Gaston Bachelard (1950) .Gaston Bachelard (1950) LA DIALECTIQUE DE LA DURÉE Un document produit

download Gaston Bachelard (1950) .Gaston Bachelard (1950) LA DIALECTIQUE DE LA DURÉE Un document produit

of 146

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Gaston Bachelard (1950) .Gaston Bachelard (1950) LA DIALECTIQUE DE LA DURÉE Un document produit

  • Gaston Bachelard (1950)

    LA DIALECTIQUE DE LA DURE

    Un document produit en version numrique par Jean-Marie Tremblay, bnvole, professeur de sociologie retrait du Cgep de Chicoutimi

    Courriel : jean-marie_tremblay@uqac.ca Site web pdagogique : http ://www.uqac.ca/jmt-sociologue/

    Dans le cadre de : "Les classiques des sciences sociales"

    Une bibliothque numrique fonde et dirige par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi

    Site web : http ://classiques.uqac.ca/

    Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque Paul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi

    Site web : http ://bibliotheque.uqac.ca/

    mailto:jean-marie_tremblay@uqac.cahttp://www.uqac.ca/jmt-sociologue/http://classiques.uqac.ca/http://bibliotheque.uqac.ca/

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 2

    Politique d'utilisation

    de la bibliothque des Classiques Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite,

    mme avec la mention de leur provenance, sans lautorisation for-melle, crite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.

    Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle :

    - tre hbergs (en fichier ou page web, en totalit ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

    - servir de base de travail un autre fichier modifi ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),

    Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la proprit des Classi-ques des sciences sociales, un organisme but non lucratif com-pos exclusivement de bnvoles.

    Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnel-le et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation des fins com-merciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est galement strictement interdite.

    L'accs notre travail est libre et gratuit tous les utilisa-teurs. C'est notre mission.

    Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Prsident-directeur gnral, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 3

    Cette dition lectronique a t ralise par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie partir de : Gaston Bachelard (1950),

    La dialectique de la dure

    Paris : Les Presses universitaires de France, Deuxime tirage de la nouvelle dition, 1963. Collection : Bibliothque de philosophie contemporaine, 151 pages.

    Polices de caractres utilise : Times New Roman, 14 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh.

    Mise en page sur papier format : LETTRE US, 8.5 x 11. dition numrique ralise le 19 septembre 2012 Chicoutimi, Ville de Saguenay, Qubec.

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 4

    Gaston Bachelard (1950),

    La dialectique de la dure

    Paris : Les Presses universitaires de France, Deuxime tirage de la nouvelle dition, 1963. Collection : Bibliothque de philosophie contemporaine, 151 pages

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 5

    REMARQUE Ce livre est du domaine public au Canada parce quune uvre pas-

    se au domaine public 50 ans aprs la mort de lauteur(e). Cette uvre nest pas dans le domaine public dans les pays o il

    faut attendre 70 ans aprs la mort de lauteur(e). Respectez la loi des droits dauteur de votre pays.

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 6

    Table des matires

    AVANT-PROPOS

    CHAPITRE I. Dtente et nant

    CHAPITRE II. La psychologie des phnomnes temporels

    CHAPITRE III. Dure et causalit physiques

    CHAPITRE IV. Dure et causalit Intellectuelles

    CHAPITRE V. La consolidation temporelle

    CHAPITRE VI. Les superpositions temporelles

    CHAPITRE VII. Les mtaphores de la dure

    CHAPITRE VIII. La Rythmanalyse

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 7

    [v]

    La dialectique de la dure (1963)

    AVANT-PROPOS

    Retour la table des matires

    Cette tude ne peut gure perdre son obscurit que si nous en fixons tout de suite le but mtaphysique : elle s'offre comme une pro-pdeutique une philosophie du repos. Mais, comme on le verra ds les premires pages, une philosophie du repos n'est pas une philoso-phie de tout repos. Un philosophe ne peut pas chercher tranquillement la quitude. Il lui faut des preuves mtaphysiques pour qu'il accepte le repos comme un droit de la pense ; il lui faut des expriences multi-ples et de longues discussions pour qu'il admette le repos comme un des lments du devenir. Le lecteur devra donc pardonner le caractre tendu d'un livre qui fait bon march des conseils et des exemples fa-miliers pour aller tout de suite la conviction que le repos est inscrit au cur de l'tre, que nous devons le sentir au fond mme de notre tre, intimement ml au devenir imparti notre tre, au niveau mme de la ralit temporelle sur laquelle s'appuient notre conscience et no-tre personne.

