprs des commun

    Un questionnaire denqute type est adress dpartement, sous couvert de la Prfecture ou endernire. Les maires sont invits fournir au BRGconnaissance concernant des cavits souterrainesterritoire communal. Un extrait de carte topographiqufaciliter leur reprage par les maires (ou leurs stlphonique est ensuite effectue par le BRGMquestionnaire puis intervalles rguliers jusqu objug satisfaisant.

    - Recueil de donnes auprs dorganismes com

    Des enqutes plus spcifiques sont habituellemetechniques locaux ou nationaux, en vue de recueillirLes organismes suivants sont gnralement consuGnral, DIREN, DRAC, SNCF, Service Historique d

    Les associations locales et dpartementales de sDpartemental de Splologie) sont systmatiquempour les cavits naturelles et les cavits anthr

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final

    L

    bibliographique, un questionnaire de donnes auprs de divers

    s les informations dj publies travaux de thses, sites internet,

    naturelle ou anthropique, dans le dpartements les deux types

    :

    00 ;

    1/50 000.

    es

    lensemble des communes du tout cas avec laccord de cette M tous les lments dont ils ont

    abandonnes prsentes sur leur e est joint au questionnaire afin de ervices techniques). Une relance quelques mois aprs envoi du tenir un pourcentage de rponses

    ptents

    nt orientes vers les organismes les informations quils dtiennent. lts : DRIRE, DDE, CETE, Conseil e lArme de Terre.

    plologie (notamment le Comit ent mises contribution, la fois opiques. En matire de cavits

    17

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    naturelles, les services de la protection civile (SDIS en particulier) permettent parfois dobtenir quelques donnes complmentaires.

    2.4.2. Validation sur le terrain Valorisation des donnes et saisie

    La validation sur le terrain comprend la caractrisation des cavits recenses et le reprage fortuit de cavits non archives.

    Seule une partie des cavits souterraines recenses par lintermdiaire de la recherche bibliographique, des enqutes auprs des communes et des contacts avec les diffrents interlocuteurs locaux fait lobjet dune visite sur le terrain. Ceci concerne en priorit les cavits pour lesquelles la documentation disponible est juge insuffisante pour permettre une localisation et une description fiable, ainsi que certaines cavits susceptibles de recevoir du public, dintresser des zones urbanises ou amnages.

    Ces visites de terrain ont pour objectif principal de localiser prcisment les cavits, par reprage sur carte topographique lchelle 1/25 000, si possible partir de lobservation directe lorsque les accs sont encore praticables ou au moins visibles, sinon partir de tmoignages concordants recueillis sur place. Il sagit aussi, dans la mesure du possible, de complter, par une observation rapide, les informations dj disponibles sur lenvironnement du site (nature de loccupation du sol en surface et position des lments ventuellement exposs).

    Lorsque les accs sont connus, quil sagisse dorifices de cavits naturelles ou de bouches de cavages ou puits de carrire, leur position exacte est note, soit par rapport des repres jugs prennes, soit dtermine laide dun GPS quand cela est possible. Lorsque la cavit est encore accessible, une visite rapide des galeries est effectue afin dvaluer globalement lextension des zones sous-caves et leur tat gnral de stabilit.

    La finalit dune telle visite nest pas daboutir un diagnostic complet de stabilit, mais de permettre une caractrisation globale de la cavit identifie et ventuellement de valider les descriptifs et relevs topographiques disponibles en archives.

    2.4.3. Valorisation des donnes et saisie

    Lopration de valorisation des donnes et de saisie comporte quant elle le gorfrencement des cavits, la description des cavits dans des fiches de saisie et la saisie dans la BDCavits.

    Toutes les cavits recenses font lobjet dun gorfrencement (calcul des coordonnes dans un systme de projection Lambert II tendu), partir des cartes topographiques IGN lchelle 1/25 000 ou de mesures GPS lorsquelles sont disponibles).

    18 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Pour chacune des cavits recenses, une fiche de saisie est remplie afin de renseigner les diffrents champs la dcrivant dans la BDCavits. Ces champs sont en particulier les suivants (numration non exhaustive) :

    - localisation (commune, lieu-dit, coordonnes gographiques, etc.) ;

    - origine de linformation ;

    - descriptif (gomtrie, contexte gologique, nature des matriaux exploits, photos du site, tat de stabilit apparent, utilisation actuelle, ) ;

    - nature de la cavit ou type dexploitation ;

    - localisation et date doccurrence des dsordres ventuels associs (affaissement en surface, fontis, effondrement gnralis, dbourrages de karst, chute de blocs prs des entres, chute des premiers bancs de toit, etc.) ;

    - nature des tudes et travaux ventuellement raliss (avec rfrences bibliographiques).

    Les fiches ainsi remplies servent ensuite de support pour la saisie des informations dans la base de donnes nationale sur les cavits souterraines (BDCavits).

    2.4.4. Synthse des donnes

    La synthse des donnes comprend lanalyse de la reprsentativit des donnes recueillies, la ralisation de cartes de synthse, la typologie des cavits repres et la rdaction dun rapport de synthse.

    - Analyse critique des donnes

    Une fois les phases de recueil, de validation et de valorisation des donnes acheves pour lensemble du dpartement, une synthse des cavits recenses est effectue.

    Une analyse critique des donnes recueillies est mene pour dterminer la reprsentativit des rsultats de linventaire, en tenant compte des spcificits du dpartement et des difficults rencontres (dfaut de rponse de certains acteurs lors des enqutes, absence dinformation dans certains secteurs, imprcision dans la localisation de cavits dont les traces ne sont plus visibles sur le terrain, etc.). Cette analyse critique est indispensable pour valuer la fiabilit des rsultats de lopration et la reprsentativit de lchantillon recueilli (qui ne pourra en aucun cas tre considr comme dfinitivement exhaustif).

    - Carte de synthse

    Lensemble des cavits recenses est report sur une carte synthtique gnralement prsente lchelle 1/ 100 000 et sur laquelle figurent, outre les cavits elles-mmes (classes par type ou selon la nature des matriaux extraits), les principaux repres gographiques ncessaires (limites dpartementales et communales, villes principales, voies de communication et cours deau principaux).

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 19

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Cette carte synthtique permet de visualiser les zones a priori les plus exposes au vu des connaissances actuelles et pour lesquelles des analyses plus spcifiques devront tre menes, pour aboutir llaboration de cartes dala.

    - Caractrisation des cavits recenses

    Une typologie des cavits recenses dans le dpartement est effectue laide des rsultats de linventaire dpartemental. Pour les anciennes carrires souterraines, cette caractrisation sappuie non seulement sur le mode dexploitation employ, mais tient compte aussi de la nature des matriaux extraits, de lextension des cavits, de leur mode dutilisation actuelle, de leur tat de stabilit apparente et de la nature des lments exposs. La caractrisation des cavits naturelles se fait, elle, principalement sur la base de critres tels que la nature lithologique et stratigraphique des formations gologiques concernes.

    20 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    3. Nature et droulement des investigations

    La mthodologie gnrale labore pour la ralisation de ce type dinventaire et dcrite au chapitre prcdent a t globalement applique dans le cas du dpartement de lArdche. Les spcificits locales de ce territoire ont cependant conduit certains amnagements par rapport au cahier des charges gnral.

    Ce dpartement est en effet caractris par un trs grand nombre de cavits naturelles dorigine karstique, explores de longue date par un rseau trs dense de splologues qui ont ralis, depuis de nombreuses annes, un travail remarquable de prospection, dexploration, parfois damnagement (dsobstruction, voire ralisation dentres artificielles), et de description des cavits visites, y compris laide de relevs topographiques plus ou moins prcis et exhaustifs. Certaines de ces cavits prsentent par ailleurs des vestiges doccupation humaine ancienne dun intrt archologique indniable (la Grotte Chauvet ntant quun exemple parmi de nombreux autres) et plusieurs ont t amnages des fins touristiques (lAven dOrgnac, la Grotte de la Madeleine, la Grotte de la Cocalire, lAven de la Forestire, la Grotte de Saint-Marcel dArdche, pour ne citer que quelques unes dentre elles). La qualit (et la fragilit) des concrtions ou lintrt de certains vestiges archologiques ou ornements paritaux dcouverts dans plusieurs de ces cavits incitent naturellement la prudence quant la diffusion dinformations prcises sur leur localisation.

    Malgr ces rserves, force est de constater que les donnes dj publies sur les cavits souterraines dArdche sont plthoriques. Quelques efforts de synthse ont t faits, parmi lesquels il convient de noter tout particulirement le livre de J. Balazuc (Splologie du dpartement de lArdche), paru en 1956 et rdit en 1986, ainsi que le travail dinventaire auquel sest attel Thierry Marchand et dont un premier tome est paru en 2001, couvrant le plateau des Gras, du Coiron La Baume (les tomes suivant tant en cours de finalisation nont pu tre exploits dans le cadre de cette tude).

    Par ailleurs, des fiches avec descriptifs de cavits ont t tablies par le Comit Dpartemental de Splologie (CDS 07) qui les archive sur support papier. Dautres fiches du mme modle ont t remplies sous couvert de la Fdration Franaise de Splologie (FFS), dans les annes 1960-70 et transfres dans la Banque des Donnes du Sous-Sol (BSS) gre par le BRGM.

    De nombreux splologues ont par ailleurs procd des recensements de cavits sur certains secteurs gographiques. Cest notamment le cas dAnke et Hans Martin Lutz qui ont labor un fichier informatique (complt par des relevs topographiques de grande qualit) des cavits sur quelques communes des Gorges de lArdche. Cest aussi le cas de Patrick Le Roux qui a accept de rdiger, spcifiquement dans le cadre de la prsente tude, une srie de fiches synthtiques concernant des cavits situes dans la zone de Labastide-de-Virac. Enfin, il convient de signaler le trs grand nombre de rfrences concernant des cavits souterraines ardchoises, souvent accompagnes de descriptions et relevs topographiques trs dtaills, publies dans diffrents ouvrages ou revues splologiques (parmi lesquelles Spelunca, dont les bulletins les plus rcents ont t systmatiquement dpouills dans les archives de la FFS) ou sur des sites Internet spcialiss.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 21

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Cette masse exceptionnelle de rfrences bibliographiques parses, de qualit variable, parue diffrentes priodes et parfois contradictoire, a ncessit un important travail de dpouillement, de saisie et de synthse pour en tirer les lments les plus fiables. En aucun cas cependant, le rsultat de ce recensement ne peut tre considr comme un inventaire exhaustif des cavits souterraines de lArdche, travail que seule la communaut splologique est en mesure de mener bien, mais cette tude donne nanmoins une bonne image de la rpartition gographique des principales cavits recenses ce jour dans ce dpartement.

    Par ailleurs, le trs faible nombre de carrires souterraines abandonnes recenses et labsence quasi gnrale denjeux en surface des cavits connues ont rendu le travail de validation sur le terrain moins ncessaire que dans dautres dpartements. Cest ce qui explique que seule une faible proportion des cavits recense a fait lobjet dune caractrisation in situ, lessentiel du travail tant plutt consacr au dpouillement, lexploitation et la structuration des donnes dj publies sous des formes disparates.

    3.1. RECUEIL DES DONNEES

    Cette phase de recueil des donnes de base a donc constitu la partie essentielle du travail effectu dans le cadre de cette tude. Les informations recueillies pour cet inventaire peuvent tre distingues en trois catgories :

    - les donnes bibliographiques ;

    - les donnes recueillies par enqute auprs des 339 communes du dpartement ;

    - les donnes fournies par diffrents organismes et acteurs locaux.

    3.1.1. Donnes bibliographiques

    Parmi les sources de donnes consultes, louvrage de J. Balazuc est le seul document qui concerne lensemble du dpartement et constitue un inventaire relativement exhaustif de tous les types de cavits. Il recense dailleurs galement danciennes exploitations minires qui nont pas t prises en compte dans le cadre de la prsente tude, conformment aux instructions du MEDD. Aprs limination dun certain nombre de doublons et de donnes juges trop imprcises pour tre fiables, ce sont finalement 473 cavits qui ont t inventories partir de lanalyse de cet ouvrage. Le classement par ordre alphabtique des noms de cavits et labsence dune carte gnrale de localisation rend lexploitation des donnes trs fastidieuse. Par ailleurs, les coordonnes gographiques indiques sont souvent imprcises voire totalement errones, de mme parfois que le nom de la commune o se trouve la cavit, ce qui oblige de nombreux recoupements. En revanche, les descriptions sont relativement dtailles et ont souvent t reprises tel que dans le tableau de synthse.

    Une deuxime source de donnes bibliographiques largement exploite est le tome 1 de linventaire splologique ralis par Thierry Marchand qui constitue un travail remarquable de prcision et dexhaustivit pour le secteur gographique dj couvert qui couvre principalement une dizaine de communes entre Saint-tienne-de-Boulogne

    22 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    au nord et Labeaume au sud. Le nombre total de cavits recenses dans cet ouvrage slve 360, mais toutes les rfrences indiques ne sont pas exploitables, certaines dentre elles ne comportant aucune description, ni coordonnes, ni mme parfois le nom de la commune.

    Parmi les autres donnes publies par les splologues, de trs nombreuses informations sont issues des bulletins publis intervalles plus ou moins rguliers par le CDS (TUBES, 24 numros exploits, publis entre 1966 et 2003) et par la FFS (revue trimestrielle Spelunca, dont seuls les numros relativement rcents, postrieurs 1971 ont t dpouills, au sige de la FFS, Lyon). Ces publications comportent un certain nombre de monographies trs compltes souvent accompagnes de levs topographiques, mme si les coordonnes indiques comportent frquemment des erreurs. Ces donnes ont t compltes par la consultation de sites internet qui dcrivent certaines cavits connues dans le dpartement. Ont notamment t exploites les adresses suivantes : www.speleoressac.free.fr et www.plongeesout.com. Au total, le nombre de rfrences ainsi exploites par cette recherche bibliographique auprs de documents publis par des splologues slve 923, parmi lesquels un certain nombre de rfrences se rapportant la mme cavit (doublons).

