ECRIVAINS AFRICAINS A LAGOS

Click here to load reader

  • date post

    17-Jun-2022
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of ECRIVAINS AFRICAINS A LAGOS

200 Ecrivains Africains à Lagos - extraitMarian Allagoa Dominique Martineau
Nicole Medjigbodo Sam Asein G.G. Darah
EDITIONS NOUVELLES DU SUD
SOMMAIRE
Préface ............................................................................. 7 Introduction ...................................................................... 14 Discours de l'ambassadeur de France, Jacques Thibau .. 17 Le pouvoir et les stratégies créatrices, Wole Soyinka . . . . 30
A. The Language Question / Le problème de la langue
1. An African Language, Gabriel O kara.................... 37 2. Language and Africa, M.J.C. Echeruo ..................... 48 3. The Challenge of Translation, Femi Osofisan___ 57 4. La transcription des réalités africaines, Olympe
Bhely-Quenum ........................................................ 65 5. L'écriture polyglotte, Noureini Tidjani-Serpos .. 82 6. De l’oral à l'écrit, Pius Ngandu Nkashama......... 98
B. On Publishing / Problèmes de l’édition
7. The Publisher and His Society, Joseph O. Okpaku 107 8. Les enjeux sociaux, Yves-Emmanuel Dogbe......... 111 9. The Place of Copyright, Bankole Sodipo............. 125
10. Writers and Publishers, Flora Nwapa .................. 129
C. The Socio-Political Dimension / La dimension socio- politique
11. Amilcar Cabrai, Tunde Fatunde........................... 135 12. The Song of Lawino, Otello O culi....................... 143 13. Literature, Culture, Omafume Onoge.................... 161 14. Marxist Aesthetics, Odun Balogun .................... 175
15. La décolonisation littéraire, Sylvain Bemba __ 190 16. L’écrivain homme du peuple, Magognime Urbain
Dembele.................................................................. 199
D. Literature and the Media / La littérature et les médias
17. La critique journalistique, Véronique Tadjo ---- 203 18. Littérature et nouveaux médias, Guy Menga......... 208 19. Un second souffle pour l’oralité, Djibril Tamsir
Niane ...................................................................... 212
E. On the Writer’s Vocation / Témoignages
20. Les héritages littéraires, Tiemo Monenembo . . . . 217 21. Naissance et exigences, Jean P liya ....................... 223 22. Stubborn Thread, Niyi Osundare ........................ 235 23. L’écrivain et ses sources, Sénouvo Agbota Zinsou 241 24. Sciences et ressources, Tanella B o n i.................... 251 25. Our Rich Bounties, Bode Sowande........................ 256 26. Interventions ........................................................ 275
Pour une nouvelle manière de vivre le français............. 335 27. Message de sympathie ......................................... 351 28. Appendix ............................................................... 367
PRÉFACE
A Lagos, en mai 1988, se sont retrouvés près de 200 écrivains venus d’une quinzaine de pays africains et principalement de l’Afrique de l’Ouest.
Cette rencontre est née du mariage finalement réussi de deux projets simultanés : celui de l’ambassadeur de France au Nigé- ria, Jacques Thibau, homme de lettres et de culture, qui sou­ haitait, dans une tradition de mécénat, réunir à Lagos, métro­ pole de l'Afrique de l’Ouest, des écrivains venus des pays anglo­ phones et francophones qui composent cette région, et celui du ministère de la Culture nigérian qui voulait organiser un sym­ posium en l’honneur de l’attribution du Prix Nobel de litté­ rature à Wole Soyinka.
Peu importe aujourd’hui les divergences passagères des organisateurs, leurs efforts pour se donner une structure et des objectifs communs et les angoisses par tous partagées de la préparation matérielle, puisque la rencontre, le colloque, le symposium ont eu lieu et que ce rassemblement de créateurs s'est donné lui-même sa personnalité propre.
Par rapport à d’autres événements du même type, l'origi­ nalité du colloque de Lagos a été sa spontanéité, son désordre vital. Le formalisme, l'académisme n'étaient pas absents, mais ont dû se taire ; les communications apportées dans les valises n'ont pas ou guère été lues, mais passionnément commentées. Des hommes, des femmes, dont la vocation est de refaire le monde par les mots, se levaient et parlaient dans la langue de leur écriture. Les « séances plénières » se confondaient avec les « ateliers » : tout était improvisation, jaillissement, débat.