    Mais quand le lecteur aura pardonn un philosophe de manquer d'enjouement, il devra encore faire face une autre dsillusion. En

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 8

    effet, dans cet ouvrage, on n'a pas cru devoir dcrire la perspective qui mne la vie secrte et paisible. Il aurait fallu pour cela des pages et des pages et toute une psychologie des passions que nous avons perdu le got d'tudier puisque nous devons faire profession de les refuser. Nous pouvions donc profiter de l'heureux ge o l'homme est rendu lui-mme, o la rflexion s'occupe plutt organiser l'inaction qu' servir des exigences externes et sociales. Tout ce qui a gard l'loi-gnement du monde, la dfense de la vie retire, l'affermissement de [vi] la solitude morale, nous en avons, comme trop lmentaire, laiss l'tude de ct. Que chacun fasse sa guise les premiers pas sur la route qui mne la fontaine de Silo, aux sources mmes de la per-sonnel Que chacun se libre, sa manire, des excitations contingen-tes qui l'attirent hors de soi-mme ! C'est dans la partie impersonnelle de la personne qu'un philosophe doit dcouvrir des zones de repos, des raisons de repos, avec lesquelles il fera un systme philosophique du repos. Par la rflexion philosophique, l'tre se librera d'un lan vital qui l'entrane loin des buts individuels, qui se dpense en des actions imites. L'intelligence, rendue sa fonction spculative, nous appara-tra comme une fonction qui cre et affermit des loisirs. La conscience pure nous apparatra comme une puissance d'attente et de guet, com-me une libert et une volont de ne rien faire.

    *

    * * Nous avons t ainsi conduit tout naturellement un examen des

    puissances ngatrices de l'esprit. Cette ngation, nous l'avons exami-ne tout de suite sa racine, reconnaissant que l'esprit pouvait heurter la vie, s'opposer des habitudes invtres, faire en quelque manire refluer le temps sur lui-mme pour susciter des rnovations de l'tre, des retours des conditions initiales. Pourquoi ne considrerions-nous pas comme galement importantes les actions ngatives et les actions positives du temps ? Puisque nous prtendions aller aussi vite que possible au centre mtaphysique du problme, c'tait une dialectique de ltre dans la dure qu'il fallait fonder. Or, ds que nous avons t un peu exerc, par la mditation, vider le temps vcu de son trop-plein, srier les divers plans des phnomnes temporels, nous nous

  • Gaston Bachelard (1950) La dialectique de la dure 9

    sommes aperu que ces phnomnes ne duraient pas tous de la mme faon et que la conception d'un temps unique, emportant sans retour notre me avec les choses, ne pouvait correspondre qu' une vue d'en-semble [vii] qui rsume bien mal la diversit temporelle des phno-mnes. Un botaniste qui bornerait sa science dire que toutes les fleurs se fanent serait le digne mule du philosophe qui fonde sa doc-trine en rptant : tout s'coule et le temps fuit. Nous avons vu bien vite qu'il n'y a nul synchronisme entre cet coulement des choses et la fuite abstraite du temps et qu'il fallait tudier les phnomnes tempo-rels chacun sur un rythme appropri, un point de vue particulier. Examine dans sa contexture, sur n'importe lequel de ses plans et la condition de s'astreindre rester sur un mme plan d'examen, nous avons vu la phnomnologie comporter toujours une dualit des v-nements et des intervalles. Bref, prise dans le dtail de son cours, nous avons toujours vu une dure prcise et concrte fourmiller de lacunes.

    tablir mtaphysiquement - contre la thse bergsonienne de la continuit - l'existence de ces lacunes dans la dure devait tre notre premire tche. Il nous a donc fallu commencer par discuter la fameu-se dissertation bergsonienne sur l'ide de nant et entreprendre de ra-mener l'quilibre entre le passage de l'tre au nant et du nant l'tre. Cette base tait indispensable pour fonder l'alternative du repos et de l'action.

    notre avis, ce dbat n'est pas vain, car en s'appuyant sur une conception dialectique de la dure, on facilite, comme nous avons en-trepris de le montrer dans une suite de chapitres, la solution des pro-blmes poss par la causalit psychologique, ou, pour parler plus exactement, par les causalits psychologiques. En examinant, feuillet par feuillet, les divers plans d'enchanement du psychisme, on aperoit les discontinuits de la production psychique. S'il y a continuit, elle n'est jamais dans le plan o l'on exerce un examen particulier. Par exemple, la continuit dans l'efficacit des motifs intellectuels ne rside pas dans le plan intellectuel ; on la suppose dans les plans des passions, des instinct