Hegel Science Logique

download Hegel Science Logique

of 39

  • date post

    10-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    82
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Hegel Science Logique

Bernard Dantier(8 avril 2008) (docteur en sociologie de lcole des Hautes tudes en Sciences Sociales)

Textes de mthodologie en sciences sociales choisis et prsents par Bernard Dantier

Philosophie de la connaissance et connaissance de la philosophie: Hegel, La Science de la logique "G. W. F. Hegel, La science de la logique Encyclopdie des sciences philosophiques (ditions de 1827 et 1830), Paris, Librairie Philosophique Vrin, 1986, traduction de Bernard Bourgeois, pp. 163-184 et pp. 283-293.

Un document produit en version numrique par M. Bernard Dantier, bnvole, Docteur en sociologie de lcole des Hautes tudes en Sciences Sociales Courriel: bernard.dantier@orange.fr Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" dirige et fonde par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi Site web: http://classiques.uqac.ca/ Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque Paul-mile-Boulet de lUniversit du Qubec Chicoutimi Site web: Site web: http://bibliotheque.uqac.ca/

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 2

Un document produit en version numrique par M. Bernard Dantier, bnvole, Docteur en sociologie de lcole des Hautes tudes en Sciences Sociales Courriel: bernard.dantier@orange.fr

Textes de mthodologie en sciences sociales choisis et prsents par Bernard Dantier:

Philosophie de la connaissance et connaissance de la philosophie: Hegel, La Science de la logique Extrait de: G. W. F. Hegel, La science de la logique Encyclopdie des sciences philosophiques (ditions de 1827 et 1830), Paris, Librairie Philosophique Vrin, 1986, traduction de Bernard Bourgeois, pp. 163-184 et pp. 283-293. Utilisation des fins non commerciales seulement. Polices de caractres utilise: Pour le texte: Times New Roman, 14 points. Pour les notes de bas de page: Times New Roman, 12 points. Citation: Times New Roman, 12 points. dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2004. Mise en page sur papier format: LETTRE (US letter, 8.5 x 11) dition complte Chicoutimi, Ville de Saguenay, Qubec, le 13 avril 2008.

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 3

Politique d'utilisation de la bibliothque des Classiques

Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, mme avec la mention de leur provenance, sans lautorisation formelle, crite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue. Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle: - tre hbergs (en fichier ou page web, en totalit ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques. - servir de base de travail un autre fichier modifi ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...), Les fichiers (.html, .doc, .pdf., .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la proprit des Classiques des sciences sociales, un organisme but non lucratif compos exclusivement de bnvoles. Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est galement strictement interdite. L'accs notre travail est libre et gratuit tous les utilisateurs. C'est notre mission. Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Prsident-directeur gnral, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 4

Textes de mthodologie en sciences sociales choisis et prsents par Bernard Dantier:

Philosophie de la connaissance etconnaissance de la philosophie: Hegel, La Science de la logique Extrait de: G. W. F. Hegel, La science de la logique Encyclopdie des sciences philosophiques (ditions de 1827 et 1830), Paris, Librairie Philosophique Vrin, 1986, traduction de Bernard Bourgeois, pp. 163-184 et pp. 283-293.

Par Bernard Dantier, sociologue (8 avril 2008)

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 5

Philosophie de la connaissance et connaissance de la philosophie: Hegel, La Science de la logique

Sans prtendre puiser les enseignements contenus dans ce riche et complexe texte dont le commentaire rclamerait peut-tre tout un volume, dans cette prsentation nous nous bornerons quelques aspects intressant notre mthodologie des sciences sociales. Contentons-nous ainsi daborder ce texte comme une tude dpistmologie ou de philosophie de la connaissance. Dans le processus qui mne la connaissance vraie de ce qui est, questce qui est et quest-ce qui permet de dire quil y a vrit, et dailleurs que signifie connaissance , qui connat et qui est connu ? On assiste ici une sorte de parcours par le philosophe du parcours de la raison dans son rapport au monde. Remarquons dabord que ce parcours est celui de l Esprit universel, et non pas de chacun des esprits individuels et mortels qui se nourrissent de lui et qui lui apportent en retour une contribution, esprits quil utilise au cours de lhistoire et de par le monde pour accomplir son uvre gnrale. Nous pouvons en dduire que la science laquelle nous participons, que nous pratiquons, nous forme et nous conduit et que tout ce que pouvons y apporter ne peut ltre quautant que cela sinsre dans son mouvement en correspondant au principe et au but de cette science. Il faut savoir que les premires tapes de la connaissance sont toujours destines tre dpasses vers les suivantes, progrs qui sopre par la suppression mais non pas par lanantissement de ce qui a t prcdemment conu comme su et vrai. Le principal nud traiter est la liaison et la non-liaison entre les perceptions immdiates des faits (sensations, motions, sentiments, volonts,

