Auschwitz II Birkenau, de l’Albumd’Auschwitz. Ces photographies ont 75 ans. Elles ont...

download Auschwitz II Birkenau, de l’Albumd’Auschwitz. Ces photographies ont 75 ans. Elles ont surtout une

of 48

  • date post

    01-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Auschwitz II Birkenau, de l’Albumd’Auschwitz. Ces photographies ont 75 ans. Elles ont...

  • Arpenter la petite prairie aux bouleaux

    Auschwitz II Birkenau,

    75 ans après

    Fin mai 1944 / 26 mars 2019

  • Arpenter fin mars 2019 la petite prairie aux bouleaux et, malgré le vent glacial, s’enfoncer toujours

    plus loin, dans l’immensité du camp où furent assassinées plus d’1,1 million de personnes, dont

    960.000 Juifs. Se taire, méditer et surmonter ainsi sa sidération. Ne pas chercher à comprendre

    puisqu’il n’y a rien à comprendre. Simplement prendre conscience de l’ampleur du crime tout en

    pensant à la phrase de l’historienne Annette Wieviorka, étudiée en classe : « Ici à Auschwitz –

    Birkenau, il n’y a rien à voir si on ne sait pas ce qu’il y a à voir »*.

    Or les 33 élèves de Première ES du Lycée Ribeaupierre de Ribeauvillé ont, durant l’année,

    minutieusement étudié le site et préparé ainsi leur voyage. Sur place, leur objectif est notamment de

    retrouver les lieux précis ou à défaut vraisemblables où ont été pris quelques-uns des 200 clichés tirés

    de l’Album d’Auschwitz. Ces photographies ont 75 ans. Elles ont surtout une valeur historique et

    pédagogique inestimable. Prises par des S.S., ce sont les seules qui existent montrant l’arrivée à

    Birkenau, à la fin du mois de mai 1944, de convois de Juifs en provenance de Hongrie, la séparation

    des familles, la sélection, les derniers moments avant l’assassinat. L’enjeu est ainsi de mesurer toute la

    singularité de ce site mémoriel majeur, désormais parcouru par des touristes venus du monde entier.

    Ce recueil est le fruit de leur travail collectif.

    Nous tenons à exprimer notre gratitude pour la Fondation pour la Mémoire de la Shoah ainsi que la

    Direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives du Ministère de la Défense pour leur précieux

    soutien. Toute notre reconnaissance également à Emmanuel KEMPF, Proviseur du Lycée Ribeaupierre

    sans qui le projet n’aurait pas été possible, à Catherine LALLEMENT, Christophe MARCHAND et

    Sylvain GLAND Inspecteurs Pédagogiques Régionaux d’Histoire-Géographie de l’Académie de

    Strasbourg pour leur appui indéfectible et pour l’intérêt qu’ils ont porté à ce travail, à Agnès MEYER

    gestionnaire du Lycée Ribeaupierre pour son aide logistique indispensable, à Henryk KOWALIK de

    l’Agence BTE Travel de Cracovie, organisateur exceptionnel de notre voyage en Pologne ainsi qu’à

    Katrin MISZKE qui nous a accompagnés lors de notre séjour sur place.

    Pour l’équipe organisatrice, Nicolas MONOD

    * Annette Wieviorka, Auschwitz, 60 ans après, Robert Laffont, 2005

  • Le vendredi 26 mai 1944 et les jours suivants sont arrivés à Birkenau plusieurs convois en provenance de Hongrie. Pour des raisons encore mal connues, deux SS étaient présents avec leurs appareils

    photographiques. Ils ont pris près de 200 clichés.

    Ces photographies, découvertes par hasard en 1945 et publiées dans l’Album d’Auschwitz, récemment réédité, ont une valeur historique inestimable.

    En redonnant un visage aux victimes, elles constituent le seul linceul de tous ceux qui ont disparu dans la nuit et le brouillard sans rien laisser derrière eux, pas même un nom, ni un prénom.

    Auschwitz II

    Birkenau en

    mai 1944

  • La « Rampe » est le quai de sélection

    aménagé au printemps 1944.

    A l’ouverture des wagons, les

    déportés descendent

    hébétés sur le quai. Les familles

    sont séparées.

    Ceux qui sont considérés comme inaptes au travail sont dirigés vers les installations homicides (les

    Crématoires II et III, IV et V). Les

    autres vers le Sauna pour leur immatriculation

    dans le camp.

    Nord

  • Photo référence n°3, prise tout au début de la Rampe (le photographe se tient au-dessus d’un wagon). A l’arrière-plan, les K II et K III sont

    nettement visibles. A gauche, les SS se positionnent devant chaque wagon et s’apprêtent à ouvrir les portes.

    « Comment ressentir le fait que nous allons fouler un lieu qui ne ressemble à aucun autre ? »

  • « Le temps a transformé ce lieu en site de tourisme mémoriel »

    Photo référence n°7, prise à partir du marchepied d’un wagon, au milieu

    de la Rampe, non loin de la baraque des médecins SS. A l’arrière-plan, à

    gauche, le K II. Les familles sont rapidement séparées.

  • Photo référence n°7, prise à partir du marchepied d’un wagon, au milieu

    de la Rampe, non loin de la baraque des médecins SS. A l’arrière-plan, à

    gauche, le K II. Les familles sont rapidement séparées.

    Photo référence n°8. Peu à peu des colonnes se

    forment sous les ordres des SS. Des personnes

    continuent de descendre des wagons. Cette

    photographie concerne un autre convoi.

    « Près de trois-quarts de siècle sépare les deux photos.

    Aujourd’hui, des visiteurs du monde entier viennent à

    Birkenau. »

  • Photo référence n°41. Cette photographie concerne un autre convoi. La sélection commence. On remarque la présence d’un homme sans

    pantalon debout entre les colonnes. Il lui manque une chaussure.

    Les détenus en tenue rayée font partie de la brigade du Canada et sont chargés de récupérer les effets des déportés et de nettoyer les wagons.

    Photo référence n°39. A partir du toit d’un wagon, l’un des

    photographes SS prend en plongée le lieu de la sélection. Trois

    des quatre colonnes sont visibles sur cette photographie. On

    remarque que les SS, armés de cannes, sont relativement peu

    nombreux. .

    « Difficile de réaliser que les visiteurs marchent sur le même quai où tant de familles ont été à jamais séparées. »

  • Photo référence n°44. Femmes et enfants attendant la sélection. Ils

    seront déclarés inaptes au travail. Cette photographie a été prise au

    centre de la Rampe, en regardant vers l’Ouest.

    « Le train a disparu. Les victimes aussi. Il ne reste que ces visages de l’Album d’Auschwitz. »

  • Photo référence n°45. Vieille femme adossée au fourgon.

    Si elle ne peut pas marcher, on la fera monter dans un camion en

    direction des Krematoria.

    « Un wagon a été placé au centre de la Rampe pour rappeler que

    les victimes qui sont venues jusque là avaient été

    transportées comme du bétail. »

  • « Pour chaque personne, la sélection ne durait que quelques secondes.

    Les visiteurs qui aujourd’hui s’attardent en ces lieux sont-ils en mesure de le réaliser ? »

    Photo référence n°46, prise à l’endroit des sélections, au milieu de la Rampe, en face de la baraque des médecins SS.

    Deux jeunes femmes viennent de passer les sélections.

    La borne au pied de l’une d’entre elle existe toujours.

  • « Les femmes et les enfants traversaient les voies et étaient dirigés vers les

    installations homicides. Aujourd’hui, les visiteurs s’attardent et écoutent les

    guides. »

    Photo référence n°55, prise juste en face de l’entrée du

    camp des femmes (B I a-b) et de la baraque des médecins.

    Sous la conduite des SS, des femmes et des enfants jugés

    « inaptes » au travail se dirigent vers les K II et K III.

  • Photo référence n°57, prise en face de la baraque des médecins. La

    sélection est en cours. Un SS, d’un geste de sa canne, fait signe à la vieille

    femme en noir qui tient à la main un enfant, de se joindre au groupe

    destiné aux KII et KIII.

    « Aujourd’hui, ce lieu est parcouru par des groupes de plus en plus nombreux de visiteurs, tous munis de leur smartphone. »

  • Photo référence n°59. La sélection se poursuit et concerne la colonne des

    hommes du quai « a » avant que ne commence celle du quai « b » (plus à

    l’ouest). Sur ce cliché, l’homme âgé s’apprête à rejoindre ceux qui se

    dirigent vers les KII et KIII.

    « Arpenter un lieu qui fut celui de la sélection et de la

    séparation des familles est une expérience singulière. »

  • « Marcher le long du quai. Refaire presque le même

    parcours. »

    Photo référence n°147. Femmes et enfants se dirigeant vers les KII et

    KIII. A l’arrière plan de la photographie, on remarque, par-dessus les

    fourgons, la masse imposante et la haute cheminée du KIII.

    Photo référence n°148. Femmes et enfants se dirigeant vers les KII et

    KIII. Le photographe a opéré en longeant la colonne en remontant vers

    les crématoires et en demandant aux personnes de se retourner.

    On remarque la présence d’une bouteille vide dans la poche du jeune

    garçon. Les arrivants étaient souvent assoiffés, ce qui servait la stratégie

    des SS qui promettaient aux malheureux qu’ils pourraient étancher leur

    soif s’ils restaient calmes.

  • Photo référence n°151 : ce groupe de femmes et d’enfants vient de tourner

    au bout de la principale « rue » du camp et est sur le point de franchir

    l’entrée