Certes, l’on n’a pas échappé aux clichés, aux redites sempi­ ternelles, ni d'ailleurs aux non-dits : cette rencontre d’écrivains africains d’expression anglaise ou française était aussi, à l'évi-
7
dence, la confrontation de deux cultures. Incarnée dans le bilin­ guisme du colloque, cette différence audible, visible aussi dans les comportements collectifs, cruciale pour l’avenir, n’a pu être analysée, à peine a-t-elle été abordée. Mais dans les cou­ loirs du grand théâtre, sur la terrasse de l'hôtel, entre les tables et les verres, des dialogues se sont noués, où revenait le même regret étonné, mêlé à la joie de découvrir : nous ne nous con­ naissons pas assez. Des noms, des livres ont été échangés, des projets de traduction, de créations communes, se sont ébau­ chés. Le grand mérite du colloque a été d’échapper en même temps qu’à l’académisme, au nombrilisme et à la fausse unani­ mité, et d'être cette trop rare occasion d’échanges directs, de contacts vrais, de découvertes personnelles et parfois déconcer­ tantes, de troublantes interrogations.
C’est en cela surtout qu'il peut être fécond, c’est pour cela qu’il importe qu’il ne demeure pas une manifestation ponctuelle et isolée, mais qu'il soit une étape dans une série d'événements culturels destinés à créer un courant d’échanges entre tous les pays d’Afrique, dans la reconnaissance et l’exploration des dif­ férences et des changements.
Marie-Hélène Estève, conseiller culturel.
FOREWORD
In 1986, Nigerian Professor Wole Soyinka was awarded the Nobel Prize for Literature. This award has drawn a more sus­ tained attention, not only to the writer himself but also to the culture that produced him.
This interest in the culture has come not only from outside the country but also from within Nigeria. There is no doubt that Wole Soyinka's numerous literary and artistic practices have therefore afforded a window for a serious appreciation of the rich cultural background that aided the reach for his excel­ lence.
It is equally beyond doubt, that the award of the Nobel Prize to Wole Soyinka has exposed the necessity for a greater interest in affixing value to what we have in literature and the arts as a valuable property to a nation. In recognition of this fact, and having regard to the parameters of this award, the Federal Military Government of Nigeria decided that this signi­ ficant literary achievement must be utilized to create lasting structures which can redress not only the gap that yawns in our own knowledge of our writers but artists in general.
In furtherance of the above, the Federal Department of Culture of Federal Ministry of Information and Culture decided to host an International Symposium on African Literatures through which it hoped to effectively actualise the cultural implications of the award to Africa in particular and the world in general.
In July 1987, however, the Federal Department of Culture received a proposal from the French Government to co-sponsor the symposium under the framework of Franco-Nigerian Cul­ tural and Educational bilateral co-operation. It is significant to note that the French Government is the only Western Euro-
9
pean country that enjoys such bilateral relation with the Nige­ rian Government. With the signing of the Basic Agreement by both countries in May 1984 the floodgate for the implementa­ tion of various programmes was opened with a professionally super-performance of the French National Orchestra of Lille at the National Theatre, Iganmu, Lagos, in December 1985. This was preceeded by the hosting of the now well-known Exhibi­ tion of Treasures of Ancient Nigeria by the French Government on 16th May, 1984, in Paris, France.
The symposium was therefore co-sponsored by the Federal Military Government of Nigeria and the French Government in collaboration with UNESCO, while the Association for Nige­ rian Authors (ANA) provided the logistical support. Partici­ pants for the three sub-themes were drawn from the entire continent of Africa and among the Africans in Diaspora.
It is my great delight that the records of this memorable symposium have now been put together and published here for posterity.
Prince Tony Momoh, Honourable Minister,
Federal Ministry of Information and Culture.
INTRODUCTION
It has been quite an experience editing these papers. Wading through them, reading and sifting, it was almost like reliving all over those exhilarating days of the symposium in Lagos, mee­ ting the various faces again, recapturing their ardour, and laugh­ ter and turbulent intelligence. How exciting that the black world has such voices !
But in that pleasure was a mingled pain. For one finds oneself asking repeatedly: when will these talents be able to gather again like this at the same spot ? which agency will make it possible again for 150 writers from the black world, and particularly from beleaguered South Africa, to meet like this and make such frank exchanges ? How pathetic that the free spirit of artists should depend so paradoxically on the con­ descending and capricious will of governments !
With this realization of the uniqueness of the occasion, and of the remoteness of its re-enactment, we found ourselves obliged, as editors, to work with reverent zeal. And although we have intervened editorially where necessary, our main con­ sideration has been to preserve the spontaneity and vitality of debates, to recreate the original tenor of discourse. This has not been easy, we confess, given the circumstances of the assi­ gnment.