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 6

reprsentations) et la pense mdiate de ces faits sous forme de catgories (ltre, le particulier, le gnral, etc.) et sous forme de structures relationnelles (lois de causalit par exemple). Il sagit dorganiser une relation ordonne entre les deux niveaux, lun ne pouvant tre indpendant de lautre, sous peine de tomber dans les erreurs de lempirisme ou celles du dogmatisme. Le danger qui guette la connaissance consiste sisoler dans le sensible ou dans lintelligible au lieu de les lier. Il y a dj changement la base du rapport: la pense qui prend pour objet un fait sensible le modifie invitablement en en faisant un contenu de pense. Ainsi, dune certaine faon Hegel prvient ici le lecteur des obstacles pistmologiques sur lesquels par exemple Gaston Bachelard prodiguera ses observations et ses conseils. Toutefois, il nest pas question de criticisme . Ltude critique des conditions de la connaissance, telle que Kant la initie, tude cense permettre ensuite un usage plus adapt, plus sr et plus efficace des instruments de la raison, constitue selon Hegel une illusion et une coquetterie manire. En effet, tenter de connatre la connaissance avant den faire usage revient dj commencer le travail de cette connaissance; autant vouloir apprendre nager avant de se risque dans leau . Prtendre prendre connaissance de limites au pouvoir de la raison, cest dj percevoir ce qui va au-del delles et les dpasser, cest nier ces limites tout en les affirmant. Hegel dit luimme, plus loin, dans la suite de lextrait que nous donnons, que la dsignation de quelque chose comme quelque chose de fini ou de born contient la preuve de la prsence effective de linfini, du non-born, que le savoir dune limite ne peut tre que dans la mesure o lillimit est de ce ct-ci dans la conscience ( 60). Le but est ici de montrer, lencontre de Kant, quil y a contradiction dune part affirmer quon ne connat que des phnomnes, affirmation dune limite, et dautre part, en consquence fallacieuse, affirmer aussi quon ne peut connatre rien au-del de ces phnomnes, affirmation de limpossibilit de dpasser ces limites. Il sagit donc de connatre la connaissance en connaissant, dans une connaissance totale. Or cest justement le propre de l esprit de se connatre en connaissant et dtre esprit en tant la totalit.

Philosophie de la connaissance: Hegel, Science de la logique 7

Dans la dmarche de la science, il ne suffit pas de penser, mais par la rflexion de penser sur ce qui est pens. Lesprit doit produire des penses sur ses penses, dpasser les donnes de la conscience, les reprsentations mmes vers labstraction, vers le concept, le systme total de sens, concept qui correspond au moi en tant que pur sujet, que conscience abstraite de tout, et cela en sopposant ce quil est et ce quil vit immdiatement, dans un mouvement de ngation, afin datteindre, par del son contenu ou son contenant, par del ce quoi il est mlang, par del le relatif, ce quil est vraiment en lui-mme, la pense pure tant ltre luimme dans sa vrit universelle et absolue. Aussi le savoir nest-il pas un donn arrt, un immdiat , mais un construit, une production provenant sans cesse de la ngation dun savoir antrieur qui comporte lui-mme sa propre ngation et trouve sa vrit dans le savoir suivant, mdiatis , dont il permet le dveloppement en se donnant comme ce quil faut dpasser. Au surplus tout savoir dit immdiat, inn, pour peu quil existe vraiment, afin dtre conscient, doit devenir conscient, cest--dire se prendre comme objet, autrement dit se ddoubler et se dpasser en devenant le sujet de lui-mme. Il rclame la mdiatisation de la rflexion (une ducation, un dveloppement) qui toujours apporte une altrit. Tout savoir est ainsi processus de changement. Car il sagit bien dun travail de prise de conscience. La philosophie est conue ici comme une sorte de connaissance de la connaissance, jouant par l aussi le rle de synthse des sciences. D'abord, se refuser au prescriptif pour tre dans le descriptif, connaissance non pas du devant-tre mais de ltant, ltant accom