    Une autre source de donnes bibliographiques concerne la Banque des donnes du Sous-Sol (BSS) gre par le BRGM et qui contient un certain nombre de fiches descriptives de cavits souterraines dorigine karstique. Ces donnes datent pour la plupart des annes 1960-70 et ont t remplies par des splologues avec validation par la FFS. Le nombre total de cavits ainsi t recenses dans la BSS slve 128, dont 123 rellement exploitables aprs limination de quelques rfrences juges peu fiables ou douteuses. La localisation gographique est souvent imprcise car les coordonnes ont t gnralement calcules sur la base de fonds topographiques lchelle 1/50 000. La plupart de ces fiches comporte un descriptif assez dtaill de la cavit et une majorit dentre elles est accompagne de schmas des cavits (en plan et en coupe).

    Par ailleurs, un travail exhaustif dexamen des indices de cavits reports sur les cartes topographiques lchelle 1/25 000 publies par lInstitut Gographique National (IGN) a t men au cours de cette tude. Les orifices connus dun grand nombre de cavits sont en effet indiqus sur ces cartes avec leur toponymie. Ces cartes permettent la dtermination des coordonnes avec une prcision de lordre de 25 mtres, mais des erreurs de localisation ont t signales par certains splologues. Au total, 286 cavits ont ainsi t identifies et reprs, mais le lien avec les cavits dcrites par ailleurs dans des ouvrages splologiques nest pas toujours ais, dautant que le nom des cavits savre minemment variable selon les auteurs.

    De la mme manire ont t recenss tous les indices de cavits signals sur les cartes gologiques lchelle 1/50 000. Les lments signals correspondent pour lessentiel aux accs des rseaux karstiques connus (avens, grottes, rsurgences, pertes, etc.) et leur tat hydrologique est parfois prcis, ainsi que leur ventuel intrt archologique. Les ouvrages miniers sont galement reprs sur les cartes gologiques mais ils ne sont pas pris en compte dans le cadre du prsent inventaire. La toponymie des cavits signales nest pas toujours indique. Quant leur

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 23

    http://www.speleoressac.free.fr/http://www.plongeesout.com/

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    localisation, elle est trs imprcise en raison de lchelle des cartes. Enfin, la qualit des informations fournies sur ce support est trs ingale selon la date de lev des diffrentes feuilles et selon les proccupations des auteurs qui y ont particip. Le nombre total de cavits ainsi dnombres slve au final 198, mais un grand nombre de ces cavits na pu tre rattache avec certitude des cavits recenses par ailleurs en bibliographie.

    Etant donne la richesse des donnes dj disponibles rendue publique par les splologues, il na pas t jug utile de procder un travail de recherche complmentaire auprs des archives dpartementales de lArdche. En labsence dune synthse spcifique sur les cavits souterraines, seule une consultation de lensemble des archives aurait ventuellement permis dobtenir plus dinformations, mais celle-ci na pas t mene, conformment au cahier des charges, car le temps pass aurait t trop important pour le bnfice escompt.

    Le tableau suivant fait la synthse des informations recueillies au cours de cette recherche bibliographique.

    Source d'archives Nombre de

    cavits recenses

    Observations

    Ouvrage J. Balazuc 473 Concerne tout le dpartement. Descriptions dtailles mais coordonnes souvent imprcises ou errones. Donnes souvent anciennes.

    Inventaire T. Marchand 360

    Concerne une dizaine de communes seulement. Inventaire considr comme exhaustif sur ces communes. Descriptions dtaille sur une partie seulement des cavits cites.

    BSS 123 Coordonnes souvent imprcises mais descriptions gnralement dtailles et nombreux levs topographiques en plans et en coupes.

    Revues (TUBES, Spelunca), publications

    et sites Internet des splologues

    963 Donnes de qualit trs variable. Les coordonnes indiques et les noms de communes sont parfois errons. Nombreux levs topographiques plus ou moins prcis.

    Cartes IGN 1/25 000 286 Localisation prcise et gnralement fiable (quelques exceptions). Indications sur la toponymie mais aucun lments sur la caractrisation.

    Cartes gologiques 1/50 000 198

    Localisation imprcise du fait de lchelle. Indications sur le rgime hydrologique. Toponymie souvent absente. Difficult faire le lien entre ces indications et les autres rfrences bibliographiques disponibles.

    Illustration 4 - Donnes bibliographiques et donnes d'archives collectes

    24 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    3.1.2. Enqute communale

    Cette procdure d'enqute a t initie par lenvoi dun courrier adress sous couvert de Monsieur le Prfet de lArdche, en date du 11 juin 2003, aux 339 communes du dpartement de lArdche (annexe 2). Ce courrier se compose :

    - dune lettre prsentant ltude ralise ;

    - dune grille de renseignement type, accompagne dune fiche de dfinition des critres retenus ;

    - dun extrait de carte topographique pour localiser les ventuelles cavits.

    Au mois de juillet 2004, soit un an aprs lenvoi du courrier, un peu moins de 40 % dentre elles avaient renvoy le questionnaire. Des relances complmentaires (par tlphone, courrier ou fax) ont permis d'obtenir quelques rponses supplmentaires. En dfinitive, ce sont finalement 155 communes (soit moins de la moiti des communes du dpartement) qui ont rpondu lenqute. Parmi celles-ci, 117 (soit plus de 75 % des communes ayant rpondu) ont indiqu ne connatre aucune cavit souterraine sur leur territoire. Le dtail des rponses par commune figure en annexe 3.

    Le nombre de cavits souterraines recenses par lintermdiaire de ce courrier aux communes est relativement faible puisquil slve en dfinitive 151 (dont la plupart figurent dj sur les cartes topographiques de lIGN). Parmi les 38 communes qui ont indiqu la prsence de cavits sur leur territoire, seules 15 communes ont signal plus dune cavit et 4 dentre elles plus de 10 cavits : il sagit de Banne (14 cavits), Beaulieu (14), Saint-Laurent-sous-Coiron (28) et Vallon-Pont-dArc (34). Il est noter que 60 communes dans lesquelles des cavits ont t recenses par ailleurs (soit prs de la moiti des communes dArdche o existent des cavits souterraines) nont pas rpondu ce questionnaire et 7 communes ont rpondu ignorer lexistence de cavits sur leur territoire alors que dautres sources font tat de ces cavits. Par ailleurs, lexception notable de quelques communes dont celle de Beaulieu qui a confi le recensement un informateur averti (Franois Barbot), les donnes recueillies par lintermdiaire des communes sont souvent assez imprcises quant aux caractristiques des cavits recenses et parfois leur localisation. Cest pourquoi leffort de relance a t finalement assez peu soutenu car les informations issues des splologues se sont rvles de bien meilleure qualit que celles fournies par les communes.

    3.1.3. Recensement auprs des organismes concerns par les cavits

    Par tlphone ou par courrier, des contacts ont t tablis avec divers organismes, associations et personnes ressources diverses.

    Aucune donne prcise na pu tre recueillie auprs des services dconcentrs de ltat consults dans le cadre de ltude (DDE, DIREN, DRIRE, DRAC). A lissue dune runion tenue avec le Service rgional de larchologie (SRA) de la DRAC le 11 juillet 2005, il avait t convenu que le BRGM transmettrait au SRA le rsultat du recensement obtenu aprs exploitation des diffrentes sources disponibles, ceci afin

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 25

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    que la DRAC puisse complter le fichier avec ses propres donnes et filtre ventuellement la diffusion de certaines donnes juges confidentielles. Le fichier des cavits recenses lissue de ltude a t transmis plusieurs reprises au SRA en avril et en juin 2005 mais aucun lment factuel exploitable na t transmis en retour par le SRA malgr plusieurs relances tlphoniques.

    Des contacts ont galement t pris dans le cadre de ltude avec le Conseil Gnral et avec la SNCF (pour le recensement des anciens tunnels ferroviaires) mais ils nont pas permis daboutir la fourniture de donnes complmentaires. Une rencontre a eu lieu par ailleurs avec le directeur du Syndicat intercommunal des Gorges de lArdche et de leur rgion naturelle (SIGARN), qui a permis de nouer un contact fructueux avec les splologues Anke et Hans Martin Lutz, qui travaillent au recensement des cavits situes dans les Gorges de lArdche.

    Avec les splologues, des contacts ont t pris la fois avec le sige de la FFS, pour lexploitation de ses archives (et notamment le dpouillement des revues Spelunca), et avec le CDS de lArdche. Avec ce dernier, plusieurs rencontres ont eu lieu, tant avec des membres du bureau (Stphane Tocino et Claire Goudian) quavec le permanent du CDS (Judical Arnaud) et une convention a t signe entre le BRGM et le CDS pour la mise disposition des fiches de cavits tenues jour par le CDS. Lensemble des fiches papiers a ainsi pu tre exploit dans le cadre de ltude, ce qui reprsente 587 cavits recenses dont 574 rellement exploitables (aprs limination des doublons et des donnes trop imprcises). La qualit de ces fiches est variable et certaines dentre elles sont identiques aux fiches enregistres en BSS. Nanmoins, ces donnes ont permis de complter linventaire de manire significative et la qualit de la collaboration noue avec le CDS 07 dans le cadre de cette tude mrite dtre souligne.

    Enfin, des contacts ont t pris avec certains splologues titre individuels, parmi lesquels Thierry Marchand, Patrick Le Roux, Anke et Hans Martin Lutz. Une srie de 32 fiches de cavits a t rdige par Patrick Le Roux et intgre directement dans linventaire. Ces fiches concernent principalement les secteurs de la Goule de Foussoubie et du ruisseau de Rieussec. Elles intressent les communes de Labastide-de-Virac (7 fiches), Saint-tienne-de-Fontbellon (1), Salavas (22) et Vagnas (2). Quant aux fiches communiques par Anke et Hans Martin Lutz sous forme dun fichier numrique, elles sont au nombre de 81 et concernent 4 communes des Gorges de lArdche : Bidon (8 rfrences signales), Labastide-de-Virac (25), Saint-Remze (43) et Vallon-Pont-dArc (5).

    En intgrant lensemble de ces donnes communiques par les splologues ou issues de publications ralises par des splologues, le nombre de rfrences ainsi exploites slve 1 036, auxquelles il convient dajouter les 574 cavits figurant dans le fichier CDS, les 473 extraites de louvrage de J. Balazuc, et pour une large part les 123 cavits dcrites en BSS grce la participation active de la FFS, ce qui reprsente un total de 2 206 rfrences, soit environ les trois-quarts des rfrences recueillies dans le cadre de cet inventaire. Ceci traduit bien leffort important qui a t entrepris par de nombreux splologues ardchois pour recenser, dcrire et faire connatre le patrimoine splologique trs riche de ce dpartement. Le prsent inventaire naurait pu tre conduit dans de bonnes conditions sans cette collaboration active de la part

    26 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    des splologues et le BRGM tient remercier lensemble des acteurs qui y ont contribu, pour la plupart de manire bnvole.

    3.2. VALIDATION DES SITES

    3.2.1. Validation des donnes sur le terrain

    Conformment au cahier des charges, quelques cavits souterraines recenses lors de la phase de recueil de donnes ont fait lobjet dune visite sur le terrain. Ces visites ont port en priorit sur les quelques cavits dorigine anthropique qui avaient t recenses et sur lesquelles peu dinformations taient disponibles de la part des splologues. La cahier des charges ne prvoyant pas de visites spcifiques pour les cavits naturelles, surtout lorsquelles ncessitent lutilisation de techniques spcifiques dexploration, ces visites de terrain ont t assez rduites et nont concern au final que 27 cavits soit moins de 2 % des cavits recenses (mais plus de 50 % de celles rpertories comme carrires souterraines abandonnes). La plupart des cavits naturelles dorigine karstique, qui constituent lessentiel des cavits recenses en Ardche, souvent situes dans des secteurs sans enjeux humains et daccs difficile, nont donc pas fait lobjet de visites de terrain dans le cadre de ltude.

    Par ailleurs, ces visites de terrain ont permis de localiser fortuitement 5 cavits supplmentaires repres en bord de route ou suite des renseignements recueillis sur place. Elles ont galement permis de prciser la localisation et les caractristiques de certaines cavits mal dcrites en bibliographie. Globalement toutefois, ce travail de validation reste faire pour la quasi-totalit des cavits recenses, mais il sagit dune tche qui prend beaucoup de temps et qui ne peut tre faite quen troite collaboration avec les clubs locaux de splologie.

    3.2.2. Valorisation des donnes saisies

    Toutes les cavits recenses par le biais de cette tude, quelles soient dorigine naturelle ou anthropique, ont t saisies dans un fichier sous Excel. Chaque rfrence recueillie a t saisie en fonction de lorigine de la donne, certaines cavits ayant en effet t la fois signales par la commune, reprs sur les cartes, rfrences en bibliographie (souvent plusieurs reprises, dans des publications et des dates diffrentes), et figurant dans les fichiers BSS ou du CDS.

    Une synthse de ces diffrents lments a ensuite t ralise, ce qui a permis dliminer les nombreux doublons, de recouper les informations et de retenir la localisation et la description qui paraissaient la plus fiable et actualise la plus rcemment. Cest ainsi que le nombre total de rfrences exploitables qui slve 2 867 ne correspond en ralit qu 1 389 cavits effectivement recenses. Il nest dailleurs pas exclu quil subsiste encore des doublons dans cet inventaire, ne serait-ce que parce que certaines rfrences sont mal localises, correspondent des appellations diffrentes ou ne sont que des indications portes en particulier sur les cartes gologiques ou topographiques souvent sans toponymie correspondante, ce qui rend difficiles les recoupements.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 27

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    A lissue de ltude, ce fichier Excel sera transfr en ltat dans la base BDCavits et ces donnes seront donc accessibles directement via Internet ladresse www.bdcavite.net. A titre dinformation, un extrait de ce fichier est prsent en annexe 4. Il contient une ligne pour chacune des 1 389 cavits recenses, qui sont numrotes de manire squentielle par commune, les communes tant classes dans le tableau en fonction de leur numro INSEE donc par ordre alphabtique.

    Seuls les quelques champs principaux ont t conservs dans ce tableau de synthse, savoir, outre le numro didentifiant, le nom de la cavit et sa nature, le nom de la commune o elle se trouve, ses coordonnes gographiques, la qualit du positionnement et les principales sources de donnes utilises.

    Le numro didentifiant apparaissant dans la premire colonne de ce tableau (annexe 4) est constitu du code INSEE de la commune suivi par un numro squentiel. Le nom de la cavit indiqu dans le tableau correspond au nom dusage mais les diffrents synonymes connus sont galement nots car lappellation de certaines cavits varie selon les auteurs.

    Le type de cavit est dfini partir dun lexique de 5 termes seulement pour cet inventaire, savoir naturelle (pour les cavits naturelles, pour la plupart dorigine karstique), carrire (pour les anciennes carrires souterraines abandonnes), cave (pour les cavits de nature anthropique creuses des fins de refuge ou dentreposage, ouvrage civil (pour les galeries souterraines ayant servi de tunnel ou de galerie captante par exemple) et indtermin (pour les cavits anthropiques dont lusage initial est inconnu). La nature de la cavit est prcise dans la colonne suivante. Pour les cavits naturelles, il sagit gnralement dun orifice naturel. Dans la mesure du possible, une distinction a t faite entre un orifice horizontal (de type entre en bouche de cavage ou porche) ou vertical (de type puits ou aven). Pour les carrires souterraines, la distinction principale porte entre les cavits de type galeries filantes et celles en forme de chambres et piliers , tandis que les caves ont t distingues entre salles et galeries selon leur forme gnrale. Pour les ouvrages civils, le champ nature de la cavit sefforce de dcrire lusage initial de la cavit et distingue notamment les tunnels ferroviaires, galeries captantes, aqueducs, etc.

    La localisation des cavits recenses est indique par le nom de la commune et par des coordonnes X-Y en systme Lambert II tendu mtrique. La prcision des coordonnes est indique dans une colonne spcifique. Cette prcision est considre comme prcise (infrieure 10 m) lorsquelle correspond une mesure faite au GPS. Elle est considre comme approche ( 25 ou 50 m selon les cas) lorsquelle a t calcule aprs report fiable sur carte IGN lchelle 1/25 000. Elle est juge imprcise dans tous les autres cas, mais cette prcision a t systmatiquement chiffre. Elle varie entre 100 m et quelques km. Plusieurs cavits ne sont en effet localises que par la commune ou le secteur gographique o elles se trouvent, ce qui explique que les coordonnes soient parfois relativement imprcises. Ces cavits peuvent nanmoins tre retrouves sur le terrain lorsque la description de laccs est suffisamment dtaille mais lexprience montre que cela ncessite souvent une phase de prospection assez longue et fastidieuse qui peut se rvler infructueuse lorsque la

    28 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    zone est difficile daccs, fortement vgtalise ou que le paysage a subi des transformations rcentes.

    La source de donnes principale indique dans le tableau dsigne gnralement la source juge la plus dtaille pour dcrire la cavit. Il sagit soit des cartes (topographique 1/25 000 ou gologique 1/50 000), soit de la commune, soit dobservations de terrain, soit des fichiers BSS, soit de donnes du CDS (issue de leur fichier ou provenant du dpouillement de le revue TUBES), soit de louvrage de J. Balazuc, soit de rfrences splologiques (qui regroupent les donnes parues dans linventaire de T. Marchand, dans la revue Spelunca ou dans dautres publications ou site Internet , ainsi que les donnes communiques par P. Le Roux et les Lutz). Il a paru important de prciser dans la mesure du possible quelles taient les sources de donnes disponible pour chaque cavit recense car il est bien vident quune cavit connue par sa seule mention sur une carte gologique lchelle 1/50 000 ne peut tre dcrite avec la mme prcision et la mme fiabilit quune cavit qui a fait lobjet dune monographie avec lev topographique dtaille en vue dune publication.

    3.3. ANALYSE CRITIQUE DE LA REPRESENTATIVITE DES DONNEES

    3.3.1. Fiabilit des donnes recenses Labsence de validation systmatique, par des visites de terrain, des donnes recueillies, se traduit ncessairement par une incertitude quand la fiabilit des rsultats de cet inventaire, mais ceci est inhrent la mthodologie et la nature des moyens mis en oeuvre dans ce type dopration. De manire gnrale, les cavits rpertories par les splologues et celles connues par plusieurs sources se recoupant peuvent tre considres comme des donnes fiables.

    Le doute porte davantage sur les cavits connues par une seule source, surtout lorsque celle-ci est une simple mention sur une carte (a fortiori sil sagit dune carte lchelle 1/50 000 comme cest le cas des cartes gologiques). Le nombre de cavits connues uniquement par leur indication sur une carte topographique (17), gologique (30) ou sur ces deux cartes simultanment (17) est infrieur 5 % du nombre total de cavits recenses, ce qui relativise limportance de cette incertitude. Quant aux cavits connues uniquement par les indications des communes, il ne dpasse pas 35 (soit 2,5 % du total). Enfin, certaines des 119 cavits recenses uniquement travers les indications de J. Balazuc, parfois anciennes et relativement imprcises, sont galement susceptibles dtre remises en cause mais ceci est probablement assez marginal car le travail ralis par cet auteur est remarquable de rigueur et de prcision.

    3.3.2. Exhaustivit des donnes recenses Il est certain quun tel inventaire ne peut tre considr comme exhaustif car il se contente de compiler et synthtiser des donnes dj disponibles, ceci dans un cadre limit en terme de ressources humaines mises en uvre. Un inventaire plus exhaustif, comme lont entrepris certains splologues ardchois sur des secteurs gographiques plus limits, suppose un travail de recherche bibliographique beaucoup plus approfondi

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 29

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    complt par un travail de prospection et dexploration systmatique sur le terrain, qui dpasse largement les limites de la prsente tude.

    Ceci dit, la varit et la richesse des sources bibliographiques qui ont t exploites pour ce prsent inventaire permettent de penser que les principales cavits connues du dpartement ont bien t rpertories et surtout que la typologie et la rpartition gographique des cavits recenses est effectivement reprsentative de la nature du phnomne lchelle dpartementale, ce qui constitue lobjectif principal de ce type dtude.

    Le risque principal inhrent la ralisation dun tel inventaire dpartemental est docculter un type particulier de cavits ou un secteur gographique pourtant fortement sous-cav. Dans le cas particulier de lArdche, ce risque parat cart dans la mesure o le travail a pu sappuyer sur lexistence dun inventaire prcdent (celui de J. Balazuc) qui couvre lensemble du territoire dpartemental et la totalit des types de cavits recherches. Par ailleurs, mme si le taux de rponse des communes (46 %) et surtout le nombre de cavits quelles ont signales (151, soit 10 % du total recens) sont relativement faibles et manifestement trs en de de la ralit, la rpartition gographique des communes ayant rpondu (Illustration 4) est suffisamment homogne pour viter tout risque de biais systmatique dans linventaire.

    30 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 5 Carte de synthse des rponses au questionnaire communal

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 31

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    4. Analyse des rsultats

    4.1. CADRE DEPARTEMENTAL

    4.1.1. Contexte gographique

    Le dpartement de lArdche dont la superficie est de 5 523 km2, se situe sur la bordure sud-orientale du Massif Central et prsente une morphologie trs contraste avec des altitudes varies comprises entre 40 m NGF (au niveau du confluent du Rhne et de la rivire Ardche, au sud-est du dpartement) et 1 765 m NGF au sommet du Mont Mzenc (point culminant, situ au centre-ouest du dpartement). La morphologie gnrale est celle dun plateau inclin du nord-ouest vers le sud-est, profondment entaill par les valles de lArdche, de lEyrieux, du Doux et de leurs affluents.

    Les principales units morphologiques peuvent tre distingues en fonction de la nature de leur substratum gologique (illustration 6).

    Le Haut-Vivarais et les Cvennes correspondent au socle cristallin et cristallophyllien qui affleure entre la valle du Rhne lest et la ligne de crte des Boutires au nord-ouest. Dun point de vue gologique, le socle affleure partout : granites et granulites au nord, gneiss au centre (haute valle de lArdche), micaschistes permiens au sud. Les Monts du Vivarais correspondent la bordure sud-est du Massif Central. Laltitude gnrale y est comprise entre 1 000 et 1 700 m. Les Cvennes stendent plus au sud, des altitudes plus basses, comprises entre 400 et 1 000 m. La pente est gnralement oriente vers le sud-est. Cest aussi la direction des quatre rivires principales : la Cance, le Doux, lEyrieux et lArdche. Au sud-est, un rseau de failles spare cette unit morphologique des terrains sdimentaires du Bas-Vivarais.

    La Montagne (ou Velay sud-oriental), situe en bordure occidentale du dpartement une altitude moyenne de 1 100 m, est forme par les granites du Velay recouverts en leur centre de coules volcaniques d'o mergent des pitons et des sucs (Mzenc et Gerbier de Jonc). On y trouve aussi la source de la Loire ainsi que le lac de cratre d'Issarls ( 1 000 m altitude).

    A lest du dpartement, le Plateau des Coirons, large de 11 km et dont laltitude moyenne est de 800 m, tale ses coules de basalte sur 18 km en direction du Rhne.

    Le Bas-Vivarais, situ au sud du dpartement et prolong vers lest par le Plateau des Gras, correspond un substratum form de roches sdimentaires essentiellement calcaires et marneuses. Laltitude moyenne y est de 300 m environ. La rivire Ardche incise profondment ce plateau jusqu'au Rhne.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 33

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 6 - Principales units morphologiques du dpartement de lArdche

    La valle du Rhne borde la limite est du dpartement. Elle forme un couloir trs troit en rive droite du fleuve qui coule presque au pied du Vivarais, ne laissant qu'un liser de petites plaines. On y trouve essentiellement les dpts dtritiques plio-quaternaires.

    Le climat du dpartement est caractre mditerranen marqu, avec une priode sche en dbut dt (cumul mensuel moyen infrieur 70 mm pour chacun des mois de juin, juillet et aot Aubenas) et de fortes prcipitations automnales de type cvenol (plus de 160 mm en moyenne, sur la priode 1971-2000, pour le mois

    34 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    doctobre la station dAubenas), pour un cumul pluviomtrique annuel moyen de lordre de 1 050 mm. Ce cumul annuel moyen atteint 1 341 mm (sur la priode 1961-1990) la station du Cros-de-Gorand, situe 1 000 m daltitude entre le Lac dIssarls et le Mont Gerbier de Jonc, alors quil ne dpasse pas 874 mm sur la mme priode Bourg-Saint-Andol, en bordure de la valle du Rhne, au sud-est du dpartement, une altitude de 74 m. Durant les mois dautomne, les pluies peuvent tre particulirement violentes avec par exemple un cumul de 200 mm en 24 h enregistr le 23 octobre 1951.

    Le rseau hydrographique du dpartement est caractris par un encaissement prononc des principales valles et en particulier de lArdche qui prsente un canyon de 29 km de longueur avec des gorges profondes de 300 m dans sa partie amont. Cette rivire recueille la totalit des coulements de la partie sud du dpartement, caractrise par des terrains sdimentaires. Les autres cours deau principaux que sont la Cance, lAy, le Doux, lEyrieux et lOuvze, coulent sur des terrains cristallins. Tous se jettent dans le Rhne, seule la Loire et quelques affluents de lAllier dtournant une infime partie des eaux vers le versant atlantique. Lensemble de ces rivires se caractrise par des tracs en baonnettes, avec des pentes relativement fortes et des rgimes hydrauliques troitement assujettis la pluviomtrie avec des crues soudaines et brutales en priode automnale.

    Le dpartement compte environ 286 000 habitants rpartis dans 339 communes. Il sagit dun dpartement caractre rural et peu peupl : la densit moyenne de peuplement y est deux fois infrieure la moyenne nationale. LArdche a pour chef-lieu Privas (9 100 hab.) et pour sous-prfectures Tournon-sur-Rhne et Largentire. Cependant, les deux principales agglomrations du dpartement sont Annonay (25 500 hab.) et Aubenas (24 500 hab.).

    4.1.2. Contexte gologique

    Le dpartement de lArdche est situ sur la bordure sud-est du massif central. Il est couvert sur prs des deux tiers de sa superficie par les Monts du Vivarais constitus par un complexe granitique et cristallophyllien. Ces formations dominante plutonique (granite du Velay), aujourdhui largement pnplanes, ont t mises en place durant les orogenses cadomienne et hercynienne entre -600 Ma et -280 Ma.

    En bordure de ce plateau (appele galement corniche cvenole du Vivarais), des formations mtamorphiques (gneiss oeill, leptynite) mises en place entre -670 et -435 Ma, sont galement prsentes. Elles sont lobjet daccidents tectoniques post hercyniens de direction SW/NE.

    Dans le sud-est du dpartement, le socle cristallin est bord dune succession de dpts sdimentaires mis en place entre le Carbonifre et le Quaternaire :

    Les formations houillres (Carbonifre) ont fait lobjet dexploitations minires dans les deux petits bassins de Prades et Jaujac et sont affectes par des petits chevauchements plus tardifs ; il sagit de grs conglomratiques passes silteuses et parfois des lentilles de houille.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 35

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Les formations du Permien affleurent sur une faible superficie dans la rgion de Chassiers au nord de Largentire ; elles sont constitues, de grs, darkoses et de silts dont lensemble atteint une puissance moyenne de 400 m.

    Dune paisseur moyenne de 230 m, le Trias est essentiellement prsent dans la partie ouest du Bas-Vivarais, le long de la bordure sous-cvenole sur 90 km de long de Gravires La Voulte-sur-Rhne. Cet tage trs htrogne est constitu de grs grossiers arkosiques voire conglomratiques, en particulier la base, en alternance avec des argilites sableuses, silts versicolores et quelques niveaux carbonats pour ses sries plus rcentes. Dans sa partie terminale, la prsence de grs se traduit au niveau du relief par de petites falaises que lon retrouve notamment dans la valle de lAuzon.

    Les formations du Jurassique affleurent largement sur une bande de 70 km de long oriente SW/NE entre la commune de Banne au sud et celle la Voulte-sur-Rhne au nord. On retrouve galement ces formations vers Saint-Paul-le-Jeune, plus au sud.

    o Le Lias est dominante calcaire, et prend localement un caractre marneux parfois grseux ou dolomitique. Trois sries y sont distingues de la plus ancienne la plus rcente : la srie calcareo-noduleuse, la srie calcaro-siliceuse et la srie calcaro-grseuse.

    o Le Dogger dbute par une srie calcaro-grseuse reprsente par des calcaires noirs, lentilles grseuses ou glauconieuses discontinues. Lpaisseur moyenne de la srie est de 20 m. Ensuite, cette lithologie change plus ou mois brutalement pour prendre un caractre marno-calcaire du Bathonien suprieur au Callovien, au sud-ouest de Saint-tienne-de-Fontbellon. Les paisseurs augmentent du sud vers le nord, passant de 50 m Uzer 150 m Saint-Sernin.

    o Le Malm dbute tout dabord avec les niveaux oxfordiens calcaires grumeleux compacts dune puissance moyenne de 35 m. Ils marquent la topographie par la prsence dencorbellements. La partie terminale de lOxfordien est dominante marneuse et son paisseur varie de 20 m Uzer 60 m louest de Lussas. Par la suite, on peut observer le Kimmridgien (180 m dpaisseur environ) vers Le Pouzin o les calcaires lits dessinent dans la topographie, des escarpements tels ceux du Rocher de Jastre. Enfin, le Tithonien, visible notamment Chauzon, se distingue par des calcaires grumeleux silex.

    On trouve les formations du Crtac dans la rgion du Bas-Vivarais selon une direction NE/SO du sud de Bourg-Saint-Andol au sud de La Voulte-sur-Rhne.

    o Le Crtac infrieur (du Berriasien au Bdoulien), dbute par des facis marno-calcaires qui affleurent sur la marge pi-continentale du Massif Central et plus particulirement en bordure de la grande faille des Cvennes passant par Vallon-Pont-dArc et Lagorce. Au Barrmo-Bdoulien, les facis sont franchement calcaires (plateau de Saint-Remze facis calcaire urgonien). Ce sont dans ces formations que sont tailles les gorges de lArdche. La puissance totale des dpts

    36 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    dpasse les 2 300 m. Ensuite, la srie laisse place aux calcaires-grseux (avec des lentilles de marnes noires) du Gargasien. A la fin du Crtac infrieur, on observe les sries albiennes sables, grs, marnes et poudingues (vers Saint-Montant) dorigine continentale.

    o Le Crtac suprieur affleure dans la direction de laxe Vagnas Salavas, sous forme de tmoins rsiduels Labastide-de-Virac, Saint-Just et Larnas. Son assise grseuse laisse progressivement la place des marno-calcaires lentilles grseuses. Dans sa partie terminale, apparaissent des marnes sableuses niveaux lacustres riches en lignite que lon peut observer Vagnas.

    Locne et lOligocne sont reprsents par des dpts dargiles sableuses rouges ainsi que des pointements calcaires au sud de Laval-Saint-Roman. De plus, on trouve aussi les conglomrats issus de lrosion des calcaires urgoniens. Ces sries continentales remplissent les dpressions lies la mise en place de fosss deffondrement tels que celui de Rochemaure.

    Le Miocne correspond des dpts fluvio-lacustres (sables et argiles chailles) dorigine aquitaine notamment sur les basaltes du plateau du Mzenc vers Lachamp-Raphal.

    Le Pliocne marin est form de sables molassiques micacs alternant avec des marnes argileuses et des dbris vgtaux et prsente une paisseur moyenne de 200 m.

    Le Quaternaire est essentiellement dorigine alluvial. Les dpts alluviaux modernes sont de type sableux ou limoneux en surface et caillouteux en profondeur. En gnral ces formations ne prsentent dextension notable, de lordre du kilomtre, que dans les principales valles (Rhne, Ardche, Eyrieux, Cance, Doux et Ay) o ils occupent gnralement la partie concave des mandres (hormis pour le Rhne). On trouve aussi des sries de loess et de limons trs dvelopps au nord de Saint-Symphorien-de-Mahun et du Teil.

    Le volcanisme schelonne entre le Tertiaire (Mio-Pliocne) et le Quaternaire (Plistocne rcent rattach au cycle ruptif dit du Bas-Vivarais ). On distingue trois types dpanchements basaltiques en Ardche :

    les basaltes quaternaires dits des valles notamment vers Usclades et Rieutord,

    les basaltes alcalins Villafranchiens que lon retrouve sur les pentes dans le fond des valles. Ils constituent lentablement du Devs dont les centres dmission salignent selon une direction NNO/SSE,

    les basaltes des plateaux tels que le plateau des Coirons au sud de Privas.

    Une esquisse gologique du dpartement, extraite de la carte gologique de France lchelle 1/1 000 000, est prsente sur lillustration 7.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 37

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 7 - Carte gologique simplifie du dpartement de lArdche

    38 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    4.2. ANALYSE TYPOLOGIQUE DES CAVITES REPERTORIEES La typologie des 1 389 cavits recenses dans le dpartement a dj t indique au paragraphe 3.2.2. Elle ne comprend en dfinitive que 5 classes principales. Lillustration 8 montre la rpartition des cavits recenses dans cet inventaire, en fonction de cette typologie.

    Type de cavit nombre de cas

    recenss %

    carrires souterraines 11 0,8 %

    caves 6 0,4 %

    ouvrages civils 18 1,3 %

    indtermin 7 0,5 %

    cavits naturelles 1 347 97,0 %

    TOTAL 1 389 100 %

    Illustration 8 - Bilan de linventaire par type de cavit

    La trs grande majorit (97 %) des cavits recenses sont dorigine naturelle et karstique. En particulier, les anciennes carrires souterraines sont particulirement peu nombreuses puisque seule une dizaine a t recense au cours de cet inventaire. Ceci sexplique en partie par la facilit dexploitation ciel ouvert qui a permis louverture de trs grandes exploitations de ce type, en particulier dans les communes du Teil (sige historique des carrires Lafarge) et de Cruas.

    4.2.1. Les cavits naturelles Elles concernent lcrasante majorit des cavits recenses dans le dpartement. Leur rpartition gographique est trs ingale comme le montre la carte de lillustration 5 et celle figurant en hors-texte. Elles sont largement concentres le long dune bande dorientation NNO/SSE, stendant depuis La Voulte-sur-Rhne jusqu Banne en passant par Saint-Laurent-sous-Coiron. Cette bande correspond la zone daffleurement des calcaires du Jurassique suprieur (Kimmridgien Tithonien pour lessentiel). Un deuxime secteur de forte concentration de cavits naturelle correspond la zone des Gorges de lArdche, de Saint-Martin-dArdche Vallon-Pont-dArc et, dans une moindre mesure, aux plateaux situs de part et dautre. L encore, cette rpartition est troitement gouverne par les conditions gologiques

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 39

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    puisque ce secteur est correspond aux affleurements de calcaires barrmo-bdouliens du Crtac.

    Lextension des 1 347 cavits naturelles recenses est trs variable. Certaines sont de simples abris sous roche (suffisamment vastes nanmoins pour avoir t intgrs dans le prsent inventaire). Dautres correspondent des rseaux karstiques trs tendus, le record tant dtenu par le rseau de la Grotte de Saint-Marcel avec un dveloppement explor de 46,2 km, le rseau de Foussoubie atteignant de son ct plus de 23 km, celui de Sauvas-Cocalire 14,5 km et celui de la Combe Rajeau prs de 13 km. En terme de dveloppement vertical, les grottes ardchoises actuellement les plus profondes sont lAven de la Combe Rajeau (250 m), le rseau Rochas-Midro-Guigonne (avec un dveloppement vertical cumul de 248 m), la Grotte de Saint-Marcel (avec un dnivel vertical maximal de 233 m) et lAven Jolivol (profondeur de 200 m). Quelques exemples dentres de cavits naturelles karstiques sont prsents sur lillustration 9.

    Illustration 9 Exemples dentres de cavits naturelles de lArdche (photos BRGM)

    40 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    4.2.2. Les carrires souterraines

    Les carrires souterraines abandonnes recenses en Ardche sont en trs petit nombre puisque seules 11 ont t individualises sur lensemble du dpartement. Plus de la moiti dentre elles a fait lobjet dune visite et les autres ne sont donc connues que par la description trs succincte- issue de lenqute auprs des communes.

    Parmi ces anciennes carrires souterraines, 5 exploitaient des niveaux calcaires. Celle du Teil, qui est situe en bordure nord des actuelles carrires ciel ouvert (exploites depuis 1837 par la famille Lafarge), correspond une amorce dexploitation en souterrain des calcaires argileux du Tithonien destin la fabrication de ciment. Elle se prsente sous forme dune salle denviron 6 000 m2, assez haute, avec une vingtaine de piliers (illustration 10). La dcoupe des fronts de taille est irrgulire et des chutes de petits blocs se produisent au niveau des accs extrieurs.

    Illustration 10 Aspect des anciennes carrires souterraines du Teil (photos BRGM)

    La grotte-carrire de Valmont Viviers et les 3 carrires souterraines abandonnes retrouves Cruas, proximit immdiate des actuelles exploitations ciel ouvert de la socit Lafarge, ont toutes t tailles dans des calcaires rudistes du Barrmien (facis Urgonien). Celles de Cruas prsentent de vastes entres en bouches de cavage avec des hauteurs dexploitation atteignant localement 15 18 m. Il sagit galement dune exploitation en chambres et piliers (illustration 11) qui a t manifestement exploites plusieurs poques successives avec des techniques diffrentes (traces de minage et sciage pour les parties les plus rcentes). .

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 41

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 11 Aspect des anciennes carrires souterraines de Cruas (photos BRGM)

    Les autres carrires souterraines recenses sont de taille modeste. A Champis, il sagirait dune ancienne exploitation dargile daprs la commune (mais la carte gologique indique la prsence de grs du Trias cet endroit). A Saint-Clment, Saint-Fortunat-sur-Eyrieux et Vernon, il sagirait plutt danciennes exploitations de sables et graviers installes dans des niveaux de colluvions ou de conglomrats arkosiques du Trias ( Vernon). Au Teil, lancienne carrire de Joncas, situe dans la monte du Chteau et identifie suite un tmoignage recueilli sur le terrain, exploitait des sables grseux de lAptien suprieur. Cette cavit creuse dans un grs friable et dont lentre se situe une dizaine de mtres seulement de la route, est actuellement partiellement inonde et encombre de dchets. Des amorces de fissuration et de chutes de pierres

    42 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    sont visibles au niveau du cerveau de la carrire dont lpaisseur atteint une douzaine de mtres (illustration 12). Une autre carrire souterraine ouverte dans les grs glauconieux de lAlbien a galement t repre sur cette mme commune et a fait lobjet dun effondrement de blocs son entre en 1976.

    Illustration 12 Entre de lancienne carrire souterraine de Joncas, dans la monte

    du Chteau, commune du Teil (photos BRGM)

    4.2.3. Les caves Les cavits recenses comme caves dans le dpartement sont au nombre de 5. Ont t considres dans cette catgorie des cavits souterraines, gnralement de faible extension, creuses de la main de lhomme, non pas des fins dexploitation des matriaux mais pour le stockage ou pour servir de refuge. Les cavits ardchoises rattaches cette catgorie dans le prsent inventaire sont une galerie partant de la nef de lglise de Champagne (signale par la commune), un rseau de galeries repr suite un effondrement sur la commune de Devesset (souterrain dit du Trsor des Hospitaliers ), deux refuges troglodytes en partie creuss artificiellement (les Balmes de Montbrun Saint-Gineis-en-Coiron et la Grotte du Clapas Saint-Martial), ainsi que deux abris de cantonniers, semi-enterrs, observs en bord de route sur la commune de Satillieu (illustration 13). Il va de soi que cet inventaire est trs certainement incomplet et que dautres caves du mme type existent travers le dpartement.

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 43

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 13 Entre dabris semi enterrs sur la commune de Satillieu

    (photo BRGM)

    4.2.4. Les ouvrages civils

    Les ouvrages civils souterrains recenss dans le dpartement sont au nombre de 18, parmi lesquels 8 anciens tunnels ferroviaires, tous les autres ayant t creuss pour le passage de leau.

    La liste des tunnels ferroviaires dsaffects recenss dans cet inventaire nest pas ncessairement exhaustive, faute de rponse globale de la part de la SNCF. Ces ouvrages ont t reprs pour lessentiel partir de lenqute auprs des communes et partir de lexamen des cartes topographiques de lIGN. Par exemple, sur la commune de Saint-Dsirat, dans le nord-est du dpartement, deux anciens tunnels (dont lun ramnag par la cooprative vinicole), sont situs sur lancienne voie ferre allant de Peyraud Annonay, actuellement transforme en chemin partiellement carrossable (Illustration 14). A Nonnires, deux anciens tunnels ont t signals par la commune, situs sur une ancienne voie cre en 1903 et dmantele en 1968. A Saint-Lger-Bressac, le tunnel recens concerne la voie ferre qui reliait Le Pouzin Privas et Vog, louvrage signal est sur lancienne voie allant de Vog Lalevade.

    Les autres ouvrages de ce type recenss sont, pour 5 dentre eux des galeries de captage et/ou dadduction deau. Il sagit de la source des Fonts du Pouzin (sur la commune du Pouzin), du captage souterrain du rseau des Condamines Saint-Paul-le-Jeune, de la galerie AEP de Vidalon Annonay, de 2 galeries captantes Vals-les-Bains (Grotte de Neyrac et Parc du Casino) et de la galerie de la Joanade Viviers. Une autre galerie dusage indtermin a t signale par la commune de Saint-Clment au lieu-dit Fouiller.

    44 BRGM/RP-53911-FR Rapport final

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    Illustration 14 Entre danciens tunnels ferroviaires sur la commune de Saint-Dsirat

    (photo BRGM)

    Deux autres galeries servant au passage de leau ont t recenses. La premire se trouve Viviers au lieu-dit Les Hellys, et correspond la canalisation en souterrain par une galerie en pierres maonnes sur une longueur denviron 120 m, dun cours deau temporaire au passage dune ancienne carrire ciel ouvert (illustration 15).

    Illustration 15 Galerie des Hellys sur la commune de Viviers (photo BRGM)

    Un ancien four chaux (ou ciment) a t recens proximit des carrires Lafarge, sur la commune du Teil, le long de la RN 86. Il sagit dune galerie de 5 6 m de hauteur, ouverte perpendiculairement la route la base dun mur de soutnement en pierres maonnes (illustration 16). La vote et la partie suprieure du pied-droit de cette galerie sont affecte dune fissuration trs ouverte avec une amorce de

    BRGM/RP-53911-FR Rapport final 45

  • Inventaire dpartemental des cavits souterraines de lArdche

    dcrochement vertical 2 m en arrire de la route qui rendent cet ouvrage particulirement instable.

    Illustration 16 Ancien four chaux le long de la RN 86, commune du Teil

    (photo BRGM)

    4.2.5. Les ouvrages militaires Aucun ancien ouvrage souterrain vocation militaire na t recens dans le dpartement.

    4.2.6. Les cavits dorigine indtermine Ont t rattaches cette catgorie 7 cavits creuses de manire artificielle mais dont lusage initial nest pas compltement dtermin. Cert