The first challenge, for instance, was that of time. The spon­ sors appointed me chief editor, and gave me an initial man­ date of seven days ! Seven days to chose a team and to com­ plete the entire work of editing. Of course, this was completely impossible. The original team could not be assembled, and the numbers were never complete even until the last moment, and the work itself in its present form has taken almost four weeks!
11
This rush has, not surprisingly, left a few disappointments. We have not, regrettably, been able to produce two versions, one in French and the other in English, as the sponsors de­ manded. There has been no time for the required translations, and we have simply left the various contributions in the ori -ginal language they were spoken. This will be a limitation to those who speak only one of these languages. But it is our hope that sometime in the future these completely monolingual edi­ tions can be made.
Again, there are a number of missing parts. We found, to our profound regret, it was not everything that was recorded or transcribed, that even some of the recording did not come out clear on the tapes. One of the missing sessions was, for ins­ tance, the important workshop on oral literature, while most of the discussions on the final resolutions came out garbled. Those who, therefore, fail to find their contributions here will, we hope, forgive us.
Finally, we have added, along with the actual proceedings, a second section of selected articles. Several of these were sub­ mitted for the symposium, but we soon discovered that quite a few of them touched on issues which were copiously dis­ cussed at the various sessions. Hence we have made a very sparse choice of these.
Our intention was also to reproduce all the papers sub­ mitted by the keynote speakers, some of whom had only ten to fifteen minutes to speak in the end. Again, we could not find all of them, and so have had to replace them with some other choices. The rather heavy Nigerian representation here has nothing to do with chauvinism, if it is necessary to explain. Nigeria supplied more than half of the attendance list natu­ rally, because it was the host country, but also because it has the largest population of writers on the continent. The choice of papers we have made here fairly represents the weight of the Nigerian contribution.
All the same, in spite of these shortcomings and reserva­ tions, we are happy to say that what readers will find here is going to be a priceless collection. The variety of opinions, the vivacity of the exchanges, and the richness of the information to be found here are simply astonishing. Those who were pre­ sent at the symposium will be startled to find out how much was going on at other workshops they were not able to attend, since those workshops ran at three at a time. And for those who could not attend, they will be rewarded to find, at last, a record of that historic occasion.
I want to thank all the typists who worked with us : Mr. Dare
12
Ajulo ; Miss Anne Ichite ; Miss Victoria Ofuani and Mr. Oliver Ihesieme ; my colleagues who were called upon to do the edi­ ting at such brief notice, Drs. Sam Asein, G. G. Darah and parti­ cularly Nicole Medjigbodo, for responding so promptly and with such trust ; to my predecessory in office, Dr. Kole Omo- tosho and the entire organizing committee.
And, finally, gratitude must go to the governments of Nige­ ria and France, to UNESCO and the Association of Nigerian Authors, and to their various officers, for making this mar­ vellous experience possible.
We salute Wole Soyinka, the 1986 Nobel laureate for lite­ rature, whose achievement gave focus to this luminous gathe­ ring, and we say : Long live African literatures ! Long live Africa ! Gbe Afrika ga !
Femi Osofisan, Chief editor and President of
the Association of Nigerian Authors.
INTRODUCTION (Traduction en français)
La préparation de ces textes en vue de la publication a été une expérience mémorable. Passer de l'un à l'autre, les lire et les examiner, c’était presque revivre ces journées exaltantes du Symposium de Lagos, rencontrer de nouveau tant de visages variés, capter une fois de plus leur enthousiasme, leurs rires et leur esprit tumultueux et mordant. Il est exaltant de cons­ tater que le monde Noir compte de telles voix !
Mais ce contentement n’est pas allé sans quelque amertume. En effet, on ne peut pas s’empêcher de s'interroger : quand ces esprits talentueux pourront-ils de nouveau se rencontrer ainsi en un même lieu ? Quelle organisation pourra faire en sorte que 150 écrivains du monde Noir — particulièrement de cette Afrique du Sud en état de siège — convergent en un même point, en vue d'échanges ouverts et fructueux ? N’est-il pas regrettable que les artistes, pour se faire entendre, doivent se plier, paradoxalement, à la volonté condescendante et capri­ cieuse des gouvernements !
