Hommage à René Char

download Hommage à René Char

If you can't read please download the document

  • date post

    21-Jun-2015
  • Category

    Education

  • view

    1.795
  • download

    4

Embed Size (px)

Transcript of Hommage à René Char

  • 1. Pomes crits par des lves de 3e la manire de. Hommage Ren Char

2. Lanne 2007 a clbr le centenaire de la naissance du pote Ren Char. Nous avons donc dcid de tenter une approche de sa posie avec des lves de 3e,malgr la rputation dhermtisme qui lentoure . Loccasion tait belle, travers un choix daphorismes et de pomes, de les sensibiliser la posie laquelle ils sont souvent plus ouverts quon ne limagine. Le choix de Ren Char se justifiait nos yeux par la richesse et les facettes multiples du personnage ( entre autres chef de la Rsistance dans le maquis des Basses-Alpes et grand ami des peintres de son poque) qui pouvait faire lobjet dtudes transversales en franais, musique, histoire et arts plastiques. 3. Ren Char, 1907-1988 4. Pote 5. mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm Ami des peintres surralistes 6. Rsistant, chef du maquis des Basses-Alpes. 7. Fragment 128 des Feuillets dHypnos de Ren Char, texte originalde Ren Char Le boulanger navait pas encore dgraf les rideaux de fer de sa boutiqueque dj le village tait assig, billonn, hypnotis, mis dans l'impossibilit de bouger.Deux compagnies de S.S. et un dtachement de miliciens le tenaient sous la gueule de leurs mitrailleuses et de leurs mortiers. Alors commena l'preuve. Les habitants furent jets hors des maisons et somms de se rassembler sur la place centrale.Les cls sur les portes. Un vieux, dur d'oreille, qui ne tenait pas compte assez vite de l'ordre, vit les quatre murs et le toit de sa grange voler en morceaux sous l'effet d'une bombe. Depuis quatre heures j'tais veill. Marcelle tait venue mon volet me chuchoter l'alerte.J'avais reconnu immdiatement l'inutilit d'essayer de franchir le cordon de surveillance et de gagner la campagne. Je changeai rapidement de logis.La maison inhabite o je me rfugiai autorisait, toute extrmit, une rsistance arme efficace.Je pouvais suivre de la fentre, derrire les rideaux jaunis, les alles et venues nerveuses des occupants. Pas un des miens n'tait prsent au village. Cette pense me rassura. quelques kilomtres de l, ils suivraient mes consignes et resteraient tapis.Des coups me parvenaient, ponctus d'injures. Les S.S. avaient surpris un jeune maon qui revenait de relever des collets. Sa frayeur le dsigna leurs tortures. Une voix se penchait hurlante sur le corps tumfi : O est-il? Conduis-nous, suivie de silence. Et coups de pied et coups de crosse de pleuvoir. Une rage insense s'empara de moi, chassa mon angoisse. Mes mains communiquaient mon arme leur sueur crispe, exaltaient sa puissance contenue. Je calculais que le malheureux se tairait encore cinq minutes, puis, fatalement, il parlerait. J'eus honte de souhaiter sa mort avant cette chance. Alors apparut jaillissant de chaque rue la mare des femmes, des enfants, des vieillards, se rendant au lieu de rassemblement, suivant un plan concert. Ils se htaient sans hte, ruisselant littralement sur les S.S., les paralysant en toute bonne foi .Le maon fut laiss pour mort. Furieuse, la patrouille se fraya un chemin travers la foule et porta ses pas plus loin. Avec une prudence infinie, maintenant des yeux anxieux et bons regardaient dans ma direction, passaient comme un jet de lampe sur ma fentre. Je me dcouvris moiti et un sourire se dtacha de ma pleur.Je tenais ces tres par mille fils confiants dont pas un ne devait se rompre . J'ai aim farouchement mes semblables cette journe-l, bien au-del du sacrifice. 8.

  • Le boulanger
  • n'avait pas encore dgraf
  • les rideaux de fer
  • de sa boutique peinte en vert
  • que dj le village
  • perdu dans les pturages
  • tait billonn, hypnotis,
  • dans l'impossibilitde bouger
  • Deux compagnies de SS,
  • qui mettaient la foule en dtresse,
  • taient accompagnes
  • d'un groupe de miliciens
  • suivis d'normes chiens.
  • Fentre ouverte,
  • on vint me donner l'alerte.
  • Je changeais donc de logis
  • pour me mettre aux abris.
  • La maison inhabite,
  • o je me rfugiais,
  • me permettait de voir
  • tout ce qui bougeait.

Soudaindes cris un jeune maon avait t pris. Des injures et des coups o est t'il ? Conduis nous ! Mme frapp, le garon ne dit rien et moi, malgr ma rage... je ne fis rien. Alors arriva la foule, Des ordres qu'on la refoule Mais les allemands crass tentrent de se dptrer. Des yeux brillants vers moi se sont tourns, on avait gagn! Le slam de la Rsistance rcriture potique du fragment 128 des Feuillets dHypnos de Ren Charpar Kevin Le Pennec 9. Les Allemands arrivs, La vie paralyse Les mitrailles les mortiers La milice (a) utiliss Lalerte a sonn Quand on ma rveill De logis jai chang Pour me rfugier Dici je pouvais observer Ce qui se passait Je voyais prsentUn jeune innocent Se faire torturer Par des soldats allemands Des coups pleuvaient Sur son visage effray Une rage insense Suivie dun remords Car jeus honte Davoir souhait sa mort Alors jaillissant Vieillards, femmes et enfants Des coins de rue au lieu de rassemblement Les SS reculaient Un peu apeurs Ils se frayaient un chemin Pour aller plus loin Des hommes anxieux Me fixant des yeux Je pus enfin dcouvrir Sur mon visageun sourire A ce moment la foule Je laimaisFarouchement. Rcriture potique par Julien Haumant 10.

  • Quil vive!
  • Ren Char
  • Ce pays nest quun vu de lesprit, un contre-spulcre.
  • Dans mon pays, les tendres preuves du printemps et les oiseaux mal habills
  • sont prfrs aux buts lointains.
  • La vrit attend laurore ct dune bougie.
  • Le verre de fentre est nglig. Quimporte lattentif.
  • Dans mon pays, on ne questionne pas un homme mu.
  • Il ny a pas dombre maligne sur la barque chavire.
  • Bonjour peine, est inconnu dans mon pays
  • On nemprunte que ce qui peut se rendre augment.
  • Il y a des feuilles, beaucoup de feuilles sur les arbres de mon pays.
  • Les branches sont libres de navoir pas de fruits.
  • On ne croit pas la bonne foi du vainqueur.
  • Dans mon pays, on remercie.

11. Quil vive! (pome collectif) Ce pays nest quinvention, fruit de mon imagination Dans mon pays, laube est un cadeau, on prfre la lumire lombre. Le soleil ne se couche quune fois les gens fatigus. Laurore napparat quune fois les gens reposs. Dans mon pays, il ny a aucun prjug. Il ny a pas de racisme ni de terrorisme.La peur et la douleur sont inconnues dans mon pays.On ne croit pas la tristesse et la misre. Il y a des sourires, beaucoup de sourires sur les visages.Les hommes sont libres de croire ce quils veulent.On ne croit pas au sans-cur. Dans mon pays, cest lamour qui gagne tous les dfis 12.

  • Quil vive! (pome collectif)
  • Ce pays nest que le reflet de nos rves
  • Dans mon pays, lhiver nest jamais froid
  • Leau de mer est limpide
  • Les ruisseaux fous, leurs descentes intrpides
  • Dans mon pays, chaque problme a une solution
  • Il ny a pas de meilleur ni de moins bon
  • Faire de la peine est inconnu dans mon pays
  • On ne croit pas un monde meilleur
  • Il y a la mer, fire et insolente qui schoue sur les berges de mon pays
  • Il y a du soleil en pleuvoir
  • Les nuages sont libres de ne pas avoir de pluie
  • On ne croit pas la mort aprs la vie
  • Dans mon pays, on vit.

13. Rptitions Avec Jacques Pellen Avec Jean-Pierre Gaillard 14. Le spectacle Et encore bravo aux trois slameurs courageux !!! Mgane, Kvin et Paul. 15.

  • Ces textes ont t crits
  • par des lves de 3e et adapts en slam.
  • Les deux morceaux que vous entendez pendant le diaporama
  • accompagnaient les textes slams par les lves
  • lors du spectacle.
  • Le premier pour dans mon pays,
  • le second pour lefragment 128 .
  • Le projet a t men au collge Edouard Quau de Ploudalmzeau lanne scolaire 2007-2008
  • par Gwennag Goasduff
  • et Isabelle Auger-Garrec, professeurs de franais
  • Gurvan Le Bhrec, professeur de musique,
  • Sylvie Benoist, professeur-documentaliste.
  • Un grand Merci Jean-Pierre Gaillard, comdien
  • et Jacques Pellen, pour la musique.

16. Pour plus de renseignements, contactez Sylvie Benoist,documentaliste au collge Edouard Quau De Ploudalmzeau 02 98 48 94 87 [email_address] Adresse du blog :http://cdiqueau.canalblog.com/