Ayant pris conscience du caractère unique de cette occasion et de l'éventualité lointaine de sa récurrence, nous nous sommes trouvés dans l’obligation, en tant qu’éditeurs, de travailler avec une attention redoublée. Bien que nous ayons eu à intervenir lorsque cela s'avérait nécessaire, nous avons eu à cœur de recréer le sens profond du débat. Nous devons avouer que cela n’a pas été facile étant donné les circonstances dans les­ quelles nous avons travaillé.
Le premier défi, par exemple, a été celui du temps. Les orga­ nisateurs m’ont nommé responsable de la publication et m’ont donné un délai initial de sept jours ! Sept jours pour choisir une équipe de travail et achever l’ensemble du travail d’édition. C'était, bien sûr, absolument impossible. L'équipe initialement
14
prévue n'a pas pu être rassemblée, et même jusqu’au dernier moment on n’a jamais pu réunir la totalité des collaborateurs ; ainsi, dans sa forme actuelle, le travail a pris presque quatre semaines !
Cette précipitation a, on ne s’en étonnera pas, causé quel­ ques déceptions. C’est ainsi que, à notre grand regret, nous n’avons pas pu mettre au point, comme le souhaitent les orga­ nisateurs, deux versions, l'ime en français, l'autre en anglais. Nous n'avons pas disposé d’assez de temps pour faire les tra­ ductions nécessaires et nous avons simplement laissé les inter­ ventions dans la langue où leurs auteurs se sont exprimés. Cela constituera évidemment un obstacle pour ceux qui ne com­ prennent que l'ime de ces langues. Néanmoins, nous espérons que dans un avenir prochain il sera possible de réaliser la publi­ cation dans chacune de ces langues.
Enfin, nous avons complété les Actes du Symposium propre­ ment dits par une seconde section comprenant une sélection d’articles. Beaucoup d'articles ont été présentés au Symposium, mais nous avons eu tôt fait de nous rendre compte qu'un cer­ tain nombre d'entre eux traitaient de questions qui avaient été amplement discutées au cours des différentes séances. De ce fait, nous avons dû opérer un choix très restreint de ces com­ munications.
Notre intention initiale était aussi de reproduire toutes les communications présentées par les principaux orateurs, dont il s'est trouvé que quelques-uns n’ont eu en définitive que dix ou quinze minutes pour intervenir. Là encore, nous n’avons pas su trouver toutes les communications et nous avons dû les remplacer par d’autres. La représentation nigériane plutôt con­ sidérable ici n'a rien à voir avec le chauvinisme, est-il besoin de le préciser. Il se trouve que les Nigérians constituaient plus de la moitié de la liste des présents, non seulement parce que le Nigéria était le pays hôte, mais aussi parce qu'il a la popula­ tion la plus élevée d'écrivains sur le continent. Le choix qui a été fait en ce qui concerne les communications traduit simple­ ment l’importance de cette contribution nigériane.
Néanmoins, en dépit de ces insuffisances et de ces réserves, nous sommes heureux d'annoncer que les lecteurs trouveront ici un recueil inestimable. La diversité des opinions exprimées, la vivacité des échanges et la richesse de l'information qu’on trouvera ici sont tout simplement étonnantes. Ceux qui ont assisté au Symposium n'en reviendront pas de découvrir à quel point les activités ont été intenses dans les ateliers auxquels ils n'ont pas pu participer, puisque trois d’entre eux se tenaient au même moment. Et quant à ceux qui n'étaient pas présents,
15
ils auront la satisfaction de trouver enfin ici un ensemble d'informations sur cet événement de portée historique.
Je voudrais remercier tous les dactylographes qui ont tra­ vaillé avec nous : Dare Ajulo, Anne Ichite, Victoria Ofuani et Oliver Ihesieme. Mes remerciements vont aussi à mes collègues que j'ai sollicités à brûle-pourpoint pour m’assister dans ce tra­ vail et qui ont répondu si promptement et sans réserve : Sam Asein, G. G. Darah, et particulièrement Nicole Medjigbodo, ainsi qu'à mon prédécesseur dans cette charge, Kole Omotosho, et à tous les membres du comité d’organisation.
Enfin, je tiens à exprimer ma reconnaissance aux gouverne­ ments nigérian et français, à l’UNESCO et à l’Association des Auteurs Nigérians, et à leurs différents représentants, pour avoir rendu possible cette expérience inoubliable.
Nous saluons Wole Soyinka, le lauréat du Prix Nobel de Littérature 1986, qui a été le point de mire de ce brillant ras­ semblement. Vivent les littératures africaines ! Vive l’Afrique !
Gbe Afrika ga ! Femi Osofisan,
responsable de la publication et président de l'Association des Auteurs Nigérians.
Reculer: